PIC Epouville Document d'étude 07032012 .pdf



Nom original: PIC Epouville_ Document d'étude 07032012.pdfTitre: PIC Epouville_ Document d'étude 07032012Auteur: barnaba-t

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PDFCreator Version 1.1.0 / GPL Ghostscript 9.0, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 07/03/2012 à 19:58, depuis l'adresse IP 213.44.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1815 fois.
Taille du document: 14.3 Mo (99 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Document d’étude
Projet d’intérêt collectif
Requalification de Parc des Saules
Epouville

Barnaba Tatiana
Khaloua Morad
Lebas Alice
Tafournel Angélique

SOMMAIRE

Sommaire

1. Contexte général
1.1 Rappel de la commande
1.2Contexte Epouville
1.2.1 Situation géographique et localisation
1.2.2 Organisation spatiale
1.2.3 Morphologie urbaine
1.2.4 Données socio-économiques

1.3 Contexte des parcelles
1.3.1 Fiche d’identité des parcelles
1.3.2 Topographie
1.3.3 Arbres remarquables
1.3.4 Composante surfacique des parcelles étudiées
1.3.5 Entretien et gestion actuelle des parcelles
1.3.6 Servitudes inscrites au PLU
1.3.7 Contexte réglementaire

2. Reportage photographique
3.Typologies des sols
3.1 Espace délaissé
3.2 Parcelle remblayée
3.3 Espace de mutabilité
3.4 Zone Humides
3.5 Espaces naturels
3.6 Espaces culturels
3.7 Espaces de loisirs et/ou sportifs
3.8 Espace de cohésion sociale

4. Fiches synthétiques des aménagements possibles par
destination validée
5. Diagnostic
5.1 Points à valoriser
5.2 Points à améliorer

6. Enjeux et préconisations
7. Scénarii d’aménagement
2

1.1Rappel de la commande
La présente étude répond à une commande de la commune d'Epouville
qui, à l'heure de l'élaboration de son Plan Local d'Urbanisme, souhaite porter son
attention sur l'avenir d'une partie de son territoire, le Parc des Saules.

Le Parc des Saules est un espace anciennement privé, appartenant à l'usine
EVERS, que la collectivité s'est progressivement réappropriée mais qui ne
bénéficie actuellement d'aucun usage défini. Il s'agit en effet d'un ancien espace
naturel, situé en bord de Lézarde, aujourd'hui plus ou moins anthropisé et
artificialisé.

Le résultat de ce travail permettra d'engager une réelle mutation de cet espace et
de l'inscrire dans une nouvelle dynamique, répondant plus efficacement aux
attentes actuelles des citoyens et s'intégrant de façon cohérente à l'organisation
du territoire.

3

Contexte général – Commune d’Epouville

1. Contexte général

1.2.1 Situation géographique et localisation
Epouville, située au Nord Est du Havre, est une commune rurale du département
de Seine-Maritime, en Haute Normandie.
Le territoire communal s’étend sur une surface d’environ 550 hectares et est
limité par les communes suivantes :
1. Rolleville au nord ;
2. Montivilliers au sud ouest ;
3. Manéglise au sud est ;
4. Saint Martin du Manoir à l’est.
Situé dans la vallée de la Lézarde, le territoire épouvillais est caractéristique du
pays de Caux : un sol crayeux, légèrement vallonné.
Epouville adhère également, depuis 2001, à la Communauté d’Agglomération
Havraise (Codah), établissement public de coopération intercommunal (EPCI).

1.2.2 Organisation spatiale
Le territoire de la commune d’Epouville est occupé par des sociétés humaines
depuis les périodes préhistoriques, dont l’installation peut s’expliquer par la
présence de la Lézarde et son importance pour la viabilité d’une communauté :
ressource en eau, pêche, etc.
La Lézarde, dont la source se situe plus au nord à Saint Martin du Bec1, a en
effet toujours constitué un axe structurant pour la commune et, au-delà, pour
toutes les communes localisées au bord du cours d’eau.
Le fleuve a ainsi marqué le développement du territoire, et notamment celui
d’Epouville, au cours de l’histoire encourageant l’installation de nombreux
moulins liés à l’activité de minoterie dont témoignent aujourd’hui encore les
quelques anciens édifices.

1
Le toponyme « bec » signifie « source » en langue noroise (Vikings).

4

Contexte général – Commune d’Epouville

1.2Contexte Epouville

Contexte général – Commune d’Epouville

5

à se diversifier et le territoire voit l’implantation de papeterie, blanchisserie, etc.
La commune accueille ainsi notamment l’entreprise EVERS sur le site du Parc
des Saules.
Aujourd’hui, l’activité économique reste néanmoins marquée par le secteur
agricole et les activités de service (économie résidentielle). Les actifs épouvillais
s’intègrent également au bassin d’emploi du Havre.

1.2.3 Morphologie urbaine
L’espace bâti se caractérise surtout par de l’habitat individuel pavillonnaire
typique du développement périurbain des communes de la Seine-Maritime et
directement lié à l’attractivité du bassin d’emploi du Havre.
La présence des routes départementales D925 et D32 représentent les
principales voies de communication structurantes et traversent la commune
selon un axe sud-nord.
Ensuite, une station de train assure également la desserte de la commune par la
Ligne Express Régionale (LER) reliant Rolleville au Havre.
Enfin, la commune dispose également d’un patrimoine bâti historique présentant
un intérêt certain dont notamment une église datant du 12e siècle et les anciens
moulins.
On remarque que les parcelles concernées par l’étude sont plus basses par
rapport au niveau de la mer que les parcelles environnantes (carte ci-dessous).

6

Contexte général – Commune d’Epouville

Au cours des 19e et 20e, l’activité industrielle tend à se développer davantage et

Contexte général – Commune d’Epouville

7

La commune abritait, lors du dernier recensement de 2008, 2 811 habitants, ce
qui représente une baisse d’environ 5% par rapport au recensement de 1999 lors
duquel la commune comptait 2961 habitants2. L’évolution entre 1999 et 2008
représente le premier solde négatif depuis 1968 (voir figure 1 ci-dessous).

Population

1968

1975

1982

1990

1999

2008

1 112

1 092

2 644

2 921

2 961

2 811

Evolution de la population sur la commune d'Epouville (source : INSEE)

Parallèlement, la structure de la population par âge reste relativement stable
avec néanmoins une augmentation des classes d’âges élevées, s’expliquant
sans doute par l’augmentation de l’espérance de vie.

Population par grande tranche d'âge (source : INSEE)

1.3 Contexte des parcelles
Les parcelles du Parc des Saules dont cette étude fait l’objet se situent au nord
de la commune d’Epouville en bordure de la D32 et près d’un espace boisé.
2
Source : données INSEE

8

Contexte général – Commune d’Epouville

1.2.4 Données socio-économiques

Contexte général – Parcelles d’étude

9

Contexte général – Parcelles d’étude

1.3.1 Fiche d’identité des parcelles
Parcelle au sud

10

Contexte général – Parcelles d’étude

Parcelle centrale

11

Contexte général – Parcelles d’étude

Parcelle au nord

12

Contexte général – Parcelles d’étude

1.3.2 Topographie

Parcelle au sud

Parcelle
centrale

13

Contexte général – Parcelles d’étude
Parcelle au nord

1.3.3 Arbres remarquables

14

Parcelle
centrale

15

Contexte général – Parcelles d’étude

Parcelle au sud

Contexte général – Parcelles d’étude
Parcelle au nord

1.3.4 Composantes surfaciques des parcelles étudiées

16

Parcelle au sud
Quelles pratiques sur la parcelle :
Cette parcelle était l’ancien terrain de loisirs destiné aux ouvriers de l’usine
EVERS lorsqu’elle était toujours existante. Aujourd’hui, la végétation a largement
pris le dessus et on assiste à une « situation inédite », tel que l’a qualifié J.
CHAÏB, directeur de l’AREHN. Cette parcelle est entièrement inaccessible et son
état d’abandon se caractérise par la présence de nombreux végétaux différents,
dont la qualité n’est pas toujours présente et qui prolifèrent grâce à la présence
constante d’une mare centrale.
Réglementation qui s’y applique :
La parcelle fait l’objet d’une caractérisation en aléa moyen dans le PPRI du
Bassin Versant de la Lézarde.

Parcelle centrale
Quelles pratiques sur la parcelle
Le Parc des Saules, ancienne propriété du groupe industrielle EVERS, a
aujourd’hui davantage une vocation ludique qui reste encore à définir clairement.
Le site a notamment déjà fait l’objet de travaux d’aménagement décidé par la
commune dont la création d’un chemin de promenade (élément le plus
caractéristique.)
Réglementation qui s’y applique
La parcelle ne fait pas l’objet de contrainte réglementaire particulière en dehors
de la catégorisation en « risque moyen » dans le Plan de Prévention du Risque
Inondation (PPRI) du Bassin Versant de la Lézarde.

Acteurs

17

Contexte général – Parcelles d’étude

1.3.5 Entretien et gestion actuelle des parcelles

Assainissement de la Codah et du Syndicat de rivière qui s’occupent de
l’entretien du site (et de la flore notamment) ainsi que des projets de restauration
du cours d’eau :
2006 :
- pose d’épis déflecteurs. Des banquettes de limon se sont formées et
stabilisées derrière les épis 2008 :
- Le merlon de curage en rive droite a été arasé en partie et régalé sur les
banquettes.
- pose de géotextile sur les banquettes et plantation d’hélophytes - pose
d’épis déflecteurs pour compléter les épis de 2006

Parcelle au nord
Quelles pratiques sur la parcelle :
Cette parcelle se situe en contrebas du remblai. En conséquence, elle est située
au même niveau que la Lézarde et conserve, par endroit, une vocation de zone
humide. J. CHAÏB, directeur de l’AREHN, soulève l’idée qu’une ancienne mare
aurait été recouverte au fil du temps et qu’elle pourrait être recréée afin d’attirer
une population d’amphibiens.
Réglementation qui s’y applique :
La parcelle fait l’objet d’une caractérisation en aléa faible dans le PPRI du Bassin
Versant de la Lézarde.

18

Contexte général – Parcelles d’étude

La parcelle fait cependant l’objet de l’attention de la direction de l’Eau et

Contexte général – Parcelles d’étude

1.3.6 Servitudes inscrites au PLU

Zone à dominante
humide

Concerné

Cavité souterraine

Non concerné

Maintien de prairie

Non concerné

Zone de contrainte

Non concerné

Site et sols pollués

Non concerné, mais
site Evers, à proximité

Création de zone
enherbée

Non concerné

Périmètre de bruit

Non concerné

Captage et périmètre
de protection

Non concerné

Périmètre
d’inconstructibilité

Concerné,
proximité axes de
ruissellement

Site archéologique

Non concerné

Tronçon
hydrographique

Concerné

Axes de ruissellement

Concerné d’Est en
Ouest

Espace boisé

Concerné

Alignement boisé

Non concerné, mais à
proximité

Espace bâti

Non concerné

Ouvrage hydraulique

Non concerné

Espace agricole

Non concerné

Itinéraire de
randonnée

Non concerné, mais
itinéraire du Grés à
proximité

Etangs

Non concerné

Périmètre ICPE

Non concerné

19

Contexte général – Parcelles d’étude

1.3.7 Contexte réglementaire

PPRI

L’inscription de la commune d’Epouville dans le PPRI du Bassin Versant de la
Lézarde

20

Contexte général – Parcelles d’étude

Zoom sur la parcelle étudiée :
le Parc des Saules à proximité de zones concernées en aléas moyens et faibles

21

Parcelles d’étude – Reportage photographique

2. Reportage photographique

Oui

Non

Commentaires

Boisement

X

Au fond

Herbacée

X

Présence de végétation spontanée

Arbustes

X

Fleurissement

X

Sol imperméable

La route est en sol imperméable
X

Hydrographie

X

Equipements

Route D 32 dangereuse et
fréquentée, poteaux de localisation

X
Construction

Un canal pour les eaux de
ruissellement longe la route

X

22

Parcelles d’étude – Reportage photographique

Oui

Non

Boisement
X

Le Parc est constitué de
plusieurs boisements
naturels

X

Présence de végétation
spontanée car visiblement
peu d’entretien sur le site

Herbacée

Arbustes

X

Fleurissement

X

Sol imperméable

Le revêtement de la RD32
renforce l’imperméabilité
de l’accès.

X
Hydrographie
Equipements

Commentaires

X
X

Barrière en bois récente,
panneau d’entrée de parc.

X

L’église apparaît au fond,
elle ne fait pas partie de la
parcelle étudiée

Construction

23

Parcelles d’étude – Reportage photographique

Oui
Boisement
Herbacée

Non
X

La délimitation de la parcelle par
les herbes est irrégulière

X

Arbustes

X

Fleurissement

X

Sol
imperméable

Présence de boue en bordure de
route, par temps humide le terrain
est donc difficilement praticable.
Peu de visibilité à cause du
virage

X

Hydrographie
Equipements
Construction

Commentaires

X
Barrière en bois qui délimite
l’entrée

X
X

24

Parcelles d’étude – Reportage photographique

Oui
Boisement
Herbacée
Arbustes

Présence de boisement en bordure de sentier (à droite)

X

La végétation n’est ici pas du tout maitrisée : l’herbe est
confondue avec la boue.

X

Présence de buissons en bordure de sentier (à droite)
X
RD32

X

Hydrographie
Equipements

Commentaires

X

Fleurissement
Sol
imperméable

Non

X
X

Un sentier est matérialisé par la présence de gravats.

X

Canal de gestion des eaux de ruissellement : on constate
des débordements ce qui pose la question de l’efficacité
du canal.

Construction

25

Parcelles d’étude – Reportage photographique

Oui
Boisement

Herbacée
Arbustes

Non

Commentaires

X

Le boisement et la flore spontanée entourent la
clairière.

X

La clairière est très lumineuse, facilement accessible
depuis l’entrée du parc

X

On observe la présence d’arbustes confondus dans la
végétation dense qui entoure la clairière.

Fleurissement

X

Sol
imperméable

X

Hydrographie

X

Equipements

X

Construction

X

26

Parcelles d’étude – Reportage photographique

Oui
Boisement

Non

Commentaires

X

Herbacée
X

La photographie montre des excavations : elles font
apparaître la confusion entre la boue et l’herbe sur la
parcelle remblayée.

X

Flore spontanée sur de la boue, la végétation parvient à se
développer. Ainsi, elle est intéressante à conserver à
certains endroits.

Arbustes

Fleurissement

X

Sol
imperméable

X

Hydrographie

X

Equipements

X

Construction

X

27

Parcelles d’étude – Reportage photographique

Oui
Boisement

Non

Commentaires

X

Flore spontanée

Herbacée

X

L’herbe pousse de part et d’autre du chemin : le sentier
bien dessiné permet d’accéder directement à la Lézarde,
malgré une forte pente.

Arbustes

X

Les arbres en bordure de chemin ne sont pas dangereux
et non contraignants pour la promenade.

Fleurissement

X

Sol
imperméable

X

Hydrographie

X

Equipements
Construction

Matérialisation d’un chemin permettant un accès aux
bords de la rive, le chemin n’est en rien sécurisé ni
adapté à tout public en raison de la forte pente.

X
X

28

Parcelles d’étude – Reportage photographique

Oui

Non

Boisement

Herbacée

X

Le chêne est intéressant car il est situé
idéalement : il délimite la parcelle remblayée de
la parcelle ayant encore des fonctions de zones
humides.

X

Flore spontanée

Arbustes

X

Fleurissement

X

Sol
imperméable

X

Hydrographie

Commentaires

Vue en contrebas sur La Lézarde

X

Equipements

X

Construction

X

29

Parcelles d’étude – Reportage photographique

Oui
Boisement

Non
Flore spontanée

X

Herbacée

Les herbes hautes et les roseaux sont intéressants car
ils font partie intégrante de la zone humide et montre
que celle-ci existe toujours.

X
Arbustes

X

Fleurissement

X

Sol
imperméable

X

Hydrographie

X

Equipements

Un chemin enherbé est matérialisé, il permet de
traverser la parcelle sans avoir un effet néfaste sur la
zone humide.

X
Construction

Commentaires

X

30

Parcelles d’étude – Reportage photographique

Oui
Boisement

Herbacée

Non

X

Les différentes espèces végétales délimitent les berges
de la Lézarde.

X

Les herbacées sont différentes car ici le milieu est
exclusivement humide.

Arbustes

X

Fleurissement

Flore spontanée sur la rive typique des milieux
aquatiques et des zones humides. Elle est très dense et
vive (submergée souvent).

X
Sol
imperméable
Hydrographie

Commentaires

X
La Lézarde passe à l’ouest de la parcelle, en contrebas
du remblai. Son débit est moyen.

X

Equipements

X

Construction
X

Le lotissement de la Motte Féodale, visible depuis les
rives de la Lézarde, se situe en face de la parcelle et ne
fait pas partie de la zone à requalifier.

31

Parcelles d’étude – Reportage photographique

Oui

Non

Boisement

De nombreuses espèces sont visibles et réparties de
façon hétérogène. La hauteur est limitée ce qui
permet de conserver une vue dégagée et de ne pas
diminuer la clarté offerte.

X

Herbacée
Arbustes
Fleurissement

Omniprésence d’herbacées observée.

X
X

La flore spontanée se développe fortement à
proximité des milieux humides.

X

Sol
imperméable
Hydrographie

Commentaires

X
Présence de La Lézarde

X

Equipements

X

Construction
X

Les habitations visibles, comme sur la fiche
précédente, font également partie du lotissement de la
Motte Féodale.

32

Parcelles d’étude – Reportage photographique

Oui
Boisement
Herbacée
Arbustes

Non
X

Végétation très dense et très diversifiée,
non maîtrisée.

X
X

Fleurissement

Flore spontanée des zones humides
façonnant le paysage à l’image d’une
roselière.

X
Sol
imperméable

X

Hydrographie

X

Equipements
X

Construction

Commentaires

Chemin enherbé praticable mais peu
sécurisé, limitant ainsi l’accessibilité.
Présence de protection autour des
arbustes.

X

33

Parcelles d’étude – Reportage photographique

Oui
Boisement
Herbacée
Arbustes
Fleurissement
Sol
imperméable
Hydrographie
Equipements
Construction

Non

Commentaires
Un chêne, très grand et apparemment en bon état se situe à la
limite sud-ouest de la parcelle

X

Dense et diversifiée.

X
X
X

X

X
X
X

34

Parcelles d’étude – Reportage photographique

Oui
Boisement
Herbacée

Omniprésence

X
X

Omniprésence

X

Sol
imperméable

X

Hydrographie

X

Equipements

Un sentier fait de gravats est matérialisé sur ce côté de la
parcelle, permet une durabilité des pratiques (pas de
désherbage chimique). En revanche l’accessibilité n’est pas
aisée.

X

Construction

Commentaires
On devine la présence de boisement à l’ombre qui est portée
sur la clairière ce qui permet un ensoleillement alterné.

X

Arbustes
Fleurissement

Non

X

35

Parcelles d’étude – Reportage photographique

Oui

Non

Boisement

Herbacée
Arbustes
Fleurissement
Sol
imperméable
Hydrographie

Commentaires

X

Le boisement crée une limite naturelle entre la parcelle
remblayée et les abords (peu accessibles) de La Lézarde. Il
permet également de limiter l’ensoleillement de la parcelle.

X

Dense et vive, pouvant être conservée pour les
aménagements futurs.
Divers, ils délimitent les espaces de clairières.

X
X

X

X

Equipements

Le sentier fait de gravats orientant vers les rives de la
Lézarde mais peu sécurisé.
X

Construction

X

36

Parcelles d’étude – Reportage photographique

Oui
Boisement
Herbacée

X
X

Fleurissement

X
Le sol est imperméable aux abords du parc, sur la RD32.
X

Hydrographie
Equipements
Construction

Commentaires
L’entrée est dégagée, dénuée de toute végétation et favorise
ainsi l’accessibilité au site et l’esthétisme de l’entrée du parc.

X

Arbustes

Sol
imperméable

Non

X
La barrière délimitant l’entrée du parc montre que la surface
est plutôt plane.

X
X

37

Parcelles d’étude – Reportage photographique

Oui
Boisement
Herbacée

Non

X

On note la présence de nombreux arbres dont certains aulnes
et saules classés « remarquables » par l’ONF

X

Végétation dense.

Arbustes

X

Fleurissement

X

Sol
imperméable

X

Hydrographie

X

Equipements

Construction

Commentaires

X

Panneau entrée interdite signifiant la limite avec la parcelle
privée, voisine du parc des Saules.

X

Au fond le clocher de l’église est visible.

38

3.1Espace délaissé
Définition
« Terrains qui ont été aménagés par l’Homme durant les périodes de
développement urbain, puis abandonnés. Ils sont la conséquence des évolutions
de la ville, du morcellement des sols, des excès de l’urbanisation, des
reconversions. […] Leur multiplication fait peur car elle est signe de quartiers en
déshérence, de « déprise », de ruine, de crise. Un espace est délaissé parce
qu’il coûterait trop cher à aménager : pollué, mal situé, victime de nuisances ou
simplement non rentable, non attractif, impossible à planter et à entretenir en
espace « paysager » […]. » La Forêt des Délaissés – L’Atelier, Ed. Institut
Français d’Architecture, 2000.
Site abandonné, dénué de toute activité passée.
Espace défavorisé, démuni de tout aménagement, vide, inemployé, non cultivé,
parfois pollué.
Interstices de la ville, espace résiduel sans usage apparent ou en attente de
devenir.
Le délaissé est de dimension plus modeste qu’une friche (connotée pour un
terrain plus grand, friche industrielle par exemple).
Morceau d’espace extérieur à qui personne n’a su donner fonction, usage ou
sens.
Espace qui pèse sur l’image de la ville

Requalification
Un délaissé peut devenir un espace vital dans la commune et offrir de nouveaux
usages pour les habitants : jardins familiaux, parc de production d’énergie
solaire, espace de biodiversité etc.

Avantages
Vastes
possibilités
d’aménagements
/
de
réhabilitation :
En logements
En complexes culturels ou
sportifs
En zones industrielles
En espaces verts

Inconvénients
Procédure longue et coûteuse en
fonction de la superficie et de l’état
de la parcelle
Si dépollution : procédure plus
longue et plus coûteuse encore
La multiplicité des usages possibles
peut devenir contraignante

39

Epouville – TYPOLOGIES DE L ESPACE ACTUEL

3. Typologies des sols

Un délaissé peut devenir un espace vital dans la commune et offrir de nouveaux
usages pour les habitants : jardins familiaux, parc de production d’énergie
solaire, espace de biodiversité etc.
Suppression d’une « verrue » du paysage et acquisition d’un nouveau
dynamisme, d’un nouveau rayonnement pour le territoire concerné.

Exemples
Montreuil, Parc des Guilands, ancienne carrière
Etat actuel : espace boisé (arbres de type saules, érables,
sycomores) traversé de sentiers. Quelques aires herbacées où il y
a possibilité de stationner.
Avenir du terrain : protection de la forêt et apparition d’un réseau
de sentiers dessiné par les usagers. Création d’une « plein » de
nature pour contrebalancer l’espace urbanisé autour du terrain.
Parc urbain à vocation mixte, sport et promenade
exploitant le système forestier.
Marseille, La Pointe Rouge (moins d’1 hectare)
Etat actuel : parcelle en longueur, ouverte sur la mer. Couloir
d’accès vers le rivage. Terrain remblayé récemment. Quelques
arbres (pins) adultes.
Avenir du terrain : renforcer le lieu dans son rôle de desserte
vers la mer. Le sol peut accepter un boisement significatif dans un
délai de 15 ans.
Chemin boisé drainant un flux piétonnier vers la mer.
Vigneux-sur-Seine, La Longue Raie, ancienne varenne en bord de Seine :
Etat actuel : friche hétérogène avec une distribution de boisement
éparse. Plusieurs remblais rendent le terrain inondable. Un
ruisseau borde l’espace. Diversité des sols, écosystèmes
différents.
Avenir du terrain : forestation future diversifiée et mise en
équilibre progressive d’une certaine complexité écologique grâce
à la présence du ruisseau. Fréquentation des usagers légère,
voire contrôlée.
Evolution naturelle sous surveillance écologique.

40

Epouville – TYPOLOGIES DE L ESPACE ACTUEL

Enjeux

Epouville – TYPOLOGIES DE L ESPACE ACTUEL

41

Epouville – TYPOLOGIES DE L ESPACE ACTUEL

42

Définition
Zone ayant subi un surélèvement de terrain grâce à une masse de terre.
Combler les cavités présentes sur la parcelle grâce à des matériaux (terre,
gravât) rapportés jusqu’au niveau de sol avoisinant.

Contexte règlementaire
Code de l’environnement rubrique 3.2.2.0. : demande d’autorisation et de
déclaration pour réaliser des ouvrages sur le remblai en zone humide.
la rubrique 3.3.1.0 : demande d’autorisation ou de déclaration pour réaliser un
rembla en zone humide.

Avantages

Inconvénients

Permet

de

réaliser

des

aménagements lourds

Pollution des sols
Coût

important

pour

la

dépollution
Dénature le site

Enjeux
Garder le remblai pour réaliser les aménagements
Retire le remblai pour obtenir une zone humide

Exemples
Remblaiement de zones humides :
o Au sein du Département de la Vienne, des zones humides remblayées
ont été identifié. Cela détruit et fractionne la zone humide.
o En Franche-Comté, il faut obtenir en accord de l’administration pour
remblayer une zone humide dès que le remblaiement dépasse les
1000m₃.
Mouroux (77) : la commune, en instance de révision de PLU, décide d’inscrire
dans son nouveau document la dépollution et l’évacuation du remblai dans le but
de restaurer la zone humide remblayée depuis bientôt 10 ans.
Remblaiement d’espace boisé classé :

43

Epouville – TYPOLOGIES DE L ESPACE ACTUEL

3.2Parcelle remblayée

pour remblai de marais protégé.
Remblaiement de zone inondable :
o En Franche Comté, seul le Préfet peut délivrer des autorisations pour
remblayer une zone inondable. De plus, le SAGE impose une
compensation de 200% lorsqu’une destruction est autorisée sur la zone
humide.

44

Epouville – TYPOLOGIES DE L ESPACE ACTUEL

o A l’Ile d’Oléron, une atteinte a été portée sur une Espace Boisé Classé

Epouville – TYPOLOGIES DE L ESPACE ACTUEL

45

Epouville – TYPOLOGIES DE L ESPACE ACTUEL

46

Définition
Les espaces de mutabilité désignent l'ensemble des territoires, le plus
généralement urbains voire périurbains, qui présentent la particularité de ne plus
remplir la fonction à laquelle ils étaient destinés, fonction ainsi appelée à
changer.
Ces espaces sont donc des territoires capables de porter un changement de
destination et de suivre les besoins et attentes de la société, notamment en
matière d'équipements publics.
La mutabilité recouvre une acceptation assez large et désigne tous les espaces
dont l'activité a périclité et qui sont, au moment de la réflexion, inoccupés. Les
friches sont ainsi considérées comme des espaces de mutabilité.

Avantages

Inconvénients

Valoriser un espace inusité ;
Récupérer un foncier précieux dans des
territoires où la disponibilité de celui-ci
est réduite ;
Porter des projets de territoire innovants.

Enjeux
Identifier les besoins des citoyens
Obtenir le contentement des citoyens vis-à-vis du projet retenu.

Exemple
Friche de la Belle de Mai à Marseille :"nomadisme, culture économique
alternative et friche-vitrine pour Euroméditerranée". Ancien site industriel, ce
territoire est devenu un espace culturel innovant, réunissant plusieurs
équipements et offrant aux artistes un lieu destiné à la création artistique.

47

Epouville – TYPOLOGIES DE L ESPACE ACTUEL

3.3Espace de mutabilité

Ce qu’il est possible de réaliser à Epouville :
Le parc des Saules s'inscrit ainsi dans cette typologie d'espace étant
donné qu'il s'agit d'un territoire dont la fonction ancienne est aujourd'hui
appelée à changer. L'espace est ainsi un ancien site industriel maintes fois
remblayés aujourd'hui géré par l'autorité publique. La collectivité cherche
ainsi à valoriser cet espace inutilisé afin d'y trouver un usage pour les
citoyens.

48

Epouville – TYPOLOGIES DE L ESPACE ACTUEL

Plateforme du Flon à Lausanne :"Flon-Flon et petit Soho lausannois". Projet de
renouvellement urbain, la plateforme de Flon est un ancien site industriel
transformé en quartier aux vocations multiples : logement, commerce, activité
économique, culture, etc.

Epouville – TYPOLOGIES DE L ESPACE ACTUEL

49

Epouville – TYPOLOGIES DE L ESPACE ACTUEL

50


Aperçu du document PIC Epouville_ Document d'étude 07032012.pdf - page 1/99

 
PIC Epouville_ Document d'étude 07032012.pdf - page 3/99
PIC Epouville_ Document d'étude 07032012.pdf - page 4/99
PIC Epouville_ Document d'étude 07032012.pdf - page 5/99
PIC Epouville_ Document d'étude 07032012.pdf - page 6/99
 




Télécharger le fichier (PDF)





Documents similaires


pic epouville document d etude 07032012
synthese projet agroforesterie san
manuel normes
fiche biodiversite casdar agroforesterie ap32
20 nov 2014 ordre du jour conseil municipal
zeraib

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.041s