Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



Neuro 5 part 2 .pdf



Nom original: Neuro 5 part 2.pdf
Titre: Neuro 5 part 2
Auteur: Marine Taktak

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Pages / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/03/2012 à 17:08, depuis l'adresse IP 92.141.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1280 fois.
Taille du document: 9.8 Mo (9 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


#0;=82 4C 0

Cours n°5 partie 2 du 10/02/1012

L’olfaction (suite)

, D =4I E4A

V.Du nez vers le cerveau

Tous les axones des neurones sensoriels vont dans
le bulbe au niveau des glomérules. C’est à ce niveau là
que les terminaisons des axones sensoriels contactent les
cellules mitrales et/ou les cellules tuftid (en touffe).
Au niveau de ces glomérules on peut voir à la fois les
terminaisons des axones et les terminaisons des cellules
mitrales. La cellules mitrale envoie son dendrite apical
vers un glomérule, qui reçoit lui même des informations
venant de plusieurs neurones sensoriels olfactifs. Chaque
cellule mitrale étend son dendrite apical vers un seul
glomérule, mais un glomérule est contacté par une
vingtaine de cellules mitrales. Donc chaque glomérule est
en contact avec une vingtaine de cellules mitrales et reçoit
des informations d’environ 25 000 neurones sensoriels
olfactifs. Le bulbe olfactif contient à peu près 2 000
glomérules.

Il y a des projections d’épithélium olfactif vers le bulbe au niveau des glomérules. Ces projections
.>=0C8>= 34 ;R4G?A4BB8>= 34B 6M=4B 34 (%
se font de zone
à zone : toutes les zones de l’épithélium ne projettent pas sur toutes les zones du bulbe
olfactif. Il y a une zonation.
4C 34B ?A>942C8>=B 34B $)%



Mori et al., 1999

+=4 0BCD24 6L=LC8@D4 ?>DA BD8EA4 ;4B 0G>=4B 34B $)%

En plus de cette zonation les neurones n’envoient pas leur axones n’importe comment et n’importe
où. Pour suivre les neurones qui expriment un récepteur donné on utilise des souris modifiées.
+=4 0BCD24 6L=LC8@D4 ?>DA BD8EA4 ;4B 0G>=4B 34B $)%
Exemple pour le récepteur
M72 :
Dans le gène qui code le récepteur M72 on insert une construction qui comprend :
- La séquence codant M72
- Une IRES (=internal ribosomic entry site), qui permet au ribosome de se lier une nouvelle fois sur
l’ARNm afin de traduire une deuxième protéine.
- Une tau-GFP, où tau est une protéine axonale.

+=4 0BCD24 6L=LC8@D4 ?>DA BD8EA4 ;4B 0G>=4B 34B $)%

Astuce génétique pour suivre les axones des 48=BC48= 0=3 #><104ACB
neurones sensoriels olfactifs

Convergence
desd’observer
axones
exprimant
le même
RO M72
verset les
Cette construction
nous permet
quels
sont les neurones
qui expriment
leur projection
axonale grâce à la protéine tau exprimée.
48=BC48= 0=3 #><104ACB
mêmes glomérules

Bulbe olfactif

M72-IRES-tauGFP!
Muqueuse olfactive
(épithélium)

M72-LacZ
Convergence des axones exprimant le même récepteur olfactif vers les mêmes glomérules

On remarque que tous les neurones qui expriment le même récepteur vont au même endroit dans le bulbe :
deux glomérules. De plus ces localisations sont très spécifiques car d’une souris à l’autre ça ne varie pas.
En fait dans chaque zone il y a un certain set de récepteurs qui est exprimé et pas dans les autres.
C’est pour cela que tous les neurones projètent dans un même glomérule. C’est le récepteur exprimé qui
définit la zone de projection : si on change le récepteur dans notre construction, la zone ne sera plus la même.

M72-LacZ

Grâce à ces observations on arrive à construire au niveau du bulbe une carte sensorielle olfactive.

Vu la complexité des composés constituants les odeurs, on pourrait penser qu’il va y avoir un
nombre considérable de récepteurs et que la carte va être très compliquée. Mais en fait ce que l’on retrouve
dans le bulbe est assez simple. Un odeur de cerise par exemple, va allumer 8 récepteurs, ce que l’on retrouve
au niveau du bulbe. Donc le système est très organisé : il y a beaucoup de récepteurs mais la topographie de
l’organisation est très stéréotypée au niveau du bulbe. L’expression du récepteur lui-même suffit à établir
cette structure.

La carte olfactive primaire :

0AC4 >;502C8E4 ?A8<08A4

%$

Les cellules rouges expriment le récepteur dit «rouge», et toute vont au même endroit. On voit les contacts entre les axones des
neurones sensoriels olfactifs et les dendrites des cellules mitrales. Le message est ensuite relayé vers le cortex.

+$ =4DA>=4 B4=B>A84; >;502C85 +$ AL24?C4DA >;502C85 +$ 6;><LAD;4

%$
Donc en +$ =4DA>=4 B4=B>A84; >;502C85 +$ AL24?C4DA >;502C85 +$ 6;><LAD;4
résumé : c’est une combinaison d’odeurs, qui active une combinaison de récepteurs, qui active une
combinaison de glomérules et de cellules mitrales correspondante.
Soit : un neurone sensoriel olfactif → un récepteur sensoriel olfactif → une paire de glomérules

%$
La carte +$ =4DA>=4 B4=B>A84; >;502C85 +$ AL24?C4DA >;502C85 +$ 6;><LAD;4
glomérulaire de réponse aux odorants :

0AC4 6;><LAD;08A4 34 AL?>=B4 0DG >3>A0=CB 30=B ;4 %

+=4 A4?ALB4=C0C8>= C>?>6A0?78@D4 34B >34DAB 30=B ;4 %
# )
+=4 A4?ALB4=C0C8>= 38B?4ABL4 30=B ;4 2>AC4G ?8A85>A<4
0AC4 6;><LAD;08A4 34 AL?>=B4 0DG >3>A0=CB 30=B ;4 %

A843 4C 0;


On fait des expériences >34 2><18=0C>8A4 3R02C8E0C8>= 34B 6;><LAD;4B
où l’on met un colorant sensible à l’activité dans les neurones sensoriels olfactifs,
puis on dégage le bulbe en relevant la plaque crânienne. En faisant sentir à l’animal des odeurs, on peut voir
?0A 34B 0;3L7H34B 0;8?70C8@D4B
quelles zones s’allument au niveau
de son bulbe. Ainsi on peut voir la carte d’activation A843 4C 0;
des différents

glomérules.

>34 2><18=0C>8A4 3R02C8E0C8>= 34B 6;><LAD;4B
?0A 34B 0;3L7H34B 0;8?70C8@D4B

'D8 ;8C ;4 2>34
pentanal, hexanal,heptanal,octanal, and nonanal

8BC8=2C A4?A4B4=C0C8>=B >5 >;502C>AH
8=5>A<0C8>= 8= 38554A4=C 2>AC820; 24=CA4B
pentanal, hexanal,heptanal,octanal, and nonanal
On a donc une représentation topographique combinatoire des odeurs dans le bulbe olfactif.

Le cortex :
L’organisation précédemment observée dans le bulbe n’est pas du tout conservée au niveau du cortex.
En regardant l’activité du cortex piriforme en réponse à des odorants on observe une sorte de dispersion
massive de l’information qui peut être différente d’un individu à l’autre au sein d’une même espèce.
On a donc une représentation dispersée dans le cortex piriforme.

8B?4AB8>= 30=B
2>AC4G ?8A85>A<4

>=E4A64=24 30=B
0<H630;4
)>BD;B:8 4C 0;

=> Il y a une dispersion dans l’épithélium, une ségrégation dans le bulbe et un retour à la dispersion dans le
cortex
Un seul odorant mobilise 3 à 15% des cellules du cortex piriforme. Donc différents odorants peuvent
activer les mêmes cellules. On peut donc supposer qu’un neurone répond à différents odorants. Cependant un
même odorant semble être représenté par un ensemble unique de cellules. Et cette organisation n’est pas
identique d’un individu à l’autre, ce qui suggère que l’odorat n’est pas inné mais acquis. Chaque individu au
cours de sa vie a appris à associer une odeur à l’objet dont elle provient. Si c’était inné, l’information serait
câblée de façon identique chez tous les individus d’une même espèce.
Cependant il semble exister dans odeurs innées : cf. l’odeur du renard chez la souris de laboratoire qui n’a
jamais rencontré de renard dans sa vie.
Il est possible de colorer toutes les cellules mitrales connectées au même glomérule. On observe la
dispersion des projections axonales dans le cotex. Mais au niveau de l’amidale, les projections ressemblent à
ce qu’il se passe au niveau des glomérules : les connexions sont à nouveau organisées et stéréotypées. C’est
cette organisation qui serait responsable des réponses innées.

La voie voméronasale : la perception des phéromones
Il s’agit d’un deuxième système olfactif qui est essentiel chez les carnivores et les rongeurs, mais qui
serait absent chez l’Homme.
Une partie de l’épithélium olfactif, l’organe
voméronasal, envoie ses projections vers le
bulbe olfactif accessoire. C’est une région
séparée de l’épithélium classique.
Ce système prend en charge l’information
olfactive en provenance des membres de la
même espèce ou des prédateurs pour médier les
réponses sexuelles et l’agression. Les odorants
reconnus par ce système sont les phéromones.
Suivant les espèces animales on trouve des
phéromones dans la peau, la salive, l’air expiré,
les sécrétions des voies uro-génitales, les
sécrétions vaginales chez les primates, les
glandes annales, les urines et les selles. Ce qui
fait dire que ça ne concerne pas l’espèce
humaine c’est le fait que les gènes des récepteurs
aux phéromones sont tous des pseudogènes chez
l’Homme, donc on aurait pas les bons récepteurs.
Par contre certains résultats d’expériences sont
particulièrement troublant et suggèrent des
réponses de types phéromonales.
Le canal TRP2 est indispensable à la
transduction du signal.

C’est l’exemple des femmes qui ont leurs menstrues toutes au même moment lorsqu’elles vivent dans un
même dortoir, ou des strip-teaseuses qui lorsqu’elles sont en période d’ovulation reçoivent 30 à 40% de
pourboire en plus.
L’explication serait que la réception des phéromones passerait par le système classique de réception des
odeurs.
Films :
On sait que les odeurs sont nécessaires à l’agression entre mâles chez la souris.
On met deux souris dans une même cage : une souris sauvage à droite dans la vidéo et une souris castrée à
gauche. La castration permet de s’assurer que l’on étudie pas des réponses de type hormonal.

1)

DA8=4

2)

*A?


3)

1) Témoin : les deux souris vivent ensemble sans problème
2) On met de l’urine sur le pelage de la souris castrée afin de lui donner une odeur forte :
'+ Q
La souris sauvage attaque violemment " #-)*S( J$J*
la souris castrée (qui pue..).
, K 3D 6L=><4
3) On mute les souris%( 6M=4B >D ?B4D3> 6M=4B 38B?4ABLB
pour TRP2, donc qui ne peuvent pas transduire
le signal des phéromones :
La souris non castrée tente de s’accoupler avec l’autre souris. Ce résultat est très étonnant, le phénotype
attendu était une souris qui ne s’accouple plus du tout.
Dans le cas de souris femelles, la souris femelle se comporte comme un mâle avec l’autre femelle, c’est à
dire qu’elle tente de s’accoupler comme si elle était un mâle.

De ce type d’expérience on conclut que ce ne sont pas les cerveaux mâles et femelles qui sont différents,
mais vraiment la perception olfactive des phéromones.
Cependant il serait important de savoir si en mutant TRP2, il n’y a pas eu d’autre circuits de cerveau qui ont
6M=4B 5>=2C8>==4;B
été atteint.
6M=4B 4= 2;DBC4A

Un mystère génétique :
Transition pour se détendre..
1000 gènes de récepteurs olfactifs dans notre génome, et pourtant un seul exprimé dans chaque cellule :
comment cela se passe-t-il ?
(>D@D84A ;DB<0=
Ses gènes se retrouvent un peu sur tous les chromosomes, souvent rassemblés ensemble sous forme de
clusters.
Manipes qui ont permis de montrer que chaque cellule ne produit qu’un seul récepteur :
1) Single cell RT-PCR :
On prend le cytoplasme d’un seul neurone sensoriel olfactif et à l’aide de RT-PCR on montre qu’il n’y a
toujours qu’un seul récepteur exprimé.

2) Souris transgéniques :
On remplace le gène du récepteur par le gène du récepteur + IRES + tau-LacZ ou tau-GFP. On s’intéresse
alors à un complexe de récepteurs regroupés sur le même chromosome (on étudie ici le récepteur 37).
)CA>C<0==

7A

- (b) En croisant la souris 37A-GFP avec la souris 37B-LacZ (avec LacZ en rouge et GFP en vert), on voit
que les récepteurs ne sont pas localisés dans les mêmes cellules.
- (e) En croisant une souris A-LacZ avec une souris A-GFP, on n’a toujours pas de co-localisation pourtant il
s’agit cette fois-ci des mêmes récepteurs.
Comment ça se fait ?
Il y a une empreinte parentale, c’est à dire qu’il y a une gène parmi les 1 000 qui a été exprimé, et un allèle
sur les deux. C’est une expression mono-allélique d’un récepteur olfactif par un neurone sensoriel olfactif.
Comment cela est-il possible ?

G?A4BB8>= <>=>0;;L;8@D4 3RD= (% ?0A $)%
%## $*

Hypothèses :

1) Réarrangements génomiques : C’est ce qui se passe dans le système immunitaire.
2) Modèle déterministe dans lequel dans chaque cellule il y a un set transcription qui gouverne la
transcription d’un seul récepteur.
3) Modèle stochastique dans lequel il y a quelque chose qui choisit au hasard le récepteur exprimé, et
une fois le choix fait tous les autres sont bloqués.

AL0AA0=64<4=CB 6L=><8@D4B

1) Les réarrangements génomiques ont été testés en prenant le noyau d’un neurone sensoriel olfactif à partir
duquel on redérive une souris entière. += AL0AA0=64<4=C 6L=><8@D4
Pour cela le noyau du neurone est inséré dans un ovocyte et on
<>3M;4 3LC4A<8=8BC4
clone le tout.

;>=064 34 B>DA8B K ?0AC8A 3RD= =>H0D 34 $)%
<>3M;4 BC>270BC8@D4
G?A4BB8>= 3RD= (% ?0A $)%
?0B 34 AL0AA0=64<4=CB
660= $0CDA4 G4;
"8 $0CDA4 #><104ACB

(L68>=B AL6D;0CA824B 4= 28B 34B 6M=4B 34 (% ;RL;L<4=C
On a alors deux solutions :
- S’il y a des remaniements, la souris n’aura qu’un seul type de récepteur dans son épithélium
- S’il n’y a pas de remaniements, la souris aura tous les récepteurs.
Or on observe que les souris ont tous les types de récepteurs. Donc l’hypothèse d’un remaniement
génomique est exclue.
2) et 3) Ensuite l’équipe de chercheur s’est interrogée sur le fait qu’il puisse y avoir des régions régulatrices
en cis des gènes des RO (récepteurs olfactifs). Elle a trouvé une région intéressante que l’on appelle
élément H très conservée )4A8I0F0 4C 0;
de la souris à l’homme localisée sur le chromosome 14 en amont d’un complexe
de récepteurs.
Est-ce que ça ne serait pas cette séquence qui gouvernerait l’expression des différents récepteurs situés dans
le complexe voisin ?
Lorsque l’on retire la région H les récepteurs ne sont exprimés. Lorsque l’on rajoute H devant d’autres
récepteurs cela induit leur expression. Donc H est nécessaire et suffisant à l’expression des récepteurs. On en
déduise le modèle suivant :

Il y a la formation d’un complexe d’activation qui va entrainer un choix stochastique d’un des récepteurs parmi ceux
situés en aval de la région H. Il y aurait repliement et activation de la transcription d’un récepteur. Donc l’expression
du récepteur est induite.

L’expression du récepteur est un signal qui est un feed-back inhibiteur pour l’expression de tous les autres
gènes. Mais on n’a pour le moment aucune idée de comment fonctionne ce feed-back inhibiteur.

"RL;L<4=C 02C8E0C8>= 4= CA0=B
"><E0A30B 4C 0;

=C4A27A><>B><0; 8=C4A02C8>=B 0=3 %( 27>824

Dans un papier ils ont décrété que l’élément H était un élément
activateur en trans, c’est à dire qu’il régulait la transcription des
gènes proches mais aussi celle de tous les autres gènes. Il y aurait
une interaction inter-chromosomique pour le choix des récepteurs.
Grâce à du FISH ils observaient que l’ADN de H était toujours
associé avec le gène du récepteur exprimé par une cellule.
Dans les cellules exprimant M50 par exemple, H est toujours
rapproché du site d’expression de M50. Donc il y a toujours une
proximité entre H et le gène exprimé. Cette proximité est aussi
visible au niveau de l’expression de l’ARN.
Mais en fait ce concept, très intéressant et très original est
complètement faux.

Le problème c’est qu’ils ont publié ces travaux sans faire le knock-out de l’élément H.
L’année d’après le knock-out de l’élément H a été fait par deux équipes différentes, et on observe que tous
les récepteurs sont exprimés normalement (un récepteur par cellule) alors que sans H on s’attendait à ce
qu’ils soient tous exprimés dans toutes les cellules. Donc le papier qui avait été publié comportait une erreur.
Cependant l’article publié dans Cell n’a jamais été rétracté.
Depuis une autre publication de la même équipe est sortie dans Cell l’an dernier proposant un nouveau
mécanisme épigénétique très intéressant. Toutes les régions de promoteurs des récepteurs olfactifs sont dans
de l’hétérochromatine constitutive (= qui ne peut pas être traduite, c’est l’hétérochromatine des télomères et
des centromères). Du coup les gènes des récepteurs ne sont pas traduisibles, mais tout le long du lignage des
cellules, c’est à dire depuis la cellule basale qui donne naissance au jeune neurone puis au vieux neurone, les
gènes des récepteurs olfactifs sont «étouffés» dans cette l’hétérochromatine. Cette hétérochromatine est
caractérisé par les méthylations de l’histone 3 au niveau de la lysine n°9 et de l’histone 4 au niveau de la
lysine n°20. Leur explication est que au niveau de l’allèle qui s’exprime, ces marques de l’hétérochromatine
constitutive sont levées par déméthylation des histones et donc un récepteur est exprimé. L’expression de ce
récepteur inhiberai l’activité de déméthylation.

+= =>DE40D 2>=24?C 34 CA0=B 4=70=24A ?>DA D= 27>8G
BC>270BC8@D4 34 (%

!% 4;4<4=C 01B4=24 3R4G?A4BB8>= 34B (% 3D 2;DBC4A
#%( D=8@D4<4=C
Conclusion :
DBB 4C 0;
Globalement
il y aurait un terrain de non-transcription et exceptionnellement il y aurai une activité
enzymatique qui permettrait de libérer cette hétérochromatine. Ensuite l’expression du récepteur inhiberait
cette enzyme, ce qui empêche l’expression d’autres récepteurs dans une même cellule.




Documents similaires


Fichier PDF neuro 5 part 2
Fichier PDF gustation olfaction
Fichier PDF td neurogenese1
Fichier PDF 1 endocrinologie
Fichier PDF extrait de cours s1
Fichier PDF physiologie du neurone


Sur le même sujet..