SAINT BONNET itinéraire 1 T la ville .pdf



Nom original: SAINT BONNET itinéraire 1 T la ville.pdf
Titre: 1
Auteur: Lili

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Conv2pdf.com, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 22/03/2012 à 15:15, depuis l'adresse IP 87.67.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 859 fois.
Taille du document: 785 Ko (8 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


ESCAPADE DANS LE DEPARTEMENT Des HAUTES ALPES
Saint Bonnet en Champsaur - itinéraire 1 - visite pédestre

Bourg ancien, il existait déjà à l'époque romaine. C'est au 11e s. qu'il a pris une certaine importance avec
l'implantation d'un prieuré par l'abbaye de Saint-Victor de Marseille.
Patrie de François de Bonne, duc de Lesdiguières et dernier connétable de France, Saint Bonnet a conservé de
précieux vestiges de son passé.
C’est à l’office du Tourisme du pays de Saint Bonnet, que vous pourrez vous procurer le carnet de route, qui
vous permettra de partir à la découverte du centre historique de Saint Bonnet, Il fait bon se promener dans ses
ruelles médiévales, pour découvrir :

1. Départ de la visite du parking de Chaillol

2. Place du Chévreril
Ce quartier a conservé sa physionomie médiévale avec ses ruelles étroites et sinueuses. Encore au début du
20e s. chaque placette avait son marché de spécialités une fois par semaine. Certaines rues et places ont ainsi
pris le nom des produits vendus.
Nom issus du patois "lou chabrariou" désignant le lieu du marché aux chèvres. Là les chevriers regroupaient
leurs troupeaux pour vendre quelques bêtes avant de se rendre dans les pâturages.
Les jours de foire et de marchés, l'animation était vive. Les troupeaux de chèvres et les étals des commerçants
se côtoyaient dans une ambiance festive. La physionomie actuelle de la place n'a pas changé depuis un siècle.
La place regroupait douze commerces au début du 20e s. Quatre cafés en faisaient partie. Sur le trottoir du
café "le bon paysan" (actuelle pharmacie), se trouvait "le banc des ânes". Une tradition orale dit qu'on y venait
s'asseoir pour chercher du travail : les fermiers en quête d'un domestique venaient y faire leur choix. Ils
emmenaient la recrue boire le "mesuron" au café, et là, estimant qu'elle était assez résistante, ils partageaient
enfin un bon repas pendant lequel le contrat oral était détaillé.

Construit en 1724 par Jacques Pascal (constructeur de la
Chapelle des Pétètes), le barquier qui fût utilisé d'abord
comme un simple point d'eau, puis comme abreuvoir, et
enfin, comme lavoir est aujourd'hui une simple fontaine
d'ornement, sur laquelle trône, désormais, le buste du Duc
de Lesdiguières.

3. Place de la Tour ou place "Clavaison"
Au cœur du village, cette ravissante placette communément appelée place de la tour par les Saints Bonnetiers,
cette place porte aussi le nom de "Clavaison" du nom d'un illustre gouverneur protestant, qui oeuvra aux côtés
de Lesdiguières pour la modernisation du bourg. Les jours de marché, elle était réservée à l'artisanat. C'est ici
que l'on dressait les étals des serruriers, des couteliers et autres métiers en relation avec le fer. En 1902, la
place était animée par un atelier de couture qui employait quatre ouvrières et trois apprenties. On y trouvait
également une culottière, un barbier, deux bouchers, un tisserand et un abattoir.
La maison de "La Tour"
Cette tour visible de la place Grenette, comporte un
escalier à vis qui pourrait dater de la fin du 16 e ou du
début du 17e s.
La façade principale de cet édifice donne sur la place
de Lesdiguières.
Au sous-sol on trouve deux caves voûtées en berceau.
Une 3e cave accessible par la tour d'escalier est
construite sous la rue Lesdiguières (actuellement
détruite).
L'autre particularité de cette maison est la présence
d'un avancée de toit construite sur la façade Est, à côté
de la tour; ce caisson permettait sans doute d'aérer le
fourrage stocké sous les combles.
Au 14e s. la tour était le siège d'un tribunal. L'escalier à
vis permettait tout comme<aujourd'hui, d'accéder aux
étages par les caves.
Au début du 20e s. le bâtiment devient une tavernes où
on y sert une nouvelle boisson : le café.
Dans les années 1930, un salon de coiffure se situait au
1er étage et devient ensuite le logement privé du
cafetier.

4. La Place Grenette
Cette place, qui a su conserver son caractère moyenâgeux, était réservée au marché des grains,
d'où son nom de place Grenette.
La halle
Construite en 1843 sur l'emplacement du temple protestant, cette halle abritait le marché aux grains, ainsi
que les charrettes à foin ou à grain; le bâtiment, qui jouxte actuellement cette halle, et qui est aujourd'hui
l'Office de Tourisme, était le logement du pasteur.

Sa charpente particulière à quatre
pentes, sur laquelle est fixée une
poulie qui servait à peser les sacs
de grains, est en bois de
châtaignier. Au centre, on peut
remarquer la présence d'une
pierre cubique, qui permettait de
charger les sacs de grains à
cabalette, à dos d'homme.

Le puits

Datant probablement du 16è s. portait également le nom de
"brandoire", en raison de la présence d'un long balancier que l'on
manipulait de droite à gauche, afin de pomper l'eau.
Les habitants "brandaient" le puits profond de sept mètres, pour y
puiser l'eau.
Plus tard, le balancier fut remplacé par une noria : système de godets
fixés sur une chaîne sans fin, beaucoup plus efficace.

5. Rue des Ecuries

L'entrée de cette rue se fait par un portique.
Une sorte de porche qui servait notamment de renfort
aux deux maisons. C'est dans cette rue, que Jean Martin
Champoléon fut l'ami d'enfance puis le fidèle parmi les
fidèles du Duc de Lesdiguières. Il entra même dans la
maison des Lesdiguières, puisqu'il épousa la sœur de ce
dernier.

Nous descendons la rue de l'Eglise en passant par

6. Rue Lesdiguières

pour atteindre

7. Place aux Herbes
Très fréquentée du fait de sa position centrale, entres les rues de la vieille ville menant aux portes St Jacques et
St Eusèbe, cette place s'ouvre plus largement vers l'église paroissiale. Bordée d'écuries et de grandes fermes,
elle sera réservée à la vente des produits fermiers et des plants à partir de 1775.

Les arcades ou "tounes" situées au
rez-de-chaussée du bâtiment, elles
ouvraient sur les écuries. Par
mauvais temps, elles servaient
d'abri pour soigner les chevaux.
Le lundi du marché et les jours de
foire, on y vendait tous les
produits de la ferme et dès le
printemps, les plants destinés au
potager. On y trouvait aussi les
herbes
aromatiques
ou
médicinales
communément
utilisées dans les foyers.

Les ruelles de St Bonnet sont pourvues de
nombreuses "andrones". Du provençal androuno
(ruelle), ces passages permettaient d'augmenter la
surface de l'habitation sans empiéter sur la rue. Une
d'entre elles est appelée "androne du Bailli", du nom
de celui qui rendait la justice au nom du seigneur.

A gauche des portiques, on aperçoit un très beau
bâtiment qui aurait été celui de Pierre Martin de
Champoléon, protestant attaché à la maison des
Lesdiguières.

8. Rue St Jacques

On suppose que cette rue était le passage de
prédilection des pèlerins, qui après avoir trouvé
refuge et hospitalité à l'Hôpital, empruntait de
chemin pour poursuivre leur voyage, au long court,
vers Saint Jacques de Compostelle.

9. Rue de l'Hôpital

Cette rue était l'une des entrées du bourg. Il se trouvait dans
cette rue, un établissement qui proposait aux voyageurs, le
gîte et le couvert, parfois quelques soins. Plus hôtel
qu'hôpital, cette bâtisse dont il ne reste aujourd'hui que la
porte cochère fut fondée par les Dauphins et appartint à
l'ordre de Malte.

10. Rue des Maréchaux
Cette rue fut à une époque l'une des plus fréquentée du village. Desservant l'ensemble des places et placettes,
rues et ruelles du centre du village, elle supportait les piétinements répétés et incessants des charrettes et chars,
des godillots et des sabots de toutes sortes. Entièrement pavée avec les galets du Drac, elle faisait subir des
nombreux outrages aux fers des chevaux et par conséquent, bien malgré elle, au commerce des maréchaux
ferrant. Elle en prit donc le nom.

Nous remontons la rue des Maréchaux
Atteignons la Place du Chévreril et regagnons le parking




Télécharger le fichier (PDF)

SAINT BONNET itinéraire 1 T la ville.pdf (PDF, 785 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP







Documents similaires


saint bonnet itineraire 1 t la ville
saint bonnet itineraire 2 t
programme st esprit en fete
guillestre itineraire 1 t la ville
cluster batiment econome habitats rt 2012 interactif
notretempsoctobre2016rancedinardp73

Sur le même sujet..