Bilan convergence .pdf



Nom original: Bilan_convergence.pdf
Titre: convergence lithosphérique
Auteur: LEPORT

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Office Word 2007, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 24/03/2012 à 22:50, depuis l'adresse IP 41.107.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 2795 fois.
Taille du document: 168 Ko (6 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


Convergence lithosphérique
OBJECTIFS : Compléter l’étude de la dynamique de la lithosphère en abordant la convergence,

INTRODUCTION :

Rappels des notions vues en première sur la dynamique lithosphérique :
-

Domaines océanique et continental. Le critère : la nature des roches granites, gneiss ;
minéraux : quartz, feldspath et mica pour le domaine continental basalte gabbros ;
minéraux : feldspath, plagioclases et pyroxène

-

Structure interne du globe : croûte et manteau, discontinuité de Moho, vitesse des ondes
5,5Km/s à 6,3Km/s, plus de 8 Km/s. Epaisseur variable de 35 à 70 Km pour la croûte
continentale ; épaisseur de 6 à 7 Km pour la croûte océanique.
Lithosphère =croûte + manteau supérieur limitée par LVZ,
température de 1300°C ρ= 3.3 g/cm3
asthénosphère ρ = 3,25 g/cm3
Manteau constitué de péridotites
Noyau : très dense, au dessous de 2900 Km (fer à 80%
et20% ?)

-

Tectonique des plaques : déplacement de plaques lithosphériques rigides, expansion
océanique
Les mouvements des plaques : mouvements de rotation autour d’un axe passant par le
centre de la terre.
Définition de 4 types de frontières de plaques : frontières de divergence, frontières de
convergence avec subduction, frontières de convergence avec collision, frontières en
coulissage.
Les mouvements des laques peuvent être déterminés grâce au système GPS et reconstruits
à l’aide des anomalies magnétiques.

-

Les plaques divergent au niveau des dorsales, convergent au niveau des zones de
subduction et de collision et coulissent le long des failles transformantes.

-

Le moteur de la tectonique des plaques réside dans la mise en mouvement du manteau
solide (convection mantellique) due à la dissipation de l’énergie interne du globe.

-

Les dorsales océaniques sont découpées par de multiples failles qui attestent d’une
divergence des plaques de part et d’autre de leur axe. Elles sont le siège d’une production
importante de magma de nature basaltique issu de la fusion partielle des péridotites du
manteau.

-

Ce magmatisme, dont l’origine est associée aux mouvements ascendants de la convection
du manteau sous les dorsales, met en place la croûte océanique.

-

En s’éloignant de la dorsale, la lithosphère océanique se refroidit, s’épaissit et s’hydrate.

-

Les marges passives des continents ont enregistré dans la géométrie de leurs dépôts
sédimentaires l’histoire précoce de la formation de l’océan.

cours convergence

-1-

Chapitre 1 : Convergence et subduction
Objectif : Etudier les caractéristiques géologiques de la subduction d’un panneau de lithosphère
océanique, phénomène associé à de nombreuses frontières en convergence.
1/ Les marqueurs de la subduction
Objectifs notionnels :
Associer la subduction à des zones de convergence de plaques
Identifier les reliefs négatifs et positifs caractéristiques de ces zones, en particulier la fosse
océanique
Associer à ces reliefs une distribution particulière du flux thermique.
Justifier le terme de « marge active ».
La signature jusqu’à 700km des foyers sismiques est une signature de la subduction
Savoir déterminer un plan de bénioff.
Savoir donner l’orientation géographique de plongement d’un plan de bénioff, à partir des
données de profondeur des foyers données sur certaines cartes
Comparer une subduction océanique et une subduction continentale
TP1 P. 190 et 191. La marge active andine
Identifier les plaques de la région sud américaine côté ouest
Quels sont les mouvements relatifs observables ?
A la latitude 10° sud, réaliser un profil topographique. Qu’observe t-on ? La présence de reliefs négatifs
et positifs.
Comparer votre profil avec le document c concernant le flux thermique.
Quels autres phénomènes observe t-on dans cette zone ?

Cours :
. Les caractéristiques principales des zones de subduction sont :
- La présence de reliefs particuliers (positifs et négatifs).
- Une activité magmatique importante.
- Une déformation lithosphérique importante.
- Une répartition des flux de chaleur.
TP2 P. 192 et 193 Les séismes des zones de subduction
Proposer une hypothèse à la présence de foyers de séismes au dessous de 70 km.doc 1a
Représenter selon l’axe AB, la profondeur des foyers sismiques en fonction de leur distance par rapport à
l’axe de la fosse. Qu’en concluez-vous par rapport à votre hypothèse.
La fosse des Mariannes représente une autre zone de subduction. Quelle est sa particularité par rapport à
celle du Pérou. Etablissez les principales caractéristiques des zones de subduction. Quelle différence y a til entre les deux types de subduction ?
Cours :
La distribution géométrique des séismes matérialise le plongement d’une portion rigide de lithosphère à
l’intérieur du manteau plus chaud et ductile.
.

cours convergence

-2-

2/ L’évolution de la densité de la lithosphère
Objectif :
- Constater que la densité moyenne de la lithosphère océanique augmente avec son éloignement de
l’axe de la dorsale.
- Comparer la masse d’une colonne de la lithosphère océanique d’age donné et celle d’une colonne
d’asthénosphère de même surface et de même hauteur.
- Le moteur essentiel de la subduction est la différence de densité entre la lithosphère océanique et
l’asthénosphère.
- Au cours de son enfoncement au sein du manteau, la transformation des basaltes et des gabbros de
la croûte océanique en éclogites densifie encore la lithosphère, c qui entretient le moteur de la
subduction.
- Observer et identifier un méta gabbro à glaucophane (schiste bleu)
- Observer et identifier un méta gabbro à jadéite et grenat (éclogite).
- Montrer que les études expérimentales permettent de comprendre les conditions
thermodynamiques de formation de ces minéraux repères
- Interpréter l’histoire d’une roche métamorphique à l’aide de ses associations minéralogiques.

TP3 p. 194 et 195 : Age et densité de la lithosphère océanique.
Montrer qu’une jeune lithosphère est en équilibre sur l’asthénosphère (masse volumique inférieure)
A partir du tableau du document 2 représentez sur un graphique les variations avec l’age d’une colonne de
lithosphère océanique et celles d’une colonne d’asthénosphère.
L’étude de ce graphique montre un fait intéressant. Lequel ? Quelles en sont les conséquences ?
Expliquer le rôle des éclogites dans la subduction.
Pourquoi rencontre t-on cependant de la lithosphère dont l’âge est supérieur à 30 millions d’années, à la
surface du globe ?
Courbe réalisé à partir d’Excel.
Cours :
L’évolution de la lithosphère océanique qui s’éloigne de la dorsale s’accompagne d’une augmentation de
sa densité jusqu’à dépasser la densité de l’asthénosphère : cette différence de densité est l’un des
principaux moteur de la subduction.

TP4 p. 196 et 197 : Les transformations minéralogiques de la croûte océanique.
Etude de roches du Mont Viso (Alpes franco italiennes)
- Observer et identifier le méta gabbros (schiste bleu et éclogite).
- Montrer que les études expérimentales permettent de comprendre les conditions
thermodynamiques de formation des minéraux repères.
- Interpréter l’histoire d’une roche métamorphique à l’aide de ses associations minéralogiques.

cours convergence

-3-

Deux échantillons de roches du manteau : un méta gabbro et un gabbro à chimie constante.
Schiste bleu glaucophane
éclogite grenat et jadéite (pyroxène de haute pression)
Les transformations se font à chimie constante (transformation structurale et minéralogique)
Le document 3 diagrammes pression-température, montre le rôle de la pression dans les transformations
avec libération d’eau (déshydratation), eau provenant de l’hydratation de la lithosphère océanique.
Cours :
Le long du plan de Bénioff, les roches de la lithosphère océaniques sont soumises à des conditions de
pression et de température différentes de celles de leur formation. Elles se transforment et se
déshydratent. Des minéraux caractéristiques des zones de subduction apparaissent.

3/ L’activité magmatique des zones de subduction

Objectif :
 Les zones de subduction sont le siège d’une activité magmatique caractéristique.
 Ce magmatisme s’exprime sous la forme de laves (andésites, rhyolites) et de roches plutoniques
(granodiorites).
 Le magma provient de la fusion partielle du manteau au dessus du plan de Bénioff.
 L’eau, issue de la déshydratation de la croûte océanique, est l’agent déclenchant de cette fusion
partielle.

TP5
p. 198 et 199
doc. 1 :
Zone de subduction. Plongée jusqu’à 2500 Km dans le manteau (tomographie) Beaucoup de volcans
(Krakatau, Mérapi,…)
3 périodes de volcanisme (40-15, 15-2, actuel).
Plan de Bénioff (60°)
Subduction pendant 50 M.A
Roche = andésite, roche enrichie en silice, aluminium et feldspath alcalin, mais appauvrie en calcium, fer
et magnésium.
Enrichissement en potassium
Doc 2
Deux roches : Andésite (lave) et granodiorites (pluton) de même minéralogie.
Doc 3
Diagramme P et T L’eau facilite la fusion partielle de la péridotite (courbe H) elle intervient au
voisinage de 1000°C.
L’eau, dispersée dans le manteau, l’entraînant en profondeur. Lorsque celui ci atteint la température de
1000°C, il fond partiellement.
Cours :
Le magma provient de la fusion partielle des péridotites au-dessus du plan de Bénioff, cette fusion est due
à l’hydratation du manteau.
L’eau provient de la déshydratation des roches de la plaque plongeante.

cours convergence

-4-

Chapitre 2 : Convergence et collision
Objectif : Montrer, à partir de l’exemple des Alpes occidentales franco-italiennes, que la collision
continentale est l’aboutissement de la fermeture océanique.
1/ Les marqueurs de la collision
Objectifs notionnels :
Identifier les principaux marqueurs de la collision continentale visibles sur le terrain
Identifier l’un des principaux marqueurs de la collision continentale : la racine crustale,
identifiable grâce à des profils sismiques jusqu’à une cinquantaine de Km de profondeur
dans les Alpes.
Identifier des marqueurs tectoniques tels que des charriages à l’échelle de la lithosphère.
1-1Les témoins du raccourcissement
Activité 1
Mettre en évidence les marqueurs de la collision : Plis, Failles et Nappes de charriage.
Notions de plis, de failles inverses et de charriages.
TP1 p. 216 - 217
Cours :
. Les conséquences les plus visibles du raccourcissement de la croûte continentale sont :
- des plis, des failles et des charriages
1-2- Raccourcissement et épaississement crustal
Activité 2
-Mise en évidence de l’épaississement à partir de l’analyse de profils sismiques levés au travers de
chaînes de montagnes.
TP2 p.218 – 219
Etude d’un profil sismique montre que l’épaisseur de la croûte continentale est ici doublée.

Cours :
. Les conséquences les plus visibles de l’épaississement de la croûte continentale sont :
- une topographie particulière (des reliefs élevés associés à une racine crus tale)

2- Les témoins d’une ancienne lithosphère océanique
Objectifs notionnels :
- Reconnaissance de blocs basculés, séries sédimentaires associées au processus d’expansion →
ancien domaine océanique et ses marges passives
2-1-

Ophiolites

Activité 3
- Reconnaissance et étude des indices d’une subduction :
roches, rifting

cours convergence

-5-

ensemble ophiolitique comme celui de la lithosphère océanique, soit succession de basaltes, complexe
filonien, gabbros, péridotites serpentinisées.
Basaltes donnent une forme de pillow-lavas
Failles normales d’extension
Dépôts anté-rifts des formations sédimentaires formations sédimentaires syn-rift, puis post-rift
Cours :
. Les Dans les Alpes franco-italiennes affleurent des roches qui contiennent témoins minéralogiques des
conditions de pression et température d’une subduction. Il s’agit d’éléments d’une ancienne lithosphère
océanique subduite et ramenée en surface (ophiolites).
Dans les Alpes franco-italiennes affleurent des témoins de marges passives : sédiments, blocs basculés de
croûte océanique non subduite (ophiolites).
2-2- Le métamorphisme
Activité 4
Le métamorphisme, témoin de la paléosubduction
TP4 P 222 – 223
Le métamorphisme des Alpes.
Les conditions sont des conditions de métamorphisme extrême (haute pression, basse température)
Les marges passives sont déformées et témoignent de la collision continentale. La convergence est ici
absorbée par la déformation des marges qui se raccourcissent et s’épaississent, conduisant à la formation
d’une chaîne de montagnes.

3- BILAN
Dynamique de la lithosphère de l’ouverture de l’océan à la naissance d’une chaîne de montagne

Après la collision, la chaîne de montagnes est le lieu d’une évolution tardive : érosion en surface, fusion
partielle en profondeur.
La fin de ce chapitre est l’occasion de dresser un rapide bilan de la dynamique de la lithosphère, de
l’ouverture océanique à la naissance d’une chaîne de montagnes.
Construction des schémas représentant l’évolution de l’océan de sa formation jusqu’à sa fermeture lors de
la formation de la chaîne de collision.

cours convergence

-6-



Documents similaires


bilan convergence
n9yoo09
svt partie 5
type i geol
qcm geologie
blblbl


Sur le même sujet..