GREENBAUM.pdf


Aperçu du fichier PDF greenbaum.pdf

Page 1...6 7 891040




Aperçu texte


ans et demi environ, après qu’on l’a rendu dissociatif. Ils le rendent
dissociatif par des sévices, comme des abus sexuels, mais aussi par
certaines pratiques, comme lui placer un piège à souris au bout des doigts
tout en disant aux parents : « N’entrez pas. Attendez que l’enfant ait cessé
de pleurer. Là seulement, vous pourrez entrer et le lui enlever [6]. »
Ils commencent de manière rudimentaire vers deux ans et demi et passent
apparemment à la vitesse supérieure vers six ans-six ans et demi, puis
poursuivent pendant toute l’adolescence, avec des renforcements
périodiques à l’âge adulte.
Pour programmer un enfant, on le place habituellement sur un brancard.
On lui pose un goutte-à-goutte dans une main ou un bras. Il est sanglé, en
général nu. Des fils électriques placés sur sa tête permettent de suivre son
électroencéphalogramme. On le soumet à des lumières stroboscopiques, le
plus souvent rouges, parfois blanches ou bleues – d’après les descriptions.
Il me semble qu’en général, on lui administre du Demerol, ou parfois
d’autres drogues, selon le type de programmation. Tout le processus
semble être très scientifique, avec un protocole qui spécifie de donner telle
dose toutes les vingt-cinq minutes, jusqu’à ce que la programmation soit
achevée.
Les patients décrivent ensuite une douleur à l’oreille – généralement la
droite – dans laquelle il semble qu’une aiguille a été placée. On leur envoie
dans cette oreille des bruits étranges et confus, tout en leur projetant
devant les yeux des lumières pulsant à une certaine fréquence, pour induire
dans le cerveau un certain type d’ondes cérébrales – procédé qui évoque
les lunettes qu’on peut trouver chez Sharper Image et autres magasins de
ce genre.
Une fois que le cerveau émet le type d’ondes requis, la programmation
commence, orientée vers l’autodestruction et l’avilissement de la personne.
Pour une de mes patientes qui en a vraiment bavé, la programmation a
débuté dans un complexe militaire. Elle avait huit ans à l’époque. Elle n’est
pas un cas isolé. J’ai traité et suis intervenu sur des sujets qui ont fait partie
de ce projet originel de manipulation mentale. Dans nombre de cas, la
programmation fut effectuée sur des sites militaires. Nous constatons de