Strat gie d entreprise FD INT...pdf


Aperçu du fichier PDF strat-gie-d-entreprise-fd-int.pdf - page 4/64

Page 1 2 3 45664



Aperçu texte


travaux récents que nous détaillerons dans ce papier montrent qu'on peut les
enrichir, les affiner. L'examen exhaustif des variables externes à l'entreprise ou
internes est méthodologiquement possible : nous le constaterons dans la section
consacrée au diagnostic stratégique, préalable à la définition du contenu des
stratégies, examinée dans la seconde section.
Cela dit, et ce sera une première réponse à la deuxième partie de la question
(comment les décisions sont-elles élaborées), la mise en œuvre des différentes
méthodes et outils ne suffit pas à garantir la qualité des choix opérés. « L’art » du
stratège s’exprime dans la synthèse qu'il va réaliser, sur la base des informations
du diagnostic bien sûr, mais passées au crible de sa propre sensibilité, de son
intuition, de sa créativité. Ce n'est pas vraiment un hasard si, aujourd'hui, les
managers se tournent résolument vers des sciences susceptibles d'élargir leur
vision du monde: la sociologie, l'histoire, la philosophie. Certes, aucune de ces
sciences n'apparaît au bilan comptable, mais les grands patrons sont désormais
d'accord sur ce constat: l'économie ne suffit plus à comprendre l'économie.
Les Américains avaient montré la voie dans les années 80, en introduisant saint
Augustin dans le programme de formation de leurs managers. La sociologie,
l'ethnologie, l'histoire sont récemment entrées dans les entreprises françaises. La
recherche de valeurs morales, d'éthique donne envie à certains dirigeants de se
replonger dans Kant, Spinoza ou Pascal. Ils en attendent un élargissement et un
enrichissement de leur réflexion et de leur compréhension globale des
phénomènes sociétaux plutôt qu'une aide directement opératoire à leur prise de
décision. Cette aide, ils la trouveront de préférence chez les grands stratèges
militaires, Clausewitz ou Sun Zi, auteur chinois du Vème siècle avant notre ère.
L’ouvrage de ce dernier, "L'art de la guerre", propose une réflexion sur l'ambition,
le pouvoir, la continuité entre les manœuvres militaires et la politique, la
complémentarité des moyens directs et indirects mis en œuvre dans la stratégie,
l'importance des moyens psychologiques. Il est difficile de lire cet ouvrage sans
établir un parallèle permanent entre les stratèges militaires et les dirigeants
d’entreprise. Ces derniers peuvent aisément faire leurs les huit préceptes
fondamentaux présentés par Sun Zi : la lucidité, la prudence, la fulgurance, la
finesse, l'adaptation, l'économie de moyens, l'organisation et le contrôle. Ils
peuvent aussi méditer cette recommandation : "Il faut être rapide comme le vent,
posé comme la forêt, destructeur comme le feu, inamovible comme la montagne,
secret comme l'ombre, surprenant comme un coup de tonnerre" (Sun Zi, art. Vll,
53).

1. Introduction
1.2. Analyse et décisions stratégiques
1. En formulant, explicitement ou implicitement, un ensemble de valeurs et de
choix fondamentaux, la politique générale de l’entreprise définit la vocation (pour
quoi sommes-nous faits ?) et les missions telles que les conçoit son leader ou
l'équipe dirigeante. A ces "projets d'entreprise" sont associés des objectifs
généraux économiques et sociaux : être leader sur son marché, atteindre une
croissance et une rentabilité optimales, maintenir l'emploi, développer les

Stratégie d’entreprise

4

INTEC 2002