Pachamama 2010 .pdf


À propos / Télécharger Aperçu
Nom original: Pachamama_2010.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Scribus 1.3.3.9 / Scribus PDF Library 1.3.3.9, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 29/03/2012 à 22:02, depuis l'adresse IP 85.201.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1631 fois.
Taille du document: 19.3 Mo (24 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


PA H AMAMA
- Ta m ère , l
a Te rre -

Févrie r 2012 ­ N° 4

Pe ns e r écol
o

h al
te aux cl
ich és doute ux!

Cris e éne rgétiq ue

q u'e n e s t-ilvraim e nt?

R e ce
Las ag tte :
ne au
céleri

L'H UILE DE PALME

Im pacts s ociaux,
e nvironne m e ntaux e t
s anitaire s . Com m e ntagir?

Cons e il
s be auté éco

Le déodorantPie rre d'Al
un

Bio Vs Ecol
o

Que l
l
e s différe nce s ?
w w w .k otplane te te rre .be

AVANT­PRO PO S
Ch e r l
e cte ur, ch ère l
e ctrice ,
Ce tte  année  2012 m arq ue  le grand re tour,  après  
2 ans  d’abs e nce , de  la Pach am am a du K ot Planète  
Te rre  ! Ce tte  re vue  ne  s ’adre s s e  pas  e xclus ive m e nt 
aux  étudiants   m ais   aux  h abitants   de   Louvain­la­
Ne uve  e n général, s on but étant d’inform e r s ur de s  
th èm e s   e nvironne m e ntaux  s érie ux  e t  touch ant 
ch acun  d’e ntre   nous   m ais   aus s i  de   propos e r  de s  
alte rnative s  réalis te s , e t réalis ables , pour de s  acte s  
plus  re s pons ables . C’e s t dans  ce tte  optiq ue  q ue  la 
Journée  de  la Planète  Te rre , la troc te s  fringue s  ou 
e ncore   la  location  de s   incontournables   gobe lets  
réutilis ables  vous  s ont propos és  au fil de  l’année . 
La Pach am am a e s t donc un m oye n com plém e ntaire  
pour ouvrir de s  pis te s  de  réflexions  s ur notre  m ode  
de   cons om m ation  grâce   à  différe nts   articles , 
s cie ntifiq ue s  ou non, m ais  e lle offre  égalem e nt la 
pos s ibilité de  pas s e r concrète m e nt à l’action grâce  
à dive rs  « trucs  e t as tuce s  » propos és . 
Il ne  s 'agit pas  d'un re tour e n arrière  ou de  fre ine r 
le progrès , il s 'agit de  faire  face  à un m agnifiq ue  
défi; ce lui d'intégre r le re s pe ct de  notre  planète  aux 
évolutions   e xce ptionne lles   e t  ince s s ante s   de   notre  
s ociété.
N'h és ite z pas  à nous  faire  parve nir vos  réactions , 
re m arq ue s  e t articles  par m ail.
Bonne  lecture  à tous
    Le  K ot Plane te  Te rre  

Citation:

" C'e s t le de voir de  ch aq ue  h om m e  de  re ndre  au m onde  au 
m oins  autant q u'il e n a re çu." 
Al
b e rt Einste in 

SO M M AIRE PA H AMAMA
H uil
e de Pal
me,

Page 8

Un dés as tre  écologiq ue ?

Ecol
o Vs Bio

Page 18

Que lles   différe nce s   e ntre   tous  
ce s  labe ls?

Cris e éne rgétiq ue
Qu'e n e s t­il vraim e nt?

La re ce tte du Kap Ve rt
Page 20
Las agne  au céleri rave

Pe ns e r écol
o,

Page 4

H alte  aux clich és  doute ux!

Cons e il
s be auté écol
o
Page 13
Le s  déodorants  Pie rre  d'Alun

Page 14

Pe nse r ECO LO : 
h al
te  aux cl
ich és 
d oute ux!
Qu’il
s se l
im ite nt à q ue l
q ue s ge s te s durabl
e s ou défe nde nt
radical
e m e nt une idéol
ogie ve rte , l
e s écol
os s e m bl
e nt aujourd’h ui
corre s pondre à de nom bre ux profil
s . Mais , s ’il
s ont de pl
us e n
pl
us l
a cote , il
s font toujours l
’obje t de caricature s e t de préjugés
l
a pl
upart du te m ps injus tifiés . Pe tit coup de proje cte ur: être
écol
o, k és ak o?

A

ujourd'h ui,  on  pe ut  s e   de ­
m ande r  s i  "vivre   ave c  s on 
te m ps ",  c’e s t  re ntre r  dans   la 
norm e  actue lle de  la cons om m ation ou, 
au  contraire ,  être   capable  de   bous culer 
un  pe u  s e s   h abitude s   pour  s 'adapte r  ? 
S'adapte r... il y a com m e  un arrière ­goût 
de   s acrifice .  C'e s t  vrai,  c'e s t  s i  dur  de  
re nonce r  la  m oitié  de   l'année   à  s a  to­
m ate   e s pagnole  ins ipide   pour  de   s a­
voure ux poire aux bie n de  ch e z nous  e t 
de  s ais on, ou m êm e  de  faire  de s  économ ­
ie s  e n im prim ant re cto­ve rs o s ur du papi­
e r  re cyclé.  Pire   e ncore ,  q ue lle 
contrainte   d'évite r  près   de   4  tonne s   de  
déch e ts   durant  les   24H   vélo,  s im ple­
m e nt e n affonnant dans  un gobe let réutil­
is able ;­) !
Vu  com m e   ça,  cons om m e r  différe m ­
m e nt  ne   voudrait­il pas   dire   s e   prive r 
m ais   plutôt  re découvrir  ?  M ais   alors , 
puis q ue  la te ndance  e s t au nouve au, les  

étudiants  écolos  s e raie nt donc... "cools" 
?  M ouais , faut pas  rêve r. Et puis , e n­
core   faut­il  s avoir  ce   q ue   s ignifie  
vraim e nt  ce t  adje ctif  "écolo"!  Trop 
s ouve nt,  ce s   pe rs onne s   plus   s e ns ibles  
aux  q ue s tions   e nvironne m e ntales   e t  au 
déve loppe m e nt  durable  s ont  pe rçue s  
par la s ociété com m e  m arginales , ave c 
de s   idée s   q ui  parais s e nt  inapplicables , 
totalem e nt  e xtravagante s   e t  q ui  parfois  
m êm e   répugne nt…   h alte   aux  clich és  
doute ux !

Ecol
o, k és ak o ?
En  tant  q u’écolo,  on  pourrait  s ’at­
te ndre  à ce  q ue  tu élève s  une  colonie  de  
ch e nilles  e n voie  de  dis parition dans  ta 
ch am bre , q ue  tu te  lim ite s  à une  douch e  
m e ns ue lle  (voire   bim e ns ue lle),  q ue   tu 
s ois   e n  pre m ière   ligne   de   toute s   les  
m anife s tations  alte rm ondialis te s , q ue  tu 
ne   porte s   q ue   de s   vête m e nts   e n  coton 

biologiq ue  e t q ue  tu évite s  
de  près  ou de  loin tout ce  
q ui  touch e   à  l’h uile  de  
palm e  
(Vade  
R e tro 
Satanas ). Ça, c’e s t pour la 
caricature !  D ans   l’abs olu, 
un  écolo  fait  atte ntion, 
c’e s t vrai, à s a cons om m a­
tion  de   viande   e t  il  aim e  
les   trans ports   e n  com m un. 
Il a parfois  un (ve rm i)com ­
pos t  dans   s on  k ot,  pas s e  
régulière m e nt  s ous   la 
douch e   (s i,  s i)  m ais   pas  
trop  longte m ps   e t  préfère  
e nfiler  un  gros   pull q u'al­
lum e r  le  ch auffage   q uand 
les   te m pérature s   re froid­
is s e nt 
m ais  
q u’e lles  
re s te nt clém e nte s . 

Ecol
os = idéal
is te s ?
Bie n  s ûr…   q ue   non  ! 
Nature llem e nt,  ce rtains   « 
écolos   »  s ont  idéalis te s   e t 
ont  de s   obje ctifs   pe u  ra­
tionne ls  m ais   la  plupart 
ont les  pie ds  bie n s ur te rre . Le s  écolos  
s ont d’avis  q ue  notre  façon de  vivre  e t 
de   cons om m e r  pe ut  être   ch angée   afin 
de   prés e rve r  notre   planète   e t  de   pe r­
m e ttre   aux  générations   future s   ains i 
q u’aux générations  actue lles  dans  de s  ré­
gions  m oins  déve loppée s  de  profite r aus ­
s i  de   ce   q ue   la  te rre   a  à  offrir.  C’e s t 
vrai, ce la de m ande  donc, dans  ce rtains  
cas ,  de   dim inue r  un  pe u  s on  confort 
pour  am éliore r  ce lui  de s   autre s   m ais  
l’idée  de  « re s pons abilité » e s t ici im ­
portante .  Il  s ’agit  de   cons om m e r  e t 
vivre  de  façon re s pons able, de  garde r à 
l’idée  q ue  ch acun de  nos  acte s  a une  con­

s éq ue nce .  Ce tte   attitude   de   re m e ttre   « 
l’églis e  au ce ntre  du village  » e n s ituant 
ch acun  de   nos   acte s   e t  ge s te s   dans   un 
conte xte   global (ne   dit­on  pas   q ue   les  
batte m e nts  d’aile d’un papillon pe uve nt 
provoq ue r  de s   tornade s   de   l’autre   côté 
de  la te rre  ?) pe ut être  dérange ante  pour 
bie n de s  ge ns  parce  q ue  ce la les  invite  à 
ch ange r,  à  s ’adapte r  m ais   aus s i  à  faire  
pre uve  d’ouve rture  d’e s prit. Le s  m oins  
convaincus   pe uve nt  donc  s e   s e ntir 
agre s s és  dans  ce  q u’ils s ont, parce  q ue  
s ouve nt, on as s ocie  ce  q ue  l’on fait à ce  
q ue   l’on  e s t  (je   m ange   de   la  viande  
donc je  s uis  carnivore , je  s uis  du ge nre  
à pre ndre  de  longue s  douch e s , je  ne  trie  

pas  m e s  déch e ts ). Ils s e  s e nte nt donc attaq ués , indire cte m e nt du m oins , e t la réaction 
la plus  nature lle e t logiq ue  dans  de  te l cas  c’e s t le re je t, le re je t de s  idée s , le re je t de s  
nouve aux com porte m e nts  propos és . Sans  oublie r le côté m oralis ate ur q ue  ce rtains  
adopte nt q ui pe ut avoir te ndance  à éne rve r !
D e   toute   façon  il faut,  com m e   l’e xpre s s ion  le  s outie nt,  de   tout  pour  faire   un 
m onde .  Y  com pris  de s  pe rs onne s  q ui pe ns e nt un pe u plus  à notre  Pach am am a, 
notre  m ère  la te rre ! Alors , convaincu(e ) ? Tu ve ux com m e nce r tout de  s uite  ? R ie n 
de  très  difficile, il s ’agit tout s im plem e nt de  pre ndre  cons cie nce  de  te s  acte s , d’e n 
parler autour de  toi e t de  te nte r d’agir au m ie ux, c’e s t­à­dire  à l’éch e lle d’un citoye n 
: par de s  ge s te s  s im ples  e t e fficace s  (d’autant plus  q ue  m ie ux cons om m e r s ignifie  
s ouve nt gas piller m oins  d’arge nt)…  R ie n de  m arginal ou d'utopis te  là de dans . Pour 
« vivre  ave c s on te m ps  », il faut s e  s e ntir conce rné par les  e nje ux q ui le ryth m e nt. 
Alors   e n m atière  d’écologie , conce rnés , nous  le s om m e s  tous  ; car ce  n'e s t plus  une  
q ue s tion de  politiq ue  ou d'idéologie , c'e s t une  q ue s tion d'évide nce  !
Aud e  e t Cl
acl
a

Com m e nt agir? 
Le Groupe d'Ach atRe s pons abl
e Etudiant(GARE)
Envie de l
égum e s bio, l
ocaux e tde s ais on?
Envie de privil
égie r l
'agricul
ture pays anne be l
ge ?
Envie d'avoir de s al
im e nts s ains dans votre as s ie tte ?
Ras -l
e -bolde s e m bal
l
age s , de s pe s ticide s , de s al
im e nts q ui ont
faitl
e tour du m onde ?
Ke s ak o?

Qu'y a-t-ildans un panie r?

Le  GAR E  vous  propos e  donc de s  panie rs  
de  légum e s  e t d'autre s  produits  is s us  d'une  
coopérative   d'agriculte urs   bio  w allons , 
agricove rt.  D ’autre s   produits   (laitie rs , 
bière s ) provie nne nt de  producte urs  h ors  de  
la  coopérative .  Ils  s ont  tous   locaux 
(Brabant w allon ou nam urois ).

Il y a trois  type s  de  panie rs :
­ Pe tit panie r (8 e uros )
­ M oye n panie r (12 e uros )
­ Grand panie r (17 e uros )

Pour  obte nir  toute s   les   infos  
conce rnant  le  panie r  de   la  s e m aine , 
n'h és ite z  pas   à  e nvoye r  un  m ail  à 
gare .lln.2011@ gm ail.com   ou  à  aller 
voir s ur h ttp://k apve rt.be /le­gare

Le s   panie rs   s ont  ch aq ue   fois  
accom pagnés   d'une   ou  plus ie urs  
re ce tte s  donnée s  par agricove rt, pour 
vous   aide r  à  cuis ine r  les   légum e s  
inconnus !

Utis e r de s gobe l
e ts réutil
is abl
e s e n guindail
l
e
Pourq uoi util
is e r l
e s Gobe l
e ts Réutil
is abl
es?
Un  gobe let  réutilis able  utilis é  plus   de   5  fois   cons om m e   m oins   de  
m atière  q u'un gobe let je table clas s iq ue .

C
an n h aq u
é
e
gob e   2  
je té e lets 5000
s  à    s 00 
LL on t
N
 

Com m e ntl
es l
oue r ?
Pour loue r de s  gobe lets , pas s e z au k ot (22­205 rue  de s  w allons ), 
Nous  de m andons  une  caution de  5€ par 100 gobe lets  e t de  10€ pour les  
bas s ine s  e t les  bros s e s  q ue  nous  vous  re s tituons  e ntière m e nt au re tour. Et 
nous  gardons  votre  pièce  d'ide ntité jus q u'au re tour de s  gobe lets
Le  re tour de s  gobe lets  doit s e  faire  dans  les  5 jours  ouvrables  s uivants  
l’événe m e nt, les  gobe lets  doive nt être  ram e nés  propre s  e t de  préfére nce  
s e cs . Nous  pre ndrons  s ur votre  caution : 
­ 0.30€ par gobe let m anq uant ou cas s é
­ 0.15€ par gobe let s ale
Pour  plus   d’inform ation  cons ulte z  notre   s ite   inte rne t: 
w w w .k otplane te te rre .be  

L'h uil
e de pal
m e , 
un dés as tre écol
ogiq ue ?
El
l
e s e cach e l
e pl
us s ouve nt s ous l
e s te rm e s « h uil
e végétal
e »
ou « m atière gras s e végétal
e » s ur l
'étiq ue tte de s produits
al
im e ntaire s . Mais q u'e s t-e l
l
e vraim e nt? Pe tit q ue s tion-répons e
pour e n s avoir pl
us s ur l
a s tar de l
'agro-indus trie ...
Où e s t-e l
l
e produite ?

Principalem e nt  e n  Indonés ie   e t  e n 
M alais ie  car le palm ie r à h uile, originaire  d'Afriq ue  de  l'O ue s t, ne  
pe ut  être   cultivé  q ue   dans   les   pays   pos s édant  un  clim at  tropical 
h um ide .

Pourq uoi e s t-e l
l
e produite e n s i grande q uantité?
L'e ngoue m e nt pour ce tte  h uile e s t  s ont  s i  pe u  ch e rs ? Tu  trouve ras   la 
m ondial  e t  la  de m ande   toujours   répons e  s ur leur étiq ue tte ...Ce tte  uti­
plus   im portante .  D e puis   40 
lis ation  m as s ive   découle 
ans ,  s a  cons om m ation 
égalem e nt de  s e s  carac­
Son
a  doublé  tous   les  
téris tiq ue s   ch im iq ue s , 
re nde m e nte s t
10  ans !  Ce   s uccès  
l’h uile  de   palm e   e s t 
7 fois s upérie ur à
s 'e xpliq ue  
e n 
rich e   e n  acide s   gras  
ce l
ui de l
'h uil
e de
grande   partie   par 
s aturés .  Ce ux­ci  ont 
s on  re nde m e nt  e x­
la  particularité  d'être  
col
za
ce ptionne l:  e nvirons   4000 
s olide s   à  te m pérature   am biante  
litre s  s ont produits  par h e ctare  e t 
ains i q ue  ce lle de  rés is te r aux trai­
par  an  (alors   q ue   l’h uile  de   col­
te m e nts   th e rm iq ue s   à  h aute s  
za, par e xe m ple, pos s ède  un re n­
te m pérature s  e t aux oxydations  di­
de m e nt  m oye n  d’e nviron  570 
ve rs e s , ce  q ui e s t bénéfiq ue  pour 
litre s  par h e ctare  e t par an), ce  q ui  l’agro­indus trie . D e  plus , ce tte  h uile 
la place  e n tête  de s  h uiles  végétales ,  a l'avantage  de  donne r du m oe lleux 
d'un  point  de   vue   économ iq ue .  A  aux alim e nts .
ton avis , pourq uoi ce rtains  produits  

Dans q ue l
s com pos és
s e trouve -t-e l
l
e?

D ans  
la  plupart  de s   produits   alim e ntaire s : 
ch ips ,  bis cuits ,  pâte s   à  tartine r,  K e l­
logg's ,  vie nnois e rie s ,  m argarine s ,  piz­
zas , frite s , plats  préparés , s auce s ,... Le  
W W F e s tim e  q u'e n Europe , un produit 
alim e ntaire  s ur de ux contie nt de  l'h uile 
de   palm e .M ais   on  la  re trouve   égale­
m e nt  dans   ce rtains   déte rge nts ,  s avons , 
bougie s   e t  produits   cos m étiq ue s   s ans  
oublie r  s a  place   dans   la  production 
d'agrocarburants .

R e ce tte  d e  ch oco : 

1.  Faire   fondre   à  fe u  (très   très   très ) 
doux 50 gr de  ch ocolat noir.
2. Y incorpore r 2 cuillère s  de  purée  de  
nois e tte s  e t touiller!
3. Ajoute r 50 gr de  purée  de  prune aux 
(e n ve nte  dans  les  m agas ins  bios  s ous  la 
m arq ue   «  D anival  »)  e t  touiller  de  
nouve au.
4. Ajoute r un ingrédie nt s ucrant : une  
cuillère   à  café  de   m ie l  ou  de   s irop 
d'agave   (ce rtains   préfère rons   ave c  2 
cuillère s ... c'e s t s e lon les  goûts ).
5.  Et  voilà  !  Ton  ch oco  tie ndra  au 
frigo 3/4 jours  dans  un pot e n ve rre  bie n 
fe rm é! 

Que l
s im pacts écol
ogiq ue s ?
Le s  cons éq ue nce s  de  la culture  du pal­ s as tre ux. D ans  les  zone s  où les  forêts  s ont 
m ie r à h uile s ont tout à fait dram atiq ue s .  conve rtie s  e n culture s  de  palm ie rs  à h uile, 
Pour  com m e nce r,  q ue lque s   ch iffre s   :  la  80 à 100 % de s  e s pèce s  de  m am m ifère s , 
culture   du  palm ie r  à  h uile  e s t,  ave c  le  d'ois e aux  e t  de   re ptiles   ont  dis paru  (Si 
com m e rce  de  bois , re s pons able du débois e ­ rie n ne  ch ange , l’orang­outan aura dis pa­
m e nt de  85% de s  forêts  de  l'île de  Sum a­ ru de s  forêts  indonés ie nne s  dans  m oins  de  
tra!  Entre   le  début  de s   année s   9 0  e t  fin  10 ans ).  Ce tte  s ituation génère  de  grave s  
2010, les  plantations  ont doublé 
éq ue nce s   s ur  l'écos ys tèm e  
L'ÉQUIVALENT  cons
e n  M alais ie   e t  q uintuplé  e n 
car il re pos e  s ur un fragile éq ui­
Indonés ie .  Loin  de   vouloir  fre i­ D 'UN TER R AIN  libre   e ntre   les   différe nte s   e s ­
ne r  l'e xploitation,  le  gouve rne ­ DE  FO O TBALL DE  pèce s  q ui le com pos e nt.
m e nt  indonés ie n  prévoit  de  
L’Indonés ie   e s t  égalem e nt  le 
FO R ÊT 
nouve aux  plans   d'e xpans ion  de s  
3èm e   ém e tte ur  m ondial de   gaz 
plantations ...  L'organis ation  «  DISPAR AIT EN  à  e ffe t  de   s e rre ,  de rrière   la 
Le s   Am is   de   la  Te rre   »  tire   la  INDO NESIE   Ch ine   e t  les   USA.  Ce s   ém is ­
s onne tte   d'alarm e :  "L'éq uivalent  TO UTES LES 10  s ions   provie nne nt  principale­
d'un te rrain de  football de  forêts  
m e nt de s  fe ux de  forêts   e t de  la 
dis paraît e n Indonés ie  toute s  les   SECO NDES.
de s truction  de s   tourbière s ,  m is  
10  s e conde s ,  s oit  2  m illions   d'h e ctare s   e n  œ uvre   pour  lais s e r  place   aux  culture s  
tous   les   ans .  9 0%  de s   forêts   indoné­ de   palm ie rs   à  h uile.  Ce s   tourbière s   s ont 
s ie nne s   ont  été  ras ée s ".  Tout  com m e   le  drainée s , as s éch ée s  puis  brûlée s . O r, e lles  
W W F, s e lon leq ue l "Ave c jus te  plus  de  3  s ont  com pos ée s   e s s e ntie llem e nt  de   m a­
%  de s   forêts   du  m onde ,  l’Indonés ie   re ­ tière  organiq ue , e t donc de  carbone . C'e s t 
prés e nte  plus  de  14 % de  la défore s tation  ains i  q u'e n  2008,  500  m illions   de   tonne s  
m ondiale".
de   CO 2  ont  été  ém is e s   à  caus e   de   ce tte  
Le s  im pacts  s ur la biodive rs ité s ont dé­ pratiq ue .

Im pacts s ociaux ?
M algré  l'e m ploi  q ue   génère   ce tte  
culture ,  de s   populations   indigène s  
voie nt  dis paraître   leurs   re s s ource s  
alim e ntaire s   prove nant  de s   forêts  
prim aire s . La com plicité de  l'Etat dans  
ce t  e ngre nage   e s t  indéniable  e ntre   les  
te rritoire s   indonés ie ns   confis q ués   au 
profit de  plantations  privée s  m ais  aus s i 
l'ignorance   de s   droits   de s   travailleurs . 
D ans   ce rtaine s   plantations ,  on  déplore  
de   grave s   cas   de   m altraitance s ,  de  
m e urtre s ,  de   pris e s   d'otage s   ou  e ncore  
de  corruption de  la police ...

Que pe ux-tu faire ?
Au m ie ux, évite  l'h uile de  palm e  ! Au s inon, 
privilégie   un  produit  conte nant  de   l'h uile  de  
palm e   biologiq ue   ou  ce rtifiée   durable.  Par 
e xe m ple,  l'h uile  de   palm e   au  labe l  CSPO  
(«Ce rtifie d  Sus tainable  Palm   O il»)  ne  
provoq ue     pas   le  débois e m e nt  de   «  forêt  à 
h aute  valeur pour la cons e rvation » . Ce  labe l, 
m is  au point par le W W F, offre  de s  garantie s  
s ociales  e t e nvironne m e ntales . 

L'h uile  de   palm e  
e s s aye  fréq ue m m e nt de  pas s e r 
incognito s ous  le nom  latin du 
palm ie r  à  l'h uile  «Elae is  
guine e ns is »  ou  s ous   form e   de  
«Palm   acid»,  «Sodium   palm ate » 
ou  e ncore ,  pour  l’h uile  de  
palm is te   ,  «Sodium   palm  
k e rne late ».

Im pacts s ur notre s anté ?
L’h uile 
de  
palm e  
e s t 
principalem e nt  com pos ée   d'acide  
palm itiq ue , un acide  gras  s aturé. Le s  
acide s   gras   s aturés     pe uve nt  être  
s ynth étis és   par  notre   organis m e   e t, 
dès   lors ,  il n'e s t  pas   néce s s aire   d'e n 
ingére r.  En  q uantité  rais onnable,  ils 
ne   s ont  pas   m auvais   pour  la  s anté 
m ais , le problèm e , c'e s t q ue  nous  e n 
as s im ilons  énorm ém e nt e t ce  s ouve nt 
à notre  ins u. O r le dange r e s t, q u'e n 
trop grande  q uantité, ce s  acide s  gras  
s aturés   pe uve nt  caus e r  de s  
path ologie s   cardiovas culaire s   (AVC, 
infarctus , 
anévris m e ,...). 
C'e s t 
pourq uoi  ce tte   h uile  e s t  à  évite r 
autant q ue  pos s ible !
Isa

Le s  D éte rge nts  
Au  lie u  d'utilis e r  de s   déte rge nts   à  bas e   d'h uile  de   palm e   ou  de   produits  
dire cte m e nt néfas te s  à l'e nvironne m e nt, e s s aye  le bicarbonate  de  s oude  ! En plus  de  
pos s éde r  ce rtaine s   q ualités   th érape utiq ue s   com m e   ce lle  de   re m e ttre   ton  e s tom ac 
d'aplom b  après   une   guindaille  ,  le  bicarbonate   pe ut  être   utilis é  à  de s   us age s  
dom e s tiq ue s   grâce   à  s e s   q ualités   ne ttoyante s ,  détartrante s ,  dés odoris ante s   e t  anti­
calcaire  (pour ne  cite r q u'e lles ).

L'h uil
e   d e   pal
m e   e st  prése nte  
d ans  d e   nom b re ux  prod uits 
al
im e ntaire s.  Pour  l
a  d éce l
e r, 
il
  faut  être   atte ntif  aux 
d iffére nts  nom s  q u'e l
l
e   pe ut 
pre nd re  sur l
e s étiq ue tte s.

Pour pl
us d'inform ations :
­ PATENTR EGER  B., « Une  cons om m ation re s pons able d'h uile de  palm e  
pour 
bais s e r 
notre  
im pact 
s ur 
les  
forêts  
», 
W W F: 
h ttp://w w w .prote ge lafore t.com /s ite s /de fault/files /FICH E_ H D P_ BD _ PC.pdf
­ BO UGH R IET R ., "Le s  im pacts  e nvironne m e ntaux de  l'h uile de  palm e  à 
l'étude ", 
Actu­e nvironne m e nt, 
nove m bre  
2007: 
h ttp://w w w .actu­
e nvironne m e nt.com /ae /ne w s /h uile_ de _ palm e _ confe re nce _ ICO PE_ indone s ie _ CIR A
D _ gre e npe ace _ rapport_ clim at_ am is _ te rre _ orangs _ outans _ 3836.ph p4
­ BO LLEK ENS P., R ENAR D  M ., "L'h uile de  palm e ", Que s tion à la Une  
RTBF,  le  14 s e pte m bre  2011: h ttp://w w w .rtbf.be /tv/e m is s ion/de tail_q ue s tions ­a­la­
une ?id=25
­  Vidéo  de   Gre e n  pe ace   "Le s   m ote urs   de   la  défore s tation": 
h ttp://w w w .youtube .com /w atch ?v=jzU_ h auIW M 0& fe ature =BFa& lis t=PLD 7FD D D
5E384B8D 55& lf=re s ults _ vide o

M onocul
ture  d e  pal
m ie rs à h uil
e  non propice  à l
a b iod ive rsité e t ayant 
néce ssité une  d éfore station m assive .

Que l
s s ontl
e s pays l
e s pl
us écol
os ?
L'Environm e ntalPe rform ance Inde x (EPI)

L'Environm e ntal  Pe rform ance   Inde x  (e n  français ,  inde x  de   pe rform ance  
e nvironne m e ntale)  e s t  un  outil  favoris ant  l'analys e   de s   politiq ue s   e nvironne m e ntales  
re s pe ctive s  de  132 pays .
D éve loppé  par  les   unive rs ités   de   Yale  e t  Colum bia,  il  re pre nd  22  indicate urs   de  
pe rform ance  corre s pondants  à de s  donnée s  ch iffrée s  concrète s  e t répartis  e n 10 catégorie s  
plus  générales  (les  e ffe ts  de  l'air s ur notre  s anté, l'agriculture , l'e au,...). Ch aq ue  catégorie  
fais ant à s on tour partie  de  l'un de s  de ux obje ctifs  ph are  de  l'EPI : un e nvironne m e nt viable 
pour l'h om m e  e t la vitalité de  l'écos ys tèm e .  

En  fonction  de s   rés ultats   obte nus   dans  
ch acun  de s   indicate urs ,  le  pays   étudié  s e  
voir attribue r une  note  pouvant aller de  0 à 
100,  un  100  q ui  corre s pondrait  à  la 
«pe rform ance   parfaite ».  Sa  politiq ue  
e nvironne m e ntale s e ra donc jugée  com m e  
favorable,  ou  non,  e n  fonction  de   s a 
pos ition  s ur  ce tte   éch e lle.  Le   tableau  ci­
contre , indiq ue  la lis te  de s  pays  leade rs  e n 
m atière  de  pe rform ance  e nvironne m e ntale 
e n 2012.
Notre   pays   s e   place   lui  e n  24ièm e  
pos ition ave c un indice  de  63.02, ce  q ui 
e s t  bie n...  s urtout    q u’e n  2010,  la 
Be lgiq ue   était  à  la  88ièm e   place   du 
clas s e m e nt ave c 58.1 !
Cl
acl
a

Com m e nts e faire be l
l
e s ans pol
l
ue r Dam e nature ?
Cons e iln°1 : DéodorantPie rre d’Al
un
La  pie rre   d’Alun  e s t  un  s e l à  bas e   de   s ulfate   de   potas s ium . 
D éodorant  100%  nature l,  il e s t  autant  économ iq ue   (e t  donc 
écologiq ue )  q ue   bon  pour  nos   ais s e lles   !  Pourq uoi  ? Parce  
q u’il pe rm e t  de   com battre   la  trans piration  s ans   bouch e r  les  
pore s .  Sans   ode ur,  il e s t  égalem e nt  très   e fficace   contre   les  
rouge urs   e t  ça  les   filles   c’e s t  un  bonh e ur  à  appliq ue r  après  
l’épilation  oh   com bie n  douloure us e   de s   ais s e lles .  Je   vous  
dis ais  q u’il aidait à ne  plus  trans pire r s ans  s alir D am e  Nature  
car  il  e s t  s ans   parfum ,  s ans   alcool,  s ans   parabe ne ,  s ans  
colorant,  s ans   ch lorydrate   d’alum inium   ET  q u’un  s tick   de  
s e ulem e nt  60g  a  une   durée   d’utilis ation  d’e nviron  1  AN  ! 
L’éq uivalent de  12 déodorants  traditionne ls !
Facile à utilis e r, il s uffit d’h um idifie r légère m e nt les  ais s e lles  
avant l’application.
Vous  le trouve re z à l’e s planade  au m agas in iU

Cons e iln°2 : Savon d’Al
ep
Pe tit  coup  de   cœ ur  !  Bon,  pas   vraim e nt 
une   as tuce   bon  m arch é  (e n  m oye nne   5 
e uros  pour 200gr) m ais  une  douce ur e t une  
bénédiction  pour  votre   pe au  !  Le   s avon 
d’Alep  e s t un s avon de  pH  ne utre  à bas e  
d’H uile  d’olive   e t  d’H uile  de   baie   de  
Laurie r.  M ainte nant  s i  s a  com pos ition  ne  
vous  convainc pas , s ach e z néanm oins  q u’il 
vaut  m ie ux  ch ois ir  un  s avon  à  pH   ne utre  
car  ce la  dim inue   le  traite m e nt  de s   e aux. 
D onc  pe ns e z­y  au  m om e nt  de   faire   vos  
ach ats  be auté ! Titi

Si vous  aus s i vous  ave z de s  cons e ils be auté, e nvoye z les  nous  à l'adre s s e  m ail 
pach am am a.lln@ gm ail.com

CR ISE 
ENER GETIQUE,
q u'e n e st­il
?
Im agine z q u’e n brûl
ant 4,5 lde pétrol
e , vous pouve z parcourir une
ce ntaine de k il
om ètre s e n une h e ure ! Le s éne rgie s fos s il
e s s ont une
s ource d’éne rgie form idabl
e . Es s aye z de parcourir 100 k m à l
’aide de vos
s e ul
e s jam be s … Le traje t pour al
l
e r voir grand-m ère à La Panne
de vie ndrait vite épiq ue . Mal
h e ure us e m e nt, ce s produits m agiq ue s s e
caractéris e nt aus s i par de ux inconvénie nts non négl
ige abl
es : l
’ém is s ion
de gaz, dont l
e CO 2, e t l
e s tock l
im ité de s re s s ource s . Dans ce t articl
e,
nous parcourrons s uccincte m e nt l
e pre m ie r point bie n connu de tous
pour nous attarde r e ns uite s ur l
a finitude de s éne rgie s fos s il
es.

A

vant de  s e  lance r dans  le vif du 
s uje t, im aginons  un m onde  dans  
leq ue l  les   re s s ource s   fos s iles  
s e raie nt  infinie s .  Le   principal  défi  à 
m e ne r s e rait de  gére r les  ém is s ions  de  la 
com bus tion de s  éne rgie s  fos s iles  dont le 
célèbre  CO 2. En e ffe t, ce  de rnie r joue  un 
rôle  im portant  dans   le  réch auffe m e nt 
clim atiq ue .  M ais   q ue lles   e n  s ont  les  
cons éq ue nce s  ? O n pe ut dis tingue r d’une  
part  les   cons éq ue nce s   dire cte s   s ur 
l’e nvironne m e nt  ­  m ontée   de s   e aux, 
pe rturbation  de s   écos ys tèm e s ,  bais s e   de  
la biodive rs ité, fonte  de s  glace s , …  ­ e t 
d’autre   part  les   cons éq ue nce s   indire cte s  
s ur  l’h um anité  ­  accès   à  l’e au  dim inué 
dans   les   régions   s èch e s ,  accrois s e m e nt 
de s   cris e s   alim e ntaire s ,  apparition  de  
réfugiés   clim atiq ue s ,  e tc.  La  cris e  
clim atiq ue   n’e s t  donc  pas   s e ulem e nt 
l’affaire   de   naturalis te s   q ui  ve ulent 

s auve r une  poignée  de  papillons . 

Etdans un m onde fini ?
Se ulem e nt voilà, nous  vivons  dans  un 
m onde   fini  dans   leq ue l  ce s   re s s ource s  
fos s iles  s ont lim itée s  e t ce la im pliq ue  un 
défi  s upplém e ntaire   pour  l’h um anité  : 
com m e nt  gére r  la  dim inution  du  s tock  
ave c  une   de m ande   e n  accrois s e m e nt 
continu  ?  Grâce   aux  éne rgie s  
re nouve lables   diront  ce rtains .  Ce rte s , 
ce la aide ra, m ais  m alhe ure us e m e nt, dans  
les   proch aine s   année s ,  les   éne rgie s  
re nouve lables   ne   s e ront  pas   e n  m e s ure  
de   s upplante r,  m algré  l’ingénios ité  de s  
h om m e s ,  l’éne rgie   bon  m arch é, 
s tock able  e t  continue   de s   com bus tibles  
fos s iles   (i.e .  e n  oppos ition  à  l’éne rgie  
inte rm itte nte  prove nant de  l’éolie n e t du 
ph otovoltaïq ue ). 

Courb e   d e   l
'évol
ution  d e   l
a  prod uction  d e   pétrol
e   e n  fonction  d u  te m ps  d ans 
d iffére nte s régions d u m ond e . Il
 e st pl
us q ue  prob ab l
e  q ue  l
e  pic pétrol
ie r soit 
d éjà passé.

A q uand LA cris e éne rgétiq ue ?
Contraire m e nt à ce  q ue  ce rtains  pourraie nt croire , il ne  faut pas  
atte ndre   q u’une   re s s ource   s oit  épuis ée   pour  q ue   nous   re s s e ntions  
de s  e ffe ts  dire cts  s ur notre  cons om m ation. En e ffe t, il s uffit q ue  la 
production  d’une   de s   re s s ource s   dim inue   pour  q ue   les   prix 
s ’e nvolent e t s èm e nt la paniq ue  s ur les  m arch és . Et m êm e  pire , dans  
une   s ociété  où  la  crois s ance   économ iq ue   e s t  néce s s aire   pour 
am éliore r  le  nive au  de   vie   de s   h abitants ,  il  s uffirait  q ue   la 
production re s te  cons tante  pour faire  vaciller l’économ ie . O r, q ue  ce  
s oit pour fournir de s  bie ns  ou de s  s e rvice s , toute  e ntre pris e  utilis e  
de   l’éne rgie   pour  ch auffe r  les   bâtim e nts ,  pour  le  trans port,  pour 
trans form e r  de s   m atériaux,  e tc.  D e   m êm e   pour  les   citoye ns   q ui 
cons om m e nt  e n  pe rm ane nce   de s   éne rgie s   fos s iles   dire cte m e nt  ou 
non. Tous   les   s e cte urs   s e raie nt  alors   touch és   e t  m alhe ure us e m e nt, 
tout plan de  re lance  n’y ch ange rait rie n. Le  problèm e  s e rait e xte rne  
au  ch am p  d’application  de   nos   décide urs   e t  une   re lance   de  
l’économ ie   s ans   ch ange m e nt  fondam e ntal  de   notre   m ode   de  
cons om m ation s e rait vouée  à l’éch e c. La m e illeure  s olution pour ne  
pas   s ubir  de s   cris e s   à  répétition  s e rait  alors   de   dim inue r  notre  
dépe ndance  aux éne rgie s  fos s iles .  Pour déte rm ine r la date  à partir 
de   laq ue lle  nous   allons   avoir  q ue lque s   problèm e s   ave c  notre  
approvis ionne m e nt  e n  com bus tibles   fos s iles ,  nous   utilis ons   la 
notion  de   «  pic  de   production  »  q ui  corre s pond  à  la  production 
m axim ale  à  partir  de   laq ue lle  ce lle­ci  com m e nce ra  à  dim inue r 

Que l
q ue s 
ch iffre s:
Le   pétrole  e s t  la 
pre m ière  
s ource  
d'éne rgie   dans   le 
m onde   ave c  une  
part de  34% (contre  
m oins   de   6%  pour 
le nucléaire )
Plus  de  la m oitié 
de s   rés e rve s   pétro­
lière s   s e   trouve   au 
M oye n­O rie nt
Le  ch arbon ém e t 
plus   ou  m oins   22% 
de  CO 2 e n plus  q ue  
le pétrole lors  de  s a 
com bus tion

(m êm e  s i e n réalité la production va s e  s tabilis e r avant de  décroître ). M ais  q uand 
allons ­nous  donc atte indre  ce s  pics  de  production ? La date  corre s pondant au pic de  
production pour le ch arbon e s t e s tim ée  à dans  q ue lque s  dizaine s , voire  une  ce ntaine  
d’année s , pour le gaz dans  m oins  de  100 ans  e t pour le pétrole…  m ainte nant ! Et 
oui, m êm e  s i les  s pécialis te s  ne  s ont pas  d’accord s ur la date  précis e  de  ce  pic, il e s t 
pre s q ue  ce rtain q ue  ce lui­ci e s t déjà pas s é ou bie n va s e  produire  dans  q ue lque s  
année s   (figure   ci­de s s us )!  Le   pétrole  e s t  la  pre m ière   s ource   d’éne rgie   m ondiale 
ave c  une   part  de   34%  dans   la  production  !  C’e s t  dire   le  cataclys m e   q ue   ce la 
re prés e nte rait s i le prix du baril ve nait à augm e nte r brus q ue m e nt…  M as  voyons  ! 
Que  s ’e s t­il pas s é e n 2008 ? Et e n 2011 ? D rôles  de  coïncide nce s  n’e s t­ce  pas  ? Il 
faut croire  q u’il e s t grand te m ps  de  s e  m e ttre  au travail !
Lors  d e s  5  d e rnière s 
année s,  l
e   prix  d u  b aril
 
d e   pétrol
e   s'e st  m ontré 
très  instab l
e .  M ais 
q ue l
l
e  se ra son évol
ution 
d ans  l
e s  10  proch aine s 
année s?

En conclus ion, e n parallèle à la cris e  clim atiq ue  q ui pointe  le bout de  s on ne z (la 
te m pérature  m ondiale m oye nne  a q uand m êm e  augm e nté de  0,8°C e n un s iècle), 
nous   voilà  confrontés   à  une   cris e   éne rgétiq ue   dont  les   e ffe ts   vont  s e   m anife s te r 
ince s s am m e nt  s ous   pe u.  Ce la  s ignifie   q ue   s i  on  ne   réduit  pas   de   notre   propre  
initiative   notre   dépe ndance   aux  éne rgie s   fos s iles ,  nous   y  s e rons   forcés   dans  
q ue lque s  année s  e t ce  s e ra be aucoup plus  violent q ue  s i nous  nous  y étions  préparés . 
La  q ue s tion  n’e s t  plus   de   s avoir  s i  nous   voulons   ou  non  dim inue r  notre  
cons om m ation  de   com bus tibles   fos s iles   m ais   plutôt  q uand  e t  dans   q ue lles  
circons tance s  ? Plus  nous  nous  y pre nons  tôt, plus  nous  s aurons  nous  adapte r e t plus  
notre  q ualité de  vie  s e ra m ainte nue  à un nive au élevé (voir s upérie ur !). D e m ain, il 
s e ra trop tard, c’e s t be l e t bie n aujourd’h ui q u’il faut agir. M ais  q u’atte ndons ­nous  ?
Syl
vius

Pour e n s avoir pl
us :
­ h ttp://w w w .m anicore .com /
­ h ttp://w w w .ipcc.ch
­ h ttp://w w w .prixdubaril.com

Bio VS écol
o
Nom bre ux s ont l
e s cons om m ate urs cons cie ntis és au re s pe ct de
l
e ur e nvironne m e nt. Com m e de jus te , be aucoup ach ète nt de s
produits Bio ou écol
ogiq ue s . Affirm e rie z-vous ce pe ndant
connaître l
e s différe nce s notabl
e s q ui e xis te nt e ntre ce s de ux
notions ou al
l
égations ? Parce q u’un cons om m ate ur ave rti e n
vautde ux, ils e raitbon de m e ttre l
e s ch os e s au cl
air.

L

e s  appe llations  « écologiq ue  » e t 
« biologiq ue  » s ont trop s ouve nt 
confondue s   e t/ou  m al  com ­
pris e s .  Ce s   2  m ouve m e nts   s e ns ibilis e nt 
l’H om m e  e t lui font pre ndre  cons cie nce  
de   s e s   im pacts   s ur  s a  propre   s anté  e t 
ce lle  de   s on  e nvironne m e nt.  Ils  cri­
tiq ue nt tous  les  de ux ave c force  le m ode  
de  cons om m ation actue l, dont le s e ul in­
térêt porte  s ur le profit financie r. Ch an­
ge r les  m e ntalités  de  ce  s ys tèm e  bie n e n 
place  s 'avère  donc être  un com bat diffi­
cile.

Le s produits écol
ogiq ue s
Par  définition,  un  produit  écologiq ue  
a un im pact réduit s ur l’e nvironne m e nt 
tout au long de  s on cycle de  vie  : produc­
tion,  e m ballage ,  dis tribution,  utilis ation 
e t élim ination. Pour s im plifie r, il a donc 
un im pact s ur l’e nvironne m e nt, m ais  de  

façon  m inim e .  Il pe ut  s ’agir  d’un  pro­
duit  vais s e lle,  d’une   poudre   a  les s ive r, 
d’un  plas tiq ue ,  d’un  gobe let  réutili­
s able,  e tc.  Tout  type   de   produits   e t  de  
s e rvice s  pe ut profite r de  l’Ecolabe l s i il 
répond à de s  critère s  s pécifiq ue m e nt éta­
blis .  L’Ecolabe l  e uropée n  ci­contre  
e xis te  de puis  19 9 2. Ce tte  m arq ue  e s t e n 
pleine   e xpans ion.  Elle  garantit  q ue   le 
produit  re s pe cte   de s   norm e s   dras tiq ue s  
e n vue  de  prés e rve r l’e nvironne m e nt, de  
s a conce ption à s a dégradation.
Là où il ne  faut pas  pe rdre  le fil, c’e s t 
q ue   be aucoup  d’autre s   labe ls  e xis te nt 
égalem e nt  pour  dis tingue r  de s   produits  
écologiq ue s     s im ilaire s   m ais   ayant  de s  
nive aux  de   re s pons abilité  bie n  dif­
fére nts .  Ils s ont donc ch acun différe m ­
m e nt  s e ns ibles   à  leurs   e ffe ts   s ur  la 
nature . Par e xe m ple, le labe l FSC (Fo­
re s t  Ste w ards h ip  Council)  appos é  s ur 

les  m e ubles  e t autre s  dérivés  du bois  œ uvre  pour la pére nnité 
de s  forêts  tropicales , m ais  il e n e xis te  be aucoup d’autre s  pro­
m e ttant d'autre s  garantie s .

Le s produits biol
ogiq ue s
Quant  aux  produits   biologiq ue s ,  par  définition,  ce   s ont 
leurs  ingrédie nts  q ui s ont is s us  d’une  agriculture  bas ée  s ur le 
re s pe ct  du  vivant  e t  de s   cycles   nature ls.  Ce tte   appe llation 
touch e  uniq ue m e nt à la production q ui, briève m e nt, e s t s ans  
O GM , s ans  e ngrais  ch im iq ue  ni pe s ticide s . Autre  q ue  le s e ul 
dom aine  alim e ntaire , il e xis te  de puis  pe u de s  produits  cos m é­
tiq ue s  e t de s  produits  d’e ntre tie n biologiq ue s . N’e s t pas  Bio 
q ui ve ut ! Com m e  s i ce s  trois  lettre s  avaie nt fait l’obje t d’un 
bre ve t,  e lles   ne   pe uve nt  figure r  s ur  un  e m ballage   q u’à 
l’uniq ue  condition q ue  le produit ait été contrôlé e t ce rtifié 
par  un  organis m e   indépe ndant.  La  prés e nce   d’un  labe l 
com m e   biogarantie , AB,  e tc.  n'e s t  pas   néce s s aire   m ais   e lle 
s ’additionne  toujours   à l'appe llation pour de s  produits  dont 
la production re s pe cte  de s  critère s  s upplém e ntaire s .
Plom bée   dans   l’aile  parce   q u’e lle  dérange ,  n’intére s s ant 
q ue   trop  pe u  les   acte urs   de   l’économ ie   actue lle,  e lle  n’e n 
re s te  pas  m oins  une  agriculture  s oph is tiq uée  e t pe rform ante . 
La s e ule critiq ue  q ui s e ra form ulée  ici e s t q ue  le bio ne  ga­
rantit  pas   un  faible  bilan  carbone .  Par  e xe m ple,  l’éco­re s ­
pons abilité  du  cons om m ate ur  lui  fe ra  préfére r  une   pom m e  
be lge  e t conve ntionne lle e n h ive r à une  banane  bio prove nant 
du Cam e roun. Le s  e xe m ples  s ont légions .
En bre f, le te rm e  "écologiq ue " s ur les  produits  ne  s ignifie  
e n  aucun  cas   q u’ils  s ont  Bio ;  s im plem e nt  q u'ils  prés e nte nt 
m oins  de  dange r pour l'e nvironne m e nt. Il s 'agit donc de  re s ­
te r vigilant e t de  ne  pas  s om bre r, com m e  parfois , dans  de s  
m as carade s  de  m ark e ting plus  ou m oins  s ournois e s .
Bord e r

Ecol
ab e l
 e uropée n

Lab e l
 FSC

Ce rcl
e  d e  M oe b ius

Agricul
ture  b iol
ogiq ue

Pour pl
us d'inform ations s ur l
es l
abe l
s , s urfe z s ur :
h ttp://w w w .cons ogl
obe .com /l
abe l
s -e col
ogiq ue s / Lab e l b iogarantie

5

1

7
2

8

6

9

3

4

Définitions :
1. Pre m ie r pays  ayant q uitté le protocole de  K yoto
2. Toit du m onde
3. M inis tre  Be lge  du clim at e t de  l'éne rgie
4. Alte rnative  aux éne rgie s  fos s iles
5. Ene rgie  très  controve rs ée
6.Ville ayant accue illi le de rnie r s om m e t clim atiq ue
7. Enve loppe  gaze us e  q ui e ntoure  la Te rre
8. K AP q ui ve nd de s  livre s  de  re ce tte s  (locales  e t de  s ais on)
9 . M is e s  e n valeur ce tte  année

Lasagne  au cél
e ri rave
Préparation : 40 m inute s - Cuis s on : 20 m inute s
Préch auffe z le four à 180°C.
Coupe z  le  céleri  rave   e n  gros s e s  
tranch e s  e t faite s ­les  cuire  15 m in dans  
de  l'e au bouillante .
Coupe z  l'oignon,  faite s ­le  ris s oler  ave c 
le  q uorn.  M élange z  e ns uite   ave c  la 
s auce  tom ate .

Ingrédie nts (4 
pe rs onne s )
­ 1 céleri race
­ 1 oignon
­ 175g de  q uorn
­ 1 bocal de  s auce  
tom ate

D ans   une   cas s e role,  faite s   une   s auce  
blanch e  (cf. "inte m pore ls").

­ Tranch e s  d'e m ­ 
m e ntal 

D ans   un  plat  à  gratin,  alte rne z  tranch e  
de   céleri  rave ,  tranch e   d'e m m e ntal, 
s auce  tom ate s ­q uorn, s auce  blanch e .

­ Sauce  blanch e  (cf. 
"inte m pore ls")

Faite s   cuire   au  four  à  180°C  pe ndant 
e nviron 20 m in.

Vous   voulez  avoir  l'e ns e m ble  de s  
re ce tte s ? Pour  la  m odiq ue   s om m e   de   3 
e uros ?R ie n de  plus  s im ple, s onne z ch e z 
le k ap ve rt : pas s age  de s  dinandie rs  n°3

il  i 
r
v a 0
A
 
9  2 M H 3
1
 
d i e d i  à 19
u
Je e r cr 30
M  17H
de

G

T
I
U
T
RA


Aperçu du document Pachamama_2010.pdf - page 1/24

 
Pachamama_2010.pdf - page 2/24
Pachamama_2010.pdf - page 3/24
Pachamama_2010.pdf - page 4/24
Pachamama_2010.pdf - page 5/24
Pachamama_2010.pdf - page 6/24
 




Télécharger le fichier (PDF)




Sur le même sujet..





Ce fichier a été mis en ligne par un utilisateur du site. Identifiant unique du document: 00103707.
⚠️  Signaler un contenu illicite
Pour plus d'informations sur notre politique de lutte contre la diffusion illicite de contenus protégés par droit d'auteur, consultez notre page dédiée.