EDEI 2 .pdf



Nom original: EDEI-2.pdfTitre: EDEI-2Auteur: Zoé Campus

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 22/04/2012 à 19:04, depuis l'adresse IP 213.49.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 6248 fois.
Taille du document: 215 Ko (8 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


 
 

 

ULB-­‐  Master  1  

 

 
 
 
Année  académique  2011-­‐2012  
 
AVERTY  Claire  SCHMIDT  Nathalie  
 

 
 
 

 
 
 
 
 

[TP  FONCTIONS  INTELLECTUELLES  :  
PRESENTATION  DU  TEST  EDEI]  
Echelles  différentielles  d’efficiences  intellectuelles  de  Michèle  Perron-­‐Borelli  

 
I. Informations  générales    
A. Historique  
Les   EDEI   (échelles   fonctionnelles   différentielles   d’efficiences   intellectuelles)     de  
Michèle   Perron-­‐Borelli,   constituent   l’aboutissement   de   recherches   et   réflexions   sur  
une  période  de  20  ans.  Ces  recherches  ont  été  centrées  sur  le  rôle  du  langage  dans  le  
développement   de   la   pensée   chez   des   enfants   sourds-­‐muets,   puis   vers   l’étude   des  
rapports   entre   l’utilisation   du   langage   et   le   développement   des   processus   de  
catégorisation,  auxquels  une  place  prépondérante  a  été  donnée.    

B. Objectif  et  nature  du  test  
Les   EDEI   se   composent   de   plusieurs   échelles   indépendantes   qui   permettent   une  
évaluation   de   l’efficience   constatée   en   terme   d’âge   de   développement   (de   3   à   11  
ans).   L’intention   est   avant   tout   analytique,   l’accent   étant   mis   sur   la   comparaison   des  
résultats   plutôt   que   sur   leur   sommation.   Cette   échelle   se   distingue   donc   de   tests  
déterminant  un  niveau  global  (âge  mental  de  l’enfant  et/ou  QI).  L’idée  d’un  potentiel  
intellectuel  propre  à  chaque  individu,  et  transmis  de  manière  héréditaire  sous-­‐tend  
cette   conception   de   l’intelligence.   Hors   plusieurs   facteurs   peuvent   être   pris   en  
compte   au   delà   d’un   déterminant   organique   de   l’intelligence  :   les   conditions  
économiques,   culturelles   et   éducatives,   l’attention,   l’affectif   et   le   relationnel.   De  
plus,  ces  facteurs  ont  tous  comme  médiateur  le  langage.  La  prise  en  compte  de  ces  
facteurs  conduit  à  mettre  en  doute  le  caractère  univoque  d’une  estimation  globale  
du   développement   intellectuel.   Les   EDEI   proposent   une   batterie   composée  
d’échelles  explicitement  différenciées  mais  techniquement  comparables,  ce  qui  n’est  
pas  toujours  le  cas  dans  l’usage  combiné  de  différents  tests  d’intelligence.  

C. Coût  du  test  
Le   coût   de   ce   matériel   neuf   s’élève   à   1151,80   euro.   Ce   test   est   disponible   en  
testothèque.  

II. Contenu  et  structure  du  test  
A. Matériel  
Le  matériel  de  ce  test  se  compose  de  :    
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐

 

Ouvrage  «  l’examen  psychologique  de  l’enfant  »  EDEI-­‐O  
Manuel  «  les  échelles  différentielles  d’efficiences  intellectuelles  EDEI-­‐C  ».  
Feuille  récapitulatives  des  résultats  EDEI-­‐F  
Feuille  de  notations  EDEI-­‐E  
Carnet  d’images  EDEI-­‐I  
Feuilles  de  notation  EDEI-­‐N  

-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐

Carnet  couleurs  et  formes  EDEI-­‐R  
Feuilles  de  notation  EDEI-­‐D  
Gravure  EDEI-­‐G  
Feuille  de  notations  EDEI-­‐L  
Feuilles  de  notations  EDEI-­‐P  
Carnet  «  couple  »  
11  pochettes  «  couples  »  
Carnet  «  série  »    
1  pochette    «  série  »  
Feuille  de  notations  EDEI-­‐Q  
27  pièces  de  bois  EDEI-­‐X  
EDEI-­‐Y  
Feuilles  de  notations  EDEI-­‐U  
Encastrement  EDEI-­‐Z  

B. Organisation  du  test  
Le   test   se   compose   de   7   échelles.   Trois   grands   domaines   de   l’intelligence   sont  
appréciés  par  une  ou  plusieurs  échelles,  verbales  ou  non  verbales  :  
− L’intelligence   logique  :   les   épreuves   d’activité   catégorielle   y   constituent   le  
pivot   autour   duquel   s’articulent   les   autres   aspects   du   fonctionnement  
intellectuel.  Elles  mettent  en  jeu  des  processus  d’abstraction.    
− L’intelligence   pratique  :   évalue   l’adaptation   pratique   à   un   but   clairement  
énoncé  et  perceptible  pendant  tout  le  déroulement  de  l’activité.    
− L’intelligence   sociale  :   elle   porte   sur   la   compréhension   des   situations  
sociales,   sur   la   connaissance   de   certains   rôles   sociaux,   et   règles   des  
relations  interpersonnelles,  ainsi  que  la  prise  en  compte  de  valeurs  sociales  
et  morales.  

 
On   retrouve   également   une   échelle   d’évaluation   des   connaissances   communes  
acquises  dans  l’expérience  quotidienne  et  deux  épreuves  de  vocabulaire.    

C. Subtests  
1.   Echelle  I  :  vocabulaire  
L’échelle  comprend  2  parties  qui  peuvent  être  passées  de  manière  complémentaire.  
 
 Vocabulaire  A  :  dénomination  de  mots  
Elle  s’applique  aux  enfants  de  3  à  5  ans.  
Pour  les  enfants  de  moins  de  5  ans,  on  commence  par  l’item  1,  à  5  ans  et  plus,  par  
l’item  2.  On  arrête  l’examen  après  8  échecs  consécutifs.  
La   consigne   est  :   «  Qu’est-­‐ce   que   c’est   ça  ?   Comment   ça   s’appelle  ?  »,   en   montrant  
chaque   image.   On   note   la   première   réponse   de   l’enfant,   en   insistant   pour   une  
meilleure  réponse  si  besoin.  
On   note   1   point   par   réponse   réussie,   c’est   à   dire   quand   le   mot   exact   ou   une   des  
réponses  admises  est  prononcé.  
Exemple  d’item  :  Bateau,  poire,  cigogne...  

 
 Vocabulaire  B  :  définitions  de  mots  
Elle  s’applique  aux  enfants  de  plus  de  5  ans.  
Avec   les   enfants   de   moins   de   9   ans,   on   commence   au   début   avec   les   deux   mots  
exemples.   A   partir   de   9   ans,   on   commence   à   l’item   7.   On   arrête   l’examen   après   5  
échecs  consécutifs.  
La   consigne   est   la   suivante  :   «  qu’est-­‐ce   que...  ?   Que   veut   dire...  ?  ».   On   peut   faire  
expliciter  les  réponses  trop  vagues.  
On   note   1   point   par   item   réussi,   selon   que   la   description   se   retrouve   dans   les  
réponses  admises.  
Exemple  d’item  :  Moineau,  satisfait,  solliciter.  
 
2.   Echelle  II  :  Connaissances  
Selon   l’âge   de   l’enfant,   on   commence   à   l’item   5   à   partir   de   5   ans,   à   l’item   11   à   partir  
de   7   ans,   à   l’item   13   à   partir   de   9   ans,   et   l’on   redescend   au   besoin   pour   obtenir   5  
réussites  consécutives.  On  arrête  après  5  échecs  consécutifs.  
L’échelle  présente  30  questions  de  connaissances  sur  la  vie  quotidienne,  avec  parfois  
une  présentation  d’image.    
On  note  1  point  par  item  réussi.    
Exemple   d’item  :   «  Comment   t’appelles-­‐tu  ?  »,   «  Avec   quoi   mesure-­‐t-­‐on   la  
température  ?  »,  «  Quelle  est  la  plus  haute  montagne  du  monde  ?  ».  
 
3.   Echelle  III  :  Compréhension  sociale  
Selon   l’âge   de   l’enfant,   on   commence   à   l’item   8   à   partir   de   5   ans,   à   l’item   13   à   partir  
de   7   ans,   à   l’item   19   à   partir   de   9   ans,   et   l’on   redescend   au   besoin   pour   obtenir   5  
réussites  consécutives.  On  arrête  après  5  échecs  consécutifs.  
L’échelle  présente  36  questions  de  compréhension  sociale,  avec  pour  les  5  premiers  
items  une  présentation  de  gravure.  
Exemple   d’items  :   «  Où   est   la   maman  ?   Où   est   le   papa  ?   Où   est   le   bébé  ?  »,   «  Que  
ferais-­‐tu  si  tu  voyais  un  bébé  s’approcher  du  feu  ?  »,  «  Dans  quel  cas  faut-­‐il  éviter  de  
dire  toute  la  vérité  ?  ».  
 
4.   Echelle  IV  :  Conceptualisations  
Les  items  1  à  4  sont  présentés  à  tous  les  âges  et  sont  destinés  à  la  mise  en  train  de  
l’épreuve.    A  partir  de  9  ans  on  pourra  ensuite  passer  à  l’item  10,  et  l’on  redescend  
au   besoin   pour   obtenir   5   réussites   consécutives.   On   arrête   après   5   échecs  
consécutifs.  
Pour  les  items  1  à  5,  la  consigne  est  la  suivante  :  «  je  vais  te  dire  deux  choses  qui  se  
ressemblent  et  tu  me  diras  pourquoi  elles  se  ressemblent,  ce  qu’elles  ont  de  pareil,  
on  va  commencer  ensemble.  »  On  donne  alors  la  réponse  exacte  si  l’enfant  ne  sait  
pas.  Pour  les  items  suivants,  la  consigne  est  :  «  maintenant  je  ne  t’aide  plus,  tu  vas  
trouver  tout  seul.  Pourquoi  ils  se  ressemblent  ?  Pourquoi  ils  sont  pareils  ?  ».  
On  note  1  point  par  item  réussi  selon  la  liste  établie,  y  compris  pour  les  items  1  à  5.  
Exemple  d’item  :  Item  1  :  La  chaise  et  le  banc  se  ressemblent  par  ce  que  tous  les  2  
servent  à…  Item  11  :  roue  –  assiette,  item  26  :  balance  –  thermomètre.  
 

5.   Echelle  V  :  Classification  d’objets  
Cette  échelle  comprend  2  épreuves  :    

 

• Groupement  par  couples  
 
Montrer   à   l’enfant   une   image   qu’il   doit   nommer   et   ensuite   lui   demander   de  
placer   une   autre   image   similaire   en   face.   On   fait   d’abord   cet   exercice   avec   lui  
avec   les   images   démonstrations.   Ensuite,   quand   l’enfant   à   bien   compris,   on  
applique   les   planches   1  ;2  ;3   et   ainsi   de   suite   en   disant,   si   l’enfant   a   compris,  
«  met  chaque  image  à  sa  place  ».  on  n’aide  plus  l’enfant  après  l’image  3.  
On  arrête  l’examen  après  4  échecs  consécutifs.    
La   notation   se   fait   d’un   point   par   item   réussi   (à   partir   de   la   planche   1),   on   ne  
considère  l’item  comme  réussi  que  si  les  3  images  sont  bien  placées.    
 
• Groupement  de  3  images  
 
«  tu   vois,   on   a   mis   sur   ce   carton   2   choses   qui   se   ressemblent,   qui   vont   bien  
ensemble,   il   faut   ajouter   ici   une   3ième   image,   pour   que   ça   fasse   3   choses   qui   se  
ressemblent.   Laquelle   tu   choisis  ?  ».   Dans   tous   les   cas   préciser  :   «  comme   ça   les   3  
se   ressemblent   parce   qu’elles   servent   toutes   les   3   à   …  ».   (Donner   la   réponse   si  
l’enfant  ne  trouve  pas).  Et  faire  la  même  chose  avec  les  autres  items.      
Accepter   les   corrections   spontanées   d’un   premier   choix   incorrect.   Arrêt   de  
l’examen  après  5  échecs  consécutifs.    
Ce   sera   noté   1   point   par   item   réussi,   on   n’admet   qu’une   bonne   réponse   par  
planche.    
6.   Echelle  VI  :  Analyse  catégorielle  

On  place  27  pièces  (on  place  le  triptyque  portant  les  dessins  des  27  pièces  et  les  27  
pièces  en  vrac).  La  consigne  est  de  mettre  chaque  pièce  à  sa  place.  On  ne  tient  pas  
compte  des  erreurs  qui  peuvent  être  dues  à  l’inattention  et  à  l’impulsivité.    
Quand  les  27  pièces  sont  placées,  disposer  la  planche  à  3  cases.    
Série  1  :  groupement  par  forme  et  dimension  semblables.    
Placer  dans  les  deux  premières  cases  de  la  planche  les  2  premières  pièces  du  premier  
item  de  la  première  série,  montrer  à  l’enfant  la  3ième  case  en  disant  «  mets  ici  celui  
qui  va  bien  ».  Il  faut  corriger  les  choix  incorrects.    
On  arrête  la  série  dès  que  l’enfant  à  réussi  3  items  consécutifs.  Sinon,  on  présente  
les  6  items.  (Il  y  a  quelques  cas  particuliers).    
Série  2  :  groupement  par  forme  et  couleur  semblables  
Série  3  :  groupement  par  couleur  et  dimensions  semblable  
Série  4  :  groupement  par  dimension  semblable  (forme  et  couleur  différentes)  
 
on   arrête   l’examen   après   échec   à   une   série   (3   éechecs   consécutifs   dans   une   série).   Il  
y  a  chaque  fois  6  items  par  série.    

Pour  chacune  des  4  séries,  on  note  sur  6  points.  1  point  par  item  réussi  à  partir  du  
moment  où  il  n’y  a  plus  aucun  échec.  Lorsqu’on  obtient  3  réussites,  dispersées,  on  
note  globalement  1  point  pour  la  série.  Max  24  points  pour  toutes  les  séries.    
La  note  totale  est  la  note  des  séries  et  la  note  de  l’épreuve  finale  (36).  
 
Epreuve  finale  :  elle  comporte  8  items,  dont  le  principe  varie  de  l’un  à  l’autre,  il  y  en  
a   des   faciles   et   des   difficiles   tous   mélangés   et   on   propose   seulement   les   items  
correspondant  aux  séries  réussies.    
 
7.   Echelle  VII  :  Adaptation  pratique  
On   vas   placer   devant   l’enfant   le   cadre   de   bois   et   la   planchette   et   dire   à   l’enfant  
«  regarde  :   avec   ces   morceaux   on   peut   faire   un   carré   rouge   qui   rempli   exactement   le  
trou  ».  on  montre  la  solution  à  l’enfant  (dans  le  manuel)  durant  les  3  premiers  items.  
On   ne   donne   aucune   indication   à   l’enfant.   On   arrête   l’examen   après   3   échecs  
consécutifs.    
Temps   limite  :   90   sec   pour   la   figure   1   à   6  ;   120   sec   pour   les   figures   7   à   12.   Si   ça  
dépasse   de   10   secondes,   c’est   pas   trop   grave.   Les   notations   varient   entre   2   et   4  
points  selon  les  figures.    
 

III. Administration  du  test  
A. Durée  et  déroulement  de  la  passation  
L’ensemble   des   épreuves   peut   être   appliqué   en   une   seule   séance,   la   passation  
variant   d’une   heure   à   une   heure   et   demi   suivant   l’âge   et   le   comportement   de  
l’enfant  et  l’expérience  de  l’examinateur.  
On   peut   toutefois   faire   passer   le   test   en   2   séances   pour   éviter   des   efforts   longtemps  
soutenus   (5-­‐6   ans   surtout).   On   peut   également   se   borner   à   la   passation   d’une  
batterie  réduite  et  cibler  les  échelles  les  plus  appropriées  selon  la  problématique.  
L’ordre   de   passation   des   échelles   est   laissé   au   choix   de   l’examinateur.   Toutefois,  
l’examen  doit  rester  attrayant  (échelles  variées,  gestion  de  la  motivation,  des  échecs,  
etc.)    
Pour   différentes   échelles,   il   est   prévu   d’arrêter   l’examen   après   un   certain   nombre  
d’échecs.  Suivant  l’âge  de  l’enfant,  on  commence  à  tel  ou  tel  point  de  l’échelle.    

B. Présentation  des  résultats  
Les   résultats   de   chaque   échelle   doivent   être   traduits   en   âges   de   développement.  
Pour  cela,  on  utilise  les  tables  d’échelonnages.  L’unité  de  développement  choisie  a  
été  de  3  mois,  parfois  6  mois  à  1an.  Il  est  important  de  tenir  compte  que  dans  ce  cas,  
cette  unité  de  développement  fait  que  la  validité  et  la  fidélité  de  cette  traduction  en  
AD  se  trouvent  diminuées.  
A  partir  des  AD  obtenus  pour  les  différentes  épreuves,  on  peut  calculer  l’AD  moyen  
qui  est  la  valeur  qui  correspond  le  mieux  au  niveau  global  obtenu  grâce  aux  épreuves  
classiques.  

Pour  l’analyse  des  résultats,  il  sera  utile  de  calculer  certaines  moyennes  portant  sur  
des   groupes   d’épreuves   (ex  :   l’AD   verbal   (échelle   1.2.3   et   4);   l’AD   non-­‐verbal  
(échelles  5.6  et  7)  l’AD  catégoriel  (échelle  4,  5  et  6).    
 
Dans   un   2ième   temps,   les   âges   de   développement   peuvent   être   eux-­‐mêmes  
transformés   en   quotient   de   développement   (QD),   en   divisant   l’âge   de  
développement   obtenu   par   l’âge   réel   de   l’enfant   et   en   multipliant   le   quotient   par  
100.    
Porter   l’analyse   et   l’interprétation   sur   les   AD   est   souvent   préférable   parce   qu’elles  
ont   l’avantage   de   fournir   une   référence   concrète   à   un   niveau     de   développement.  
Ainsi,  lorsque  l’enfant  pose  tel  ou  tel  problème  d’apprentissage  scolaire,  il  est  utile  
de  garder  le  niveau  (d’âge)  de  son  vocabulaire  connaissance  etc.  dans  le  champ  de  
l’interprétation.    
Le  profil  des  QD,  établi  individuellement,  s’obtient  à  partir  des  écarts  calculés  entre  
chaque  QD  et  le  QD  moyen.    
 
Pratiquement,  la  feuille  de  synthèse  permet  une  récapitulation  et  une  présentation  
d’ensemble   des   résultats.   Dans   le   premier   tableau,   on   inscrit   les   notes   obtenues  
pour  chaque  échelle,  puis  leur  traduction  en  AD  et  en  QD,  enfin  les  écarts  de  chaque  
QD  au  QD  moyen.  Le  deuxième  tableau  permet  la  représentation  graphique  du  profil  
des  QD  établi  à  partir  des  écarts.    
 

C. Interprétation  des  résultats  
La  2ième  page  de  la  feuille  de  synthèse  va  servir  pour  la  démarche  afin  d’aboutir  à  une  
interprétation  d’ensemble  des  résultats.    
a) Efficiences   verbales   et   non   verbales  :   indique   le   poids   du   langage   sur  
l’ensemble  des  efficiences  intellectuelles.  Nécessaire  d’en  analyser  les  écarts.    
b) Efficiences   catégorielles  :   l’AD   catégoriel   peut   être   considéré   comme  
exprimant  les  aspects  opératoires  du  développement  de  l’intelligence.    
c) Autres   comparaisons   entre   échelles  :   on   peut   étudier   tout   écart   entre   2  
échelles   si   il   est   particulièrement   marqué   ou   que   le   problème   posé   par  
l’enfant  donne  une  pertinence  particulière  à  cette  comparaison.    

 
Les   indices   peuvent   être   comparés   entre   eux   ou   avec   l’AD   moyen   fournit   des  
indications  intéressantes.    

IV.Critiques  et  commentaires  
 
Points  Forts  :    
-­‐ Investigue  l’intelligence  de  manière  variée,  en  abordant  l’intelligence  logique,  
pratique,  et  sociale.  
-­‐ L’échelle   non   verbale   est   très   différente   des   traditionnelles   échelles   de  
Weschler,   ce   qui   constitue   l’intérêt   de   l’épreuve   dans   une   passation  
complémentaire  à  la  WISC.    

-­‐
-­‐
-­‐
-­‐
-­‐

Les   sept   échelles   composant   la   batterie   sont   indépendantes,   ce   qui   donne  
une  grande  souplesse  à  la  passation.  
Les   notes   standards   sont   traduisible   en   indices   de   développement,   ce   qui  
donne  une  donnée  concrète  à  comparer  à  l’âge  réel  de  l’enfant.  
Echelles  très  adaptées  à  la  mise  en  évidence  des  dysharmonies  cognitives    
Il  est  rapporté  une  corrélation  élevée  entre  toutes  les  épreuves  de  l’EDEI.  
Les  épreuves  d’analyse  Catégorielle  des  EDEI-­‐R  abordent  un  registre  qui  n’est  
ni   verbale,   ni   mnésique,   ni   praxique,   ni   visuelle.   Les   résultats   de   ces   échelles,  
moins   dépendantes   des   acquisitions   scolaires,   révèlent   les   possibilités  
intellectuelles  de  fond  de  l’enfant.  

 
Points  faibles  :  
 
-­‐ L’étendue   d’âge   couverte   par   le   test   est   trop   restreinte,   et   peut   être   gênante  
si  l’on  souhaite  réévaluer  un  même  enfant  sur  une  longue  période  (maximum  
11   ans),   de   même   que   si   l’enfant   est   particulièrement   avancé   dans   un  
domaine  (âge  développemental  supérieur  à  11  ans).  
-­‐ L’unité   de   développement   est   de   3   mois.   Dans   des   âges   avancés,   certaines  
épreuves  plafonnent  et  amènent  à  une  graduation  nettement  plus  grossière.  
Un   écart   d’un   point   peut   se   traduire   par   un   écart   de   6   mois   voire   1   an   de  
développement.  La  fidélité  et  la  validité  du  résultat  s’en  trouvent  nettement  
diminuées.  
-­‐ Certaines   épreuves   sont   davantage   adaptées   à   la   culture   occidentale   (ex  :  
gravure  la  famille).  
-­‐ Le  test  met  le  langage  au  centre  de  sa  conception,  il  faut  donc  faire  attention  
au  niveau  de  langue  française  dans  le  cas  d’enfants  étrangers.  
-­‐ Matériel  cher  
-­‐ Matériel  lourd  et  encombrant  
 

V. Bibliographie  


Aperçu du document EDEI-2.pdf - page 1/8
 
EDEI-2.pdf - page 3/8
EDEI-2.pdf - page 4/8
EDEI-2.pdf - page 5/8
EDEI-2.pdf - page 6/8
 




Télécharger le fichier (PDF)


EDEI-2.pdf (PDF, 215 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


kasseurs rebels pedal to metal
kasseurs voyous dautoroute k nas
edei 2
catalogue creapsy 2014 2015
douleur csct
sbfoktg