Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



bazarts3.pdf


Aperçu du fichier PDF bazarts3.pdf

Page 1 2 34532

Aperçu texte


AUTEUR
Remedium : Un talent engagé
Nous avons découvert l'univers de Remedium
à travers le forum Bdamateur. En suivant les
différents liens, nous sommes tombés sur
son site internet, c'est un auteur au trait
simple et incisif qui a aussitôt attiré notre
attention.
La particularité de Remedium se trouve dans
les récits qu'il illustre. Le ton n'est jamais
neutre, toujours engagé, sans pour autant
tomber dans la politique. Observateur du
quotidien, il sait voir et retranscrire les
travers, les absurdités de notre société.
Historien de formation, on devine chez lui
une obsession : être témoin de son époque.
Les divers scénarios qu'il nous a été donné de
voir sont tous d'excellents récits. On peut
parfois craindre un peu trop de textes, mais
ce texte est nécessaire. N'oublions pas que la
bd est un mélange d'images et de textes.
Remedium et son comparse Grégor, auteur et
dessinateur lui aussi, travaillent sur un
projet de bd en ligne : La cité des Esclaves.
Un ambitieux projet qui a le mérite de
proposer des bds courtes au message fort.
Remedium y sévit avec sa série Le Royaume.
Une planche régulière qui nous montre un
Royaume pas si éloigné d'une certaine
République... Par de fines touches d'humour
il met le doigt sur de réels problèmes de la
cité actuelle.
Bref, du talent, de l'engagement – de plus en
plus rare de nos jours – et de l'humour, que
demander de plus ? Allez, assez de
bavardages, et lisons plutôt Remedium.
Le site de Remedium :
http://www.lacitedesesclaves.org/remedium/
La cité des Esclaves :
http://www.lacitedesesclaves.org/index.php?
lng=fr

Comment es-tu tombé dans la bandedessinée ?
Comme beaucoup, j’étais un lecteur assidu
de B.D. quand j’étais petit; j’étais fasciné par
l’attraction que peut créer un dessin.
Parallèlement à ça, j’ai toujours dessiné d’un
côté et écrit de l’autre, je ne sais pas
exactement à quel moment la jonction s’est
faite pour la première fois, mais ça commence
à dater.
Que représente pour toi le fait de dessiner
? Une distraction, une échappatoire ?
Les deux à la fois, mais pas seulement. Au
départ, le dessin, c’était effectivement une
fuite, une sorte de catharsis totale où je me
retrouvais seul avec moi-même. C’était le seul
moyen que je connaissais de me sentir bien et
de ne plus avoir l’esprit parasité par les
problèmes du quotidien.
Avec le temps, ces éléments subsistent, mais
le dessin est surtout devenu pour moi un
sport de combat, destiné à me dépasser et à
m’exprimer aussi fort que je peux.
Les héros, lectures de ton enfance et de
ton adolescence ont-ils toujours une place
importante
dans
ta
vie
d’adulte
dessinateur ?
Je pense qu’instinctivement, toutes les
lectures qui nous marquent se bousculent,
s’entrechoquent en nous au moment où nous
créons. Elles nous construisent et nous
enseignent des choses, nous donnent à voir
certaines possibilités qu’on n’aurait jamais
imaginées autrement.

L’Interview
Bonjour Remedium ! Premièrement laisse
moi te dire combien je suis content que tu
acceptes cette entrevue pour Bazarts’.
Mais allons droit au but ! La question
traditionnelle : Thé, café, whisky, autre
chose ?
Un Coca pour moi, merci.

Ta formation d’historien t’apporte-t-elle
quelque chose dans ta passion ?
Ce que m’apporte ma formation d’historien,
dans la vie comme en B.D., c’est une rigueur
par rapport à l’information et aux éléments
qu’on ingère du matin au soir dans les
médias.
L’abondance
des
sources
d’information est telle qu’il faut constamment