Annale sémio respi .pdf



Nom original: Annale sémio respi.pdfTitre: Microsoft Word - Annale sémio respi.docxAuteur: Alexis Lecluze

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 23/05/2012 à 13:57, depuis l'adresse IP 93.21.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1982 fois.
Taille du document: 170 Ko (5 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Syndrome  de  condensation  alvéolaire  :  valeur  sémiologique  des  signes  cliniques  
et  radiologique.  Diagnostic  différentiel.  Diagnostic  étiologique.  (2008,  2010,  
2011)  
 
C’est    le  remplacement  de  l’air  alvéolaire  par  du  liquide  plus  ou  moins  dense  ou  un  
espace  virtuel  provoqué  par  un  collapsus  de  l’alvéole.  
 
Signe  clinique  :  
Palpation  on  a  la  transmission  des  vibrations  des  deux  cotés  voir  une  
augmentation  de  transmission  du  coté  condensé  
Inspection,  on  retrouve  un  hémi  thorax  immobile  
Ausculation  souffle  tubaire  possiblement  accompagné  de  crépitant  
 
Percussion,  il  y  a  une  matité  non  déclive  
 
Signe  radiologique  :  
 
On  observe  une  opacité  des  zones  alvéolaires  touchés.  Il  y  a  possibilité  
d’atelectasie  ou  de  bronchogramme  aérique.  
 
Diagnostic  différentiel  :  pleurésie    
 
Diagnostic  étiologique  :  
Inflammation,  pneumonie,  cancer  
 
 
 
 
 
Sémiologie  clinique  du  pneumothorax  non  compliqué  de  l’adulte  jeune.  Signes  de  
gravité  cliniques  et  radiologique  à  rechercher  (2007,  2008,  2011)  
 
Le  pneumothorax  est  défini  par  la  présence  d’air  entre  les  plèvres  pariétale  et  viscérale.  
Elle  provoque  une  douleur  en  coups  de  poignard  de  type  pleurale  majoré  à  l’inspiration.  
Il  y  a  une  toux  sèche  non  productive  et  douloureuse.  (Si  douleur  >  48h  il  faut  mettre  un  drain)  
 
Signe  clinique  :  
 
Palpation  :  abolition  des  vibrations  
 
Auscultation  :  abolition  des  bruits  glottique  et  du  murmure  vésiculaire  
 
Inspection  :  Hemi  thorax  immobile  avec  distension  thoracique  
 
Percussion  :  Retrouve  un  tympanisme  
 
Signe  de  gravité  :  
 
Compression  dans  l’hémi-­‐thorax  avec  pouls  paradoxales  (Systolique  diminue  a  
l’inspiration)  et  ICD  
 
Insuffisance  respiratoire  aigue  avec  tirage  
 
Hémo-­‐pneumothorax  
 
 
+  distension  hémi-­‐tho  majeur  
 
Signe  radiologique  :  à  l’inspiration  
 
Rechercher  si  pneumothorax  complet  ou  pas  (Décollement  de  la  plèvre)  
 
Hyperclarté  de  toute  la  zone  touchée  

Sémiologie  de  la  toux  (2007)  
 
C’est  une  expulsion  rapide  et  bruitant  d’air.  
Ont  la  caractérise  par  :  
-­‐ son  caractère  productif  ou  non  productif  
-­‐ son  caractère  aigue  ou  chronique  (  >  3  semaine)  
-­‐ son  rythme  et  sa  fréquence  (  isolé,  quinteuse,  spasmodique)  
-­‐ sa  récidivité  (lieu,  saison)  
-­‐ Circonstance  de  survenue  (effort/repos,  changement  de  position,  alimentation  )  
-­‐ Sa  tonalité  et  son  timbre  (  rauque,  bitonale,  éteinte)  
-­‐ signe  associé  (asthme,  rhinorrhée  )  
 
Elle  peut  être  associé  à  une  dyspnée,  fracture  costale,  pneumothorax.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Cyanose  :  définition,  valeur  sémiologique  (2007)  
 
La  cyanose  est  une  coloration  bleue  violacée  des  téguments  et  des  muqueuses  plus  ou  
moins  foncée  pouvant  aller  jusqu'au  bleu  noir.  
 
Valeur  sémiologique  :    
 
 
La  cyanose  est  liée  à  une  élévation  du  taux  de  l’hémoglobine  réduite  dans  le  sang  
capillaire  :    Elle  apparaît  lorsque  le  taux  de  l'hémoglobine  réduite  dépasse  5  g  pour  100  
ml  de  sang  capillaire  (ou  artériolaire).  
 
 
 
Sur  le  plan  physiopathologique,  on  distingue  
Les  cyanoses  d'origine  centrale  :  chaude,  généralisée,  tégumentaire  et  muqueuse.  
Elles  traduisent  une  réduction  de  la  saturation  en  O2  de  l’hémoglobine  du  sang  artériel  
(hypoxémie).    
 
Les  cyanoses  d'origine  périphérique  :  Froide,  prédominant  au  niveau  des  téguments,  
respectant  les  muqueuses.  Elles  traduisent  un  ralentissement  circulatoire  capillaire,  
avec  désaturation  de  l’hémoglobine  du  sang  veineux  en  O2.  
 
 

Décrire  la  dyspnée  laryngée  (2005,  2006  et  2007)  =>  Babin  posé  cette  question  
mais  pas  vraiment  traité  en  cours  cette  année,  on  va  y  répondre  avec  Zalcman  et  
sans  laryngé  (sinon  c’est  une  gène  inspiratoire  de  type  bradypnée  et  avec  des  bruits  
anormaux  =>  urgence  thérapeutique)  
 
Sensation  de  difficulté  respiratoire  pouvant  accompagner  la  tachypnée,  l’hyperpnée  et  la  
bradypnée.  On  peut  considérer  qu’une  dyspnée  se  produit  quand  la  demande  de  
ventilation  est  supérieure  à  la  capacité  de  réponse  du  patient.  
 
Caractéristique  :  
 
Aigue  ou  chronique  
 
Au  temps  inspiratoire,  expiratoire  voir  les  deux  
 
Fréquence  respiratoire  
 
 
Circonstance  de  Survenue  
 
Effort  ou  au  repos    
 
Orthopnée  ou  platypnée  
 
Horaire  (cycle  nycthéméral)  
 
Facteur  déclenchant  (saisons…)  
 
Signe  d’accompagnement  
 
Bruit  respiratoire  (à  l’inspi  ou  expi)  
 
Acidose  métabolique,  AEG…  
 
Tolérance  
 
Recherche  insuffisance  respiratoire  avec  hypoxie  et  hypercapnie  
 
Signe  hémodynamique  avec  tachycardie,  pouls  paradoxal  et  signe  de  chocs  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Épanchement  pleurale  liquidien  :  sémiologie  clinique  et  radiologique  (  2003  et  
2005)  
 
C’est  défini  par  la  présence  de  liquide  entre  la  plèvre.  Douleur  basithoracique  de  type  
pleurale  et  majoré  à  l’inspiration  et  par  la  toux.  
 
Clinique  :  
 
Auscultation  :  Le  murmure  vésiculaire  est  diminué  voir  aboli  du  coté  de  
l’épanchement  pleural.  Possibilité  de  souffle  pleural.  
 
Inspection  :  Immobilité  d’un  hémi-­‐thorax  
 
Palpation  :  Les  vibrations  ne  sont  pas  transmises  
 
Percussion  :  Matité  déclive    répartit  suivant  la  gravité.  
 
Radiologique  :  debout,  de  face  et  profil  
 
Opacité  dense  homogène  limitée  à  sa  partie  supérieure  par  la  ligne  de  Damoiseau  
(concave  en  haut  et  en  dedans).  
 
Pour  un  petit  épanchement  regarder  les  culs  de  sacs  qui  sont  émoussés  et  refaire  
radio  en  décubitus  latéral.  
 
Gros  épanchement  provoque  une  répulsion  de  la  trachée  et  cœur  
 
 
 
 
Donner  les  caractéristiques  cliniques  et  radiologiques  d’un  hémothorax,  d’un  
volet  costal  et  d’une  rupture  de  l’isthme  aortique  (tombé  11  fois)  
 
 
 
Hémothorax  
 
Clinique  :  Épanchement  de  sang  dans  la  cavité  pleurale  entrainant  une  abolition  
du  murmure  vésiculaire  et  de  la  transmission  des  vibrations,  à  la  percussion  on  a  une  
matité  déclive.  Dyspnée  plus  ou  moins  importante.  +  Circonstance  de  l’accident  (  ?)  
 
Radiologique  :  Opacité  homogène  dense  à  limite  supérieur  horizontale  (  oui  Icard  
est  pas  d’accord  avec  Zalcman)  au  niveau  de  la  zone  touché    
 
 
 
 
Volet  Costal  
 
 
Clinique  :  Double  fracture  étagée  d’un  segment  de  la  paroi  thoracique,  il  faut  
rechercher  à  la  palpation  une  respiration  paradoxale  (pas  évident  avec  des  blessés)  ou  
un  enfoncement  costal    
 
Radio  :  On  va  chercher  les  signes  de  fractures.  
 
 
 
Rupture  isthme  aortique  
 
 
Clinique  :  Souvent  secondaire  à  une  décélération  rapide,  on  va  rechercher  un  
syndrome  de  coarctation  de  l’aorte  (hématome  compresse  aorte  et  diminue  le  flux  
sanguin  arrivant  au  jambe  =>  paralysie  des  jambes).  Une  HTA  des  membres  supérieure  
et  souffle  systolique  thoracique.  
 
Radio  :  Hématome  et  élargissement  du  médiastin  qui  entraine  une  disparition  du  
bouton  aortique    et  abaissement  de  la  bronche  souche  Gauche.  

 
Épanchement  pleural  liquidien  :  définition  d’un  transsudat  et  d’un  exsudat  ;  
décrire  les  caractéristique  séméiologiques  (  macroscopiques,  biologiques)  d’un  
liquide  de  ponctions  pleurale  (2004  et  2005)  
 
Un  transsudat  est  défini  comme  étant  un  liquide  clair  avec  un  taux  de  protide  <30g/L  et  
souvent  retrouvé  dans  des  épanchements  mécanique.  
Un  exsudat  est  un  liquide  non  clair  avec  un  taux  de  protide  >  30  g/L  et  souvent  retrouvé  
dans  les  maladies  inflammatoire  de  la  plèvre.  
 
Caractéristique  macroscopique  :  
 
Liquide  sero-­‐hématique  (rouge),  chyleux,  claire,  purulent  ou  trouble.  
 
Caractéristique  biologique  :  (  ?)  
 
Test  au  laboratoire  de  biochimie  (taux  de  protide)  
Transsudat  
 
Exsudat  
3
<  500  
Nombre  de  cellule/mm   >1000  
<30  g/L  
Nombre  de  protide  
>30  g/L  
<  0,5  
Protide  plèvre/sang  
>  0,5  
<  0,6  
LDH  plèvre  /  sang  
>  0,6  
 
 
 
Décrire  les  éléments  sémiologiques,    clinique,  biologique,  radiologique,  ecg  
associé  classiquement  à  une  embolie  pulmonaire  (2005)  
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Slaanor  


Aperçu du document Annale sémio respi.pdf - page 1/5

Aperçu du document Annale sémio respi.pdf - page 2/5

Aperçu du document Annale sémio respi.pdf - page 3/5

Aperçu du document Annale sémio respi.pdf - page 4/5

Aperçu du document Annale sémio respi.pdf - page 5/5




Télécharger le fichier (PDF)


Annale sémio respi.pdf (PDF, 170 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


annale semio respi 1
pneumologie pr zalcman
cat devant une anomalie radiologique 2011 word
roneo modifie pdf
cours ifsi plevre bergeron
cat devant une image de pleuresie3parpage