Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



INFOS MAI 2012 .pdf


Nom original: INFOS MAI 2012.pdf
Titre: CAPEB INFOS MAI 2012.pdf
Auteur: triphas

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Adobe Acrobat 9.5.1 / GPL Ghostscript 8.15, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 28/05/2012 à 11:33, depuis l'adresse IP 93.22.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1025 fois.
Taille du document: 71 Ko (1 page).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Responsabilite de l’entreprise : crédit d’impôt
Un arrêt du 8 mars 2012 de la Cour de cassation considère que l’entreprise qui informe sa cliente sur le
montant d’un crédit d’impôt engage sa responsabilité, si son évaluation est entachée d’erreur alors que
cette information a été déterminante pour le consentement de la cliente.
La plus grande prudence sur la communication de l’obtention des crédits d’impôt est nécessaire.

1• Des travaux éligibles au crédit d’impôt développement durable
Une entreprise spécialisée dans la vente et la pose de
panneaux solaires a établi un devis pour des équipements
solaires éligibles à un crédit d’impôt. Son devis indique des
informations sur le crédit d’impôt évalué à un montant de
7 250,21 €uros, en précisant qu’il s’agit d’un calcul prévisionnel, que la société ne peut garantir ces chiffres (…) et
en invitant la cliente à s’adresser le cas échéant au centre
des impôts.
La cliente contracte avec l’entreprise mais ne bénéficie pas
du crédit d’impôt pour le montant évalué sur le devis. Une
« erreur » de 3 750 €uros est constatée.
Elle attaque donc l’entreprise devant le juge de proximité en paiement de dommages-intérêts. La juridiction de
proximité lui donne raison, la société a commis une faute
pour avoir présenté à la cliente un calcul prévisionnel d’un
montant supérieur au crédit d’impôt dont elle a bénéficié.
L’entreprise s’est pourvue en cassation. La première
chambre civile de la Cour de cassation approuve la décision de la juridiction de proximité, l’arrêt est cependant
cassé quant à l’évaluation du préjudice car, pour compliquer l’affaire, la cliente est redevable d’un paiement d’un
solde de la facture des travaux…
2• Un crédit d’impôt déterminant pour le consentement du client
Pour contrer la décision du juge de proximité, la société
s’était appuyée sur des arguments tendant notamment à
démontrer que son devoir de conseil en tant que profes-

12

sionnel, ne s’étendait pas au montant du crédit d’impôt lié
à l’acquisition de panneaux solaires, que son information
n’était fournie qu’à titre indicatif et son client invité à la
vérifier auprès des tiers compétents et que le client avait
déjà connaissance du crédit d’impôt pour en avoir bénéficié au titre d’une installation de chauffage.
Mais la Cour de cassation ne retient pas cette
argumentation.
Pour la cour suprême, une évaluation du crédit d’impôt
pour plus du tiers du montant des travaux apparaît comme
ayant déterminé le consentement de l’intéressé.
En conséquence, si l’entreprise ne lui avait pas fait valoir un
crédit d’impôt de ce montant, la cliente n’aurait pas conclu
le contrat.
L’entreprise aurait dû recueillir les éléments indispensables
au calcul exact du crédit d’impôt ; pour la Cour de cassation elle est reconnue fautive de ne pas l’avoir fait.
3•Prudence
Cet arrêt du 8 mars 2012 invite les entreprises à être
particulièrement prudentes quant à la communication
sur le crédit d’impôt auprès de leur clientèle en particulier, le montant du crédit d’impôt ne devrait pas être
calculé et reporté par écrit sur les documents de l’entreprise tels que devis, factures, si l’entreprise ne connaît
pas la situation exacte du client ou de la législation
applicable.
Dans cette affaire plusieurs éléments apparaissent :
- Une information détaillée sur le devis mais qui se présentait comme indicative et invitant le client à se rapprocher
du centre des impôts n’a pas suffi à exclure la responsabilité
de l’entreprise ;
- Un crédit d’impôt évalué à un tiers du montant des travaux qui a été reconnu comme déterminant pour obtenir
le consentement, l’accord du client ;
- Un crédit d’impôt obtenu, largement inférieur à l’évaluation (erreur de 3 750 €uros).


Aperçu du document INFOS MAI 2012.pdf - page 1/1

Documents similaires


Fichier PDF infos mai 2012
Fichier PDF rge 01 01 2015
Fichier PDF efm m 15 tsgo 2a 2016 2017
Fichier PDF delrio cv
Fichier PDF cv 1 thierry copie
Fichier PDF cv 1 thierry


Sur le même sujet..