2010 Juin .pdf



Nom original: 2010 - Juin.pdfTitre: Microsoft Word - F-Evl-58- ISO1 EXAMEN Semiologie Generale VIRECOULON 16-06-2010.DOCAuteur: iso-secretariat

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PScript5.dll Version 5.2.2 / GPL Ghostscript 8.15, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 30/05/2012 à 20:42, depuis l'adresse IP 90.47.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1497 fois.
Taille du document: 113 Ko (9 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


N° de Table :_____

Institut Supérieur d’Ostéopathie de Lille

ISO 1

SEMIOLOGIE GENERALE
Dr F. VIRECOULON
(durée 1h)

16/06/2010

Indiquez pour chaque question, dans la grille correspondante, la lettre de la réponse
exacte (une seule réponse exacte par question).
QS 1. Dans la pratique d’un cabinet de soignant, comment se fait le diagnostic d’ulcère
gastrique ? :
A. par l’interrogatoire.
B. par l’inspection.
C. par la palpation.
D. par l’auscultation.
E. par la percussion.
QS 2. Les examens paracliniques de base pour l’exploration d’un syndrome respiratoire
incluent tous les éléments suivants sauf un : lequel ? :
A. la radiographie pulmonaire.
B. les gaz du sang.
C. la mesure du débit expiratoire de pointe.
D. l’indice de Schöber.
E. l’électrocardiogramme.
QS 3. Une dysphonie traduit obligatoirement :
A. une paralysie faciale.
B. une atteinte buccale.
C. une atteinte pharyngée.
D. une atteinte du « soufflet » pulmonaire.
E. une atteinte de la glotte.
QS 4. Un soignant s’apitoie sur le sort d’une jeune fille qu’il suit, car ce qu’elle lui raconte le
renvoie à ce que sa propre sœur a vécu. Comment analyser cette situation ? :
A. il y a manipulation du soignant par la jeune fille.
B. le soignant est dans le fantasme incestuel.
C. le soignant fait simplement preuve d’empathie.
D. il y a un problème de transfert.
E. il y a un problème de contre-transfert.
QS 5. Quel est le mode de transmission de la mucoviscidose ? :
A. dominante à défaut de pénétrance.
B. dominante à expression variable.
C. autosomique récessive.
D. liée à l’X.
E. multigénique
F-Evl-58-V01 du 16/04/2010
ECOLE TECHNIQUE PRIVEE D’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ENREGISTREE AU RECTORAT DE LILLE (N° 059-6696H)
Agréé par le Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports le 20 Septembre 2007
MEMBRE DE LA F.N.E.P.L. (Fédération Nationale de l’enseignement privé Laïc)

Bâtiment « le Caducée » – Parc EURASANTE Epi de Soil – 57 rue Salvador Allende – 59120 LOOS
Tél. 03.20.86.77.91 – Fax 03.20.58.05.67 – e-mail contact@lille-osteopathie.fr – site : www.lille-osteopathie.fr

N° de Table :_____

Institut Supérieur d’Ostéopathie de Lille
QS 6. Parmi les critères suivants, lequel ne peut pas être associé à une fatigue (par rapport à
une asthénie) ? :
A. de cause organique.
B. de cause physique.
C. de cause sensorielle.
D. liée à l’effort.
E. disparaissant au repos.
QS 7. A propos de la taille, quelle est la donnée fausse ? :
A. les femmes sont en moyenne plus petites que les hommes.
B. le suivi médical de la taille n’a d’intérêt qu’avant la fin de la croissance.
C. elle se mesure avec une toise.
D. elle dépend en partie de l’origine ethnique.
E. on assiste chez les hommes à l’émergence d’un groupe conséquent de très grands (>
1,91 m).
QS 8. Quelle différence faites-vous entre fièvre & hyperthermie ? :
A. la fièvre est uniquement d’origine bactérienne.
B. seule l’hyperthermie baisse à l’aide de médicaments antipyrétiques.
C. l’hyperthermie est l’une des composantes de l’inflammation.
D. la fièvre est due à un dérèglement du centre hypothalamique d’homéostasie de la
température corporelle.
E. fièvre & hyperthermie sont synonymes.
QS 9. Au plus un écart-type est petit :
A. au plus la courbe de Gauss est étroite & pointue.
B. au plus la courbe de Gauss est plate & étalée .
C. au plus la courbe de la normalité forme une asymptote tendant vers 0.
D. au plus la courbe de la normalité tend vers l’infini.
E. au plus le point de départ de la normalité est proche de 0.
QS 10. Un patient conscient de son état consulte un psychiatre pour dépression chronique.
Quelle est la proposition vraie à propos du contrat médical ? :
A. il y a forcément contrat médical comme dans tout acte soignant.
B. il ne peut y avoir de contrat médical car il y a, au moins a minima, altération des
fonctions intellectuelles.
C. il ne peut y avoir de contrat médical car le patient n’est pas examiné.
D. il ne peut y avoir de contrat médical que si le patient est adressé par un médecin
ayant fait un examen permettant d’exclure une cause organique.
E. il ne peut y avoir de contrat médical que si le patient est sous la responsabilité d’un
tiers indemne de toute affection psychiatrique.

F-Evl-58-V01 du 16/04/2010
ECOLE TECHNIQUE PRIVEE D’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ENREGISTREE AU RECTORAT DE LILLE (N° 059-6696H)
Agréé par le Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports le 20 Septembre 2007
MEMBRE DE LA F.N.E.P.L. (Fédération Nationale de l’enseignement privé Laïc)

Bâtiment « le Caducée » – Parc EURASANTE Epi de Soil – 57 rue Salvador Allende – 59120 LOOS
Tél. 03.20.86.77.91 – Fax 03.20.58.05.67 – e-mail contact@lille-osteopathie.fr – site : www.lille-osteopathie.fr

N° de Table :_____

Institut Supérieur d’Ostéopathie de Lille
QS 11. On constate que plus le tabagisme d’un sujet est important et plus il a de « chances »
de développer un cancer du poumon. On dit alors que le tabagisme est :
A. un facteur incitatif.
B. un facteur résolutif.
C. un facteur de risque.
D. un facteur d’incrémentation.
E. un facteur de dépendance.
QS 12. On appelle démarche diagnostique :
A. la démarche intellectuelle à l’œuvre pour savoir de quoi souffre un patient.
B. l’ensemble de signes exclusivement positifs permettant de poser un diagnostic.
C. la démarche typique d’un sujet présentant telle ou telle altération neurologique.
D. le fait qu’un sujet doive s’arrêter à intervalles réguliers pour faire cesser une
douleur apparue à l’effort.
E. l’ensemble des propositions sont fausses.
QS 13. Qu’appelle-t-on « amaigrissement paradoxal » ? :
A. le sujet n’a pas de raison objective de maigrir mais maigrit quand même.
B. le sujet maigrit alors que son appétit est augmenté.
C. le sujet se croit amaigri mais la balance prouve qu’il n’en est rien.
D. même s’il maigrit, le sujet se voit toujours trop gros.
E. le sujet perd de la graisse mais gagne du muscle.
QS 14. Un patient a une perforation d’ulcère gastrique donnant une péritonite : parmi les
signes suivants, lequel ne va-t-on pas rencontrer ? :
A. défense.
B. iléus paralytique.
C. pneumopéritoine.
D. contracture.
E. douleur abdominale.
QS 15. Comment dites-vous en langage médical qu’une femme a des douleurs lors des
rapports sexuels ? :
A. odynie.
B. anaphrodisie.
C. vaginopathie.
D. dyspareunie.
E. hystérie.
QS 16. Selon vous, lequel des éléments suivants ne fait pas partie de l’empathie due au
patient ? :
A. être poli.
B. être à l’écoute.
C. faire la consultation gratuitement.
D. s’habiller correctement et de façon neutre.
E. ne pas montrer qu’on vient de milieux sociaux différents.
F-Evl-58-V01 du 16/04/2010
ECOLE TECHNIQUE PRIVEE D’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ENREGISTREE AU RECTORAT DE LILLE (N° 059-6696H)
Agréé par le Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports le 20 Septembre 2007
MEMBRE DE LA F.N.E.P.L. (Fédération Nationale de l’enseignement privé Laïc)

Bâtiment « le Caducée » – Parc EURASANTE Epi de Soil – 57 rue Salvador Allende – 59120 LOOS
Tél. 03.20.86.77.91 – Fax 03.20.58.05.67 – e-mail contact@lille-osteopathie.fr – site : www.lille-osteopathie.fr

N° de Table :_____

Institut Supérieur d’Ostéopathie de Lille
QS 17. Un enfant est atteint d’une maladie autosomique dominante qui n’existe ni chez ses
parents, ni chez ses grand-parents. Quelle est l’hypothèse la plus probable ? :
A. une erreur de diagnostic.
B. le père n’est pas le père biologique.
C. il y a eu erreur d’identification de l’enfant à la maternité.
D. il s’agit d’une maladie de novo.
E. il s’agit d’une maladie dont la pénétrance est nulle chez les ascendants.
QS 18. Que signifie « le secret médical peut être partagé » ? :
A. il n’y a pas de restriction par rapport au secret médical à condition qu’il s’agisse
d’un échange entre médecins.
B. il n’y a pas de restriction par rapport au secret médical à condition qu’il s’agisse
d’un échange entre soignants, quels qu’ils soient.
C. il faut que toutes les personnes d’une équipe soient au courant des dossiers.
D. lorsque le secret est trop lourd, le soignant a le droit de tout dévoiler à un autre
professionnel, par ex. son psychanalyste.
E. Deux ou plusieurs soignants s’occupant d’un même patient peuvent échanger des
informations nominatives à son propos.
QS 19. Qu’est-ce qu’un signe négatif ? :
A. c’est un signe dont on note l’absence dans l’observation.
B. c’est un signe qui correspond à la diminution d’une fonction normale (par ex.
bradycardie).
C. c’est un signe qui correspond à une fonction déficitaire (par ex. paralysie).
D. c’est un signe qui entre dans la définition d’une altération de l’état général (par ex.
asthénie).
E. les 3 critères B, C & D sont possibles.
QS 20. Dans l’athérosclérose, on retrouve toutes les notions suivantes sauf une : laquelle ? :
A. atteinte des artères & des veines de gros & moyen calibre.
B. association variable de remaniements de la paroi.
C. accumulation locale de lipides.
D. possibilité de dépôts calcaires.
E. création de plaques d’athérome.
QS 21. A propos d’un embol artériel de la circulation des membres inférieurs, quelle est la
proposition fausse ? :
A. il complique habituellement une athérosclérose.
B. il va obstruer une artère en distalité par rapport à l’endroit où il est né.
C. il donne une symptomatologie subaiguë de claudication intermittente.
D. physiopathologiquement il crée une ischémie du territoire en aval.
E. cliniquement, la jambe est froide.

F-Evl-58-V01 du 16/04/2010
ECOLE TECHNIQUE PRIVEE D’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ENREGISTREE AU RECTORAT DE LILLE (N° 059-6696H)
Agréé par le Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports le 20 Septembre 2007
MEMBRE DE LA F.N.E.P.L. (Fédération Nationale de l’enseignement privé Laïc)

Bâtiment « le Caducée » – Parc EURASANTE Epi de Soil – 57 rue Salvador Allende – 59120 LOOS
Tél. 03.20.86.77.91 – Fax 03.20.58.05.67 – e-mail contact@lille-osteopathie.fr – site : www.lille-osteopathie.fr

N° de Table :_____

Institut Supérieur d’Ostéopathie de Lille
QS 22. Parmi les signes suivants, le premier à apparaître dans le cadre d’une athérosclérose
des membres inférieurs est :
A. une disparition des pouls distaux.
B. une crampe à l’effort.
C. une crampe au repos.
D. une douleur de décubitus.
E. l’ischémie d’un membre inférieur.
QS 23. Un patient se plaint d’une douleur lombaire ; est-ce ? :
A. un signe général.
B. un signe fonctionnel.
C. un signe clinique.
D. un signe paraclinique.
E. un signe pathognomonique.
QS 24. Parmi les cancers suivants, lequel n’a pas pour facteur de risque le tabagisme ? :
A. le cancer du colon.
B. le cancer de la vessie.
C. le cancer de l’œsophage.
D. le cancer du rein.
E. le cancer de la bouche.
QS 25. Un syndrome restrictif est (une seule réponse juste) :
A. habituel dans l’asthme.
B. dû à une baisse du passage de l’air dans les bronches.
C. dû au tabagisme.
D. dû à une baisse du volume pulmonaire.
E. physiologique chez l’enfant.
QS 26. Quel est le principal intérêt de connaître le métier d’un patient ? :
A. lui montrer de l’empathie.
B. mettre en évidence des contraintes de travail particulières.
C. savoir s’il peut payer la consultation.
D. permettre des études statistiques en fonction de la catégorie socio-professionnelle.
E. remplir son dossier administratif.
QS 27. Lors d’une consultation ostéopathique, laquelle des actions suivantes ne fait pas partie
des règles hygiéno-diététiques ? :
A. prendre les données administratives du patient.
B. conseiller l’arrêt du tabac.
C. demander au patient de faire du sport.
D. faire comprendre au patient qu’il faut perdre du poids.
E. corriger les aberrations alimentaires.

F-Evl-58-V01 du 16/04/2010
ECOLE TECHNIQUE PRIVEE D’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ENREGISTREE AU RECTORAT DE LILLE (N° 059-6696H)
Agréé par le Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports le 20 Septembre 2007
MEMBRE DE LA F.N.E.P.L. (Fédération Nationale de l’enseignement privé Laïc)

Bâtiment « le Caducée » – Parc EURASANTE Epi de Soil – 57 rue Salvador Allende – 59120 LOOS
Tél. 03.20.86.77.91 – Fax 03.20.58.05.67 – e-mail contact@lille-osteopathie.fr – site : www.lille-osteopathie.fr

N° de Table :_____

Institut Supérieur d’Ostéopathie de Lille
QS 28. A propos de l’inspection, quelle est la proposition fausse ? :
A. c’est le 1er temps de l’examen clinique proprement dit.
B. elle débute dès le contact avec le patient.
C. elle se limite à l’examen de la peau.
D. elle peut utiliser des accessoires comme une lampe.
E. elle doit permettre de croiser des informations, comme relier des cicatrices aux
antécédents chirurgicaux.
QS 29. Le souffle de l’insuffisance mitrale est :
A. diastolique au foyer tricuspide.
B. systolique au foyer tricuspide.
C. diastolique à la pointe.
D. systolique à la pointe.
E. systolo-diastolique dans toute l’aire précardiaque.
QS 30. A propos d’une expectoration, quelle est la proposition fausse ? :
A. elle s’accompagne d’efforts de toux et de vomissements.
B. elle peut être de diverses natures (sécrétions, pus, etc.).
C. elle se distingue de l’hémoptysie.
D. elle se distingue de la régurgitation.
E. elle peut ne pas être extériorisée chez les personnes ne sachant pas cracher.
QS 31. A propos du tirage, quelle est la proposition fausse ? :
A. il se distingue de la dyspnée proprement dite.
B. il porte sur les 2 temps de la respiration.
C. il correspond à la mise en jeu des muscles respiratoires accessoires.
D. il est visible au niveau des parties molles du thorax.
E. il se distingue du cornage.
QS 32. Un ulcère du duodénum saigne, alors que le patient ne vomit pas ; le saignement
devrait logiquement se manifester par :
A. une hémoptysie.
B. une hématémèse.
C. un méléna.
D. une rectorragie.
E. un pyrosis.
QS 33. Quelle est la définition d’un syndrome ? :
A. c’est l’ensemble des tableaux cliniques que peut prendre une maladie.
B. c’est l’ensemble des signes cliniques observés chez un patient.
C. c’est un ensemble de signes cliniques observés chez un patient et reliés d’un point
de vue physiopathologique.
D. c’est un ensemble de signes cliniques observés chez un patient, reliés d’un point de
vue physiopathologique et ramenés à une cause précise.
E. c’est un signe clinique objectif.
F-Evl-58-V01 du 16/04/2010
ECOLE TECHNIQUE PRIVEE D’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ENREGISTREE AU RECTORAT DE LILLE (N° 059-6696H)
Agréé par le Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports le 20 Septembre 2007
MEMBRE DE LA F.N.E.P.L. (Fédération Nationale de l’enseignement privé Laïc)

Bâtiment « le Caducée » – Parc EURASANTE Epi de Soil – 57 rue Salvador Allende – 59120 LOOS
Tél. 03.20.86.77.91 – Fax 03.20.58.05.67 – e-mail contact@lille-osteopathie.fr – site : www.lille-osteopathie.fr

N° de Table :_____

Institut Supérieur d’Ostéopathie de Lille
QS 34. Une étude a montré qu’au cours de l’hiver, 40% des gens ont fait un « rhume » : selon
vous, cette notion de 40% correspond à ? :
A. l’incidence.
B. la prévalence.
C. à la fois l’incidence et la prévalence car la maladie est de très courte durée.
D. un biais statistique.
E. un pronostic.
QS 35. Un médecin vous appelle au téléphone en demandant que vous lui expliquiez ce que
vous avez retrouvé chez sa fille de 17 ans, que vous avez traitée la veille au soir et qui était
accompagnée d’une femme qui s’est présentée comme sa mère ; la jeune fille ne vous a pas
parlé de son père et vous a donné le nom d’un autre correspondant médical : que faitesvous ? :
A. vous expliquez ce que vous avez retrouvé car il s’agit d’un professionnel de santé.
B. vous expliquez ce que vous avez retrouvé car il s’agit du père d’une mineure.
C. vous expliquez ce que vous avez retrouvé car il faut soigner vos relations avec des
gens qui peuvent vous adresser des patients.
D. vous expliquez ce que vous avez retrouvé car on est dans le cas où, le médecin
connaissant la patiente, la définition du « réseau de soins » s’applique.
E. vous refusez de répondre en vous retranchant derrière le secret médical.
QS 36. Un médecin se présente à vous car il a mal au dos, mais vous prévient d’emblée qu’il
ne veut pas que vous pratiquiez de technique structurelle ;après examen, vous pensez pourtant
qu’il s’agit de la technique idéale dans le cas présent : que faites-vous ? :
A. vous ne faites pas de technique structurelle car la moindre des choses est d’écouter
son patient.
B. vous ne faites pas de technique structurelle car il s’agit d’un médecin, mais vous
l’auriez faite si la patient avait eu une autre profession.
C. vous faites une technique structurelle car c’est vous qui êtes compétent en
Ostéopathie, pas votre patient.
D. vous faites une technique structurelle car ne pas appliquer le traitement qui
convient en Ostéopathie est une faute professionnelle qui peut conduire au tribunal.
E. vous faites une technique structurelle afin de montrer votre libre arbitre.
QS 37. A quel âge environ disparaît le réflexe de marche automatique ? :
A. 3 semaines.
B. 3 mois.
C. 6 mois.
D. 2 ans.
E. il persiste la vie entière mais ne revient chez l’adulte que s’il y a lésion du SNC.

F-Evl-58-V01 du 16/04/2010
ECOLE TECHNIQUE PRIVEE D’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ENREGISTREE AU RECTORAT DE LILLE (N° 059-6696H)
Agréé par le Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports le 20 Septembre 2007
MEMBRE DE LA F.N.E.P.L. (Fédération Nationale de l’enseignement privé Laïc)

Bâtiment « le Caducée » – Parc EURASANTE Epi de Soil – 57 rue Salvador Allende – 59120 LOOS
Tél. 03.20.86.77.91 – Fax 03.20.58.05.67 – e-mail contact@lille-osteopathie.fr – site : www.lille-osteopathie.fr

N° de Table :_____

Institut Supérieur d’Ostéopathie de Lille
QS 38. Un patient hémophile s’est cogné le genou contre une chaise il y a quelques heures et
le genou a actuellement doublé de volume : lequel des arguments suivants serait en faveur
d’une arthrite infectieuse et non en faveur d’une hémarthrose ? :
A. douleur aiguë.
B. augmentation de taille du genou.
C. présence d’une ecchymose (un « bleu ») en regard du genou.
D. fièvre.
E. aucun élément ne permet de trancher.
QS 39. Le score d’Apgar inclut tous les critères suivants sauf un : lequel ? :
A. l’expulsion du méconium.
B. la coloration de la peau.
C. la fréquence cardiaque.
D. la réactivité à l’aspiration.
E. le tonus musculaire.
QS 40. L’augmentation pathologique de la fréquence des mictions est qualifiée de :
A. dysurie.
B. polyurie.
C. pollakiurie.
D. incontinence urinaire.
E. toutes les propositions sont fausses.

F-Evl-58-V01 du 16/04/2010
ECOLE TECHNIQUE PRIVEE D’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ENREGISTREE AU RECTORAT DE LILLE (N° 059-6696H)
Agréé par le Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports le 20 Septembre 2007
MEMBRE DE LA F.N.E.P.L. (Fédération Nationale de l’enseignement privé Laïc)

Bâtiment « le Caducée » – Parc EURASANTE Epi de Soil – 57 rue Salvador Allende – 59120 LOOS
Tél. 03.20.86.77.91 – Fax 03.20.58.05.67 – e-mail contact@lille-osteopathie.fr – site : www.lille-osteopathie.fr

N° de Table :_____

Institut Supérieur d’Ostéopathie de Lille
Grille de correction :
QS

Réponse

21

1

22

2

23

3

24

4

25

5

26

6

27

7

28

8

29

9

30

10

31

11

32

12

33

13

34

14

35

15

36

16

37

17

38

18

39

19

40

20

F-Evl-58-V01 du 16/04/2010
ECOLE TECHNIQUE PRIVEE D’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ENREGISTREE AU RECTORAT DE LILLE (N° 059-6696H)
Agréé par le Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports le 20 Septembre 2007
MEMBRE DE LA F.N.E.P.L. (Fédération Nationale de l’enseignement privé Laïc)

Bâtiment « le Caducée » – Parc EURASANTE Epi de Soil – 57 rue Salvador Allende – 59120 LOOS
Tél. 03.20.86.77.91 – Fax 03.20.58.05.67 – e-mail contact@lille-osteopathie.fr – site : www.lille-osteopathie.fr


Aperçu du document 2010 - Juin.pdf - page 1/9

 
2010 - Juin.pdf - page 3/9
2010 - Juin.pdf - page 4/9
2010 - Juin.pdf - page 5/9
2010 - Juin.pdf - page 6/9
 




Télécharger le fichier (PDF)


2010 - Juin.pdf (PDF, 113 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte



Documents similaires


2011 aout 2
2011 juin 2
2010 juin 1
2013 examen corrige
2012 examen corrige e
2011 aout 1

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.013s