Rapport.enquête.pdf


Aperçu du fichier PDF rapport-enquete.pdf - page 6/132

Page 1...4 5 678132



Aperçu texte


situations que le médecin du travail a davantage été vu dans le cadre d'une visite de
reprise. Par ailleurs, c'est pour ces reprises du travail dans des conditions aménagées
que l'on observe davantage de reprises accompagnées d'une perte de salaire et de
modification des horaires de travail (les deux allant souvent de pair).
Le retour à l'emploi après un accident de la vie peut cependant être de courte durée : 1
individu sur 5 a en effet déclaré avoir perdu son emploi par la suite, du fait d'une rechute
ou de l'aggravation de son état de santé consécutive à l'accident de la vie décrit dans
l'enquête, et ce, que celui-ci soit d'origine professionnelle ou non.
Après un accident du travail ou une maladie déclarée en lien avec le travail, le risque de
perte de l’emploi, toutes choses égales par ailleurs – c’est à dire à caractéristiques
individuelles, professionnelles et à types d’accidents de la vie comparables – est
statistiquement associé aux facteurs suivants : le fait d’être ouvrier (et non cadre), une
taille d’entreprise inférieure à 500 salariés, un contrat de travail précaire (CDD ou intérim),
le fait que le problème de santé soit survenu il y a moins de 6 ans, les arrêts de travail
très longs (3 ans ou plus), le fait de ne pas avoir demandé de reconnaissance du
problème en AT/MP (accidents du travail ou maladies professionnelles) et le fait d’avoir
obtenu une reconnaissance de qualité de travailleur handicapé (RQTH).
Pour les personnes ayant perdu leur emploi après une atteinte à la santé d'origine
professionnelle, dans plus de 6 cas dur 10, la rupture a été causée par un licenciement
pour inaptitude (hors personnes toujours en arrêt de travail au moment de l'enquête).
A moyen terme, l'enquête montre que sur le total des adhérents de la FNATH qui ont
déclaré avoir perdu leur emploi à la suite de l'accident de la vie qu'ils ont subi (qu'ils soit
ou non d'origine professionnelle), 62% n’ont pas retrouvé de travail par la suite (hors
personnes en arrêt de travail ou à la retraite au moment de l’enquête).
Pour ceux qui ont retrouvé du travail à la suite de cette rupture professionnelle, seule une
minorité exerce le même métier qu’avant (15%). Les situations de réorientation
professionnelle et de reconversion surviennent davantage lorsque le délai passé pour
retrouver un emploi après la rupture professionnelle est long.