Article LNC 12 06 2012 .pdf


Nom original: Article LNC 12-06-2012.pdf
Auteur: Bonnet Serge

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Word 2010, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 12/06/2012 à 07:28, depuis l'adresse IP 175.158.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1088 fois.
Taille du document: 97 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


LES NOUVELLES CALEDONIENNES
De l’eau à la force du vent
4 contributions

Voter1

Publié le mardi 12 juin 2012 à 03H00
Province Nord. Une société veut développer un nouveau concept
Alter concept Nord a vu le jour en janvier 2012. Son credo, asseoir le concept de
« développement durable » grâce à un partenariat avec Eole Water, dont le procédé de
fabrication d’eau potable est totalement innovant.

Les trois associés d’Alter concept Nord espèrent voir débarquer la première éolienne début 2013.

Que ce soit sur la zone VKP, où la croissance de la population exerce une forte pression sur la
ressource, sur les îlots, où elle est absente, ou encore dans certaines zones dont l’isolement la
rend difficile d’accès, la problématique de l’eau en province Nord et plus largement en
Nouvelle-Calédonie est réelle. « Elle l’est également à l’échelle du Pacifique, selon les
prévisions de l’Organisation des Nations unies », souligne Rémy Gazeu. Avec Serge Bonnet et
Sammy Whaap, ils se sont associés pour créer Alter concepts Nord Nouvelle-Calédonie. C’est
pourquoi le premier cheval de bataille de cette toute jeune société, qui mise sur le concept de
« développement durable », est la problématique de l’accès à l’eau potable.
« En Nouvelle-Calédonie, il y a tout à faire et nous pouvons choisir d’autres modes de
développement que ceux qui ont été utilisés jusqu’à présent », poursuit Rémy Gazeu, gérant
de la société.

Promotion. Dans cet objectif, Alter concept Nord a conclu un partenariat avec une société

métropolitaine tenante d’un concept innovant pour la production d’eau potable par

condensation d’air, grâce à l’énergie éolienne, capable de produire en moyenne 1 000 litres
d’eau potable par jour. « Deux autres systèmes existent pour des zones où le vent ne serait
pas régulier. Un avec des panneaux solaires et l’autre qui fonctionnerait en se branchant sur
secteur ou sur un groupe électrogène », précise Rémy Gazeu.
La société implantée à Koumac va prendre en charge la promotion et la commercialisation de
ce produit dans le pays et dans le Pacifique. « Nous avons pris des contacts avec le
gouvernement, la province Nord, la mairie de Poum ou encore la Sofinor, qui ont été
réceptifs », assure le gérant.
Selon les entrepreneurs, cette technologie, outre la possibilité de faire jaillir de l’eau potable à
peu près n’importe où, serait moins coûteuse que les usines de dessalement ou que les
travaux et l’entretien nécessaires à l’extension des réseaux d’adduction d’eau pour les zones
isolées. « Chaque éolienne coûte 60 millions de francs pour une durée de vie de vingt à trente
ans. L’investissement de départ est plus important, mais, sur le long terme, le concept est
plus rentable », assure Rémy Gazeu.

Technologie. Un coût qu’Alter concepts Nord compte réduire en implantant, par la suite,

l’usine de fabrication de ce produit en Nouvelle-Calédonie. « Cela nous permettra ainsi
d’exporter dans l’ensemble du Pacifique et également de donner la possibilité aux Calédoniens
de se former à ce type de technologie. »
Les associés espèrent voir une première éolienne arriver début 2013 et être les pionniers du
développement de cette technologie dans le Pacifique. Alors que les grands enjeux
écologiques seront discutés à partir du 17 juin à Rio, au Brésil (1), Alter concepts Nord
souhaite inscrire la Calédonie dans le développement durable.

(1) Le sommet de l’ONU Rio + 20 réunira jusqu’au 22 juin plus de cent chefs d’Etat et des
dizaines de milliers de participants de la société civile pour débattre du développement
durable.

Un prototype dans le désert
Eole Water, une société française basée à Tulle, a été créée en 2008. Depuis, le concepteur de cette
éolienne innovante, Marc Parent, cherche à financer, exécuter et commercialiser cet outil, la turbine
WMW1000, brevetée dans une quarantaine de pays. A la fin de l’année dernière, avec le soutien de
plusieurs multinationales, un prototype a été installé et testé aux Emirats arabes unis, à Abu Dhabi.
L’éolienne, entraînée par le vent, capte l’air et l’humidité. Sa turbine fournit de l’énergie à un
condensateur qui permet la transformation de l’humidité en eau, à peu près comme le fait un climatiseur.
Au bout de cette chaîne, un système de filtres purifie l’eau et permet de distribuer une eau potable. Le
système est complètement autonome.
Cette technologie semble adaptable à de nombreuses régions et peut atteindre une production d’eau
potable qui varie entre 350 litres pour les zones désertiques à 1 200 litres pour les zones côtières.
Selon Alter concept Nord, avec des alizés constants, des taux d’humidité et d’ensoleillement importants,
notre pays serait bien placé pour mettre en œuvre cette technologie.

Marjorie Bernard


Article LNC  12-06-2012.pdf - page 1/2
Article LNC  12-06-2012.pdf - page 2/2

Documents similaires


article lnc 12 06 2012
afriport news online edition speciale colloque kribi 1
infogsm
note si am zone annexes carte
bvle manifestation leran 14 juin
kwuc8t5


Sur le même sujet..