ETUDE SUR LES DEFIS LIES A LA SECURITE Version finale juin 2012 .pdf



Nom original: ETUDE SUR LES DEFIS LIES A LA SECURITE_Version finale juin 2012.pdfTitre: Mise en page 1

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par QuarkXPress(R) 8.0, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 18/07/2012 à 16:09, depuis l'adresse IP 91.180.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 2881 fois.
Taille du document: 7.1 Mo (163 pages).
Confidentialité: fichier public

Aperçu du document


RemeRciements

L

a présente étude a été réalisée par les consultants
suivants : Colonel Jean Pierre BAYALA, Magistrat
militaire, expert en sécurité, Monsieur Kassoum
KAMBOU, Magistrat, expert en droits humains et
Monsieur Martial Wilfried BASSOLE, Economiste,
expert en économie du développement.
L’étude a été commanditée par le Ministère de la
Justice et l’Institut Danois des Droits de l’Homme
(IDDH). La collaboration effective avec les Ministères de
l’administration territoriale, de la décentralisation et de la
sécurité, de la défense nationale et des anciens
combattants, des Droits humains et de la promotion
civique, le Mouvement burkinabé des droits de l’homme
et des peuples et le Centre pour le contrôle démocratique
des forces armées (DCAF) a permis d’obtenir les
informations utiles à son élaboration.
Le Ministère de la Justice et l’Institut Danois des
Droits de l’Homme (IDDH) remercient très sincèrement
le Ministère des Affaires étrangères du Danemark pour
son soutien financier qui a permis de mettre à la
disposition du public national et international le rapport
de cette étude.

sommaiRe
Liste des tableaux ................................................................................................5
Liste des graphiques ............................................................................................7
sigles et abréviations ............................................................................................9
Remerciements ..................................................................................................11
introduction ........................................................................................................13
i Présentation de l’étude ....................................................................................17
I.1 justification de l’etude..................................................................................................19
I.1.1 La situation sécuritaire au sahel ........................................................................19
I.1.2 La situation sécuritaire au Burkina Faso ..........................................................20
I.1.3 L’union européenne: une stratégie pour la sécurité et le développement
au sahel ..................................................................................................................21
I.2 Objectifs ......................................................................................................................22
I.3 Méthodologie ................................................................................................................22
I.3.1 La mise en place du dispositif de conduite de l’étude ..................................22
I.3.2 la phase préparatoire ..........................................................................................23
I.3.3 La phase terrain....................................................................................................24
I.3.4 Les rencontres et ateliers de validation ............................................................26
ii. Présentation de la zone d’étude ....................................................................27
II.1 La région du Sahel ......................................................................................................29
II.1.1 Situation géographique et administrative........................................................29
II.1.2 Caractéristiques démographiques et sociales ................................................33
II.1.3 Caractéristiques économiques ..........................................................................38
II.1.4 Les potentialités de la région ............................................................................45
II.2 La région du Nord......................................................................................................46
II.2.1 Situation géographique et administrative........................................................46
II.2.2 Caractéristiques démographiques et sociales ................................................50
II.2.3 Caractéristiques économiques ..........................................................................55
iii. analyse des défis liés à la sécurité dans les régions du sahel et du nord
du Burkina Faso ..........................................................................................63
III.1 Organisation des forces de sécurité et de la Justice du Burkina Faso
et répartition dans les régions du Sahel et du Nord ............................................65

3

III.1.1 L’organisation des forces de sécurité intérieure ..........................................65
III.1.2 Organisation de la justice du Burkina Faso ..................................................71
III.2 Des menaces croissantes à la sécurité ....................................................................76
III.2.1 Contexte ............................................................................................................77
III.2.2. Des menaces d’origine interne ......................................................................82
III.2.2.1 La montée du crime organisé ................................................................82
III.2.3 Des menaces d’origine externe ......................................................................92
III.2.4. Conséquences des défis liés à la sécurité sur le développement
économique et social des régions du nord et du sahel ..............................97
III.2.4.3 De l’accessibilité financière et physique................................................99
III.2.4.4 L’essor de l’activité économique entravé............................................100
III.3 Un Etat de droit fragilisé ......................................................................................102
III.3.1 Les obstacles à l’affirmation de l’autorité de l’état ....................................103
III.3.2 La garantie des droits humains : une mise en œuvre limitée ..................106
iV. concLUsion et Recommandations ..........................................117
IV.1 conclusion ................................................................................................................119
IV.2 Recommandations ..................................................................................................119
4

secURite, JUstice et dRoits HUmains ......................................121
Ressources humaines et équipement ..........................................................122
deVeLoPPement ..................................................................................123
anneXe..........................................................................................................125
Bibliographie ....................................................................................................162

Liste des taBLeaUX
Tableau 1: Situation administrative de la région du Sahel ............................................31
Tableau 2 : Budget de l’ensemble des collectivités de la région du Sahel,
année 2010........................................................................................................32
Tableau 3: Population selon le milieu de résidence par sexe........................................33
Tableau 4 : Densité de population du Sahel par province (voir détail par
communes en annexe) ....................................................................................34
Tableau 5 : Répartition de la population suivant la religion ..........................................34
Tableau 6 : Indicateurs scolaires du Sahel ........................................................................36
Tableau 7 : Indicateurs scolaires du post-primaire ........................................................37
Tableau 8 : Indicateurs de santé de la région du Sahel ..................................................38
Tableau 9 : Indicateurs d’accès à l’eau potable et à l’assainissement dans
le Sahel en 2009 (%)........................................................................................39
Tableau 10 : Effectifs du cheptel en 2008 (têtes) ..............................................................39
Tableau 11 : production céréalière de la région du Sahel pour
la campagne 2010/2011 ................................................................................44
Tableau 12 : Evolution de l’incidence de la pauvreté dans la région du Sahel,
entre 1998 et 2009 ..........................................................................................45
Tableau 13 : Répartition des projets suivant le secteur ....................................................45
Tableau 14 : potentialités de la région du Sahel ................................................................48
Tableau 15 : Communes et villages par province de la région du Nord........................49
Tableau 16 : Budget de l’ensemble des collectivités de la région du Nord,
année 2010........................................................................................................50
Tableau 17 : Densité de population par province en 2006 (détail par communes
en annexe n°4) ................................................................................................51
Tableau 18 : Répartition de la population suivant la religion ..........................................51
Tableau 19 : Répartition de la population suivant la langue parlée (%) ........................52
Tableau 20 : Indicateurs scolaires de la région du Nord ..................................................53
Tableau 21 : Indicateurs de l’enseignement post-primaire ..............................................53
Tableau 22 : Indicateurs sanitaires de la région du Nord ................................................54
Tableau 23 : Indicateurs d’accès à l’eau potable et à l’assainissement dans le Nord
en 2009..............................................................................................................55
Tableau 24 : production céréalière de la région du Nord, pour
la campagne 2010/2011 ................................................................................35
Tableau 25 : effectif du cheptel de la région du Nord par espèce (têtes) en 2009 ......56

5

Tableau 26 : Situation du réseau routier par province (km) ............................................60
Tableau 27 : Evolution de l’incidence de la pauvreté dans la région du Nord
entre 1998 et 2009 ..........................................................................................61
Tableau 29 : Répartition territoriale des forces de sécurité intérieure............................69
Tableau 30 : Effectifs des forces de police et de gendarmerie........................................69
Tableau 31 : Effectifs des corps paramilitaires autres que la Police Nationale par
région ................................................................................................................70
Tableau 32 : Effectif des animateurs de la justice en 2010..............................................74
Tableau 33 : Effectif des animateurs des TGI/TA de Ouahigouya, Djibo
et Dori ..............................................................................................................76

6

Liste des gRaPHiqUes
Graphique 1 : Carte administrative de la région du Sahel ..............................................30
Graphique 2 : Carte administrative de la région du Nord ..............................................47
Graphique 3 : Répartition des brigades de gendarmerie sur le territoire nationale ....67
Graphique 4 : Répartition des forces de police sur le territoire national......................68
Graphique 5 : Carte administrative du Burkina Faso avec localisation
des juridictions ............................................................................................73
Graphique 6 : Graphique comparatif des attaques à main armée entre 2011,
2010 et 2009 ................................................................................................83

7

8

sigLes et aBRéViations
aLPc
Armes légères et de petit calibre
aqmi
Al Qaïda au Maghreb Islamique
Bac
Brigades Anti-Criminalité
cLs
Comité locaux de surveillance
cmas
Compagnies Militaires d’Appui à la sécurité
cad
Comité d’Aide au Développement
cedeao
Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest
cen-sad Communauté des Etas sahélo-sahariens
cnLd
Comité National de lutte contre la Drogue
cooPeL
Coopérative d’électricité
csPs
Centre de santé et de promotion sociale
cVd
Comité villageois de développement
dcaF
Centre pour le contrôle démocratique des forces armées–(Genève)
dRaH
Direction régionale de l’agriculture et de l’hydraulique
dReP-n
Direction régionale de l’économie et de la planification du Nord
dRid-n
Direction régionale des infrastructures et du désenclavement du Nord
dRtc
Direction régionale du tourisme et de la culture
eicVm
Enquête intégrale sur les conditions de vie des ménages
enec
Enquête nationale sur l’effectif du cheptel
FaaRF
Fonds d’Appui aux Activités Rémunératrices des Femmes
FaFPa
Fonds d’appui à la formation professionnelle et d’apprentissage
FaiJ
Fonds d’appui aux initiatives des jeunes
FaPe
Fonds d’appui à la promotion des entreprises
Fasi
Fonds d’Appui au Secteur Informel
FesticHams Festival du Chameau, des arts et de la musique du Sahel
gsPc
Groupe salafiste pour la Prédication et le Combat
iLs
Initiatives Locales de Sécurité
iddH
Institut danois des droits de l’homme
insd
Institut national de la statistique et de la démographie
mBdHP
Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples
ntic
Nouvelles technologies de l’information et de la communication
oiPc
Organisation internationale de police criminelle
ocde
Organisation de coopération et de développement économiques
onateL
Office national des télécommunications
onea
Office national de l’eau et de l’assainissement
onUdc
Organisation des Nations Unies contre la drogue et le crime
osc
Organisations de la société civile
PadaB ii
Programme d’appui au développement de l’agriculture Burkinabè
Pads
Projet d’appui au développement sanitaire
Pads-cen Programme d’appui au développement sanitaire du Centre est et du Nord

9

10

PaFasP
Programme d’appui aux filières agrosylvopastorales
Pccs/ZR
Projet de construction des centres de santé en zones rurales
PddeB
Programme décennal de développement de l’éducation de base
Pdes 2
Programme de développement de l’élevage dans le Soum 2
PdRd
Programme de développement rural durable
PdVm
Programme de développement des villes moyennes
PePP
Projet éducation post primaire
Pn-aePa
Politique nationale adduction d’eau potable et d’assainissement
Pngt2
Programme national de gestion des terroirs phase 2
Pn-PtF/LcP Programme national plates-formes multifonctionnelles pour la lutte
contre
la Pauvreté
PnUd
Programme des nations unies pour le développement
PPB/Bad Projet petit barrage, Banque africaine de développement
PRd
Plan régional de développement
PReVas
Programme de réduction de la vulnérabilité alimentaire au Sahel
PRoFiL
Projet d’appui aux filières agricoles
PRom’aRt Programme de promotion de l’artisanat
Psa/Rtd
Programme de sécurité alimentaire par la récupération des terres dégradées
PsR
Postes de sécurité routière
PVen
Projet de valorisation de l’eau dans le nord du Burkina Faso
Ren-Lac Réseau national de lutte anti-corruption
RgPH
Recensement général de la population et de l’habitat
Rss
Réforme des systèmes de sécurité
scadd
Stratégie de croissance accélérée de développement durable
snat
Schéma national d’aménagement du territoire
snsi
Stratégie nationale de sécurité intérieure
sonaBeL Société nationale burkinabè d’électricité
tdR
Termes de références
tgi
Tribunal de grande instance
Ua
Union africaine

Remerciements
La présente étude a été réalisée par les consultants suivants : Colonel
Jean Pierre BAYALA, Magistrat militaire, expert en sécurité, Monsieur
Kassoum KAMBOU, Magistrat, expert en droits humains et Monsieur
Martial Wilfried BASSOLE, Economiste, expert en économie du
développement.
L’étude a été commanditée par le Ministère de la Justice et l’Institut
Danois des Droits de l’Homme (IDDH). La collaboration effective avec les
Ministères de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la
sécurité, de la défense nationale et des anciens combattants, des Droits
humains et de la promotion civique, le Mouvement burkinabé des droits de
l’homme et des peuples et le Centre pour le contrôle démocratique des
forces armées (DCAF) a permis d’obtenir les informations utiles à son
élaboration.
11

Le Ministère de la Justice et l’Institut Danois des Droits de l’Homme
(IDDH) remercient très sincèrement le Ministère des Affaires étrangères du
Danemark pour son soutien financier qui a permis de mettre à la disposition
du public national et international le rapport de cette étude.

12

intRodUction

13

14

L

a résurgence des actes terroristes un peu partout dans le monde, ainsi que la
persistance des conflits armés au sein des pays a mis au goût du jour le débat sur
le lien pauvreté-sécurité et inversement. Il est aujourd’hui admis que la pauvreté
constitue un terreau fertile pour l’insécurité et le terrorisme et inversement. En effet, du
fait du sentiment d’exclusion et du faible niveau d’instruction, les pauvres sont beaucoup
plus enclins à céder aux manipulations. Par ailleurs, le développement de l’insécurité et du
terrorisme empêche la réalisation de projets d’investissements pour exploiter les
potentialités et promouvoir le développement. Ainsi par exemple, les menaces et risques
de prises d’otages amènent les touristes et les investisseurs à déserter les localités infestées
par les preneurs d’otages et autres bandits de grands chemins.
C’est ce qu’a souligné en 2004 le Groupe de hautes personnalités1 chargé par le Secrétaire
général de l’Organisation des Nations Unies (ONU) de réfléchir sur les défis sécuritaires
de l’humanité, en indiquant que ‘’le développement doit être la pierre angulaire du nouveau système
de sécurité collective et que si l’extrême pauvreté et les maladies infectieuses sont en soi des menaces, elles
constituent aussi le terreau d’où surgissent d’autres menaces, dont les guerres civiles. Pour mieux garantir
la sécurité de nos citoyens, nous devons impérativement accorder toute l’attention voulue et allouer les
ressources nécessaires à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement.’’
Aussi, pour toute stratégie de développement, la prise en compte de cette dialectique est
indispensable pour garantir des chances de succès. Or aujourd‘hui dans les pays de
l’Ouest africain, notamment en leur zone sahélienne, les problèmes sécuritaires posent
cette problématique avec acuité. Toute chose qui justifie que le Burkina Faso se penche
sur la question dans la bande sahélienne. Enfin au moment où les experts bouclent le
présent rapport sur l’étude, ils ne sauraient passer sous silence l’évolution actuelle de la
crise malienne. En effet, la partition du pays, la proclamation de l’indépendance de
l’AZAWAD, l’implantation amorcée par d’autres groupes affiliés à AQMI comme Ansar dine,
le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) le Front National de
Libération de l’Azawad (FNLA), Boko Haram, le tout renforcé par le refus de la junte militaire
du capitaine Sanogo de respecter l’accord de la CEDEAO, relatif à la transition d’un an,
augure des lendemains d’incertitude sécuritaire pour l’ensemble de la sous-région. Cette
situation interpelle la communauté internationale pour prévenir l’embrasement du Mali et
l’ensemble des pays du Sahel. Cette menace vient ainsi prendre le pas sur toutes celles décrites
dans l’étude, car si un tel embrasement survenait, tous les efforts de sécurité et de
développement seraient irrémédiablement compromis pour longtemps.
Consciente des défis sécuritaires que connait la zone sahélienne et qui, associés aux
problèmes d’extrêmes pauvreté et à un environnement peu accueillant, voire hostile,
entravant durablement l’essor de cette zone, l’Union européenne a, en partenariat avec les
pays du Sahel élaboré une stratégie pour la sécurité et le développement dans le Sahel.
L’objectif de cette stratégie est de renforcer la sécurité et le développement dans la zone
Sahélienne. Cette stratégie vise également à encourager les Etats membres de l’UE à jouer
un rôle à part entière dans ce processus.
Groupe de personnalités de haut niveau mis en place par le Secrétaire général pour dresser un état des lieux complet sur les menaces, les défis et le changement. Ce groupe était
présidé par Anand Panyarachun, ancien Premier Ministre de la Thaïlande, et comprenait : Robert Badinter (France), João Baena Soares (Brésil), Gro Harlem Brundtland
(Norvège), Mary Chinery Hesse (Ghana), Gareth Evans (Australie), David Hannay (Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord), Enrique Iglesias (Uruguay), Amr
Moussa (Égypte), Satish Nambiar (Inde), Sadako Ogata (Japon), Yevgeny Primakov (Fédération de Russie), Qian Qiqian (Chine), Salim Salim (République-Unie de Tanzanie),
Nafis Sadik (Pakistan) et Brent Scowcroft (États-Unis d’Amérique).

1

15

C’est dans cette optique et conformément à la Déclaration de Paris sur l’efficacité de
l’aide, qui veut que les donateurs s’alignent sur les priorités nationales, que le Danemark
apporte son soutien au Burkina Faso pour l’aider à relever les défis sécuritaires et de
développement dans la bande sahélienne. Le partenariat entre le Danemark et le Burkina
Faso remonte en effet à plusieurs années. La présente étude a été conduite et finalisée
pendant la présidence danoise de l’Union Européenne (janvier – juin 2012). La
construction de l’état est un aspect crucial de la stratégie danoise – et ces processus
doivent être nationaux, car l’ancrage local est essentiel pour la durabilité de l’aide. Le
Danemark contribuera donc à développer les institutions nationales telles que les
ministères, les tribunaux, les services de la police etc.
Dans ses conclusions sur la stratégie de l’Union européenne (UE) pour la sécurité et le
développement dans la région du Sahel, le Conseil de l’UE a souligné qu’on ne saurait
séparer la sécurité et le développement ; une amélioration de la situation sur le plan de la
sécurité est indissociable de la croissance économique et de la réduction de la pauvreté
dans la région. Dans le cadre de son travail en Afrique de l’Ouest et au Burkina Faso,
l’IDDH a, en collaboration avec son partenaire le Ministère de la Justice, pris l’initiative
de conduire une étude sur les défis sécuritaires au nord du Burkina Faso. Etant ancrée
dans l’état burkinabè et conduite par des experts nationaux, cette étude devrait alimenter
le débat national sur la sécurité au Burkina Faso mais aussi enrichir la stratégie de l’Union
Européenne pour le Sahel.
16

L’étude est basée sur une approche holistique concernant la question de la sécurité. C’est
pourquoi les domaines d’expertise des trois consultants identifiés sont la sécurité, les droits
humains et la justice ainsi que le développement. La composition du groupe de travail
s’inspire également de cette approche holistique, ses membres représentant la police, la
gendarmerie, la société civile et le ministère des finances. Enfin, le groupe a bénéficié d’une
expertise internationale en matière de sécurité avec la participation de l’organisation
DCAF qui travaille déjà avec les autorités nationales sur certaines de ces questions.
L’idée est de conduire une étude préparatoire qui tentera de cerner les principaux facteurs
de la détérioration de la situation sécuritaire liés aux questions de droits humains et
d’apporter des idées constructives en vue d’une amélioration de cette situation. Il faut
souligner que cette étude ne prétend pas apporter tous les éléments d’analyse dans ce
domaine ; il s’agit d’une étude indicative offrant des pistes de réflexion et des propositions
relativement concrètes pour l’orientation de l’appui qui sera fourni par l’Union
Européenne dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie pour le Sahel.
Le présent rapport expose les résultats de cette étude. Outre la présente introduction, il
comprend quatre (4) parties et une conclusion.
La première partie présente les objectifs et la méthodologie utilisée pour collecter les données
contenues dans le rapport. La deuxième donne un aperçu de la zone de l’étude. La troisième
partie procède à l’analyse des défis liés à la sécurité dans les régions étudiées. La dernière
partie fait des recommandations au regard des menaces, défis et obstacles identifiés.

i. PRésentation de L’etUde

17

18

La présentation de l’étude aborde en premier lieu la justification puis les objectifs de
l’étude et expose en deuxième lieu l’approche méthodologique utilisée pour la conduire.
i.1 JUstiFication de L’etUde
i.1.1 La situation sécuritaire au sahel
Les tensions et conflits s’étendent au-delà des frontières nationales. Ils sont souvent
sources d’instabilité dans les régions frontalières accentuant les problèmes politiques,
économiques et sociaux qui n’ont pas été résolus dans la région. La situation sécuritaire
des zones du nord Sahel, déjà perturbées dans les années 90 et 2000 par les rébellions
touareg du Niger et du Mali et les conflits frontaliers s’est dramatiquement détériorée ces
deux dernières années, affectant la vie quotidienne de populations déjà isolées et
vulnérables. Ces vastes zones désertiques du nord que les états sahéliens, pauvres, n’ont
pas les moyens de contrôler, sont victimes d’une recrudescence du trafic de drogue et
d’armes dans la région.
Un rapport2 de l’Office des Nations Unies pour la lutte contre la drogue et le crime
organisé (UNODC) indique que le montant du trafic de cocaïne s’élève chaque année en
Afrique de l’Ouest à au moins un milliard de dollars. A ce trafic s’ajoute la présence d’AlQaïda au Maghreb Islamique (AQMI) qui, par ses enlèvements d’otages occidentaux, tue
peu à peu les activités touristiques qui faisaient vivre une partie des populations de ces
régions septentrionales. La crise en Libye a récemment aggravé la situation sécuritaire:
des milliers de travailleurs immigrés subsahariens ayant fui vers le sud dans les états
sahéliens ont à peine de quoi se nourrir. Ils ont été suivis de combattants pro-Kadhafi
libyens et non libyens armés. Par ailleurs, le pillage de plusieurs casernes et arsenaux lors
de l’avancée des rebelles sur le territoire libyen donne à penser que de grandes quantités
d’armes circulent maintenant dans la sous-région.
Lorsque les états ne sont pas capables d’exercer leur autorité ni de contrôler les groupes
rebelles et les bandes criminelles, les conséquences sont souvent une situation constante de
crise politique, des conflits internes, et un manque de développement économique et social.
Il est clair que ces trafics et activités terroristes dans la région ne peuvent fonctionner de
façon efficace sans la collaboration et l’appui des populations locales. Une économie
basée sur le crime organisé s’est créée dans les zones frontalières, engendrant une
situation d’instabilité et d’insécurité qui entrave le bon développement de ces zones.
Le soutien au crime organisé et au terrorisme peut être la conséquence de plusieurs
facteurs, allant du sentiment d’exclusion à l’ignorance, au fait d’être victime de préjugés et
d’injustice, au sentiment d’aliénation et de désespoir d’être abandonné à son sort. Pour
les jeunes de ces zones, sans emploi ni avenir, à des milliers de kilomètres des capitales, les
nouveaux trafics sont une source inespérée et substantielle de revenus. Les groupes armés
radicaux d’AQMI attirent les plus désespérés.
2

UNODC, Le Trafic transnational et l’autorité de la loi en Afrique de l’Ouest, juillet 2009.

19

La pauvreté est complexe et a plusieurs facettes. Il ne s’agit pas seulement d’un manque
de ressources appropriées ; cette question ne peut donc être traitée de façon adéquate par
une seule solution matérielle. Même lorsque les ressources sont disponibles, les pauvres y
ont rarement accès du fait de leur statut social, des lieux où ils habitent, ou tout
simplement par négligence et manque d’intérêt. Une telle discrimination peut être le
résultat de normes et valeurs sociales provoquant stigmatisation et marginalisation au sein
des communautés ; de politiques discriminatoires ou d’inégalités contenues dans les
textes de loi ou liées aux statuts et aux droits. D’aucuns soutiendront que les gens ne sont
pas pauvres mais qu’on les appauvrit.
Les violations des droits humains, la mauvaise gouvernance et l’absence de démocratie
sont courantes dans les zones et pays fragiles. Le degré de promotion et de respect des
droits humains et des principes démocratiques sont donc des indicateurs clés du progrès
ou de la détérioration de la situation dans une région ou dans un pays.
i.1.2 La situation sécuritaire au Burkina Faso

20

La situation sécuritaire dans le Sahel et le Nord du pays est devenue une préoccupation
nationale. Par exemple, cet extrait du rapport général du Conseil consultatif sur les
réformes politiques dont la session s’est tenue en juin-juillet 2011 : « L’incursion de certains
éléments d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI), qui ont traversé le nord du Burkina dans un
passé récent, constitue une véritable menace pour la paix de nos populations et une sérieuse entrave aux
efforts de développement ».
Les régions désertiques du Sahel et du Nord du Burkina Faso, aux frontières avec les
zones concernées, sont affectées par la situation sécuritaire instable et maintenant
déclarées zones d’insécurité pour les Occidentaux qui souhaiteraient s’y rendre. Eloignées
de Ouagadougou et donc du pouvoir économique, ces régions figurent parmi les plus
pauvres du pays. Ayant connu diverses sortes d’administrationssous la colonisation
(nigérienne et malienne), ces zones s’insèrent difficilement dans le giron du pouvoir
central. Le système agro-pastoral pratiqué dans le nord, ajouté aux particularismes
ethniques proches des populations frontalières du Niger et du Mali rendent ces zones
difficilement contrôlables par l’administration centrale. A cette situation s’ajoutent les
problèmes environnementaux, notamment les sécheresses qui ont appauvri les
populations et déséquilibré l’environnement.
Les trafics et autres activités terroristes qui pourraient être les conséquences de la
dégradation continue des conditions économiques et sociales des populations ne sont que
la face visible de la menace sécuritaire ; il y a lieu par conséquent de prendre en compte la
question de la gestion administrative et sécuritaire du nord Burkina qui pourrait devenir
une zone de non droit. En effet, les effectifs des agents des forces de sécurité y sont très
faibles et l’administration publique y est peu présente.

La proximité et l’accessibilité du Sahel et du Nord du Burkina Faso aux zones de trafic et
au territoire d’AQMI sont des facteurs de risque. Les populations pauvres – surtout les
jeunes- constituent une source potentielle de recrutement pour les terroristes et les
trafiquants. Si ces régions deviennent des zones de non droit dépourvues d’un appareil
d’état efficace et sûr, elles risquent d’être délaissées en termes d’initiatives de
développement. L’insécurité grandissante dans le Sahel et le Nord sera une menace pour
la paix et le développement durable pour tout le Burkina Faso qui, ces dernières années, avait
réussi à sortir de sa condition d’Etat fragile. Les investissements et les conditions
économiques ne s’amélioreront pas dans les régions du nord sans le respect de l’état de droit.
Par ailleurs, depuis 2002, les conflits en Côte d’Ivoire et au Togo ont constitué une
menace pour la paix et le développement au Burkina Faso. Beaucoup ont craint le retour
massif de Burkinabé travaillant dans ces pays frontaliers. Le gouvernement a pris des
mesures pour empêcher la recrudescence de la criminalité et de l’instabilité, ce qui
n’empêche pas la poursuite des agressions contre les voyageurs. Néanmoins, il reste à voir
quelles seront les implications de la situation actuelle en Côte d’Ivoire au Burkina Faso.
i.1.3 L’union européenne: une stratégie pour la sécurité et le
développement au sahel
Le 25 octobre 2010, l’UE a décidé qu’une stratégie sur la sécurité et le développement
pour la région du Sahel devait être élaborée et, le 21 mars 2011, le Conseil s’est réuni pour
adopter des conclusions à cet effet. Il souligne, entre autres, que le développement et la
sécurité sont indissociables : améliorer la situation sécuritaire fait partie intégrante de la
croissance économique et de la réduction de la pauvreté dans la région. Dans sa phase
initiale, la stratégie se concentrera principalement sur le Mali, le Niger et la Mauritanie.
Le Burkina Faso est mentionné comme un acteur régional, surtout en ce qui concerne la
recherche de solutions aux défis de la région. L’importance de prendre en compte la
situation dans la partie nord du pays, qui fait frontière avec le Mali et le Niger et où, à l’heure
actuelle, il y a des restrictions pour les voyages des étrangers, est également mentionnée.
La stratégie s’articule autour de quatre lignes d’action complémentaires :
1- développement, bonne gouvernance et règlement des conflits internes,
2- politique et diplomatie,
3- sécurité et Etat de droit et
4- prévention et lutte contre l’extrémisme violent et la radicalisation. Une partie de ce
que fera l’UE en collaboration avec les partenaires concernés sera de lutter contre
les causes premières de la pauvreté et d’appuyer le développement économique et
la bonne gouvernance. L’UE appuiera aussi la consolidation des institutions de
l’état, la justice, la police et les douanes pour renforcer la sécurité et l’état de droit.3

3

21 Mars 2011, Conclusion de la 3076ème rencontre du Conseil des affaires étrangères du Conseil de l’UE sur une stratégie européenne pour la sécurité et le développement.

21

i.2 oBJectiFs
Cette étude a pour objectifs :
1- d’analyser la menace réelle au nord du Burkina Faso (analyse des différents types de
menaces et de leur origine incluant la connexion entre AQMI, le crime organisé, le
contexte local et les conséquences de la crise en Libye) ;
2- d’analyser le bilan de l’état de droit au Sahel et au Nord du Burkina Faso du point de
vue de l’état (les obstacles rencontrés par les autorités, le personnel de sécurité et de
la justice pour assurer le respect de l’autorité de la loi dans le Sahel et le Nord) ;
3- d’analyser la perception qu’ont les populations de la situation des droits humains, de
l’état et des forces de sécurité (la confiance et la collaboration de la population avec
les autorités de l’état afin d’assurer la sécurité et l’état de droit dans le Sahel et le
Nord) ;
4- de formuler des recommandations pour améliorer le respect de l’état de droit et la
protection des droits civils et politiques dans le Sahel et le Nord ; en tenant compte
du besoin d’une approche holistique pour le développement de ces régions. Ces
recommandations s’adressent aux autorités/gouvernement burkinabè, aux pays
membres de l’Union européenne pour la mise en œuvre de la stratégie de l’UE pour
le Sahel et aux organisations régionales que sont la Communauté économique des
Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Union africaine (UA).
22

A l’issue de l’étude il est attendu un rapport faisant ressortir les éléments mentionnés cidessus (les menace sécuritaires, le bilan de l’état de droit, la relation entre l’état et ses
représentants et les populations, les solutions possibles pour améliorer la sécurité et l’état
de droit) qui puisse servir de guide sur la façon de réduire l’insécurité dans le nord du
Burkina Faso.
i.3 métHodoLogie
L’approche méthodologique utilisée pour conduire l’étude a comporté les phases
suivantes : (i) la mise en place du dispositif de conduite de l’étude, (ii) la phase
préparatoire ; (iii) la phase de terrain et (iv) la phase de validation.
i.3.1 La mise en place du dispositif de conduite de l’étude
Pour conduire l’étude, un dispositif a été mis place. Ce dispositif piloté par le Ministère en
charge de la justice comprenait une équipe de trois (3) consultants et un groupe de travail.
Le groupe de travail, présidé par la Secrétaire générale du Ministère en charge de la justice
était composé de 10 personnes représentant : la Police Nationale, la Gendarmerie
nationale, le Secrétariat permanent de la Conférence nationale de la décentralisation, le
Ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité, le
Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples (MBDHP), le Centre pour le

contrôle démocratique des forces armées - Genève (DCAF) et de l’Institut danois des
droits de l’homme (IDDH)4 .
Le groupe de travail avait pour mission de superviser et d’appuyer la conduite de l’étude
par la validation des termes de référence ; la fourniture aux experts de la documentation
nécessaire à la conduite de l’étude et la validation des produits des experts à différentes
étapes du processus de l’étude.
i.3.2 La phase préparatoire
La phase préparatoire a comporté trois (3) étapes : la recherche documentaire, la
délimitation de la zone de l’étude et l’identification des localités à couvrir par la phase
terrain
i.3.2.1 La recherche documentaire
La recherche documentaire a consisté en une collecte des informations utiles à la
conduite de l’étude dans de bonnes conditions, par une exploitation de la documentation
disponible au niveau des structures centrales, déconcentrées et décentralisées et des
partenaires intervenant.
Le groupe de travail, compte tenu de ses connaissances, a joué un rôle clé dans cette
phase par la mise à disposition de la documentation utile ainsi que toute autre
information pouvant aider à la conduite de l’étude dans les conditions optimales.
La revue documentaire a mieux éclairé les experts et le groupe de travail en fournissant les
données statistiques nationales et locales pour permettre les analyses comparatives.
i.3.2.2 délimitation de la zone de l’étude
Les termes de référence (TDR) indiquent que l’étude couvrira la région Nord du Burkina
Faso, ce qui reste relativement imprécis et nécessite d’être affiné. Toutefois, les TDR
donnent des indices qui permettent de cerner davantage le contenu de la notion région
Nord. En effet, il est question de la zone sahélienne et de la frontière avec le Mali et le
Niger. On peut donc en déduire en croisant ces deux critères qu’il s’agit des parties du
Nord du pays qui font frontière avec le Mali et le Niger, pays situés à la frontière Nord du
pays. A ce double critère correspondent les régions administratives du Sahel et du Nord.
Ces régions couvrent chacune quatre (4) provinces. Parmi celles-ci, six (le Yatenga et le
Loroum dans la région du Nord et les quatre provinces de la région du Sahel) sont
effectivement concernées. Aussi, la zone retenue pour l’étude couvre-t-elle ces six (6)
provinces.

La liste nominative des membres est jointe en annexe.

4

23

i.3.2.3 identification des localités à couvrir par la phase terrain
L’étude a comporté un volet terrain qui a été marqué par des entretiens directs et semidirects ainsi que des observations directes. Ces entretiens et observations visaient à
recueillir notamment les perceptions des populations sur l’état de la sécurité et ses
conséquences sur le développement de la région. Le temps réduit de la phase terrain (dix
jours) ne permettant pas à l’équipe de visiter de manière efficiente toutes les localités
(provinces, communes et villages), des options ont été faites.
Ainsi, il a été retenu de se focaliser sur quatre des six provinces couvertes par l’étude, dont
trois pour le Sahel et une pour le Nord. Pour le Sahel, le choix a été fait en tenant compte
de la rébellion Touareg au Mali qui constitue une source probable de menaces
supplémentaires avec notamment l’afflux de déplacés et réfugiés. Sur cette base ce sont
les Provinces du Séno, de l’Oudalan et du Soum qui ont été choisies.

24

Ce choix se justifie pour la première par le fait qu’il s’agit du chef-lieu de région et pour
les deux autres du fait qu’elles sont frontalières avec le Mali et constituent ainsi, non
seulement une zone d’accueil pour les déplacés et réfugiés mais aussi et surtout une zone
où le risque AQMI pourrait être plus important. Pour ce qui concerne le Yagha qui n’a
pas été retenu, la rencontre avec les structures régionales à Dori a permis de disposer des
informations et données concernant cette province.
Quant à la région du Nord, le choix a été porté sur le Yatenga en tant que chef lieu de
région, afin de collecter à la fois les informations et données concernant les deux
provinces avec les structures régionales.
Dans les quatre provinces retenues, les chefs lieux de province ont été visités. Outre ces
chefs-lieux, l’équipe s’est rendue dans un département frontalier (Déou dans l’Oudalan)
qui accueille une importante population de déplacés et réfugiés maliens. Par ailleurs,
l’équipe a pu échanger avec un leader d’opinion à Titao dans le Loroum.
i.3.3 La phase terrain
Elle s’est déroulée du 4 au 13 mars 2012. Au cours de cette phase, l’équipe a choisi de
rencontrer les responsables de l’administration déconcentrée et décentralisée avec en tête
les gouverneurs ; les forces de défense et services de sécurité ; les organisations de la
société civile ; les autorités coutumières et religieuses ainsi que des leaders d’opinion.
Ces rencontres se sont déroulées en deux phases :
- une phase préparatoire avec les autorités administratives ;
- la collecte des données directement auprès des acteurs au cours des déplacements
dans la zone d’étude.

i.3.3.1 Phase préparatoire avec les autorités administratives
Dans chaque localité, les travaux ont commencé par une rencontre préparatoire avec les
autorités locales. Ces rencontres avaient pour objectifs :
- de faire une visite de courtoisie aux autorités et de présenter l’équipe d’experts ;
- de préparer la mission de terrain par l’identification des personnes à rencontrer et la
programmation desdites rencontres ;
- de collecter les données et autres informations documentaires sur la localité ;
- de prendre le point de vue des autorités sur la question des menaces qui pèsent sur
le Nord et les solutions à y apporter.
En annexe 3 sont répertoriées ces rencontres ainsi que la liste des participants à celles-ci.
i.3.3.2 Phase de collecte terrain
A l’issue de la rencontre préparatoire avec les autorités, les experts ont pu rencontrer les
personnes identifiées en collaboration avec les autorités. Diverses catégories de personnes
ont été rencontrées. Pour optimiser le temps, il a été retenu d’organiser des échanges de
groupes en regroupant les personnes comme suit :
1- les autorités administratives, les services techniques déconcentrés et les élus locaux ;
2- les organisations de la société civile (OSC);
3- les autorités coutumières et religieuses ;
4- les Forces de défense et services de sécurité (armée, gendarmerie, police, eaux et
forêts, douane, garde de la sécurité pénitentiaire, police municipale et sapeurs
pompiers,) ;
5- les personnes ressources.
La démarche adoptée pour la conduite les échanges reposait sur les entretiens semidirectifs, où les questions sont posées à l’auditoire, à qui est laissé la latitude d’inter-agir
jusqu’à ce qu’un consensus se dégage.
L’utilisation des techniques de conduite des focus groups, notamment à travers les
interpellations directes a permis d’éviter que les leaders naturels aient tendance à
monopoliser la parole et à imposer leur point de vue tandis que les plus réservés se
prononcent peu ou ne donnent pas leur opinion exacte. De même, des échanges à bâtons
rompus ont été menés avec certains participants dont l’opinion compte et qui ne se sont
pas beaucoup exprimés en salle.
La conduite de la phase terrain ne s’est pas déroulée sans difficultés. Ainsi, l’absence
d’une enquête directe auprès des populations afin de recueillir leur opinion faute de
temps constitue une faiblesse pour l’étude. Toutefois, afin de palier cette insuffisance, un
point sur les perceptions des populations a été introduit dans les échanges, en particulier

25

avec les OSC et les autorités coutumières et religieuses. Du fait de la proximité de ces
dernières avec les populations, il y a beaucoup de chance d’approcher effectivement les
perceptions des populations.
Par ailleurs, les experts ont été exposés à plusieurs reprises à l’indisponibilité de certains
acteurs clés. De même, l’absence de données statistiques désagrégées et d’évaluation de
leurs actions par les structures administratives locales et déconcentrées ont rendu
difficiles, voire impossibles les analyses locales.
i.3.4 Les rencontres et ateliers de validation
Les résultats des différentes phases ont fait l’objet d’examen ou de validation par le
groupe de travail ou un groupe élargi.

26

Une première rencontre regroupant les membres du groupe de travail et les experts a
permis de :
- valider les termes de référence de l’étude en collaboration avec les experts ;
- délimiter la zone qui fera l’objet de l’étude en collaboration avec les experts
- fournir la documentation pertinente aux experts ainsi que les coordonnées de
personnes/institutions/organisations présentes dans la zone identifiée ;
- convenir de la méthodologie qui sera utilisée et du calendrier de l’étude ;
- mettre la documentation sur le sujet à la disposition des experts.
A l’issue de la phase terrain, le premier draft du rapport a fait l’objet d’une rencontre
d’amendement avec le groupe de travail le 21 mars 2012. Les commentaires faits par le
groupe ont été transmis le 2 avril 2012 aux experts qui les ont pris en compte jusqu’au 2
mai 2012 date à laquelle le rapport amendé a été transmis au groupe de travail. Deux
autres rencontres tenues les 15 et 23 mai 2012 ont permis d’aboutir au rapport définitif
qui a été présenté au public le 8 juin 2012.

ii. PRésentation
de La Zone d’etUde

27

28

Certains facteurs et les caractéristiques d’une localité ont une influence sur la situation
sécuritaire de celle-ci. En effet, la position géographique, l’éloignement de la capitale par
exemple peuvent rendre les délais d’intervention longs et coûteux, toute chose qui
favorise le développement de l’insécurité. De même le niveau de couverture
administrative et de représentation des administrations centrale et locale sont des facteurs
pouvant favoriser l’effectivité de l’état de droit et la garantie de la sécurité des biens et des
personnes. En revanche, la situation sécuritaire et la non-effectivité de l’état de droit sont
souvent à l’origine des problèmes de développement. Ainsi, l’insécurité empêche
l’exploitation des potentialités et rend risqués et couteux la fourniture des services
sociaux aux populations. Aussi, est-il nécessaire d’analyser les caractéristiques de la zone
d’étude qui peuvent être à l’origine ou les conséquences des défis sécuritaires. La présente
partie répond à cette ambition.
Tel que mentionné plus haut, la zone retenue pour l’étude est à cheval sur les régions
administratives du Sahel et du Nord5. Elle couvre les quatre provinces de la région du
Sahel et deux provinces de la région du Nord. Le découpage du Burkina Faso en régions
découle de la loi n°2001-013/AN du 02 juillet 2001 portant création des régions. Cette loi
découpe le territoire en 13 régions, dont les régions du Sahel et du Nord situées dans la
partie septentrionale du pays. La présentation de la zone d’étude aborde tour à tour la
situation de la région du Sahel puis celle de la région Nord.
ii.1 La Region dU saHeL
ii.1.1 situation géographique et administrative
ii.1.1.1 situation géographique
La région du Sahel est située à l’extrême nord du Burkina Faso entre les 13° et 15°
parallèles nord. Elle s’étend sur 36 166 km2 soit 13.2 % du territoire national. Elle est
frontalière de la République du Mali au Nord, et de celle du Niger au Nord-est. Elle
partage avec ces pays plus de 1500 km de frontière. Elle est limitée au Sud par les régions
de l’Est et du Centre Nord, et à l’Ouest par la région du Nord. Le Chef-lieu de région,
Dori, est distant de la capitale de 280 km.
Du point de vue des caractéristiques physiques, le Sahel burkinabè connaît un contexte
très difficile. En effet, le climat est aride, très chaud, avec une pluviométrie la plus faible
du pays. Le milieu naturel est très contraignant. Les provinces de l’Oudalan, du Soum et
le nord du Séno sont caractérisés par un climat sahélien avec moins de 400 mm de pluie
par an tandis que celles du Yagha et le sud du Séno appartiennent plutôt à la zone
soudano – sahélienne dont la pluviométrie est comprise entre 400-600 mm. Les
températures quant à elles varient entre 12°C (décembre-janvier) et 52°C (mars-avril).
Toutefois, compte tenue de l’absence de données désagrégées par provinces pour certaines variables, la présentation de la zone d’étude considère la région administrative du Nord.
Mais, lorsque les données désagrégées par province existent l’analyse est faite sur cette base.

5

29

1530000

#

D J IB O

#

#

#
To n g o m a ye l

C h e f - lie u d e p r o vin c e

Source : Monographie du Sahel, août 2007

S o u rc e s : B N D T (I G B ), D G A T -D LR

63 0 0 0 0

SO U M

Lé ge n de

#

Na s so u m b o u

C h e f - lie u d e d é p a rt e m en t

#

#

P o be - M e ng a o

#

B a ra b ou le

D ig u e l

K e lb o

A b in d a

#

Dé o u

R ég i o n d u C e n t re N o r d

#

K o ut o u g ou

72 0 0 0 0

R o u t e n a t io n a le

L im it e d e p r o v in c e

L im it e d e r é g io n

#

#

72 0 0 0 0

#

O u rs i

G o rg a d ji

B a ni

SE N O

DOR I

%

M #a rk o y e

0

20

81 0 0 0 0

40 k m

E c h e lle : 1 /1 5 0 0 0 0 0

#

OU DA LAN

GOROM GOROM

#

T# in A k o f

81 0 0 0 0

#

S o lh a n

#

#

#

SEB BA

T ita b e

R ég i o n d e l 'E s t

S a m p e lga
#

#

S e y te n g a

F a la go u n t ou

N IG ER

#

E

#

B o un d o u ré

N . S . K O H O U N , A o û t 2 0 07

90 0 0 0 0

M a ns ila

YA GH A

#

S

N

T a n k o u g o un a d ie

W

90 0 0 0 0

1530000

% C h e f - lie u d e R é g io n

#

#

R ég i o n d u
N o rd

#

M ALI

R é g io n d u S a h e l
C A R T E A D M IN IS T R A T IV E

63 0 0 0 0

1620000

1440000

30

1620000

Graphique 1 : Carte administrative de la région du Sahel

graphique 1 : Carte administrative de la région du Sahel
1440000

ii.1.1.2 La situation administrative et la gouvernance locale
ii.1.1.2.1 découpage administratif
La région du Sahel compte quatre provinces que sont le Séno, le Soum, l’Oudalan et le
Yagha (voir carte n°1), 26 départements, 26 communes (dont 4 urbaines) et 650 villages.
La répartition des communes et villages par province figure dans le tableau 1 ci-après.
tableau
situation
administrative
la région
Tableau 1:
1: Situation
administrative
de la de
région
du Saheldu sahel
Superficie
%
Km²
région
Oudalan
9 931
27,46
Séno
6 979
19,30
Soum
12 665
35,02
Yagha
6 591
18,22
Total
36 166
100,00
Source : Monographie du Sahel, août 2007
Provinces

Nombre de communes
Rurales

Urbaines

Total

5
6
9
6
26

1
1
1
1
4

4
5
8
5
22

Nombre
villages
160
199
182
109
650

ii.1.1.2.2 déconcentration de l’administration
Au niveau des services de l’Administration territoriale, la Région du Sahel abrite un (01)
Gouvernorat, quatre (04) Hauts Commissariats, vingt-six (26) préfectures.
La déconcentration des départements ministériels est presque totale dans la région (sauf le
ministère des Mines, des carrières et de l’énergie, le ministère en charge des Droits humains, le
ministère de l’Habitat et de l’urbanisme, le ministère du Commerce, de la promotion de
l’entreprise et de l’artisanat et le ministère des Transports qui ne sont pas implantés).
ii.1.1.2.3 collectivités territoriales
A l’instar des autres régions du pays, les élections municipales de 2006 ont consacré la
communalisation intégrale du Sahel avec la mise en place des 26 conseils municipaux et
du conseil régional. Tous sont fonctionnels, mais restent dominés par un fort taux
d’analphabétisme dans la mesure où la majorité de maires du Sahel n’ont pas terminé le
cycle de l’enseignement primaire (14 maires sur 26, soit 53,85%).
Tous les villages disposent également d’un Conseil villageois de développement (CVD)
qui a pour principales missions la promotion du développement local.
En matière de transfert de compétences, la réglementation prévoit le transfert de 11
domaines de compétence aux collectivités territoriales. Le processus enclenché en mars
2009 concerne les secteurs prioritaires suivants:
1- Le préscolaire, l’enseignement primaire et l’alphabétisation ;

31

2- l’eau potable et l’assainissement ;
3- la santé ;
4- la culture, la jeunesse, les sports et loisirs.
Le transfert de ces compétences doit être accompagné d’un transfert de ressources
devant permettre aux collectivités territoriales d’‘assumer à bien leur responsabilité dans
ces domaines transférés. Toutefois, d’importantes difficultés affectent l’effectivité du
transfert des ressources ou leur utilisation par les collectivités. Parmi celles-ci figure en
bonne place l’insuffisance, voire l’absence de ressources humaines qualifiées pour gérer
les ressources financières. Il en résulte des blocages dans la mobilisation ou la mise à
disposition des ressources et dans leur utilisation. L’examen du budget 2010 présenté
dans le tableau ci-après corrobore ce constat.

32

Depuis 2007, les communes et le conseil régional disposent d’un budget. La situation
financière de l’ensemble de ces collectivités territoriales se présentait en 2010 comme
indiqué dans le tableau ci-dessous. Les ressources s’élevaient à 1 942 739 130 FCFA. Elles
sont dominées par les financements extérieurs provenant de l’administration centrale
dont les appuis représentaient 40,5% des ressources. Viennent ensuite les autres recettes
propres de fonctionnement (21,47%) et qui comprennent notamment les produits
antérieurs. Les recettes fiscales et les produits d’exploitation du domaine viennent
respectivement en 4ème et 3ème position avec 10,2% et 11,8% de l’ensemble des
collectivités de la région en 2010.
Tableau 2 :: Budget
dede
l’ensemble
des collectivités
de la région
du Sahel,
2010
tableau
Budget
l’ensemble
des collectivités
de la région
duannée
sahel,
année 2010

Ressources
Recettes fiscales
Produits de l'exploitation et du domaine
Autres recettes propres de fonctionnement
Recettes propres d'investissement
Appui financiers de l'Etat
Emprunts
Autres ressources extérieures
Dépenses
Frais de personnel
Denrées et fournitures consommés
Travaux et services extérieurs
Indemnités des élus locaux
Prélèvement pour investissement
Autres dépenses de fonctionnement
Dépenses d'investissement
Solde
Source : DGB/MEF, statistiques des finances locales, 2012

Sahel 2010
Montant en FCFA
1 942 739 130
197 190 123
229 801 580
417 013 061
159 143 316
786 382 875
153 208 175
1 634 668 425
173 601 957
351 011 156
80 997 361
67 560 000
159 143 316
183 193 372
619 161 263
308 070 705

Part en %
100%
10,15%
11,83%
21,47%
8,19%
40,48%
0,00%
7,89%
100%
10,62%
21,47%
4,95%
4,13%
9,74%
11,21%
37,88%

Toutefois, par rapport aux données de 2008 où la part des ressources extérieures était
estimée à 65,26%, on peut dire qu’il y a une nette amélioration avec les 48,37% (appuis de
l’état et autres ressources extérieures). Les dépenses sont ressorties à la même période à 1
634 668 425 FCFA, dont 37,88% vont aux dépenses d’investissements et 62,12% aux
dépenses de fonctionnement. Ces dernières ont porté essentiellement les denrées et
fournitures consommées (21,47%), les autres dépenses de fonctionnement (11,21%) et
les dépenses de personnel (10,62%).
ii.1.2 caractéristiques démographiques et sociales
ii.1.2.1 caractéristiques démographiques
La diversité ethnique, le poids de la chefferie coutumière et la prédominance de la religion
islamique sont des éléments caractéristiques de la région, auxquels s’ajoutent des
pesanteurs socio-culturelles encore vivaces. Les contraintes relevées notamment au
niveau des services sociaux de base (sous-fréquentation des formations sanitaires,
éducatives) témoignent en effet de ces pesanteurs.
Le recensement général de la population et de l’habitat de 2006, a dénombré pour la
région du Sahel 980 446 individus dont 12 004 visiteurs et 968 442 résidents. Cette
population est composée de 485 803 hommes (49,5 %) et de 494 643 femmes (50,5 %).
La population résidente du Sahel représente 7,0 % de la population résidente totale du
pays (14 017 262).
Avec un taux d’accroissement intercensitaire entre 1996 et 2006 (3,2 %) légèrement
supérieur à celui du pays (3,1 %), l’effectif de la population du Sahel est passé de 354 079
en 1975 à 968 442 en 2006. A ce rythme, la population du Sahel va doubler en 2028 par
rapport à 2006.
Avec seulement 6,7 % de personnes vivant en milieu urbain (contre 22,7 % au plan
national), la population du Sahel est essentiellement rurale.
tableau
: Population
le de
milieu
de résidence
Tableau 3:3Population
selon selon
le milieu
résidence
par sexe par sexe
Masculin
32 573
448 802
481375

Urbain
Rural
Ensemble
Source : Monographie du Sahel, INSD 2009

Féminin
32 283
454 784
487 067

Total
64 856
903 586
968 442

Avec 26,82 habitants au km2, la densité de la population dans la région du Sahel est
relativement faible par la moyenne nationale (51,12 habitants au km2). Comme le montre
le tableau ci-dessous, la répartition de la population par province est inégale. En effet le
Séno a, avec 37,94 habitants au km2 la plus forte densité de population tandis qu’avec
19,86 habitants au km2 l’Oudalan connaît la plus faible concentration de peuplement.
Tableau 4 : Densité de population du Sahel par province (voir détail par communes en annexe)
Densité
(habitants/Km²)
Population
Province
Superficie (Km²)
2006*
(habitants) 2006
(population/superficie)

33

tableau 4 : densité de population du sahel par province (voir détail par
communes
en annexe)
Tableau 4 : Densité
de population du Sahel par province (voir détail par communes en annexe)
Province

Superficie (Km²)

Séno
Yagha
Soum
Oudalan
Sahel
Pays

6 979
6 591
12 665
9 931
36 166

274 200
Source : Monographie du Sahel, INSD 2009

Population
(habitants) 2006

264 815
159 485
348 341
197 240
969 881

Densité
(habitants/Km²)
2006*
(population/superficie)

37,94
24,20
27,50
19,86
26,82

14 017 262

51,12

*Calculée par les experts

34

La population de la Région du Sahel est composée de six grands groupes ethniques qui sont :
1- les Foulbé (peulhs djelgobé, peulhs gaobé, Rimaïbé, peulhs forgerons et peulhs
marabouts) ; qui se retrouvent dans les grands centres (Dori, Djibo, et Sebba) et
représentent 44% de la population ;
2- les Foulcé, dominant dans les départements d’Aribinda et de Pobé-Mengao et
représentant 10,6% de la population totale ;
3- les Songhaï qui sont au Nord et à l’Est de Gorom-Gorom dans la province de
l’Oudalan, estimés à 10,3% ;
4- le groupe Touareg (touareg, Bellas, Maures, et Hawanabé) qui se concentrent dans la
province de l’Oudalan, estimés à 7,1% de la population de la région ;
5- le groupe Mossi implanté au sud-est de Dori, à Djibo, Pobbé-Mengao et Déou dans
la Province de l’Oudalan, constituant 10,1% de la population ;
6- les autres ethnies (gourmantché, Haoussa, Djerma, et dogons) qui représentent
17,9% de la population régionale.
Les principales langues parlées dans la région sont le Fulfuldé, le Tamachèque, le Sonrai,
le Djerma, le Mooré, le Gourmatchéman, le Haoussa.
Comme le montre le tableau 6, la région du Sahel est à majorité musulmane (96,4%). Après les
musulmans, viennent les animistes (1,7%), les catholiques (0,7%) et les protestants (0,5%).
tableau
: Répartition
la population
Tableau 55: Répartition
de la de
population
suivant lasuivant
religion la religion
Provinces

Religions(%)
Animiste

Musulman

Catholique

Protestant

Oudalan
1,1
98
Seno
1,5
96,8
Soum
1,6
96,3
Yagha
2,9
94,1
Total
1,7
96,4
Source : Monographie du Sahel, INSD 2009

0,3
0,8
0,8
0,5
0,7

0,1
0,3
0,4
1,5
0,5

Autre
0,4
0,5
0,8
0,5
0,6

Sans
religion
0
0,1
0,1
0,5
0,1

Total
100
100
100
100
100

La répartition ethnico-religieuse de la population est la suivante
- Foulbé et Touareg : 100% musulmans ;
- Mossi, Gourmantché et Songhai : 75% de musulmans et 25% de chrétiens et
d’animistes ;
- Foulcés : musulmans et animistes.
Presque tous les groupes sont liés à l’islam du fait de l’influence dominante peulh et
berbère et du recul de l’animisme des gourmantché, foulcé et mossi.
De l’analyse des caractéristiques de la population de la région suivant l’âge, il ressort que
celle-ci est aussi jeune que la population du pays. En effet, plus de la moitié (57,0 %) de la
population a moins de 20 ans, et l’âge moyen est de 21,6 ans (21,7 ans au niveau national)
(voir annexe n°4).
En considérant les groupes d’âges fonctionnels, ce constat se confirme davantage car les
enfants de moins de 15 ans constituent 47,2 % de la population totale. La population
scolarisable au primaire (7 – 12) représente 16,57% de la population totale de la région.
Quant à la population active (15 – 60 ans), elle représente 47,31% de la population totale.
Le rapport de dépendance économique (0 –14 ans et 60+) est de 99,7% ; c’est-à-dire
qu’un groupe de 100 actifs a près de 100 personnes à sa charge.
ii.1.2.2 caractéristiques sociales
Ce paragraphe aborde la situation des services sociaux de base : éducation, santé, eau
potable et assainissement.
ii.1.2.2.1 L’éducation
En matière d’éducation la région du Sahel fait partie des régions où les indicateurs de
scolarisation sont les plus faibles du pays. En effet comme indiqué dans le tableau cidessous, le taux brut de scolarisation était estimé à 44,6% en 2010/2011 contre 77,6% au
niveau national. Quant au taux brut d’admission, il était de 54,6% contre 85,7%. La
demande reste faible avec à peine 4 enfants sur 10 qui accèdent au primaire en 2010/2011.
La situation des indicateurs de qualité dans le secteur de l’éducation laisse entrevoir que
dans la région du Sahel, les taux d’admission au CEP étaient en 2010 de 58,4% contre une
moyenne nationale de 65,9%. Quant au taux d’achèvement, il était de 27,8% dans la
région contre 52,1% au niveau national.
L’examen de la situation des communes prioritaires6 montre davantage la situation
difficile de la scolarisation dans le Sahel. Sur 48 communes prioritaires, 18 sont situées
dans la région du Sahel, soient 37,5% contre une moyenne de 7,69%. Ce sont donc 69%
des communes du Sahel qui sont prioritaires, soit 5 fois plus qu’au niveau national.
6

48 communes où les indicateurs scolaires sont les plus faibles du pays ont été identifiées afin de bénéficier d’actions prioritaires pour leur permettre de combler leur retard.

35

En revanche en matière d’infrastructures et de manuels scolaires la situation du Sahel est
quasiment identique à celle de tout le pays. Ainsi, 30% des écoles sont sans logements
pour les maîtres contre 31% au niveau national. 120,6% des élèves du Sahel disposent de
livre de lecture contre117, 2% au niveau national. Pour les livres de calcul, ils sont 70,3%
à en disposer contre 72,9%.
tableau
: indicateurs
scolaires
Tableau 6 6: Indicateurs
scolaires
du Saheldu sahel
National
Situations des communes prioritaires
Nombre de communes prioritaires (nombre)
48
Part dans les communes prioritaires (%)
100
Nombre d'écoles (nombre)
1268
Taux brut de scolarisation (%)
43,7
Situation générale
Taux brut de scolarisation (%)
77,6
Taux d'achèvement (%)
52,1
Pourcentage d'écoles sans logements pour les maîtres (%)
31
Elèves disposant de livre de lecture (%)
117,2
Elèves disposant de livre de calcul (%)
72,9
Source : Annuaire statistique de l’éducation de base 2011

Moyenne
par région
3,69
7,69
97,54

Sahel
18
37,50
413
41,3
44,6
27,8
30
120,6
70,3

36
S’agissant de l’enseignement post-primaire, la situation n’est pas meilleure comme le
montre le tableau ci-dessous. Le taux brut de scolarisation aux 1er et 2nd cycles sont
respectivement de 10,7% et 2 % au Sahel contre 32,3% et 10,7% au niveau national.
Quant aux taux d’achèvement pour les mêmes cycles, ils représentent avec 4,5% et 1,4%,
à peu près le quart des chiffres nationaux. En outre, aucun établissement technique, ni
d’enseignement supérieur n’existe dans la région du Sahel.
tableau
indicateurs
scolaires
du post-primaire
Tableau 77: :indicateurs
scolaires
du post-primaire
Désignation
Sahel
Nombre d'établissements
47,0
Nombre de classes
204,0
Effectif des enseignants
416,0
Enseignement secondaire Taux brut de scolarisation 1er cycle
10,7
Taux brut de scolarisation 2nd cycle
2,0
Taux d’achèvement 1er cycle
4,5
Taux d’achèvement 2nd cycle
1,4
Nombre d'établissements
Nombre de classes
Enseignement technique
Effectif des Total
élèves
%filles
Source : Annuaire statistique de l’enseignement post-primaire 2010-2011, juillet 2011

National
1 415,0
8 859,0
10 691,0
32,3
10,7
17,5
4,9
124,0
784,0
258 777,0
46,1

Taux d’achèvement 1 cycle
Taux d’achèvement 2nd cycle
Nombre d'établissements
Nombre de classes
Enseignement technique
Effectif des Total
élèves
%filles
ii.1.2.2.2 La santé
Source : Annuaire statistique de l’enseignement post-primaire 2010-2011, juillet 2011

4,5
1,4
-

17,5
4,9
124,0
784,0
258 777,0
46,1

Dans le domaine de la santé, les données de l’annuaire statistique7 de la santé 2010,
reprises dans le tableau ci-dessous, montrent que la région du Sahel est caractérisée par la
faiblesse des indicateurs de santé. En effet si au niveau national 55,5% de la population
est située à moins de 5 km d’une formation sanitaire, dans le Sahel seulement 34,8% sont
à cette distance alors que plus de 40,4% sont au moins à 10 km contre 21,2% au niveau
national. Le rayon moyen théorique d’action est quant à lui de 12,5 km contre 7,3 au
niveau national. De même, le ratio nombre d’habitants par CSPS reste très élevé au Sahel
avec 14 679 contre une moyenne nationale de 9 765.
tableau
indicateurs
santé
la région
du sahel
Tableau 88 :: Indicateurs
de de
santé
de lade
région
du Sahel
Désignation
Pourcentage de la population située à moins de 5 km d’une
formation sanitaire (%)
Pourcentage de la population située à plus de 10 km d’une
formation sanitaire (%)
Rayon moyen théorique d'action (km)
Nombre d'habitants par CSPS

Sahel

National
34,8

55,5

40,4
12,5
14 67 9,0

21,2

7,3
9 76 5,0

39,1

53,8

24,8

25,8

Pourcentage accouchements assistés

56,2

73,5

Taux mortalité maternelle en pour 1000

94,0

67,6

Taux de décès à l'hospitalisation en pour 1000
Source : Annuaire statistique 2010 de la santé, Ministère de la santé juillet 2011

31,1

27,9

Taux d'occupation des lits
Pourcentage de femmes vues au

1er

trimestre de grossesse

Par ailleurs, la zone est caractérisée par une faible fréquentation des formations. Ainsi le
taux d’occupation des lits est estimé à 39,1% contre 53,8% au niveau national. De même,
56,2% des accouchements sont assistés par du personnel médical contre 73,5% au niveau
national. Il en résulte que les indicateurs de mortalité sont élevés. Ainsi, le taux de
mortalité maternelle était de 94%0 contre 67,6 au niveau national. Quant au taux de décès
des hospitalisés, il était de 31,1%0 au Sahel contre 27,9%0 au niveau national.
ii.1.2.2.3 L’eau potable d’assainissement
En matière d’eau potable d’assainissement, suivant les données contenues dans le Plan
Régional de Développement du Sahel, en 2007, la région comptait 2362 forages
fonctionnels, 187 puits permanents et 538 puits temporaires, dont 17,41% de forages et
43,31% de puits non fonctionnels et 74,21% de puits non permanents. En matière
d’accessibilité à l’eau potable, environ 78,2% des ménages y avaient accès contre 88% au
niveau national. L’adduction en eau courante de l’Office national de l’eau et de
l’assainissement (ONEA) touche uniquement les localités de Dori, de Djibo, d’Arbinda et
de Gorom-Gorom en eau potable.
7

Ministère de la santé, annuaire statistique 2010, juillet 2011

37

Selon les résultats de l’EICVM 2009/2010 (tableau ci-dessous), les taux d’accès à l’eau
potable sont dans l’ensemble légèrement en dessous, des moyennes nationales. Soit
respectivement 63,1% (-2,4 par rapport à la moyenne nationale) ; 76,9% (-4,6 par rapport
à la moyenne nationale) et 69% (-3,5 par rapport à la moyenne nationale) pour l’accès à
l’eau potable ; l’accès physique à une source d’eau potable et l’accès économique à l’eau
potable (source d’eau utilisée pour boisson est une source potable).
tableau 9 : indicateurs d’accès à l’eau potable et à l’assainissement dans le
Tableau
: Indicateurs
sahel
en9 2009
(%) d’accès à l’eau potable et à l’assainissement dans le Sahel en 2009 (%)

65,45

63,1

Ecart
(Nord-national)
-2,4

81,51

76,9

-4,6

72,50

69,0

-3,5

9,18

0,4

-8,8

4,76

0,4

-4,4

34,18

6,2

-28,0

National
Accès à l'eau potable
Le ménage a un accès physique à une source d'eau
potable
Accès économique à l'eau potable (source d'eau utilisée pour
boisson est une source potable)
Accès à l'assainissement selon les critères du PNUD
Accès à l'assainissement selon les critères du PNAEPA
Accès à un système d'assainissement amélioré
Source : EICVM 2009/2010 ; INSD, 2010

38

Sahel

Pour ce qui est de l’assainissement, il n’existe pratiquement pas de système de gestion des
eaux usées, la majorité des ménages jette les eaux usées dans la rue, hormis certains
ménages des grandes localités qui utilisent des puits perdus. En effet suivant les résultats
de l’EICVM 2006 consignés dans le tableau ci-dessus, à peine 0,4% des ménages avaient
accès à l’assainissement aussi bien selon les critères du PNUD que de la Politique
nationale d’accès à l’eau potable et l’assainissement (PN-AEPA, contre respectivement
9,18% et 4,76% au niveau national.
ii.1.3 caractéristiques économiques8
ii.1.3.1 Le secteur productif
Le secteur productif du Sahel est prédominé par le primaire avec l’élevage en tête, auquel
s’ajoutent l’agriculture, l’exploitation forestière et halieutique ainsi que quelques industries
et l’artisanat.
ii.1.3.1.1 L’élevage
L’élevage reste, au- delà de son rôle social, la principale source de revenus, de même que
la principale activité économique des populations de la région. Le cheptel est dominé par
les petits ruminants (caprins, ovins) suivi de bovins. Selon les statistiques du ministère des
Ressources animales, on estimait en 2008 les effectifs du cheptel à 5 144 428 têtes tout
type confondu (voir tableau ci-dessous).
8

Extrait du PRD Sahel

tableau
: effectifs
du cheptel
en 2008 (têtes)
Tableau 1010
: Effectifs
du cheptel
en 2008 (têtes)
Bovins
Ovins
Caprins Camelins Equins
1 658 911 1 089 857 1 950 768 13 605
11 100

Asins
70 024

Porcins
3 470

Volaille
1 346 693

Total
5 144 428

Source : PRD Sahel 2010-2014, 2010 ; Région du Sahel, Conseil régional

L’élevage est prédominé par un l’élevage extensif avec une mobilité du bétail à la
recherche des ressources pastorales. Il est le plus souvent contemplatif, c’est-à-dire que la
production n’est pas dans une logique première d’exploitation pour le bien-être familial
immédiat, mais plutôt pour la possession du bétail. Toutefois, un élevage semi-intensif
axé sur les activités d’embouche et de production laitière se développe de plus en plus
avec l’appui de projets tels que le Programme d’appui au développement de l’agriculture
Burkinabè (PADAB II), le Programme d’appui aux filières agrosylvopastorales
(PAFASP), le Programme de développement de l’élevage dans le Soum (PDES 2).
ii.1.3.1.2 L’agriculture
L’agriculture au Sahel est de trois (3) ordres : les cultures vivrières, les cultures de rente
et les cultures maraîchères.
Les principales cultures vivrières sont le mil (la principale spéculation), le sorgho, le maïs
et le riz. En plus de ces cultures, on y cultive mais en petites quantités le niébé et le
voandzou. L’agriculture vivrière reste marquée par sa faible capacité à couvrir les besoins
de la région et la résurgence périodique de déficits céréaliers graves. Ainsi lacampagne
2011/2012 a été marquée par un déficit céréalier. Selon les résultats définitifs de la
campagne publiéspar le ministère de l’Agriculture, le déficit de la couverture céréalière
était de 26% dans l’Oudalan et le Séno, de 32% dans le Soum et 35% dans le Yagha. Le
tableau ci-dessous donne la production céréalière de la campagne 2010/2011. Il indique
que la production de la région représente 5,31% de la production nationale pour une
population représentant 7% de la population totale.
tableau
Production
céréalière
derégion
la région
du sahel
la campagne
2010/2011
Tableau 11 : production
céréalière
de la
du Sahel
pour lapour
campagne
2010/2011
Sahel
National
Part dans la production nationale
Mil
169 034
1 147 894
14,73%
Maïs
1 879
1 120 050
0,17%
Riz
225
127 732
0,18%
Fonio
18 315
0,00%
Sorgho blanc
62 351
1 459 199
4,27%
Sorgho rouge
168
531 029
0,03%
Total
233 657
4 404 219
15,31%
Source : résultats définitifs de la campagne agricole 2010/2011, MAH 2011

39

Les cultures de rente sont dominées par l’arachide et le sésame, auxquelles s’ajoute le
niébé. La production maraîchère est pratiquée en saison sèche. Les spéculations
généralement exploitées sont les choux, les oignons, les tomates, les pommes de terre,
les aubergines locales, les laitues et les carottes.
ii.1.3.1.3 L’exploitation forestière et halieutique
L’exploitation forestière est marquée par l’exploitation du bois et des produits forestiers
non ligneux dont le jatropha, la gomme arabique, le baobab, le jujubier greffé et le
jujubier local.
La région dispose de ressources fauniques importantes mais qui sont exploitées par le
secteur informel. Toutefois, on y dénombre 2 zones de chasse concédées (Zigbéri dans
l’Oudalan et Faga dans le Yagha). L’activité de chasse y est pratiquée par les chasseurs
nationaux et des expatriés, en collaboration avec les organisations communautaires de
gestion de la faune.

40

En matière de ressources halieutiques, la Région du Sahel dispose de plans d’eau propices
riches en ressources halieutiques qui permettent une pêche abondante et l’élevage de
poissons. Les captures annuelles dépassent 173 tonnes selon la DRAH-S.
ii.1.3.1.4 L’industrie
Le secteur industriel est constitué essentiellement des industries minières (SOMIKA dans
le Soum, SMB-SA dans le Yagha et la société « Iamgold » dans l’Oudalan), d’unités de
transformation des produits agropastoraux (boulangeries au nombre de 2 ; laiteries au
nombre de 18 et abattoirs au nombre de 4).
ii.1.3.1.5 L’artisanat
L’activité artisanale est essentiellement rurale et reste composée de métiers traditionnels et
bénéficie de peu de savoir-faire ou de technologie appropriée. Les principaux métiers sont la
vannerie, la bijouterie, la maroquinerie, la poterie et le tissage. La maroquinerie bénéficie de la
présence de l’abondance de matières premières (cuirs et peaux) existantes dans la région.
ii.1.3.2 Les services
ii.1.3.2.1 Le commerce
L’activité commerciale de la région du Sahel est beaucoup influencée par celle des grands
centres, tels Ouahigouya, Ouagadougou et aussi les marchés des pays voisins (Mali et
Niger).

Le bétail et ses produits dérivés, les produits de l’artisanat (sacs et chaussures en cuirs,
couvertures, tapis muraux, etc.) et les dattes sont les principaux produits exportés de la
zone ; le reste des autres produits (et même des produits céréaliers) sont importés. En
2007, 31 marchés principaux ont été enregistrés dans la région.
La fréquence de tenue des marchés est de trois (3) jours dans la plupart des cas au Séno,
au Yagha et au Soum, et d’une semaine dans la province de l’Oudalan. Dans les grands
centres urbains, les activités commerciales dans les marchés se mènent permanemment
avec une affluence particulière le jour du marché.
Sur le plan régional, le Sahel exporte du bétail vers la Côte d’Ivoire, le Togo, le Bénin, le
Ghana et le Nigéria. Cette ouverture du marché régional est une opportunité pour les
produits d’élevage.
ii.1.3.2.2 Le tourisme et l’hôtellerie
II.1.3.2.2.1 Le tourisme
La région du Sahel possède des potentialités touristiques (voire tableau ci-dessous) dont
certaines restent sous exploitées, voire inexploitées. Sur le plan de la fréquentation, la
région du Sahel occupait la deuxième place au niveau national (Rapport provisoire du
SNAT ; 2008). Parmi les sites touristiques on peut citer :
- les dunes de sable et les oiseaux de la mare (présents d’août à novembre) à Oursi ;
- les collines de Déou ;
- les oasis de Ménégou et Bidi ;
- les outardes et autruches du Séno Mango
- les vestiges historiques: peintures rupestres de Pobé-Mengao et d’Arbinda
- la mare aux crocodiles de Pobé-Mengao
- le musée de Pobé-Mengao ;
- la statuette de nativité “Mamio” de Pobé-Mengao
- les gravures rupestres (entre Markoye et Dembam)
L’une des manifestations socioculturelles d’envergure internationale est le
FESTICHAMS (Festival du Chameau, des arts et de la musique du Sahel) qui se tient à
Gorom-Gorom en janvier de chaque année.
II.1.3.2.2.2 L’hôtellerie
Selon les données de la DRCT, l’hôtellerie dans la région du Sahel est peu développée, en
témoigne le nombre très faible de l’offre de chambres qui était 226 chambres pour des
hôtels et assimilés de la région. La ville de Dori est la mieux dotée en infrastructures
d’accueil avec 4 hôtels et 11 autres centres d’hébergement (auberges, foyers, pensions).

41

ii.1.3.2.3 Les transports
Le transport terrestre est exclusivement le seul mode de déplacement entre d’une part les
différentes localités de la région et d’autre part, la région et le reste du pays. Les différents
moyens de transports sont les animaux (chameaux, ânes, chevaux), les engins à deux ou
trois roues (bicyclettes, motocyclettes, tricycles…) ; et les voitures.
A côté du transport privé existe un transport en commun inter-urbain exclusivement.
Toutefois un transport en commun intra-urbain est en train de se développer avec les
taxis-motos.
Le transport de personnes inter-urbain est assuré notamment par :
- la société STAF: Ouaga – Kaya- Dori ;
- la société TSR: Ouaga – Kaya- Dori ;
- la société STN: Ouaga – Kaya- Dori ;
Ces sociétés permettent de parcourir les 280km qui relient Dori à Ouagadougou en 4h00
ou 4H30.
De petits transporteurs privés assurent les liaisons entre les communes et les villages.
ii.1.3.2.4 Les services bancaires et financiers
42

La région du Sahel abrite des institutions financières classiques dont la BIB, Eco-Bank,
Bank of Africa et Coris Bank.
En plus de ces institutions classiques, on note la présence d’institutions de micro finances
dans vingt et une (21) localités de la région. Elles se composent de caisses populaires
d’épargnes et de crédits, de coopératives d’épargnes et de crédits, d’Union de caisses
d’épargnes et de crédits, d’une Caisse urbaine et semi-rurale, d’une Caisse des artisans et
de « Hunger Project ».
On relève aussi la présence des fonds des engagements nationaux à travers le Fonds
d’Appui aux activités rémunératrices des femmes (FAARF), le Fonds d’appui au secteur
informel (FASI), le Fonds d’appui à la promotion des entreprises (FAPE) et le Fonds
d’appui aux initiatives des jeunes (FAIJ), le Fonds d’appui à la formation professionnelle
et d’Apprentissage (le FAFPA).
En outre certains projets comme le PAFASP disposent d’un volet financement sous
forme de subventions et/ou du crédit à des promoteurs de la région.
ii.1.3.3 Les infrastructures économiques
ii.1.3.3.1 Les infrastructures de transport
Les infrastructures de transport dans le Sahel sont constituées surtout du réseau routier.
Celui-ci est relativement important mais difficilement praticable dans sa majorité, surtout

en saison hivernale. Selon les données fournies par la Direction régionale des
infrastructures du Sahel, le réseau routier est constitué de 112,731 km de route bitumées ;
606,378 km de routes nationales en terre, 249, 625 km de routes régionales en terre,
520,73 km de routes départementales en terre et 287,2 km de pistes rurales ainsi que de
4581 km de routes non classées.
La ville de Dori est la seule localité de la région qui dispose d’une gare routière aménagée
dont la gestion est assurée par un comité de gestion mis en place par la mairie.
En plus de ce réseau routier, sept (7) aérodromes sommaires (Djibo, Arbinda, Dori,
Sebba, Gorom-Gorom, Tambao et Djalafanka) sont implantés dans la région. A l’heure
actuelle, seules les pistes de Gorom-Gorom et de Djalafanka sont fonctionnelles.
ii.1.3.3.2 L’énergie
Le charbon de bois et le bois de chauffe sont les principales sources d’énergie utilisées
dans la région par la quasi-totalité de la population pour la cuisson des aliments.
Les produits pétroliers (essence, gas-oil, pétrole et le gaz butane) sont de plus en plus
sollicités pour alimenter les engins motorisés et pour la cuisson des aliments d’où la
présence dans la région de trois opérateurs distributeurs de produits pétroliers (TotalBurkina, Shell et Pétrofa).
En plus de ces deux (2) types d’énergie, la Région du Sahel est desservie en énergie
électrique par la SONABEL et des COOPEL. La SONABEL offre de l’énergie électrique
de façon permanente aux localités de Dori, Djibo et Gorom-Gorom. Les villes de Sebba
et Seytenga, alimentées à « temps partiel » par la Coopérative d’électricité (COOPEL)
sont confrontées à de multiples délestages.
ii.1.3.3.3 Les télécommunications
Les télécommunications dans la région du Sahel sont à un niveau acceptable. En 2007, la
région totalisait 2 088 lignes téléphoniques de l’ONATEL, 350 cabines téléphoniques
dont 14 cabines publiques et 5 cybercafés.
Si le téléphone fixe reste inaccessible à la majorité de la population, il n’en est pas de
même pour la téléphonie mobile qui est présente même dans les localités les plus reculées
de la région. Ainsi, la quasi totalité des communes de la région sont desservies par au
moins l’un des opérateurs réseaux que sont : TELMOB, TELECEL et AIRTEL.
La Société Nationale des Postes (SONAPOST) est représentée dans la région du Sahel par
les bureaux de poste de Dori (Séno), de Gorom-Gorom (Oudalan) et de Djibo (Soum).

43

Elle fournit des produits divers à la population de ces Chefs-lieux et des localités
environnantes. Il s’agit de l’expédition et la réception de courriers, l’utilisation de
Cybercafé post pour la connexion Internet et les transactions financières. La province du
Yagha ne bénéficie pas encore de services de la SONAPOST.
La région du Sahel est couverte par la télévision et la radio nationale mais la qualité de la
réception est médiocre. On note la présence de quatre radios privées (Horizon FM et
Daandé Sahel à Dori, Walde Eguief à Gorom-Gorom et la FM de Djibo), ainsi que d’une
presse écrite relativement fournie avec 4 titres dont 2 en langues nationales. Parmi ces
titres, la voix du sahel est le plus connu avec une audience nationale.
ii.1.3.4 La situation de la pauvreté
Pour un seuil de pauvreté9 de 108 374 FCFA, l’incidence10 de la pauvreté dans la région du
Sahel était estimée à 36,6% en 2009 soit largement en-dessous de la moyenne nationale
(43,9%), ce qui classe la région en 3ème position des régions les moins pauvres.
tableau 12 : evolution de l’incidence de la pauvreté dans la région du sahel,
entre
1998
2009 de l’incidence de la pauvreté dans la région du Sahel, entre 1998 et 2009
Tableau
12 : et
Evolution
Seuil de pauvreté (FCFA)
Sahel (%)
National (%)

44

1998

2003

2009

726 90

82 672

108 374

42,2
45,3

37,2
46,4

36,6
43,9

Source : ECVM 1998 et 2003 et EICVM 2009/10, INSD

L’analyse de l’évolution de la pauvreté dans le Sahel montre qu’entre 1998 et 2009, la
pauvreté a baissé de 5,6 points passant de 42,2% à 36,6%. La baisse est plus rapide dans la
région que la moyenne nationale qui a progressé de seulement 1,4 point de pourcentage.
Cette situation est probablement imputable à la prédominance du pastoralisme dans la
région. En effet, le bétail constitue une véritable manne financière pour son propriétaire.
Toutefois cette richesse n’est que potentielle dans la mesure où les propriétaires
demeurent toujours dans l’élevage contemplatif, rechignent à se séparer de quelques têtes
de bétail pour résoudre un problème.
ii.1.3.5 Les projets et programmes11
Dans la Région du Sahel, environ trente-neuf (39) projets et programmes étaient en cours
d’exécution. Sur ces projets et programmes sept (07) ont une envergure nationale. Les
autres ont des envergures régionales ou communales. Trente (30) interviennent dans au
moins une commune des provinces du Séno, vingt-cinq (25) dans l’Oudalan, vingt-deux
(22) dans le Soum et dix neuf (19) dans le Yagha.
Les domaines d’intervention de ces projets couvrent l’ensemble des secteurs de
planification.
Le seuil de pauvreté est le niveau de revenu minimum vital nécessaire à un adulte pour satisfaire ses besoins calorifiques alimentaires et ses besoins de base non alimentaires
L’incidence de la pauvreté donne la part de la population dont le revenu ou la consommation se situe en-dessous du revenu minimum appelé seuil de pauvreté. Elle traduit la
proportion de la population qui ne peut pas se permettre d’acheter le panier de produits correspondant au minimum vital.
11
Extrait du rapport introductif sur l’Assemblée régionale des projets et programmes, DREP Sahel, Mars 2011
9

10

Tableau 13 : Répartition des projets suivant le secteur
Soutien à la
Production
production

Sociaux

Gouvernance
administrative

Le PNGT2, Phase II et le projet minier d’ESSAKANE interviennent dans les quatre (04)
secteurs de planification, l’ONG AGED dans trois (03) secteurs et, le PREVAS et le PAFASP
dans deux (02) secteurs, les autres interviennent dans un seul des secteurs de planification. La
répartition par secteur de planification est présentée dans le tableau ci-dessous.
tableau 13 : Répartition des projets suivant le secteur

Tableau 13 : Répartition des projets suivant le secteur
Soutien à la
Gouvernance
Production
Sociaux
production
administrative
Nombre de projets
21
4
18
1
Source : Rapport introductif de la 4ème assemblée régionale des projets et programmes intervenant au sahel 03/2011

ii.1.4 Les potentialités de la région
La Région du Sahel regorge de nombreuses potentialités qui peuvent constituer le socle
de son essor. Ces potentialités vont du sous-sol à l’expertise des populations en passant
par le sol, la faune, la flore. Le tableau ci-dessous résume ces potentialités.
tableau
Potentialités
la région
Tableau 14
14 ::potentialités
de la de
région
du Saheldu sahel
Secteurs/Domaines

Forces
existence de terres cultivables estimées à 36150 km²
Agriculture
existence de bas-fonds aménagés ;
potentiel important de bas-fonds aménageables;
cheptel important et varié
tradition pastorale éprouvée par des décennies de pratique ;
existence d’aménagements pastoraux ;
Elevage
climat de type sahélien qui contribue à freiner ou à empêcher la
propagation de certaines épizooties transmises par les moustiques ;
- existence de marchés bétail dont le 2ème plus grand du pays (Djibo) ;
- existence de puits pastoraux et de parcs à vaccination ;
- disponibilité de matière première ;
Production laitière
- existence d’un savoir faire local ;
- existence d’un « plan d’action lait » ;
- abondance de peaux et cuirs ;
Filière cuir et peau
- existence d’un savoir faire local en matière d’artisanat
- existence d’une flore diversifiée et forêts protégées ;
Activités forestières, de pêche - existence de sites pour le tourisme cynégétique ;
- potentiel faunique riche et varié ;
et chasse
- existence de points d’eau à potentiel piscicole ;
- existence de réserves sylvo- pastorales ; (1600000 ha).
- existence de nombreux sites miniers (or, manganèse, fer calcaire..) dont
3 industriels
Mines et carrières
- expérience en matière d’exploitation artisanale ;
- intérêt grandissant des sociétés minières pour le sous-sol Burkinabè en
général et celui du Sahel en particulier.
- abondance des matières premières pour l’artisanat ;
Artisanat
- une expérience en matière de production artisanale diversifiée et
éprouvée par des décennies de pratique.
- potentiel touristique important ;
Tourisme et hôtellerie
- existence d’hôtels et de centres d’accueil et d’hébergement ;
Source : Plan régional de développement du Sahel 2010-2014, Conseil régional du Sahel
-

45

ii. 1.5. synthèse des défis en matière de développement pour le sahel
L’analyse des caractéristiques de la région du Sahel, présentées ci-dessus fait ressortir que
la région fait face à des défis en matière de développement. Ces défis sont relatifs :
- à l’enclavement de plusieurs localités de la région, ce qui en fait un terreau favorable
- à l’insécurité, toute chose qui aggravée par le relatif éloignement de la région de la
capitale et des grands centres de production agricole ;
- aux milliers de kilomètres de frontières partagées avec le Mali et le Niger dans une
bande faiblement dotée de forces de sécurité et qui est régulièrement secouée par
les crises touareg ou les menaces terroristes ;
- aux sols pauvres caractérisés par un maigre couvert végétal soumis à la forte
pression des populations et du bétail ;
- à la faible accessibilité aux services sociaux de base (éducation, santé, eau potable et
l’assainissement) ;
- au faible développement et l’impraticabilité saisonnière, voire permanente des
infrastructures routières ;
- à la faible exploitation optimale des potentialités de la région.
- à l’absence d’un tissu industriel ;
- à l’incivisme fiscal qui prive les collectivités de ressources ;
- à l’absence d’établissements de formation professionnelle ;.
46

ii.2 La Region dU noRd
Dans cette partie sont présentées la situation géographique et administrative (II.2.1), la
situation démographique et sociale (II.2.2), la situation économique (II.2.3) et les
potentialités (II.2.4) de la région du Nord.
ii.2.1 situation géographique et administrative12
ii.2.1.1 situation géographique
La région du Nord, est située entre les latitudes 12°38’ et 14°18’ Nord et les longitudes
1°33’ et 2°55’ Ouest (DGAT, 2005, p.213). Elle fait frontière avec la République du Mali
au Nord. Elle est limitée respectivement au Nord-Est par la région du Sahel à l’Est par
celle du Centre-nord au Sud par celle du plateau central, et à l’Ouest par celles du Centreouest et de la Boucle du Mouhoun.

12

Cette partie est extraite de la Monographie de la région du Nord, INDS/MEF

graphique 2 : carte administrative de la région du nord

Graphique 2 : Carte administrative de la région du Nord

47

La région du Nord a, avec son climat de type soudano-sahélien, une situation climatique
relativement plus acceptable que celle du Sahel. Elle est caractérisée par l’alternance d’une
longue saison sèche allant généralement d’octobre à mai et d’une courte saison pluvieuse
allant de mai à septembre. Les mois de juillet et d’août sont les périodes de grandes pluies.
De par sa situation climatique, la région semble naturellement défavorisée. En effet, elle
présente des contraintes physiques telles que: le phénomène de l’érosion qui entraine un
appauvrissement continu des sols, l’irrégularité et la faiblesse de la pluviométrieetune
faune en voie de disparition. Cependant, la disponibilité de ressources humaines a permis
de transformer certaines contraintes en atouts. Ainsi, peut-on constater l’existence
d’organisations agricoles crédibles à même de porter le développement agricole et
l’existence de potentialités aménageables et irrigables au niveau du secteur.
ii.2.1.2 La situation administrative et la gouvernance locale
ii.2.1.2 1 découpage administratif
La région compte 4 provinces (le Loroum, le Passoré, le Yatenga et le Zondoma), 31
départements, 31 communes dont 4 urbaines et 827 villages répartis comme indiqué dans
le tableau ci-après.
tableau
15: :Communes
communes
et villages
par province
région du nord
Tableau 15
et villages
par province
de la régiondedulaNord
48

Provinces
Loroum
Passoré
Yatenga
Zondoma
Région

Superficie (km²)
3 431,9
3 865,4
6 838,5
1 993,9
16 129,6

Nombre de communes
Urbaines
Rurales
1
03
1
08
1
12
1
04
4
27

Total
04
09
13
05
31

Nombre de
villages
103
214
413
103
827

Source : Tableau de bord socio-économique, DREP Nord 2009

ii.2.1.2 2 déconcentration de l’administration
Au niveau de l’Administration générale, la région du Nord abrite un (01) Gouvernorat,
quatre (04) Haut Commissariats, trente et une (31) préfectures.
La déconcentration des départements ministériels est presque totale dans la région (sauf le
ministère des Mines, des Carrières et de l’Energie et le ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme).
ii.2.1.2 3 collectivités territoritales
A l’instar des autres régions du pays, les élections municipales de 2006 ont consacré la
communalisation intégrale dans le Nord avec l’installation des 31 conseils municipaux et
du conseil régional. Tous ces conseils sont fonctionnels depuis lors, mais restent dominés
par un fort taux d’analphabétisme.

Tous les villages sont dotés d’un Conseil villageois de développement (CVD), qui a pour
principales missions la promotion du développement local dans le village.
Aujourd’hui, l’état du transfert des compétences aux collectivités territoriales dans la
région du Nord est identique à celui de la région du Sahel, notamment avec les mêmes
difficultés. La 3ème Conférence nationale de la décentralisation tenue le 17 octobre 2011 a
examiné l’état des lieux des transferts et a permis aux acteurs de la décentralisation d’en
discuter de long en large.
La situation financière de l’ensemble des collectivités territoriales de la région du Nord se
présentait en 2010 comme indiqué dans le tableau ci-dessous. Les ressources s’élevaient à
2 798 670 457 FCFA pour des dépenses de 3 152 383 996 FCFA, dégageant un déficit de
353 713 539 FCFA.
Les recettes sont dominées par les financements extérieurs provenant de l’administration
centrale dont les appuis représentaient 42,10% des ressources et les autres ressources
extérieures (24,48%). Seuls 33,42% des ressources proviennent des recettes propres
générées par les collectivités, dont 12,81% pour les recettes fiscales et respectivement
7,93% et 7,68% pour les autres recettes propres et les produits d’exploitation du domaine.
Tableau 16
dede
l’ensemble
des collectivités
de la région
Nord,du
année
2010année 2010
tableau
16::Budget
Budget
l’ensemble
des collectivités
de ladu
région
nord,

Ressources
Recettes fiscales
Produits de l'exploitation et du
domaine
Autres recettes propres de
fonctionnement
Recettes propres d'investissement
Appui financiers de l'Etat
Emprunts
Autres ressources extérieures

Nord 2010
Montant en FCFA
2 798 670 457
358 431 216

Part en %
100%
12,81%

214 970 469

7,68%

222 058 562

7,93%

139 693 437
1 178 315 013
685 201 760

4,99%
42,10%
0,00%
24,48%

Dépenses
Frais de personnel
Denrées et fournitures consommés
Travaux et services extérieurs
Indemnités des élus locaux
Prélèvement pour investissement
Autres dépenses de fonctionnement
Dépenses d'investissement

3 152 383 996
3 2 2 9 31 69 7
414 033 973
108 137 718
101 782 500
139 693 437
332 139 681
1 733 664 990

100%
10 , 2 4 %
13,13%
3,43%
3,23%
4,43%
10,54%
55,00%

Solde

- 353 713 539

Source : DGB/MEF, statistiques des finances locales, 2012

49

Quant aux dépenses, 55% ont servi aux dépenses d’investissement et 45% aux dépenses
de fonctionnement. Dans ces dernières, 13,13% ont servi à acquérir des denrées et
fournitures, 10,24% aux charges de personnel et 10,54% aux autres dépenses de
fonctionnement.
ii.2.2 caractéristiques démographiques et sociales
ii.2.2.1 caractéristiques démographiques
Le recensement général de la population et de l’habitat de 2006 a dénombré pour la
région du Nord 1 201 044 individus dont 15 248 visiteurs et 1 185 796 résidents. La
population résidente est composée de 554 692 hommes (46,8 %) et 631 104 femmes (53,2
%). La population résidente du Nord représente 8,5% de la population résidente totale du
pays (14 017 262).
Avec un taux d’accroissement intercensitaire entre 1996 et 2006 (2,2 %) inférieur à celui
du pays (3,1 %), l’effectif de la population du Nord est passé de 760 408 habitants en
1985 à 955 420 habitants en 1996 et 1 185 796 habitants en 2006. A ce rythme, la
population du Nord va doubler en 2037 (31 ans après le recensement de 2006) alors que
celui du pays tout entier le sera en 2028.
50

La population du Nord est essentiellement rurale. En effet, seulement 11,77 % de
personnes vivant en milieu urbain (contre 22,7 % au plan national),
La densité de la population dans la région du Nord (73,52 habitants au km2)est nettement
supérieure à la moyenne nationale (51,12 habitants au km2). Comme le montre le tableau
ci-dessous, la répartition de la population par province est inégale. En effet, si avec
respectivement 83,62 habitants au km2; 83,53 habitants au km2 et 80,89 habitants au km2
le Passoré, le Zondoma et le Yatenga connaissent une forte pression démographique
largement au-dessus de la moyenne nationale, le Loroum en revanche a une densité
relativement faible avec 41,63 habitants au km2.
tableau 17 : densité de population par province en 2006 (détail par communes
enTableau
annexe17 n°4)
: Densité de population par province en 2006 (détail par communes en annexe n°4)
Province
Superficie (Km²) Population (habitants)
Loroum
3 431,90
142 853
Passoré
3 865,40
323 222
Yatenga
6 838,50
553 164
Zondoma
1 993,90
166 557
Nord
16 129,70
1 185 796
pays
274 200
14 017 262
Sources : Monographie de la région du Nord ; INSD 2009

Densité (habitants/Km²)
41,63
83,62
80,89
83,53
73,52
51,12


ETUDE SUR LES DEFIS LIES A LA SECURITE_Version finale juin 2012.pdf - page 1/163
 
ETUDE SUR LES DEFIS LIES A LA SECURITE_Version finale juin 2012.pdf - page 2/163
ETUDE SUR LES DEFIS LIES A LA SECURITE_Version finale juin 2012.pdf - page 3/163
ETUDE SUR LES DEFIS LIES A LA SECURITE_Version finale juin 2012.pdf - page 4/163
ETUDE SUR LES DEFIS LIES A LA SECURITE_Version finale juin 2012.pdf - page 5/163
ETUDE SUR LES DEFIS LIES A LA SECURITE_Version finale juin 2012.pdf - page 6/163
 




Télécharger le fichier (PDF)

ETUDE SUR LES DEFIS LIES A LA SECURITE_Version finale juin 2012.pdf (PDF, 7.1 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


etude sur les defis lies a la securite version finale juin 2012
l eau et le developpement durable au burkina faso 1
amoronimania en bref version fevrier 2018
ferme ecole par alternance
benidir m
madagascar region amoronimania en bref 27 pages mai 2017

Sur le même sujet..