BRAGA itinéraire 2 T .pdf



Nom original: BRAGA itinéraire 2 T.pdf
Auteur: Lili

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Office Word 2007, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 20/08/2012 à 11:37, depuis l'adresse IP 87.67.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1069 fois.
Taille du document: 786 Ko (7 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


DECOUVERTE DU PORTUGAL EN 2001
Braga – itinéraire 2 - 102 km

Braga
Sameiro
Guimarães
Penha
Roriz
Trofa
Braga

Braga

Sameiro

Le Sanctuaire de Sameiro, dont la construction
commença au milieu du siècle. Siècle, est le plus grand
centre de dévotion mariale au Portugal, après Fatima.
Temple terminé en notre siècle, se trouve à l'intérieur du
maître-autel de granit poli blanc, ainsi que le sanctuaire
de l'argent. En face du temple se dresse un imposant
escalier et large, au-dessus de deux piliers qui montent
haut, surmonté de la Vierge et le Cœur de Jésus.

Guimarães
La ville historique de Guimarães est associée à la formation de l’identité nationale portugaise au 12e s.
En 1095, Alphonse VI, souverain de Léon et de Castille, lègue le comté de Portucale à son gendre Henri de
Bourgogne. Celui-ci fait aménager en château la tour de Guimarâes, capitale du comté, et s’y installe avec sa
femme, la princesse Thérèse. De cette union naît, vers 1110, Alphonse Henriques qui succède à son père en
1112. Arguant de l’inconduite notoire de sa mère, qui assure la régence, le jeune prince se révolte et s’empare
du pouvoir le 24juin 1128, à l’issue de la bataille de Sâo Mamede. Puis il engage la lutte contre les Maures qui
se montrent menaçants et les vainc le 25 juillet 1139 à Ourique; au cours de l’engagement, il est proclamé roi
du Portugal par ses troupes; ce choix est confirmé en 1143 par les Cortès de Lamego et par son cousin
Alphonse VII, roi de Léon et de Castille (traité de Zamora).
Exemple extrêmement bien préservé et authentique de la transformation d’une ville médiévale en ville moderne,
elle a conservé une riche typologie de bâtiments qui témoigne de l’évolution spécifique portugaise, du 15e au
19e s, en continuant d’employer des matériaux et des techniques de construction traditionnels.

Rua de Dona Teresa
Église Sao Miguel do Castelo
cette petite église romane du 12 e s. abrite les fonts
baptismaux sur lesquels aurait été baptisé Alphonse
Henriques. Nombreuses dalles funéraires.

Rua Conde D. Henrique
Paço dos duques
Palais des ducs de Bragance
Ce palais fut construit au début du 15e s.
par le premier duc de Bragance,
Alfonso, fils naturel du roi Jean 1 er. On
remarque
une
forte
influence
bourguignonne, surtout dans les toitures
et l'aspect insolite des 39 hautes
cheminées de brique. Il fut l'une des
plus somptueuses demeures de la
péninsule ibérique, mais à partir du 16 e
s, la cour s'étant déplacée à Vila Viçosa,
il ne fut plus occupé que lors de courtes
périodes.
En 1933, Il a fait l’objet d’une très importante restauration qui lui a rendu son aspect d’origine. Devant sa
façade s’élève la statue en bronze d’Alphonse Henriques réalisée par Soares dos Reis (fin 19 e s.).
Quatre corps de bâtiment à tours d’angle massives le composent, ordonnés autour d'une cour. Ils sont
couronnés de créneaux à mâchicoulis.
- Intérieur - les salles immenses étaient chauffées par de vastes cheminées. Au premier étage, l’attention se
porte sur les plafonds de chêne et châtaignier des salles des Banquets et des Fêtes et les tapisseries des 16e
et 18e s. (d’Aubusson, des Flandres et des Gobelins). On remarquera les tapisseries de Tournai, représentant
la prise d’Asilah et de Tanger, qui sont les copies de celles exécutées d’après les cartons de Nuno
Gonçalves (les originaux se trouvent dans le trésor de l’église de Pastrana en Espagne). Des tapis persans,
des meubles portugais (du 17e s.), des porcelaines de Chine, des armes et armures, des tableaux hollandais
et italiens complètent cette décoration.

Rua de Santa Maria
elle suit le tracé du chemin qui reliait le couvent fondé par la
comtesse Mumadomma au château, Il faut la parcourir à pied pour
découvrir les maisons des 14 e et 15e s. à grilles de fer forgé et
corniches de granit ouvragées

Praça de São Tiago
bordée de maisons anciennes à encorbellement surmonté du large auvent des toits, cette petite place a
conservé un cachet médiéval.

R. Alfredo Guimarães
Museu Alberto Sampaio - le musée est installé dans les bâtiments conventuels. Le cloître roman du 13 e s.
possède d’intéressants chapiteaux historiés. Dans l’angle Est se trouve la porte de l’ancien monastère fondé
par la comtesse Mumadomma (10e s.). Dans une chapelle gothique à droite de l’entrée, beau gisant en granit
de Dona Constança de Noronha. épouse de D. Afonso, premier duc de Bragance.
Remarquer dans le cloître une curieuse statue (14e s.) de Ste Marguerite, d’exécution française. Les salles
attenantes au cloître abritent des peintures de l’école portugaise, en particulier d’Antônio Vaz, artiste né à
Guimarâes, et des retables baroques. Un beau plafond à caissons (16e s.) orne la salle capitulaire. Dans les
pièces suivantes est exposée une intéressante collection de céramiques, de porcelaines et d’azulejos.
A 1er étage, on admire plusieurs statues dont celle de Notre Dame de la Pitié du 15e s. en albâtre, et un grand
retable en bois (17e s.).
Les salles suivantes sont consacrées à l’orfèvrerie.

Largo da Oliveira

Convento de Nossa Senhora da Oliveira
le couvent avait été fondé au 10e s. par la comtesse
Mumadomma. Plusieurs constructions se sont
succédées sur cet emplacement dont il ne subsiste
que la collégiale gothique qui a conservé un cloître
une salle capitulaire d’époque romane (occupés par
le musée).
Le portail principal est surmonté d’un fronton
gothique du 14e s. A l’intérieur remarquer l’autel en
argent de la chapelle du St-Sacrement. Devant la
collégiale, un édicule gothique commémore la
victoire des Portugais et des Espagnols sur les
Maures à la bataille du Salado, en 1340. La légende
raconte que lors de l’achèvement de ce porche, en
1342, le tronc d’olivier qui se trouvait devant l’église
se couvrit de feuilles : de cet épisode proviendrait le
nom de l’église.

Antigo Paços do Concelho
face à la collégiale, l’ancien hôtel de ville est un édifice
manuélin du 16e s. dont le rez-de-chaussée se compose
d’une galerie à arcades ogivales du 14 e s. A côté se
trouvent les bâtiments de la pousada d’Oliveira.

Penha
se trouve au sommet de la serra de Santa Catarina. Traverser l’esplanade de la basilique Nossa Senhora da
Penha et poursuivre jusqu'à la statue de Ste Catherine où laisser la voiture.

De là, panorama sur la serra do Marâo au Sud, sur Guimarâes et la serra do Gerês au Nord.

Roriz
Auprès d’un ancien monastère se dresse une intéressante église romane en granit du 11 e s, rappelant
extérieurement celle de Paço de Sousa. La façade, simple mais harmonieuse, est percée d’un portail aux
chapiteaux ornés de feuillages et d’animaux et aux colonnes agrémentées de coquilles en relief. Comme à Paço
de Sousa, des demi-sphères décorent les voussures du portail et la bordure de la gracieuse rosace qui le
surmonte. Deux têtes de taureaux stylisées servent de linteau. L’avant-toit est bordé d’une frise d’arcatures
lombardes. L’intérieur, sobre, à une nef, ne manque pas d’élégance.

Trofa
est un petit village où les femmes travaillent le filet et la dentelle lorsque le temps le permet, elles dressent leurs
métiers en bordure de la route et exposent leurs travaux (nappes et napperons).

Braga



Documents similaires


braga itineraire 2 t
braganca itineraire 3 t
fundao itineraire 3 t
braga itineraire 4t
braganca itineraire 1 t
coimbra itineraire 2 t


Sur le même sujet..