Le Manichéisme.pdf


Aperçu du fichier PDF le-manicheisme.pdf - page 4/20

Page 1 2 3 45620



Aperçu texte


Avec les deux jeux Oracle, avec des codes de fin de partie, vous pouviez le voir à nouveau sous
cette forme, dans un donjon inédit censé représenter la "vraie fin", avec Zelda à délivrer.
Big Bad emblématique de la série, qui ne meurt jamais vraiment (en même temps, il reste le
détenteur de la meilleure partie de la Triforce : celle du Pouvoir), pour amener un peu de variété,
il n'était quand même pas le seul adversaire ultime de Link. Mais que ce soit lui ou un autre, leur
but était généralement le même : s'emparer du monde.

De gauche à droite : Veran, cherchant à répandre les ténèbres éternelles en prenant le contrôle du
temps; Onox, voulant un peu près la même chose en déréglant les saisons à la place, et Vati, un
sorcier tant obscur que mégalomaniaque. Il suffit de les regarder pour ne pas s'y tromper. Je
m'interroge quand même sur l'utilité du casque à la Sam Fisher d'Onox.
A compter qu'ils soient également des avatars du Banni (en même temps que d'autres Big Bad
que je n'ai pas mentionné : Bellum de Phantom Hourglass, le démon de Spirit Tracks, qui
cherche-t-on à ressusciter dans A link to the past ? Ganon ! Etc.), tout comme on ne questionne
pas la nature mauvaise du Banni, on prend comme argent comptant la nature maléfique de tous
ces joyeux drilles. L'objectif est clair : les empêcher d'accomplir leurs sinistres plans. Et pour cela,
on fera toujours appel a l'Elu de la Triforce, présent dans chaque épisode : le 120% loyal-bon Link,
fort bien nommé, puisqu'il est le lien entre toutes ces aventures.