Clinique des troubles du mouvement intentionnels de la débilité motrice au trouble de l’Acquisition de la Coordination (Tac).pdf


Aperçu du fichier PDF clinique-des-troubles-du-mouvement-intentionnels-de-la-debilite-.pdf

Page 1 23415


Aperçu texte


A

près avoir fait le point sur quelques
alors sur une analogie avec la débilité mentale.
éléments de terminologie qui ne sont
Elle est définie comme « un état d’insuffisance
pas aussi négligeable qu’il pourrait
et d’imperfection des fonctions motrices,
sembler à première vue, nous présenterons
considérées dans leur adaptation aux actes
une revue des aspects épiordinaires de la vie » [29, p.
Mots clés :
démiologiques, évaluatifs et
266]. Ce syndrome associait
Trouble
psychomoteur
thérapeutiques du Trouble de
anomalies du tonus musculaire
- Diagnostic - Thérapie
l’Acquisition de la Coordinaà type de syncinésies et
- Dyspraxie de
tion qui en font un trouble psyde paratonies, maladresse,
développement - Trouble
chomoteur (1) par excellence.
exagération
des
réflexes
de l’Acquisition de la
tendineux et perturbation du
Coordination.
1. Terminologie
reflexe plantaire. La principale
La clinique des troubles des
critique est celle d’Ajuriaguerra
Key words :
mouvements
intentionnels
et Stambak [2] qui font état
s’est appuyée sur des
d’une faible corrélation entre
Psychomotor disorder
terminologies diverses au
troubles moteurs et anomalies
- Diagnosis - Therapy
cours du siècle dernier. Ces
du tonus, élément qui remet
- Unbalance of development
différences d’appellation ne
en cause la validité de l’entité
- Acquisition of Coordination
résultent pas d’un simple effet
clinique.
Disorder.
de mode mais renvoient à
des débats théoriques passionnants qui ont
A partir des années 60, le terme de dyspraxie
modifié et continuent de modifier notre façon
de développement s’impose (8, 15, 17, 21, 26,
de concevoir la pathologie psychomotrice.
27, 53, 78]. Il recouvre un ensemble de signes
Le terme de maladresse a été employé dès les
dont l’incoordination motrice, la lenteur, les
années 1900 et s’est maintenu durablement
dyspraxies gestuelles (idéomotrice, idéatoire)
[24, 25, 31, 39, 41, 44, 49, 50, 57, 66, 82, 85]
et visuo-constructive, des signes doux
malgré des critiques de deux ordres : celles
(troubles du tonus, troubles de l’équilibre,
portant sur l’absence d’un facteur général de
difficultés de perception haptique) ainsi
la motricité que suggère le terme, à partir
qu’une différence significative aux épreuves
notamment des travaux de Fleishman [30] ;
de Wechsler en défaveur du quotient
les autres sur son caractère péjoratif [41].
intellectuel de performance, sans que cela
Avec les travaux de Dupré [28, 29], l’appellation
soit pour autant systématique [51, 70]. Dérivé
de débilité motrice se généralise s’appuyant
de la neuropsychologie de l’adulte, le terme
de « dyspraxie » est cependant porteur
d’un certain nombre d’ambiguïtés lorsqu’il
(1) « Les troubles psychomoteurs sont des troubles
est appliqué à l’enfant, qui tiennent autant
neurodéveloppementaux qui affectent l’adaptation du sujet
dans sa dimension perceptivo-motrice. Leurs étiologies
à sa définition qu’à l’erreur consistant à
sont plurifactorielles et transactionnelles associant des
appliquer à l’enfant un modèle neurologique
facteurs génétiques, neurobiologiques et psychosociaux
ou neuropsychologique adulte pour analyser
qui agissent à différents niveaux de complémentarité et
les erreurs commises. Si l’on s’intéresse à
d’expression. Ils sont souvent situationnels et discrets,
entravant en priorité les mécanismes d’adaptation,
la définition, les différences de point de
constituant une source de désagrément et de souffrance
vue sont remarquables. Ainsi, Cermak [18]
pour le porteur et le milieu social. Leur analyse clinique
considère qu’il s’agit d’un trouble de la
nécessite, outre une connaissance référentielle approfondie
performance gestuelle affectant les actions
du développement normal, des investigations spécifiques
figuratives et non figuratives en l’absence
dont l’examen psychomoteur ». [3].
97

Thérapie psychomotrice -et Recherches- N° 150 - 2007