Bulletin AKOITIQUE numero 3 .pdf



Nom original: Bulletin AKOITIQUE numero 3.pdfTitre: UntitledAuteur: Jean-François ROBINET

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Swift Publisher 2 / Mac OS X 10.7.3 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 09/09/2012 à 18:37, depuis l'adresse IP 89.90.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 2105 fois.
Taille du document: 17.9 Mo (54 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


L'information entre passionnés ...
numéro 3 - Septembre 2012

AKOITIQUE3Bulletin
Pour   ce   numéro,   AKOITIQUE   a   choisi   de   vous  
faire   partager   la   plus   formidable   aventure   qui  
nous   ait   été   contée.   A   travers   l’œil   de   Peter  
W A D D I N G T O N ,   v i v e z   l ’ h i s t o i r e   d u  
développement   du   Koï   au   Japon   et   les  
premières  importaLons  faites  en  Europe.
Tout  a  commencé  lorsqu’au  mois  de  Juin  nous  
faisions  visiter  à  Peter  W.  les  premiers  bassins  
équipés   des   filtres   ERIC   ENDLESS   RIVER   en  
France   et   un   bassin   à   Koï   d’excepLon.   Autour  
d’un   BBQ   organisé   pour   l’occasion,   j’avais   pu  
poser  la  quesLon  à  Peter  pour  savoir  comment  
tout   avait   débuté.     Je   m’aXendais   à   tout   sauf   à  
parLr  dans  un  récit  de  plus  d’une  heure.  
Nous   éLons   tellement   absorbés   par   l’histoire,  
que   parmi   les   trente   personnes   présentes,  
aucune   n’a   osé   nous   déranger   sur   l’instant.  
Plus  Peter  nous  relatait  ceXe  aventure,  plus  je  
prenais   conscience   qu’il   nous   transmeXait   une  
expérience  unique.  
CeXe  discussion  est  venue  spontanément,  elle  
n’était   en   rien   préparée   et   je   n’avais   en  
conséquence   pas   de   quoi   écrire,   ni   autre  
moyen   d’enregistrement.     Ce   récit   était  
tellement   riche   en   détails,   en   dates,   en   faits,  
en   anecdotes   que   j’ai   demandé   un   peu   plus  
tard  à  Peter  s’il  pouvait  me  rappeler  quelques  
dates  pour  ne  rien  oublier.  Plus  que  cela,  Peter  
m’a   livré   l’intégralité   de   ce   récit   par   écrit   en  
plusieurs  correspondances.  

L'information entre passionnés ...
numéro 3 - Septembre 2012

Vous   allez   lire   l’histoire   vraie   de   notre   passion,   celle   des   Koï,   de   son  
commencement   et   de   son   essor.   Ce   récit   est   tellement   long   qu’il   sera  
rapporté   sur   2   numéros.   Ce   travail   n’aurait   pas   été   mis   en   valeur,   sans   le  
travail  collaboraLf  de  Suazan  et  Jesús  tous  deux  passionnés  de  Koï.  
Suazan   est   une   américaine   qui   vit   en   France  ;   elle   est   aussi   une   amie  
personnelle   de   Peter.   Si   les   écrivains   décrivent   eux-­‐mêmes   le   travail   de  
traducteur   par   «  traducLon,   trahison  »,   Suazan   a   vérifié   et   validé   tout   le  
travail   de   traducLon   d’AKOITIQUE,   vous   garanLssant   la   justesse   des   faits  
relatés  dans  ce  numéro.  
Depuis   quelques   numéros   déjà,   Jesús   nous   permet   de   valider   les   bonnes  
tournures   grammaLcales   et   orthographiques   de   nos   bulleLns.   Nous   le  
remercions   vivement,   ce   travail   ingrat   apporte   fluidité   et   plaisir   à   la   lecture  
des  bulleLns.    

Beaucoup  moins  glamour,  mais  un  

sujet  d’actualité  qui  doit  être  traité  :  
l’instabilité   internaLonale   sur   le  
plan   géopoliLque   et   économique  
bouleverse   depuis   1   an   les   acquis.  
Que   l’on   soit   d’un   côté   ou   de   l’autre  
de   la   balance   (acheteur   et/ou  
vendeur),   elle   soulève   doute   et  
incerLtude   quant   à   la   stabilité   de  
notre  pouvoir  d’achat.  
Concernant   le   taux   de   change   avec  
le   Yen,   plus   rien   ne   semble   arrêter  
sa   chute   depuis   1   an   et   ce   ne   sont   pas   les   craintes   de   cessaLon   de   paiement  
du   Japon   qui   vont   inverser   la   tendance.   Que   penser   également   des   aléas  
climaLques   qui   ont   mis   à   mal   la   producLon   céréalière   des   Etats-­‐Unis  ?  
Lorsque   le   grenier   du   monde   est   malmené,   c’est  
immédiatement   de   la   tension   sur   les   cours   des   maLères  
premières   avec   une   prévision   à   la   hausse   des   produits  

L'information entre passionnés ...
numéro 3 - Septembre 2012

céréaliers,   ainsi   que   des   produits   dérivés   tels   que   la   nourriture   de   nos   Koï,     à  
commencer  par  le  granulé  Wheat  Germ.  
Alors   que   les   prix   AKOITIQUE   sont   parmi   les   plus   serrés   (voir   BulleLn  
AKOITIQUE   n°2)  ;   augmenter   nos   prix,   c’est   tout   à   fait   possible,   mais   nous   ne  
souhaiLons   céder   à   ceXe   facilité,   pas   plus   que   d’envisager   de   réduire   la  
qualité  de  nos  arLcles  /  Koï  pour  garanLr  un  même  niveau  de  prix.  

Durant   tout   cet   été,   AKOITIQUE   a   étudié   comment   conLnuer   à   accompagner  
nos   clients   pour   vous   assurer   une   stabilité   des   prix   tout   en   maintenant   le  
niveau  de  qualité  habituel.  Ce  numéro  vous  expliquera  la  poliLque  que  nous  
allons   meXre   en   place   dès   ce   mois   de   septembre  :   une   poliLque  
d’accompagnement   que   nous   qualifions   de   gagnant   /   gagnant,   une   aktude  
qui  va  bouleverser  les  acquis,  sans  nul  doute.    
Bonne  lecture  à  tous,
AKOITIQUE Bulletin

68, Rue GRANDE
77 520 THENISY - France
+33 6 19 17 03 01
Mardi - Vendredi : Sur RDV
Samedi : 10h-18h
www.akoitique.fr & forum.akoitique.fr

Peter WADDINGTON
par AKOITIQUE
Juin 2012 - Peter WADDINGTON en dédicace
avec les clients AKOITIQUE

Peter   WADDINGTON   s’auto   décrit   comme   une  
personne  ordinaire  et  surtout  pas  comme  un  messie  
ou  autre  icône  vivante  du  Koi,  image  que  l’on  peut  lui  
prêter  parfois.  
A   la   différence   de   beaucoup   d'entre   nous,   Peter   W.  
n’a  pas  été  seulement  à  la  croisée  des  chemins  mais  il  
a   contribué   avec   d’autres   personnes,   à   ouvrir   les  
premiers   senLers,   poussé   par   la   curiosité,   par   une  
volonté  d’apprendre  toujours  et  encore  plus.  
35   ans   plus   tard,   Peter   W.   témoigne   avec   toujours  
plus   d’enthousiasme   pour   ceux   qui   souhaitent  
l’écouter,  d’autant  qu’il  ne  souhaite  rien  garder  pour  
lui   seul.   Si   certains   prêtent   à   Peter   W.   un   mauvais  
caractère,  ce  n'est  pas  à  cause  de  son  tempérament  
d’anglais  (bien  que),  mais  Peter  s’est  toujours  refusé  
à  diffuser  des  mensonges  autant  sur  la  filtraLon  que  
sur  le  Koï,  ce  qui  dérange  le  système.  
AKOITIQUE   a   la   chance   de   pouvoir   rencontrer   régulièrement   ce   grand  
homme,  nous  pouvons  donc  témoigner  de  la  générosité  dont  il  fait  preuve  en  
partageant   sa   passion.   Comme   cela   l’a   été   à   l’occasion   d’un   repas   chez   l’un  
de   nos   clients   un   dimanche   de   juin   2012,   alors   que   nous   parlions   de  
l’évoluLon   du   Koi,   Peter   est   parL   dans   la   narraLon   de   la   plus   belle   histoire  
des  Koi  qu’il  m’ait  été  donné  d’écouter.  
Peter   W.   reconnaît   que   le   Koi   lui   a   permis   de   s’ouvrir   à   une   vie   qu’il  
n’imaginait   pas,   une   vie   remplie   de   rencontre,   de   culture,   de   partage.   Il  
reconnait  très  simplement  que  la  chance  lui  a  souri,  raison  pour  laquelle,  il  
ne  souhaite  rien  garder  pour  lui  seul.

AKOITIQUE Bulletin n°3

5 sur 54

Septembre 2012

Peter WADDINGTON
par AKOITIQUE

Cet   échange   n’avait   pas   été   anLcipé,   encore   moins   préparé.   Je   suis   resté  
admiraLf  de  tant  de  précisions,  n’ayant  eu  ni  stylo,  ni  enregistreur.  Peter  W.  a  
pris   le   temps   de   retracer   cela   par   écrit.   Quand   je   vous   disais   que   cet   homme  
était  généreux,  n’est-­‐ce  pas  la  force  des  maîtres  ou  des  sages  ?
AKOITIQUE  a  en  tout  cas  beaucoup  de  plaisir  à  vous  livrer  non  seulement  une  
aventure  qui  remonte  à  1945  et  qui  puise  son  essence  au  Japon,  mais  aussi  
une  tranche  de  vie,  celle  d’un  homme  résolument  tourné  vers  sa  passion.    
Pour   permeXre   à   tous   de   s’y   retrouver,   je   vous   ai   apporté   autant   que  
nécessaire  des  annotaLons  en  bas  de  page.

Jean-­‐François  ROBINET
AKOITIQUE Bulletin

AKOITIQUE Bulletin n°3

Septembre 2012

1ère  ParLe
Quand tout à commencé

" In order to try and understand
where the hobby of keeping Koi
is right now, it's first best to
understand how it all came
about. "
Peter Waddington

Pour   toute   personne   éclairée   qui   cherche   à   aller   plus   en   avant   afin   de  
comprendre   le   Koï,   la   première   chose   à   faire   est   de   comprendre   comment  
tout   cela   a   commencé,   comprendre   en   quelque   sorte   l’origine   de   notre  
passion.  
Les   choses   sérieuses   ont   commencé   après   la   Seconde   Guerre   mondiale,  
quand   les   fermiers   producteurs   de   riz   se   sont   mis   à   élever   des   carpes   pour  
leur   consommaLon.   Nous   le   verrons   peu   après   mais   c'était   pour   eux   une  
façon   d'améliorer   leur   revenu  ;   pour   leur   propre   plaisir,   ils   ont   pu   produire  
des   carpes   de   couleur,   qui   furent   aussi   vues   à   d’autres   endroits   avant   la  
guerre.    
Tout  cela  se  passait  dans  la  région  du  Yamakoshi  (1),  zone  connue  de  tous  les  
passionnés.   À   ceXe   époque,   il   ne   s'agissait   pas   de   Lrer   de   l'argent   de   cet  
élevage,  il  ne  s'agissait  que  d'un  passe-­‐  temps.
De  même,  le  transport  des  poissons  vivants  présentait  de  réelles  difficultés  ;  
en   effet   le   seul   moyen   de   les   transporter   à   travers   les   montagnes   était   de   les  
envelopper  dans  un  Lssu  humide.  A  ceXe  époque,  la  taille  d’un  Jumbo  Koi  ne  
dépassait   pas   les   30   cm.   Mais   le   plus   difficile   pour   eux   étaient   de   luXer  
contre  les  températures  hivernales  qui  ne  permeXaient  pas  de  maintenir  leur  
poisson  de  couleur  (Koï)  en  vie.  

(1)  Par(e  du  Japon  qui  se  trouve  dans  la  préfecture  de  Niigata.  Nord/Ouest  du  Japon.

AKOITIQUE Bulletin n°3

7 sur 54

Septembre 2012

Quand tout à commencé

Un besoin vital

La  producLon  de  Magoi  pour  la  nourriture  était  plus  facile,  car  ceXe  variété  
de  carpe  était  plus  résistante  et  ne  nécessitait  pour  la  reproducLon  que  peu  
de   moyen  (une   femelle   et   deux   mâles   pour   les   pontes   du   printemps).   La  
plupart   étaient   maintenus   dans   de   peLtes   cuves   en   béton,   recouvertes   de  
bois   et   de   paille.   En   hiver,   la   neige   recouvrait   le   tout   et   faisait   office   de  
couche  supplémentaire  d’isolaLon.  
Ceux   qui   réussissaient   à   garder   en   vie   des     carpes   domesLques   colorées  
durant  les  mois  d’hiver,  étaient  ceux  qui  avaient  pu  creuser  un  trou  dans  la  
terre  baXue  à  l’intérieur  de  leur  maison  et  qui  avaient  laissé  couler  un  peu  
d’eau   du   puits   en   permanence.   L’oxygénaLon   de   l’eau   était   faite   par   simple  
échange   d’air   entre   la   zone   de   contact   avec   la   surface   de   l’eau   et   l’air  
ambiant,   amplifiée   par   les   mouvements   d’eau   générés   par   les   casseroles   que  
les   habitants   remplissaient   tout   au   long   de   la   journée   pour   leurs   besoins  
vitaux.  
Ce  passe-temps  a  conLnué  ainsi  jusqu’au  début  des  années  1950.  De  plus  en  
plus  de  producteurs  de  riz  se  sont  mis  à  produire  des  Magoi  pour  leur  besoin  
de  nourriture.  Ils  faisaient  éclore  les  œufs  au  printemps  et  les  conservaient  
dans   des   réservoirs   profonds,   stockés   au-­‐dessus   des   rizières.   Avec   les  
températures  esLvales,  leur  Magoi  ont  ainsi  pu  gagner  7  à  8  cm.  Les  poissons  
étaient  récupérés  en  Octobre,  préparés  et  conservés  dans  du  sel,  pour  être  
consommés  durant  tout  l’hiver.  

" This pastime continued
throughout the 1950's when
many other rice cum vegetable
farmers also took up producing
Magoi for food purposes."
Peter Waddington

AKOITIQUE Bulletin n°3

8 sur 54

Septembre 2012

Quand tout à commencé

Organisa-on  de  la  filière  rizicole

Dans   le   même   temps,   les   producteurs   de   riz   ont   augmenté   en   nombre   et  
proporLonnellement   la   demande   en   géniteurs   de   Magoi   aussi.   C ’est   de   ceXe  
façon  que  des  personnes,  comme  Izumiya,  sont  devenus  des  agents  (2).  
À   la   fin   de   l'année   1950,   le   nombre   de   carpes   produit   dans   la   région   était  
dépassait  ce  qui    pouvait  être  consommé  par  la  populaLon  locale  ;  le  surplus  
de   la   producLon   était   vendu   à   d'autres,   notamment   dans   les   grandes   villes  
comme  Tokyo,  Osaka,  Kyoto,  Nagoya  et  Hiroshima,  etc.  Le  condiLonnement  
des   carpes   dans   le   sel   rendait   la   chose   très   simple,   leur   acheminement   par  
chemin  de  fer  vers  les  principaux  marchés  de  gros  des  villes  ne  posait  aucun  
problème.
Ces   mêmes   poissonniers   des   grandes   villes   ont   pensé   qu’il   était   tout   à   fait  
possible  pour  eux  d'acheter  ces  carpes  directement  aux  agriculteurs  et  d’en  
Lrer   un   meilleur   prix,   quiXe   pour   eux   à   faire   le   voyage   dans   ceXe   parLe   si  
reculée   du   Japon   dont   on   disait   alors   que   les   dieux   eux-­‐mêmes   en   avaient  
oublié  l’existence.
Une  chose  est  certaine,  acheter  directement  aux  éleveurs  était  relaLvement  
facile.     Faire   la   démarche   inverse   en   empruntant   des   senLers   boueux   et  
hasardeux  en  était  une  autre.  Le  premier  bâLment  de  vente  aux  enchères  vit  
le   jour   en   1963   près   de   Ojiya,   il   était   nommé   Miyakoya   et   durant   deux  
années,  ce  bâLment  a  servi  à  la  vente  aux  enchères  des  Magoi.        
Alors   qu’en   automne,   les   acheteurs   se   rendaient   sur   place   pour   passer  
commande   de   leurs   carpes   salées,   ils   observaient   également   ces   carpes  
colorées  gardées  comme  simple  animal  domesLque.  Dans  le  même  temps,  le  
nombre   d’agriculteurs   qui   possédait   ces   carpes   augmentait.   Les   premières  
ventes   faites   entre   agriculteurs   ont   commencé,   à   des   prix   (dit-­‐on)   au-­‐delà   de  
toute  espérance.  
Rappelez-­‐vous   que   grâce   à   la   vente   d’agrément   de   leurs   carpes   salées,   ces  
éleveurs   qui,   rappelons-­‐le   encore   n'étaient   que   des   producteurs   de   riz,  
disposaient  d’une  trésorerie  d’épargne.  

(2)  Un  agent  est  un  professionnel  meAant  en  rela(on  producteur  et  acheteur.  Encore  de  nos  jours,  l’importa(on  des  Koï  à  travers  
le  monde  n’est  possible  qu’en  passant  par  un  agent  japonais,  il  a  en  charge  entre  autres  points  le  suivi  commercial  et  s’occupe  
des  formalités  administra(ves  et  douanières.  

AKOITIQUE Bulletin n°3

9 sur 54

Septembre 2012

Quand tout à commencé

Organisa-on  de  la  filière  rizicole

" It was the invention of the first plastic bag in 1962
with the addition of liquid oxygen that allowed for
safe transportation and that's when the hobby
really started "
Peter Waddington
S’il  n’y  avait  pas  eu  ces  poissonniers  des  grandes  villes  pour  se  pencher,  en  
plus  de  la  carpe  salée,  sur  celle  colorée  pour  la  vendre  dans  les  animaleries  
domesLques   en   ville,   il   est   certainement   probable   que   les   fermiers   du  
Yamakochi   n'auraient   pas   poursuivi   l'élevage   des   carpes   colorées,   au   moins  
sur  la  décennie  suivante.
Quand  ceXe  carpe  colorée  est  devenue  disponible  à  l’achat,  le  grand  public  
n’y  connaissait  rien.  Elle  était  appréciée  pour  son  éventail  de  couleurs  et  était  
vendue  à  la  taille.  Finalement  les  choses  étaient  simples  :  plus  la  taille  était  
grande,  plus  élevé  était  son  prix.  
Beaucoup  essayaient  de  les  garder   dans   des   aquariums   en   intérieur,   d’autres  
en  extérieur  avec  des  poissons  rouges  dans  leur  jardin.  Ce  n’est  qu’en  1962,  
lors   de   l’invenLon   du   sac   plasLque   (avec   un   ajout   d’oxygène   à   l’aide   de  
bouteille)  que  l'on  a  pu  transporter  ces  poissons  en  sécurité.  C ’est  à  parLr  de  
ce  moment  précis  que  notre  hobby  (ou  passion)  a  pu  commencer.

AKOITIQUE Bulletin n°3

10 sur 54

Septembre 2012

Quand tout à commencé

Origine  de  la  carpe  colorée
J’ai   complètement   oublié   de   préciser   comment   d’une  
Magoi,   on   a   pu   obtenir   les   premières   déclinaisons   de  
couleurs.   C’est   bien   finalement   ce   que   tout   un   chacun  
souhaite  savoir.  
A  travers  le  nom  laLn  Cyprinus  Carpio,  il  existe  de  très  
nombreuses   souches   et   je   ne   fais   pas   allusion   à   la  
souche  créée  par  la  main  de  l’homme  comme  la  carpe  
cuir.  La  carpe  n’est  pas  une  race  indigène  au  Japon,  elle  
a  été  importée.  
Finalement,  les  agriculteurs  se  sont  mis  à  essayer  de  les  
reproduire   pour   en   disposer   en   nombre   et   les  
consommer  à  un  moment  de  l’année  où  les  hauteurs  de  
neige  aXeignant  10m  ne  sont  pas  rares  et  interdisaient  
toute  autre  forme  d’alimentaLon.  Les  condiLons  étaient  
si   dures,   que   durant   ces   longues   journées   d’hiver,   les  
fermiers   passaient   leur   temps   à   pelleter   le   toit   de   leur  
maison   afin   que   le   poids   du   manteau   neigeux   ne   les  
fasse  pas  s'effondrer.    
On   dit   que   deux   souches   principales   et   naturelles   de  
MAGOI  ont  été  fournies  pour  la  reproducLon,  même  si  
elles   l’ont   été   après   les   premières   gammes   de   couleur.  
Ces   souches   ont   été   idenLfiées   correctement   par   des  
officiers   de   pêche,   elles   ont   eu   pour   nom   «  ASAGI  
MAGOI  »   et   «  TETSU   MAGOI  ».   L'apparence   des   deux  
souches   était   idenLque,   mais   il   y   avait   des   variaLons   de  
couleur,  le  MAGOI  Asagi  avait  un  aspect  gris,  tandis  que  
le  MAGOI  Tetsu  était  brunâtre-­‐noir.
Les   éleveurs   ne   se   souciaient   pas   des   couleurs,   les  
carpes   n’étaient   reproduites   que   pour   être  
consommées,   ainsi   les   deux   souches   ont   été   à   plusieurs  
reprises   mélangées   durant   des   pontes.   Une   autre  
souche  de  Magoi  a  été  ainsi  créée,  purement  par  le  fruit  
du   hasard.   C’est   de   ceXe   souche   «  humaine  »   de   la  
Magoi   qu’est   apparue   de   façon   aléatoire   une   carpe  
blanche  ou  rouge.  

AKOITIQUE Bulletin n°3

11 sur 54

Septembre 2012

Les associations partenaires d'AKOITIQUE

Soutenez-les

Quand tout à commencé

Produc-on  de  la  carpe  
domes-que

Avant   l’appariLon   du   sac   plasLque   en   1962,   il   existait   déjà   des   producLons  
de   carpes   colorées,   mais   elles   ne   l’étaient   qu'en   très   peLtes   quanLtés,   par  
des   éleveurs,     dans   des   régions   plus   chaudes   du   Japon  comme  :   Shizuoka,  
Hamamatsu,   Yamanashi,   Saitama,   Nagoya,   Hiroshima   et   même   Kyushu.  
C’était  déjà  une  peLte  compéLLon  entre  eux  car  les  producteurs  de  Niigata  
devaient  vendre  tout  leur  stock  avant  la  fermeture  des  routes  durant  les  mois  
d’hiver.  
Ces  peLts  éleveurs  des  régions  plus  chaudes  se  rendaient  même  en  automne  
dans   la   région   de   Niigata   pour   acheter   tout   le   stock   disponible   de   carpes  
colorées   à   l’occasion   d’une   grande   vente   aux   enchères.   De   ceXe   façon,   le  
mainLen   des   carpes   colorées   durant   les   mois   d’hiver   ne   posait   pas   de  
problème  ;  ce  fut  ainsi  jusqu’au  milieu  des  années  1960.
Ce  fut  le  début  d’un  nouvel  essor   pour   la   filière,   puisque   ces   carpes   colorées  
ne   coûtaient   pas   plus   cher   à   produire   que   les   carpes   salées   pour   la  
consommaLon,   vendues   à   bas   prix   aux   revendeurs   de   carpes   colorées   qui  
eux  mêmes  les  revendaient  jusqu’à  dix  fois  leur  coût  d’achat,  leur  aXribuant  
une  nouvelle  valeur.
Ces   revendeurs   d’animaux   domesLques   se   rendaient   maintenant   en   taxi   et  
voyageaient   entre   Nagoaka   et   Ojiya   équipés   de   boXes   blanches.   En   toute  
occasion,   les   bars   accueillaient   ces   voyageurs   fortunés   et   ouvraient   jusqu’à  
pas   d’heure   dans   la   nuit,   tant   que   ces   derniers   pouvaient   y   dépenser   leur  
argent.  
On  dit  que  la  première  année  où  le  public  japonais  dans  son  ensemble  a  vu  la  
première   carpe   de   couleur   (elle   n'avait   encore   pas   de   nom   officiel)   c'était   en  
1964   à   l’occasion   des   Jeux   Olympiques   de   Tokyo   où   elles   ont   été   mises   en  
scène.   Peu   de   temps   après   l'événement,   la   demande   fut   supérieure   à   l'offre,  
et  ce  à  plusieurs  reprises  au  cours  de  ceXe  année  !
J'ai  souvent  entendu  dire  au  Japon  que  les  poissons  rouges  étaient  réservés  
aux  garçons  tandis  que  les  Koï  l’étaient  aux  adultes.  En  1965,  des  personnes  
très   riches   dans   tout   le   Japon   ont   fait   appel   à   des   paysagistes   afin   de   leur  
construire  un  jardin  centré  autour  d'un  grand  étang  pour  y  recevoir  de  belles  
carpes  de  couleur  :  disposer  d’un  étang  était  devenu  un  nouveau  symbole  de  
statut  social.

AKOITIQUE Bulletin n°3

13 sur 54

Septembre 2012

Quand tout à commencé

Professionnalisa-on  de  la  filière

Toutes   ces   nouvelles   sont   remontées   jusqu’aux   éleveurs   et   producteurs,   ils  
ont   immédiatement   augmenté   leur   producLon   à   minima   de   dix   fois.   On  
n'accordait   pas   encore   d’importance   à   la   proporLon   des   couleurs,   ni   à  
l’équilibre   des   moLfs  ;   d’ailleurs   personne   ne   s’en   souciait,   sauf   quelques   uns  
qui   connaissaient   les   noms   des   tâches   et   le   nom   des   carpes   produites.   A  
ceXe   période,   beaucoup   de   carpes   introduites   dans   les   étangs   mourraient   et  
étaient  tout  simplement  remplacées.  
Bien   sûr   cela   ne   pouvait   pas   durer   ainsi   indéfiniment.   A   la   fin   des   années   64,  
il  y  avait  de  plus  en  plus  d’amateurs  de  Koï  au  Japon  qui  étaient  déterminés  à  
apprendre  toujours  plus,  et  notamment  à  appréhender  comment  les  garder  
dans  de  bonnes  condiLons  sanitaires.  A  ce  moment-­‐là,  ni  les  grossistes,  ni  les  
producteurs   n’avaient   ceXe   connaissance   et   ne   pouvaient   donc   la   partager.  
Ils  ne  savaient  que  les  meXre  dans  un  étang  de  boue  en  période  esLvale.    
Ce  nouvel  engouement  a  eu  pour  conséquence  de  voir  naître  à  travers  tout  
le   Japon   des   Clubs   pour   discuter   des   méthodes   de   maintenance   comme   la  
concepLon  de  bassins,  la  filtraLon,  les  exigences  de  température  et  sur  quels  
critères  il  fallait  les  acheter.
La   seule   producLon   de   carpe   sur   le   critère   de   leur   coloraLon   commença   à  
cesser  à  la  fin  de  l’année  1967  avec  l’appariLon  de  nouvelles  règles  précises  
dictées   par   l’influence   des   Clubs   et   de   leurs   membres   les   plus   influents,  
règles  qui  ont  été  définies  pour  réglementer  le  déroulement  des  premiers  Koi  
Show.  
Les  voici  (rappelons  quelles  ont  été  adoptées  tant  par  les  grossistes  que  par  
les  éleveurs)  :  
• La   producLon   doit   répondre   au   critère   de   90%   de   Koï  
femelles  et  de  10%  de  mâles
• On  n'accepte  plus  un  Koï  avec  la  moindre  déformaLon
• Kohaku,   Sanke   et   Showa   sont   beaucoup   plus   souhaitables  
que  toutes  les  autres  variétés
• Toutes   les   autres   variétés   produites   sont   beaucoup   moins  
chères  à  la  vente

AKOITIQUE Bulletin n°3

14 sur 54

Septembre 2012

Quand tout à commencé

Professionnalisa-on  de  la  filière

Autant   dire   que   ces   nouvelles   aXentes   ont   frappé   les   éleveurs   comme   une  
réelle   menace.   Concrètement,   la   conduite   à   suivre   était   contraignante,   cela  
signifiait   tout   simplement   qu’un   producteur   ne   pouvait   plus   que   vendre  
désormais  que  5%  de  sa  producLon  annuelle  et  détruire  le  reste.
Comme   toute   nouvelle   règle,   il   y   a   ceux   qui   l’ont  
acceptée   et   les   autres.   Seuls   ceux   qui   ont   appliqué   ces  
nouvelles   règles   sont   encore   présents   aujourd’hui   dans  
le   paysage   du   Koï.   Le   plus   formidable   c'est   que   les  
éleveurs   ont   compris   rapidement   leur   intérêt   et   que  
d’eux-­‐mêmes,   ils   ont   été   plus   loin   en   ajoutant   de  
nouvelles  règles.  
Ainsi  les  éleveurs  étaient  à  l’origine  contre  l’usage  abusif  
du  vocabulaire  Tategoi  et  Tateshita.  D'autre  part,  ils  ont  
défini   les   méthodes   pour   construire   les   Green   House  
(étang   intérieur)  ;   la   filtraLon   et   les   techniques   de  
chauffage  ont  aussi  évolué  à  ceXe  période.
CeXe   méthode   a   été   payante,   il   a   été   constaté   que   le  
prix  payé  pour  un  Koï  de  haute  qualité  était  toujours  plus  
élevé,   que   ce   Koï   trouvait   toujours   un   acquéreur.   Les  
premières   craintes   ont   vite   été   balayées   sur   simple  
constat  de  la  réussite  de  la  démarche.  Mieux  encore,  ce  
travail  qualitaLf  a  permis  aux  éleveurs  de  faire  vivre  leur  
famille  ce  qui  n’était  pas  le  cas  jusqu’à  présent.  
Le  premier  KOI  Show  «  All-­‐Japan»  a  été  organisé  en  1968  
par  le  nouveau  Club  "Shin-­‐Ko-­‐Kai»  dont  l’adhésion  n’était  
possible  qu’aux  personnes  impliquées  dans  la  producLon  
et  la  vente  de  Nishikigoi  (Koï).

L’acheteur  était  
aussi  concerné  car  
les  5%  vendus  
devaient  être  
vendus  20  fois  plus  
cher  pour  réaliser  le  
même  chiffre  
d’affaire.  
Si  cela  parait  
excessif  pour  le  
néophyte,  la  vertu  
de  ceXe  démarche  
s’est  avérée  réelle,  
elle  a  liXéralement  
contraint  les  
producteurs  à  
s’invesLr  
pleinement  pour  
produire  de  la  
qualité  et  non  plus  
du  volume.  

Peu  de  temps  après,  il  a  été  créé  le  "Zen  Nippon  Airinkai  '(ZNA).  A  l’opposé  
de   son   aîné,   seuls   les   amateurs   de   Koi   pouvaient   en   devenir   membre.  
Toutefois,  le  droit  d’entrée  étant  très  élevé,  seuls  les  membres  les  plus  aisés  
pouvaient  y  entrer.    

AKOITIQUE Bulletin n°3

15 sur 54

Septembre 2012

Depuis 2005 - Nous imprimons une dynamique pour aller toujours de l'avant.










1er Participation Française sur un championnat d'Europe, Allemagne 2005
1er Titre Français, Allemagne 2005
1er Participation d’un professionnel français, Allemagne 2006
1er Titre professionnel français, Allemagne 2006
1er Titre Français « Young Later Champion » – Allemagne 2007
1er Titre Français « Baby Champion » - Belgique 2007
1er Titre Français « Best in Variety » - Belgique 2007
1er Titre Français « Best in Size II » - Belgique 2007
1er Titre Français « Young Champion », Hollande 2011

C'est aussi plus de 69 Titres de Premier et Second Prix acquis en Championnat
d'Europe.

Un grand Merci à tous nos clients
qui soutiennent notre démarche.

2nd  ParLe
Début des importations en UK

Depuis  le  milieu  des  années  1960  jusqu'à  la  fin  des  années  1970,  les  éleveurs  
ont  desLné  toute  leur  producLon  au  marché  domesLque  intérieur,  japonais  
donc.  
Si  la  pensée  leur  traversait  l’esprit  qu’un  jour  on  pourrait  exporter  par  voie  
aérienne   un   Koi   à   desLnaLon   d’un   autre   pays,   la   soluLon   technique   serait  
apparu  comme  étant  impossibilité  à  réaliser.
Aussi   étonnant   que   cela   puisse   paraître,   à   un   niveau   modeste,   les   premières  
expédiLons   de   Koï   achetés   au   Japon   à   desLnaLon   du   Royaume-­‐Uni   ont   eu  
lieu   en   1966.   Elles   l’ont   été   par   Monsieur   Gooding   puis   par   un   employé  
d'une  société  basée  à  Londres,  l’entreprise  GH  Richard  &  Société.
Ce  fut  la  toute  première  expédiLon  commerciale  de  Koï  faite  pour  un  marché  
extérieur.   Il   n'y   avait   qu'une   seule   société   japonaise   qui   pouvait  
entreprendre   ceXe   tâche  :   la   compagnie   «  Kamihata   Fish   Industries  
Ltd  »   (1).   Elle   a   été   le   principal   importateur   de   poissons   d’ornement  
(poissons   tropicaux,   poissons   marins)   au   Japon   et   je   crois   que   c'est   encore  
vrai  aujourd'hui.  
CeXe   compagnie   a   été   fondée   à   Himeji   où   se   trouve   également   une   autre  
entreprise,  Kyorin,  qui  fabrique  la  gamme  d'aliments  Hikari,  bien  connue  de  
l’amateur  averL.  Le  siège  social  de  ceXe  compagnie  a  été  fondé  à  Chiba  au  
plus  proche  de  l’aéroport  de  Narita  à  Tokyo,  très  certainement  dans  le  but  de  
raccourcir   les   délais   d’acheminement   et   de   recevoir   dans   les   meilleures  
condiLons  sanitaires  possibles  les  poissons.
De   fait,   Monsieur   Kamihata   avait   trouvé   depuis   longtemps   comment  
expédier   de   façon   sécurisée   de   peLts   poissons   vers   d'autres   pays,   alors  
pourquoi  ne  pourrait-­‐il  pas  exporter  des  Koi  de  ceXe  même  façon  ?  
Je   ne   connais   pas   les   détails   de   l'expédiLon   de   1966   à   Londres,   mais   la  
personne   qui   était   responsable   de   l'emballage   de   ceXe   expédiLon   était   le  
chef   de   bureau   de   Kamihata   à   Chiba  ;   il   s’appellait   Takanashi   Naoji   et  
s’exprimait  dans  un  anglais  parfait.

(1)   L’entreprise   existe   toujours,   elle   est   la   holding   d’un   groupe   puissant   et   reconnu,   prospère   dans   le   domaine   d’ac(vité   des  
poissons  d’ornement.  Vous  pourrez  trouver  l’historique  de  ceAe  entreprise  en  lisant  le  lien  suivant  :    hAp://www.kamihata.com/
en/egroup/history.html  

AKOITIQUE Bulletin n°3

17 sur 54

Septembre 2012

2nd  ParLe
Début des importations en UK

De  mémoire,  les  premières  «  vraies  »  importaLons  de  Koï  au  le  Royaume-­‐Uni  
l’ont   été   pour   M.   Colin   ROE,   alors   propriétaire   de   «  Shirley   AquaLcs  »   à  
Birmingham.  Puis  par  Monsieur  Malcolm  propriétaire  de  «  Hardy  Pepinieres  
AquaLques  »  à  Londres.  Ces  deux  sociétés  contrôlaient  alors  le  marché  très  
confidenLel  des  Koï  du  Royaume-­‐Uni  jusqu'au  début  des  années  1970.  
C’est   en   1970   que   la   «  BriLsh   Koi-­‐Keepers   Society  »   (BKKS)   est   née   avec  
moins  de  dix  adhérents  en  tout.

AKOITIQUE Bulletin n°3

Septembre 2012

Début des importations

Ma  découverte  du  bassin

J'ai  vu  mon  premier  Koï  au  printemps  1972  et  je  suis  devenu  le  membre  61  
du   BKKS   à   l’automne   de   ceXe   même   année.   A   ses   débuts,   ce   n’était   pas  
encore  un  passe-­‐temps  populaire,  en  fait,  cela  tenait  plus  d’une  associaLon  
d’iniLés,  presque  confidenLel.  
Je  n'avais  aucune  expérience  du  mainLen  des  Koï  dans  de  bonnes  condiLons,  
ni   le   désir   de   m’inscrire   dans   ceXe   démarche.   Je   dois   reconnaître   que   mon  
unique  raison  de  posséder  un  grand  étang  n’était  moLvée  que  par  le  besoin  
de   réduire   l’emprise   de   mon   jardin   à   l'arrière   de   la   maison   et   les   heures  
consacrées  à  la  tonte  de  ma  pelouse  !
Je  voulais  juste  un  plan  d'eau  agréable  avec  une  fontaine,  une  peLte  cascade,  
des   plantes  ;   il   m’a   même   traversé   l’esprit   d’y   ajouter   quelques   poissons  
rouges  quand  je  creusais  mon  bassin.
Avant  que  je  ne  commence  mon  étang,  j’avais  pris  conseil  auprès  d’experts,  
comme   le   centre   de   «  Stapeley   Water   Gardens  »   près   de   Nantwich,   dans   le  
Cheshire.   L’un   des   centres   spécialisés   dans   le   domaine   pour   le   Royaume-­‐
Unis.  
 Je  crois  avoir  payé  £  500.00  pour  un  pack  complet,  le  plus  grand  qui  se  faisait  
à  l’époque.    Une  fois  mon  excavaLon  faite,  j'ai  été  chercher  mon  liner  et  les  
paniers  de  plantaLon.  
J’ai   suivi   précisément   les   instrucLons   indiquées   et   j'ai   enchaîné   les   étapes  
indiquées.  J’ai  rempli  mon  étang  et  j'ai  pu  aménager  mes  berges  sans  oublier  
la  pompe  «  sacrée  »  qui  devait  amener  la  vie.  Pour  la  dernière  étape,  j’ai  suivi  
l’instrucLon  «MeXre  les  poissons».  J’avais  trois  poissons  rouges,  deux  ides  et  
une  carpe  commune  pour  laquelle  on  me  rapportait  qu’elle  était  le  neXoyeur  
du   bassin   qui   allait   me   permeXre   de   conserver   l’étang   propre   comme   au  
premier   jour.   Vous   l’aurez   compris,   je   buvais   ces   instrucLons   et  
commentaires  comme  des  paroles  d’évangile.  
Hélas,  les  choses  n'allaient  pas  se  dérouler  aussi  bien  que  cela.  Quand  mon  
dernier   poisson   rouge   s’est   retrouvé   à   floXer   à   la   surface,   j'ai   pris   conscience  
que   quelque   chose   de   grave   se   passait.   Je   suis   alors   retourné   à   «  Stapeley  
Water  Gardens  »  pour  recevoir  plus  de  conseils.

AKOITIQUE Bulletin n°3

19 sur 54

Septembre 2012

Début des importations

Ma  découverte  du  bassin

Comme  j'aXendais  mon  tour,  j'observai  une  foule  agitée  qui  était  rassemblée  
autour  du  vendeur.  Il  y  avait  un  grand  panneau  au-­‐dessus  duquel  on  pouvait  
lire  «  £150  chacun  ».  
Je  me  suis  finalement  faufilé  à  travers  la  foule  pour  voir  ce  qu'il  y  avait  de  si  
fascinant.   CeXe   agitaLon   était   provoquée   par   la   présence   de   poissons  
gigantesques  :   certains   devaient   mesurer   près   de   9   "   de   long   (+/-­‐   22   cm).   J'ai  
raconté  ceXe  histoire  à  plusieurs  reprises,  mais  je  le  redis  encore  une  fois  car  
cela  fait  parLe  de  l’histoire.
Je  suis  allé  voir  un  vendeur  et  lui  ai  demandé  le  prix  pour  acheter  une  demi-­‐
douzaine   de   ces   sujets,   pour   moi   tous   semblables   à   des   poissons   rouges.   Il  
me  répondit  :  -­‐  «  ils  sont  à  £  150.00  chacun».
Interloqué,  j’ai  supposé  que  ce  vendeur  avait  eu  une  mauvaise  journée,  je  me  
suis  adressé  au  responsable  :  «  Votre  gars  a  un  sens  de  l'humour  parLculier,  il  
me   dit   que   ces   poissons   sont   à   vendre   £   150,00   chacun».   Le   responsable  
appelle   alors   son   vendeur   qui   me   répète   -­‐   «   Je   vous   l'ai   déjà   dit,   les   prix  
commencent  seulement  à  £  150.00,  vous  ne  m'avez  pas  écouté  !  ».      
A  Ltre  comparaLf,  £  150,00  représentait  pour  moi  une  semaine  de  vacances  
en   Espagne   avec   ma   femme   et   mes   deux   enfants   !   Je   suis   retourné   à   mon  
étang  et  je  le  contemplai,    en  essayant  de  comprendre.  
Ces  poissons  étaient  si  différents  de  tous  ceux  que  j’avais  vu  auparavant.  Je  
me  suis  alors  dit  que  je  devais  en  avoir  un.  J'y  suis  retourné  et  j'ai  demandé  
lesquels  étaient  à    £  150,00.  Le  patron  m’en  a  indiqué  les  deux  ou  trois  gris  ,  
ceux  que  je  préférais,  en  me  précisant  que  les  «  rouges  set  blancs  »  étaient  
beaucoup  plus  chers.  
Je  n'étais  pas  du  tout  intéressé  par  ces  poissons  bicolores,  que  je  comparais  à  
mes  poissons  tout  rouges.  J’ai  fait  une  réservaLon  pour  l’un  des  poissons  gris  
avec   un   dépôt   de   £   20,00   et   pris   RDV   après   mes   congés   pour   le   récupérer   et  
payer  le  solde.
Avant   mon   départ   je   lui   ai   demandé   le   nom   de   la   carpe.   Il   m’a   répondu  
«  C'est   ce   que   l'on   appelle   une   ASSAGAIE   (1),   monsieur  ».   De   retour   à   ma  
voiture,  j’ai  écrit  ce  nom  sur  un  papier.  
(1)  ASSAGAIE,  nom  noté  par  Peter  WADDIGTON  quand  le  vendeur  lui  a  communiqué  le  nom  de  la  carpe.

AKOITIQUE Bulletin n°3

20 sur 54

Septembre 2012

Début des importations

Ma  découverte  du  bassin

Je  n’ai  jamais  dit  à  ma  femme  (non  plus)  que  quelques  jours  plus  tôt  j’avais  
déboursé   £   32,00   pour   mon   bien   le   plus   précieux,   l’achat   d’un   ouvrage   en  
couleur  KOI  DU  MONDE,  écrit  par  Herbert  R.  Axelrod.
J'avais  dû  le  commander  et  j'avais  aXendu  des  semaines  pour  le  recevoir  car  
il   n'y   avait   pas   assez   de   stock   dans   les   magasins   pour   ce   type   d’ouvrage   au  
prix   de   £   32.50   !   Aussitôt   reçu,   je   me   suis   mis   à   feuilleter   les   pages   et   j'ai  
trouvé   plusieurs   autres   ASSAGAIE   mais   aucun   n'était   aussi   beau   que   le   mien.  
J’ai   alors   considéré   le   mien   comme   un   invesLssement   pour   l'avenir  ;   et  
j’imaginais  que  je  pourrais  le  revendre  le  double  de  mon  prix  d’achat  quand  il  
aurait  grandi.
Je   me   souviens   avoir   libéré   mon   ASSAGAIE   dans   mon   étang   et   le   regarder  
disparaître   dans   l'eau   couleur   verte   «  peLts   pois  ».   Le   patron   du   magasin  
m’indiqua  alors  qu’il  devait  encore  évoluer.
Plus   d'une   fois,   je   me   surprenais   à   ramper   jusqu'à   l'étang,   pour   y   jeter  
quelques   granulés   de   nourriture   et   je   prenais   plaisir   à   regarder,   mon  
ASSAGAIE   qui   allait   et   repartait   aussi   vite   qu'un   éclair.   Il   était   souvent   le  
premier  à  monter  à  la  surface  :    au  moins  je  savais  qu'il  était  vivant.
En   automne,   il   y   avait   une   exposiLon   sur   les   énormes   poissons,   cela   se  
déroulait   à   «  BELLE   VUE  »   (2)   à   Manchester   dans   une   salle   réservée  
habituellement   au   concert   de   Rock.     J’y   suis   allé   par   curiosité   en   espérant  
voir   toute   sorte   de   Koï   là-­‐bas  ;   après   avoir   arpenté   toutes   les   allées   de  
l’exposiLon  à  voir  des  aquariums  tropicaux  et  marins,  j’étais  sur  le  point  de  
parLr   quand   j’ai   vu   le   stand   de   l’associaLon   The   BriLsh   Koi   Keepers   Society  
(BKKS).

(2)  Parc  d’aArac(on  &  lieu  d’exposi(on/concert
(Photo)  KOI  Show  Japon  2012

AKOITIQUE Bulletin n°3

21 sur 54

Septembre 2012

Début des importations

Ma  découverte  du  bassin

Je   m'y   suis   rendu   et   cela   a   été   un   choc   pour   moi :   j'ai   pu   y   voir   un   bassin  
joliment  aménagé  d’environ  5m  par  3m,  d'une  profondeur  d’environ  45  cm,  
dans  lequel  nageait  le  plus  grand  Koï  qu’il  m’avait  été  donné  de  voir.
Durant  tout  l’été,  j'avais  visité  de  nombreux  aquariums  et  points  de  vente.  Je  
n’y  avais  trouvé  que    quelques  poissons  de  25  cm  de  long  tout  au  plus.  Ici  
devant   moi   certains   d'entre     eux   mesuraient   près   de   35cm   de   long   et  
devaient  coûter  une  fortune.
Je  dois  vous  préciser  qu'à  l'époque,  j'étais  le  responsable  d’un  magasin  très  
branché   et   le   plus   achalandé   du   nord   de   l'Angleterre,   j'avais   les   cheveux  
longs,   un   jeans   évasé,   une   paire   de   Kickers   rouge   et   un   tee-­‐shirt   des   Poco  
(4).  Dis  autrement,  je  ressemblais  à  tout  sauf  à  un  passionné  de  KOI.  
Alors  que  je  regardais  cet  bassin  d’exposiLon,  j’ai  entendu  derrière  moi,  dans  
un   accent   londonien :   «Avez-­‐vous   des  Koi  Monsieur   ?  ».   Je   me   suis   retourné  
pour   voir   un   homme   un   peu   plus   âgé   que   moi   et   d’une   classe   vesLmentaire  
impressionnante.     Je   hochai   la   tête   et   répondis   que   j'en   avais   depuis  
quelques  temps  déjà,  sachant  très  bien  qu’il  ne  me  croirait  pas.
Avec  un  demi  sourire  de  défiance,  l’homme  me  demanda  alors  quelle  était  
ma   variété   de   KOI   préférée.   Il   se   qualifiait   lui-­‐même   comme   étant   un  
«  Homme  SANKE  »  (5).  J’ai  de  suite  pensé  que  je  ferais  mieux  d'être  sincère  
avec  lui  et  de  ne  pas  entrer  dans  des  détails  techniques.
Je  répondis  que  j’aimais  aussi  les  Sanke,  mais  que  de  toutes  les  variétés,  je  
préférais  l’ASSAGAIE  et  que  j’avais  moi-­‐même  un  spécimen  parLculièrement  
remarquable.   Qu’est-­‐ce   que   je   n’avais   pas   dit   là  !   L’homme   s’écria   «   Quelle  
erreur  ! ».     Il   me   corrigea   aussitôt   en   me   disant   «  Vous   voulez   dire   ASAGI,  
car  les  A SSAGAIE  sont  des  lances,  ce  qui  n’a  rien  à  voir  ».
J’avais   tellement   honte,   que   j’aurais   voulu   m’enfouir   dans   le   sol...   J’optai  
pour   un   changement   radical   de   sujet   et   lui   demandai   «   Ces   Koï   sont  
superbes,  sont-­‐ils  à  vendre  ?  »,  il  répondit  qu’ils  l’étaient  mais  seulement  aux  
membres  de  l'associaLon.  Il  m’indiqua  son  Sanke  le  plus  cher,  ainsi  que  des  
spécimens   exposés   à   £35.   A   ma   demande,   il   m’en   indiqua   un   autre   moins  
cher   et   me   précisa   au   passage   que   l’adhésion   annuelle   à   l’associaLon   était  
de  £3.
(4)  Groupe  de  rock  américain  formé  en  1968
(5)  «  I'm  a  Sanke  man  myself  »    –  Qui  peut  se  traduire  aussi  par  je  vis  pour  le  Sanke.  

AKOITIQUE Bulletin n°3

22 sur 54

Septembre 2012

Début des importations

Ma  découverte  du  bassin

J’étais  tellement  excité  que  je  ne  me  souviens  pas  avoir  sorL  de  l’argent  de  
ma  poche  aussi  vite  que  ce  jour  là.  Après  quelques  instants,  j’ai  obtenu  ma  
ème
carte  de  membre,  j'étais  le  61
 membre.
Pour   l'achever,   je   lui   demande   ses   2   meilleurs   Sanke.   La   personne   de  
l’associaLon   reste   pantoise,   la   vente   est   faite.   Je   ne   pouvais   toutefois  
récupérer   les   Koï   qu'après   l’exposiLon.   Je   versais   l’argent   pour   conclure   la  
vente.  
De  retour  à  la  maison,  encore  un  peu  assommé  à  l’idée  d’avoir  pu  acquérir  2  
géants   pour   mon   bassin,   j’avais   alors   proposé   à   ma   femme   et   aux   enfants  
d’aller   le   lendemain   à   la   fête   foraine   de   BELLE   VUE,   et   leur   expliqua   mon  
périple.  Tout  le  monde  passa  un  merveilleux  moment  entre  les  aXracLons,  
les   glaces   dont   les   enfants   avaient   le   visage   tout   barbouillé.   Puis   nous  
sommes  allés  chercher  nos  Koï.  
Quand   nous   sommes   arrivés   à   quelques   mètres   du   stand,   j’ai   entendu  
«  C ’est  lui,  il  dépense  sans  compter».    Il  y  avait  sur  le  stand  une  quinzaine  de  
personnes  les  yeux  rivés  sur  moi.  J’ai  découvert  plus  tard  qu’ils  étaient  tous  
membres   du   club   et   que   plusieurs   étaient   vexés   ou   irrités   qu’un   gars   aussi  
«  rustre  »  que  moi  puisse  avoir  acheté  deux  Koï  de  ceXe  qualité.  
La  personne  avec  qui  j’avais  discuté  s'est  avérée  être  Roland  SEAL  qui  avait  
vécu   à   Stockport.   Il   était   complètement   fou   amoureux   des   Koï.   Il   avait  
déménagé   avec   sa   famille   jusqu'à   Londres   pour   un   emploi   d'ingénieur   du  
son  dans  les  studios  de  Grenade  et  il  était  à  seulement  quelques  minutes  de  
marche  de  ma  bouLque  de  disques.  Son  autre  hobby  principal  était  la  haute  
fidélité  et  quand  il  a  appris  que  j'étais  aussi  dans  la  musique  nous  sommes  
vite  devenus  de  bons  amis.
Je  me  souviens  avoir  visité  son  étang  et  être  resté  pour  la  première  fois  sans  
paroles.  De  mémoire,  il  faisait  25  pieds  de  long,  12  pieds  de  large  et  devait  
avoir  quatre  pieds  de  profondeur  (12m  x  3,5m  x  1,20m).    L'eau  était  limpide,  
25  Koï  superbes  y  nageaient.  
C’était   de   loin   le   plus   beau   bassin   bassin   et   la   plus   belle   collecLon   de   KOI   de  
tout   le   Royaume-­‐Uni.   Roland   est   devenu   au   sens   propre   un   vrai   «  Maître  
Koï  »  et  il  devint  plus  tard  président  du  BKKS.  

AKOITIQUE Bulletin n°3

23 sur 54

Septembre 2012

2012 - AKOITIQUE
ISA SANKE (F) 62 cm

Début des importations

1975,  Essor  de  la  passion

A   l’époque   les   sources   d’informaLon   écrites   se   résumaient   à   de   peLts  
paragraphes   et   à   des   images   de   Koï   dans   des   magazines   spécialisés  
d’aquariophilie  ou  de  jardin.  
Tout   ce   qui   avait   aXrait   au   mainLent   du   Koï   n’était   pas   considéré   comme  
essenLel  et  restait  très  à  la  marge  de  ces  magazines.  Ce  besoin  d’informaLon  
était   important,   les   membres   du   BKKS   avaient   le   droit   à   un   bulleLn   mensuel.  
L’éloignement   des   membres   était   tel   que   nous   nous   téléphonions   le   plus  
souvent   pour   échanger   entre   nous,   à   grands   frais   de   communicaLons  
téléphoniques.  
Je   pense   que   c'était   autour   de   1974,   lorsque   le   BKKS   et   le   ZNA   se   sont  
jumelés.  Les  membres  du  BKKS  commencèrent  alors  à  recevoir  des  copies  du  
magazine   Rinko   (6)  ;   tous   purent   enfin   voir   des   photos   merveilleuses,   mais  
tous  les  textes  étaient  en  Kanji.
Je  suis  devenu  un  «    KOI  Maniaque  »  en  1975.  J’assistais  à  toutes  les  réunions  
du   BKKS,   visitais   tous   les   bassins   des   membres.   Le   nombre   d’adhésions   au  
BKKS  a  rapidement  augmenté  et  je  me  suis  retrouvé  à  publier  mes  premiers  
arLcles  au  format  A5  dans  le  magazine  mensuel  de  l’associaLon.  CeXe  même  
année,   nous   organisions   avec   la   secLon   du   Nord   du   BKKS   le   premier   KOI  
Show  à  l'extérieur  du  Japon  dans  mon  jardin.  
Peu   de   temps   après   le   KOI   Show,   la   demande   a   réellement   explosé.   Nous  
disposions   encore   de   peu   d’informaLons   réelle   pour   nous   rendre   au   Japon  
mais   nous   savions   que   les   meilleurs   KOI   du   monde   étaient   produits     à   un  
endroit  nommé  Niigata.
Il  était  vital  pour  le  BKKS  qu'un  membre  de  l'associaLon  se  rende  au  Japon  
pour  recueillir  de  l’informaLon  et    la  ramener  à  l’ensemble  des  membres.  A  
ce   moment-­‐là,   la   seule   personne   qui   pouvait   vraiment   le   faire   était   Roland  
car   il   devait   pouvoir   prendre   ses   congés   annuels   pour   faire   ce   voyage.   Le  
BKKS   a   accepté   de   payer   ses   frais   de   voyage,   mais   tous   les   autres   coûts  
devraient  être    à  sa  charge.  Il  fit  ce  premier  voyage  en  Octobre  1975.

(6)  Magazine  Japonais  encore  en  paru(on.  

AKOITIQUE Bulletin n°3

25 sur 54

Septembre 2012

Début des importations

1975,  Essor  de  la  passion

Roland  avait  économisé  juste  assez  d'argent  pour  payer  sa  chambre  à  l'hôtel  
de  l'aéroport  de  Manchester  et  3.000  yens  pour  sorLr  du  Japon,  mais  il  n'en  
avait  pas  pris  suffisamment  pour  s’offrir  un  dîner  et  le  peLt  déjeuner  à  l’hôtel  
de  l’aéroport.    Au  moment  où  le  premier  repas  fut  servi  dans  l'avion,  il  était  
affamé  !
Au   Japon,   les   membres   les   plus   riches   de   la   ZNA   prenaient   plaisir   à   lui  
montrer  leurs  bassins,  leurs  Koï    et    lui  offrirent  une  montagne  de  cadeaux  
coûteux,   car   tous   supposaient   qu'il   était   une   personne   très   riche   comme   eux  
–    mais  ce  n’était  pas  le  cas.  
Roland   a   été   accompagné   durant   tout   son   voyage   par   un   traducteur.   La  
plupart   des   bassins   -­‐   même   s’ils   étaient   incroyablement   paysagés,   se  
résumaient  souvent  à  un  trou  bétonné  dans  le  sol.
Parmi   eux,   rares   étaient   ceux   qui   possédaient   un   système   de   filtraLon  ;  
Roland   pu   prendre   de   nombreuses   photos   de   ces   filtraLons.   Mais   les  
propriétaires   n'avaient   aucune   idée   du   pourquoi   ni   du   comment   de   leur  
foncLonnement,  ils  avaient  laissé  tout  cela  à  leur  jardinier.
La   plupart   des   Koï   qu’il   pu   voir   à   la   vente   étaient   proposées   dans   de   grandes  
villes   par   des   revendeurs,     cela   avait   été   merveilleux.   Mais   il   n'a   jamais   pu  
faire   le   voyage  à  Niigata,  le  voyage  était  trop  long  sur  la  durée  de  son  voyage  
car   il   fallait   compter   2   jours   aller   et   retour   pour   faire   le   trajet.   Cependant,  
comme  il  l’avait  promis  il  nous  a  détaillé  son  voyage  avec  des  photos  en  noir  
et  blanc  publiées  dans  le  magazine  mensuel.  
En  1976  s’est  tenu  le  premier  KOI  Show  NaLonal  et  dans  la  même  année,  se  
consLtua   «  le   comité   des   normes   et   standards  »   avec   Roland,   Val   FROST   et  
moi-­‐même.
A   parLr   de   cet   instant,   le   Koï   est   devenu   populaire   et   ont   commencé   à  
apparaître  dans  différents  points  de  vente  comme  les  grandes  jardineries  et  
ils  étaient  vendus  aux  côtés  d'autres  espèces.
Pendant   de   nombreuses   années   le   BKKS   a   maintenu   une   séparaLon   entre  
leurs   membres   ordinaires   et   les   membres   professionnels.   L’amateur   ne  
souhaitait   pas   voir   un   mélange   d'intérêts.   Beaucoup   de   membres   du   BKKS  
préféraient   conserver   une   associaLon   d'amateurs,   exclusivement.   De   la  

AKOITIQUE Bulletin n°3

26 sur 54

Septembre 2012

Début des importations

1975,  Essor  de  la  passion

même   façon,   la   parLcipaLon   à   un   KOI   Show   était   réservée   seulement   aux  
amateurs,  même  si  dans  les  faits,  cela  était  contourné,  en  prétextant  que  le  
Koï  appartenait  à  quelqu’un  d’autre.
En   1977,   l'essor   du   BKKS   fut   fulgurant.   Les   secLons   locales   se   mulLplièrent  
dans   toute   l'Angleterre   et   se   joindre   à   une   secLon   locale,   il   fallait   d'abord  
souscrire  au  BKKS.
Cela   a   été   le   début   des   difficultés  :   des   membres   ont   voulu   créer   leur   propre  
associaLon,  c’est  comme  cela  que  «The  Midland  Koi  AssociaLon  »  et    «  The  
Yorkshire  Society  »  sont  nées,  mais  elles  étaient  mal  vues  du  BKKS.  Peu  à  peu  
la  «poliLque»  s’est  glissée  dans  notre  passion.
Durant   des   soirées,   j'avais   discuté   avec   Roland   au   sujet   de   son   voyage   au  
Japon   et   quand   le   BKKS   a   annoncé   qu'il   organisait   un   voyage   en   Octobre,  
j'étais  parmi  les  premiers  à  m'inscrire.
Je   ne   peux   pas   me   rappeler   exactement   le   prix   final   que   j’ai   payé   car   nous  
nous   sommes   partagés   les   chambres   d’hôtel   et   les   repas.   Mais   je   me  
souviens   que   les   vols   les   moins   chers   aller/retour   en   classe   économique  
étaient   proposés   par   KLM   au   prix   de   £   1,200.00.   Soit   deux   fois   le   prix   qui   est  
praLqué  aujourd’hui.  
Il   est   vrai   que   Roland   avait   négocié   avec   KLM,   ce   qui   a   permis   à   tous   les  
membres   du   circuit   de   revenir   avec   trois   cartons   de   Koï,   libres   de   toutes  
charges  de  fret  aérien.  
Roland  était  âgé  de  34  ans  ;  les  24  personnes  du  voyage  étaient  de  la  région  
de   Heathrow   c'était   majoritairement   des   couples   mariés,   pour   beaucoup,  
presque   à   l'âge   de   la   retraite   qui   souhaitaient   passer   quelques   journées   à  
visiter  le  Japon  et  faire  un  bel  album  photo  souvenir.  J'ai  appris  plus  tard  que  
certains  avaient  rejoint  le  BKKS  spécialement  pour  ce  voyage  bon  marché,  le  
fait  est  qu’ils  n’avaient  même  pas  acheté  de  Koï  là-­‐bas.
Tandis  que  moi,  j’étais  prêt  à  traverser  les  montagnes,  marcher  dans  la  boue,  
traverser  les  rizières  afin  d’y  trouver  des  Koï,  encore  des  Koï  et  toujours  plus  
de   KoÏ.     L’iLnéraire   avait   été   défini   et   préparé   pour   passer   trois   jours  
complets  à  Niigata.

AKOITIQUE Bulletin n°3

27 sur 54

Septembre 2012

Début des importations

1975,  Essor  de  la  passion

En  ceXe  période,  nous  n'avions  pas  l’autorisaLon  de  survoler  l'espace  aérien  
russe,   tous   les   vols   devaient   marquer   un   arrêt   à   Bangkok   ou   à   Anchorage  
(Alaska)   afin   de   faire   le   plein   de   carburant.   Le   notre   avait   marqué   l’arrêt   à  
Anchorage,  notre  vol  depuis  Amsterdam  à  Tokyo  avait  pris  19  heures.  (7)
C’est  peut-­‐être  difficile  à  réaliser  pour  le  lecteur  d’aujourd’hui,  mais  tout  cela  
est  absolument  vrai,  rappelez-­‐vous  que  tout  cela  a  eu  lieu  en  1977.  J’avais  vu  
mon   tout   premier   Koï   seulement   cinq   ans   plus   tôt  ;   depuis,   j’étais   devenu   un  
expert  et  avais  autorité  mondiale  sur  ce  poisson  ;  de  la  même  façon  que  les  
personnes   qui   m’avaient   montré   le   chemin   et   qui   m’avaient   transmis   leur  
connaissance.

"  We

all honestly believed that Koi had been part of
Japan's culture for Centuries as their National Fish and
could be found swimming freely throughout all the
waterways of Japan where they could simply be caught
by anyone with a rod and line! "

Dans le prochain AKOITIQUE Bulletin
le développement du Koï
 (7)  Un  vol  depuis  Paris  ou  l’Allemagne  dure  moins  de  12  heures  aujourd’hui,  ils  sont  tous  directs.
(Trauduc(on)   Nous   pensions   tous   que   le   Koï   faisait   par(e   de   la   culture   du   Japon   depuis   des   siècles,   que   ces   poissons  
na(onaux  nageaient  librement  dans  les  cours  d’eau,  les  étangs  et  qu’ils  pouvaient  être  pris  par  n’importe  qui  avec  une  canne  
à  pêche.  

AKOITIQUE Bulletin n°3

Septembre 2012

Au plus proche de vous,
en toute occasion ...

Un site de vente en ligne sécurisé,
Avec plus de 850 Articles

Compte AKOITIQUE
Une fenêtre ouverte sur
les acteurs internationaux,
les éleveurs, nos clients &
leurs amis.

Compte AKOITIQUE
Pour découvrir nos
offres koï, et bien plus
encore, rien ne vaut
une belle vidéo.

Compte AKOITIQUE
Partager l'instanté d'une
information, d'une
offre, d'une primeur

News@akoitique.fr
http://forum.akoitique.fr

Un Email pour tout
renseignement spécifique
ou en toute occasion.

Le forum AKOITIQUE, 398 membres. 599
discussions, 11 856 messages.
Parce que votre expérience ne sera plus la
même, ne laissez plus les "On dit que " du Net
dicter votre apprentissage du koï.
Accedez au Forum AKOITIQUE, nous vous
apportons un regard : professionnel,
d'expérience, documenté & Co Animé par des
professionnels de leurs disciplines.

+33 6 19 17 03 01
Au plus simple de la
communication. Un
numéro à reternir

Dossier
Adoucir  les  effets  de  la  crise  
économique  ?

C'est  possible

AKOITIQUE Bulletin n°3

30 sur 54

Septembre 2012

Dossier
L’influence  du  taux  change

Jamais  le  taux  de  change  n’a  été  aussi  bas  depuis  ces  20  dernières  années  :  le  
27  juillet,  le  cours  de  l'Euro  était  de  94,23  Yen.  Que  le  lecteur  ne  s’y  trompe  
pas,  le  terme  «  bas  »  est  un  faux  ami  qui  n’engendre  rien  de  posiLf  pour  le  
portefeuille  du  Koi  Keeper  que  nous  sommes  tous.  
Sans   parLr   dans   un   cours  
magistrale   d'économie,   les  
choses   sont   plus   simples  
qu’elles   n’y   paraissent.   Si  
vous  aviez  1  Euro  en  poche  
en   2008,   vous   pouviez    
vous  acheter  170  Yen  ;  puis  
d’année   en   année   et   avec  
toujours   1   Euro   en   poche,    
vous   n’acheLez   plus   que  
130   Yen   en   2009,   120   Yen  
en  2010,  100  Yen  en  2011,  
94   Yen   en   Juillet   de   ceXe  
année.  
Les   tendances   que   l’on   peut   retrouver   sur   des   sites   aussi   sérieux   que  
www.zonebourse.com   ou   encore   www.latribune.fr   prédisent   une   baisse   ou  
au  mieux  une  stabilisaLon  des  valeurs  l’on  connait  actuellement.  
S’il   est   encore   difficile  
pour   tout   un   chacun   de  
se  réaliser  l’incidence  sur  
de   l'achat   d’un   Koï   au  
Japon.   Faisons   l’exercice  
simple   et   didacLque   de  
l'achat  d'un  TOSAI  Haute  
Qualité  15-­‐17  cm  au  prix  
de   15.000   Yen   en   2008,  
2009  …  2012.
 

AKOITIQUE Bulletin n°3

31 sur 54

Septembre 2012

Dossier

Graphique  3

L’influence  du  taux  change

  A   la   lecture   du   graphique   3,   on   se   rend   compte   que   la   chute   du   Yen   (courbe  
bleue)   entraîne,   à   la   hausse   et   dans   les   mêmes   proporLons,   le   cout  
d’acquisiLon  en  Euro  du  TOSAI  (courbe  rouge).  Précisément,  ce  même  achat  
nous   coute   le   double   de   son   prix   quatre   années   plus   tard  pour   être   passé   de  
88  Euros  (2008)  à  160  Euros  (2012).
En  faisant  l’exercice  inverse  en  gardant  le  même  niveau  d’invesLssement  de  
88   Euro,   par   simple   mécanisme   du   taux   de   change   en   2012   nous   ne  
pourrions   plus   qu’acquérir   un   TOSAI   de   8.100   Yen.   Rappelons   que,   notre  
pouvoir  d'achat  nous  permeXait  d’acquérir  un  Koï  TOSAI  à  15.000  Yen  4  ans  
plus  tôt.
C'est   ce   que   l'on   appelle,   dans   le   jargon   économique,   "   l'effet   du   coup   de  
ciseaux  ",  très  bien  illustré  dans  notre  exemple.  
Dans   ce   contexte   si   ni   le   client   pas   plus   que   le   fournisseur   ne   souhaitent  
repenser  la  donne  différemment,  il  n’existe  alors  que  deux  soluLons  :  acheter  
deux  fois  plus  cher  son  Koï  (tout  en  gardant  le  même  niveau  de  qualité),  ou  
de   conserver   un   prix   d’achat   (en   euros)   constant   et   accepter   de   baisser  
significaLvement  la  qualité  sélecLonnée.  

AKOITIQUE Bulletin n°3

32 sur 54

Septembre 2012

Dossier
L’influence  du  taux  change

A   ceXe   mauvaise   nouvelle,   ajoutez   également   les   fluctuaLons   des   cours   du  
carburant.   Si   nous   le   mesurons   tous   au   quoLdien   dans   nos   déplacements,  
l’impact   sur   le   cout   du   fret   aérien   par   lesquels   transitent   nos   Koi   est   tout  
aussi  réel.          
Pa r   a i l l e u rs ,   l e  
cours   du   baril   de  
brut   a   doublé   en  
u n   a n   s u r   l a  
p é r i o d e   d e s   3  
derniers   trimestres  
de  l’année  2008,  ce  
qui   correspondait  
au   troisième   choc  
p é t r o l i e r   d e  
l’histoire   (hausse  
liée   à   une   hausse  
de   la   demande,   à  
une   stagnaLon   de  
l ' o ff r e   e t   à   l a  
spéculaLon).
C e   q u i   n o u s  
p r é o c c u p e   c e s  
!
derniers  mois,  c’est  
l’effet   combiné   des   tensions   géopoliLques   dans   la   région   du   Golf   et   un  
affaiblissement   de   l’Euro   face   au   Dollar.   Ce   qui   ne   donne   pas   non   plus   des  
perspecLves  d’amélioraLon  immédiate.  
Pour   prendre   la   mesure   de   l’impact   du   coût   du   fret   aérien   sur   celui   d’un   Koi,  
il   faut   imaginer   qu’à   parLr   d’un   Koi   de   55   cm,   le   coût   du   transport  
correspond   plus   ou   moins   à   30%   du   prix   d’acquisiLon   de   votre   Koï,   coût   qu’il  
faut  bien  entendu  ajouter  à  la  valeur  de  votre  KOI.  L’addiLon  devient  vite  très  
lourde   et   il   ne   s'agit   là   que   d'une   expédiLon   classique   en   box   carton.   Nous  
nous   éLons   renseignés   au   Japon   sur   le   coût   du   transport   d’un   Chagoi   de   100  
cm.  A  ceXe  taille,  le  Koï  est  livré  en  Box  en  bois,  l’influence  sur  le  poids  total  
est  immédiat,  le  cout  du  fret  aérien  se  situe  à  plus  de  2.000  Euros.  
AKOITIQUE Bulletin n°3

33 sur 54

Septembre 2012

Dossier
Notre  accompagnement

Avant  de  vous  présenter  notre  démarche,  nous  tenons  à  vous  expliquer  la  
place   des   intervenants   entre   les   éleveurs   et   celui   de   votre   revendeur  
local.   Le   graphique   ci-­‐dessous   illustre   le   processus   de   l’importaLon   d’un  
Koï  (illustraLon  ci-­‐dessous).
Japon(

Europe(

1(
Eleveurs(

Grossiste(

Revendeur(

AKOITIQUE(

Client(

(importateur)(

Client(

Agent(
2(

Dans  tous  les  cas,  passer  par  un  agent  est  obligatoire.  Le  travail  de  l’agent  
est  très  important,  il  permet  d’accueillir  l’acheteur  et  d’organiser  la  tourné  
des   éleveurs.   C’est   à   la   fois   un   guide   et   un   interprète   :   il   permet   de  
communiquer   avec   les   éleveurs,   convenir   d’un   prix   d’achat.   Il   organise  
également   la   collecte   des   Koi   sélecLonnés   par   l’acheteur   pour   en   faire  
l’exportaLon  vers  le  pays  de  l’acheteur  le  jour  «  J  ».  Dans  le  cadre  de  ceXe  
dernière   acLvité,   il   s’acquiXe   des   formalités   douanières   &   vétérinaires  
(coté   Japon),   ceXe   étape   ne   peut   pas   être   conduite   depuis   le   pays  
Importateur  (depuis  l'Europe  dans  notre  exemple).    
Le   grossiste   organise   pour   ses   clients   la   sélecLon   des   Koi   au   Japon   soit   en  
représentant   l’intérêt   de   ses   clients,   soit   en   les   accompagnants.   Le  
grossiste   organisera   avec   l’agent   l’importaLon   des   Koi   sélecLonnés   en  
accomplissant   les   formalités   douanières   et   vétérinaires   nécessaires   à   la  
récupéraLon   des   Koi   (côté   Europe)   afin   de   pouvoir   les   remeXre   à   ses  
clients.      
De   2006   à   2010,   AKOITIQUE   (revendeur)   a   travaillé   exclusivement   dans   le  
cas   de   la   branche   (1).   Depuis   2011   et   comme   nous   avons   la   possibilité   de  

AKOITIQUE Bulletin n°3

34 sur 54

Septembre 2012

Dossier
Notre  accompagnement

réaliser  de  façon  autonome  nos  importaLons,  nous  travaillons  aussi  dans  le  
cas  de  la  branche  (2),  AKOITIQUE  est  devenu  (Importateur/Revendeur).  
Pour   valider   les   modalités   de   récupéraLon   des   Koi,   nos   importaLons   en  
direct  du  Japon  ont  été  faites  en  2011  sur  un  volume  réduit,.  En  2012,  elles  
ont   été   portées   à   40%.   CeXe   démarche,   nous   avait   déjà   permis   de   vous  
accompagner   et   de   contenir   les   premières   hausses   des   coûts   d’importaLon  
de  nos  Koï  (moins  d’intermédiaires,  réducLon  de  nos  marges).

… Allez plus loin en devenant un acteur de votre achat "

Jean-François ROBINET
AKOITIQUE

Pour  aller  plus  loin,  au  cours  de  ceXe  année  2012,  nous  avons  expérimenté  
un  nouveau  schéma  en  proposant  à  quelques  uns  de  nos  clients  de  devenir  
acteur  de  leur  décision  d’achat  en  leur  proposant  d'acquérir  des  Nisai  (2  ans)  
et   Sansai   (3   ans)   qui   étaient   au   Japon   ou   en   répondant   à   une   demande  
spécifique.
Eleveurs(

Agent(

AKOITIQUE((/(Client(

Nos   sept   années   d’expérience   aux   contacts   des   éleveurs   nous   ont   permis  
d’affiner   nos   recherches   et   d’être   plus   efficace   dans   nos   sélecLons.  
AKOITIQUE   conLnue   à   avoir   son   rôle   de   conseil   auprès   du   client   en   ne   lui  
proposant  que  des  Koi  ayant  un  rapport  Qualité/Prix  affirmée.  
Ce  qui  coûte  cher  pour  tous  les  vendeurs,  c’est  d’importer  un  grand  nombre  
de   Koï   et   de   les   stocker   dans   l’aQente   de   la   vente.   Car   il   s'y   greffe  
naturellement  des  couts  de  structure  et  de  foncLonnement  évidents  :  soins,  
changement  d’eau,  électricité,  chauffage,  nourriture,  infrastructure.  
Ce   qui   est   intéressant   ici,   c’est   qu’en   intégrant   très   tôt   le   client   dans   la  
sélecLon   de   son   Koi,   on   réduit   ce   délai   au   maximum.   AKOITIQUE   réalise  
toujours  le  protocole  de  quarantaine  et  éventuellement  sur  courte  période  si  
les   condiLons   climaLques   ne   se   prêtent   pas   à   la   reprise   du   Koi   par   le  
propriétaire.  
AKOITIQUE Bulletin n°3

35 sur 54

Septembre 2012

Dossier
L’influence  du  taux  change

Dans  ce  mode  de  foncLonnement  AKOITIQUE  ne  prend  plus  de  risque  dans  la  
sélecLon  :  le  Koi  est  vendu  avant  qu’il  n’arrive.  Il  est  donc  normal  d’en  faire  
profiter  pleinement  le  client  avec  un  taux  de  marge  très  réduit.
Fort   de   ces   expériences   réussies   et   dans   le   but   de   conLnuer   à   vous   proposer  
des  Koï  de  qualité  au  meilleur  prix,  amorLr  complètement  la  hausse  du  Yen  
par   les   effets   des   taux   de   change   et   la   hausse   du   coût   de   transport.  
AKOITIQUE   développera   de   façon   pérenne   et   ce   dès   cet   d’automne   :   vente  
par  réservaLon  au  Japon  et  vente  au  magasin.

Ancien)mode)de)foncAonnement)
Grossiste)

Revendeur)

AKOITIQUE)

Client)

(importateur))

(importateur))

Eleveurs)

AKOITIQUE Bulletin n°3

Agent)

AKOITIQUE)
&)Client)

36 sur 54

Client)

Vente)au)
magasin)
RéservaAon)
&)Vente)au)
Japon)

Septembre 2012

Dossier
Défini-on  du  modèle

Pour   toute   personne   souhaitant   acquérir   un   Koi   en   réserve   au   Japon.   A  
l’achat   du   Koi,   une   marge   de   45%   (TTC)   sera   appliquée   au   coût   du   Koi.   Ils  
servent   à   rémunérer   le   travail   de   l’agent   et   celui   d'AKOITIQUE   incluant   la  
quarantaine.
Ancien)mode)de)foncAonnement)

Agent)

Grossiste)
(importateur))

Marge)intermédiaire)52%)à)60%)(TTC))

Eleveurs)
Cout)du)Koï)

Agent)

AKOITIQUE)
(importateur))

Revendeur)

Client)

Marge))x)%)

Client)

Vente)au)))
magasin)

Marge)concurrenAelle)–)Gain)d’un)intermédiaire)

Agent)

AKOITIQUE)
&)Client)

RéservaAon)
&)Vente)au)
Japon)

Marge)concurrenAelle)
45%)(TTC))

L'illustraLon   ci-­‐dessus   met   en   évidence   l’avantage   pour   le   client   de   passer  
par  ceXe  méthode  de  sélecLon.  Le  taux  de  45%  T TC  est  inférieur  de  7  à  15%    
aux   tarifs   proposés   aux   professionnels   (taux   constatés   au   niveau   Européen).  
AKOITIQUE   vous   donne   la   possibilité   d’acquérir   des   Koi   à   une   tarificaLon  
professionnelle  plus  avantageuse.    
A  ces  coûts  iniLaux,  s’ajouteront  les  frais  de  transport.  En  foncLon  de  votre  
pré  commande  AKOITIQUE  vous  indiquera  son  coût.  A  Ltre  d’exemple  et  sur  
l’année  2011,  l'expédiLon  d'un  Koï  de  50  cm  revenait  à  200/250  euros,  inclua  
incluant  :   transport,   les   frais   de   douanes   et   vétérinaires   (Japon   et   Europe).  
Pour  un  Nisai  de  40  cm,  il  fallait  prévoir  pour  90  euros  /  koi  transporté.  
Afin   de   renforcer   la   confiance   entre   nous,   AKOITIQUE   permeXra   la  
consultaLon   de   l’ensemble   des   frais   engagés   (coût   en   Yen   du   Koï,   prix   du  
transport).  
AKOITIQUE Bulletin n°3

37 sur 54

Septembre 2012

Dossier
Défini-on  du  modèle

Pour   l'intérêt   de   tous,   ceXe   offre   de  
commande   au   Japon   ne   sera   accessible  
qu'à   parLr   d'un   minimum   de   15.000   yen  
(Ce  qui  correspond  à  un  milieu  de  gamme  
AKOITIQUE  donc  de  qualité  élevé    pour  les  
TOSAI   et   NISAI)   ;   bien   entendu,   l'accès   à  
un   haut   de   gamme   TOSAI   (Jumbo   &  
TATEGOI)   et   Koï   plus   âgés   (NISAI,   SANSAI,  
etc.)  est  plus  que  conseillé.  
AKOITIQUE  vous  permet  donc  d’acquérir  
des   Koi  avec  une  marge  la  plus  basse  du  
marché.  
Vos   sélecLons   pourront   être   faites   selon  
deux  modes  :  
-­‐ SélecLonner   les   sujets   disponibles  
dans   nos   bassins   de   vente.   Cela   sera  
toujours   possible   au   meilleur   prix,  
AKOITIQUE  travaillant  en  direct  avec  
le  Japon  
-­‐ Réserver   un   Koï   au   Japon   et   ainsi  
bénéficier   du   taux   de   marge   le   plus  
bas   du   marché.   Une   façon   de  
maintenir   votre   pouvoir   d’achat   et/
ou   pour   le   collecLonneur   d’accéder  
à   une   offre   de   la   plus   haute   qualité  
possible  au  meilleur  prix.  

AKOITIQUE Bulletin n°3

38 sur 54

Juin 2012 - Best ASAGI Belgium KOI Show
l'ASAGI de gauche, une sélection AKOITIQUE

A  lire,  le  
témoignage  de  
nos  clients

Septembre 2012

Dossier

Nos  clients  en  parlent

Sachant  qu'AKOITIQUE  se  rendait  au  Japon,j'ai  contacté  Jean-­‐François  afin  qu'il  me  
trouve  la  perle  rare  dans  un  budget  bien  précis.  Quelques  jours  après  son  départ  
pour  le  Japon,  je  reçois  un  mail  d'AKOITIQUE  me  disant  :  "  On  l'a  trouvé  !!!  "
EffecLvement  la  photo  jointe  au  mail  me  laisse  pantois,  une  superbe  femelle  de  60  
cm  et  qui  plus  est  en  provenance  du  maître  en  la  maLère  l'éleveur  CHOGOURO.  Je  
valide   donc   l'achat   et   il   ne   me   restera   plus   qu'a   paLenter   quelques   mois   pour   voir  
la  belle.
Un   choc   lors   du   transport   fera   que   le   koi   se   blessera   et   qu'il   ne   pourra   m'être  
remis.  Beaucoup  de  décepLon,  je  pense  alors  qu'il  me  faudra  aXendre  un  an  de  
plus   pour   avoir   mon   Koï.   C'était   sans   compter   sur   la   réacLvité   d'AKOITIQUE   qui  
acLva   ses   contacts   japonais   afin   de   me   retrouver   un   Koï   à   qualité   égale.  
Finalement,   c'est   Jean-­‐François   accompagné   de   Peter   WADDINGTON   qui   m'ont  
livré  le  Koï  en  Juillet  !  Il  est  fort  à  parier  que  je  retenterai  l'expérience  l'automne  
prochain.
AKOITIQUE Bulletin n°3

39 sur 54

Septembre 2012

Hervé, Aout 2012
Sélection Japon / Purachina, 3 ans - 60cm

Je   cherchais   depuis   plusieurs   saisons   une   femelle   purachina   pour   compléter   ma  
collecLon,  malgré  mes  recherches  dans  divers  magasins,  je  n'arrivais  pas  à  craquer  
sur  un  Koï,  il  y  avait  toujours  ce  peLt  quelque  chose  qui  nous  fait  remeXre  à  plus  
tard  l'acquisiLon.  

Dossier
Nos  clients  en  parlent

Robin, Septembre 2012
Sélection au Japon d'un Nisai AI GOROMO Nisai

J'ai  demandé  à  AKOITIQUE  qu'il  me  trouve  lors  de  son  voyage  au  japon  
un  AI  Goromo  pour  un  budget  de  300  à  400€.  Quand  Jean-­‐François  m'a  
contacté  par  Email  pour  me  retourer  la  photo  du  Koi,  au  vu  de  la  photo,  
je  lui  ai  dit  tout  de  suite  OK  car  à  ceXe  qualité  et  à  ce  prix  la  ,cela  ne  se  
refuse  pas.
J'ai   beaucoup   apprecié   le   fait   qu'AKOITIQUE   reste   en   relaLon   quasi  
permanente  avec  moi  via  tweeter,  facebook  ou  le  forum.  Quand  il  a  enfin  
recu   la   Koï,il   a   realisé   la   quarentaine   et   la   garde   du   Koï   jusqu'a   son  
expediLon  dans  mon  bassin.
AKOITIQUE   m'avait   prevenu   entre   temps   qu'en   cas   de   dommage   sur   le  
Koï  durant  le  transport  depuis  le  japon,il  me  le  remplacerait  par  un  Koï  
de  même  valeur.  Je  conseille  vivement  a  tous  les  amoureux  de  belle  Koï  
de  s'offrir  les  services  d'un  super  pro  comme  akoiLque.

Eric, Septembre 2012
Sélection sur Photo d'un Nisai Showa ISA

En  novembre  2011,  AKOITIQUE  a  proposé,  sur  photo,  une  offre  de  8  NISAI  GOSANKE  
de   chez   ISA,   en   garde   au   japon   jusqu’au   printemps   2012.   J’ai   trouvé   ceXe   offre  
parLculièrement   intéressante   et   après   plusieurs   échanges,   j’ai   réservé   ma   femelle  
KINDAI  Showa.  C’était  pour  moi  une  grande  première  car  je  n’avais  jamais  acheté  de  
Koï  à  ce  niveau  de  prix  (de  plus  sur  photo)  mais  je  ne  voulais  pas  laisser  passer  une  
telle   opportunité   car   les   offres   concurrentes   au   même   niveau   de   qualité   étaient   au  
moins  30%  plus  chères.
AKOITIQUE  m’a  toujours  tenu  informé  lors  des  différentes  étapes,  fournissant  même  
des   photos   et   une   vidéo,   avant   de   pouvoir   récupérer   ma   koi,   après   la   quarantaine  
réalisée.  Jean-­‐François  m’a  même  proposé  de  pouvoir  échanger  ceXe  koi  contre  une  
autre  du  même  lot  si  au  final  elle  ne  me  plaisait  pas.  Aujourd’hui,  je  ne  regreXe  pas  
mon  achat  et  ce  koi  répond  tout  à  fait  à  ce  que  j’aXendais.
AKOITIQUE,  c’est  pour  moi  une  offre  de  qualité  à  des  prix  adaptés,  mais  surtout  un  
accompagnement  et  un  suivi  conLnue  de  ses  clients.  

AKOITIQUE Bulletin n°3

40 sur 54

Septembre 2012

Dossier

Nos  clients  en  parlent

Sébastien, Aout 2012
Sélection en magasin d'un Chagoi

Ce   qui   nous   est   très   appréciable,   c’est   qu’AKOITIQUE   ne   nous   pousse   jamais  
à  la  consommaLon.  On  vous  conseille  quelque  soit  votre  niveau,  AKOITIQUE  
n’hésitera   pas   à   vous   orienter   vers   un   Koï   moins   cher   que   votre   choix   iniLal  
ou  le  «coup»  à  ne  pas  manquer.  Pour  appuyer  mes  propos,  j’avais  passé  une  
pré  commande  par  Email  cet  été  pour  un  Chagoi  à  40cm  pour  un  budget  de  
500   euros.   Je   ne   m’aXendais   pas   à   ce   qu’   AKOITIQUE   me   propose   pour   le  
même  prix  un  Chagoi  de  60cm.
On  y  trouve  des  Koï  de  très  grandes  qualités  pour  toute  les  bourses  et  à  des  
prix   inégalés.   Après   de   nombreux   essais   ailleurs,   cet   enseigne   est  
incontestablement  ce  qui  se  fait  de  mieux  en  France.  Des  pros  qui  vont  vous  
rendre   addict   à   leur   passion   ;   on   s’y   rend   avec   plaisir,   on   s’y   sent   bien   et   on  
repart   forcement   avec   le   sourire   et   des   rêves   et   projets   plein   la   tête.   J’ai  
acheté   7   kois   au   cours   des   deux   dernières   années   chez   AKOITIQUE,   elles  
sont  toutes  en  pleines  formes  et  je  ne  me  lasse  pas  de  les  admirer.

AKOITIQUE Bulletin n°3

41 sur 54

Septembre 2012

Dossier

Comment  procéder  ?

La   façon   de   procéder   est   toute   simple.   Vous   recherchez   un   Koï,   vous   nous  
faites   part   des   informaLons   suivantes   :   Variété,   âge,   votre   prix   maximum  
d'achat   en   euro   (TTC).   A   parLr   de   ces   informaLons,   AKOITIQUE   en  
déterminera  les  coûts  d'acquisiLon  en  Yen  et  recherchera  soit  au  Japon,  soit  
par  notre  agent  locale,  le  spécimen  aXendu.
Déjà  avant  la  recherche,  il  n’est  pas  rare  que  nous  vous  fassions  bénéficier  de  
notre  expérience  ou  de  notre  devoir  de  conseil.  InuLle  par  exemple  d’espérer  
un  Tancho  de  60cm  parfait  pour  250  euros  TTC,  cela  n’existe  pas.
A  -tre  d’exemple,  le  tableau  ci-­‐dessous  vous  donne  un  "  ordre  de  grandeur  "  
de  prix  (avec  transport)  par  rapport  à  la  variété  et  à  la  taille.  Il  est  toujours  
possible   de   trouver   moins   cher   ou   plus   cher   en   foncLon   de   la   qualité  
recherchée.   Il   faut   garder   en   tête   que   les   catégories   GO   SANKE   (Kohaku,  
Sanke,  Showa)  et  Shiro  Utsuri  sont  parmis  les  plus  chers  au  Japon  (Voir  arLcle  
de  Peter  W.  de  ce  même  numéro  qui  en  éclaire  la  raison).
20 cm

40 cm

50 cm

GO SANKE

218€

508€

725€

Tancho

218€

363€

508€

Shiro

218€

508€

725€

Doitsu

145€

290€

725€

Yamabuki

145€

218€

435€

Chagoi

145€

218€

435€

Il   n’est   pas   rare   que   l’on   puisse   avoir   aussi   des   condiLons   excepLonnelles  
d’acquisiLons,  nous  vous  en  Lendront  informés.  Dites-­‐nous  par  simple  retour  
d'Email   vos   listes   de   coup   de   coeur,   nous   vous   informerons   des   opportunités  
sucepLble  de  vous  intéresser  tout  au  long  de  la  saison.
Quand  on  vous  retourne  des  photos,  et  que  vous  êtes  d’accord  sur  le  Koï,  une  
réservaLon   immédiate   de   50%   vous   sera   demandée.   Nous   vous   ferrons  
parvenir   une   facture   au   pro   format   précisant   (coût   du   transport,   taux   de  
change   du   Yen).   Le   solde   étant   dû   lors   de   la   reprise   du   Koï   à   la   date  
convenue.
AKOITIQUE Bulletin n°3

42 sur 54

Septembre 2012

Dossier

Comment  procéder  ?

Que  ce  passe  t-­‐il  si  le  cours  du  Yen  évolue  entre  ma  réserva-on  et  le  paiement  du  
solde  ?  Le  restant  à  payer  Lendra  compte  de  la  variaLon  du  Yen.  Il  vous  sera  donc  
demandé   un   complément   en   cas   de   hausse   du   cours   de   change,   une   déducLon  
sera   faite   du   restant   à   payer   si   le   cours   du   change   est   favorable.   Pour   donner  
confiance   aux   clients,   AKOITIQUE   s'engage   à   limiter   la   correcLon   à   +10%   en   cas   de  
hausse   du   cours   du   Yen.   Si   le   client   souhaite   éliminer   ce   risque,   un   paiement   de  
100%  de  la  facture  à  la  commande  est  possible.  
Que   ce   passe   t-­‐il   si   les   frais   de   transport   évoluent   entre   ma   réserva-on   et   le  
paiement   du   solde   ?   La   même   règle   sera   appliquée   au   coût   du   transport   ainsi  
qu'au  plafond  de  correcLon.
Que  si  le  passe  t-­‐il  le  Koï  est  blessé  durant  le  transport  France/Japon  ou  en  cas  de  
quarantaine  difficile  ?  AKOITIQUE  Lend  constamment  informé  le  client  de  la  suite  
à   donner.   Les   frais   de   soin   et   de   garde   sont   à   notre   charge,   si   l'on   esLme   que   la  
blessure   dévalorisera   le   Koï   un   remboursement   ou   un   échange   sera   proposé   au  
client.  
Que  ce  passe  t-­‐il  si  je  change  d'avis  et  que  je  ne  souhaite  plus  acquérir  le   Koï  ?  
L'engagement  est  ferme,  le  Koï  doit  être  payé  (Sauf  en  cas  de  maladie  ou  blessure).  
AKOITIQUE  ne  procéde  pas  au  remboursement  du  Koï  en  cas  de  changement  d'avis  
du  client.  AKOITIQUE  se  voulant  être  au  plus  proche  de  ses  clients,  selon  le  stock  
disponible,  nous  pourrons  vous  proposer  un  Koï  à  qualité  équivalente.  
Que  ce  passe  t-­‐il  si  je  ne  peux  pas  récupérer  le  Koi  à  la  date  fixée  au  contrat  de  
vente   ?   Nous   demandons   à   nos   clients   de   nous   prévenir   le   plus   tôt   possible   afin  
que   nous   puissions   nous   organiser.   La   garde   engendre   coût   et   risque   pour  
AKOITIQUE,  ce  délai  supplémentaire  ne  doit  pas  être  déraisonnable  et  fera  l'objet  
d'un  accord  entre  les  deux  parLes.  AKOITIQUE  demandera  juste  le  restant  à  payer  
du  Koï  pour  ne  pas  être  pénalisé.
Faut-­‐il  mieux  commander  au   Japon  ou  aQendre  un  choix  en  magasin  ?  Le  choix  
en   magasin   est   intéressant   pour   une   personne   qui   souhaite   élargir   sa   collecLon  
sans  idée  précise.  Le  collecLonneur  aguerri  aura  tout  intérêt  à  cibler  sa  recherche  
au   Japon   afin   de   transformer   le   gain   économique   réalisé   en   qualité   supérieure  
acquise.      
AKOITIQUE Bulletin n°3

43 sur 54

Septembre 2012

2nd  ParLe  -­‐  DOSSIER
La  nourriture  sous  influence  
de  la  météo  et  des  cours

Il  vous  suffira  de  parcourir  les  informaLons  pour  constater  par  vous-­‐même  le  
désastre  engendré  par  la  vague  de  sécheresse  qui  sévit  aux  Etats-­‐Unis.  
Selon   l'agence   américaine   NOAA   (Agence   océanique   et   atmosphérique  
naLonale  américaine),  dans  1  000  comtés  américains,  des  fermiers  assistent  
au  dessèchement  de  leurs  terres  arables  et  de  leurs  pâturages,  dégradés  "à  
un   point   rarement   observé   depuis   dix-­‐huit   ans".   En   Illinois,   des   champs   de  
maïs  sont  dévastés,  les  épis  flétris,  inconsommables.  En  Oklahoma,  étangs  et  
peLts  lacs  sont  quasi  asséchés,  vidés  parfois  jusqu'à  90  %  de  leur  eau  douce.
CeXe   sécheresse   est   "sans   doute   la   plus   grave   depuis   25   ans"   a   affirmé   le  
secrétaire   à   l'agriculture,   Tom   Vilsack,   mercredi   18   juillet,   après   avoir  
rencontré  le  président  Barack  Obama  pour  évoquer  ceXe  crise.  Le  16  juillet,  
les   services   météorologiques   de   cet   Etat   prévoyaient   le   plus   bas   niveau   de  
pluies  d'été  depuis  cent  quarante  ans.
Dans   le   même   temps,   la   Floride   connaît   des   incendies   qui,   au   15   juillet,  
dépassaient   déjà   la   moyenne   pour   tout   l'été   des   vingt   dernières   années.  
L'Arizona  affronte  les  feux  de  forêts  les  plus  importants  jamais  recensés.  Le  
13  juillet,  la  dernière  esLmaLon  hebdomadaire  du  NaLonal  Weather  Service  
(météo  naLonale)  a  fait  passer  le  territoire  américain  touché  "modérément  à  
gravement"   par   la   sécheresse   de   56   %   à   61   %.   Des   climatologues   craignent  
un   été   plus   dévastateur   que   jamais,   les   incendies   d'été   de   forêts   et   de  
champs  étant  en  augmentaLon  constante  ces  dernières  années.
A   Chicago,   principal   centre   mondial   d'échange   des   maLères   premières  
alimentaires,   les   traders   ont   vu   ces   dernières   semaines   une   spectaculaire  
envolée  des  cours  des  céréales  et  des  oléagineux  en  raison  de  la  sécheresse  
qui   conLnue   de   sévir,   et   ce   depuis   plusieurs   semaines,   aux   Etats-­‐Unis,  
premier   producteur   mondial   de   soja   et   de   maïs   et   premier   exportateur   de  
blé.
Vendredi  20  juillet,  le  contrat  de  référence  du  boisseau  de  maïs  (environ  25  
kg)   a   cassé   le   seuil   des   8   dollars,   des   prix   supérieurs   à   10   dollars   étant  
désormais   évoqués   par   les   spécialistes.   De   son   côté,   le   contrat   de   blé  

AKOITIQUE Bulletin n°3

44 sur 54

Septembre 2012

Dossier

La  nourriture  sous  influence  
de  la  météo  et  des  cours
s'aventurait  à  9,38  dollars,  tandis  que  le  soja  décrochait  un  record  historique,  
à  17,77  dollars.
Le   marché   (Euronext)   clôturait   ces   derniers   jours   sur   une   nouvelle  
progression.  L'échéance  la  plus  traitée  sur  le  contrat  de  blé  tendre  plafonnait  
à  269,75  euros  la  tonne.  Les  cours  du  maïs  marquaient  une  pause  et  cotaient  
au   plus   haut   à   252,25   euros   la   tonne.   Enfin,   le   colza   a   baXu   un   record  
historique  à  plus  de  526  euros  la  tonne.
La   hausse   généralisée   des   prix   des   céréales   inquiète   les   pays   importateurs   et  
pousse  certains  d'entre  eux  à  faire  des  achats  de  couverture,  à  l'instar  de  la  
Tunisie,  qui  a  acheté  125  000  tonnes  de  blé  tendre,  rapportait  Agritel.
Ses   experts   se   voulaient   cependant   rassurants   :   "Les   récoltes   en   France  
progressent  avec  des  condiLons  climaLques  qui  s'améliorent.  Les  coupes  en  
orge   et   en   colza   avancent   et   rassurent   les   opérateurs   en   termes   de  
rendement".

AKOITIQUE Bulletin n°3

45 sur 54

Septembre 2012

Dossier

Nourriture  -­‐L'accompagnement  
AKOITIQUE

Dans   ce   contexte   de   tension,   tous   nos   médias   d’informaLon   nous  
préviennent   que   la   hausse   des   courts   des   maLères   premières   alimentaires  
aura  un  impacte  jusque  dans  nos  assieXes.  
A   ceXe   mauvaise   nouvelle,   il   faut   aussi   comprendre   que   cela   touche  
l’ensemble  des  produits  transformés  comme  le  sont  la  nourriture  pour  Koï.    
Toutes   ces   nourritures   sont   largement   composées   des   maLères   premières  
alimentaires   comme   le   blé   sous   toutes   ses   formes   (blé,   germe   de   blé,  
gluten).  
Fort   de   ce   constat,   nous   avons   décidé   de   lancer   notre   propre   gamme   de  
nourriture.   Diminuant   là   aussi,   le   nombre   d’intermédiaire   nous   allons   vous  
proposer   une   gamme   de   nourriture   haut   de   gamme   à   un   prix   très  
démocraLque,  sous  la  marque  "La  grange  aux  Kois".  
Nourriture de Croissance,
Grow Premium - 4,5 mm & 10 mm

AKOITIQUE Bulletin n°3

46 sur 54

Septembre 2012

Dossier

Nourriture  -­‐L'accompagnement  
AKOITIQUE

La   nourriture   "La   grange   aux   Kois"   se   disLnguera   de   façon   lisible   en   cinq  
catégories  pour  répondre  aux  besoins  d'une  nourriture  :






Pour  les  saisons  d'automne  et  d'hiver
Pour  le  printemps  et  les  mois  d'été  
Adaptée  dite  de  toute  saison
Spécifique  pour  sLmuler  la  croissance
Haute  performance  de  croissance

Il   convient   d'apprécier   une   nourriture   selon   sont   pourcentage   en   protéines,  
en  vitamines,  mais  aussi  au  prix  rapporté  au  kilo.
En   hiver,   le   taux   de   protéines   doit   être   le   plus   bas   possible   pour   que   la  
nourriture  soit  la  plus  digeste.    Rappelons  que  le  métabolisme  du  Koï  est  au  
rallenL  sur  ceXe  période  et  qu'une  nourriture  riche  peut  engendrer  troubles  
et  souvent  la  mort  du  sujet  au  printemps.
C'est   durant   l'été   que   le   métabolisme   est   à   son   plus   haut   niveau,   période  
durant   laquelle,   il   convient   de   donner   une   nourriture   avec   un   taux   de  
protéines  doit  être  le  plus  élevé.  CeXe  période  est  bénéfique  au  Koï  pour  q'uil  
grandisse  et  accumule  des  forces  vitales  pour  traverser  l'hiver.  
La  seule  valeur  du  taux  de  protéines  n'est  pas  le  seul  gage  absolu  de  la  qualité  
d'une   nourriture   :   minéreaux,   oligots   aliments   et   vitamines   complètes   cet  
ensemble  pour  permeXre  à  vos  Koï  d'avoir  une  nourriture  équilibrée.  
Pour   vous   permeXre   d'apprécier   notre   offre,   nous   avons   reporté   dans   un  
tableau   notre   gamme   avec   douze   autres   références   majeures   du   marché.  
Pour   éviter   tout   conflit,   nous   les   avons   idenLfiées   sous   "marque   1",   "marque  
2",  etc.  Pour  apprécier  le  prix  nous  avons  rapporté  l'ensemble  des  prix  d'une  
marque  sur  un  prix  moyen  au  kilo.  
L'ensemble  de  la  gamme  sera  disponible  à  parLr  du  24  septembre  en  seau  de  
10   litres   (+/-­‐   4   Kg)   et   20   litres   (+/-­‐   10   kg)   et   en   granulométrie   4,5mm   (le  
10mm  sera  proposé  à  la  vente  à  la  prochaine  saison).  

AKOITIQUE Bulletin n°3

47 sur 54

Septembre 2012

Dossier

Nourriture  -­‐L'accompagnement  
AKOITIQUE
Nourriture : Automne, Hiver (Quarantaine & soin)

Vitality Health - 4,5 mm
35%$

Sa faible teneur en protéines et
un taux élevé en vitamines et
minéraux font de Vitality
Health une nourriture très
digeste et équilibrée.
La composition de Vitality
Health en fait donc un aliment
particulièrement adapté pour
les Koï en basse saison
(automne, hiver).
Vitality Health est également
conseillée pour tous ceux qui
aménagent leur bassin et/ou qui
change de filtration. Sa faible
teneur en protéines et en
graisses soulagent les filtres en
ne les saturant pas d'un surplus
de matières organiques.

Grange$aux$Kois$

30%$

26%$

REF1$

25%$

REF2$

20%$
15%$
8%$

10%$

4%$

5%$
0%$
Protéines$

Vitality Health est à minima
20% moins cher que le
marché concurentiel sur ce
segment.

Cendres$

Graisses$

Cellulose$

30$000$
25$000$

25$000$

Grange$aux$Kois$
REF1$

20$000$

REF2$

15$000$
10$000$
5$000$

3$300$

2$000$

220$

0$
Vitamine$A$(IE/kg)$

Pour l'ensemble de toutes ces
qualités, Vitality Health est
aussi à conseiller pour tous les
Koï en soin ou en bassin de
quarantaine.

6%$

Vitamine$D3$(IE/Kg)$

Vitamine$E$mg/kg$

Vitamine$C$mg/Kg$

12$

11$

10$
10$
08$
08$
06$
04$
02$
00$
Grange$aux$Kois$

REF1$

REF2$

Prix au kilogramme
AKOITIQUE Bulletin n°3

48 sur 54

Septembre 2012

Dossier

Nourriture  -­‐L'accompagnement  
AKOITIQUE
Nourriture : Toute saison

4 Saisons - 4,5 & 10 mm

40%$
34%$

35%$

Grange$aux$Kois$

30%$

REF3$

25%$

REF4$
REF5$

20%$
15%$

4 Saisons est une nourriture
équilibrée qui apporte de façon
protéines, vitamines et
minéraux. 4 Saisons est la
référence qui peut être
consommé dès que les
températures de l'eau sont audessus de 12°C.
4 Saisons intégre dans son
composition la spiruline et du
Krill qui soutiennent les
couleurs de vos carpes Koï.
Par sa composition et sa
souplesse d'utilisation, 4
Saisons est une nourriture qui
peut être consommé toute
l'année.

10%$
5%$

5%$

3%$

0%$
Protéines$

Cendres$

Graisses$

12$000$
10$000$

10$000$

Grange$aux$Kois$
REF3$

8$000$

REF4$

6$000$

REF5$

4$000$
1$300$

2$000$

200$

150$

0$
Vitamine$A$(IE/ Vitamine$D3$ Vitamine$E$mg/ Vitamine$C$mg/
kg)$
(IE/Kg)$
kg$
Kg$
09$

08$

08$

REF4$

REF5$

08$
07$

06$

06$

Grange$aux$Kois$

REF3$

06$
05$
04$
03$
02$
01$
00$

Prix au kilogramme
AKOITIQUE Bulletin n°3

49 sur 54

Septembre 2012

Dossier

Nourriture  -­‐L'accompagnement  
AKOITIQUE
Nourriture : Eté

Tonic Summer - 4,5 & 10 mm

40%$

37%$

Grange$aux$Kois$

35%$

Par son taux en protéine élevé,
Tonic Summer est une gamme
de nourriture qui soutien la
croissance de vos carpes Koï.
Par sa composition, Tonic
Summer est à réserver dès que
l'eau est au-dessus de 15°C
période durant laquelle le
métabolisme des Koï est à leur
maximum.
To n i c S u m m e r e s t u n e
nourriture contenant tous les
ingrédients de qualités
nécessaires à fournir une
alimentation quotidienne aux
Koï.
Cela se constate par l'un des
taux les plus élévés du marché
en vitamines sur ce type de
nourriture.
Tonic Summer est à minima
20% moins cher que le
marché concurentiel sur ce
segment.

REF6$

30%$

REF7$

25%$

Japon$1$

20%$
15%$
10%$

10%$

6%$

5%$

2%$

0%$
Protéines$

Cendres$

Graisses$

Cellulose$

30$000$
25$000$

25$000$

Grange$aux$Kois$
REF6$

20$000$

REF7$

15$000$

Japon$1$

10$000$
5$000$

2$800$
220$

0$

300$

Vitamine$A$(IE/kg)$ Vitamine$D3$(IE/ Vitamine$E$mg/kg$ Vitamine$C$mg/Kg$
Kg)$
15$

16$
14$

13$

12$

12$
10$

10$
08$
06$
04$
02$
00$

Grange$aux$Kois$

REF6$

REF7$

Prix au kilogramme
AKOITIQUE Bulletin n°3

50 sur 54

Septembre 2012

Japon$1$


Aperçu du document Bulletin AKOITIQUE numero 3.pdf - page 1/54
 
Bulletin AKOITIQUE numero 3.pdf - page 3/54
Bulletin AKOITIQUE numero 3.pdf - page 4/54
Bulletin AKOITIQUE numero 3.pdf - page 5/54
Bulletin AKOITIQUE numero 3.pdf - page 6/54
 




Télécharger le fichier (PDF)


Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


bulletin akoitique numero 3
bulletin akoitique numero 3 extract
akoitique cr visite 29 janv acr batiment
bulletin akoitique numero 3
bulletin akoitique 1 trim 4 2011
bulletin akoitique numero 3

🚀  Page générée en 0.032s