Le microcrédit en Aquitaine AP .pdf



Nom original: Le microcrédit en Aquitaine-AP.pdfTitre: Microsoft Word - 1ers éléments de réflexion.docAuteur: Ambroise Pouzoulet

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.7.4 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/09/2012 à 20:51, depuis l'adresse IP 193.251.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 2012 fois.
Taille du document: 4.1 Mo (65 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


 
 
 
Le  microcrédit  en  Aquitaine,  
panorama  et  perspectives  
d’évolution  
 

 

Ambroise  POUZOULET
 
 
 
 
 

«  Le  crédit  solidaire  accordé  à  ceux  qui  n’ont  jamais  pu  emprunter  révèle  l’immense  potentiel  
inexploité  que  tout  être  humain  porte  en  lui.  Il  rend  créatif,  non  pas  en  contraignant  à  
l’adoption  de  nouvelles  méthodes  ou  de  nouvelles  croyances,  mais  en  donnant  la  possibilité  de  
réaliser  ses  propres  rêves.  »  
 
 
 
 
 
 
 
Muhammed  YUNUS  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
Remerciements  
 
   
 
À  M.  Christophe  LEURET,  directeur  général  des  finances  et  de  la  gestion  de  la  ville  de  
Bordeaux,  mon  responsable  de  stage,  qui  m’a  permis  de  réaliser  cette  étude  
 
À  M.  Benoît  LION,  directeur  de  l’évaluation  et  de  la  performance  de  la  ville  de  Bordeaux  
 
À  l’ensemble  de  la  direction  générale  des  finances  et  de  la  gestion  de  la  ville  de  Bordeaux  
pour  son  accueil  
 
 
 
À  l’ensemble  des  personnes  qui  m’ont  accordé  un  entretien  :  
 
À   Mme   Rebecca   OWONA-­‐ENGALI,   responsable   crédit   à   la   Caisse   Sociale   de   Développement  
Local  de  Bordeaux  
 
À  M.  François-­‐Xavier  BORDEAUX,  président  de  la  Caisse  Sociale  de  Développement  Local  de  
Bordeaux  
 
À  Mme  Josiane  COUDRET,  référent  microcrédit  de  la  Croix-­‐Rouge  
 
À   Mme   Catherine   URBAIN,   responsable   microcrédit   de   la   Caisse   d’Epargne   Aquitaine  
Poitou-­‐Charentes  
 
À   M.   Jean-­‐Marc   EWALD,   directeur   régional   de   l’Association   pour   le   Droit   à   l’Initiative  
Économique  Aquitaine    
 
À  M.  Adrien  LAVAYSSIERE,  chargé  de  développement,  service  investissements  de  la  Caisse  
des  Dépôts  et  Consignations  
 
À  M.  Francis  MANESCAU,  responsable  microcrédit  du  Secours  Catholique  de  Bordeaux  
 
À  M.  Stéphane  PARDONNET,  directeur  du  réseau  Aquitaine  Active  
 
À  M.  Eric  DURET,  de  la  Chambre  de  Commerce  et  d’Industrie  de  Bordeaux  
 
À  l’association  Hemen  qui  gère  les  Clubs  locaux  pour  les  femmes  qui  entreprennent  au  Pays  
Basque  (CLEFE)  
 
Et  à  Marie-­‐Bénédicte  Pouzoulet,  pour  sa  relecture  attentive  
 
 
 
 
 
 
 
 

2  

 
Sommaire  

 
 
I.  Panorama  de  l’offre  de  microcrédit  en  Aquitaine    
 
 
 
 
1. Présentation  du  microcrédit    
 
 
 
 
 
a. Histoire  du  microcrédit    
b. Le  microcrédit  en  France  et  en  Aquitaine    
c. Le  cycle  de  vie  du  microcrédit    
2. Évolution  et  état  du  marché    
3. Les  différents  acteurs  du  microcrédit  en  Aquitaine    
a. Les  institutions  de  microfinance  (IMF)    
b. Les  partenaires  bancaires  
c. Les  autres  organismes  
d. Tableau  récapitulatif  des  offres  
 
 
II.  Analyse  stratégique  de  l’offre  de  microcrédit  en  Aquitaine  
1. Les  atouts  et  les  faiblesses  de  l’offre  aquitaine  
a. Les  points  forts  à  développer  
b. Les    déficiences  à  corriger  
2. Le  profil  des  bénéficiaires  du  microcrédit  
3. Les  critères  de  sélection    
4. Les  facteurs  de  défaillance  dans  la  relation  de  prêt  
5. Les  facteurs  de  survie  des  activités  financées  par  microcrédit  
 
 
III.  Perspectives  d’évolution  et  recommandations    
1. Améliorer  et  optimiser  l’offre  de  microcrédit  
a. Combattre  la  faible  notoriété  du  microcrédit  
b. Améliorer  l’efficience  du  cycle  du  microcrédit  
c. Développer  l’accompagnement  
d. Privilégier  la  proximité  géographique  et  la  diversité  des  acteurs    
e. Systématiser  une  réorientation  intelligente  des  dossiers  refusés  vers  d’autres  
partenaires  sociaux  
2. Organiser  structurer  et  coordonner  le  secteur  du  microcrédit  
a. Créer  une  instance  supérieure  du  microcrédit  au  niveau  régional  
b. Promouvoir  et  développer  une  plus  grande  professionnalisation    
c. Développer  le  réseau  professionnel  du  chef  d’entreprise  
d. Segmenter  l’offre  pour  toucher  efficacement  tous  les  publics  
e. Proposer  une  nouvelle  aide  européenne  au  microcrédit  
3. Innover  pour  stimuler  l’outil  social,  solidaire  et  économique  
a. Diversifier  les  produits  financiers  et  les  services  
b. Concevoir  un  fichier  central  d’informations  
c. Mettre  en  place  un  escalier  de  la  finance  
d. Imaginer  de  nouveaux  moyens  de  financement  
e. Développer  les  offres  par  internet  
f. D’autres  pistes  pour  soutenir  le  microcrédit  au  niveau  régional  
 
 
 
 

3  

 
 

Présentation  de  l’étude  

La  présente  étude  a  été  réalisée  la  demande  de  M.  Christophe  Leuret,  directeur  des  
finances   et   de   la   gestion   de   la   ville   de   Bordeaux   et   trésorier   de   la   Caisse   Sociale   de  
Développement   Locale   (CSDL),   un   organisme   bordelais   de   microcrédit.   L’objectif   de   cette  
étude  est  de  présenter  un  panorama  de  la  structure  aquitaine  du  microcrédit  dans  le  but  
d’identifier   des   points   de   défaillances   et   de   proposer   des   pistes   concrètes   d’amélioration  
tant  au  niveau  régional  que  national.  Pour  cela,  j’ai  personnellement  contacté  et  rencontré  
de   nombreux   acteurs   intervenant   de   près   ou   de   loin   sur   ce   marché   si   particulier.   J’ai   eu  
l’occasion   de   recueillir   des   informations   concernant   le   fonctionnement   des   différents  
organismes   mais   également   des   avis   plus   personnels   sur   les   relations   entre   les   partenaires  
ou   sur   les   structures   elle-­‐même.   Cette   démarche   m’a   permis   de   comparer   les   différentes  
offres,   de   définir   le   cycle   du   fonctionnement   du   microcrédit   en   Aquitaine,   et   enfin  
d’identifier   les   inefficiences   afin   de   proposer   des   solutions   concrètes   pour   améliorer   le  
fonctionnement   du   secteur   dans   la   région.   Cette   étude   n’a   pas   pour  vocation   à   remettre   en  
cause  les  fondements  du  fonctionnement  du  microcrédit  dans  la  région  Aquitaine  mais  de  
donner   des   pistes   d’amélioration   pour   que   les   acteurs   remplissent   plus   efficacement   leur  
mission  de  lutte  contre  la  pauvreté,  l’exclusion  et  le  chômage.    
 
Introduction  
 
 
Soumise   à   des   contraintes   règlementaires   de   plus   en   plus   lourdes   (ratios   de  
solvabilité   de   Bâle   III 1 )   et   fragilisée   par   la   crise   économique   et   financière   actuelle,  
l’industrie   bancaire   traditionnelle   n’est   plus   à   même   de   répondre   aux   besoins   financiers  
des   personnes   les   plus   fragiles.   La   trop   faible   solvabilité   de   ces   personnes,   souvent  
bénéficiaires   des   minimas   sociaux   ne   leur   permet   pas   de   solliciter   un   crédit   auprès   des  
banques  qui  exigent  des  garanties  de  plus  en  plus  importantes  pour  ne  pas  fragiliser  leur  
bilan.  C’est  avec  la  volonté  de  faire  entrer  les  plus  pauvres  dans  le  système  de  crédit  que  les  
Crédits  Municipaux  ont  été  crées  il  y  a  plus  de  2  siècles  avec  l’idée  de  mettre  en  place  des  
prêts  sur  gage  pour  permettre  aux  personnes  les  plus  fragiles  financièrement  de  bénéficier  
d’un   crédit   grâce   à   un   bien   personnel.   Dans   les   années   90,   l’arrivée   du   microcrédit   en  
France  s’est  inscrite  dans  la  continuité  de  cette  mission  solidaire.  Aujourd’hui,  tout  l’enjeu  
de   ce   secteur   repose   sur   la   capacité   des   organismes   de   microcrédit   à   construire   des  
parcours  individuels  et  personnalisés  pour  tous  les  porteurs  de  projet  tout  en  conservant  
un   métier   de   banquier   soumis   aux   exigences   de   solvabilité   et   de   remboursement.   Le  
microcrédit  est  présent  en  Aquitaine  depuis  une  vingtaine  d’année  mais  plus  que  jamais,  il  
est  confronté  à  de  grandes  difficultés.  La  crise,  le  manque  de  moyens  humains  et  financiers,  
l’inefficience   du   cycle   du   crédit,   le   manque   de   complémentarité   et   de   communication   entre  
les  acteurs  sont  autant  d’obstacles  au  développement  et  à  la  pérennité  de  cet  outil  social  de  
lutte   contre   la   pauvreté,   l’exclusion   et   le   chômage.   Peu   connu   du   grand   public   mais   aussi  
des   décideurs   publics,   le   microcrédit   est   pourtant   considéré   par   nombre   d’économistes  
comme   un   vecteur   important   de   la   croissance   endogène.   Il   est   donc   indispensable   de  
préserver   cet   outil   et   de   lui   donner   les   moyens   de   se   développer.   Comment   améliorer   le  
fonctionnement   de   ce   secteur   d’activité   si   particulier   en   Aquitaine   et   plus   largement   en  
France  ?   Quelles   sont   les   synergies   possibles  ?   Comment   rendre   le   microcrédit   plus  
efficace  ?   L’objet   de   ce   rapport   est   d’essayer   de   trouver   des   réponses   à   toutes   ces  
questions.  Pour  cela,  dans  une  première  partie,  je  dresserai  un  panorama  le  plus  complet  
                                                                                                               
1  Accords  de  Bâle  III  du  16  décembre  2010  sur  la  réglementation  des  fonds  propres  
2  http://www.european-­‐microfinance.org/data/file/microfinance-­‐en-­‐aquitaine-­‐-­‐-­‐colloque-­‐
22-­‐10-­‐07.pdf  
 
4  

 
possible  de  l’offre  de  microcrédit  en  Aquitaine,  puis,  dans  un  second  temps,  je  proposerai  
une   analyse   fonctionnelle   plus   approfondie.   Enfin,   ma   troisième   partie,   plus   personnalisée,  
sera   consacrée   à   une   présentation   des   perspectives   d’évolution   et   des   recommandations  
pour  l’avenir.  
 
I. Panorama  de  l’offre  de  microcrédit  en  Aquitaine  
 
1. Présentation  rapide  du  microcrédit  
 
a. Histoire  du  microcrédit  
 
Le  système  du  microcrédit  a  été  développé  par  l’économiste  Muhammed  Yunus  avec  la  
création  de  la  Grameen  Bank  en  1976  au  Bangladesh,  ce  qui  lui  a  valu  le  Prix  Nobel  de  la  
paix  en  2006  (voir  encadré  ci-­‐dessous).  Pendant  ces  30  dernières  années  le  microcrédit  a  
connu  un  développement  fulgurant  dans  les  pays  pauvres  (Bangladesh,  Inde…)  mais  aussi  
dans   les   pays   développés   sous   une   forme   sensiblement   différente.   Ce   type   de   crédit,  
caractérisé  par  un  faible  montant  est  destiné  à  financer  les  projets  de  personnes  exclues  du  
système   bancaire   classique.   Il   représente   un   formidable   outil   d’insertion   professionnelle,  
de   lutte   contre   la   pauvreté   et   à   plus   large   échelle   contre   le   chômage   en   donnant   à   des  
personnes   fragiles   socialement   les   moyens   de   monter   leurs   projets   professionnels,   d’en  
tirer   une   nouvelle   source   de   revenus,   et   de   jouir   ainsi   de   l’ensemble   de   leurs   droits   de  
citoyens.    
 
Les  origines  du  microcrédit  
 
Muhammed   Yunus   est   un   économiste   et   entrepreneur   bangladais   né   le   28   juin   1940   et  
surnommé   «  le   banquier   des   pauvres  ».   Alors   responsable   du   département   d’économie   de  
l’Université  de  Chittagong  en  milieu  rural,  une  terrible  famine  frappe  le  pays    et  selon  ses  mots,  
«  saisi  de  vertige  et  voyant  que  toutes  les  théories  que  j’enseignais  n’empêchais  pas  les  gens  de  
mourir   autour   de   moi  »,   il   décide   de   s’intéresser   à   la   misère   des   villageois   vivant   à   proximité   de  
l’Université.  Il  s’aperçoit  alors  qu’une  grande  partie  des  problèmes  rencontrés  par  ces  paysans  
tiennent   à   leur   difficulté   d’accès   à   des   capitaux.   Leurs   terres   sont   généralement   si   petites  
qu’elles  ne  peuvent  constituer  une  garantie  pour  les  banques  et  leurs  revenus  sont  insuffisants  
pour   prétendre   accéder   à   un   crédit   bancaire.   Seuls   les   usuriers   offrent   des   prêts   à   des   taux  
exorbitants  qui  achèvent  de  précipiter  les  emprunteurs  dans  la  misère.  C’est  ainsi  que  le  jeune  
professeur   d’économie   en   vient   à   proposer   un   microprêt   à   quelques   dizaines   d’habitants   du  
village   en   utilisant   son   propre   argent.   L’effet   de   ces   prêts   au   montant   dérisoire   s’avère  
rapidement   très   positif   sur   la   situation   financière   des   bénéficiaires.   En   outre   ces   derniers  
remboursent  sans  difficulté  leur  bailleur  de  fonds.    
Après   avoir   tenté   d'impliquer   une   banque   commerciale   dans   le   lancement   d'un   premier  
programme   de   microcrédit,   Yunus   décide   de   créer   son   propre   programme.   Celui-­‐ci   est  
officiellement  mis  en  place  en  1977,  sous  le  nom  de  «  Grameen  »(grameen  signifie  village).  C’est  
un   succès   immédiat,   au   Bangladesh   tout   d’abord,   où   la   «  Grameen  »   obtiendra   le   statut  
d’établissement  bancaire  en  1983,  puis  dans  d’autres  pays  où  le  «  modèle  »  s’exporte  à  partir  de  
1989.   Aujourd’hui,   près   de   300   millions   de   personnes   dans   le   monde   bénéficient   de  
microcrédits.  La  banque  Grameen  a  par  ailleurs  considérablement  diversifié  ses  activités  depuis  
(industrie  textile,  téléphonie,  production  d'électricité  par  énergie  solaire,  etc.).  
 
 
 
 

5  

 
b. Le  microcrédit  en  France  et  en  Aquitaine  

 
Le   système   s’est   beaucoup   développé   en   France   à   travers   des   organismes   tels   que  
l’ADIE  (Association  pour  le  droit  à  l’initiative  économique),  France  Active  ou  encore  France  
Initiative.   De   nombreuses   associations   ont   également   développé   une   offre   de   microcrédit  
en  parallèle  de  leurs  activités  historiques  (Croix-­‐Rouge,  Secours  Catholique).  
Aujourd’hui,   la   France   est   en   avance   par   rapport   aux   autres   pays   européens   en   matière  
d’insertion   par   l’économie   et   dispose   de   nombreuses   structures   (c.f.   colloque   Université  
Montesquieu   Bordeaux   IV,   CRESS,   région   Aquitaine   2007 2 ).   Les   institutions   de  
microfinance   (IMF)   y   sont   plus   anciennes   que   dans   la   plupart   des   pays   européens   et  
l’existence   d’acteurs   nationaux   (ADIE,   Aquitaine   Active,   France   Initiative,   partenaires  
bancaires…)  permet  d’obtenir  des  volumes  de  financement  plus  importants.  En  Aquitaine,  
ces   institutions   sont   très   complémentaires   et   permettent   une   couverture   importante   des  
besoins   et   du   territoire   avec   cependant   de   nombreux   points   de   défaillance   que   nous  
évoquerons   plus   en   détail   par   la   suite.   La   présente   étude   témoigne   de   l’intérêt   que   porte   la  
ville  de  Bordeaux  au  développement  de  cet  outil  social.    
En   France,   le   microcrédit   s’adresse   aux   personnes   exclues   du   circuit   bancaire  
traditionnel   (exclusion   totale   ou   partielle),   et   généralement   bénéficiaires   des   minimas  
sociaux.   Ces   personnes   doivent   toutefois   disposer   d’une   capacité   de   remboursement  
suffisante,  avérée  ou  prévisible  sur  toute  la  durée  du  prêt.  Il  existe  quatre  types  d’offre  de  
microcrédit  sur  le  marché  actuellement  présentant  chacune  de  multiples  modalités  et  des  
formes  variées.  La  définition  même  du  microcrédit  fait  aujourd’hui  débat  mais  l’Europe  l’a  
fixé  à  un  montant  inférieur  ou  égal  à  25000  €  :  
 
-­‐ le   microcrédit   personnel  (appelé   aussi   microcrédit   social)   :   d’un   montant  
relativement   faible   (3000€   maximum   en   général)   et   d’une   durée   courte   (36   mois  
maximum),   il   n’a   pas   pour   objet   de   financer   directement   une   activité  
professionnelle   (création   ou   reprise   d’entreprise)   mais   de   permettre   une  
amélioration   des   conditions   de   vie   de   l’emprunteur,   préalable   nécessaire   d’un  
retour  à  l’emploi  :    
o Mobilité  :  véhicule,  permis  de  conduire,  réparation  
o Logement  :   frais   d’agence,   déménagement,   caution   de   loyer,   dépôt   de  
garantie  
o Formation  :  études,  formation,  bilan  de  compétence  
o Equipement  :   électroménager,   chauffage,   informatique,   matériel   handicapé,  
matériel  d’indépendance  
o Autres  :  habillement,  frais  de  santé,  frais  d’avocat,  frais  d’obsèques…  
Idéalement,   et   c’est   une   des   exigences   de   certains   organismes   pour   ce   type   de   prêt  
(CSDL,   ADIE…),   ce   projet   devra   permettre   de   conforter   ou   d’améliorer   la   situation   de  
l’emprunteur   face   à   l’emploi   (mobilité,   formation,   etc.).   Il   pourra   également   permettre   de  
financer   des   projets   indispensables   au   maintien   d’un   bon   niveau   d’insertion   sociale,  
comme  des  équipements  de  première  nécessité  (chauffage,  électroménager…).  Ces  projets,  
qui   concourent   à   la   prévention   de   l’exclusion   sociale   mais   qui   n’apportent   pas   une  
amélioration   de   la   situation   financière   du   ménage   doivent   être   examinés   avec   précaution  
car   ils   devront   être   remboursé   à   budget   inchangé.   Bien   entendu,   ce   type   de   prêt   exclut  
totalement   les   dépenses   considérées   comme   futiles   (financement   d’un   écran   plat   par  
exemple).  
                                                                                                               
2  http://www.european-­‐microfinance.org/data/file/microfinance-­‐en-­‐aquitaine-­‐-­‐-­‐colloque-­‐
22-­‐10-­‐07.pdf  
 

6  

 
 

 

-­‐

Le   microcrédit  professionnel  (prêt   à   l’économie   et   à   l’emploi)   :   d’un   montant   plus  
élevé  que  le  microcrédit  personnel  (jusqu’à  20  000€  ou  plus  selon  les  organismes)  
et   d’une   durée   plus   longue,   il   a   pour   but   de   permettre   à   un   porteur   de   projet   de  
créer  son  entreprise  ou  de  reprendre  une  activité  existante.  Dans  certains  cas,  celui-­‐
ci   peut   bénéficier   d’un   différé   d’amortissement   pour   intégrer   dans   le   plan   de  
financement,  le  temps  du  démarrage  de  l’activité.  

Ces   deux   types   de   crédit   font   l’objet   d’un   suivi   qui   fait   partie   de   l’essence   même   du  
microcrédit  et  qui  contribue  à  la  réussite  du  projet  et  au  bon  remboursement  de  l’emprunt.  
Cet  accompagnement  est  assuré  par  les  organismes  de  microcrédit  eux-­‐mêmes  avec  l’aide  
des   partenaires   et   consiste   à   assister   et   aider   les   porteurs   de   projets   dans   les   domaines  
commerciaux,  juridiques  ou  financiers.  
 
 
-­‐ Le  prêt   d’honneur  :  c’est  un  prêt  généralement  à  taux  zéro  qui  joue  un  rôle  de  quasi  
fonds   propres   pour   le   nouvel   entrepreneur   avec   un   différé   de   paiement   et   une  
importante  durée  d’amortissement.  Il  permet  entre  autres  de  financer  le  Besoin  en  
Fonds   de   Roulement   (BFR)   de   démarrage   en   attendant   que   le   cycle   d’exploitation  
prenne  le  relais.  
 
 
-­‐ le   dispositif   NACRE   (Nouvel   Accompagnement   à   la   Création   et   à   la   Reprise  
d’Entreprises)  :   c’est   un   dispositif   étatique   piloté   par   le   ministère   du   travail   de  
l’emploi   et   de   la   santé   dans   le   cadre   d’un   partenariat   avec   la   Caisse   des   dépôts   et  
consignation   et   qui   permet   à   des   personnes   sans   emploi   ou   rencontrant   des  
difficultés   d’insertion   durable   de   créer   ou   de   reprendre   une   entreprise   en  
bénéficiant  d’un  prêt  sur  fonds  d’Etat  et  d’un  accompagnement  dans  la  durée  avant  
la   création   pour   concrétiser   le   montage   et   le   financement   de   leur   projet   et   après,  
pour  être  guidé  dans  le  démarrage  et  le  développement  de  leur  entreprise  pendant  
3  ans.   Le  dispositif  NACRE  propose  un  parcours  d’accompagnement  renforcé  d’une  
durée  d’au  moins  3  ans  structuré  autour  de  3  phases  clés  :  
o Aide  au  montage  du  projet    
o Appui  pour  le  financement  du  projet  via  notamment  un  prêt  à  taux  zéro  
o Appui   au   développement   de   l’entreprise  :   accompagnement   post-­‐création  
d’une  durée  de  3  ans  après  la  création  ou  la  reprise  de  l’entreprise  visant  à  
appuyer   le   nouveau   dirigeant   dans   ses   choix   de   gestion   et   à   stimuler   le  
développement  de  son  entreprise  
Ce  service  est  délégué  à  des  opérateurs  d’accompagnement  NACRE  qui  sont  les  
différents   acteurs   du   microcrédit   (CSDL,   CCI…).   Ils   sont   chargés   de   valider   la  
pertinence   économique   et   la   structure   du   plan   de   financement   du   projet   pour   le  
présenter   ensuite   aux   partenaires   financiers.   Le   porteur   de   projet   est   accompagné  
dans   ses   démarches   avec   les   banques,   afin   de   maximiser   ses   chances   d’obtenir   un  
prêt  bancaire  complémentaire  et  mobiliser  un  prêt  à  taux  zéro.  Ce  prêt  à  taux  zéro,  
attribué   après   expertise     du   projet   de   création   ou   de   reprise,   peut   aller   jusqu’à  
10000€  et  doit  être  obligatoirement  couplé  avec  un  prêt  bancaire  dont  le  montant  et  
la  durée  doivent  être  supérieurs  ou  égaux  au  montant  et  à  la  durée  du  prêt  à  taux  
zéro.   Enfin,   s’il   est   bénéficiaire   du   prêt   à   taux   zéro   NACRE,   le   créateur   s’engage   à  
être  accompagné  dans  le  cadre  de  la  phase  d’aide  au  développement  de  l’entreprise.  
 

7  

 
 

c. Le  cycle  de  vie  du  microcrédit  

En   France   et   dans   les   autres   pays   développés,   le   microcrédit   a   un   fonctionnement  
nettement  différent  de  la  manière  dont  il  est  pratiqué  par  la  Grameen  Bank  de  Muhammed  
Yunus   au   Bangladesh   ou   par   les   autres   IMF   dans   les   pays   pauvres.   Cependant,   plusieurs  
éléments   essentiels   s’en   rapprochent   tel   que   l’accompagnement   qui   fait   partie   de   l’essence  
même  du  microcrédit  et  qui  en  est  certainement  l’élément  le  plus  significatif.  
Le  microcrédit  tel  qu’il  est  pratiqué  en  Aquitaine  et  en  France  peut  être  reproduit  sous  
la   forme   d’un   cycle   dans   lequel   interviennent   différents   acteurs   apportant   chacun   des  
domaines   de   compétence   distincts.   Ce   cycle   débute   avec   une   demande   émanant   d’un  
porteur   de   projet   et   s’achève   avec   le   remboursement   du   prêt.   Les   étapes   intermédiaires  
sont   très   nombreuses   ce   qui   fait   du   microcrédit   un   crédit   plus   complexe   qu’un   prêt  
bancaire   classique.   On   peut   distinguer   deux   grandes   phases   communes   à   tous   les  
microcrédits  à  quelques  variantes  près  selon  les  organismes  et  le  mode  de  financement  :  
-­‐ la  phase  amont  qui  doit  permettre  de  valider  le  projet  du  demandeur  et  d’identifier  
si  le  microcrédit  est  une  réponse  adaptée  
o le  diagnostic  
o L’orientation  
o La  qualification  du  projet  
o L’évaluation  financière  du  projet  
o L’évaluation  budgétaire  
o La  présentation  du  dossier  au  partenaire  bancaire  ou  associatif  
 
-­‐ la   phase   aval   qui   débute   à   l’octroi   du   crédit   et   s’étale   sur   toute   la   durée   du  
remboursement.  Elle  intègre  un  suivi  coordonné  d’un  accompagnant  qui  permettra  
d’optimiser  les  chances  de  réussite  du  projet  et  de  remboursement  du  crédit  
o La  signature  de  l’offre  de  contrat  de  crédit  
o L’accompagnement  du  projet  et  le  suivi  préventif  
 
La  phase  amont    
 
o le  diagnostic  
 
La  phase  de  diagnostic  vise  à  :  
-­‐ faire  émerger  le  besoin  et  aider  à  le  formaliser    
-­‐ qualifier  le  besoin,  c’est-­‐à-­‐dire  chercher  la  demande  de  solution,  et  éventuellement  
réorienter   la   personne   si   la   solution   ne   se   trouve   pas   dans   l’obtention   d’un  
microcrédit  (intervention  d’autres  partenaires  associatifs)  
-­‐ Appréhender   la   situation   globale   de   la   personne   pour   établir   une   relation   de  
confiance    
 
o L’orientation  
 
La   phase   de   diagnostic   aura   permis   d’appréhender   la   situation   de   la   personne   sous   ses  
différents  angles  :  
-­‐ situation  familiale    
-­‐ situation  professionnelle  
-­‐ situation  financière  
-­‐ santé  
-­‐ logement  
 

8  

 
Les   problématiques   éventuellement   identifiées   sont   généralement   prises   en   compte   par  
l’accompagnant,  qui  agira  directement  ou  orientera  vers  les  services  compétents.  
Sur  le  plan  financier,  deux  actions  sont  essentielles  :  
-­‐ La  vérification  de  l’ouverture  de  tous  les  droits  aux  prestations  sociales  
-­‐ La   vérification   de   l’éligibilité   aux   autres   aides   et   dispositifs   nationaux   ou   locaux,  
rattachés   à   la   personne   (allocations,   avances…)   ou   à   son   projet   en   particulier  
(subventions)  
 
o La  qualification  du  projet  
 
A  ce  stade,  si  le  budget  du  ménage  semble  équilibré,  le  recours  à  un  microcrédit  peut  
être  envisagé  comme  une  solution  de  financement  ou  de  cofinancement  (complémentarité  
du   dispositif   microcrédit   avec   un   prêt   bancaire   classique   ou   avec   les   autres   dispositifs  
existants  au  niveau  local,  régional,  national)  pour  un  projet  identifié  et  contribuant  à  une  
amélioration   de   la   situation   socio-­‐économique   de   l’emprunteur.   Les   types   de   prêts  
possibles  ont  été  présentés  précédemment.    
 
o L’évaluation  financière  du  projet  
 
La   pertinence   du   projet   étant   validée,   il   convient   ensuite   d’en   cerner   précisément   le  
montant,  puis  d’en  définir  les  modalités  de  financement.  
Dans   un   contexte   de   budget   serré   laissant   peu   de   marge   de   manœuvre   pour   faire  
face   aux   coûts   annexes   ou   imprévus,   il   est   indispensable   de   cerner   dès   le   départ   tous   les  
coûts  (immédiats  ou  différés)  du  projet  étudié.  Le  montant  du  microcrédit  est  fixé  de  telle  
manière  qu’il  puisse  couvrir  ces  coûts.  
Certains   projets   peuvent   être   partiellement   financés   par   des   dispositifs   d’aides   ou  
subventions,   voire   par   de   l’épargne   disponible.   Le   recours   à   ces   modes   de   financement,  
avec  un  microcrédit  comme  complément  pour  la  partie  non  couverte,  permettra  de  réduire  
la   charge   d’endettement   et   de   remboursement   et   confortera   les   chances   de   réussite   du  
projet.  Certains  microcrédits  (comme  le  dispositif  NACRE  par  exemple  mais  aussi  des  offres  
de   certaines   IMF),   sont   conditionnés   à   la   souscription   d’un   emprunt   bancaire  
complémentaire.  
Un  différé  d’amortissement  peut  également  mettre  mis  en  place  pour  permettre  au  
nouvel  entrepreneur  d’alléger  ses  charges  au  commencement  de  son  activité  et  maximiser  
ses  chances  de  survie.    
 
o L’évaluation  budgétaire  
 
Rembourser   un   crédit   nécessite   de   pouvoir   supporter   cette   nouvelle   charge   dans  
son  budget,  tous  les  mois  et  pendant  toute  la  durée  du  crédit.  Un  des  enjeux  du  microcrédit  
est  de  parvenir  à  rendre  solvables  des  personnes  à  faibles  revenus  et  qui  ne  présentent  que  
peu  de  garanties.    
Le  solde  du  compte  bancaire  peut  servir  d’indicateur  de  cet  équilibre  budgétaire  :  un  
découvert  durable  est  généralement  le  signe  d’un  déséquilibre  budgétaire.  Pour  les  acteurs  
bancaires   qui   proposent   un   service   de   microcrédit   à   leurs   clients,   ce   suivi   du   compte  
bancaire   est   systématique.   Mais   le   critère   fondamental   pour   juger   de   la   faisabilité  
budgétaire  d’un  microcrédit  est  le  «  reste  à  vivre  »  ou    la  «  capacité  d’épargne  ».  
Le   «  reste   à   vivre  »   est   la   somme   qui   reste   au   foyer   déduction   faite   des   dépenses  
fixes  (ou  pré-­‐engagées)  ainsi  que  de  la  mensualité  de  remboursement  du  microcrédit.  

 

9  

 
La  «  capacité  d’épargne  »  est  une  notion  plus  précise  que  le  «  reste   à   vivre  »  :  c’est  la  
somme  qu’il  reste  au  foyer  déduction  faite  des  dépenses  contraintes  (pré-­‐engagées),  mais  
aussi   de   toutes   les   dépenses   liées   aux   besoins   de   la   vie   courante   (nourriture,   vêtements,  
loisirs  et  si  possible  constitution,  même  minime,  d’une  épargne  de  précaution)  
Il   n’y   a   pas   de   normes   définies   en   matière   de   «  reste   à   vivre  »   ou   de   «  capacité  
d’épargne  »,   chaque   situation   est   à   apprécier   de   manière   personnalisée   et   dépend   des  
exigences  de  chaque  organisme.  
En   cas   de   déséquilibre   budgétaire   durable   ou   de   surendettement   important,   le  
microcrédit   ne   sera   pas   la   réponse   adaptée   et   le   demandeur   sera   autant   que   possible  
réorienté  vers  des  solutions  alternatives  (voir  encadré  ci-­‐dessous)  
 
Quelques  exemples  de  solutions  alternatives  

 
L’accompagnant   qui   reçoit   une   personne   sollicitant   un   microcrédit   peut   considérer   qu’un   prêt  
n’aidera   pas   la   personne   et   pourrait   même   la   mettre   en   difficulté.   Dans   ce   cas,   il   doit   la  
réorienter  vers  d’autres  organismes  compétents.  Voici  une  liste  non  exhaustive  des  différentes  
réorientations  possibles.  
 
Impayés  de  loyer  :  
Fonds   de   Solidarité   Logement   via   un   travailleur   social   communal/départemental   ou   la   CAF   ou  
dans  certains  cas,  négociation  directe  de  l’IMF  avec  le  propriétaire  
 
Pas  de  mutuelle  complémentaire  et  peu  de  ressources  :  
CPAM,  services  sociaux  communaux/départementaux,  associations  agréées…  
 
Endettement  important,  surendettement  :  
Services   sociaux   communaux/départementaux,   secrétariat   surendettement   de   la   Banque   de  
France,  associations  spécialisées…  
 
Isolement,  peu  de  ressources  :  
Services  sociaux  communaux/départementaux/hospitaliers,  CAF,  autres  associations…  
 
Volonté  de  divorcer,  peu  de  ressources  :  
Services   d’aide   juridictionnelle,   permanences   communales   des   avocats,   services   sociaux  
communaux/départementaux…  
 
Travaux  d’amélioration  du  logement  :  
Structures  spécialisées  (ANAH,  ADIL,  PACT,…),  services  sociaux  communaux/départementaux    
 
Réparation  véhicule  :  
Associations  spécialisées  (par  exemple  Le  garage  moderne  à  Bordeaux)  
 
Autres  :  
Associations,  services  sociaux,  assistantes  sociales…  
 
 
à   Les   étapes   précédentes   peuvent   être   totalement   ou   en   partie   réalisées   par   des  
partenaires   en   amont   qui   ne   sont   pas   des   IMF   :   Chambres   Consulaires,   Boutiques   de  
Gestion,  Chambres  de  Commerce,  etc…  
 
 

10  

 
 

o La  présentation  du  dossier  au  partenaire  bancaire  ou  associatif  

C’est  à  l’accompagnant  (la  personne  qui  reçoit  l’emprunteur  potentiel)  que  revient  
la   responsabilité   de   la   présentation   du   dossier   au   partenaire   bancaire   ou   au   comité   de  
crédit   de   l’organisme   de   microcrédit.   C’est   à   ce   partenaire   ou   ce   comité   que   reviendra   la  
décision  finale.  La  décision  sera  prise  après  l’étude  conjointe  et  argumentée  menée  par  la  
banque  ou  le  comité  et  l’accompagnant  ou  le  comité  seul  (si  le  prêt  s’effectue  avec  les  fonds  
de  l’IMF).  
 
o La  signature  de  l’offre  de  contrat  de  crédit  
 
La  signature  de  l’offre  de  contrat  de  crédit  est  l’occasion  de  formaliser  le  contact  et  
la   relation   entre   le   prêteur   et   l’emprunteur   et   de   faire   un   récapitulatif   du   plan   de  
financement.      
 
o L’accompagnement  du  projet  et  le  suivi  préventif  
 
L’accompagnement,  très  important  lors  de  la  construction  du  projet  et  la  demande  de  
microcrédit,   continue   de   jouer   un   rôle   essentiel   tout   au   long   de   la   durée   de  
remboursement.  Il  est  essentiel  qu’une  procédure  soit  mise  en  place  au  sein  de  la  structure  
accompagnante   pour   permettre   aux   accompagnants   (parfois   appelés   parrains)   de   suivre  
les  emprunteurs  sur  le  long  terme.  Ce  suivi  peut  s’exercer  de  diverses  manières  (en  groupe  
ou   de   façon   individuelle,   lors   de   rendez-­‐vous   physiques   ou   téléphoniques,   de   façon  
mensuelle   ou   trimestrielle,   de   manière   plus   ou   moins   formelle,   etc.)   et   touche   à   divers  
aspects  :    
-­‐ le   suivi   du   projet   financé   en   lui-­‐même   (recherche   d’emploi,   amélioration   des  
conditions  de  vie,  conseils  juridiques  ou  commerciaux…)  
-­‐ le  suivi  de  l’équilibre  budgétaire  de  l’emprunteur  
-­‐ le   suivi   de   la   situation   personnelle   de   l’emprunteur   et   une   réorientation   possible  
vers  des  structures  plus  à  même  de  l’accompagner  pour  des  problématiques  n’ayant  
pas   forcément   trait   au   microcrédit   (aspect   juridique   ou   aspect   marketing   par  
exemple)  
L’intensité   du   suivi   est   proportionnelle   au   degré   de   risque   du   projet   porté   et   à   la  
fragilité  financière  de  l’emprunteur.    L’accompagnement  s’arrête  une  fois  que  le  projet  est  
mature.  
 
 
2. Evolution  et  état  actuel  du  marché    
 
a. Un  marché  fragile  mais  en  croissance  
 
Bien  qu’aucune  étude  quantitative  de  marché  n’ait  été  menée  à  ce  jour,  il  est  possible  
d’analyser  les  tendances  à  partir  des  données  recueillies  par  les    différents  organismes  au  
cours  de  leur  existence.  Depuis  l’arrivée  du  microcrédit  en  Aquitaine  dans  les  années  1990,  
le   marché   n’a   cessé   de   s’accroître.     Cette   tendance   s’est   poursuivie   ces   dernières   années,  
comme  en  témoignent  les  données  de  l’ADIE  et  de  la  CSDL.  L’ADIE  a  gagné  25%  de  clients  
en  plus  entre  2010  et  2011  avec  une  offre  de  microcrédits  qui  a  augmenté  de  20%  sur  la  
même  période.  Pour  la  CSDL,  de  3  prêts  personnels  accordés  en  2004,  l’offre  est  passée  à  
78  prêts  en  2010  avec  une  hausse  de  la  moyenne  des  échéances  de  35,16  €  en  2004  à  81,15  
€   en   2010.   L’expansion   du   marché   peut   s’expliquer   par   la   montée   en   puissance   de   la  
 

11  

 
notoriété   du   microcrédit   (qui   était   très   peu   connu     du   grand   public   à   ses   débuts)   et   la  
croissance   des   organismes   qui   ont   développé   leurs   partenariats   (CSDL,   ADIE,   arrivée   de  
nouveaux  acteurs  tels  que  la  Croix-­‐Rouge  ou  le  Secours  Catholique…).  Le  microcrédit  a  su  
conquérir  au  cours  de  ses  années  d’existence  un  public  de  plus  en  plus  large  et  de  plus  en  
plus   varié.   Comme   nous   le   verrons   par   la   suite,   il   a   cependant   eu   du   mal   à   s’adapter   à   cette  
nouvelle  diversité.    
 
b. L’arrivée  de  la  crise  a  bouleversé  les  enjeux  du  marché  du  microcrédit  
 
Il   est   intéressant   de   noter   la   très   forte   dépendance   du   marché   du   microcrédit   à  
conjoncture  économique.  A  l’image  de  son  aînée,  le  marché  du  crédit  bancaire  classique,  il  
subit   les   mêmes   perturbations.   Le   resserrement   de   l’offre   de   crédit   entraîne   avec   lui   un  
nombre   plus   important   de   personnes   exclues   du   système   bancaire   traditionnel   et   par  
conséquent   un   nombre   plus   important   de   personnes   potentiellement   demandeuses   d’un  
microcrédit.  Mais  dans  le  même  temps,  et  c’est  la  tendance  qui  est  observée  récemment  par  
les   différents   acteurs,   la   baisse   de   la   confiance   provoque   une   chute   de   la   demande   de  
microcrédits   professionnels.   De   nombreuses   personnes   renoncent   à   lancer   leur   propre  
affaire   à   cause   du   climat   économique   morose.   A   contrario,   on   observe   une   hausse   de   la  
demande   de   microcrédits   personnels   qui   deviennent   indispensables   pour   faire   face   aux  
soucis   de   la   vie   quotidienne   inhérents   à   une   période   de   crise   (loyer,   permis,   chauffage,  
etc…).   Fortement   fragilisé   avec   l’arrivée   de   la   crise,   le   microcrédit   porte   aujourd’hui   des  
enjeux  importants  en  termes  d’emploi  et  d’accès  au  crédit.  Pour  de  nombreuses  personnes,  
il  représente  le  dernier  recours  vers  lequel  se  tourner.  
 
 
3. Les  acteurs  
 
En   Aquitaine,   les   acteurs   du   marché   du   microcrédit   sont   nombreux   et   couvrent   une  
partie   très   étendue   de   l’action   sociale.   Ils   représentent   également   des   compétences   variées  
et   apportent   chacun   leur   contribution   au   fonctionnement   de   ce   marché.   La   liste   suivante  
n’est   pas   exhaustive   (il   existe   de   très   nombreux   organismes   parfois   de   très   petite   taille)  
mais   vise   à   montrer   la   diversité   des   acteurs   du   secteur   et   à   souligner   leurs   différences.   Les  
organismes  présentent  tous  des  particularités  liées  à  leurs  histoires  et  à  leur  approche  du  
microcrédit.  J’ai  choisi  de  répartir  les  différents  acteurs  en  quatre  grandes  catégories  :  
-­‐   Les   institutions   de   microfinance  :   ce   sont   les   organismes   dont   le   cœur   de   métier   est  
d’octroyer   des   microcrédits   et   d’assurer   l’accompagnement.   J’ai   choisi   de   placer   également  
dans   cette   catégorie   les   associations   qui   proposent   une   offre   de   microcrédit   parmi  
plusieurs  autres  activités.    
-­‐   les   partenaires   bancaires  :   ce   sont   les   différentes   banques   privées   qui   se   sont   investies  
dans   le   secteur   du   microcrédit   soit   en   tant   que   simples   partenaires   financiers,   soit   en  
proposant  également  leur  propre  offre  de  microcrédit  (CEAPC)  
-­‐   les   autres   organismes  :   cette   partie   regroupe   tous   les   acteurs   en   amont   (montage   de  
dossiers)   mais   aussi   les   acteurs   qui   agissent   sur   le   marché   du   microcrédit   sans   octroyer  
directement  des  prêts  (Aquitaine  Active)  
 
 
 
 
 
 
 

12  

 
a. Les  institutions  de  microfinance  (IMF)  
 
LA  CAISSE  SOCIALE  DE  DEVELOPPEMENT  LOCAL  (CSDL)  
 

 

 
 
Présentation  de  l’organisme  

 

La   Caisse   Sociale   de   Développement   Local   (CSDL)   est   une   association   loi   de   1901  
fondée  en  mars  1998  et  formée  d’un  conseil  d’administration  et  d’un  comité  de  crédit.  Elle  
s’inscrit   dans   une   démarche   d’intérêt   général,   permettant   à   des   personnes   exclues   du  
système   bancaire   d’avoir   accès   au   crédit,   soit   pour   financer   leur   emploi   (création   ou  
reprise   d’une   activité),   soit   pour   faire   face   à   une   nécessité   sociale.   La   CSDL   finance   des  
microcrédits   professionnels,   personnels   et   accorde   également   des   prêts   dans   le   cadre   du  
dispositif  NACRE  (Nouvel  Accompagnement  à  la  Création  et  à  la  Reprise  d’Entreprise).  La  
CSDL  opère  dans  3  départements  :  Gironde,  Lot  et  Garonne,  Dordogne.  
La  CSDL  travaille  avec  les  partenaires  suivants  (nature  du  partenariat)  :  
-­‐ la  ville  de  Bordeaux  (subvention)  
-­‐ la   Caisse   d’Epargne   Aquitaine   Poitou-­‐Charentes   (mise   à   disposition   de   3   salariés   à  
temps  plein)  
-­‐ la  Communauté  Urbaine  de  Bordeaux  (subvention)  
-­‐ Le  Conseil  général  de  Dordogne  (subvention)  
-­‐ Le  département  de  Lot  et  Garonne  (subvention)  
-­‐ France  Active  Garantie  (subvention)  
-­‐ Le  Crédit  Municipal  de  Bordeaux  (subvention  et  logistique)  
-­‐ L’Etat  (dispositif  NACRE)  
 
 
Le  fonctionnement  de  la  CSDL  repose  sur  le  respect  d’une  charte  définissant  ses  valeurs  :  
 
Engagement  public  
La   Caisse   Sociale   est   une   association   à   but   non   lucratif   qui   s’inscrit   dans   une  
démarche   d’intérêt   général,   permettant   à   des   personnes   exclues   du   système   bancaire  
classique  d’avoir  accès  au  crédit,  soit  pour  financer  leur  emploi,  soit  pour  faire  face  à  une  
nécessité  sociale.  
Solidarité  
La   Caisse   Sociale   accueille   et   conseille   toute   personne   en   demande   d’insertion  
économique   et   sociale,   sans   distinction   d’âge   ni   autre   discrimination.   Si   elle   ne   peut  
répondre   à   une   demande,   elle   s’engage   à   orienter   la   personne   vers   un   autre   organisme  
ou  intervenant  plus  approprié.  
Proximité  
A   chaque   porteur   de   projet   est   affecté   un   interlocuteur   unique.   Il   bénéficie   d’un  
suivi  et  d’un  appui  tout  au  long  du  remboursement  du  prêt.  
 

13  

 
Professionnalisme  
Toute  demande  de  prêt  doit  recevoir  une  réponse  dans  des  délais  aussi  brefs  que  
possible,  avec  une  argumentation  professionnelle  apportant  une  valeur  ajoutée.  
Bénévolat  
La   Caisse   Sociale   fonctionne   et   agit   grâce   au   bénévolat   de   ses   administrateurs   et  
membres  du  comité  des  prêts  qui  ne  perçoivent  aucune  indemnité  conformément  à  l’esprit  
de  l’association.  
 
Depuis  sa  création  en  1998,  la  CSDL  a  soutenu  2175  projets.  
 
 
Les  chiffres  clés  (2011)  
 
Date  de  création  :  21  mars  1998  
Nombre  de  prêts  accordés  :  226  (154  prêts  professionnels,  72  prêts  personnels)  
Taux  d’intérêt  moyen  :  2,5%  
Montant  moyen  prêté  :  4542  €  sur  fonds  propres  ;  5270  €  sur  fonds  d’Etat  (NACRE)  
Durée  moyenne  des  prêts  :  44  mois  sur  fonds  propres  ;  51  mois  prêts  NACRE  
Sinistralité  :  13,80%  
Couverture  du  risque  hors  fonds  de  garantie  :  83%  
 
 
Présentation  de  l’offre  
 
Le  fonctionnement  d’un  prêt  professionnel  (prêt  à  l’économie  &  à  l’emploi)  
 
Conditions   d’éligibilité:   exclusion   bancaire   totale   ou   partielle   (aucune   garantie   ou   apport  
personnels  ne  sont  exigés)  
Montant  :  12  000  €  maximum  
Taux  d’intérêt  :  de  0  à  5  %,  plus  le  dossier  sera  risqué  (création  pure  par  exemple),  plus  le  
taux  sera  proche  de  0.  Quand  l’affaire  est  sûre,  les  taux  avoisinent  4  ou  5%.  La  fixation  des  
taux  d’intérêts  s’inscrivent  donc  dans  une  logique  solidaire  :  il  s’agit  de  soutenir  ceux  qui  en  
ont  le  plus  besoin  en  couvrant  le  risque  avec  les  projets  les  plus  solides.  
Garantie  :  pour  les  prêts  professionnels,  la  CSDL  est  garantie  à  hauteur  de  70  %  du  solde  
restant   au   moment   de   la   défaillance   par   le   FGIE   (Fonds   de   garantie   pour   initiative  
économique)  
Accompagnement  :  
Bordeaux  :  2  personnes  à  temps  plein  +  2  personnes  à  temps  partiel  
Lot  et  Garonne  :  2  personnes  
Dordogne  :  2  personnes    
Durée  :  5  ans  max,  3  ans  et  demi  en  moyenne  
 
Les   candidats   sont   envoyés   à   la   CSDL   par   différents   organismes   parmi   lesquels   des  
chambres   de   commerce   ou   de   métier,   des   boutiques   de   gestion   ou   des   chambres  
consulaires.  Ils  arrivent  directement  avec  un  projet  réalisé  par  le  partenaire  en  amont  sous  
forme  de  business  plan.  La  1ère  étape  consiste  à  réaliser  une  étude  économique  et  sociale  du  
projet  au  cours  d’un  entretien  d’1h30-­‐2h00  pendant  lequel  sont  évalués  la  cohérence  et  la  
viabilité  du  projet  présenté.  Une  1ère    sélection  est  effectuée  à  l’issue  de  cet  entretien  :  si  le  
responsable   chargé   de   recevoir   le   candidat   estime   que   le   projet   est   solide   et   la   personne  
 

14  

 
apte  à  le  mener,  il  choisit  alors  de  le  soumettre  au  comité  de  crédit  qui  se  rassemble  tous  
les   mois.   Ce   comité   est   composé   de   personnes   de   compétences   variées   (anciens  
professionnels   secteur   bancaire,   de   la   Banque   de   France,   anciens   élus,   etc.)   chargés  
d’évaluer   la   note   de   synthèse   réalisée   lors   de   l’entretien.   Le   porteur   de   projet   est  
représenté   devant   ce   comité   par   la   personne   qui   l’a   reçu.   La   décision   finale   revient   au  
comité   de   crédit  :   il   décide   d’accepter   ou   de   refuser   le   dossier   et   fixe   le   montant   du   prêt,   le  
taux   d’intérêt   et   éventuellement   la   durée   du   différé   d’amortissement.   Dans   la   même  
journée,   le   porteur   de   projet   apprend   la   décision   finale   et   les   raisons   de   l’échec   ou   du  
succès   de   son   dossier.   En   cas   de   succès,   un   accompagnement   est   mis   en   place   jusqu’au  
terme  du  remboursement.  
 
Le  fonctionnement  du  microcrédit  personnel  (prêts  «  dépannage  »)  
 
Conditions   d’éligibilité  :   exclusion   bancaire   totale   ou   partielle   (aucune   garantie   ni   apport  
personnels  ne  sont  exigés),  devis  exigé  
Montant  :  3000  €  maximum  
Taux  d’intérêt  :  6%  (frais  de  dossier  inclus)  
Garantie  :   garantie   sur   solde   restant   à   100   %   (50%   par   la   Caisse   d’Epargne,   50%   par   la  
Caisse  des  dépôts  via  un  fonds  de  garantie)  
Durée  :  36  mois  maximum,  18-­‐24  mois  en  moyenne  
Pour   les   microcrédits   personnels,   les   personnes   sont   envoyées   à   la   CSDL   par   les  
CCAS  ou  par  le  Crédit  Municipal  (qui  ne  peut  prêter  qu’en  cas  de  revenus  sûrs,  de  revenus  
salariaux  ou  sur  gages).  La  grande  majorité  de  ces  personnes  sont  en  CDI,  au  chômage,  ou  
encore   en   intérim.   Le   crédit   est   destiné   à   financer   une   dépense   de   la   vie   quotidienne  :  
mobilité,  habitat,  etc.  Pour  voir  son  dossier  accepté  par  la  CSDL,  la  personne  doit  montrer  
une   volonté   d’insertion   professionnelle   à   travers   cette   dépense.   Contrairement   au   prêt  
professionnel,   il   n’y   a   pas   de   travail   en   amont.   Seul   l’équilibre   financier   (comparaison  
recettes-­‐dépenses,   calcul   de   reste   à   vivre)   du   foyer   est   étudié.   Le   dossier   n’a   pas   besoin  
d’être   soumis   au   comité   de   crédit,   les   employés   de   la   CSDL   sont   les   décisionnaires.   La  
demande  est  assurée  sous  48h  car  elle  concerne  généralement  des  frais  plus  urgents  que  
pour   le   crédit   professionnel   (par   exemple  un   loyer   à   payer).   La   loi   Scrivener3  autorise   à  
l’emprunteur  un  délai  de  rétractation  de  14  jours  (depuis  mai  2011).  Une  fois  la  réponse  
donnée,  le  Crédit  Municipal  se  charge  de  l’aspect  technique  :  les  prêts  sont  exclusivement  
affectés,   c’est-­‐à-­‐dire   que   l’argent   du   crédit   est   directement   versé   au   fournisseur   et   ne  
transite   pas   par   le   porteur   de   projet.   La   Caisse   Sociale   quant   à   elle,   se   charge   de  
l’accompagnement.    
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
                                                                                                               
3  Loi  n°78-­‐22  du  19  janvier  1978  
 

15  

 
Atouts/Faiblesses  de  l’organisme  
 
 
-­‐
 
-­‐

 
-­‐
 

-­‐

 

-­‐

 

Atouts  
 
le   crédit   est   peu   exigeant   pour   le  
porteur   de   projet   (aucune   garantie   ni  
apport  personnels  ne  sont  exigés)  

-­‐

Faiblesses  
le   nombre   limité   de   personnel   ne  
permet   pas   de   mettre   en   place   un   suivi  
complet  de  l’ensemble  des  projets  

 
le   crédit   est   peu   exigeant   sur   le   projet  
lui-­‐même   (pas   de   restriction   sur   la  
durée,   le   domaine   d’activité   ou   la  
stratégie)  

-­‐

les   prêts   accordés   sont   limités  
géographiquement   dans   la   mesure   où   le  
suivi   est   réalisé   par   le   déplacement  
physique  du  personnel  

-­‐

l’activité   de   la   CSDL   est   très   dépendante  
de   ses   partenaires   qui   lui   apportent   le  
financement  et  les  garanties  

-­‐

la   CSDL   souffre   d’une   faible   notoriété  
due  à  la  petite  taille  de  la  structure      

 

les  employés  n’ont  aucune  contrainte  de  
productivité   et   ne   comptent   pas   leur  
temps  consacré  au  suivi    
 
les  employés  de  la  CSDL  jouissent  d’une  
grande   liberté   dans   les   solutions   et   les  
outils   à   mettre   en   place   pour   aider   les    
porteurs   de   projet.   Cette   grande   marge    
de   manœuvre   permet   l’instauration  
d’une   relation   de   confiance   et   garantit  
une  plus  grande  qualité  du  suivi  
La   petite   taille   de   la   structure   permet  
une   plus   grande   souplesse,   une  
réactivité   et   une   capacité   d’adaptation  
importantes  

 
 
 
 
Contact  

 
 
Bordeaux  :   Crédit   Municipal,   29   rue   du   Mirail,   33000   BORDEAUX,   tél  :   05   56   33   37   97,   fax  :  
05  56  33  37  98  
Agen  :  Crédit  Municipal,  39  boulevard  Sylvain  Dumon,  47000  AGEN,  tél  :  06  29  56  44  01  
http://www.csdl.asso.fr/  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

16  

 
ASSOCIATION  POUR  LE  DROIT  A  L’INITIATIVE  ECONOMIQUE  (ADIE)  
 

 

 
Présentation  de  l’organisme  

 

L’ADIE   est   une   association   loi   de   1901   fondée   en   1989,   reconnue   d’utilité   publique  
depuis  2005,  et  présente  en  Aquitaine  depuis  1993.  L’ADIE  effectue  trois  types  de  prêts  :  
- le   microcrédit   professionnel   destiné   à   la   création   ou   à   la   reprise   d’une   activité  
professionnelle  
- le   microcrédit   personnel  qui   permet   à   des   personnes   de   financer   des   achats   liés   à  
des  problématiques  d’emploi  
- le  prêt  d’honneur,  un  prêt  à  taux  0  qui  joue  un  rôle  de  quasi  fonds  propres  pour  le  
nouvel  entrepreneur  
Le   fonctionnement   et   l’esprit   de   l’ADIE   sont   hérités   du   microcrédit   tel   qu’il   avait   été  
imaginé   par   son   créateur   au   Bangladesh,   Muhammed   Yunus.   Il   s’agit   de   financer   des  
personnes   qui   en   ont   besoin   en   échange   de   la   preuve   de   l’existence   d’un   ou   plusieurs  
proches   qui   apportent   leur   confiance   au   porteur   de   projet.   Ces   proches   doivent   alors   se  
porter  caution  du  prêt  à  hauteur  de  la  moitié  du  montant.  Bien  que  cette  caution  ne  soit  pas  
obligatoire,   elle   permet   de   renforcer   la   relation   prêteur-­‐emprunteur   et   participe   à   la  
réussite   du   remboursement   du   crédit   qui   est   un   des   points   fort   de   l’association   depuis  
plusieurs  années.  
En   Aquitaine,   l’ADIE   dispose   d’une   trentaine   de   salariés   et   de   220   bénévoles.   Grâce   à  
ses  taux  d’intérêt  élevés,  elle  dégage  une  marge  sur  crédit  de  25%  qui  lui  permet  de  jouir  
d’une  plus  grande  autonomie  de  financement  que  la  plupart  des  organismes  de  microcrédit  
en  Aquitaine.    
L’ADIE   fait   preuve   d’une   certaine   orthodoxie   financière.   Elle   emprunte   auprès   des  
banques  pour  prêter  ce  qui  explique  ses  taux  d’intérêt  élevé  et  la  grande  importance  qu’elle  
accorde   aux   remboursements   des   prêts,   qui   sont   nécessaires   à   sa   survie.   L’ADIE   met  
également  un  point  d’honneur  à  faire  entrer  de  manière  progressive  et  pédagogique  dans  
une   logique   de   crédit   des   personnes   exclues   du   système   bancaire   traditionnel   depuis   de  
nombreuses   années.   L’association   attache   beaucoup   d’importance   au   paiement   des  
échéances  et  met  en  place  des  rééchelonnements  de  dette  si  besoin  est.  
L’ADIE   se   caractérise   également   par   une   grande   souplesse   des   démarches.   Un  
emprunteur   potentiel   peut   candidater   sans   dossier   et   l’association   dispose   d’un   numéro  
vert.  De  plus,  l’intervention  est  rapide  (un  RDV  peut  être  pris  sous  huit  jours)  et  le  comité  
de  crédit  se  réunit  toutes  les  semaines.    
Le   suivi   de   l’ADIE   est   personnalisé   et   varié.   L’association   dispose   d’un   réseau   de  
spécialistes   (juristes,   experts   comptables,   chefs   d’entreprise,   etc.)   qui   lui   permet   de   mettre  
en  place  des  accompagnements  adaptés  à  tous  les  cas  qu’elle  traite.  
L’ADIE  travaille  avec  de  nombreux  partenaires  :  
- des   partenaires   bancaires  :   Banque   Populaire,   Crédit   Mutuel,   Crédit   Agricole,   CIC  
Sud  Ouest  
- des  partenaires  de  financement  :  Conseils  généraux,  Conseil  régional  et  Etat  
 

17  

 
 

-

des  partenaires  opérationnels  :  Pôle  Emploi,  Conseils  généraux  

En  janvier  2012,  l’ADIE  a  atteint  un  total  de  100000  crédits  octroyés  depuis  sa  création.  
L’association  est  aujourd’hui  l’IMF  la  plus  importante  en  France.  
 
Chiffres  clés  
 
Nombre  de  prêts  accordés  en  Aquitaine  (2011)  :  600  
Montant  moyen  des  prêts  :  environs  2200€  (1847€  pour  les  prêts  d’honneur)  
Taux  d’intérêt  (sur  tous  les  prêts)  :  9,71%  
Taux  de  retard  :  9%  
Sinistralité  :  2,42%  
 
Présentation  de  l’offre  
 
L’ADIE   dispose   d’un   numéro   vert   permettant   aux   potentiels   emprunteurs   de  
candidater   pour   un   microcrédit   personnel,   professionnel   ou   pour   un   prêt   d’honneur.   De  
nombreux   dossiers   sont   également   envoyés   par   Pôle   Emploi   qui   travaille   en   étroite  
collaboration   avec   l’association.   La   particularité   de   l’ADIE   tient   au   fait   qu’il   n’est   pas  
nécessaire   d’avoir   un   dossier   pour   obtenir   un   prêt.   Seule   une   caution   à   hauteur   de   50%   du  
prêt  est  exigée.  Une  fois  l’entretien  passé  avec  le  potentiel  emprunteur,  le  cas  est  soumis  au  
comité   de   crédit   hebdomadaire   qui   décide   d’accorder   le   prêt   ou   non.   Si   le   prêt   est   accordé,  
un   suivi   personnalisé   est   mis   en   place   avec   une   intensité   plus   ou   moins   forte   selon   la  
fragilité  du  projet.  Cet  accompagnement  peut  concerner  autant  des  éléments  juridiques  que  
comptables  ou  commerciaux.  Il  est  adapté  à  chaque  projet  selon  les  besoins  du  porteur  de  
projet.  
 
Outre  ses  offres  de  microcrédits  personnels,  professionnels  et  ses  prêts  d’honneur,  
l’ADIE   est   un   des   rares   organismes   en   Aquitaine   à   proposer   des   contrats   de   micro-­‐
assurance   en   partenariat   avec   la   MACIF   et   AXA.   Trop   souvent   oublié   ou   jugé   inutile,   ce  
dispositif  permet  aux  entrepreneurs  de  disposer  d’une  responsabilité  civile  professionnelle  
qui  les  protège  en  cas  d’accident  dans  le  cadre  de  leur  activité  de  travailleur  indépendant.  
Ils   peuvent   également   bénéficier   de   garanties   sur   les   biens   et   sur   le   matériel   professionnel  
et   sont   protégés   financièrement   en   cas   de   coup   dur   qui   les   empêcherait   de   travailler.   En  
2011,  103  personnes  ont  fait  appel  aux  services  de  micro-­‐assurance  de  l’association.  
L’ADIE  développe  également  des  activités  de  micro-­‐franchise  (récemment  a  été  créé  
«  Chauffeur   and   go  »   un   organisme   de   chauffeur   sans   voiture   pour   les   déplacements  
professionnels   et   personnels),   ainsi   que   des   formations   qui   permettent   à   des   personnes   de  
démarrer  avec  des  projets  clés  en  main.  
Enfin,   l’ADIE   a   développé   des   liens   très   forts   avec   les   gens   du   voyage,  
particulièrement   exclus   du   circuit   bancaire   classique.   Une   offre   leur   permet   d’obtenir   un  
crédit   à   condition   que   tous   les   membres   de   leur   famille   soient   à   jour   dans   leurs  
remboursements.  
L’ADIE   a   refusé   de   devenir   opérateur   NACRE   car   elle   a   jugé   que   l’offre   ne  
correspondait   pas   au   public   qu’elle   visait   et   ne   remplissait   pas   correctement   son   rôle   de  
quasi  fonds  propres.  
 
 
 
 
 

18  

 
 
 
-

 
-

 
-

 
-

Atouts/Faiblesses  de  l’organisme  
Atouts  
l’ADIE   présente   la   particularité   de  
s’adresser   à   un   public   plus   fragile  
financièrement   que   la   plupart   des   autres  
organismes.  L’ADIE  apparaît  donc  comme  
l’une  des  IMF  la  plus  sociale  de  la  région.  
les   interventions   sont   rapides   (un   RDV  
peut   être   pris   sous   huit   jours)   et    
l’association   est   très   facile   d’accès  
(numéro  vert)  
l’ADIE   bénéficie   d’une   notoriété   plus  
importante   que   les   autres   organismes   car    
elle   a   misé   sur   une   politique   de  
communication  forte  et  volontariste  
l’ADIE   est   un   organisme   national   ce   qui    
lui   permet   d’avoir   une   influence   et   une  
force   de   frappe   plus   importantes   que   les  
autres  organismes  

-

Faiblesses  
les   plans   de   financement   sont  
structurellement   limités   à   cause   des  
faibles  montants  prêtés.  Ils  ne  permettent  
pas   au   projet   de   prendre   de   l’ampleur  
(existence   d’une   limite   supérieure   de  
10000   €,   insuffisante   pour   certains  
projets  d’entreprise  de  production)  

-

l’ADIE   rencontre   des   problèmes   pour  
financer   l’accompagnement   qui   est  
d’autant   plus   coûteux   que   le   projet   est  
fragile  

-

l’absence  de  fonds  propres  du  public  visé  
par  l’ADIE  est  un  frein  à  la  réalisation  de  
certains  projets  

 

 
 
Contact  
 
 
Numéro  Vert  gratuit  :  0800  800  566  
courriel  :  aquitaine@adie.org  
Délégation  Aquitaine  Boutique  de  l’initiative,  11  av  du  Général  Delestraint,  33  310  
Lormont,  
tél.  :  05  56  29  09  23  fax  05  57  19  56  25  
Agen  :  6,  rue  Pierre  Mendès  France,  47  550  Boe,  tél.  :  05  53  96  87  95  
St  Astier  :  La  Fabrique,  place  du  Général  de  Gaulle,  24  110  St  Astier,  tél.  :  05  53  04  24  81  
Anglet  :  Centre  Jorlis,  Résidence  de  l’Alliance,  64  600  Anglet,  tél.  :  05  59  58  23  86  
Pau  :  41  rue  Bonado,  64  000  Pau,  tél.  :  05  59  98  45  09  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

19  

 
 

 

CROIX-­‐ROUGE  FRANÇAISE  

 
 
Présentation  de  l’organisme  

 

Fondée   en   1864,   la   Croix-­‐Rouge   française   est   une   association   loi   de   1901   reconnue  
d’utilité   publique   depuis   1945.   Elle   est   présente   sur   le   marché   aquitain   du   microcrédit  
depuis  novembre  2011.  La  Croix-­‐Rouge  repose  sur  sept  principes  qui  prévalent  également  
dans  son  activité  du  microcrédit  :    
- Humanité  :  la  Croix-­‐Rouge  tend  à  protéger  la  vie  et  la  santé,  ainsi  qu’à  faire  respecter  
la  personne  humaine.  Elle  favorise  la  compréhension  mutuelle,  l’amitié,  la  
coopération  et  une  paix  durable  entre  tous  les  peuples  
- Impartialité  :  la  Croix-­‐Rouge  ne  fait  aucune  distinction  de  nationalité,  de  race,  de  
religion,  de  condition  sociale  et  d’appartenance  politique  
- Neutralité  :  la  Croix-­‐Rouge  s’abstient  de  prendre  part  aux  hostilités,  aux  
controverses  d’ordre  politique,  racial,  religieux  ou  idéologique  
- Indépendance    
- Volontariat  :  la  Croix-­‐Rouge  est  un  mouvement  de  secours  volontaire  et  
désintéressé  
- Unité  :  il  ne  peut  y  avoir  qu’une  seule  société  de  la  Croix-­‐Rouge  ou  du  Croissant-­‐
Rouge    dans  un  même  pays  
- Universalité  :  au  sein  du  mouvement  international  de  la  Croix-­‐Rouge  et  du  Croissant-­‐
Rouge  les  sociétés  ont  des  droits  égaux  et  le  devoir  de  s’entraide  
 
 
Présentation  de  l’offre    
 
La   plupart   des   candidats   viennent   directement   solliciter   l’association   après   avoir  
entendu   parler   du   dispositif   à   travers   le   bouche-­‐oreille   ou   après   une   recherche   sur  
internet.  Il  est  demandé  aux  candidats  de  fournir  une  liste  de  documents  parmi  lesquels  un  
éventuel   plan   d’étalement   de   la   Banque   de   France   et   un   devis   ou   un   bon   de   commande  
justifiant  l’achat  qui  sera  réalisé  avec  le  crédit.  La  Croix-­‐Rouge  n’offre  que  des  microcrédits  
dits  sociaux  non  destinés  à  développer  une  activité  professionnelle  mais  axés  sur  les  points  
suivants  :    
- emploi  
- mobilité  
- accès  à  l’éducation,  à  la  formation  
- logement  
- équipement  ménager    
- santé  
- cohésion  familiale  

 

20  

 
Les  dépenses  considérées  comme  futiles  font  systématiquement  l’objet  d’un  refus.  
Les  dossiers  sont  d’abord  étudiés  par  le  référent  de  la  Croix-­‐Rouge  qui  pose  3  questions  à  
la  personne  au  cours  d’un  entretien  :  
- Etes-­‐vous  en  condition  d’exclusion  bancaire  ?  (cette  condition  n’est  toutefois  pas  
nécessaire  pour  obtenir  un  prêt)  
- Avez-­‐vous  un  revenu,  quel  qu’il  soit  ?  
- Etes-­‐vous  fichés  à  la  Banque  de  France  ?  Si  oui,  quel  type  d’interdit  avez-­‐vous  ?  
(chèque,  carte,  plan  de  redressement  personnel).  Dans  le  cas  où  la  personne  est  
fichée   à   la   Banque   de   France,   celle-­‐ci   est   contactée   pour   obtenir   ou   non   une  
autorisation.  Dans  le  cas  d’un  effacement  de  dette  de  moins  de  5  ans,  le  prêt  n’est  
pas  accordé.    
 
Une  fois  que  le  dossier  a  passé  ce  1er  barrage  il  est  soumis  avec  avis  (avis  du  parrain  
avec   éventuellement   un   courrier   personnel   de   l’emprunteur   potentiel   dans   lequel   il  
explique   lui   même   ses   besoins)   au   Crédit   Coopératif   qui   est   le   principal   partenaire   de   la  
Croix-­‐Rouge.  C’est  à  cet  organisme  que  revient  la  décision  finale  d’accorder  ou  non  le  prêt.    
 Une  fois  le  dossier  accepté,  une  convention  d’accompagnement  est  signée  entre  les  
deux   parties   (emprunteur   et   Croix-­‐Rouge).   Elle   met   en   place   un   accompagnement  
téléphonique.   La   Croix-­‐Rouge   s’efforce   autant   que   possible   de   réorienter   les   personnes  
refusées   vers   les   organismes   plus   adaptés   (accompagnement,   gestion   du   budget,   cas   de  
surendettement,  assistante  sociale,  etc.)  
 
Récapitulatif  de  l’offre  de  microcrédit  de  la  Croix-­‐Rouge  
 
Type  :  microcrédits  personnels  (sociaux)  
Montant  :  3000  €  max    
Durée  :  36  mois  max  
Taux  d’intérêt  :  2,99%  (généralement  aux  conditions  du  marché)  
Taux  de  remboursement  :  100%  
Garantie  :  perte  supportée  par  la  Croix-­‐Rouge  
Couverture  Géographique  :  Toute  la  Gironde  et  une  partie  du  Lot-­‐et-­‐Garonne  
 
 
Atouts/Faiblesses  de  l’organisme  
 
Atouts  
Faiblesses  
- la   primauté   donnée   à   l’aspect  
- un   suivi   uniquement   téléphonique  
solidaire   et   humanitaire   qui   est   au  
qui   ne   permet   pas   une   relation   de  
cœur   de   la   mission   de   la   Croix-­‐
proximité    
Rouge  
 
 
- des  volumes  de  financement  limités  
- l’image   positive   de   la   Croix-­‐Rouge  
qui   ne   permettent   pas   de   financer  
inspire  
la  
confiance  
aux  
une  activité  professionnelle  
emprunteurs   et   permet   d’établir    
une  relation  solide  et  durable  
 
 
 
 
 
 
 

21  

 
Contact  

 
Responsable  :  Mme  Josiane  COUDRET,  tél  :  06  21  19  04  27  
Adresse  :  130  cours  Alsace-­‐Lorraine,  33000  BORDEAU  
 
 
 
GIRONDE  INITIATIVE  
 

 

 

Présentation  de  l’organisation    
La  plate-­‐forme  d’initiative  locale  Gironde  Initiative  a  été  créée  au  mois  de  mai  2000,  et  
compte  parmi  ses  principaux  membres  le  Conseil  Général  de  la  Gironde,  le  Conseil  Régional  
d'Aquitaine,  la  Communauté  Urbaine  de  Bordeaux,  la  Chambre  de  Commerce  et  d'Industrie  
de  Bordeaux,  la  Chambre  de  Commerce  et  d'Industrie  de  Libourne,  la  Chambre  de  Métiers  
et  de  l'Artisanat  de  la  Gironde,  la  Caisse  des  Dépôts  et  Consignations,  la  Caisse  d'Epargne  
Aquitaine   Poitou-­‐Charentes,   la   Caisse   Régionale   du   Crédit   Agricole   Mutuel   d'Aquitaine,   la  
Banque   Populaire   du   Sud-­‐Ouest.   Gironde   Initiative   bénéficie   également   des   fonds  
européens   FEDER   (Fonds   Européen   de   Développement   Régional)   et   FSE   (Fonds   Social  
Européen).  L’organisme  pratique  trois  types  de  prêts  :  
-

un  prêt  d’honneur  créateur  
un  prêt  d’honneur  repreneur  d’entreprise,  appelé  prêt  Aquitaine  Transmission  
un  prêt  NACRE  dans  le  cadre  du  dispositif  du  même  nom  

Adhérente   de   France   Initiative,   l’association   a   pour   vocation   l'attribution   de   prêts  
d'honneur   aux   créateurs   et   repreneurs   de   petites   ou   de   très   petites   entreprises.   Les  
objectifs  de  Gironde  Initiative  sont  les  suivants  :  
-­‐
-­‐
-­‐

développer   et   sécuriser   la   création   d'entreprises   par   l'attribution   de   prêts  
d'honneur  destinés  à  renforcer  les  fonds  propres  des  jeunes  entreprise  
favoriser   la   création   d'entreprises   dans   les   zones   les   plus   fragiles   du   département  
dans  une  logique  de  développement  du  territoire  
rompre   l'isolement   des   chefs   d'entreprises   par   des   procédures   de   suivi   et   de  
parrainage.   Les   parrains   sont   issus   du   monde   économique   et   ont   pour   mission  
d'accompagner   les   créateurs   au   cours   des   premières   années   d'existence   de   leur  
entreprise.  
 
 
 

 

22  

 
Présentation  de  l’offre  
Le  prêt  d’honneur  créateur    
Bénéficiaires  :   Les   créateurs   de   petites   et   très   petites   entreprises   de   moins   d’un   an,   de   tout  
secteur   d’activité,   à   l’exception   de   la   production   agricole,   de   l’intermédiation   financière,   de  
la   promotion   ou   de   la   location   immobilière,   les   professions   libérales   et   les   agents  
commerciaux  sur  l'ensemble  du  territoire  de  la  Gironde.  L’effectif  de  l’entreprise  doit  être  
inférieur  à  10  salariés  et  le  total  des  besoins  de  plan  de  financement  inférieur  à  200  000  €.    
Conditions  d’éligibilité  :  Sans  garantie  personnelle  ou  réelle  (à  l’exception  d’une  assurance  
décès  et  invalidité  pour  le  montant  et  la  durée  du  prêt  d’honneur).  
Prêt   non   cumulable   avec   l’ADIE,   Aquitaine   Entreprendre,   la   Caisse   Sociale   de  
Développement  Local  et  le  prêt  Nacre  qu'elle  que  soit  la  structure  d'accompagnement  
Obligation  d’avoir  un  prêt  bancaire  complémentaire  
Obligation  d'avoir  un  parrain  bénévole  pour  le  suivi  après  création  
Montants  :  de  1500  à  7600  €  à  0%  
Durée  :  60  mois  maximum,  différé  de  remboursement  inclus  
Différé  de  remboursement  :  de  3  à  18  mois  en  fonction  des  conditions  d’exploitation  de  
l’entreprise  
Garantie  :  Chaque  prêt  d’honneur  bénéficie  d’une  garantie  auprès  d’Oséo  
 
Chaque   prêt   fait   l’objet   d’un   parrainage.   Le   parrain   est   un   bénévole   d’une  
association   partenaire   désigné   au   cours   du   comité   d’agrément.   Sa   mission   est   de   rompre  
l’isolement   du   chef   d’entreprise,   lui   faire   bénéficier   de   son   expérience   et   lui   fournir   des  
contacts   professionnels.   Une   charte   de   parrainage   lie   le   créateur,   le   parrain   et   Gironde  
Initiative.    
 
Le  prêt  d’honneur  repreneur  d’entreprise  (Aquitaine  Transmission)  
 
Bénéficiaires  :   Les   repreneurs   de   petites   et   très   petites   entreprises   de   moins   d’un   an,   de  
tout   secteur   d’activité,   à   l’exception   de   la   production   agricole,   de   l’intermédiation  
financière,   de   la   promotion   ou   de   la   location   immobilière,   les   professions   libérales,   les  
agents  commerciaux.    
 
Ce  prêt  d’honneur  se  décompose  en  deux  interventions  :    
 
1. Le  prêt  d’honneur  principal  
 
Condition  d’éligibilité  :  Sans  garantie  personnelle  ou  réelle  (à  l’exception  d’une  assurance  
décès  et  invalidité  pour  le  montant  et  la  durée  du  prêt  d’honneur).  
Non   cumulable   avec   l’ADIE,   Aquitaine   Entreprendre,   la   Caisse   Sociale   de   Développement  
Local  et  le  prêt  Nacre  qu'elle  que  soit  la  structure  d'accompagnement  
Obligation  d’avoir  un  prêt  bancaire  
Montants  :  de  1500  à  7500  €  à  0%  
Durée  :  60  mois  maximum,  différé  de  remboursement  inclus  
Différé   de   remboursement   :   de   3   à   6   mois   en   fonction   des   conditions   d’exploitation   de  
l’entreprise  
 
Garantie  :  chaque  prêt  d’honneur  bénéficie  d’une  garantie  auprès  d’Oséo  
 

23  

 
2. Un  prêt  d’honneur  complémentaire  Aquitaine  Transmission    

 
Conditions  d’éligibilité  :  Sans  garantie  personnelle  ou  réelle  ni  contre  garantie  Oséo  
Doit  être  adossé  à  un  prêt  d’honneur  d’un  montant  minimum  de  7  500  €  octroyé,  pour  le  
même  objet,  dans  les  90  jours  qui  précèdent  la  décision  
L’effet  de  levier  de  chaque  prêt,  adossé  sur  des  prêts  bancaires  complémentaires  doit  être  
compris  entre  2  et  5  
Non   cumulable   avec   l’ADIE,   Aquitaine   Entreprendre,   la   Caisse   Sociale   de   Développement  
Local  et  le  prêt  Nacre  
Le  total  de  l’apport  personnel  du  repreneur,  du  prêt  d’honneur  Gironde  Initiative  et  du  prêt  
d’honneur  Aquitaine  Transmission  doit  représenter  moins  de  40%  du  besoin  financier  
Le   cédant   doit   partir   à   la   retraite   ou   avoir   minimum   55   ans   ou   avoir   des   problèmes   de  
santé  importants.  (sauf  accord  préalable  du  conseil  régional)  
Montants  :  de  2500  à  7500  €  à  0%  
Durée  :  60  mois  maximum,  différé  de  remboursement  inclus  
Différé  de  remboursement  :  De  3  à  6  mois,  en  fonction  des  conditions  d’exploitation  de  
l’entreprise  
 
Le  parrainage  s’effectue  de  la  même  manière  que  pour  un  prêt  créateur.  
 
Le  prêt  NACRE    
 
Le   prêt   NACRE   s’effectue   selon   les   dispositions   définies   par   l’Etat   et   décrites  
précédemment.  
 
Contact    
 
Responsable  :  M.  Franck  MAURRAS,  tél  :  05  56  32  69  35,  courriel  :  f.maurras@gironde-­‐
initiative.fr  
 
 
 
SECOURS  CATHOLIQUE  
 

 
 

 

Présentation  de  l’organisme  
 
 
Le   Secours   Catholique   est   une   association   à   but   non   lucratif   créée   le   8   septembre  
1946  par  l’abbé  Jean  Rodhain.  L’association  est  particulièrement  attentive  aux  problèmes  
de   pauvreté   et   d’exclusion   et   promeut   la   justice   sociale.   Reconnue   d’utilité   publique   en  
1962,   elle   a   été   déclarée   grande   cause   nationale   en   1988.   Elle   établit   aussi   des   rapports  
pour   le   gouvernement   en   matière   sociale   notamment.   Elle   constitue   la   branche   française  
du  réseau  Caritas  Internationalis.    
 
Le  Secours  Catholique  propose  une  offre  de  microcrédit  personnel  depuis  2005  en    
Gironde.   Cette   offre   s’inscrit   dans   une   politique   d’aide   à   la   personne   menée   par  
l’association  depuis  sa  création.  L’objectif  de  l’association  est  de  permettre  à  des  personnes  
 

24  

 
exclues  de  se  réinsérer  et  de  retrouver  leur  dignité.  Jusqu’au  31  décembre  2011,  le  Secours  
Catholique  travaillait  avec  deux  partenaires  :    
-­‐ Cofinoga    
-­‐ Le  Crédit  Coopératif  (également  partenaire  de  la  Croix-­‐Rouge)  
Suite  à  des  problèmes  internes,  Cofinoga  a  stoppé  son  partenariat.  Aujourd’hui,  le  Secours  
Catholique  travaille  uniquement  avec  le  Crédit  Coopératif.    
Depuis   2005,   le   Secours   Catholique   a   accordé   39   prêts   pour   un   montant   total   de  
81899  euros.  
 
Chiffres  clés  (2011)  
 
Demandes  enregistrées  :  21  
Crédits  accordés  :  12  (7  abandons,  2  refus)  
Montant  total  prêté  :  24800  €  
Montant  moyen  prêté  :  2050  €  environ  
Présentation  de  l’offre  
 
 
Le   Secours   Catholique   propose   un   microcrédit   personnel   pour   des   besoins   très  
variés  et  non  nécessairement  liés  à  un  retour  à  l’emploi.  Toutefois,  environ  70%  des  prêts  
accordés   concernent   l’achat   d’un   véhicule   ou   l’obtention   d’un   permis   de   conduire   pour   des  
besoins   professionnels.   Le   reste   concerne   des   dépenses   liées   à   la   formation   ou   des  
dépenses  diverses  de  la  vie  quotidienne.    
 
Le   public   visé   concerne   essentiellement   des   personnes   à   faibles   revenus,   souvent  
bénéficiaires   des   minimas   sociaux   (allocations   chômage,   handicap,   RSA,   etc).   Il   s’agit  
souvent  de  femmes  seules  avec  enfants.  
 
Les   personnes   demandeuses   d’un   microcrédit   sont   généralement   déjà   en   contact  
depuis   un   certain   temps   avec   une   des   équipes   locales   réparties   sur   l’ensemble   de   la  
Gironde   divisée   en   7   territoires.   Pour   le   reste,   les   demandes   sont   la   conséquence   du  
bouche-­‐à-­‐oreille   ou   de   l’envoi   de   dossier   par   des   assistantes   sociales   en   relation   avec   le  
Secours   Catholique.   Le   Secours   Catholique   n’exige   aucun   apport   personnel   et   aucune  
caution.   La   seul   exigence   est   la   signature   de   l’engagement   d’accompagnement  :  
l’emprunteur   s’engage   à   se   faire   accompagner   par   un   bénévole   du   Secours   Catholique  
pendant   toute   la   durée   de   son   prêt.   La   décision   finale   est   prise   conjointement   avec   les  
partenaires   (à   la   différence   de   la   Croix-­‐Rouge   où   la   décision   finale   est   prise   par   le   Crédit  
Coopératif  seul).  Le  processus  de  décision  suit  une  chaîne  de  quatre  acteurs  :  
1. L’équipe  locale  :  c’est  un  maillon  déterminant  car  il  est  en  contact  direct  et  régulier  
avec   le   demandeur   ce   qui   lui   permet   d’appréhender   sa   situation   et   de   définir   sa  
demande  
2. Le  référent  Gironde  :  il  instruit  et  prépare  le  dossier  pour  aider  à  la  prise  de  décision  
3. Le  CODAS  (Comité  d’Action  Sociale)  :  il  donne  son  avis  sur  l’aspect  plus  «  humain  »  
du  dossier  
4. Le  Bureau  de  la  délégation  :  il  décide  de  l’octroi  du  prêt  
L’accompagnement   est   assuré   par   une   équipe   du   Secours   Catholique   pendant   toute   la  
durée  du  crédit.  L’objectif  est  d’aider  les  personnes  à  améliorer  leur  situation  personnelle,  
de   stabiliser   leur   situation   financière   et   autant   que   possible,   de   contribuer   à   leur  
réinsertion  professionnelle.    
 
Les  prêts  sont  financés  par  le  Crédit  Coopératif  et  garantis  par  le  Secours  Catholique  
à  hauteur  de  50%  et  par  le  Crédit  Coopératif  pour  l’autre  moitié.    
 
En   cas   de   besoin,   les   procédures   de   recouvrement   sont   effectuées   par   le   Crédit  
Coopératif,  mais  elles  sont  toujours  engagées  sur  avis  du  Secours  Catholique.    
 

25  

 
 
La   particularité   de   l’offre   du   Secours   Catholique   réside   dans   la   possibilité   de  
bénéficier  d’un  don  en  complément  du  microcrédit.  Ce  coup  de  pouce,  qui  peut  aller  jusqu’à  
2000  euros,  peut  être  obtenu  après  publication  de  la  demande  dans  le  journal  du  Secours  
Catholique  «  Message  ».  Un  ou  plusieurs  donateurs  envoient  leurs  dons  anonymement  à  la  
personne  qui  fait  la  demande.  Ce  dispositif  permet  de  compléter  un  microcrédit  dans  le  cas  
où  le  montant  maximum  de  3000  €  est  insuffisant.    
 
Récapitulatif  de  l’offre    
 
Montant  :  3000  €  max    
Taux  d’intérêt  :  3,5%  
Durée  :  36  mois  
 
 
Atouts/Faiblesses  de  l’organisme  
 
Atouts  
Faiblesses  
-­‐ le   Secours   Catholique   de   par   ses  
-­‐ Les  interventions  sont  réalisées  par  
activités  est  en  relation  très  étroite  
des   bénévoles   dont   les   plages   de  
avec   des   personnes   fragiles  
disponibilités   ne   sont   pas   toujours  
socialement   et/ou   financièrement  
les   plus   adaptées   à   un   traitement  
qui  sont  les  bénéficiaires  privilégiés  
rapide  des  dossiers  
du  microcrédit  
 
 
-­‐ le   processus   de   décision   long   car  
-­‐ le   Secours   Catholique,   tout   comme  
les   dossiers   sont   étudiés   par   de  
la   Croix-­‐Rouge,   bénéficie   d’une  
nombreux   intermédiaires.   Les  
image   positive   qui   facilite  
délais   du   Crédit   Coopératif   sont  
l’établissement   d’une   relation   de  
particulièrement   longs   avec   un  
confiance  
délai   moyen   de   21   jours   en   2012  
 
pour  un  délai  théorique  de  2  jours  
-­‐ le   complément   possible   apporté    
par   le   don   permet   une   aide   plus  
-­‐ le   Secours-­‐Catholique   dispose   d’un  
importante   pour   les   plus   démunis  
référent   départemental   dont   la  
en  particulier    
présence   garantit   la   survie   de  
l’activité   de   microcrédit.   En   cas   de  
départ   de   cette   personne,   c’est  
toute   l’activité   qui   pourrait   être  
menacée  
 
Contact  
 
Responsable  :  M.  Francis  MANESCAU,  tél  :  05  56  98  35  29  
Courriel  :  francis.manescau@wanadoo.fr  
 
 
 
 
 
 
 
 

26  

 
CLUB  LOCAL  D’EPARGNE  POUR  LES  FEMMES  QUI  ENTREPRENNENT  (CLEFE)  
 
 

 

 
Présentation  de  l’organisme    

 

Le   dispositif   CLEFE   a   été   créé   par   l’association   RACINES   (Réseau  
d'Accompagnement   des   Créations   et   Initiatives   avec   une   Nouvelle   Épargne   de   Solidarité  
fondée   en   1989)   qui   est   un   réseau   d’accompagnement   des   créations   d’entreprise   par   les  
femmes.  Les  CLEFE  sont  aujourd’hui  gérés  par  l’association  Hemen.  L’objectif  d’un  CLEFE  
est   de   participer   au   financement   de   la   création   ou   du   développement   d’une   entreprise  
créée   ou   gérée   par   une   ou   plusieurs   femmes.   Les   CLEFE   sont   présents   dans   6   régions  
(Aquitaine,  Midi-­‐Pyrénées,  Bretagne,  Picardie,  Guadeloupe,  Rhône-­‐Alpes)  et  ont  financé  des  
entreprises  dans  10  régions  (les  6  régions  citées  précédemment  ainsi  que  la  région  PACA,  
la   région   Pays-­‐de-­‐Loire,   l’Ile   de   France,   et   le   Limousin).   En   Aquitaine,   les   CLEFE   sont  
essentiellement  présents  au  Pays  Basque  qui  compte  un  total  de  12  organismes  de  ce  type.  
Depuis   1989,   forte   de   son   expérience   de   la   création   d’entreprise   par   les   femmes,  
RACINES  a  engagé  une  véritable  réflexion  sur  l’épargne  de  proximité  comme  acteur  dans  la  
création  d’entreprises.  En  s’appuyant  sur  cette  épargne  de  proximité  et  sur  leur  expertise,  
les   CLEFE   répondent   aux   besoins   des   femmes   porteuses   d’un   projet   d’entreprise.   Ils  
permettent   à   ces   femmes   d’obtenir   un   prêt   sans   apport   personnel   et   sans   garantie,   à   un  
taux   d’intérêt   compétitif   et   leur   proposent   un   accompagnement   pour   la   création   et   le  
développement   de   leur   entreprise  :   mise   en   relation   avec   des   centres   d’appui   ou   des  
personnes  compétentes,  soutien  psychologique,  ouverture  de  carnets  d’adresse,  etc.  
 
Présentation  de  l’offre    
 
 
Un  CLEFE  collecte  de  l’épargne  de  proximité  auprès  de  plusieurs  épargnants  (entre  
5  et  20  personnes,  nombre  conseillé  par  RACINES  pour  une  meilleure  gestion  du  groupe).  
Le   droit   d’entrée   est   fixé   par   le   CLEFE   et   correspond   généralement   à   une   mensualité  
d’épargne,  situé  entre  15  et  140  €  par  mois  pour  une  durée  moyenne  de  12  mois.  Le  CLEFE  
étudie   ensuite   les   projets   qui   lui   sont   présentés   sur   le   plan   financier,   technique   et  
commercial.   Une   fois   le   projet   validé   une   convention   est   signée   avec   la   créatrice  :   elle  
stipule  les  modalités  du  prêt  et  de  l’accompagnement.  Enfin,  le  CLEFE  assure  régulièrement  
un  suivi  de  gestion  de  l’entreprise  grâce  à  des  données  chiffrées  de  l’exploitation  et  aide  à  
corriger   sa   trajectoire   si   nécessaire.   Le   suivi   a   pour   objectif   de   sortir   la   créatrice   de  
l’isolement   grâce   en   particulier   à   la   constitution   d’un   carnet   d’adresse.   Dans   certaines  
situations,  une  restructuration  de  la  dette  (montant  et  échéance)  peut  être  envisagée.  
Un  CLEFE  peut  se  former  pour  le  besoin  d’un  projet  mais  aussi  exister  sans  projet  
fixé  dans  l’immédiat  :  il  collecte  alors  l’épargne  en  prévision  du  financement  d’une  activité  
future.   Un   CLEFE   finance   toute   sorte   de   projet   (activités   commerciales,   services   aux  
particuliers,   aux   entreprises,   activité   de   pêche)   mais   n’accorde   que   des   microcrédits  
professionnels  ou  de  soutien  à  une  activité  professionnelle.    
 
Le  public  visé  par  les  CLEFE  est  exclusivement  féminin  mais  les  épargnants  peuvent  
être   masculins.   Ces   femmes   doivent   être   porteuses   d’un   projet,   sont   souvent   sans   capital  
 

27  

 
personnel   et   disposent   de   faibles   revenus.   Le   prêt   CLEFE   peut   se   faire   également   en  
complément  d’un  prêt  bancaire.    
 
Récapitulatif  de  l’offre  :  
 
Type  de  prêt  :  professionnel  
Montants  :  de  1000  à  6000  €,  dépend  des  épargnants  
Conditions  d’éligibilité  :  être  une  femme  (aucun  apport  personnel  ni  caution  exigés)  
Taux   d’intérêt  :   entre   2   et   3%   voire   taux   zéro   pour   certains   CLEFE   (le   taux   d’intérêt   est  
déterminé  par  les  CLEFE)  
Durée  :  2  à  3  ans  
Différé  d’amortissement  :  jusqu’à  6  mois  
Garantie  :   aucune   (pertes   supportées   par   les   épargnants)  ;   si   le   projet   est   éligible   FGIF  
(Fonds   de   Garantie   pour   la   création   et   le   développement   d’entreprise   à   l’initiative   des  
femmes),  les  prêts  inférieurs  à  38000€  sont  garanties  à  70%  par  ce  fonds  avec  un  plafond  
de  27000€  garanti  pour  les  prêts  d’un  montant  supérieur  
Sinistralité  :  environ  10%  
 
Atouts/Faiblesses  de  l’organisme  
 
Atouts  
Faiblesses  
-­‐ l’offre   exclusivement   réservée   aux  
-­‐ les   pertes   sont   supportées   par   les  
femmes   permet   de   lutter   contre   les  
épargnants   et   peuvent   peser   sur   la  
discriminations   à   leur   encontre  
relation  prêteurs-­‐emprunteur  
particulièrement   présentes   dans   le  
 
monde  de  la  création  d’entreprises  
-­‐ les   plans   de   financements   sont   limités  
 
par   les   montants   épargnés   souvent  
-­‐ le   club   d’épargnants   permet   de   créer  
faibles  
une   relation   privilégiée   entre   les    
financeurs  et  l’emprunteur  
 
 
-­‐ la   souplesse   de   la   mise   en   place   d’un  
CLEFE   permet   des   financements  
rapides  pour  toute  sorte  de  projets  
 
 
 
 
 
Contact    
 
RACINES  :  www.racines-­‐clefe.com  
Association  RACINES,  8  rue  des  Mariniers  75014  PARIS,  tel  01  45  43  19  99,  
hcaroff@romanini.eu  
CLEFE  en  Pays  Basque,  association  Hemen,  tél  05  59  52  56  02,  www.hemen-­‐herrikoa.org    
hemen@hemen-­‐herrikoa.org    
 
 
 
 
 

28  

 
 

COMITE  LOCAL  D’EPARGNE  POUR  LES  JEUNES  (CLEJ)  

Un   CLEJ   une   association   composée   d’épargnants   cotisants   par   exemple   15€   par  
mois  pendant  un  an  (Montants  et  durée  de  cotisation  libre).  La  somme  épargnée  est  ensuite  
prêtée  à  taux  0%  à  des  jeunes  entrepreneurs  qui  créent  ou  développent  une  activité  sur  le  
territoire  concerné.  Après  quelques  mois  d’activité,  les  entrepreneurs  remboursent  au  CLEJ  
les   sommes   prêtées   et   les   cotisants   récupèrent   donc   leur   épargne.   Les   CLEJ   sont  
essentiellement  implantés  au  Pays  Basque.    
 
Contact  :  Centre  multiservices,  maison  Arhanpia,  64470  Tardets,  tél.  :  05  59  28  67  62,  
asso.azia@wanadoo.fr  
 
 
b. Les  partenaires  bancaires  
 
CAISSE  D’EPARGNE  AQUITAINE  POITOU-­‐CHARENTES  (CEAPC)  
 
 

 
 
 

Présentation  de  l’organisme  

La  Caisse  d’Epargne  est  un  groupe  bancaire  créé  en  1818  sous  la  forme  juridique  
d’une  banque  mutualiste.  Elle  est  engagée  dans  une  activité  de  microcrédit  depuis  2007,  
par  l’intermédiaire  de  2  dispositifs  :  
- La  Caisse  Sociale  de  Développement  Local  (en  Gironde,  Dordogne  et  Lot-­‐et-­‐Garonne,  
voir  article  détaillé  CSDL)  
- Le  Parcours  Confiance  qui  porte  sur  les  microcrédits  sociaux  et  professionnels  (sur  
les  4  départements  de  Poitou-­‐Charentes  et  les  2  départements  de  l’Adour)  
Le   dispositif   mis   en   place   par   la   CEAPC   est   relativement   important   puisque   8  
collaborateurs  à  temps  plein  sont  dédiés  au  microcrédit  (1  collaborateur  par  département).  
De  plus,  elle  met  à  disposition  de  la  Caisse  Sociale  de  Développement  Locale,  3  salariés  à  
taux  plein.  
La   Caisse   d’Epargne   est   une   banque   coopérative   depuis   près   de   200   ans.   Elle   est  
engagée   dans   des   actions   solidaires   depuis   le   début   du   XXème   siècle   suivant   plusieurs  
principes  :  
- l’engagement  dans  des  actions  liées  aux  valeurs  de  l’intérêt  général  
- l’intervention  en  proximité  de  ses  territoires  
- l’assistance  aux  personnes  en  difficulté  

 

29  

 
L’engagement  de  la  Caisse  d’Epargne  repose  également  sur  une  obligation  légale.  La  loi  du  
25   juin   1999   astreint   chaque   Caisse   d’Epargne   à   «  consacrer   une   partie   de   son   excédent  
d’exploitation  au  financement  de  projets  d’économie  locale  et  sociale  ».  Cet  engagement  a  été  
confirmé   par   la   loi   du   4   août   2008   qui   inscrit   le   réseau   des   Caisse   d’Epargne   dans   une  
mission   de   «  lutte   contre   l’exclusion   bancaire   et   financière   de   tous   les   acteurs   de   la   vie  
économique,  sociale  et  environnementale  ».  
Enfin,   la   CEPAC   est   également   un   des   nombreux   partenaires   financiers   du   réseau  
Aquitaine   Active   et   finance   à   ce   titre   des   projets   présentés   par   cette   association   (voir  
article  détaillé  Aquitaine  Active)  
 
 
Présentation  de  l’offre  
 
Le  dispositif  Parcours  Confiance    
 
Le   dispositif   Parcours   Confiance   s’adresse   à   des   personnes   exclues   totalement   ou  
partiellement  du  crédit  bancaire  classique.  Une  importante  partie  de  bénéficiaires  sont  déjà  
clients  de  la  CEAPC  (76%)  ce  qui  témoigne  d’une  relation  très  étroite  entre  ce  dispositif  et  
les  agences  bancaires  classiques  du  groupe.    
L’association  est  dotée  à  100%  par  la  CEAPC  qui  se  charge  de  l’ensemble  du  dispositif  :  
- administration  
- gestion  des  crédits  enregistrés  dans  le  compte  de  la  banque  
- gestion  des  personnels  
Les   microcrédits   sociaux   sont   garantis   à   50%   par   le   fonds   de   cohésion   sociale   et   à   50%  
par   la   Caisse   d’Epargne   tandis   que   les   microcrédits   professionnels   sont   garantis   à   65%   par  
France  Active  et  à  35%  par  la  Caisse  d’Epargne.    
Les  conditions  d’accès  au  Parcours  Confiance  sont  les  suivantes  :    
- le  client  est  porteur  d’un  projet  destiné  à  améliorer  ses  conditions  de  vie  
o Emploi  et  mobilité  
o Logement  et  équipement  
o Formation  et  éducation  
o Santé  
- le  client  a  besoin  d’un  accompagnement  renforcé  
o Suivi  plus  fréquent  des  comptes  
o Conseils  budgétaires  
o Accompagnement  social  
o …  
- le  client  a  besoin  de  se  financer    
o Mobilité  :  permis  de  conduire,  achat  ou  réparation  du  véhicule  
o Equipement  :  électroménager,  chauffage,  informatique,  aménagements  
handicap  
o Logement  :  frais  de  déménagement  et  d’installation  
o Formation  :  études,  formation  ou  bilan  de  compétences  
o Autres  :  frais  d’avocat,  frais  d’obsèques  ou  frais  de  santé  
- le  client  n’est  pas  en  situation  objective  de  surendettement  
- le  client  a  la  capacité  de  rembourser  un  crédit  mais  n’entre  pas  dans  les  critères  
d’octroi  
 

 

30  

 
Le   dossier   doit   être   étudié   par   deux   structures   avant   d’être   accepté   ou   refusé  :   une  
structure   d’accompagnement,   et   un   conseiller   Parcours   Confiance.   Deux   avis   positifs   sont  
nécessaires  pour  que  le  dossier  soit  accepté.  
Dans  le  cadre  du  Parcours  Confiance,  312  personnes  ont  été  reçues  et  86  dossiers  ont  
été  refusés  (27,5%  de  refus).  Les  raisons  principales  des  refus  sont  :  
- Reste  à  vivre  trop  faible  
- Surendettement  et  refus  de  la  Banque  de  France  
- Comportement  indélicat  vis-­‐à-­‐vis  de  la  Caisse  d’Epargne  (non  remboursement  de  
dettes  passées)  
- Mauvaise  foi  évidente  
En   cas   de   non-­‐remboursement,   la   Caisse   d’Epargne   n’envoie   jamais   d’huissier.   Cette  
action   est   contraire   à   l’éthique   de   la   banque   dans   le   cadre   du   Parcours   Confiance.   Cette  
directive   est   communiquée   aux   structures   d’accompagnement   qui   sont   toutes   soumises  
aux  directives  de  la  banque.    
En  cas  de  refus  d’un  dossier,  la  personne  est  redirigée  vers  des  structures  adaptées.    
Lors   de   la   phase   d’accompagnement,   une   aide   est   apportée   à   l’emprunteur   pour   qu’il  
mette  en  place  une  gestion  plus  saine  de  son  budget.  La  CEAPC  est  un  des  seuls  organismes  
en  Aquitaine  à  proposer  une  aide  complète  et  éducative  à  la  gestion  budgétaire.  
La   Caisse   d’Epargne   organise   des   réunions   mensuelles   pour   trouver   des   nouveaux  
partenaires,  améliorer  le  dossier  d’étude  ou  encore  rappeler  les  principes  et  les  exigences  
du   microcrédit   aux   partenaires   d’accompagnement.   Par   exemple,   la   Caisse   d’Epargne   a   mis  
en  place  des  pistes  de  réflexion  pour  répondre  à  la  demande  liée  à  la  précarité  énergétique.  
De   plus,   tous   les   trimestres,   des   réunions   organisées   au   niveau   national   permettent   aux  
différentes  délégations  de  présenter  leurs  innovations  en  matière  de  microcrédit.    
 
Récapitulatif  de  l’offre  Parcours  Confiance  (chiffres  2011)  
 
Budget:  812  000  €  (Subventions,  salaires  chargés  des  collaborateurs,  etc)  
Fonds  de  garantie  :  supérieur  à  500  000  €  (provision  :  15%)  
Partenaires  :  38  (CSDL,  CCAS,  Structure  d’insertion,  boutiques  de  gestion,  réseau  France  
Initiative…)  
Nombre  de  prêts  accordés  :  372  (CSDL  +  Parcours  Confiance)  
Montants  :  de  1000  à  20000  €  
Taux  d’intérêt  :  aux  conditions  du  marché  (actuellement  3,7  %)    
Sinistralité  :  2,9  %  (capital  restant  dû  non  payé  par  la  personne)  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

31  

 
Atouts/Faiblesses  

 
 
 

Atouts  
des   compétences   bancaires   adaptées  
aux  exigences  d’un  marché  de  crédit  

-

une   immense   couverture   géographique  
(2800  collaborateurs  en  Aquitaine)  
 
-

 
 

un  service  complet  d’aide  à  la  gestion  
budgétaire    
un   accès   à   la   gestion   des   comptes    
bancaires   (pour   les   clients   CEAPC)   qui  
permet  un  suivi  optimal  

-

une   puissance   de   frappe   importante   en  
matière   de   communication   (campagne  
sur  plusieurs  grandes  radios  nationales)  

-

une   capacité   de   financement   très  
importante   (limitée   uniquement   par   le  
fonds   de   dotation,   lui-­‐même   très  
important)  

-

de  manière  générale,  des  moyens  très  
importants  liés  à  la  taille  de  la  structure  

 

 

Faiblesses  
un   frein   interne   lié   à   la  
redirection  non-­‐systématique  des  
clients   des   agences   vers   le  
Parcours  Confiance  
une   offre   destinée   à   des   clients  
plus   solides   financièrement   que  
l’offre   d’autres   structures   (en  
particulier  l’ADIE)  

 

 
Contact  
 
Responsable  :  Mme  Catherine  URBAIN,  tél  :  05  56  00  17  94,  
catherine.urbaon@ceapc.caisse-­‐epargne.fr  
Adresse  :  61  rue  du  Château  d’eau,  33000  BORDEAUX  
 
 
LE  CREDIT  COOPERATIF  
 

 
 
Présentation  de  l’organisme  
 
Le   Crédit   Coopératif   est   une   banque   coopérative   française.   À   l’origine   outil   bancaire  
des   Scop 4  et   des   personnes   morales   de   l’économie   sociale   et   solidaire   (associations,  
coopératives,  mutuelles…),  sa  clientèle  s’est  élargie  à  d’autres  formes  d’entreprises  et  aux  
                                                                                                               
4  Sociétés  coopératives  et  participatives  
 

32  

 
particuliers.   Ses   clients,   à   la   fois   usagers   et   associés,   détiennent   80%   de   son   capital   et  
composent   le   Conseil   q.   Le   Crédit   Coopératif   exerce   l’ensemble   des   services   bancaires  
classiques.  L’une  de  ses  spécificités  est  de  proposer  des  produits  et  services  «  éthiques  et  
solidaires  ».   Le   Crédit   Coopératif   a   le   statut   de   banque   populaire.   Tout   comme   la   Caisse  
d’Epargne,  il  est  membre  du  groupe  BPCE  (organe  central  commun  aux  Caisses  d’Epargne  
et  aux  Banques  Populaires).  
 
Le  Crédit  Coopératif  sur  le  marché  du  microcrédit  
 
Le   Crédit   Coopératif   joue   un   rôle   important   en   matière   de   microcrédit   en   France.  
Selon   le   rapport   annuel   de   l’Observatoire   de   la   microfinance   2010   publié   par   la   Banque   de  
France,   19%   des   microcrédits   personnels   en   France   en   2010   ont   été   octroyés   par   le   Crédit  
Coopératif.   C’est   le   deuxième   bailleur   français   dans   ce   domaine   derrière   le   groupe   Caisse  
d’Epargne   (37%).   Il   est   également   présent   en   matière   de   microcrédit   professionnel  
puisqu’il  est  l’un  des  membres  fondateurs  de  France  Active  et  de  sa  filiale  Aquitaine  Active.  
Il  est  également  partenaire    bancaire  de  l’ADIE  depuis  1995  et  de  la  Croix-­‐Rouge.  
   
 
LE  CREDIT  MUTUEL  
 

 
 
Le  Crédit  Mutuel  est  présent  sur  le  marché  du  microcrédit  par  l’intermédiaire  de  son  
partenariat   avec   le   réseau   Aquitaine   Active.   Très   récemment,   la   banque   a   également  
entrepris   d’assurer   directement   une   activité   de   microcrédit   dont   je   ne   connais  
malheureusement  pas  les  modalités.  
 
 
LA  BANQUE  POPULAIRE  ET  LE  CREDIT  LYONNAIS  
 

 
 
Ces  deux  banques  financent  des  projets  de  création  et  de  reprise  d’entreprises  par  
l’intermédiaire  d’un  partenariat  avec  Aquitaine  Active  (voir  article  détaillé  Aquitaine  
Active).  
 
 
 
 
 
 
 
 

33  

 
LA  BANQUE  POSTALE  
 

 
 
 
La   Banque   Postale   s’est   lancée   dans   une   activité   de   microcrédit   qui   est   en  
adéquation   avec   les   valeurs   que   le   groupe   souhaite   porter.   L’activité   ayant   été   mise   en  
place  récemment  je  ne  dispose  malheureusement  d’aucune  information  supplémentaire.  
 
 
c. Les  autres  organismes  
 
LA  CAISSE  DES  DEPOTS  ET  CONSIGNATIONS  (CDC)  
 

 

 
 
Présentation  de  l’organisme  

La  Caisse  des  Dépôts  et  Consignations  est  une  institution  financière  publique  créée  
en   1816.   Placée   sous   le   contrôle   du   Parlement,   elle   exerce   des   activités   d’intérêt   général  
pour   le   compte   de   l’Etat   et   des   collectivités   territoriales,   mais   elle   a   aussi   des   activités  
concurrentielles.  
La  Caisse  des  Dépôts  a  un  rôle  central  dans  le  dispositif  du  microcrédit  en  Aquitaine.  
Elle   travaille   en   collaboration   avec   tous   les   acteurs   qui   interviennent   sur   le   marché.  
Toutefois,  elle  n’a  pas  pour  vocation  de  s’occuper  directement  des  prêts,  cette  fonction  ne  
correspondant  pas  à  son  cœur  de  métier.  Elle  gère  le  fonds  de  cohésion  sociale  (FCS)  qui  
est   le   fonds   de   garantie   de   nombreux   microcrédits   en   Aquitaine,   dont   ceux   du   dispositif  
NACRE  et  intervient  également  dans  plusieurs  fonds  (ADIE,  réseau  France  Initiative,  CSDL)  
pour   permettre   aux   organismes   de   gagner   en   autonomie   et   d’être   en   mesure   de  
s’autofinancer   partiellement.   La   CDC   joue   donc   un   rôle   de   tiers   financier   de   confiance  
auprès  de  tous  les  organismes    qui  octroient  des  prêts.    
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

34  

 
Atouts/faiblesses  
 
-

 
-

 

Atouts  
Faiblesses  
la   garantie   qu’elle   apporte   à   tous   -­‐  la  CDC  est  relativement  éloignée  du  cœur  
les   organismes   de   microcrédit   de   la   de   l’activité   de   microcrédit   et   de   l’aspect  
région,   constitue   un   tiers   de   social  en  particulier    
confiance  essentiel  
 
la  qualité  de  sa  signature  :  la  CDC  
bénéficie  encore  du  triple  A  et  au  
dernier  classement  elle  est  la  2ème  
banque  la  plus  sûre  au  monde  
 

 

 

 
Contact    
 
Chargé  de  développement  territorial,  service  investissements  :  M.  Adrien  Lavayssière  
38  rue  de  Cursol  –  CS  61530,  33081  Bordeaux  cedex  
Tél  :  05  56  00  01  52  ;  Portable  :  06  72  15  10  83  ;  Fax  :  05  56  24  50  87  
Adrien.lavayssiere@caissedesdepots.fr  
 
 
LA  CHAMBRE  DE  COMMERCE  ET  D’INDUSTRIE  DE  BORDEAUX  (CCI)  
 
 

 

 
Présentation  de  l’organisme  

 
La   Chambre   de   Commerce   et   d’Industrie   de   Bordeaux   est   l’une   des   deux   CCI   de   la  
Gironde   (avec   celle   de   Libourne).   Elle   est   un   établissement   public   géré   par   des   chefs  
d’entreprises   avec   pour   vocation   de   servir   l’entreprise,   représenter   et   développer  
l’économie.  La  CCI  de  Bordeaux  est  également  le  représentant  des  entreprises  situées  sur  le  
département   de   la   Gironde   (hors   Libournais).   La   CCI   est   un   organisme   généraliste   qui   a  
pour   mission   principale   de   renseigner   et   d’orienter   les   personnes   sur   la   création   ou   la  
reprise  d’entreprises,  quelque  soit  la  nature  de  leur  demande.  
 
 
 
 
 

35  

 

 

La  CCI  dans  le  secteur  du  microcrédit    
 
La  CCI  intervient  dans  le  secteur  du  microcrédit  par  l’intermédiaire  des  missions  qui  lui  
sont   assignées.   A   travers   des   réunions   d’information   collectives   ou   des   entretiens  
téléphoniques,   puis   des   entretiens   personnalisés,   elle   étudie   et   identifie   la   nature   des  
demandes   des   potentiels   créateurs   ou   repreneurs   d’entreprise     à   travers   quatre   phases  
clés  :  
- adéquation  au  projet  
- étude  commerciale  
- étude  financière    
- étude  juridique  
A  l’issue  de  ce  diagnostic  de  projet,  les  personnes  dont  les  dossiers  sont  du  ressort  du  
microcrédit  sont  envoyées  vers  les  IMF  partenaires  en  fonction  de  leur  besoin  spécifique  :  
ADIE,   CSDL,   Gironde   Initiative…   Cette   orientation   peut   aussi   se   faire   dans   le   cadre   du  
dispositif  NACRE  dont  la  CCI  est  opérateur  de  phase  2  (phase  de  structuration  financière  et  
intermédiation  bancaire).    
La   CCI   dispose   également   d’un   accord   avec   quatre   banques   privées     pour   financer   les  
projets  des  personnes  non-­‐exclues  d’un  crédit  bancaire  classique.  Avec  le  Crédit  Mutuel  par  
exemple,   ce   partenariat     concerne   des   plans   de   financement   de   moins   de   25000   €   (qui  
rentre   dans   le   cadre   de   la   définition   européenne   du   microcrédit 5 )   avec   des   taux  
préférentiels  (généralement  0,2  points  en  dessous  du  taux  du  marché).  
Le  microcrédit  n’est  pas  à  proprement  parler  le  cœur  de  métier  de  la  CCI  mais  il  s’inscrit  
dans   sa   mission   d’accompagnement   et   d’élaboration   de   business   plan.   C’est   à   ce   titre,   et  
également  à  travers  sa  mission  de  service  public  que  la  CCI  est  impliquée  dans  le  secteur  du  
microcrédit.    
 
Atouts/faiblesses  de  l’organisme  
 
Atouts  
Faiblesses  
- la   CCI   bénéficie   d’une   position   -­‐   les   contraintes   de   performance   auxquelles  
centrale.   Elle   connaît   de   nombreux   est   soumise   la   CCI   la   pousse   à   exclure   les  
opérateurs   ce   qui   lui   permet   d’avoir   dossiers   les   plus   fragiles.   Son   approche   diffère  
une  vision  plus  large  et  plus  complète   donc   nettement   de   celle   des   IMF   dans   la  
que  la  plupart  des  autres  acteurs  
mesure   où   elle   n’inclut   pas   une   dimension  
solidaire  aussi  forte.  
- la  CCI  dispose  d’une  large  compétence  
et   d’une   grande   expérience   dans   le  
montage  de  dossier  et  l’élaboration  de  
business   plans.   Le   travail   réalisé   en  
amont   permet   de   simplifier   les  
procédures   pour   les   IMF   qui  
réceptionnent  les  dossiers  

 
 
 
 
 
                                                                                                               
5  La  définition  européenne  appelle  microcrédit  tout  crédit  d’un  montant  de  25000  €  
maximum  
 

36  

 
Contact  
 
Responsable  du  service  appui  à  la  création  d’entreprise  :  M.  Eric  Duret  
Tél  :  05  56  79  52  38  
Email  :  edruret@bordeaux.cci.fr  
 
 
AQUITAINE  ACTIVE  
 
 

 
 

 
Présentation  de  l’organisme  

 
Aquitaine   Active   est   une   association   loi   de   1901   qui   contribue   à   la   lutte   contre  
l’exclusion   sur   le   territoire   aquitain   par   la   mise   en   place   d’outils   financiers   et   la  
mobilisation   de   moyens   humains   et   techniques   à   la   création,   la   consolidation   ou   au  
développement   des   entreprises   de   l’économie   sociale   et   solidaire.   L’association   a   été   créée  
en   novembre   2003   à   l’initiative   de   la   Caisse   des   Dépôts   et   Consignation,   du   Crédit  
Coopératif,  du  Crédit  Mutuel,  de  la  fondation  MACIF,  de  France  Active.  
Aquitaine  Active  appartient  au  réseau  France  Active  qui  regroupe  de  nombreux  fonds  
territoriaux.  L’association  France  Active  a  été  créée  en  1988  sous  l’égide  de  la  Fondation  de  
France   par   la   Caisse   des   Dépôts   et   Consignation,   l’Agence   Nationale   pour   la   création  
d’entreprises,   le   Crédit   Coopératif,   la   Fondation   MACIF   et   des   organisations   caritatives.  
France   Active   apporte   un   appui   individualisé   à   chaque   fonds   territorial.   Cet   appui  
intervient  à  plusieurs  niveaux  :  
-­‐  L’amélioration  et  l’harmonisation  des  méthodes  et  outils  partagés  :  outils  d’expertise  des  
projets   utilisation   des   outils   financiers,   collecte   des   fonds   afin   de   renforcer   les   capacités  
d’intervention  mise  en  réseau  des  opérateurs  techniques  développement  des  partenariats  
bancaires    
-­‐  La  formation  des  personnels  des  fonds  territoriaux    
-­‐  La  constitution  d’un  centre  de  ressources  méthodologiques  accessible  via  un  Intranet.  
France  Active  a  développé  depuis  10  ans  des  instruments  financiers  destinés  à  être  
utilisés  par  les  fonds  territoriaux  France  Active.  
Aquitaine   Active   se   revendique   porteuse   d’une   politique   de   l’emploi.   Son   métier   n’est  
donc  pas  d’agir  comme  un  organisme  financier  mais  d’explorer  des  champs  nouveaux  dans  
la  réinsertion  professionnelle.  
Aujourd’hui,   l’association   est   financée   par   une   douzaine   de   partenaires   du   niveau  
européen  (Fonds  social  européen)  au  niveau  départemental  (Conseils  généraux)  et  couvre  
tout  le  territoire  aquitain  avec  une  présence  moindre  en  Dordogne.    
 
 
 
 
 

37  

 
Les  missions  d’Aquitaine  Active    

 
La  bancarisation  professionnelle    
 
Dès   sa   création,   les   préoccupations   d’Aquitaine   Active   se   sont   portées   sur   la   question  
de  la  réinsertion  professionnelle  et  de  la  manière  dont  il  était  possible  de  lutter  contre  les  
obstacles   à   la   création   d’emplois.   C’est   pourquoi   l’association   a   choisi   de   stimuler   la  
création   d’entreprises   en   travaillant   sur   l’accès   à   la   bancarisation   pour   les   demandeurs  
d’emploi   et   les   personnes   les   plus   fragiles.   L’objectif   était   de   mettre   en   place   un   dialogue  
avec  les  partenaires  bancaires  par  l’intermédiaire  de  deux  outils  :  
-­‐  un  outil  d’expertise  :  le  secteur  bancaire  classique  manque  à  la  fois  de  temps,  de  moyen  
et  de  compétences  pour  assurer  le  processus  d’expertise  indispensable  à  une  bancarisation  
d’un   public   fragile   financièrement.   L’insuffisance   de   l’apport   personnel,   des   qualifications  
et   de   garanties   sont   des   obstacles   qui   excluent   ces   personnes   de   l’accès   au   crédit   auprès  
des   banques.   La   mission   d’Aquitaine   Active   est   de   qualifier   leurs   demandes   à   travers   un  
langage   financier   et   économique   qui   trouvera   un   écho   auprès   des   banques   et   permettra   de  
nouer  un  contact  avec  elles.    
-­‐   un   outil   financier  :   la   couverture   du   risque   est   également   un   préalable   important   à  
l’accès  au  crédit  bancaire.  Aquitaine  Active  dispose  de  fonds  de  garantie  propre  et  l’Etat  lui  
a   confié   ses   lignes   de   garantie.   Ces   fonds   de   garantie   sont   divisés   en   2   pôles  :   un   pôle  
création  d’entreprise  et  un  pôle  entreprise  solidaire  et  association.  Les  garanties  apportées  
par   Aquitaine   Active   permettent   à   la   fois   de   faciliter   et   sécuriser   l’accès   au   crédit   bancaire,  
de  limiter  le  recours  aux  cautions  personnelles  et  de  créer  les  conditions  d’un  partenariat  
durable  avec  le  banquier.    
 
Aquitaine  Active  se  différencie  des  IMF  par  l’importance  centrale  qu’elle  accorde  à  la  
bancarisation   de   son   public   qui   est   au   centre   de   sa   mission.   Le   rôle   des   IMF   s’inscrit  
davantage   dans   une   logique   de   développement   du   territoire   avec   l’accès   au   crédit   bancaire  
comme   objectif   secondaire.   Toutefois,   certaines   IMF   sont   davantage   impliquée   dans   une  
mission  de  bancarisation  que  d’autres.  C’est  le  cas  de  Gironde  Initiative  qui  ne  prête  qu’en  
complément   d’un   crédit   bancaire.   Mais   seule   Aquitaine   Active   met   en   œuvre   autant   de  
ressources  et  de  moyen  au  service  de  la  bancarisation.  Le  cœur  du  métier  de  l’association  
repose   sur   sa   capacité   à   négocier   avec   les   partenaires   bancaires   l’octroi   d’un   crédit  
professionnel   à   des   personnes   fragiles   financièrement   pour   les   aider   à   construire   leur  
projet.  Une  bancarisation  de  qualité  doit  s’appuyer  sur  plusieurs  éléments  :  
- l’intervention  financière  doit  couvrir  l’intégralité  du  plan  de  financement  :  l’objectif  
est   d’obtenir   un   financement   complet   de   l’activité   (création,   fonds   de   roulement,  
trésorerie)   sans   jamais   rediscuter   à   la   baisse   le   plan   de   financement   (dans   le   cas   où  
celui-­‐ci  a  été  correctement  évalué)  
- la   limitation   du   recours   à   l’apport   personnel  :   Aquitaine   Active   essaie   autant   que  
possible   de   limiter   le   recours   à   l’apport   personnel   des   porteurs   de   projet.   Elle  
négocie   avec   les   banques   la   prise   en   charge   d’une   partie   du   risque,   le   reste   étant  
couvert  par  les  fonds  de  garantie  de  l’association.  Aujourd’hui,  70%  du  portefeuille  
de   crédits   obtenus   par   Aquitaine   Active   n’a   aucune   garantie   personnelle.   Pour   les  
30%  restants,  l’apport  personnel  est  une  condition  nécessaire  à  l’obtention  du  prêt.    
 
 
Le   travail   en   amont   est   effectué   par   des   bénévoles.   Ils   accompagnent   les   chargés   de  
mission   pour   étudier   le   projet   de   l’emprunteur   potentiel   (visite   du   local,   étude   de  
l’emplacement,  soutien  technique  au  chargé  de  mission,  étude  économique  et  financière  du  
 

38  

 
projet,   etc).   C’est   ensuite   le   comité   d’engagement   (l’équivalent   des   comités   de   crédit   des  
IMF)  qui  prend  la  décision  finale.  Il  est  constitué  pour  un  tiers  des  partenaires  bancaires,  
pour   un   autre   tiers   d’experts   bénévoles   (avocats,   experts   comptables),   le   dernier   tiers  
regroupant   des   entrepreneurs   retraités   ou   inactifs   chargés   d’étudier   l’aspect   social   et  
entrepreneurial   du   projet.   L’objectif   de   ce   comité   d’engagement   est   à   la   fois   d’analyser   la  
viabilité  du  projet  et  d’évaluer  le  risque  que  prend  l’association  en  le  soutenant.  Il  étudie  la  
cohérence  entre  le  porteur  de  projet  et  son  projet,  ses  compétences,  ses  expériences,  ainsi  
que   l’économie   du   projet   (données   prévisionnels)  et   l’adéquation   entre   la   stratégie   et   les  
chiffres   avancés.   Le   crédit   obtenu   doit   permettre   au   ménage   de   dégager   des   revenus  
supplémentaires  et  d’améliorer  sa  situation.    
Aquitaine   Active   est   également   investi   dans   l’apport   de   fonds   propre   aux   créateurs  
d’entreprise  à  travers  plusieurs  dispositifs  dont  NACRE.  
 
Contact  
 
Directeur  :  M.  Stéphane  Pardonnet  
111,  cours  du  Maréchal  Gallieni,  33000  Bordeaux  
Tél  :  05  56  24  56  79  ;  Fax  :  05  56  9673  49  
Ligne  directe  :  05  31  61  52  45  ;  Portable  :  06  77  70  73  97  
Email  :  spardonnet@aquitaineactive.org  
 
 
LES  BOUTIQUES  DE  GESTION,  LES  CHAMBRES  CONSULAIRES  ET  LES  CABINETS  D’EXPERTISE  COMPTABLE  
 
Ces   trois   types   d’organisations   sont   des   exemples   d’acteurs   situés   en   amont   de  
l’activité   de   microcrédit.   Leur   rôle   est   de   monter   des   dossiers   de   créateurs   ou   de  
repreneurs   d’entreprise   et   de   les   envoyer   vers   les   IMF   qui   leur   permettront   de   préciser  
leur  projet,  de  les  financer  et  de  les  accompagner  dans  leur  activité.  Tous  les  bénéficiaires  
de  microcrédit  ne  passent  pas  nécessairement  par  ce  type  d’organisation.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

39  

 
d. Tableau  récapitulatif  des  offres  

 
 

CSDL  

Type  de  prêt  

Professionnel  
Personnel  
Prêt  d’honneur  
NACRE  

Conditions  
d’éligibilité  

Exclusion  bancaire  
totale  ou  partielle  

Montants  

Professionnel  :  
12000  €  max  
Personnel  :  3000  €  
max  

Taux  d’intérêt  

Durée  du  prêt  

Couverture  
Géographique  

Professionnel  
Personnel  
Prêts  d’honneur  

Croix-­‐Rouge  

Personnel  

Tiers  se  portant  
garant  à  hauteur  de   Sans  caution  
50%  du  montant  du   ni  apport  
prêt  
Professionnel  :  
6000€  assorti  d’un  
prêt  d’honneur  de  
4000€  soit  un  total   3000  €  max  
de  10000  €  max  
Personnel  :  3000€  
max  

Professionnel  :  de  0  
à  5%  (inversement  
proportionnel  au  
9,71%  sur  tous  les  
risque)  
prêts    
Personnel  :  6%  
(frais  de  dossier  
inclus)  
Professionnel  :  5  
ans  max  
30  mois  max  
Personnel  :  36  mois  
max  

Secours  
Catholique  

Personnel  

Sans  caution  
ni  apport  

3000  €  max  

2,99%  sur  
tous  les  prêts  

3,5%  sur  tous  
les  prêts  

36  mois  max  

36  mois  max  

n.c  

n.c  

Professionnel  :  70%  
par  le  FGIE  
Personnel  :  
50%  CDC  via  fonds   50%  caution  
de  garantie  
50  %  CEAPC  
 

Pertes  
supportées  
par  la  Croix-­‐
Rouge  

50%  Crédit  
Coopératif  
50%  Secours  
Catholique  

Gironde,  Dordogne  
et  Lot-­‐et-­‐Garonne  

Gironde,  Lot-­‐
et-­‐Garonne  

Gironde  

Variable  selon  les  
Différé  
prêts  (3  mois  en  
d’amortissement  
moyenne)  

Garantie  

ADIE  

Variable  selon  les  
prêts  

Aquitaine  

 
 
 
 

40  

 
 

 

CEAPC  (Parcours  
Confiance)  

Gironde  
Initiative  

Type  de  prêt  

Professionnel    
Personnel  

Professionnel  
Professionnel  
Prêt  d’honneur  

Conditions  
d’éligibilité  

Voir  article  
Exclusion  bancaire   détaillé  
totale  ou  partielle   Gironde  
Initiative  

Etre  une  
femme  
Sans  caution  ni  
apport  

Offre  destinée  
prioritairement  
aux  jeunes  de  
moins  de  30  ans  

Montants  

Professionnel  :  
20000  €  max  
De  1500  à  
Personnel  :  3000  €   15000  €  
max  

De  1000  à  
6000  €  
(dépend  du  
montant  
épargné)  

Dépend  du  
montant  épargné  
par  le  groupe  

Taux  d’intérêt  

Au  conditions  du  
marché  

0%  (prêts  
d’honneur)  

Fixé  par  
chaque  CLEFE    
(2-­‐3%  en  
général,  voire   0%  
0%  pour  
certains  
CLEFE)  

Durée  du  prêt  

Professionnel  :  
jusqu’à  5  ans  
Personnel  :  36  
mois  max  

Jusqu’à  60  
mois  

De  2  à  3  ans    

Durée  déterminée  
par  le  groupe  
d’épargnant  

Différé  
d’amortissement  

Jusqu’à  12  mois  

De  3  à  18  mois  

6  mois  en  
moyenne  

n.c  

Chaque  prêt  
d’honneur  
bénéficie  d’une  
garantie  
auprès  d’Oséo  

Pertes  
supportées  par  
Pertes  supportées  
les  épargnants  
par  les  épargnants  
(sauf  prêts  
FGIF)  

Gironde  

Pays  Basque  

Garantie  

Couverture  
 
géographique  
 
 
 

Professionnel  :  
65%  FAG,  35%  
Caisse  d’Epargne  
Personnel  :  50%  
FCS,  50%  Caisse  
d’Epargne  
Aquitaine  

CLEFE  

CLEJ  

Professionnel  

Pays  Basque  

41  

 
 

II.

Analyse  stratégique  de  l’offre  de  microcrédit  en  Aquitaine  

1. Les  atouts  et  les  faiblesses  de  l’offre  aquitaine  
 
Après   avoir   présenté   un   panorama   de   l’offre   de   microcrédit   en   Aquitaine,   je   vais  
maintenant     proposer   une   analyse   des   atouts   sur   lesquels   elle   peut   s’appuyer   et   des  
faiblesses  qui  la  pénalisent  dans  son  déploiement.  Cette  offre  présente  des  caractéristiques  
qui   sont   propres   à   son   histoire   et   à   la   structure   de   son   réseau.   L’analyse   concerne   donc  
essentiellement   la   région   Aquitaine   mais   peut   être   élargie   au   niveau   national   pour   certains  
points   que   je   préciserai.   Pour   construire   cette   étude,   je   me   suis   appuyé   à   la   fois   sur   les  
éléments  que  j’ai  pu  obtenir  lors  de    mes  entretiens  mais  aussi  sur  des  points  qui  ont  été  
soulevés   dans   des   études   antérieures   du   marché   aquitain,   en   les   développant,   en   les  
actualisant  et  en  les  adaptant  au  contexte  actuel.  
 
a. Les  points  forts  à  développer  
 
Une  expertise  et  une  expérience  solides  
 
Le  microcrédit  n’est  pas  nouveau  en  Aquitaine.  L’expérience  des  organismes  les  plus  
anciens  (ADIE  depuis  1993,  CSDL  depuis  1998)  leur  permet  d’avoir  une  vision  très  lucide  
de   la   situation.   La   région   devra   compter   sur   ces   différents   organismes   bien   implantés   et  
disposant   d’un   large   public   pour   dessiner   un   futur   réseau   du   microcrédit   plus   efficace   et  
plus   étendu.   Cette   longue   expérience   se   traduit   par   des   taux   de   sinistralité   extrêmement  
faibles   au   niveau   régional   (3%   pour   la   région   et   seulement   2,42%   pour   l’ADIE),   très  
proches  des  taux  observés  sur  le  marché  du  crédit  bancaire  classique.  Par  ailleurs,  j’ai  pu  
constater   que   les   organisations   qui   sont   entrées   sur   le   marché   récemment   disposent   d’une  
documentation   fournie   leur   permettant   d’appréhender   efficacement   les   requêtes   des  
emprunteurs  sans   expérience   préalable.   La   présence   et   le   soutien   des   partenaires  
financiers   (Crédit   Coopératif   dans   le   cas   de   la   Croix-­‐Rouge)   apportent   ensuite   le   soutien  
professionnel   nécessaire   à   ce   marché   si   particulier   et   si   exigent.   Ils   obtiennent   ainsi   des  
résultats  très  probants.  Le  microcrédit  aquitain  n’en  est  plus  à  ses  balbutiements  et  c’est  un  
point   important   sur   lequel   il   faut   insister.   L’expertise   et   la   maturité   sont   présentes   et   la  
force   de   travail,   bien   qu’insuffisante   en   particulier   pour   assurer   les   accompagnements,  
s’efforce   de   remplir   sa   mission   du   mieux   possible.   Plusieurs   institutions   de   microfinance  
(IMF)  tels  que  l’ADIE  ou  la  CSDL  ont  su  rassembler  autour  d’elles  un  réseau  de  salariés  et  
de  bénévoles  constitué  en  partie  d’anciens  professionnels  du  milieu  bancaire  qui  apportent  
leurs   compétences   et   leur   expérience.   Ces   éléments,   extrêmement   précieux   pour   les   IMF,  
constituent  une  base  solide  sur  laquelle  elles  peuvent  s’appuyer.    
 
Une  offre  large  et  riche  
 
L’offre   aquitaine   est   globalement   bien   couverte   en   termes   de   volumes   de  
financement.   Si   on   se   penche   sur   les   différentes   offres   de   microcrédits   de   la   région,   on  
s’aperçoit  que  les  volumes  prêtés  peuvent  être  très  faibles  pour  un  coup  de  pouce  (moins  
de   100€)   ou   très   importants   (jusqu’à   20000€)   pour   les   plus   gros   projets   de   création   ou   de  
reprise   d’entreprise.   La   possibilité   de   cumuler   plusieurs   types   de   crédits   (microcrédit   avec  
un  crédit  bancaire  classique,  un  prêt  d’honneur,  un  prêt  NACRE,  ou  tout  simplement  un  don  
permet  à  l’emprunteur  d’obtenir  dans  la  plupart  des  cas  le  volume  de  financement  souhaité  
pour  son  activité  ou  sa  dépense.  

 

42  

 
De  plus,  les  niveaux  d’exigences  et  les  publics  visés  sont  également  variés.  On  trouve  
des   offres   très   «  sociales  »   qui   visent   la   partie   la   plus   fragile   de   la   population   (l’ADIE,   la  
Croix-­‐Rouge,  le  Secours  Catholique)  en  leur  proposant  un  coup  de  pouce  ponctuel  ou  une  
création   avec   un   accompagnement   soutenu,   des   offres   adaptées   aux   entrepreneurs   plus  
autonomes,  ou  encore  des  offres  qui  s’adressent  à  des  personnes  à  la  limite  de  l’éligibilité  
d’un   prêt   bancaire   classique.   Les   critères   d’éligibilité,   variables   selon   les   IMF,   permettent   à  
des  profils  de  tout  type  d’obtenir  un  prêt.  Nous  analyserons  cette  diversité  des  publics  dans  
la  partie  Le  profil  des  bénéficiaires  du  microcrédit  (II.  2.).  
 
Une  offre  géographiquement  bien  couverte    
 
Depuis  les  années  90  et  l’arrivée  du  microcrédit  dans  la  région,  l’offre  s’est  étendue  
très   rapidement   sur   l’ensemble   du   territoire   aquitain.   En   2006,   34%   des   communes  
d’Aquitaine   connaissaient   une   offre   de   microcrédit   contre   6,6%   en   2000.   Avec   le  
développement   de   plusieurs   IMF,   ce   taux   continue   de   croître.   Aujourd’hui,   grâce   à   la  
multiplication  des  acteurs  (voir  I.1.),  les  départements  de  la  région  sont  tous  relativement  
bien   couverts   avec   une   corrélation   importante   entre   le   nombre   de   prêts   accordés   et   la  
densité   de   la   population.   La   Gironde   est   le   département   dans   lequel   a   été   effectué   le  
nombre  de  prêts  le  plus  important,  suivie  par  les  Pyrénées-­‐Atlantiques,  la  Dordogne,  le  Lot-­‐
et-­‐Garonne   et   enfin   les   Landes.   Les   zones   urbaines   sont   presque   totalement   couvertes   et  
profitent  de  la  proximité  géographique  des  agences  et  bien  que  certaines  zones  rurales  ne  
bénéficient   pas   ou   peu   de   services   de   microcrédits,   l’ensemble   du   territoire   est  
globalement  bien  desservi  par  les  IMF.  L’ADIE  est  l’organisme  qui  dispose  du  réseau  le  plus  
important   en   Aquitaine   mais   d’autres   organismes   ont   également   une   forte   présence:   la  
CSDL,   la   CEAPC,   …   Dans   l’ensemble,   seul   le   département   des   Landes   souffre   d’une   faible  
couverture   mais   certaines   IMF   ont   déjà   mis   en   place   des   stratégies   pour   pénétrer   ce  
territoire.    
 
b. Les  défaillances  à  corriger  
 
Une  offre  qui  reproduit  toujours  une  certaine  discrimination  sociale  
 
C’est   un   reproche   qu’il   est   également   possible   d’étendre   au   niveau   national.   Bien  
que  certaines  offres  soient  particulièrement  adaptées  à  un  public  disposant  de  très  faibles  
revenus,   le   microcrédit   reproduit   une   certaine   discrimination   sociale   dans   la   mesure   où  
l’on   prête   toujours   plus   facilement   à   des   personnes   disposant   de   revenus   stables   et   avec  
des   apports   personnels.   Ces   personnes   ont   des   chances   bien   plus   grandes   de   voir   leur  
dossier   accepté   par   les   IMF.   A   contrario,   les   personnes   fragiles   financièrement,   avec   un  
faible   niveau   d’étude   et   peu   ou   pas   d’apports   personnels   ont   de   fortes   chances   de   voir   leur  
dossier   refusé.   Comme   nous   le   verrons   par   la   suite,   il   existe   des   critères   implicites   ou  
explicites   de   sélection   qui   excluent   automatiquement   les   porteurs   de   projets   les   plus  
fragiles.   Les   IMF,   bien   qu’étant   des   organismes   sociaux,   sont   également   soumis   à   des  
contraintes  de  gestion  du  risque.  Pour  faire  face  à  ces  difficultés,  la  CSDL,  propose  pour  ses  
prêts   professionnels,   des   taux   inversement   proportionnels   au   risque   du   projet.   Ce  
dispositif   permet   un   soutien   accru   aux   personnes   les   plus   fragiles   et   sanctionne   les  
dossiers   qui   recherchent   un   effet   d’aubaine.   Le   microcrédit   peut   être   cependant   très   social  
en  offrant  des  prêts  à  des  personnes  très  fragiles  (prêts  personnels,  prêts  d’honneur  à  taux  
zéro)   mais   la   logique   de   crédit   exclut   systématiquement   les   personnes   insolvables.   C’est  
alors  le  rôle  des  IMF  de  rediriger  ces  personnes  vers  des  organismes  sociaux  compétents  
pour  les  accueillir.    
 

43  

 
Ainsi,   en   Aquitaine,   comme   ailleurs   en   France,   le   microcrédit   est   discriminant   à  
l’image   du   crédit   bancaire   classique   mais   la   mission   sociale   qu’il   porte   pousse   les   IMF   à  
adapter  continuellement  leurs  offres  aux  publics  les  plus  fragiles.  
 
 
Un  cycle  peu  efficient  
 
Lorsqu’on   étudie   en   détail   le   cycle   du   microcrédit   en   Aquitaine,   il   apparaît   que   le  
circuit   de   création   de   l’entreprise   est   insuffisamment   traçable.   La   force   de   travail   et   les  
compétences   nécessaires   au   suivi   de   toutes   les   étapes   existent   mais   celles-­‐ci   sont   peu  
balisées.  Les  porteurs  de  projet  qui  passent  par  toutes  les  étapes  sont  trop  peu  nombreux  
et  on  ne  peut  pas  identifier  le  moment  où  ils  en  rentrent  et  le  moment  où  ils  en  sortent  Le  
parcours  existe  grâce  à  la  diversité  des  structures  mais  il  n’est  pas  efficient.  L’enjeu  est  de  
trouver   une   solution   pour   l’optimiser   et   faire   en   sorte   que   les   différents   acteurs  
communiquent   davantage   entre   eux   dans   l’intérêt   du   parcours   du   porteur   de   projet.   Ce  
dernier  doit  pouvoir  transiter  facilement  et  rapidement  entre  les  différentes  étapes.  
 
Une  faible  connaissance  du  marché  et  du  réseau  
 
 
Il  est  assez  surprenant  de  remarquer  qu’aucun  des  acteurs  que  j’ai  eu  l’occasion  de  
rencontrer   n’a   à   sa   disposition   d’études   quantitatives   prévisionnelles   du   marché   du  
microcrédit   ou   n’a   entrepris   d’en   mener.   Il   n’existe   pas   non   plus   de   telles   études   au   niveau  
régional.   L’observatoire   de   la   Banque   de   France   publie   certes   chaque   année   un   rapport  
mais   celui-­‐ci   reste   essentiellement   descriptif.   Ce   manque   d’informations   pousse   les  
organismes  à  s’adapter  au  fur  et  à  mesure  de  leur  évolution  et  des  difficultés  rencontrées,  
et   à   proposer   des   solutions   ad   hoc   sans   pouvoir   anticiper   les   problèmes.     Il   semble   évident  
qu’aucun   organisme   à   l’heure   actuelle   n’a   les   moyens   de   financer   une   étude   quantitative  
approfondie   du   marché   à   l’image   de   ce   que   pratiquent   les   banques   pour   le   marché   du  
crédit  classique.      
Ensuite,   il   y   a   une   certaine   méconnaissance   des   dispositifs   et   des   outils   existants  
notamment   parmi   les   plus   petits   organismes  :   certains   n’ont   jamais   entendu   parler   du  
dispositif  d’Etat  NACRE  ou  des  différents  fonds  de  garantie  existants  (en  particulier  le  FGIE  
pour   les   femmes)   et   auxquels   ils   ont   théoriquement   accès.   On   retrouve   également   cette  
méconnaissance   dans   les   aides   sociales   dont   peuvent   bénéficier   les   personnes   qui  
candidatent   pour   un   prêt.   La   solution   à   leur   problème   a   parfois   une   issue   plus   simple   et  
moins   contraignante   qu’un   microcrédit  :   par   exemple,   les   conseils   généraux   et   Pôle   Emploi  
sont   en   mesure   d’apporter   des   aides   aux   personnes   les   plus   fragiles   mais   communiquent  
très  peu  sur  ces  dispositifs.    
Au  cours  de  mes  entretiens,  j’ai  également  été  surpris  de  la  faible  connaissance  des  
acteurs   entre   eux.   La   communication   est   très   insuffisante,   inexistante   dans   certains   cas  
alors  qu’elle  pourrait  beaucoup  apporter  au  niveau  de  l’offre  en  permettant  entre  autres  un  
échange   des   données   et   une   mise   en   commun   des   outils   bénéfiques   à   tous.   L’offre   telle  
qu’elle   existe   aujourd’hui   est   constituée   d’un   conglomérat   d’organismes   menant   leurs  
politiques  de  manière  unilatérale.  Le  marché  propose  une  offre  riche  comme  nous  l’avons  
souligné   précédemment,   mais   qui   reste   éparse   et   parfois   redondante  :   plusieurs   IMF  
présentent   des   produits   relativement   identiques,   qui   s’adressent   à   un   public   identique   et  
sur  une  même  zone  géographique.  
Tous  ces  constats  sont  une  cruelle  indication  du  manque  de  coordination  au  niveau  
national,  et  dans  une  moindre  mesure  au  niveau  régional.  A  l’heure  actuelle,  il  n’existe  pas  
d’instance  supérieure  qui  traite  du  microcrédit  dans  la  région.  
 

44  

 
Une  absence  d’indicateurs  de  performance  
 
Il   s’agit   également   d’un   reproche   qu’il   est   possible   d’adresser   au   niveau   national.  
L’absence   d’indicateur   de   performance   est   une   lacune   importante   pour   l’ensemble   des  
organismes.  Sans  indicateurs,  il  n’est  pas  possible  d’optimiser  l’offre  et  d’espérer  avoir  un  
impact   fort   auprès   des   décideurs   publics.   Les   organismes   ne   peuvent   se   fonder   que   sur  
leurs  propres  donnés  passées,  et  éventuellement  mais  plus  rarement  sur  les  données  des  
autres   organisations.   La   Caisse   des   Dépôts   et   Consignations   travaille   actuellement   sur   la  
mise  en  place  d’un  critère  de  performance  social  qui  permettrait  de  combler  ce  manque.    
 
 
Un  faible  écho  auprès  des  élus  locaux  
 
Le   microcrédit   souffre   d’un   impact   limité   dans   le   milieu   politique   tant   local   que  
national.  La  CSDL,  fondée  par  la  ville  de  Bordeaux,  ne  bénéficie  pas  de  la  couverture  qu’elle  
souhaiterait  :   elle   ne   figure   pas   dans   les   magazines   publiés   par   la   ville,   et   ne   fait   l’objet  
d’aucune  discussion  au  Conseil  Municipal.  Plus  largement,  c’est  l’ensemble  des  organismes  
de   microcrédit   qui   est   délaissé   par   les   élus   tant   au   niveau   régional   que   national.   Les  
organisations  bénéficiant  d’une  notoriété  importante  et  qui  peuvent  mener  des  actions  de  
grande   ampleur   sont   les   organismes   nationaux.   En   revanche,   pour   les   petits   organismes,  
l’information   circule   généralement   de   bouche   à   oreille   ou   sur   internet   et   reste   limitée   à   un  
public  restreint.  Les  clients  potentiels  ne  disposent  donc  pas  de  toute  l’information  dont  ils  
ont   besoin   pour   faire   leur   choix   parmi   toutes   les   offres   et   s’orienter   vers   l’organisme  
adéquat.   De   surcroît,   la   faible   implication   du   politique   dans   les   activités   de   microcrédit  
empêche  tout  déploiement  de  grande  ampleur  sur  le  territoire  aquitain.    
 
Des  relations  trop  ponctuelles  avec  les  autres  organismes  sociaux  
 
Investis   d’une   mission   sociale   importante,   les   IMF   ont   encore   aujourd’hui   des  
relations   trop   floues   avec   les   autres   organismes   sociaux.   Si   des   partenariats   officiels  
existent  (avec  Pôle  Emploi,  les  CCI,  les  assistantes  sociales,  les  services  de  surendettement),  
le   tissu   social   et   solidaire   aquitain   devrait   se   développer   davantage   pour   permettre   aux  
bénéficiaires   de   microcrédits,   d’être   soutenus   tout   au   long   du   développement   de   leur  
activité   et   dans   des   domaines   variés.   L’officialisation   de   partenariats   avec   d’autres  
structures  sociales  (associations,  mais  aussi  mairies  et  services  publics)  peut  aussi  aider  les  
candidats   qui   se   sont   vu   refuser   un   prêt   de   bénéficier   d’une   aide   que   les   IMF   ne   peuvent  
leur  apporter.  
 
Une  exclusion  réelle  des  plus  jeunes  et  des  seniors    
 
Les   jeunes   et   les   seniors   représentent   les   publics   les   plus   exclus   des   offres   de  
microcrédit   dans   la   région   mais   également   au   niveau   national.   Quelque   soit   l’IMF,   ils  
représentent  une  minorité  parmi  les  bénéficiaires.  Si  la  présence  limitée  des  étudiants  à  la  
recherche   d’un   coup   de   pouce   peut   s’expliquer   par   la   concurrence   des   offres   bancaires  
classiques,  la  faible  proportion  de  jeunes  entrepreneurs  relève  quant  à  elle  de  causes  bien  
plus   profondes.   Ces   jeunes   entrepreneurs   qui   souhaitent   créer   ou   reprendre   une   activité  
ont  souvent  peu  (voire  aucun)  apport  personnel  et  des  revenus  faibles.  Quant  aux  seniors,  
la  faiblesse  de  leurs  revenus  (minimum  vieillesse,  retraite)  et/ou  l'inadéquation  des  offres  
à  leur  conditions  sont  des  facteurs  qui  peuvent  expliquer  leurs  exclusion.    
2. Le  profil  des  bénéficiaires  du  microcrédit  en  Aquitaine  
 

45  

 
 

Le   microcrédit   s’adresse   principalement   à   des   personnes   à   faibles   revenus,   souvent  
bénéficiaires   des   minimas   sociaux   (RSA,   allocations   handicap,   minimum   vieillesse),   parfois  
totalement   exclus   du   système   bancaire   classique.   Le   public   touché   diffère   sensiblement  
selon   les   organismes.   Mais   de   manière   générale,   le   microcrédit   en   Aquitaine   remplit  
correctement  son  rôle  de  financeur  des  plus  fragiles  en  témoigne  le  nombre  très  important  
de  chômeurs  et  de  bénéficiaires  du  RSA  parmi  les  bénéficiaires.  
 
Voici  le  profil  moyen  des  bénéficiaires  du  microcrédit  dans  la  région.  Il  donne  un  aperçu  
du  public  que  touche  ce  type  de  crédit.  Nous  étudierons  ensuite  les  disparités  qui  existent  
entre  les    publics  des  différents  organismes.  
Age  moyen  :  37-­‐38  ans    
Proportion  de  femmes  :  35%  environ  
Situation  familiale  :  majoritairement  célibataires  et  d’origine  étrangère  (40  %  de  personnes  
issues  de  l’immigration  à  la  CSDL)  
Situation  professionnelle  :  essentiellement  bénéficiaires  des  minima  sociaux,  chômeurs  
indemnisés  ou  non  et  dans  une  moindre  mesure  des  salariés  et  des  chefs  d’entreprise,  les  
bénéficiaires  ont  majoritairement  peu  ou  pas  d’expériences  préalables  
 
 
La   proportion   moyenne   de   femmes   est   d’environ   35%   mais   ce   taux   masque  
l’existence  des  CLEFE  qui  ne  prêtent  qu’aux  femmes  et  qui  opèrent  au  Pays  Basque.  Ce  taux  
est   également   important   dans   d’autres   IMF   mixtes   comme   la   CSDL   qui   compte   53%   de  
femmes  parmi  les  créateurs  d’entreprise  et  plus  de  60%  pour  les  microcrédits  personnels  
en   Dordogne   et   en   Lot-­‐et-­‐Garonne.   A   l’ADIE,   la   proportion   de   femmes   créatrices  
d’entreprise  s’élève  à  44%  et  chez  Aquitaine  Active  à  56%.  Ces  chiffres  sont  tous  bien  au-­‐
dessus   de   la   proportion   totale   de   femmes   créatrices   d’entreprise   au   niveau   national   qui  
pointe   à   29%   seulement   et   montre   que   la   microfinance   dans   la   région   atteint   un   public  
féminin  non  négligeable.        
 
L’ADIE   se   démarque   des   autres   organismes   par   la   proportion   importante   de  
bénéficiaires   du   RSA   parmi   ses   clients   (environ   40%)   mais   également   de   personnes   sans  
aucun   revenu   (entre   20   et   25%).   A   la   CSDL,   69%   des   personnes   sont   des   demandeurs  
d’emploi   indemnisé,   19%   sont   bénéficiaires   des   minimas   sociaux   et   9%   sont   des   chefs  
d’entreprise,  ce  dernier  chiffre  étant  très  élevé  comparé  au  public  des  autres  IMF.  
En   résumé   on   constate   que   la   population   la   plus   fragilisée   socialement   et  
financièrement   (RSA,   chômeurs   non   indemnisés,   handicapés)   s’adresse   plutôt   à   l’ADIE   et  
dans   une   moindre   mesure   à   la   CSDL   tandis   que   les   créateurs   s’adressent   davantage   à   la  
CSDL.    
 
Le   niveau   de   formation   est   relativement   homogène,   niveau   bac   en   moyenne   (pour   les  
CLEFE   et   la   CLEJ   en   particulier),   même   si   l’ADIE   est   un   peu   en   dessous   avec   un   nombre  
important  de  clients  disposant  d’un  niveau  BEP/CAP.  Quant  à  la  CSDL  elle  est  légèrement  
au   dessus   avec   un   niveau   de   formation   proche   de   bac+2.   Dans   l’ensemble,   le   microcrédit  
s’adresse  à  un  public  avec  un  niveau  d’étude  plutôt  faible.    
 
Les   projets   financés   par   la   CSDL   sont   en   moyenne   3   fois   plus   importants   que   ceux  
financés   par   l’ADIE,   avec   un   recours   à   un   financement   tiers   important   (NACRE,   prêt  
d’honneur).  On  peut  expliquer  ces  volumes  plus  importants  en  établissant  un  lien  entre  le  
public  visé  et  la  taille  des  plans  de  financement,  généralement  plus  importants  à  la  CSDL.  
3. Les  critères  de  sélection  des  clients  du  microcrédit  
 

46  

 
 

Les   dossiers   soumis   aux   comités   de   crédit   ou   aux   partenaires   financiers   présentent   des  
caractéristiques   qui   influeront   très   fortement   les   décideurs   finals.   Certains   éléments  
apparaissent   comme   très   positifs   et   augmentent   les   chances   de   voir   le   dossier   aboutir   à   un  
financement.   C’est   le   cas   notamment   d’une   expérience   préalable   dans   le   domaine   d’activité  
envisagé,   ou   de   compétences   en   gestion.   A   contrario,   d’autres   éléments   peuvent   être   très  
pénalisants.    
 
Tout   d’abord,   les   dossiers   refusés   sont   majoritairement   déposés   par   des   hommes.   La  
corrélation   est   également   forte   avec   la   structure   juridique   du   projet   qui   est   un   choix  
important   pour   la   suite   du   projet.   Les   dossiers   de   sociétés   (EURL,   SARL)   ont   une   plus  
grande   probabilité   d’être   rejetés,   alors   que   les   dossiers   d’entreprise   individuelle,   moins  
lourds,  ont  davantage  de  chances  d’être  acceptés.  Ces  derniers  sont  d’ailleurs  majoritaires  
chez  de  nombreuses  IMF  en  particulier  la  CSDL.  
Ensuite  on  constate  que  le  montant  du  projet  qu’il  soit  largement  autofinancé  ou  qu’il  
soit  plutôt  financé  par  emprunt  ne  semble  pas  entrer  en  ligne  de  compte  dans  la  décision  
d’octroyer   ou   non   le   microcrédit.   La   qualité   du   projet,   la   capacité   de   l’emprunteur   à   mener  
ce   projet,   sa   motivation,   et   ses   éventuelles   compétences   sont   les   critères   les   plus  
importants  dans  la  décision  d’accorder  ou  non  le  prêt.  L’accent  est  mis  particulièrement  sur  
le   degré   de   maturation   du   projet,   la   réflexion   qui   a   été   menée   pour   le   construire   et   la  
qualité   des   données   prévisionnelles.   D’éventuelles   compétences   en   gestion   représentent  
également   un   atout   non   négligeable   qui   aidera   le   porteur   de   projet   à   obtenir   un  
financement.  
La   sélection   préalable   des   dossiers   lors   de   l’entretien   est   une   étape   essentielle.   Un  
nombre   élevé   de   contacts   renoncera   à   déposer   une   candidature,   faute   d’éléments  
permettant   de   constituer   un   dossier   crédible.   D’autres   ne   donneront   pas   suite   car   ils   ne  
souhaitent   pas   fournir   des   informations   qu’ils   considèrent   eux-­‐mêmes   comme  
compromettantes   voire   éliminatoires   (fichage   à   la   Banque   de   France,   endettement  
important).    
Une  autre  cause  importante  de  retrait  des  clients  est  liée  tout  simplement  à  l’abandon  
pure   et   simple   du   projet,   ce   qui   est   relativement   fréquent.   A   la   Croix-­‐Rouge   par   exemple,   il  
arrive  très  souvent  que  certaines  personnes  engagées  dans  le  processus  de  demande  d’un  
prêt   ne   donnent   pas   suite.   Dans   d’autres   cas,   des   clients   retirent   leur   dossier   quand   les  
financements  complémentaires  sont  refusés  (refus  du  financement  bancaire  notamment).  
Le  dossier  peut  au  contraire  être  retiré  car  un  financement  alternatif  a  été  obtenu.    
Des   facteurs   légaux   peuvent   également   intervenir,   quand   il   s’avère   que   l’emprunteur  
potentiel   a   une   participation   dans   une   société   en   cours   de   liquidation,   ou   quand   il   est  
inscrit  au  fichier  des  surendettés  à  la  Banque  de  France  (ce  dernier  cas  n’est  pas  toujours  
un   facteur   d’exclusion,   il   est   en   effet   possible   dans   certains   cas   de   négocier   avec   la   BdF  
l’octroi   d’un   microcrédit   alors   même   que   la   personne   est   surendettée).   Certaines   IMF  
refusent   également   de   prêter   quand   les   projets   sont   trop   importants   ou   quand   il   s’avère  
clairement   que   l’emprunteur   n’a   pas   réellement   besoin   d’un   financement   solidaire   pour  
financer  son  projet.  
D’autres  causes  de  refus  tiennent  au  projet  lui-­‐même,  souvent  mal  défini.  Les  projets  
rejetés   sont   souvent   jugés   irréalistes,   non   crédibles,   avec   un   chiffre   d’affaires   surestimé.  
Certains   sont   refusés   car   trop   flous,   avec   une   activité   mal   définie,   ou   l’absence   de   clients  
potentiels   bien   identifiés.   Enfin,   le   refus   de   financement   peut   être   lié   au   profil   du   candidat,  
souvent   trop   éloigné   du   type   d’emploi   envisagé.   Pour   certains   postes   spécifiques,  
particulièrement  dans  le  secteur  des  services,  des  projets  sont  déposés  alors  que  le  porteur  
du  projet  n’a  aucune  formation,  ni  expérience  par  rapport  à  l’activité  projetée.  Dans  le  cas  
 

47  

 
particulier  d’un  microcrédit  personnel,  les  demandes  de  crédit  pour  des  achats  considérés  
comme  inutiles  sont  systématiquement  refusés.    
Un   rejet   n’est   pas   toujours   définitif,   il   est   souvent   demandé   aux   candidats   de  
reprendre  ou  de  compléter  leur  dossier  (projet  à  retravailler,  plan  de  financement  à  revoir,  
etc.)  avant  qu’il  soit  à  nouveau  soumis  au  Comité  de  crédit.  
 
 
4. Les  facteurs  de  défaillance  dans  la  relation  de  prêt  
 
En  Aquitaine,  le  microcrédit  connaît  un  taux  de  sinistralité  légèrement  supérieur  à  3%  
mais  20%  de  dossiers  rencontrent  des  problèmes  de  remboursement.  En  m’appuyant  sur  
des   études   passées   et   sur   les   éléments   que   j’ai   pu   obtenir   des   entretiens,   j’ai   identifié   les  
principaux  facteurs  de  défaillance  dans  la  relation  prêteur-­‐emprunteur.  Ces  problèmes  de  
remboursement   sont   très   fortement   corrélés   à   un   échec   de   l’activité   financée   par  
l’emprunt.    
 
Les   dossiers   de   prêt   étudiés   sont   confrontés   à   différents   types   de   problèmes   de  
paiement.   Il   arrive   relativement   souvent   que   les   clients   aient   du   mal   à   honorer   leurs  
échéances   mensuelles.   C’est   le   cas   pour   10%   des   prêts   de   l’ADIE,   25%   des   prêts   des  CLEFE    
et   40%   des   prêts   de   la   CSDL.   La   plupart   du   temps,   ce   type   de   problème   ne   concerne   que  
très  peu  d’échéances,  parfois  une  seule,  ce  qui  permet  de  le  régler  assez  rapidement,  par  un  
versement   plus   élevé   les   échéances   suivantes.   Dans   le   cas   où   les   difficultés   de   paiement  
s’avèrent  plus  importantes,  il  n’est  pas  rare  que  le  prêt  soit  restructuré.  Sa  durée  est  ainsi  
allongée   afin   de   permettre   le   règlement   de   tous   les   impayés.   Ces   restructurations  
concernent   entre   5   et   10%   des   prêts   selon   les   IMF.   Enfin,   le   cas   extrême   où   le   client   se  
révèle  définitivement  insolvable  est  faible  pour  l’ADIE  (2,42%  de  sinistralité  en  2011)  mais  
atteint   plus   de   10%   des   clients   pour   certaines   IMF.   Dans   ce   dernier   cas,   les   fonds   de  
garantie   couvrent   les   pertes.   Si   certaines   IMF   peuvent   engager   des   procédures   de  
recouvrement   avec   l’envoi   d’un   huissier   (d’autres   s’y   refusent),   cette   opération   ne  
s’effectue  qu’en  cas  de  détection  d’une  mauvaise  foi  avérée  de  la  part  de  l’emprunteur.    
Globalement,   quelles   que   soient   les   IMF,   il   est   difficile   d’identifier   clairement   les  
facteurs   de   risque,   concernant   la   solvabilité   des   clients   ou   simplement   leur   capacité   à  
honorer  les  échéances  de  leur  prêt.  Cette  difficulté  provient  en  partie  de  la  dimension  très  
qualitative   des   dossiers   de   microfinance   et   des   causes   souvent   exogènes   de   l’échec   d’un  
projet.   Les   projets   nécessitant   un   financement   solidaire   sont   relativement   fragiles   et   le  
moindre   événement   extérieur   défavorable   peut   les   mettre   en   péril   :   maladie,   installation  
d’un  concurrent,  travaux  dans  le  quartier,  etc.  Ces  évènements  sont  difficiles  à  quantifier  et  
donc   à   prévoir   à   partir   de   bases   de   données   statistiques.   L’accompagnement   permet   de  
prévenir  en  partie  le  risque  de  non  remboursement  en  instaurant  une  relation  de  confiance  
entre  le  prêteur  et  l’emprunteur.    
Une   autre   explication   possible   de   la   difficulté   à   distinguer   clairement   les   clients   à  
problèmes   de   ceux   qui   ne   le   sont   pas   peut   être   liée   au   manque   de   données   explicatives  
disponibles   dans   les   dossiers   élaborés.   Par   exemple,   le   taux   d’endettement   des  
emprunteurs  n’est  pas  systématiquement  demandé,  pas  plus  que  leurs  charges  mensuelles.  
Or,   dans   les   relations   bancaires   traditionnelles,   ces   données   sont   primordiales   dans  
l’évaluation   de   la   qualité   d’un   dossier   de   prêt   et   déterminantes   dans   la   décision   d’octroi   ou  
non  du  prêt.  
Les  statistiques  montrent  qu’en  moyenne,  les  prêts  qui  rencontrent  des  problèmes  ont  
les   caractéristiques   suivantes  :   les   emprunteurs   sont   des   hommes,   d’origine   étrangère,   peu  
qualifiés  avec  un  emprunt  est  d’un  montant  élevé  (projets  de  plus  grande  ampleur).  Ils  sont  
 

48  

 
également   plus   endettés   que   les   autres   clients,   avec   un   revenu   mensuel   plus   faible.   Les  
emprunteurs  à  problème  ont  également  davantage  de  prêt  d’honneur.  Il  est  intéressant  de  
noter  que  le  taux  d’intérêt  des  prêts  à  problème  est  en  moyenne  plus  faible.  Le  niveau  du  
taux   d’intérêt   ne   semble   pas   être   un   facteur   de   défaillance,   au   contraire  :   en   excluant   les  
prêts  d’honneur,  on  constate  une  corrélation  négative  entre  le  taux  d’intérêt  du  prêt  et  la  
probabilité   de   défaillance.   Un   résultat   plus   logique   montre   que   les   individus   bénéficiant   de  
ressources   telles   que   salaire,   indemnité   chômage,   ou   autres   revenus,   rencontrent   moins   de  
problèmes   que   les   individus   bénéficiaire   du   seul   RSA   ou   les   demandeurs   d’emploi   non  
indemnisés,   financièrement   plus   fragiles.   Travailler   avec   son   conjoint   est   également   un  
facteur   de   risque   tandis   que   travailler   seul   ou   avec   un   associé   diminue   sensiblement   le  
risque.  Les  secteurs  identifiés  comme  les  plus  risqués  sont  l’agriculture  mais  aussi  les  cafés,  
restaurants,   hôtels,   et   les   activités   artisanales.   Les   secteurs   de   service   aux   ménages   et  
surtout   aux   entreprises   sont   moins   risqués   en   moyenne.   Ensuite,   la   probabilité   de  
défaillance   est   également   liée   au   statut   juridique   de   l’entreprise.   Les   statuts   de   SARL   et  
d’EURL  présentent  plus  de  risque  que  le  statut  d’entreprise  individuelle  (EI).  On  constate  
également  que  l’absence  d’expérience  préalable  ne  constitue  pas  un  facteur  de  défaillance  
de  la  relation  de  prêt.    
Les   personnes   rencontrant   des   difficultés   à   assurer   leurs   échéances   ont   souvent  
surestimé  leur  activité  dans  leur  budget  prévisionnel.  De  plus,  elles  n’ont  en  général  aucune  
compétence  en  gestion.  L’entreprise  survit  la  1ère  année  grâce  aux  revenus  de  substitution  
(allocations   chômage,   etc)   et   souvent   car   le   créateur   concède   de   gros   efforts   en   ne   se  
versant  aucun  salaire.  Beaucoup  de  projets  survivent  la  première  année  grâce  au  maintien  
de   ces   revenus   mais   également   grâce   à   l’aide   de   la   famille.   Mais   après   une   période   de   6  
mois,   on   observe   toutefois   un   taux   d’échec   très   important   qui   peut   s’expliquer   par   un  
mauvais   positionnement   de   l’activité,   des   compétences   inadaptées   ou   un   projet  
insuffisamment  étudié.  À  ce  stade,  il  est  encore  possible  de  corriger  les  erreurs  avec  l’aide  
du  partenaire  associatif.  Plus  tard,    entre  24  et  36  mois,  l’apparition  de  charges  nouvelles  
n’est  pas  toujours  bien  anticipée  (charges  sociales  par  exemple)  et  peut  menacer  la  survie  
de  l’entreprise.  C’est  également  la  période  à  partir  de  laquelle  le  créateur  s’essouffle  après  
avoir   mis   beaucoup   d’énergie   pour   créer   son   activité   et   la   faire   vivre   avec   des   moyens  
limités.  A  cette  période  on  observe  une  sinistralité  très  importante.  Au-­‐delà,  après  4-­‐5  ans  
d’activité,  le  taux  d’échec  chute  à  moins  de  2%.  Ces  différentes  observations  montrent  que  
les   porteurs   de   projets   passent   par   deux   étapes   déterminantes   et   souvent   fatales   pour  
l’activité  (après  6  mois  et  après  24-­‐36  mois).  Une  fois  ces  deux  périodes  passées,  l’activité  
rencontre  statistiquement  moins  de  difficultés.  
D’autres   facteurs   explicatifs   de   la   défaillance   sont   davantage   liés   à   la   structure.  
L’embauche   d’un   employé   représente   des   charges   fixes   qui   peuvent   aggraver  
l’endettement.   Dans   certains   secteurs   (habillement,   alimentation),   la   gestion   des   stocks  
n’est  pas  toujours  optimale.  Par  ailleurs,  des  événements  extérieurs  imprévisibles  peuvent  
constituer   le   point   de   départ   d’une   accumulation   d’impayés   aboutissant   à   l’abandon   de  
l’activité   et   parfois   au   surendettement   de   la   personne  :   maladie,   grossesse,   séparation,  
baisse  de  la  fréquentation  due  à  des  travaux  ou  à  l’installation  de  concurrents.  Parfois,  un  
simple   retard   dans   le   déblocage   d’une   somme   ou   des   retards   de   paiement   de   plusieurs  
clients   peuvent   déclencher   une   dynamique   d’endettement   à   l’issue   fatale   pour   l’activité.  
L’activité  est  également  très  exposée  aux  risques  inhérents  à  la  relation  bancaire.  Les  frais  
bancaires   liés   à   des   difficultés   ponctuelles   (frais   de   rejet,   agios)   peuvent   devenir   une  
difficulté  permanente  pour  la  jeune  entreprise.    
L’ensemble   de   ces   facteurs   explicatifs   d’un   échec   souligne   l’importance   du   travail   qui  
doit   être   effectué   en   amont   sur   les   dossiers   étudiés,   en   particulier   en   gestion   mais   aussi   au  
niveau   commercial.   La   précision   de   l’estimation   du   chiffre   d’affaires   (compte   tenu   de  
 

49  

 
l’activité,   du   lieu   d’implantation   et   du   manque   de   notoriété)   est   essentielle   pour  
appréhender   au   mieux   le   développement   de   l’entreprise.   Il   est   également   important  
d’envisager  tout  type  de  scénario  et  de  prévenir  les  risques  autant  que  possible  (avec  une  
micro-­‐assurance  éventuellement).  La  notion  de  rentabilité  n’est  pas  toujours  perçue  par  le  
chef   d’entreprise  :   il   y   a   souvent   un   décalage   entre   la   perception   du   chef   d’entreprise   sur  
son  activité  et  la  réalité  financière  (ce  qu’il  reste  en  net  du  chiffre  d’affaires  après  déduction  
de   toutes   les   charges).   L’accompagnement   doit   inclure   une   aide   en   gestion   qui   doit  
permettre  d’évaluer  le  résultat  net  selon  différents  scenarii  de  dépenses  et  de  recettes.    
Les   banques   pourraient   être   également   davantage   impliquées   dans   la   relation   avec  
l’emprunteur.   En   effet,   les   établissements   bancaires   contribuent   au   financement   de   projets  
solidaires   et   en   prélèvent   des   frais   substantiels   dans   le   cadre   d’une   relation   bancaire  
traditionnelle   en   n’étant   peu   ou   pas   impliquées   dans   le   travail   en   amont   (montage   de  
dossiers)   et   en   aval   (suivi,   accompagnement).   Les   partenariats   entre   les   IMF,   les   autres  
organismes   de   finance   solidaire   et   les   établissements   de   crédit   pourraient   être   élargis   à  
l’ensemble  de  la  relation  bancaire  et  pas  uniquement  au  financement  initial  du  projet.    
 
 
5. Les  facteurs  de  survie  des  activités  financées  par  microcrédit  
 
Après   avoir   énoncé   les   facteurs   de   défaillance   dans   la   relation   de   prêt   souvent   liée   à   un  
échec  de  l’activité  elle-­‐même,  il  est  intéressant  d’identifier  les  facteurs  qui  contribuent  à  la  
survie   des   activités.   Toutefois,   s’il   est   facile   de   recenser   le   nombre   d’échec   et   les   causes   qui  
ont  mené  à  la  fin  d’une  activité,  les  IMF  n’ont  pas  à  l’heure  actuelle  les  ressources  humaines  
et  matérielles  leur  permettant  de  suivre  le  devenir  de  l’activité  financée  une  fois  le  projet  
remboursée.  Il  n’existe  donc  pas  de  statistiques  réellement  fiables  concernant  la  survie  des  
activités  financées  au-­‐delà  d’une  durée  de  5  ans.  
On  retrouve  dans  les  causes  de  réussite  des  projets,  des  facteurs  explicatifs  proches  de  
ceux   retenus   pour   analyser   les   prêts   ayant   ou   non   des   difficultés   d’échéances.   Ainsi,   on  
constate   que   les   femmes,   les   personnes   seules,   les   plus   jeunes,   ont   une   plus   grande  
probabilité  de  voir  leur  projet  réussir.    
Ici  cependant,  les  personnes  ayant  beaucoup  emprunté  ont  plus  de  chance  de  réussir,  
parce   qu’elles   ont   dans   le   même   temps   davantage   de   ressources   propres,   et   des   revenus  
mensuels   plus   élevés.   Ce   sont   les   petits   projets,   dont   le   porteur   a   peu   de   revenus   et   un  
niveau  de  formation  inférieur  à  la  moyenne,  qui  sont  les  plus  fragiles.  Ceci  se  confirme  avec  
l’étude   de   la   situation   professionnelle   avant   le   prêt.   Les   personnes   les   plus   fragiles  
financièrement  (bénéficiaires  du  RSA  ou  de  l’ASS)  ont  une  probabilité  deux  fois  plus  forte  
que   les   autres   personnes   de   voir   leur   projet   échouer.   Les   projets   financés   étant   de   faible  
montant,   ce   sont   normalement   les   entreprises   individuelles   qui   survivent   le   moins,  
comparativement   aux   sociétés   (SARL,   EURL).   Le   secteur   de   l’artisanat   (qui   inclut   ici   le  
secteur  du  bâtiment),   de   la   restauration,   hôtel,  conduit  au  plus  grand  nombre  d’arrêts  de  
l’activité,   tandis   que   les   entreprises   dans   le   secteur   des   services   (aux   particuliers   et   aux  
entreprises)  ont  une  probabilité  de  survie  plus  forte.  Ces  résultats  montrent  qu’il  importe  
de   bien   distinguer   les   facteurs   de   réussite   de   la   relation   de   prêt   d’une   part,   des   facteurs   de  
survie  des  activités  d’autre  part.  Les  petites  activités,  associées  à  un  faible  montant  de  prêt,  
ont  comparativement  le  plus  de  chances  de  rembourser  leur  prêt,  mais  ce  sont  ces  mêmes  
activités,  parce  qu’elles  sont  plus  légères,  qui  disparaissent  le  plus  facilement.  
Concernant   l’accompagnement,   des   études   menées   en   Bretagne   ont   montré   l’impact  
limité   du   suivi   de   l’emprunteur   jusqu’au   remboursement   sur   la   probabilité   de   survie   de  
l’activité.   Il   est   cependant   très   difficile   d’évaluer   cet   impact   car   de   nombreuses   variables  
interviennent.    L’accompagnement  n’est  pas  une  garantie  de  pérennité  mais  représente  un  
 

50  


Aperçu du document Le microcrédit en Aquitaine-AP.pdf - page 1/65
 
Le microcrédit en Aquitaine-AP.pdf - page 3/65
Le microcrédit en Aquitaine-AP.pdf - page 4/65
Le microcrédit en Aquitaine-AP.pdf - page 5/65
Le microcrédit en Aquitaine-AP.pdf - page 6/65
 




Télécharger le fichier (PDF)


Le microcrédit en Aquitaine-AP.pdf (PDF, 4.1 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


le microcredit en aquitaine ap
2011 cp adie pole emploi
fiche secteur microfinance entreprenariat social
travail eco dev v2
iecreation
ie creation

Sur le même sujet..