LE QUOTIDIEN Les entreprises sont exangues 2 2 .pdf


Nom original: LE QUOTIDIEN _ Les entreprises sont exangues 2-2.pdf
Titre: untitled

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par / Acrobat Distiller 6.0 (Windows), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 19/09/2012 à 10:52, depuis l'adresse IP 109.122.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 698 fois.
Taille du document: 224 Ko (1 page).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


23

>

ECO ENTRETIEN

Le Quotidien de la Réunion - lundi 10/09/12

Abdoullah Lala en bref

Avec un peu d’anticipation, certaines entreprises auraient pu être sauvées, plaide le président du conseil de l’Ordre des
experts-comptables. (Photo D.R.)

Nous avions mis en place avec
certaines banques un dispositif
permettant aux PME et TPE de
bénéficier de réponses bancaires
ultrarapides à leurs demandes
de crédit. Il a été très peu utilisé
car pendant ce temps, de nombreuses boîtes se sont retrouvées en état de quasi-cessation
de paiement.

« La culture de
l’anticipation
manque
cruellement »
– Que faudrait-il, aujourd’hui,

pour permettre aux entreprises
de sortir la tête de l’eau ?
– On aurait besoin aujourd’hui
de fonds de retournement,
comme ceux qu’accorde, sous
conditions, la CDC entreprises
aux structures en difficulté.
Des sortes de fonds sociaux ?
– Vous savez, la détresse sociale est partout. Depuis 2009
nous avons des permanences
pour les entreprises en difficulté. Des experts-comptables bénévoles accueillent des responsables dont certains, accablés de
dettes, déjà saisis, ne savent plus
du tout quoi faire. C’est d’autant
plus consternant que, parmi ces
entreprises, certaines, structurellement viables, auraient pu
être sauvées avec un peu d’anti-

cipation sur leurs problèmes.
Conseils et procédures amiables
peuvent dégager des solutions
mais pas quand on prend la
situation trop tard.
– Vous comparez souvent les
entreprises à des malades?
– Oui et c’est tellement vrai
qu’il existe depuis début 2012
une assurance santé des entreprises au travers d’un dispositif
auquel adhère une demi-douzaine de grandes compagnies
d’assurance. Pour une somme
mensuelle assez modique, une
entreprise peut ainsi voir ses
charges en honoraires divers
être prises en charge par son
assurance quand elle se trouve
face à des difficultés qui nécessitent l’intervention d’un avocat,

Une ouverture sur le monde
« J’étais en Tanzanie il y a
peu. Venant de La Réunion, j’ai
dû expliquer qui j’étais, d’où je
venais... » Le président du conseil de l’Ordre des experts-comptables répète cette anecdote
comme pour légitimer le thème
de la prochaine université de la
profession comptable, troisième
du nom, organisée mardi 6 novembre prochain : « La Réunion : l’Europe au cœur de l’axe

Afrique-Asie. » L’an dernier, c’était l’Inde. Les professionnels du
chiffre ont donc de la suite dans
les idées : notre bout d’Europe,
région ultrapériphérique, doit
profiter de son positionnement
géostratégique, sur ce fameux
axe entre deux continents.
Autrement dit, la route des
épices (et des esclaves...) doit
être celle de la connaissance et
devenir celle de la croissance.

Car l’objectif est bien celui-là :
se faire mieux connaître pour
mieux échanger avec ces puissants « voisins ». En attendant,
l’«internationale » de la profession comptable se forme
puisque sont invités, et viendront, des confrères chinois,
sud-africains, indiens, mauriciens, malgaches et même, allez,
australiens. Si ce n’est pas de
l’ouverture...

Les universités de la profession comptable sont ouvertes sur le monde qui entoure La Réunion
avec de nombreux invités étrangers. (Photo D.R.)

d’un administrateur, etc. qu’elle
ne pourrait payer seule.
Mais, pour l’instant, tout est
géré depuis Paris. Je tente de
décliner le système localement
et j’aimerais y parvenir avant la
fin de mon mandat... dans deux
mois.
Entretien Thierry DURIGNEUX

Même les meilleures choses
ont une fin. Et même l’actuel
président du conseil de l’Ordre
des experts-comptables de La
Réunion va devoir rendre son
tablier. Deux fois deux ans de
mandat est la limite prévue
par les règles internes. En novembre, des élections désigneront le successeur. Est-il peiné
ou soulagé ? Ni l’un ni l’autre,
satisfait d’un côté d’avoir pu
placer son institution à l’image
austère au centre des débats
économiques de La Réunion,
de lui avoir donné plus de
visibilité. De l’autre, l’actuel
président n’est pas mécontent
de souffler un peu et... de
laisser respirer les autres.
« J’aime le changement,
confesse ce taureau né le 28
avril 1968 à Madagascar. Je
suis à ma manière un soixantehuitard adepte du “ think different ” et ma profession ne
m’empêche pas d’avoir un côté un peu iconoclaste. » Son
parcours est pourtant aussi
classique que remarquable. Après des études à Leconte-deLisle, direction Paris la Sorbonne. Il en sort avec une
maîtrise en sciences économiques, très exactement une
MSTCF, « à ne pas confondre
avec une MST », précise-t-il, ce
qui signifie maîtrise en
sciences et techniques comp-

Abdoullah Lala doit lâcher
les rênes de la présidence
de l’Ordre en novembre.
(Photo D.R.)
tables et financières. La fac est
suivie de Sciences Po, filière
éco-fi pour économie et finances, bien sûr. Retour en
1992 sur l’île où il débute dans
la profession du chiffre
comme stagiaire au sein du
cabinet Dussaux, à Saint-Denis.
Moins de 8 ans plus tard, il
entame le troisième millénaire
en installant son propre cabinet d’expertise-comptable. Aujourd’hui intégré au réseau
Crowe-Howarth, l’un des dix
premiers mondiaux de l’audit,
il a pignon sur rue à SainteClotilde et Saint-Denis mais
aussi à Paris « car il faut pouvoir accompagner l’accès des
entreprises réunionnaises au
marché national».


Aperçu du document LE QUOTIDIEN _ Les entreprises sont exangues 2-2.pdf - page 1/1

Télécharger le fichier (PDF)









Documents similaires


compte rendu de la conference sur l
textes relatifs a la profession d expert comptable
lettre d information 1
proces verbal de la reunion n 6 1
conference ist du 21 03 2015
le quotidien les entreprises sont exangues 2 2

Sur le même sujet..