Les Origines du Conflit Israelo Palestinien.pdf


Aperçu du fichier PDF les-origines-du-conflit-israelo-palestinien.pdf - page 2/64

Page 1 23464



Aperçu texte


déposséder la population arabe native de la quasi-totalité de sa terre, afin
qu’Israël devienne un Etat hébreu d’un seul tenant. Les terres, que le Fonds
National Juif achetaient, étaient détenues au nom du peuple juif et ne
pourraient plus jamais être revendues ou même louées à des Arabes (cette
situation est toujours d’actualité.)
Au fur et à mesure que la communauté arabe prenait conscience des intentions
sionistes, et parce que cela constituait un danger réel et immédiat qui menaçait
l’existence même de la société arabe en Palestine, elle s’opposa vigoureusement
à la poursuite de l’immigration juive ainsi qu’à l’achat de terres. A cause de
cette opposition, l’ensemble du projet sioniste n’aurait jamais pu aboutir sans
le soutien militaire des Britanniques. Soit dit en passant, la grande majorité de
la population de Palestine était arabe depuis le 7ème siècle (soit depuis plus de
1.200 ans.)
En résumé, le sionisme s’est appuyé sur une vision erronée et colonialiste du
monde, ne faisant aucun cas des autochtones. En fait, l’opposition des Arabes
au sionisme trouvait son origine dans la peur tout à fait légitime de voir leur
peuple dépossédé de sa terre, plutôt que dans des considérations purement
antisémites.
Etant juifs nous-mêmes, nous tenons à préciser que la position que nous
défendons ici, qui est une critique du sionisme, n’est en aucune manière
antisémite. En fait, nous ne pensons pas que les Juifs ont agi d’une façon pire
que n’importe quel autre groupe l’aurait fait dans la même situation. Après la
sinistre oppression subie par les Juifs, les sionistes (qui, jusqu’au lendemain de
la 2ème guerre mondiale, constituaient une nette minorité à l’intérieur du peuple
juif) avaient le désir compréhensible de s’installer quelque part où les Juifs
pourraient se rendre maîtres de leur propre destin. Les agissements des
sionistes étaient motivés par un profond désespoir, d’autant plus que les
menaces sur la communauté juive se cristallisèrent à la fin des années 1930 et
suivantes.
Tout comme le désespoir des Arabes motivait leurs actes : la mythique « terre
sans peuple pour un peuple sans terre »1 était déjà la patrie de 700.000
Palestiniens en 1919 ! Ainsi que nous allons le voir, c’est là que se trouve la
racine du problème.

1

[NdT] La formule, souvent attribuée à Golda Méïr, qui l'a effectivement utilisée, n'est pourtant pas d'elle.
En effet, à en croire le regretté savant lillois, Jean-Marie Delmaire, elle "a été prononcée en 1891, aux
Etats-Unis, par Blackstone, un pasteur rempli de zèle pour le retour à Sion des juifs, qu'il souhaitait
ensuite convertir au plus vite." (Jean-Marie Delmaire, De Jaffa jusqu'en Galilée. Les premiers pionniers
juifs (1882-1904), p. 109.)

2