Antinucléaire Mix texte vol0 175.pdf


Aperçu du fichier PDF antinucleaire-mix-texte-vol0-175.pdf - page 4/60

Page 1 2 3 45660



Aperçu texte


conséquences du désastre pour sauver l’économie du pays. mobiles de Giscard à Plogoff, les grenades offensives à
Ainsi, les seuils de contamination « officiels » des enfants ont
été relevés au niveau de ceux des travailleurs du nucléaire en
France…
Et l’Europe est loin d’être épargnée. Dernièrement le syndicat
CGT des douanes s’émouvait de se retrouver confronté à des
colis radioactifs venus du Japon. Et pour chaque colis trouvé,
combien passent entre les mailles du filet ?
Il est donc nécessaire de sortir immédiatement de l’ère
nucléaire afin de limiter les dégâts et d’éviter que notre planète
devienne une vaste poubelle radioactive.

4

...et les lignes THT !
En même temps, les lignes THT représentent elles aussi un
danger immédiat. Plusieurs rapports, notamment de
l’INSERM4
et du CRIIREM
ont prouvé que les
rayonnements électromagnétiques émis de façon très
importante par les lignes ont des conséquences sur la santé des
êtres humains, des animaux et des végétaux vivant à proximité.
Des chercheurs, tel que le Professeur Goldberg, ont constaté
chez des personnes vivant près des lignes une baisse de 75%
de l’action de certaines cellules immunitaires appelées
leucocytes T qui, à long terme, est à l’origine de leucémies.
Des travaux qui ont été menés sur des salarié­e­s de
compagnies d’électricité, toujours par ce même professeur, et
ce, sur une longue période (1970­1989) mettent en lumière
une augmentation statistique des risques de leucémie aigüe
non lymphoïde. D’autres études indiquent un accroissement
de leucémies chez les enfants résidant à proximité de lignes
THT et on ne compte plus les effets indésirables comme les
troubles visuels, nuisances sonores, pertes de mémoire, maux
de tête, vertiges, état dépressif, manque de sommeil, apathie,
agressivité, etc. On observe les mêmes risques chez les animaux
avec une augmentation de leur agressivité, de leur stress et
parfois même des comportements cannibales notamment chez
les porcs. Augmentation aussi de leur taux de mortalité, des
risques de mammite5.
L’Etat contre les populations : la carotte et le bâton.
En janvier dernier, RTE négociait avec la chambre
d’agriculture de la Manche et la FNSEA une rallonge
d’indemnisation supplémentaire de 1 million d’Euro pour les
agriculteurs concernés par le tracé de la ligne THT. Le prix
que l’on fixe pour acheter la résignation d’éventuels opposant­
e­s, ça c’est la carotte.
Sur ce projet comme sur d’autres, comme celui des retraites,
l’Etat est prêt à passer en force si des oppositions émergent. La
construction de la nouvelle gendarmerie de Périers avec le
soutien de RTE en est un bon exemple, celui du bâton.
Ceux et celles qui ont vécu la lutte antinucléaire des années 70
et 80 ne seront guère surpris tant ils ont côtoyé les gendarmes

Malville, les voltigeurs à Cherbourg, les blindés de Mitterrand
à Chooz et ses barbouzes à Oakland…
Parce que l’Etat ne soutient pas nos intérêts mais celui de ses
ami­e­s, AREVA, BOUYGUES ou VINCI. Les intérêts
économiques sont colossaux,
et Sarkozy comme ses
prédécesseurs n’est que le VRP des intérêts nucléocratiques.
Et puis, le nucléaire c’est un Monde qui dépasse ses simples
installations et leurs nuisances et qui se prolonge bien au­delà
de leur environnement immédiat, des lignes THT, au
développement des lignes TGV, en passant par nos décors
high­tech, nos villes illuminées. Sans oublier bien évidemment
le soutien de dictatures qui permettent de récupérer de
l’uranium comme au Niger, et les guerres avec leurs menaces
atomiques permanentes et leurs résidus d’uranium appauvri.
Avec sa continuation et sa relance, il s’agit surtout de
prolonger la société qui ne cesse de nous broyer avec ses flux
de marchandises et d’énergie, ses OGM, ses nanotechnologies,
ses centres de rétention, ses rapports de pouvoir et
d’exploitation, ses mesures d’austérité…
Nous n’avons d’autre choix que de lutter.
C’est pourquoi il est nécessaire aujourd’hui, au moment même
où l’Etat (Conseil régional, Préfecture,…) est convaincu de
l’anéantissement de toute forme de contestation dans la
population locale, de continuer à informer sur les risques que
court la population, la faune et la flore et de s’organiser. Il est
également nécessaire de réactiver en chacun­e l’envie de
résister à cet autoritarisme d’Etat afin de créer un rapport de
force suffisamment conséquent pour anéantir toute possibilité
pour RTE de construire cette nouvelle ligne. Les risques n’ont
plus à être encourus par la population mais à retourner contre
l’Etat et ses projets assassins.
Parce qu’il ne suffira pas de porter un bulletin de vote en
2012 pour stopper ce projet. En 2007, cette stratégie avait déjà
participé à nous démobiliser. Et l’exemple du vote pro EPR de
la région Basse­Normandie dans le cadre d’une alliance de
gauche et écologiste en 2004 nous a donné un indice sur ce
que ces illusions véhiculaient.
Nous n’avons d’autre choix que de lutter par nous­mêmes et
pour nous­mêmes. En avril dernier, un pylône THT était
déboulonné montrant ainsi toute la vulnérabilité de leurs
projets*. Ceux­ci comme l’avancement des travaux peuvent
être contrecarrés de bien des manières. Le 15 octobre prochain
se tiendra également à Rennes une manifestation contre le
nucléaire. Autant d’occasions de s’opposer aux défenseurs du
nucléaire et des THT.
Certain­e­s nous ont ouvert des pistes de réflexion en matière
de lutte. A Notre dames des Landes, près de Nantes, des
opposant­e­s à la construction d’un nouvel aéroport occupent
les maisons expropriées. En Bolivie, des communautés