article rfsp 0035 2950 1977 num 27 1 393715.pdf


Aperçu du fichier PDF article-rfsp-0035-2950-1977-num-27-1-393715.pdf - page 2/33

Page 1 23433


Aperçu texte


ET

ÉCONOMIE DES PARTIS
RÉTRIBUTIONS DU MILITANTISME *

DANIEL GAXIE

PRENDRE au sérieux l'analyse wébérienne des dirigeants des partis
comme entrepreneurs politiques « intéressés au premier chef par
la vie politique et désireux de participer au pouvoir »', conduit
nécessairement à voir dans les organisations politiques l'un des moyens
d'une stratégie d'occupation des postes étatiques.
On conçoit alors que l'existence comme l'activité des partis soient
déterminées par les exigences de l'entreprise de conquête du pouvoir
dans laquelle leurs chefs sont plus particulièrement engagés. La concept
ion
wébérienne suggère en effet que les partis peuvent prendre en char
ge
les intérêts d'un groupe ou d'une classe, s'orienter vers la réalisation
de buts matériels ou l'application de principes idéologiques mais qu'ils
cherchent avant tout à obtenir le pouvoir pour leurs dirigeants. Il n'est
dès lors pas surprenant qu'ils se bornent parfois à cet objectif.
La structure du pouvoir des organisations politiques livre de la même
façon la vérité objective de leur fonctionnement. L'étude classique de
R. T. McKenzie sur les deux grands partis britanniques2 montre par
exemple que les organisations de base sont les « servantes » du groupe
parlementaire3 et plus généralement que tout le parti est un instrument
dont les dirigeants se réservent d'user.
♦ Cet article vise à présenter et à soumettre à discussion les hypothèses engagées
dans une recherche en cours sur les facteurs du militantisme dans les principaux partis
français. Nous tenons à remercier Michel Offerlé et Patrick Champagne pour leurs crit
iques et leurs suggestions.
1. Weber (Max), Le savant et le politique, Paris, Pion, 1959, page 149.
2. McKenzie (R. T.), British political parties, The distribution of power within the
conservative and labour parties, London, Heinemann, 2e édition, 1964, (lre éd. 1955),
694 pages.
3. Op. cit., page 146, l'expression est utilisée par R. T. McKenzie à propos du parti
conservateur mais peut être appliquée, comme il le montre lui-même, au parti travailliste.
123