Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



LIVRE Limaille de fou .pdf



Nom original: LIVRE Limaille de fou.pdf
Titre: PDF POUR MAILS
Auteur: MANOLAU

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par QuarkXPress(tm) 6.1, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 15/10/2012 à 22:05, depuis l'adresse IP 92.142.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1374 fois.
Taille du document: 938 Ko (31 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Emmanuel fandre

Limaille de Fou textes
LIMAILLE n. f. Parcelles de métal détachées par le frottement de
la lime : Limaille de fer.
FOU ou FOL, FOLLE adj. et n. (lat, follis, ballon). Qui a perdu
la raison : une maison de fous / par exagér. Qui est hors de soi :
fou de joie, de douleur. Contraire à la raison : une folle passion;
un fol espoir. / Qui dit ou fait des extravagances : les coquettes
sont folles / Excessif, prodigieux : folle dépense; succès fou
.../...

illustrés par Laurence lefèvre

A Charles, Paul, Arthur, Guillaume, Serge et tous les amateurs de spleen.
Emmanuel Fandre et Laurence Lefèvre remercient Fabrice Delloye,
sans l’amitié duquel ce livre n’aurait pas vu le jour.

Emmanuel fandre

Limaille de Fou textes
illustrés par Laurence lefèvre

.../...
Simple, crédule : bien fou qui s'y fie / Fou de, passionné pour /
Fou rire : rire dont on n'est pas le maître / Herbes folles : herbes
qui croissent en abondance et sans culture / Poulie folle, poulie
indépendante de l'axe qui la porte, employée pour désembrayer /
Tourner fou, tourner sans entrainer l'axe, l'arbre. / Chien fou,
chien enragé. /... / N. m, Bouffon des princes : Triboulet était le
fou de François Ier / Pièce du jeu d'échec / Zool Oiseau palmipède de la taille d'une oie, nichant sur des côtes rocheuses et
plongeant à la recherche des poissons / Syn : aliéné, enragé,
frénétique, insensé.
Petit Larousse

Emmanuel Fandre

Limaille de Fou textes
illustrés par Laurence lefèvre

Bastinguage

Accroché au langage dernière
ancre valide
illusion abrutie
un mot après l'autre
encre noire anthipatique
ombilic ouvragé
s'excuse d'être encore là
ferme la porte s'il te plait
et le volet
Les mots sortent de lui!
Leur combinaison
pour toujours lui échappe

Qui a volé le débardeur
des halles
et le zouave du pont de l'Alma?

pas
'au
Ri maille de fou
m
ras
je cours apr cette lime là
Tu
ès
an
qui me ta rau de qui me fait froid d s le dos ré mi fa sol là!

Scapinambourg
Brusquerie du lapin
fourberie de scapin
pitre et guignol enfarinés
sous leur napalm
quotidien...
Fuyants
Palmiers aux vents
Pieds déformés
comme des palmes
dépareillées.
Obus obscènes
Et le mortier
abandonné
sans son pilon
Moi je dis non
ça sert à rien

Tombes offertes
Tombes offertes
tombeaux ouverts
Lait qui coule
voix qui parle
préservatif ou pas

Réveil d'aplomb
dormi dix plombes

tnemenruoteR

Fin de parcours

Rhododendrons en capuche.
Rotomontades en séries.
Périgourdins et perrruches.
J'en perds mon latin. Ruches et gourdins.
Tendrons remontés à plein !
Mécaniques obscènes et roulements à billes.
Tambours et trompettes.
Bamboche et ripailles.
Tripes à fonds de caisse.
Lippe épaisse.
Fonds de culottes à flancs de roche.
Paissent les biques et les moutons.
Rêve buccolique.
Bouses anémiées.
Nous nous sommes tant aimés !

Le dormeur du Val de Loire
Dommage qu'il dorme encore à cette heure !
Dormeur du bal, ronfleur du Lot et Garonne.
Charonne il n'a rien vu.
Une fleur dans sa roulotte alors !
C'est l'heure ! Emmenez le !

Bosse atroce, coups doux, l'âme d'un âne, baté,
battu. Né cogné, Nu connu. Avance un peu.
Arrête. Non t'étais pas comme ça ! Mais si! et toi
aussi rien ne bouge. Ris, cogne, bout, rousse,
pousse toi, douce mante religieuse, c'est extra!
a s p i r e e t p o m p e . " i n e t o u t " . Pas de
honte ! On progresse. Paresse. Basset c'est
assez! comme ça Passé à bas. Passé à
tabac. Bien tassé. Enlève tes bas.
Enlève le bas !

Bosse atroce

Mi

Cho s e e n
(blo pe tou b i è
t
méc nde ou ce qu r e
a
des nique brune i passe
Ten parol s infe )
r
Coc nis aff es éch nales
Aff hon de able à angées
dan abulat ta fac la por
Attr s ton c eur à t e qui s tion c
Peu appe t ervea able ! 'en déd oncrue
u
ie
Peu r de ma out ce et da
n
r d'
n
q
avo quer, ue pe s la r
u
ir f
u
ini peur d t pren e
san
e fi
s av nir dre ta
vue
oir
rien
fait

Karatéka
Hurlements et karaté.
Pour le moment, c'est raté!
Enfermements :
Les ferments de la ferme m'emmènent en enfer !
Direct ! Hurle ! Et mens !
Karatéka !
Kapout et kaprout !
OK ? Out !

Petit derrière
Son petit derrière frétillant m'exaspère.

Perle affrétant des larmes aux lèvres entrouvertes.
Des vertes et des pas mures.
Pègre invertie prêtant ses armes fourbies.
Bis répétita non placebo.

Tant va la cruche à l'eau qu'elle saigne.
Règles abondantes qui me titillent.

Serments invertébrés plongeant loin leurs racines.

Pinces coupantes. Rêves acérés. Serres d'aciers.
Griffu, feuillu, papier monnaie, ferraille déformant mes poches affairées.

Roche et maille, moche et faille. Aie, aie, aie !
Vilain jeu qui fraye avec l'informe.
Orme. Hors normes, son feuillage est dissous.

e
é
l
u
c
n
a
o
i
m
Im ncept
co
l
i
u
e
D
Petit
n
ictio
d
e
t
r
Cou
scule
a
m

qui m ature
em
nd
vierg
'atte
m
i
et qu

inuscule
Crèpe m
e en bois
in
p
t
e
e
Aub
ste
Midi le ju
e
ius le sag
c
u
f
n
o
C
et
n bateau
e
t
n
e
s
o
t
y comp
s'en von
is
u
p
t
e
tour
u
faire un
ent à l'ea
b
m
o
t
i
t Mid
Fucius e
Con.
e
t
s
ju
le
Reste

Tous les torts
Récalcitrant cheval d'arçon.
Mes amis quelle caboche!
Rabotant mes propres réticences.

Le canasson refuse de mettre de l'eau dans mes glaçons.
Don Quichotte.
Trempé à mort.
Cloporte frappant sur ses gonds, je m'emporte.
Ergots dressés - à faire le fort - je me résouds.
J'ai tous les torts.

Fière allure
Mauvaise hure

de sanglier
Pauvre bure
de tablier
rattrapper la ribambelle
les détails et le gallure
pour avoir fière allure
enfin !

Tel Père Tel Turfiste
Le père fustige son fils, furtif turfiste :
- A quoi tu joues ? flemmard ! debout !
Le fils s'éclipse soudain fautif mais le père le poursuit.
- J'en ai marre, largons les amarres dit le fils effaré.
- Bon bon puisque c'est ça. Je te laisse aller turfer !
- Trop tard répond le fils de fer, je vais te tuer papa.
- C'est ça !
Tues moi ficelle alors que tu viens tout juste de muer.
De toute façon, j'ai une mutuelle.
Au secours, mon fils est fou.
Police ! Police ! C'est un bourreau !
Il se fourre, il est secoué.
Par ici le parricide !
Adepte de la méthode coué. Ineptes électrodes.

Oh! Le joli bébé !
Son hoc het il agite !
Oh le joli bébé !
Il ressemble à sa mèr e.
Que lui avez vous fait ?
Moi ? Un trou dans la tête !
C'est rien !
Ne soyez pas inquiète.

r



Rail cri ferraille
Ouille roule grince
Ail gousse pousse
Tiraille au cerveau.
Mue tue moite
Rate
Peau séchée ses écailles
Aye pue rape

Hospice

Bécasse jacassant servile sur sa branche
Elle attend le docteur et s'agrippe à sa manche

Arrête! la mère grand! Relaxe-toi quand même
En vain le jeune gland lui tâte ses joues blèmes
Agrippine ou Jacynthe, aucune n'est pareille
Certaines sont fauchées, d'autres ont de l'oseille
Chacune attend la mort et son grand attirail
Mais sera la dernière à monter sur les rails

Vieilles parcheminées, vous me montrez la route
Mon discours est limé, totale est ma déroute

Agaga tout foireux, je continue d'écrire
Mes mots n'ont pas de suite et m'invitent à sortir

Expédition norvégienne : On ne fait pas d'omelette sans se casser les os.

!
n
o
ç
r
a
G
Garçon! un café!
Pauvre cloche.
Anguille qui mousse.
Je m'suis rasé.
N'amasse pas roche.
Voilà voilà! Ca vient! Ca va?
Mal c'est atroce! Comment peut-on?.
Paf en plein poire.
"Allo William".
C'est un petit noir?
Ca va! ca va ! Ca vient! ca va! Voilà voilà!
Alors pour vous c'est quoi déjà?
Un café et de l'eau bien fraîche.
Je suis à vous. Je r'mets ma mèche.
Paf à la pêche
" Allo Melba"
Garçon!
J'en ai marre de tes doigts.
Otes toi de là.
Vite un café.
Que je lui mette.
Moi, je ruais dans les brancards.
Et son cabat la pauvre vieille.
Comment ça va.
Mal j'en peux plus.
Ah c'est atroce! la vie qui pue comment peut-on.
Cèpes et frivoles.
Assez! assez! Bollée de lait
J'ai ramassé.
Dans ma ballade.
Dimanche dernier.
Juste un tiercé.
T'as gagné quoi?
Dis moi dis moi!
Dans le désordre

Pif c'est étrange
"Allo William, t'es encore là...!".
Et la télé t'as pas vu ça?
Ce téléphone!
Signal d'appel.
Dans les sous bois se faire la belle.
Aux champignons.
T'as gagné quoi?
J'ai pris un gnon.
En pleine poire.
"Allo Melba"
Je l'ai retrouvé fait comme un rat.
Dimanche dernier.
A la télé.
Se fait la belle.
Assez assez.
J'ai ramassé
Le petit noir tout cabossé.
T'as gagné quoi?
Pif c'est étrange.
Ca va ça vient.
C'est comme euh... Ca.
Une vie de chien.
Oui c'est atroce.
Comment ça va?
Moi mal et toi?
"Allo William".
Un demi de bière.
Sieur si yous plait?
Moi c'est la pêche.
Je te dis qu'ça.
Oui, le dimanche! un gros comme ça.
Et les anguilles.
A tour de rein.
Chez le Docteur.
Hein? Hein? Quoi? Quoi? Qu'est-ce que tu dis.

Spleen des amants
A quoi ca sert tout ca ?
Serre-moi
Fait moi la serpillere
Serpette, faucille et courbettes !
Sourde oreille
Et galipettes obscenes
Pille mes vers
Remplit mon verre
Rempilons tous deux comme hier.

Surface
des
choses
Astique ma carrosserie vÈnale

Mastique bien avant d'avaler
Polis l'acier de tes pensÈes
Lisse tes cheveux noirs de jai
J'envie toute cette gomina
Taille bien la mine de mon crayon
Que je trouve enfin le la
Je le plante
et j'assassine
la rime Èlastique et vaine
Roborative occupation

Beau cul rond

Devant la glace belle obcession.
Son cul rond pas en vain ne se déplace.
Son ombre et mes poils hérissés.
Profil où mon axe s'enfile.
Longitudinale action.
Poursuite qui n'a rien d'infernale.
Mes mains sur ses hanches posées
tirent vers moi la "female".
Non! non! non!
Tu ne me fais pas mal!

dnor luc uaeB

.noissecbo elleb ecalg al tnaveD
.ecalpéd es en niav ne sap dnor luc noS
.séssiréh sliop sem te erbmo noS
.elifne's exa nom ùo liforP
.noitca elanidutignoL
.elanrefni'd neir a'n iuq etiusruoP
seésop sehcnah ses rus sniam seM
."elamef" al iom srev tnerit
!non !non !noN
!lam sap siaf em en uT

Médaillon

VO I C I L ' H O M M E Q U I PA R T FA I R E U N TO U R AU J A R D I N
I L A I M E PA R D E S S U S TO U T S O N VO I S I N

Point de vue

UNE BONNE CHALEUR COULE DANS SES VEINES
VOYEZ, JE SUIS OPTIMISTE
PRÊT À SAISIR LA LUMIÈRE BLANCHE
EFFAÇANT TOUTE OMBRE PORTÉE
PA I S I B L E I L R Ê V E D ' U N R A N C H
OÙ LE SOLEIL VIENT SE COUCHER

Méchant chant de malodorant
Chiante douleur du dos
Géant mélodrame
Mon âme est dorée

rouve
r

t es

r
age
om

du
fr

ac
ux r
/ arbre a

in
es d
éri
va

nt
d

pea
u

/ lo

us

g

n

e

cig
a
r
e
de bo

p
/
ge
r
nt v
a
ers le l

em

ou
c

m
a
e
g
a
l

/ replis
e
r
de
è

is
/

ar
co
pha
ge de p
apy
r

cu
isses
ent

feuille élimée / s

UR AN
TS

H
ÉC
M E
!T ) CO
E N LE
IM ENT
A
R
(V TROU
T
N
SO
E
LES MOTS
M
T ET
QUI S'AGENCEN
REBELLION IMPIE

BUE AU PIS

E
OLL
D'UN
F
E
E MAU
VAISE VACH ARPIE ?
UN
PEU
T E CH
T
E
DE CIT
C
R
ONS
I
RON SU
T
N
INTE
S
E
N
DÉPOURVUS DE BON
L ES M
NT
OTS S'IMPATIENTE E
I
À TROUVER LA SORT

Obscur
manitou
Obscur manitou qui déchaîne mes foudres.
Le pied me fait défaut.
Passons les pieds dans l'eau.
Gaiment puisque tout s'arrose.
Oh la belle année qui s'achève.
Le beau bouquet de roses.
Osons! Perdons la raison!
Ne pas regarder à la dépense factice.
Un prêté pour un hareng dû.
Sauce madère épicée.
Plat des îles et la sieste au hamac
en attendant le bal du soir.
Un pas devant, l'autre sur le côté.
Faudrait voir à voir! Rumba's king! Rambo c'est moi.

Electre et son désir
Le parfum du désir en sa bouche fertile
Me plonge au paradis des amours infantiles
Nostalgie d'un train électrique
Résistance qui chauffe et d'autres jouets à piles
Energie déposée magnétique
Normal je fais gonfler ma trique

Charette
ou le dialogue qui rend sourd
Elle : Il faut absolument que je rende ce truc d'ici jeudi.
Pas question de paniquer !
Lui : Ah chouette !
Moi pas niquer pendant deux jours ça me rend malade !

Hiiii!
Haaa!

BOURGEOIS. . .
Bourre ta. . .

Plus d'effet

Misère de moi quand je dérappe, l'aspirine n'a plus d'effet.
Attend un peu que je t'attrappe, tu verras si je suis refait.
Vilain sattrape replet. Je vais te mettre à la trappe.
Allez ouste, vilain trapiste.
Pauvre de moi !
Bon chien ! Allez ! Suis donc cette piste !
Elle nous mène tout droit chez l'abbé.

Joie comme une pipe . . .

Hé!

Boujoir allumé. . .

Oh la!

Bouge ta. . .

Roi..

et

ll

Gouge . . . oui

dans le tas. . .

Hips!

pata ra

Quoi?

Boit. . .

Hips!

Bouge!
Voit Rouge . . .

PARLEZ PLUS FORT!

Ouh!!!

Le Jour

Bout. . .

Bé a ba d'un mauvais quart d'heure
oi ça. Non! Non!
sm
a
p

Euuh p
aah
a
.B

a
que j'l i pas eu
t
n
..
me
e
s

tt pour lu
i
fuit
r
e
file
r

Arghh! Eurrgh ! Baaahha ! Sauver ce qui peut!
épondeur C
le r
l

Tomber su
ne. pêtent
r
o
t
résistance! les plombs
! Indispensable
a
er
t
s
e
R
in!
a
p
co

a va un peu
m
! Beeur ç
i
e
ux.
sique
H
as
eure
u
e. Non! C'est
i pu
qu
ce

uh pfuittt p
ah Eu
our
a
a

tent ! Indispe
ê
p
n

ahhh Beuuuu Ba
te Aa
a
a
hh
res
!
n
ote
r

n
'il e

Heureusement que j'l’ai pas eu... Baaah Euuh
'heure Arghh! Eurrgh
tr d
!B
aa

pfuittt pour lui refiler ce qui pue. Non! C'est pas
bs

om
auvaisl qua
!

a
ahh

es p
l

moi ça. Non! Non! J'vous jure.

hh! Eurrgh ! Baa
ahh
Arg
a!
a

Aa
a

ar le bas! Ce
qu'i
'égo p
l
r
l en
e
l
l
i
res
a
te
av

pe
u'on ut ! E
q
uu
ce
hh

c'est comm
e
n
td
ir
par
le

bas
! va
Ce un peu mieux.
Classique! Beeur ça
qu
ble
a
s

able sauvette
ens
sp

s
. C'e t la mien
uh
ne
Eu

r l'égo

! Re
tr

Aaa
a
h
++
+

A
p
ple
M

te ! Retra
t
e
v
sau

st comment dire
e
'
c
.
!
ééé
b
h!

nne
mie Aaa
a
l
t
es

i pas eu... B
j'la
e
qu
nt
e
m
se
u
re
eu

r des post-it...
E
! Su
s jure
u
h
J'vou
,
ite
a
h
on!
ondeur Class
p
i
h
é
q
hB
u
e
n! N
!
B
le r
uh
e
No
r
e
ur
Eu
a.
su
ç
a
va u
n
p
om
e
um
it ne dort pas. Euuuue.uTh.
ie
vet. Nu

u
à
B
che
x
a
.
.H
Fuit
de
e.

copain! Rester
atone. Tomber sur le répondeur
vaille

di

ééé !
h! b
hh

Apple Macintosh
G20. Appeler au téléphone. Un
e
Bit

be
r

Ba. Fuite. Fête. Euuh. C'est la mienne Aaaah+++
st-it.
des po .. Euh,
r
u
a
!S

Beuuu
h
hh

ce qu
er
v
u

ten

! Les dès sont je
tés.
cchuit
C
Tab
e.
le d
ec
he
v

Table de chevet. Nuit ne dort pas. Euuuuuh. Bé à

Fêt
e
.
Eu
u
h
.C
'

à Ba. Fuite.
F
ê
te.

! c'est comment dire. Ccchuit ! Les dès sont jetés.

s dès
t ! Le
i
u
ch
Cc

ut! résistance! le
s
i pe
p
l
omb

e.
U
hon n copa
i
ép
n
!
R
est
e
r
ato
n

. Bé
uuh
uu

peut ! Euuhh Bite ! Sur des post-it... Euh, ahhh! bééé

tél

hh! noter ce qu'on
p
aaa
e
ut
uB
!

G20. App
tosh
ele
n
i
ra
ac
ut
é

ah

sont jetés
.
T
a
ble

dort pas. E
e
n
u
uit
N
.
et

i pue. Non!
C
'
er ce qu
e
st p
refil
a
s
lui
moi
ç

en reste Aaahhh Beuuuu Baaahh! noter ce qu'on +++ Apple Macintosh G20. Appeler au


In
t!
quart dê'heur
vais
e
sp
mau
'un

pho
ne
.U
n

sauvette ! Retravailler l'égo par le bas! Ce qu'il

ver ce qui peut! rés
i
s
!au
tan
ce

e
s
é
t

tée sa

a
s
r
l
a
a

u

L'eau et ses aspérités dans le verre.
Pfuiiittt. Salse gicle. Hémiplégique.
Salsa ratée. Basta c'est assez !
L'orange pelée.
Trois respirations et croquer les morceaux.
Les mots et leur pouvoir ne me font pas mouvoir.
D'un pouce ni ne m'émeuvent.
Rien de neuf sous le ciel d'Allah.
Baisse un peu l'abat jour.
Rabat soie
Un peu raisonnable.
Foison.
Le chef d'orchestre et sa raquette.
Pupitres claqués tous en bloc.
Patron ressers moi un bock.
Roxane est sur son rocher.
A m'attendre c'est assez ! Basta ! Salsa ratée !
Tu danses comme un paraplégique.
Tes pieds giclent sur les miens.
Ratata ! Laisse moi tranquille !
Sur mon île à pâle inceste.
Juste un zeste de persil !

lsa ra

C'est

oche!

C'est moche!
Pétale de roche.
Au plus offrant.
Des lustres de cristal.
Ruche à merde et lune de mouches.
Le miel est tiré.
Faut sucer.
Le suc divin qui s'exhale.
Mortes eaux d'un désir froid comme une lame.
Mortes âmes et saucisse de Morteaux ! Amen !

Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen

Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen

Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen

Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen

Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen

Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen

Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen

Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen

Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen

Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen

Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen

Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen

Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen

Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen

Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen

Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen

Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen

Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen

Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen

Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen

Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen
Amen

Le pique-nique
de l'inspecteur Barbie
Barbie devant, barbu derrière.
L'inspecteur et sa milice viennent frapper chez les clarisses.
Ouvrez mesdames ci-devant.
J'éclate la porte et son judas.
Les soeurettes au firmanent n'attendent que ça!
Ragnagna, ça me démange.
Ouvrez nous quand est-ce qu'on mange?

BarbeCue
Saucisse honnie
Polissonne à la sauce barbecue
Ho hisse!
Soit polie mon ange
Quand je te tend la perche
"Honey"
Nonne au joli cul
S'arrange
Soit polie mon ange
Au couvent l'orage couve et le vent
"Honey moon"
J'en rêve souvent

ille
u
te
o
le
res
d
o
e
e
g
br rutie dégrin lein rien n
s
Pa ille abe qui x en p issant

Ca mbé neau frém
le
uil je ne
o
plo s pru orps s
r
é
n
De son c lque ées elle d casio
y
de e que effra e qu' e oc
s
qu me 'est-c mêm
plu ! qu ar la
n
Pa oi p
m
et

s
pa
i
a
r
tre
ren

le
uil
o
d
bre

Courtebobine
Bibine,bobonne
Bibineensabombonne
Bobonnesedebine

TROP C'EST TROP !
MON POING SUR LA GUEULE.
ET TON CERTIFICAT.
TU MANGES MES ASPERGES.
A L'ASILE JE SUIS DEMANDEUR !
C'EST PAS PARCE QUE TU M'HÉBERGES.
FEUILLE DE PAYE ET QUITTANCE DE LOYER.
SANS AUTRES FORME DE PROCÈS.
TU ME QUITTES. JE DOIS TE DÉNONCER !
DEVANT LE MAIRE PARDI !
DEVANT QUI ?
L'ÉDILE ÉDIFIANT.


Documents similaires


livre limaille de fou
trop de jaune livre
protection des conversation prive
protection des conversation prive
courrier natacha harry
vidange reducteur


Sur le même sujet..