Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



Bourse doctorale internationale .pdf



Nom original: Bourse doctorale internationale.pdf
Titre: Microsoft Word - Bourse doctorale internationale.docx
Auteur: ERIC DAUDE

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.7.4 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 23/10/2012 à 23:01, depuis l'adresse IP 86.71.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1080 fois.
Taille du document: 1.1 Mo (3 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


 

 

Contrat  doctoral  avec  mobilité  internationale-­‐  36  mois  (financement  INSHS)  
Le  doctorant  sera  affecté  à  l’UMR  IDEES  de  Rouen  et  devra  obligatoirement  séjourner  20  mois  au  CSH  
de  Delhi  (Inde).  Le  contrat  doctoral  débutera  le  1er  novembre  2012.  
 
 

Titre  et  descriptif  du  projet  de  recherche  doctorale  
Etude   et   modélisation   des   déplacements   en   milieux   urbains   pour   explorer   leurs   effets   sur   la  
diffusion  des  épidémies  :  l’exemple  de  la  dengue  à  Delhi  (Inde)  et  à  Bangkok  (Thaïlande).  
La   mobilité   des   hommes   est   un   facteur   essentiel   de   propagation   des   maladies   infectieuses   aux  
niveaux  national  [Brownstein  et  al.  2006]  et  international  [Colizza  et  al.  2006].  Le  virus  de  la  grippe  
espagnole  a  suivi  les  mouvements  de  troupes  durant  la  seconde  guerre  mondiale  et  le  virus  H1N1  a  
largement  emprunté  les  vols  internationaux  pour  circuler  autour  du  globe  en  2009.  A  un  niveau  plus  
fin,   celui   de   la   ville,   les   déplacements   des   hommes   peuvent   également   favoriser   la   marche   des  
épidémies  [Eliot  &  Daudé  2005].  Ainsi  en  plus  des  qualités  environnementales,  sociales,  sanitaires   et  
économiques   locales,   les   trajectoires   individuelles   favoriseraient   le   déplacement   des   virus   dans   les  
différents  lieux  des  territoires  urbains,  faisant  de  l’homme  un  «  vecteur  indirect  »,  et  pas  seulement  
un  réservoir,  de  propagation  des  maladies  infectieuses.    
Les   maladies   infectieuses   transmissibles   sont   des   systèmes   épidémiologiques   complexes   qui  
impliquent  le  triptyque  vecteur  /  pathogène  /  hôte  et  des  conditions  écologiques  particulières  pour  
que   la   transmission   puisse   se   réaliser.   Dans   ce   système,   un   agent   pathogène   circule   dans   une  
population   d’hôtes   grâce   à   un   vecteur   qui   sert   de   passerelle   entre   les   hôtes.   Identifier   le   vecteur  
permet  alors  de  mettre  en  place  des  politiques  de  lutte  anti-­‐vectorielle  afin  de  rompre  les  liens  de  
transmission  entre  les  hôtes.  Parmi  les  maladies  infectieuses  transmissibles  on  trouve  entre  autres  le  
paludisme,  la  fièvre  du  Nil  occidental  et  la  dengue.  
La  dengue  est  l’arbovirose  la  plus  fréquente  dans  le  monde.  Elle  touche  chaque  année  des  millions  de  
personnes  [OMS  1998],  essentiellement  dans  les  zones  tropicales  et  subtropicales  [Gubler  1987].  Le  
vecteur   est   Aedes   aegypti.   Il   trouve   dans   les   modes   d’habitats   de   l’homme   des   conditions   favorables  
à   son   propre   développement.   Il   n’existe   aucun   vaccin   contre   la   dengue,   le   moyen   le   plus   efficace  
pour   s’en   prémunir   est   donc   de   se   protéger   d’Aedes,   en   utilisant   par   exemple   des   répulsifs  
individuels   et   en   déployant   des   campagnes   d’éradication   du   vecteur   à   un   niveau   communautaire  
[OMS  2008].  Mais  ces  stratégies  ne  sont  efficaces  que  si  les  autorités  sanitaires  sont  capables  de  les  
mener  sur  de  grandes  étendues,  ce  qui  n’est  guère  réalisable  en  milieu  urbain  dense  car  les  temps  
d’intervention   sont   beaucoup   plus   longs   par   rapports   à   des   campagnes   d’éradication   en   milieu  
naturel   où   des   nuages   d’insecticides   peuvent   être   répandus.   Par   ailleurs   le   périmètre   de  
déplacement  d’Aedes  aegypti    est  limité  (quelques  centaines  de  mètres  au  plus  autour  de  son  gite),  
c’est  donc  potentiellement  l’homme  qui  par  ses  déplacements  propage  le  virus  à  l’échelle  de  la  ville  
[Garcia   2010,   Telle   2011].   Or   s’il   est   théoriquement   possible   de   contraindre   le   déplacement   des  
individus  qui  sont  contaminés  et  qui  présentent  des  symptômes,  la  spécificité  de  la  dengue  est  que,  
selon   les   études,   entre   50   et   80%   des   cas   sont   asymptomatiques,  donc   non   identifiables   et   non  
soumis   au   confinement   !   Il   est   alors   utile   de   mieux   cibler   les   zones   d’intervention   de   la   lutte   anti-­‐
vectorielle  en  fonction  des  lieux  à  forte  connectivité,  les  plus  susceptibles  de  recevoir  des  individus  
contaminés,  ce  qui  implique  de  connaitre  les  flux  de  population  dans  les  villes.  
Connaitre  les  modes  de  transport  et  les  trajectoires  des  populations  humaines  à  l’échelle  de  la  ville  
devrait,  à  terme,  permettre,  en  cas  de  présence  du  virus  en  un  lieu,  de  prédire  les  zones  probables  de  

 

 

son   déplacement.   En   effet,   un   individu   contaminé,   asymptomatique   ou   pas,   va   se   déplacer   durant   sa  
période   de   virémie   et   augmenter   le   risque   de   transmission.   Dans   les   lieux   fréquentés,   même   si   la  
densité  d’aedes  est  variable,  l’individu  peut  être  piqué  par  un  moustique  sain  qui  va  alors  contracter  
le  virus,  le  répliquer  et  lors  de  son  prochain  repas  sanguin  contaminer  un  nouvel  individu,  permettant  
au  cycle  de  contamination  de  se  réaliser.    
Lorsque   la   maladie   est   pour   la   première   fois   enregistrée,   avec   un   cas   qui   présente   des   symptômes,   il  
est   utile   de   savoir   comment   la   personne   a   pu   être   contaminée,   et   surtout   à   quel   endroit,   afin   de  
procéder   à   des   diagnostics   dans   cette   zone   et   à   la   destruction   éventuelle   des   gites   larvaires.   Les  
enquêtes  de  déplacement  sont  alors  utiles  dans  ce  contexte.  On  peut  également  envisager  de  définir  
les  zones  probables  de  provenance  du  virus  en  fonction  des  lieux  les  plus  connexes  à  cette  zone,  en  
termes  de  fréquentations.  Au  total,  il  s’agit  pour  notre  projet  d’approcher  la  question  de  la  mobilité  
dans  des  villes  tropicales  ou  subtropicales  aux  profils  très  différents,  où  les  enquêtes  de  mobilité  sont  
non   comparables   entre   elles   voire   inexistantes  :   les   données   issues   de   la   téléphonie   mobile  
apparaissent  comme  une  possible  solution.    
L’usage   de   données   issues   de   la   téléphonie   mobile   en   vue   de   caractériser   les   déplacements   des  
personnes  est  récent.  Des  études  ont  d’ores  et  déjà  établi  l’efficacité  de  ce  matériel  pour  prédire  les  
trajectoires   régulières   des   populations   [Song   et   al.   2010],   pour   mesurer   la   variation   de   ces  
trajectoires  en  cas  de  mesure  de  restriction  des  déplacements  [Frias-­‐Martinez  &  Rubio  2012]  ou  bien  
encore   en   cas   d’évènements   [Bagrow   et   al.   2011].   Il   n’y   a   pas   à   notre   connaissance   d’étude  
comparative   qui   porte   sur   l’analyse   rétrospective   de   la   propagation   d’épidémies   et   la   mobilité   des  
individus  perçue  à  travers  les  traces  de  leurs  appels  téléphoniques.  Partant  de  ce  constat,  l’objectif  
est   donc   d’utiliser   ce   type   de   données   pour   d’une   part   explorer   les   liens   avec   les   données   des  
épidémies  de  2008  à  2012  à  Delhi  (Inde)  et  de  2012  et  2013  à  Bangkok  (Thaïlande)  et  d’autre  part  de  
paramétrer   un   modèle   multiagent   de   déplacement   de   populations.   Ce   modèle   élaboré   dans   un  
contexte   d’épidémie   de   dengue   doit   permettre   d’étudier   des   scénarios   de   diffusion   de   la   maladie  
selon   différentes   localisation   de   cas   index.   La   confirmation   de   l’efficacité   d’un   tel   système   pour  
prédire   la   marche   d’une   épidémie   pourrait   alors   conduire   à   l’utiliser   en   tant   qu’aide   à   la   décision  
dans  la  lutte  contre  les  épidémies.  
Le  travail  du  doctorant  consistera  à  explorer  les  données  issues  des  enquêtes  sur  la  mobilité  des  cas  
index   de   2012   réalisées   à   New   Delhi   et   à   préparer   et   traiter   les   enquêtes   qui   seront   réalisées   à  
Bangkok  en  2013.  L’objectif  est  de  mettre  en  évidence,  si  elles  existent,  des  différences  de  l’espace  
de  vie  des  personnes  enquêtés  selon  leur  statut  épidémiologique,  en  mettant  en  regard  des  données  
épidémiologiques   et   les   caractéristiques   de   déplacement   de   ces   personnes.   Ces   déplacements  
pourront   être   abordés   selon   deux   angles   distincts  :   Premièrement   par   des   enquêtes   individuelles  
sous  la  forme  d’entretiens,  comme  c’est  le  cas  pour  la  première  campagne  de  2012.  Deuxièmement  
par  l’étude  des  données  de  téléphonie.  
Le   doctorant   prendra   ainsi   progressivement   en   charge   la   coordination   des   recherches   entre   les  
chercheurs   des   équipes   AEDESS   et   DENFREE   et   les   partenaires   indiens   et   thaïlandais   issus   du  
domaine   de   la   téléphonie   mobile.   Des   contacts   ont   pour   l’instant   été   pris   avec   un   opérateur  
thaïlandais   et   nous   nous   appuierons   sur   l’appel   à   projets   lancé   par   le   CEFIPRA   sur   les   maladies  
infectieuses  prévu  en  novembre  2012  pour  lancer  des  négociations  avec  des  partenaires  industriels  
indiens.   Durant   son   séjour   dans   l’équipe   de   l’UMR   IDEES   à   Rouen,   le   doctorant   devra   acquérir   des  
compétences   dans   le   traitement   de   données   massives,   en   profitant   notamment   des   projets   en   cours  
de  montage  entre  l’UMR  IDEES,  Orange  Labs  et  l’IGN.    
Troisièmement   par   des   études   spécifiques   qui   porteront   sur   les   personnes   qui   «  échappent  »   à  
l’enregistrement   des   données   cellulaires,   principalement   parce   qu’elles   ne   possèdent   pas   de  
téléphones   mobile.   Malgré   la   diffusion   massive   des   téléphones   portables   dans   ces   deux   pays,   de  

 

 

nombreuses  personnes  n’y  ont  pas  accès.  Nous  souhaitons  donc  connaitre  le  profil  de  mobilité  de  ces  
catégories   d’individus   car   ils   sont   eux   aussi   susceptibles   de   propager   le   virus   de   la   dengue.   Des   suivis  
de   personnes   par   GPS   peuvent   par   exemple   être   imaginés   pour   explorer   les   espaces   de   vie   de   ces  
populations  [Vazquez-­‐Prokopec  et  al.  2019].    
La  confrontation  de  ces  différentes  sources  d’informations  avec  les  données  des  épidémies  de  2008  à  
2012   doit   permettre   de   mesurer   le   potentiel   prédictif   de   ces   matériaux   et   constituer   un   moyen   de  
calibration   d’un   modèle   multiagent   de   déplacements   pour   répondre   aux   objectifs   généraux   de   la  
thèse.    
 
 

Nom  du  Directeur  de  thèse  :    
Eric  Daudé  :  Chargé  de  recherche  CNRS  –  USR3330  /  UMR  IDEES    
Comité  de  thèse  :  Alain  Vaguet  (Maître  de  conférences,  UMR  IDEES),  Patrick  Taillandier  (Maître  de  
conférences    chaire  mixte  UMR  IDEES),  Ana-­‐Maria  Raimond  (Chargé  de  recherche  IGN),  Emmanuel  
Eliot  (Professeur,  Université  de  Rouen).  
 

Programmes  dans  lesquels  s’insère  le  sujet  
Programme  AEDESS  (ANR  2011-­‐13)  
http://mag.hypotheses.org/epidemies/aedess  
 
programme  DENFREE  (FP7  2012-­‐17)  
http://mag.hypotheses.org/epidemies/denfree  
 

 
Unité  de  recherche  d’accueil  :    
UMR  IDEES  6266  :  http://www.umr-­‐idees.fr/  
 

Unité  de  recherche  à  l’étranger  où  s’effectueront  les  missions  
USR  3330  «  Savoirs  et  mondes  indiens  »  (UMIFRE  20  CSH-­‐New  Delhi)    
 
 
 
Pour  candidater,  veuillez  adresser  un  CV  détaillé  à  :  
eric.daude@univ-­‐rouen.fr  
patrick.taillandier@univ-­‐rouen.fr  
alain.vaguet@univ-­‐rouen.fr  
anamaria.raimond@gmail.com  
emmanuel.eliot@univ-­‐rouen.fr  
 


Bourse doctorale internationale.pdf - page 1/3
Bourse doctorale internationale.pdf - page 2/3
Bourse doctorale internationale.pdf - page 3/3

Documents similaires


Fichier PDF bourse doctorale internationale
Fichier PDF questions les plus frequentes sur la dengue 2013
Fichier PDF 3 volets moustiques46 2
Fichier PDF fEte des deplacements et de la mobilite
Fichier PDF avr 2016 zika arboviroses
Fichier PDF dossier unique grundtvig france octobre 2013 vfinale


Sur le même sujet..