Familles indignées .pdf


Nom original: Familles indignées.pdf
Titre: Familles indignées
Auteur: Thomas Michelet

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 02/11/2012 à 08:55, depuis l'adresse IP 178.196.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1101 fois.
Taille du document: 1 Mo (1 page).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


 
POUR  LE  DROIT  À  LA  DIFFÉRENCE  DU  MARIAGE  FONDÉ  SUR  LA  DIFFÉRENCE  SEXUELLE  

 
 

Le  «  Mariage  pour  tous  »,  c’est  du  terrorisme  intellectuel,  de  la  pensée  totalitaire.  
Cela   consiste   à   imposer   à   tout   le   monde   une   nouvelle   conception   du   mariage,   selon  
laquelle   la   différence   sexuelle   qui   était   fondatrice   ne   le   sera   plus   et   deviendra   parfaitement  
indifférente,  parce  que  l’on  nie  la  réalité  de  la  différence  sexuelle.  
Libre  à  chacun  d’adopter  pour  soi  la  théorie  du  Gender,  qui  n’est  qu’une  pure  idéologie.  
Mais   au   nom   de   quoi   l’imposer   à   tout   le   monde   comme   une   vérité   définitive,   comme   une   pensée  
unique  et  unisexe  ?  
C’est   la   suite   du   féminisme   à   la   Simone   de   Beauvoir,   selon   lequel   le   sexe   n’est   qu’une  
pure   construction   intellectuelle.   Si   c’est   du   «  pur   culturel  »,   alors   on   peut   le   changer,   l’effacer,  
passer  outre  —  la  nature  n’a  rien  à  dire  :  elle  n’existe  pas  !  
Les   hommes   et   les   femmes   sont   alors   réduits   à   la   catégorie   d’individus  :   «  féminisme  
d’indifférence  »   dans   lequel   la   différence   sexuelle   est   niée,   c’est   un   problème   à   éliminer.   Nous  
prônons  au  contraire  un  «  féminisme  de  qualité  »,  dans  lequel  la  différence  sexuelle  est  conçue  
comme  une  richesse  dont  l’autre  sexe  doit  pouvoir  bénéficier  dans  une  vraie  complémentarité.  
Égalité  ne  veut  pas  dire  uniformité.  
Dans  la  pensée  unique  unisexe,  la  femme  devient  «  un  homme  comme  tout  le  monde  »  :  
au  fond,  «  n’importe  quel  mec  peut  la  remplacer  auprès  d’un  gosse  ».  Cela  ne  change  rien  pour  
l’enfant…  
Vraiment  ?  Cela  ne  change  rien  pour  l’enfant  ?  Alors  s’il  n’y  a  aucune  différence  entre  un  
père  et  une  mère,  entre  un  homme  et  une  femme,  pourquoi  réclamer  la  parité  à  tous  les  étages  
de   la   société  ?   Si   elle   est   bonne   au   Parlement   et   au   Gouvernement,   elle   est   bonne   à   plus   forte  
raison  dans  le  couple  et  dans  la  famille,  première  cellule  de  la  société.  
La  parité  ne  consiste  pas  simplement  en  ce  que  tout  le  monde  aît  les  mêmes  droits,  les  
mêmes   possibilités   d’accession   au   pouvoir   dans   les   mêmes   postes   de   responsabilité,   la   même  
représentation   dans   les   instances   parlementaires   —  ce   qui   est   la   moindre   des   chose   en   effet,  
mais   une   exigence   minimaliste.   La   parité   consiste   plus   profondément   à   reconnaître   que   la  
femme   a   quelque   chose   à   dire   qu’un   homme   ne   verrait   pas,   qu’elle   représente   en   elle-­‐même   une  
richesse   irréductible   dont   une   société   à   dominante   masculine   aurait   tort   de   se   priver.  
Reconnaissance  de  la  différence  comme  une  richesse.  
Nier  le  bien-­‐fondé  de  la  différence  sexuelle,  c’est  nier  le  bienfait  de  la  mixité   —  déjà  dans  
l’école.   Pour   un   petit   garçon,   être   dans   une   classe   de   garçons   ou   de   filles,   ça   ne   change   rien  ?  
Avoir  un  maître  d’école  ou  une  maîtresse,  ça  ne  change  rien  ?  
On   enferme   le   monde   dans   des   catégories   dialectiques   néo-­‐marxistes  :   les   «  hétéro-­‐
centrés  »  contre  les  «  homo-­‐sensibles  »,  les  homophobes  contre  les  cathophobes,  etc…  Dans  cette  
période  de  crise,  au  lieu  de  rassembler,  on  divise,  on  oppose,  on  insulte…  
Bon  nombre  d’homosexuels  eux-­‐mêmes  en  ont  assez  de  cette  dérive  sectaire   d’un  petit  
nombre  d’extrêmistes  intégristes  de  la  pensée  gay,  qui  s’imaginent  qu’ils  pourront  rejoindre  la  
norme   en   la   faisant   exploser.   Beaucoup   préfèrent   assumer   simplement   leur   différence,   plutôt  
que   de   l’imposer   à   tout   le   monde   dans   une   réforme   au   forceps   qui   violente   le   corps   social   et  
risque  finalement  de  retourner  l’opinion  publique  contre  eux.  
Une  revalorisation  du  Pacs  en  Alliance  civile  serait  plus  respectueuse  de  la  différence  que  
représente   le   mariage   conçu   comme   l’union   féconde   des   deux   sexes,   et   permettrait   de   régler  
plus  paisiblement  les  problèmes  de  droit  qui  peuvent  se  poser  pour  les  enfants.  
Familles  indignées  


Aperçu du document Familles indignées.pdf - page 1/1

Documents similaires


familles indignees
familles indignees
linceste traumatisme infantile 1
organisation sociale
pjwe3qz
francais


Sur le même sujet..