Syllabus de calotte .pdf



Nom original: Syllabus de calotte.pdfTitre: Microsoft Word - Syllabus de calotte.docxAuteur: Samuel Racanelli

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.5.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 10/11/2012 à 16:22, depuis l'adresse IP 109.89.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 5030 fois.
Taille du document: 4.3 Mo (86 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

Syllabus de calotte
Binchoise - FUNDP 
 

 



Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

Avant‐propos 
Ce  syllabus,  revu  et  corrigé  par  Samuel  Racanelli,  président  23ème  génération  binchois,  en 
l’année académique 2011‐2012, constitue la clé de ta réussite guindaillesque en ces terres 
namuroises.  
Impétrant, n’oublies pas de toujours répondre présent à l’appel de ta régionale, consacres‐y 
du cœur, ton temps et ta passion à son bon fonctionnement, car tu as l’honneur d’en être la 
relève et sans relève, il n’est point de pérennité. 
Le  passage  de  calotte  n’est  pas  quelque  chose  à  prendre  à  la  rigolade,  du  sérieux  et  de  la 
rigueur te sera demandé.  
Il  t’es  conseillé  de  te  procurer  au  plus  vite  le  Bitu  Magnifique,  chansonnier  de  l’étudiant 
calottin, source d’informations riches et complétant ce syllabus.  
Enfin,  veilles  à  bien  choisir  ton  parrain/ta  marraine  car  celui/celle‐ci  devra  être  là  pour  te 
transmettre ce qu’un syllabus ou un chansonnier est tout à fait incapable de t’enseigner: les 
valeurs essentielles de la calotte.  
 
Sur ce, bonne chance et gloire à la Binchoise !  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

 

Plan 
1. Le site namurois  
 
1.1 Le « folklore » sur le site de Namur  
 
 
1.1.1 Le CIR 
 
 
1.1.2 Les régionales sur le site de Namur  
 
 
1.1.3 Les différents ordres sur le site de Namur  
2. La Binchoise 
2.1 Le comité Binchois 2011‐2012 
2.2 Anciens présidents 
2.3 Historique de la régionale  
3. Un peu d’histoire 
3.1 Binche, des origines à nos jours 
3.2 Les industries binchoises 
3.2.1 Foires et marchés 
3.2.2 La draperie 
3.2.3 Les brasseries 
3.2.4 Les chapeliers et bonnetiers 
3.2.5 La cordonnerie et l’industrie du cuir 
3.2.6 La confection 
3.2.7 La verrerie 
3.2.8 La meunerie 
3.2.9 La dentellerie 
3.3 Binche et ses monuments 
3.3.1 Binche et ses fortifications 
3.3.2 Le palais de marie de Hongrie 
3.3.3 Les halles  
3.3.4 L’hôtel de ville 
3.3.5 La chapelle des récollets 
3.3.6 La collégiale saint‐Ursmer 
3.3.7 L’hôtel des postes 
3.3.8 Justice de paix 
3.3.9 La gare  
3.3.10 La chapelle du vieux cimetière 
3.3.11 Le musée du masque 
4. Le Carnaval  
 
4.1 La légende 
4.2 La psychologie du gille 
4.3 Le costume 
4.3.1 Le costume en général 
4.3.2 Les sabots 
4.3.3 Les chaussons 
4.3.4 Le ramon 


Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

4.3.5 Le masque 
4.3.6 Le chapeau 
4.3.7 Le panier 
4.3.8 La pèlerine 
4.3.9 La ceinture 
4.4 Les autres personnages  
4.4.1 Le Paysan 
4.4.2 Le Pierrot 
4.4.3 Les Marins 
4.4.4 L’Arlequin 
4.5 La préparation du carnaval  
4.5.1 Les cagnottes 
4.5.2 Les répétitions de batteries 
4.5.3 Soumonces en batterie 
4.5.4 Soumonces en musique 
4.5.5 Les bals de gala 
4.5.6 Trouilles‐de‐nouille 
4.5.7 L’avant carnaval 
4.6 Les trois jours de carnaval  
4.6.1 Dimanche gras 
4.6.2 Lundi gras 
4.6.3 Mardi gras 
4.6.4 Mercredi des Cendres 
4.7 Traditions à respecter 
4.7.1 La publicité 
4.7.2 La ponctualité 
4.7.3 De la symbolique des gestes 
4.7.4 La lancer du ramon 
4.7.5 L’offrande de l’orange 
4.8 Patrimoine mondial de l’unesco  
4.8.1 L’UNESCO 
4.8.2 Chef‐d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité 
4.8.3 En route vers la reconnaissance… 
5. La calotte  
5.1 Origine 
5.2 Lecture de calotte 
5.2.1 Le calot 
5.2.2 Le pourtour (couronne) 
5.2.3. Le centre avant 
5.2.4 Avant droit 
5.2.5 Avant gauche 
5.2.6 Arrière centre 
5.2.7 Arrière droit 
5.2.8 Arrière gauche 
5.3 Rite du passage de calotte 
5.3.1 Le parrain 
5.3.2 L’interview 


Syllabus de Calotte

 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Binchoise – FUNDP

5.3.3 La Corona 

5.4 Les chants 
5.4.1 Brabançonne 
5.4.2 Le Chant des Calottins  
5.4.3 Gaudeamus igitur 
5.4.4 CIR : Chant des wallons 
5.4.5 RTM : Les tournaisiens sont là 
5.4.6 Carolo : Pays de charleroi 
5.4.7 Lux : Union luxembourgeoise 
5.4.8 Liégeoise : Valeureux liegeois 
5.4.9 Namuroise : Bia bouquet 
5.4.10 Brabo : Cheerio  
5.4.11 Chimay : Au loup 
5.4.12 Binchoise : Le petit jeune homme de binche 
5.4.13 BW : Viv’ djan djan 
5.4.14 Destuna: Destuna‐bundeslied 

 
 
 
 


Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

 
 

1. Le site Namurois 

 
 


Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

 
 
1.1 Le « folklore » sur le site de Namur 
1.1.1 Le C.I.R 
Le C.I.R regroupe les dix régionales des FUNDP. 
Le  Conseil  Inter  Régionale  a  été  fondé  en  1986   à  l’initiative  du  Praeses  RTM  Philippe  de 
Tandt et du Praeses carolo Eric Toussaint.  
Rôles:  Organiser  les  baptêmes ;  Organiser  la  Saint  Nicolas et  Contrôler  le  respect 
des « traditions » et de veiller à la bavure. 
Le comité C.I.R porte une toge noire à bord rouge et un band rouge et noir. 
 

1.1.2 Les régionales sur le site de Namur  
Régionales 

Couleur(s) 

Insignes 

Vleks 

1 : RTM  

Rouge & blanc 

Fleur de lys 

Ami du lys 

Singe de Mons 

Ordre des trois lys 

(1981) 

Tour de la liberté 
2 : CAROLO 

Noir & blanc 

(1983) 

Lampe à huile 

Ordre  du  châssis  a 

Châssis a molette 

molette 

& 

des 

gueules noires 
3 : LUX 

Rouge, blanc & bleu 

(1984) 
4 : LIEGEOISE  

Jaune & rouge 

(1985) 
5 : NAMUROISE 

La hure 

Ordre de la hure et 

Le cerf 

ordre de la harde 

Perron liégeois 

Ordre du perron 

Toré 
Noir & jaune 

Caracole 

(1985) 

Ordre de la caracole 
Ordre  des  amis  du 
beffroi 

6 : BRABO 

Rouge, blanc & 

Valet de pique  

Ordre  du  valet  de 

(1986) 

rouge 

Lion des Flandres  

pique  &  Ordre  de  la 

Main droite 

main 


Syllabus de Calotte

7 : CHIMACIENNE 

Binchoise – FUNDP

rouge 

(1987) 

Loup 

Ordre du glaive. 

Glaive (à l’envers) 

8 : BINCHOISE 

Azur & or 

(1989) 

Gille  

Vlek du grelot 

Tour de la sorcière 

Ordre de 
l’apertintaille 

9 : B.W 

Bleu & blanc 

(1991) 
10 : DESTUNA 

Bleu roi  

(2007) 

Le mannekenpis 

Tarte à l’djote 

Jean de nivelles 

 

Clown 

 

Lion 

 

Pour l’ordre des 3 lys c'est sur le calot, comme l’ordre de la caracole, l’ordre de la harde.  
Les autres ordres sont représentés par une bande sur le pourtour. 
 

1.1.3 Les différents ordres sur le site de Namur 
Saint Aubain 
La confrérie des dignitaires de l’ordre de saint aubain (C.D.O.S.A) a été fondée à Namur le 15 
novembre 1984 par :  John  Lebrun,  Jean‐Luc  Lanneau,  Jean‐Philippe  Rivière,  Jean 
Santacaterina, Quentin Scouflaire et Thierry Schamp.  
Cet  ordre  regroupe  des  étudiants  et  anciens  des  facultés  universitaires  Notre  Dame  de  la 
paix  de  Namur.  Son  but  est  de  maintenir  et  de  promouvoir  les  traditions  folkloriques  des 
étudiants du site, ils sont en d’autres termes les seuls garants de la calotte sur Namur. Cette 
association n’accepte pas les filles en son sein. L’ordre est dirigé par un comité comprenant : 
Grand Maître, Chancelier, Censeur, Argentier, Chambellan et Tyronum Maïor.  
Le titre d’aspirant est décerné au novice. 
Le titre de confrère est décerné aux intronisés. 
Ordre du grognon décerné comme distinction. 
Confrérie de l’ordre de la bretelle 
L’ordre a été crée le 08 novembre 1989 autour de la fac des sciences des FUNDP. Cet ordre 
est doublement mixte (homme/femme ; calotte/penne). 
Ils portent un band de couleur Mauve, Blanc, Mauve. 
 


Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

L’ordre des demoiselles de la citadelle 
 

2. La Binchoise 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

 
 
2.1 Le comité Binchois 2011‐2012 
Président :  

 

Samuel Racanelli 

Vice‐Président :  

Henri Marcq  

Vice‐Présidente :  

Marie Cerisier  

Trésorière :    

Jessica Re 

Secrétaire :    

Valentin Decorte  

Maître des bleus :  

François‐Gilles Croughs  

Maître des bleus : 

Tom Coppée 

Déléguée média :  

Loic Legrain  

Délégué Potins : 

Antonia Gualberti  

Grand Maître :  

Jean‐Philippe Jungers  

 

2.2 Anciens présidents 
 8ème génération (1988‐1989):  

 

Dario Mangano 

 9ème génération (1990‐1991):  

 

Firmin 

10ème génération (1991‐1992):  

 

Fréderic Chef 

11ème génération (1992‐1993):  

 

Carmelo Moreale 

12ème génération (1993‐1994):  

 

Fréderic Chef 

13ème génération (1994‐1995) : 

 

Hervé Faucon 

14ème génération (1995‐1996):  

 

Bouggie 

15ème génération (1996‐1997) : 

 

Thomas Gigounon 

16ème génération (1997‐1998) : 

 

Nicolas Lebec (Taz) 

17ème génération (1998‐1999) : 

 

Laurent Mambourg 

18ème génération (1999‐2000) : 

 

Axel Bernard 

19ème génération (2000‐2001): 

 

Nicolas Cambier 

20ème génération (2001‐2002) : 

 

Gauthier Hannecart 

21ème génération (2002‐2003) : 

 

Thomas Ghilain 

22ème génération (2003‐2004) : 

 

Perrine Pecriaux 

23ème génération (2004‐2005) : 

 

Rachel Delefortrie 
10 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

24ème génération (2005‐2006): 

 

Rodrigue Di rupo 

25ème génération (2006‐2007):  

 

Guillaume Tope 

26ème génération (2007‐2008) : 

 

Thibaut Lété 

27ème génération (2008‐2009) : 

 

Natacha Leroy 

28ème génération (2009‐2010) : 

 

Eloïse Puissant 

29ème génération (2010‐2011) :  

 

Jean‐philippe Jungers 

30ème génération (2011‐2012) :  

 

Samuel Racanelli 

 
2.3 Historique de la Régionale 
La Binchoise de Namur a été créée en septembre 1985 par Frédéric Dessart, Philippe Dehon 
et  Bertrand  Hamaide  (tous  deux  étoiles  à  l’époque).  Le  premier  dépucelage  de  calotte 
binchoise (fait par la RTM) eut lieu en novembre 1984.  
Elle n’a malheureusement pas tenu au départ de Bertrand Hamaide qui quitta les FUNDP en 
1988.  
 
Il  s’agit  donc  de  la  deuxième  Binchoise  sur  le  site  de  Namur.  Cette  particularité  est 
symbolisée par le Gille remplaçant le « i » de « Binche » sur les calottes. 
Notre régionale fut donc  REfondée le 18 décembre 1988 par : 
Dario Mangano (carolo) 
Fréderic chef (carolo) 
Pascale Dumont (carolo) 
Samuel Parmentier (lux) 
Stéphane (carolo) 

 
11 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

3. Un peu d’histoire 
 

 
Siège de Binche en 1578. 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
12 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

3.1 Binche, des origines à nos jours 
Binche  n’est  pas  une  ville  commune.  Non  seulement  unique  ville  de  Belgique  à  avoir 
conservé la quasi‐totalité de ses remparts médiévaux, elle est aussi ‐ et n’est pas un secret 
pour toi ‐ l’objet d’une tradition qui attire les foules pendant trois jours hauts en couleur et 
en réjouissances : son célèbre Carnaval ! 
 
Les origines de Binche remontent cependant plus loin que tu l’imagines. ‐A la fin du XIème, 
lorsque Baudouin III, compte de Hainaut, fit ériger sur un promontoire rocheux, entouré de 
la rivière Samme, une forteresse destinée à défendre la frontière orientale du comte.  
 
Mais  la  ville  même  fut  établie  vers  1120,  lorsque  la  veuve  de  Baudouin  III,  Yolande  de 
Gueldre,  attira  aux  pieds  de  la  forteresse  une  population  susceptible  de  provoquer  l’essor 
d’une vie économique, en accordant des privilèges aux marchands et aux artisans. 
 
La  petite  agglomération  connut  alors  une  croissance  rapide  et  se  dota  vers  1147,  sous  le 
compte Baudouin IV, d’une première enceinte de fortification. Le développement du tissu 
urbain rendra nécessaire, peu après, une extension des murailles. 
 
La deuxième enceinte, entamée à la fin du XIIIème siècle, ne fut achevée que vers la moitié 
du  XIVème  siècle,  en  adoptant  le  tracé  que  nous  lui  connaissons  aujourd’hui.  Lorsqu’en 
1544, Charles Quint confia la régence des Pays Bas à sa sœur Marie de Hongrie, il lui offrit le 
riche domaine de Binche en apanage viager. 
Ce  sera  l’âge  d’or  de  la  ville.  En  1545,  Marie  de  Hongrie  fit  construire,  par  l’architecte  et 
sculpteur  montois  jacques  du  Broeucq,  un  somptueux  palais  de  style  renaissance  italienne 
sur l’emplacement du vieux donjon. 
 
En 1549, à l’occasion de la visite de Charles Quint et de son fils Philippe II, des cérémonies 
fastueuses  fussent  organisées.  Mais  cette  prospérité  fut  de  courte  durée,  puisqu’en  1554 
Binche fut prise d assaut, pillée et brulée par les troupes françaises d’Henri II.  
 

13 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

La ville profondément meurtrie, ne retrouva plus son faste d’antan, d’autres destructions se 
suivirent aux XVIème et XVIIème siècles, sans parler de la peste qui décima la population en 
1630.  Aprés  une  lente  reprise  au  XVIIIème  siècle,  Binche  renoua  avec  la  prospérité 
économique  au  XIXème  siècle,  grâce  aux  industries  de  la  cordonnerie  et  de  la  confection 
pour  homme,  au  développement  des  voix  de  communication  et  à  l’essor  industriel  de  la 
région du centre. 
 
Durement  frappée  par  la  crise  économique  au  lendemain  de  la  seconde  guerre  mondiale, 
Binche connaît aujourd’hui une certaine reprise  grâce au tourisme et aux activités liées au 
carnaval. 
 

14 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

3.2 Les industries binchoises 
3.2.1 Foires et marchés 
Une  foire  aux  chevaux  et  aux  bestiaux  avait  lieu  le  16  de  chaque  mois,  ou  le 
lendemain, si le 16 était un jour férié ; cette foire était une des plus importantes du pays. 
La  visite  des  bestiaux  et  des  chevaux  se  faisait,  en  1897,  par  monsieur  Bonzin, 
médecin vétérinaire à Binche. 
Les  marchés  au  beurre,  fromage,  œufs,  fruits,  légumes,  volailles…  avaient  lieu  tous 
les  jours  de  la  semaine  sur  la  grand’  place.  Aujourd’hui,  le  marché  a  lieu  une  fois  par 
semaine, le samedi matin, toujours sur la grand’ place. 
 
3.2.2 La draperie 
Parmi les branches de l’industrie et du commerce dont s’occupaient les binchois au 
moyen âge, la draperie, qui avait pris un grand développement dans la première moitié du 
XIIIème siècle, vient au premier rang. 
Afin  d’augmenter  les  avantages  qui  leur  revenaient  de  la  prospérité  des 
manufactures,  les  comtes  de  Hainaut  eurent  soin  de  doter  de  privilèges  spéciaux  la 
corporation  des  drapiers  de  Binche.  La  halle  appartenait  à  ces  princes.  Plus  était  grand  le 
nombre  des  étalages  occupés  par  les  marchands,  plus  était  élevé  le  revenu  qu’ils  en 
retiraient. 
A  partir  de  1745,  la  fabrication  des  étoffes,  à  Binche,  tomba  en  décadence  de  telle 
sorte que, vers le milieu du XVIIIème siècle, on ne trouvait plus que trois ou quatre métiers 
qui fonctionnaient pendant une partie de l’année. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
15 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

3.2.3 Les brasseries 
La fabrication de la bière constitua, dans notre cité, une branche assez  importante 
d’industrie et de commerce. 
 
En  1265,  plusieurs  brasseries  de  Binche  fournissaient  aux  consommateurs  de  la 
« GOUDALE » et de la « CERVOISE » 
 
Au XVIème siècle, une des brasseries de Binche était tenue par Simon le Coq, dont on 
sait qu’il fit en 1550, pour le compte de Marie de Hongrie, une livraison de huit tonneaux de 
cervoise. 
 
En 1635, on constate l’existence de quatre brasseries : 
-

celle de l’hôpital Saint Pierre 

-

celle de  la « caillerie » exploitée par Jean du Puich et Pierre Legrand 

-

celle de Philippe Posteau, située hors de la porte Saint Paul 

-

celle de Mathieu Raucroix tenant au moulin Saint Paul. 

 
En  1887,  notre  ville  renferme  cinq  brasseries  qui  fournissent  une  bière  excellente, 
sans vantardise aucune. 
 
De 1909 à 1914, les produits de nos brasseries sont importants. A Binche demeurent 
trois malteries (fabriques de malt, orge germé artificiellement, séché et réduit en farine pour 
la fabrication de la bière ):  
-

Leroy, rue de Merbes 

-

Roulez, faubourg Saint Paul 

-

Hauchamp, avenue Wanderpepen. 

Les  trois  brasseries  (Leroy,  Paternotte  et  Meunier)  utilisaient  annuellement  500.000 
kilogrammes de malt, ce qui est énorme pour l’époque. 
Toutes  ont  disparu.  Mais  de  nos  jours,  un  jeune  binchois  a  voulu  renouer  avec  les 
traditions et produit une bière selon une ancienne recette. Elle porte, tout naturellement, le 
nom de « LA BINCHOISE » 
16 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

3.2.4 Les chapeliers et bonnetiers 
En  1764,  les  fabriques  de  chapeaux,  aux  nombre  de  quatre,  en  produisaient 
annuellement 3.000 tant pour homme que pour enfants. 
Les  chapeliers  importaient  leurs  matières  premières  de  Bruxelles  et  d’Anvers.  Ils 
payaient à titre d’impôt, le droit du 60ème. Leurs chapeaux étaient marqués aux armes de la 
ville  de  Binche,  tandis  que  ceux  de  l’étranger  portaient  les  armes  des  souverains.  Les 
marchands  fréquentaient  les  foires  de  Soignies,  du  Roeulx,  de  Braine‐le‐Comte,  de 
Beaumont et de Merbes‐le‐château. 
Il  n’y  avait  alors  qu’une  bonneterie  dont  la  fabrique  possédait  trois  métiers.  Elle 
remontait à une époque fort reculée. On y fabriquait par an plus de 400 paires de bas. 
 
3.2.5 La cordonnerie et l’industrie du cuir 
L’industrie  du  cuir  avait  pris  une  très  grande  extension.  Les  tanneries  étaient 
nombreuses, près d’un cours d’eau, pour le nettoyage de la peau, et extra muros : 
o Jenhot, rue de Robiano (actuellement tanneries Lefèvre), 
o Thiberghien, rue de l’abattoir (actuellement tanneries Roussel), 
o Lebrun, rue des tanneries, 
o Sebille ‐ Poulet, rue saint‐ Paul,  
o Michel Devergnies, rue de Mons. 
Le  cuir  s’exportait  principalement  dans  les  pays  balkaniques,  en  Allemagne,  en 
France,  aux  Etats‐Unis  et  aux  Pays‐Bas.  Il  y  avait  aussi  une  mégisserie  (Winance),  installée 
rue sainte‐Aumône.  
La cordonnerie comptait six fabriques importantes : 
o Hupin‐Sebille, rue de la Régence 
o Evence Navez, rue de Charleroi 
o Goffaux‐Legrand, rue Saint Jacques 
o Cambier‐ Degreves, rue de Robiano 
o Geuse Jean , Grand’Rue 
o Vandenbosche Abel, rue de Biseau 

17 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

En 1880, le nombre d’ouvriers cordonniers atteignait 400. Le grand essor de la cordonnerie, 
à Binche, se place entre les années 1885 et 1895. A partir de cette époque, cette industrie 
commença à décliner au profit de l’industrie du vêtement. 
3.2.6 La confection 
Aucun document officiel, ni ouvrage historique ne précise l’origine de cette industrie. 
Elle semble avoir pris naissance dans le courant du XIXème siècle. Son implantation a pu être 
favorisée par l’existence, au Moyen Age, d’un artisanat de la draperie. 
Ainsi, les tailleurs binchois étaient déjà fort nombreux à la fin du XVIIIème siècle, mais 
ils étaient uniquement des artisans qui travaillaient à domicile sur commande de particuliers. 
Ce nombre élevé de travailleurs à domicile s’explique par les caractères même du binchois : 
libre  et  indépendant,  il  s’accommodait  mieux  du  travail  à  domicile  qu’à  la  suggestion  de 
l’atelier. 
En  1835,  la  machine  à  coudre  était  encore  inconnue.  Nos  artisans  n’avaient  à  leur 
disposition qu’un outillage rudimentaire pour effectuer leur travail : simple planche de bois 
fort  épaisse,  un  fourneau  pour  chauffer  le  fer  et  une  paire  de  ciseaux.  C’est  en  1845 
seulement, qu’Elias Howe, artisan américain, inventa la machine à coudre. 
Pendant la première Guerre Mondiale, nos industries de la confection contribuèrent 
à  l’habillement  des  soldats  de  l’armée  Belge.  De  nombreuses  expéditions  furent  faites  par 
chemin de fer. Après le ralentissement provoqué par la guerre, l’industrie binchoise continua 
sa  progression :  l’exportation  vers  les  Pays‐Bas,  l’Angleterre,  la  Scandinavie  et  l’U.R.S.S. 
devint plus fréquente. 
 
Les tissus et autres fournitures sont coupés à l’atelier ; on y ajoute les accessoires et 
le tout est remis à l’ouvrier qui vient en prendre livraison et qui confectionnera le vêtement 
chez  lui.  Ces  vêtements  sont  dits  de  confection,  c’est  à  dire  qu’ils  sont  confectionnés  en 
série, les tailles étant supposées normales car les mesures du client ne sont pas relevées. 
 
Malheureusement, devant l’ampleur de la clientèle et du fait de l’introduction sur les 
marchés  extérieurs  de  nos  produits,  plusieurs  petites  entreprises  familiales  se  trouvèrent 
dans l’obligation de rompre avec les moyens de production traditionnels et de se mécaniser. 
 
18 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

Les  premiers  essais  d’industrialisation  de  la  confection  eurent  lieu  en  1913.  La 
fabrication complète en usine fût totale une dizaine d’années plus tard et des centaines de 
vêtements sortirent alors, journellement, des firmes binchoises de confection. 

19 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

3.2.7 La verrerie 
La  construction  du  chemin  de  fer  du  centre,  inauguré  le  2  août  1857  par  le  duc  de 
brabant, la proximité des charbonnages établis le long de cette voie ferrée, ne tardèrent pas 
à favoriser l’installation d’industries nouvelles. 
 
Le  27  novembre  1894,  la  société  anonyme  des  verreries  de  Binche  sollicitait 
l’autorisation d’établir une machine à vapeur avec chaudière dans son usine sise hameau de 
Versailles.  L’autorisation  fût  accordée  aux  conditions,  entre  autre,  que  la  machine  ne  soit 
mise  en  activité  qu’après  que  le  fonctionnaire  chargé  de  la  surveillance  des  appareils  à 
vapeur ait constaté, par un procès verbal, qu’elle satisfait en tous points les prescriptions du 
règlement 
Sous Albert Ier, la verrerie occupait de trois à quatre cent ouvriers ; elle fabriquait les 
verres à vitre et les verres opales. Ses produits s’exportaient principalement en Angleterre, 
au Etats‐Unis, aux Pays‐Bas et au Canada. 
La  guerre  de  14‐18  contraignit  la  verrerie  à  fermer  ses  portes  qui  ne  se  rouvrirent 
qu’en  novembre  1919.  Mais  la  reprise  fut  difficile :  le  déclin  s’amorçait  déjà.  En  1922,  la 
verrerie  à  bouche  cessait  ses  activités  tandis  que  la  verrerie  mécanique  commençait 
s’implanter. 
Ces  industries  n’en  finissaient  pas  de  se  moderniser  et  le  17  août  1925,  elles 
demandèrent d’installer une chaudière à vapeur de 6m² de chauffe .Suite au procès verbal 
de l’enquête de commodo – incommodo, quelques propriétaires et locataires des maisons et 
terrains  avoisinant  s’opposèrent  à  son  installation  à  cause  des  risques  d’explosion  et 
d’incendie.  Néanmoins,  par  la  stricte  observation  des  conditions  posées  pour  l’octroi  de 
l’autorisation, on pouvait parer à ces dangers : la chaudière à vapeur prit donc place dans les 
établissements. 
Malheureusement  son  utilisation  s’avéra  éphémère :  en  1931,  suite  à  son  entrée 
dans  le  trust  des  verreries,  toutes  fabrications  furent  suspendues.  L’expansion  rapide  de 
cette  industrie  avait  fortement  contribué  au  développement  du  quartier  de  la  gare.  Rudes 
buveurs, les verriers favorisèrent l’implantation d’estaminets. 

20 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

C’est aussi aux verriers que nous devons la venue à Binche des « géants des Alpes ». 
Ces géants débonnaires se produisaient en compagnie de nains, soit à l’occasion de la foire 
d’hiver, soit dans le petit café installé, jadis, entre l’hôtel de ville et le théâtre actuel. 
Hélas,  la  verrerie  a  rejoint  les  brasseries,  la  cordonnerie,  la  dentellerie,  toutes  ces  vieilles 
industries jadis si florissantes, qui n’appartiennent plus aujourd’hui qu’au passé. 
 
3.2.8 La meunerie 
Au XVIIIème siècle, la meunerie avait acquis à Binche un développement assez considérable 
pour cette époque. On comptait alors sept moulins en activité, tant pour la farine que pour 
le tan (écorce de chêne, d’un brun roux, réduite en poudre pour le tannage des peaux). 
Ces moulins étaient : 


le moulin de Waulaine 



Jehan le Mosnier 



Moulin à David 



Le petit moulin Demelyon 



Le moulin de dessous‐le‐mont 



Moulin de Parchegnies 



Moulin de seluele(ancien nom de la porte Saint Paul) 
 

 

Les  binchois qui faisaient moudre leur grain dans ces « usines » y devaient un droit 

de  banalité,  dont  les  produits  se  partageaient  entre  les  comptes  de  Hainaut  et 
ses « parceniers ». 
 

Dans les siècles suivants, il n’est plus question que de trois ou quatre moulins.  

 
Remarque : En 1442, on mentionne le moulin à cheval situé dans la basse cour de l’hôtel de 
la salle; les moulins Saint Paul, Saint Jacques, de dessous‐le‐ mont et le moulin à vent situe 
prés de la métairie de Saint berger sont fréquemment cités pour les comptes du domaine de 
Binche. Ce dernier avait été construit en 1547, par ordre de la reine marie de Hongrie. 
 
 

Le moulin de Buvrinnes  

21 

Syllabus de Calotte

 

Binchoise – FUNDP

S’il  faut  en  croire  certains  documents  d’époque,  en  période  de  sécheresse,  les 

moulins à eau de Binche ne pouvaient fonctionner. C’est la raison pour laquelle en 1750, il 
fût décidé de construire un moulin à vent, près de Binche, à Buvrinnes (qui, elle‐aussi a son 
célèbre carnaval…). 
 

Cependant,  la  construction  de  ce  moulin  à  vent  ne  mit  pas  fin  aux  difficultés  des 

moulins  à  eau  de  Binche.  En  effet,  dans  un  document  de  1788,  il  est  précisé : « […]  la 
meunerie de saint‐ Vaast, grâce à ses deux couples de meules, à l’honneur de servir à demi‐
monture les moulins de Sa Majesté à Binche, durant la calamiteuse sécheresse ». 
 
 

Le moulin Saint Jacques  

 
 

Le  pont  Saint‐Jacques,  à  Binche.  Constitué  de  six  arches  en  plein  cintre,  il  donnait 

autrefois  passage  à  une  route  au‐dessus  de  la  rivière  Princesse,  aujourd´hui  canalisée  et 
voûtée au centre de la localité. Le faubourg Saint‐Jacques passe sur cet ancien pont. 
 
 

Le pont de Bouzarte situé au faubourg Saint‐Jacques, constituait une sorte de digue 

percée  d’ouvertures,  commandée  chacune  par  une  vanne.  Ces  vannes  en  fermant  les 
pertuis,  étranglement  d’un  fleuve,  retenaient  les  eaux  qui  allaient  se  jeter  dans  le  canal 
artificiel, un « faulx rieux »(1575), une fausse rivière, dans un autre bras de la Samme plus à 
l’est, en bordure du glacis aux pieds des remparts. 
 
22 

Syllabus de Calotte

 

Binchoise – FUNDP

Ce pont barrage, heureusement situé au confluent du ruisseau de l’abbaye et de la 

Samme, servait donc, comme son frère, le pont Saint Paul, à régulariser le débit d’eau de la 
Samme. Sur cette dernière, en aval du pont de jonction du canal et de la rivière se trouvaient 
les moulins Saint Jacques, des moulins jumeaux qui appartenaient au comte de Hainaut : l’un 
servait à moudre le grain, et le second servait au traitement du tan. 
 

Le moulin Saint Paul 

 
Le pont Saint‐Paul, à Binche. Il compte quatre arches et est aujourd´hui intégré dans 
les « remparts » qui soutiennent un parking du faubourg Saint‐Paul. 
 
Les moulins font parler d’eux quand ils deviennent insalubres. En séance du conseil 
communal du 22 mars 1869, un rapport rendait compte de l’état d’insalubrité du faubourg 
Saint Paul par suite de l’hommage de « l’usine » appartenant à Mr. De Haussy, une fabrique 
de tan.  
L’autorisation d’établir un barrage sur la rivière Princesse avait été accordée au propriétaire 
du  moulin.  Dès  le  1er  juin  1848,  le  moulin  ne  fonctionnait  plus :  l’état  des  lieux  était  très 
préjudiciable aux habitants de la ville et surtout à ceux du faubourg Saint Paul, à cause des 
miasmes  qui  s’échappaient  du  bief,  les  égoûts  de  la  ville  s’y  déversant  et  les  eaux  ne  se 
renouvelant plus. 
 
 En  effet,  l’arrêt  du  moulin  ne  permet  plus  aux  eaux  de  passer  dans  le  ruisseau  de 
décharge : ce ruisseau était devenu un foyer d’infection. On décida alors de retirer à Mr. De 
23 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

Haussy  la  concession  qui  lui  avait  été  accordée  d’établir  un  barrage  sur  la  rivière  puisque 
depuis  20  ans,  son  usine  ne  fonctionnait  plus.  Ainsi,  le  lieu‐  dit « pont  d’Arcole »  vit  sa 
destinée première lui échapper des mains… il subit le même sort que ses confrères. 
 
 
3.2.9 La dentellerie 
La confection de la dentelle fut très prospère à Binche et sa renommée dépassa nos 
frontières. Le lien entre Binche et la dentelle est évident puisque la ville a donné son nom à 
une superbe dentelle aux fuseaux : « le Binche ».  
 
A  l’origine,  les  produits  de  Binche  ne  se  distinguaient  pas  des  dentelles 
confectionnées  à  Valenciennes  et,  comme  cette  dernière,  elle  fut  importée  du  Hainaut 
français  au  commencement  du  XVIIIème  siècle.  A  cette  époque,  la  ville  de  Valenciennes 
faisait  partie  de  l’ancienne    province  belge  du  Hainaut ;  il  est  donc  tout  naturel  que  la 
dentelle fabriquée par les ouvrières de Valenciennes, et qui s’était déjà transportée a Ypres, 
se  soit  également  introduite  à  Binche  et  dans  les  villages  environnants.  Avec  le  temps,  les 
différences marquées s’établirent entre les deux dentelles. « Le Binche », C’est une dentelle 
à fils continus très légère, réalisée en un fil particulièrement fin, caractérisée par l’emploi du 
bien nommé «fond de neige». Cette dentelle a connu son heure 
de  gloire  au  XVIIIème  siècle,  plus  précisément  durant  la 
première moitié de celui ‐ ci.  
   
Pour  le  grand  public,  cependant,  la  dentelle  de  Binche 
est trop peu connue. Rares sont les personnes qui peuvent citer 
d’autres  villes  dentellières  belges  que  Bruges  et  Bruxelles. 
Pourtant,  l’industrie  dentellière  binchoise,  née  au  XVIIème,  a 
été  florissante  jusqu’  au  dernier  quart  du  XIXème.  La  première 
archive mentionnant l’existence de la dentelle binchoise date de 1697.  Le frivole XVIIIème 
siècle est le grand siècle de la dentelle.  
Elle est à la mode, une mode souvent fugace. On a peine à croire aujourd’hui que des 
marchands de Londres ou de Paris renvoyaient des dentelles dont le dessin datait de 3 ans 
24 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

ou même de l’année précédente. Les barrières commerciales étant levées, le commerce de 
la dentelle prend une ampleur extraordinaire. Ce produit de luxe atteint des prix exorbitants 
et  la  dentelle  devient  le  moyen  de  subsistance  d’un  nombre  considérable  d’ouvrières.  Des 
documents  de  1750  et  1751  nous  précisent  que  la  population  binchoise  compte  mille 
ouvrières  dentellières  et  «  qu’il  s’y  fait  beaucoup  de  dentelles  qui  entretiennent  les  deux 
tiers  de  la  ville  ».  Ces  dentelles  suivent  un  circuit  commercial  assez  complexe,  qui  passe 
essentiellement par Bruxelles, et qui aboutit souvent aux Cours les plus prestigieuses.  
La Révolution française et son cortège de destructions et massacres portent un coup 
terrible à l’industrie dentellière. Les clients, issus principalement de la noblesse et du clergé, 
s’ils  ont  la  chance  de  survivre,  sont  souvent  ruinés  et  contraints  à  l’émigration.  Il  faudra 
attendre l’accession au pouvoir de Napoléon Bonaparte pour voir redémarrer la production 
des industries manufacturières de luxe.  
   
Pour Binche, il était grand temps. En 1806, la ville ne 
comptait plus qu’un seul fabricant de dentelles.  
En  1832,  la  situation  est  rétablie  ;  plus  de  600 
dentellières  sont   officiellement  répertoriées  et  un 
énorme  commerce  de  contrebande  avec  la  France 
bénéficie à la ville devenue quasi ‐ frontalière.  
A la même époque, les Cours royales s’intéressent à 
nouveau à la dentelle binchoise. Lorsque son mariage 
avec  le  roi  Léopold  Ier  est  décidé,  c’est  à  une  Binchoise  renommée  que  Louise  ‐  Marie, 
princesse  d’Orléans,  fille  de  Louis  ‐  Philippe,   roi  des  Français,  commande  son  voile  de 
mariée.  
Le nombre de dentellières ne cesse de croître à Binche : le sommet sera atteint en 
1856  avec  1.800  dentellières  pour  une  population  d’environ  6.000  personnes.  Victor  Hugo 
lui ‐ même, dans « Les Misérables », se fera l’écho de la renommée de la dentelle binchoise, 
Cosette recevant de M. Gille Normand une robe en dentelle de Binche dans sa corbeille de 
noces. Cependant, à Binche, comme ailleurs, la crise s’annonce.  
Depuis 1830 environ, les Anglais produisent des imitations mécaniques de dentelle. 
Sans cesse améliorées, les machines anglaises finissent par produire des dentelles imitant à 
25 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

s’y méprendre la dentelle véritable. Pénétrant le continent, la dentelle mécanique s’impose 
en  France  sous  le  Second  Empire.  En  raison  de  ses  liens  commerciaux  privilégiés  avec  la 
France, Binche est très vite victime du succès grandissant de la dentelle mécanique.  
Date 

1856 

1859 

1862 

1863 

1865 

1895 

Dentellières 

1800 

1700 

1650 

1400 

1000 



 
Le  phénomène  va  s’amplifier  rapidement  car,  à  Binche,  les  nouvelles  industries  de  la 
chaussure et du vêtement vont attirer une main d’oeuvre féminine heureuse de trouver là 
un emploi  stable  et  mieux  rémunéré. L’effondrement sera rapide : en 30  ans,  on passe  de 
1.000 à 6 dentellières !  
La tradition dentellière ne s’interrompra pas à Binche, mais d’extrême justesse. En 1912, il 
ne  reste  que  4  ou  5  vieilles  dentellières  en  activité.  Deux  de  celles‐ci  nous  sont  connues  : 
Marie ‐ Cécile Graux (1841 ‐ 1925) et Lambertine‐Augustine Degrève (1842 ‐1924).  
 
 
C’est cette dernière qui formera Nelly Robbe (1892‐
 1971),  figure  charnière  de  la  tradition  dentellière 
binchoise.  En  effet,  en  1950,  les  autorités 
communales binchoises, en parfait décalage avec le 
conformisme  de  l’époque,  décident  de  créer  une 
école  de  dentelle,  afin  de  rendre  vie  à  cet  élément 
prestigieux du passé de la ville. Nelly Robbe devient 
ainsi  le  premier  professeur  d’une  école  de  dentelle  qui  compte  aujourd’hui  plus  de  130 
élèves.  L’apprentissage  de  la  dentelle  aux  fuseaux  y  dure  5  ans  et,  bien  sûr,  le  Binche 
constitue  l’étape  finale  de  la  formation.  La  renommée  de  l’école  ‐  la  seule  en  Belgique 
francophone  à  décerner  aujourd’hui  encore  un  diplôme  de  dentellière  reconnu  par  l’Etat  ‐ 
est  telle  qu’elle  compte  de  nombreuses  élèves  étrangères  (françaises,  luxembourgeoises, 
allemandes, … et même, parfois, japonaises).  
Depuis,  de  multiples  satisfactions  :  lieu  permanent  d’exposition,  engagement  de  deux 
dentellières professionnelles, reconnaissance officielle de la qualité des productions par un 
décret de la région wallonne, …  
26 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

 
 
 
 
 

3.3 Binche et ses monuments 
3.3.1 Binche et ses fortifications 

XII e siècle :  
Vers le début des années 1120, la comtesse de Hainaut, Yolande de Gueldre, instaure une 
ville  neuve  sur  des  terres  dépendant  de  la  paroisse  de  Waudrez.  Pour  cela,  elle  facilite 
l'installation  de  marchands  et  d'artisans  et  accorde  un  statut  spécial  à  toute  personne  s'y 
installant. Binche se développe rapidement (vu précédemment). 
Baudouin  V  de  Hainaut  fait  entourer  la  ville  d'une  enceinte.  Celle‐ci  se  situe  sur  l'éperon 
rocheux au sud de la ville. On ne connaît pas précisément la période de construction de cette 
enceinte,  mais  elle  est  déjà  bâtie  en  1147  lors  de  la  visite  de  saint  Bernard  de  Clairvaux. 
Baudouin V fera rehausser ce rempart quelques années plus tard.  

XIII e ‐ XIV e siècle :  
La ville prend de l'ampleur et déborde de sa première enceinte. Un second rempart est donc 
construit  à  partir  du  XIII  e  siècle.  Il  ne  sera  fini  que  vers  1364‐1365  et  connaîtra  une 
campagne de restauration à la fin du XIV  e siècle. De nouvelles tours, habitables et pourvues 
de fenêtres et de meurtrières, sont alors ajoutées à l'enceinte.  

XV e siècle :  
Au début du XV e siècle, on renforce la garnison et les remparts car, 
à  cette  époque,  la  ville  fait  office  de  plaque  tournante  dans  la 
défense  du  comté.  L'enceinte  commence  à  être  adaptée  à  l'usage 
27 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

de l'artillerie grâce au perçage de canonnières et à l'aménagement de boulevards.  
 
Une archère‐canonnière du rempart du Posty 

 
XVI e siècle :  
Jusqu'au milieu du XVI  e siècle, Binche reste présente dans la stratégie défensive du comté, 
au moins comme lieu de rassemblement des troupes.  
La  ville  subit  plusieurs  sièges,  notamment  celui  de  1554,  où  les  troupes  du  roi  de  France, 
Henri II, pillent et brûlent la ville et le palais de Marie de Hongrie, et celui de 1578.  
Cette fois, la ville est assiégée par des troupes espagnoles commandées par Jean de Croÿ car 
les édiles binchois s'étaient révoltés contre la politique de Philippe II et du gouverneur des 
Pays‐Bas, Don Juan d'Autriche.  
 

 

28 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

 
 
29 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

XVII e siècle :  
Binche  est  assiégée deux  fois  par  les  Français,  en  1643  et  1654,  avant  d'être  cédée  à  la 
France  pour  dix ans,  suite  au  traité  d'Aix‐la‐Chapelle  (1668)  qui  met  fin  à  la  guerre  de 
Dévolution.  
En  1675,  Louis  XIV  ordonne  le  démantèlement  des  fortifications.  L'enceinte  est  donc 
abaissée de deux mètres.  

 
XVIII e siècle :  
Des brèches trouent les courtines, certaines tours sont rasées. Binche perd son rôle militaire.  

XIX e siècle :  
 
L'enceinte  binchoise  au  lendemain  de  la  Première 
Guerre mondiale 
Les  portes  sont  détruites  et  les  murs  servent  de 
carrières. 

 
1995 ‐ 1999 : 
Une  vaste  campagne  de  fouilles et  de  restauration  de  l'enceinte  est  menée  par  la  Région 
Wallonne.  

 
 
 
30 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

Binche est la seule ville belge à posséder un aussi beau spécimen de fortification urbaine au 
moyen‐âge.  Celle‐ci  existe  encore  dans  presque  toute  son  intégralité,  quelques  trouées 
seulement  y  ont  été  pratiquées  par  le  passage  des  rues.  Vingt‐  jours  en  saillie  flanquait  la 
muraille de l’enceinte fortifiée. 
Certaine de celles‐ ci portent un nom les voici : 
 La Tour margot de Fayt située sur les boulevards, la plus curieuse, elle est une forme 
hexagonale,  c’est  à  cet  endroit  qu’eut  lieu,  dit  la  légende,  l’apparition  de  Saint 
Ursmer, sur les remparts lors du siège de 1545 
 Tour margot de fayt 

 

 La fausse tour, la plus petite de l’enceinte 

 La  grosse  tour  elle  se  situe  au  fond  de  la 
cour  de  l’académie  de  musique.  Devant  la  grosse 
tour s’étendait un vaste étang poissonnier, dont le 
but primordial était d’alimenter la population et de 
défendre le rempart. 
 
 
 La  tour  du  vieux  cimetière,  constitue  un 
précieux  document  de  l’histoire  militaire  de  nos 
régions.  Celle  ci  s’ouvre,  vers  l’arrière  de  la 
muraille,  sur  une  baie  voutée  en  arc  bombe  et 
aménagée  dans  l’épaisseur  de  la  courtine  sur  le 
chemin  de  ronde.  Cet  élément  est  unique  dans  l  ensemble  des  fortifications  de 
Binche. 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 Tour de ferme ou tour de la sorcière. La « ferme » était l endroit ou était gardes les 
coffres  des  chartes  et  privilèges  de  la  ville.  Un  compte  de  1554,  indique  qu’elle 
servait    aussi  d’entrepôt  de  poudre.  On  y  enfermait  aussi  les  femmes  accusées  de 
sorcellerie. Ses murs ont trois mètre d’épaisseur 

31 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

3.3.2 Le palais de marie de Hongrie 
En  1917,  des  fouilles  pratiquées  dans  le  parc  communal  ont  mis  à  jour  des  substructions 
importantes  de  cet  ancien  palais.  Ces  ruines  sont  du  plus  grand  intérêt  au  point  de  vue 
archéologique et artistique. 
 
Marie de Hongrie, qui aimait le luxe et les beaux arts, ne négligea rien pour la construction 
et la décoration de son palais de Binche. Des artistes, venus de tous les pays, l’ornèrent de 
magnifiques œuvres d’arts. 
 
On conserve, au musée communal, quantité de panneaux de faïence vernissée provenant de 
foyers  monumentaux,  de  facture  allemande  qui  ornait  le  palais.  Certains  panneaux  sont  à 
l’effigie  de  Charles  Quint,  de  Marie  de  Hongrie,  de  Philippe  II,  d’autres  représentent  des 
dieux anciens, des musiciens,… 
 
Les  travaux  de  construction  de  cette  admirable  demeure  furent  poussés  avec  une  grande 
activité, la régente voulant être en mesure d’y recevoir magnifiquement l’empereur. 
 
Le 22 aout 1549, Charles Quint et le futur Philippe II, entaient reçu au palais de Binche. 
 
Il sera partiellement détruit en 1554 lors du sac de la ville par les français. Les bâtiments, qui 
avait  été  remis  en  état  immédiatement  après  les  faits  par  le  même  architecte,  furent 
brièvement  occupés  au  XVIIème  siècle  par  les  archiducs  Albert  et  isabelle,  avant  d’être 
démolis en 1704.  

 
3.3.3 Les halles  
Les halles établies à Binche, remontaient à une époque fort ancienne ; il en est déjà question 
dans une charte datant de 1229. 
 
Ces halles ne constituaient pas une propriété communale, elles appartenaient au compte de 
Hainaut, à titre bien domanial. Elles etaient contigües à la maison de ville. 
 
Les  marchés  couverts  ressemblaient  à  des  vastes  hangars.  Il  y  avait,  à  Binche,  un 
compartiment  réservé  aux  marchés  des  céréales  et  plusieurs  autres  ou  se  vendaient  les 
produits de nos principales industries : la draperie, la friperie, la tannerie, la courroierie, la 
cordonnerie.  A  côté,  se  tenaient  les  bouchers  et  les  boulangers.  Le  marché  aux  grains 
occupait la plus grande partie du rez‐de‐chaussée. 

 
32 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

3.3.4 L’hôtel de ville 

 
Sur la Grand’ Place sied l’hôtel de ville qui date du XIVe siècle si l’on en croit le bas du beffroi 
en grès de Bray et la façade constituée de 3 porches gothiques en arc brisé. 
 
 L’hôtel de ville et son beffroi sont les témoins et les signes des libertés communales 
acquises par la cité sous les différents comtes de Hainaut. Alors appelé maison de paix ou 
maison de ville, il servait non seulement de lieu de réunion pour les édiles de la ville mais 
également de halle et de boucherie communale (halle à la chair). 
 
 A  côté  de l’hôtel  de ville actuel, nous trouvions d’autres halles comme celles des céréales 
(halle  au  blé)  et  d’autres  comme  celles  des  draperies,  des  friperies,  des  tanneries,...  Le 
beffroi a dû être restauré au XVIe siècle après le sac de Binche de 1554 par Henri II. Cette 
restauration fut réalisée par Jacques du Broeucq à la demande de Marie de Hongrie. 
 
En  1736‐1737,  Benoît  Dewez  cacha  la  façade  en  grès  de  Bray  et  lui  donna  un  style  néo‐
classique. Il cacha également les gîtages du XVIe siècle en y ajoutant de faux plafonds. 
 
A la fin du XIXe siècle, de 1896 à 1899, Pierre Langerock remit à jour la façade précédente et 
les  plafonds.  L’hôtel  de  ville  retrouva  dès  lors  l’aspect  qu’il  avait  après  la  restauration  du 
33 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

XVIe siècle. Il fut ajouté à la façade 3 armoiries de pierre : celle de Charles‐Quint, de Marie 
de Hongrie et de la ville de Binche. 
A  l’intérieur,  quatre  salles  particulières  valent  la  peine  que  l’on  s’y  intéresse.  Il  s’agit  de  la 
Salle des Pas Perdus, la Salle des Mariages, la Salle du Conseil et le cabinet du bourgmestre. 
 
Autrefois,  la  Salle  des  Pas  Perdus  était  la  halle  aux  viandes,  c’est‐à‐dire  la  boucherie 
communale. Ses murs sont en grès de Bray et le gîtage en chêne du XVIe siècle. 
 
Dans le prolongement de cette salle se trouve la Salle des Mariages. Les armoiries d’anciens 
magistrats de la cité sont reproduites sur les vitraux. Les murs de cette pièce sont décorés de 
monogrammes de Marie de Hongrie. La Salle du Conseil, à l’étage, est décorée des armoiries 
des gouverneurs de la ville peintes sur le mur pour rappeler celles qui ont été détruites par 
les républicains français le 11 novembre 1792. Dans les vitraux, nous retrouvons les armes 
de  Charles‐Quint  et  Philippe  II,  d’Albert  et  Isabelle,  de  Marguerite  d’York  et  Marie  de 
Hongrie, du Hainaut et de Binche. La cheminée, tout comme celle de la Salle des Mariages a 
été  refaite  sur  le  modèle  d’anciennes  pierres.  Sur  la  hotte  est  peinte  la  devise  de  Charles‐
Quint : Plus Oultre ! 
 
Le Cabinet du Bourgmestre, à côté de la Salle du Conseil fut autrefois la salle d’audience des 
magistrats.  Sur  les  vitraux,  des  cartouches  rappellent  les  noms  de  Binchois  illustres.  Sur  la 
hotte de la cheminée, un arbre généalogique nous apprend les noms des magistrats du XIXe 
siècle. 
 
La cage d’escalier permettant d’accéder du rez‐de‐chaussée au premier étage a été décoré 
pour le 400e anniversaire des fêtes de 1549. Ce fut Suzanne Pletincks, une artiste de Binche 
qui eut la charge de cette oeuvre. Il s’agit de peintures évoquant les dites fêtes. 
 
3.3.5 La chapelle des récollets 
À une date précise, dans le courant du 17 ème siècle, les récollets quittèrent le couvent de 
Cantimpretet  vinrent  s’établir  à  proximité  de  la  porte  de  la  sablonnière.  Les  bâtiments  qui 

34 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

existent  encore  encadrent  de  trois  cotes  la  chapelle  actuellement  dénommée  « église  du 
saint sacrement ». 
 
Le cœur porte à l’extérieur le millésime 1707. La corniche en pierre et les fenêtres sont du 
style de l’époque. L’autel provient de la chapelle castrale que fit construire marie de Hongrie 
après l incendie de 1554. Le couvent des récollets est actuellement occupe par des religieuse 
du saint sacrement. 
 
3.3.6 La collégiale saint‐Ursmer 
C’est un édifice primitif, de style roman‐ byzantin, érigé au 12ème siècle. En 1409, lorsqu’ 
elle acquit le titre de collégiale et fut dédiée a saint Ursmer, elle fut agrandie. Le trésor de 
l’église était considérable à la fin du 18ème siècle : des œuvres d art, un magnifique joyau 
contenant un os de la jambe de  saint pierre et qui avait été donner à saint Ursmer par le 
pape Serguins III, lorsque celui‐ci le sacra évêque missionnaire. 

 

 
Cette pièce d’orfèvrerie en forme de bras est faite de plaques d’argent martelées et clouées. 
Elle est ornée de cristaux c’est un magnifiques et précieux spécimen de l’art roman du 
12ème siècle. Un deuxième reliquaire en forme de bras contient des reliques de saint 
Jacques, saint Thomas, saint Adrien ainsi que des cheveux de la vierge et de saint pierre. Les 
reliques font partie du trésor de la collégiale saint Ursmer. 
 
 
 
 
 
 
 
 
3.3.7 L’hôtel des postes 
Il a été construit en 1896. Ce monument fut dégagé il y a quelques années et mis en valeur 
par quelques modifications très heureuses apportées aux traces des rues environnantes. 
35 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

 
 
 
3.3.8 Justice de paix 
Cet édifice a été élevé en 1902. Il se dresse au centre de l’artère principal de la ville. S’il n’est 
pas de proportions énormes, il n’en constitue pas moins un véritable petit bijou 
architectural. Sa façade, en gré de Bay, est d’une grande pureté de ligne et les sculptures qui 
l’ornent sont d’une finesse exquise. Une statue en bronze d’or représentant la justice repose 
dans une niche. Le bas relief en bronze, place au dessus de la porte, représente les armes de 
la ville. 
 
3.3.9 La gare  
Bel exemple du style néo‐gothique à la mode à l’aube du 20ème siècle, la gare eut comme 
architecte pierre Langerock, le prestigieux rénovateur de l’hôtel de ville et de la collégiale. 
Elle illustre fort bien la prospérité et le renouveau économique dont bénéficia Binche 
pendant toute une période, sous le mayorat du sénateur Eugene Derbaix. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
3.3.10 La chapelle du vieux cimetière 
La modeste chapelle de l’ancien cimetière est de style ogivales, deux millésime que l’on peut 
y découvrir, l’un de 1537,au frontispice de l’oratoire, l’autre, 1613,sur une pierre bleu de la 
porte d’entrée indiquent les dates des deux restaurations de l’édifice . 
36 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

 
Les murs latéraux sont ornés de magnifiques lambris de chêne finement sculptés remontant 
à la construction primitive. La chapelle renferme des pierres tombales fortes anciennes et 
plusieurs monuments funéraires très intéressants. 
 
 La chapelle de l’ancien cimetière de Binche forme un ensemble complet, tant au point de 
vue de la construction que de l’ameublement et de la décoration. C’est probablement le seul 
spécimen dans les édifices de ce genre, conservé intact dans notre pays. 
 
3.3.11 Le musée du masque 
Historique du bâtiment 
Le site occupe aujourd’hui par le musée internationale du carnaval et du masque correspond 
a ce qui fut jadis l’ostel de comte de Lalaing, chevalier de l’ordre de la toison d or. Cette 
propriété était située à proximité de l’ancien château des comtes de Hainaut, puis du 
fastueux palais de Marie de Hongrie.  
 
Cet ostel de Lalaing fut acquis par un binchois, maitre jean Duquesne, afin d’y fonder en 
1570, un collège d’enseignement secondaire dont la gestion devait être assurée 
conjointement par les autorités religieuses et la municipalité binchoise. 
 
En 1727, l’institution fut confiée à une congrégation de religieuse enseignante, les augustins. 
Ceux‐ci réorganisèrent l’école et rénovèrent les bâtiments. Le bâtiment principale fut 
reconstruit en 1738, on lui adjoint une aile, c’est par celle‐ci que se fait l’accès au musée 
 
Abandonné par sa congrégation  vers1794, le bâtiment devient « propriété municipale », 
servit successivement, sous le régime français, le lieu de rencontre, de bureaux puis de 
caserne. 
 
D 1797 à fin 1802, l’ancien collège fut occupe partiellement par la gendarmerie. Il fut enfin 
rendu à sa formation d’établissement scolaire en 1802 et cela jusqu’en 1880. Il abritait un 
collège communal ou l’enseignement était catholique. 
37 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

 
Dans le climat de l’après guerre scolaire, l’arrivée au pouvoir d’une majorité libérale entraina 
la rupture. Les autorités épiscopales  fondèrent dans le quartier neuf de la gare le collège 
notre dame de bon secours. Dans les anciens bâtiments la ville créa l’école moyenne 
communale pour garçons en 1880. 
 
Des 1881, l’institution devenait école moyenne de l’état puis en 1946 athénée royale. A 
partir de 1986, celle‐ci fut transférée à la périphérie de la ville et le local redevient propriété 
communale. 
 
Marquée par son carnaval et toute entière tournée vers lui, Binche était toute désignée pour 
ménager au carnaval et au masque une place privilégiée. En 1957, Charles Deliège annonçait 
dans les années à venir la création d’un musée international du carnaval et du masque. 
Celle‐ci serait confiée a Samuel Glotz, éthnologue et binchois d origine. 
 
Architecture du bâtiment 
L aile gauche de l’ostel du comte de Lalaing est très caractéristique du style employé lors de 
la construction. Elle est composée de 9 voutes d’arêtes, procédé permettant de construire 
des porches à 2 étages, des nefs, des cryptes, … 
 
Cette catégorie de voutes n’est pas inconnue. Des le 11ème siècle, une mode architecturale 
se répand : la voute remplace la couverture de bois 
 
Mais un problème apparaît : tendre des voutes, c est couvrir des espaces très large ! Les 
murs risquent de s’écroules sous le poids. La seule solution était de compartimenter l espace 
a couvrir. 

 
 
 
 
38 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

4. Le Carnaval 

 
Affiche du Carnaval 2012. 

39 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

4.1 La légende 
Première légende 
La thèse la plus crédible remonte jusqu’en 1549 quand Marie de Hongrie, dans son palais de 
Binche, reçut son frère Charles‐Quint1 accompagné de son fils Philippe II d’Espagne. 
 
L’empereur Charles‐Quint décida de faire venir d’Espagne son fils unique afin de présenter 
officiellement  à  la  noblesse  et  aux  grandes  villes  des  Pays‐Bas.  La  réception  impériale  à 
Binche fut organisée par Marie de Hongrie qui avait une arrière pensée politique.  
 
Elle voulait que l’héritier du trône d’Espagne fasse connaissance avec toute la noblesse des 
Pays‐Bas.  Cette  portée  politique  explique  l’apparition  des  fêtes  en  août  1549,  celles‐ci 
étaient destinées à éblouir l’aristocratie.  
 
Cette légende se précise à mesure que les années passent. Elle finit par offrir une date de 
création,  des  noms  de  personnages  illustrés,  un  cadre  historique  adéquat.  On  rattache  le 
carnaval de Binche aux festivités impériales qui se sont déroulées au palais de Binche.  
 
Deuxième légende 
Un  peu  avant  cette  époque,  un  voyageur  espagnol,  François  Pizarre  (1475  –  1541)  avait 
découvert  le  Pérou.  Les  courtisans  de  la  reine  voulaient  apparaître  aux  fêtes  de  la 
découverte déguisée en Incas. Les costumes des Incas furent décrits par Pizarre et bien que 
ceux‐ci comportent déjà beaucoup d’ornements, on les modifia encore. La tenue comportait 
d’invraisemblables  bariolages  et  un  magnifique  chapeau  garni  de  hautes  plumes.  Les 
habitants,  séduits  par  l’originalité  de  ce  costume  l’auraient  adopté  et  auraient  pris 
l’habitude, chaque année au carnaval, de se travestir en sauvage du Pérou, en Incas, c’est‐à‐
dire en Gilles. Ceux qui pensent ceci est la vérité affirment que le mot ‘gill’ actuel, est, sous 
une  orthographe  déformée,  une  dérivante  du  prénom  ‘Gil’,  qui  est  très  populaire  en 
Espagne. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1

 Empereur de 1500 jusque 1555, son empire était si grand qu’on disait que le soleil ne s’y couchait jamais. 

40 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

 

4.2 La psychologie du gille 
Le Gille dansant pose un acte rituel. On ne fait pas le Gille pour s’amuser. L’amusement vient 
après.  La  satisfaction  est  surtout  d’ordre  intérieur.  L’habitant,  s’adonne  à  des  usages 
ancestraux. Pour l’autochtone, riche ou pauvre, …, faire le Gille, c’est poser un acte normal, 
courant, ordinaire dans la communauté binchoise et c’est aussi continuer la tradition.  
 
Le  respect  du  Binchois  pour  le  Gille  entraîne  la  fixité  des  traditions  ce  qui  représente  la 
différence avec les ‘Gilles‐ersatz’ qui sont présents dans toute la Wallonie.  
 
À  Binche,  le  costume  de  Gille  est  intangible  et  la  danse  est  immuable.  Aucune  fantaisie 
individuelle, aucun apport étranger ou moderne, ne sont tolérés.  
 
Les « commandements » d’un bon gille  
1. Dès les soumonces, tu danseras avec tes amis joyeusement ; 
2. Aux Trouilles‐de‐nouille tu masqueras et intrigueras gentiment ; 
3. Dimanche gras tu travestiras et tu montreras fièrement ; 
4. Aux cortèges tu participeras pour le bon déroulement ; 
5. Tes enfants tu costumeras le gras certainement ; 
6. La viole tu ne négligeras pour t’amuser follement ; 
7. Le Mardi gras tu t’habilleras de heure évidemment ; 
8. Tes amis tu accueilleras devant la porte chaleureusement ; 
9. Sans tambour tu ne te déplaceras quel que soit ton empressement ; 
10. Les oranges tu jetteras et distribueras gentiment ; 
11. Ton ramon tu lanceras aux connaissances élégamment ; 
12. Dans ta société tu ne fumeras au grand jamais en dansant ; 
13. A midi tu rentreras pour te sustenter simplement ; 
14. De la boisson tu n’abuseras pour danser dignement ; 
15. Jusqu’au Mercredi tu martèleras les pavés frénétiquement. 
 
Le Gille est donc tenu de se comporter correctement en respectant la danse et sa tenue de 
Gille,  en  évitant  tous  abus  de  boisson  ou  autres  afin  de  respecter  la  vieille  tradition 
binchoise.  Il  évitera  notamment  de  porter  dans  la  nuque  les  cheveux  qui  dépassent  la 
barrette.  Pour  se  bourrer,  il  n’utilisera  que  de  la  paille.  Le  masque,  qui  ne  se  porte  que  le 
Mardi gras matin, devra être enlevé lors d’un arrêt de société et il ne pourra pas être laissé 
sur le front. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
41 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

 

4.3 Le costume 
4.3.1 Le costume en général 
Le  costume  consiste  d’une  blouse  et  d’un  pantalon.  Il  est  taillé  dans  de  la  toile  de  lin.  Les 
motifs sont appliqués sur cette toile. Il y a 20 lions héraldiques découpés dans de la feutrine 
rouge et noire : le lion couronné représente la Belgique, celui sans couronne représente les 
armoiries  du  Hainaut.  Ces  motifs  datent  de  la  révolution  brabançonne.  Les  étoiles  et  les 
soleils  représentent  le  printemps.  Les  étoiles,  les  couronnes  et  le  blason  sont  dans  les 
couleurs nationales. 
4.3.2 Les sabots 

 
Le sabot est creusé soit dans un peuplier, choisi par sa solidité et sa malléabilité soit dans un 
saule, pour sa légèreté et sa résistance 
 
• Première  opération :  débiter  le  bois  en  tranches  de  plus  ou  moins  50  cm  d’épaisseur  à 
l’aide d’une tronçonneuse. 
• Deuxième  opération :  découper  ces  tranches  en  briques  correspondant  au  gabarit 
extérieur du sabot. 
• Troisième  opération :  les  briques  de  bois  sont  ensuite  placées  dans  une  première 
machine ayant pour but de donner au sabot sa forme extérieure. La machine est guidée 
par un gabarit type, celle‐ci suit les contours extérieurs. 
• Quatrième opération : le sabot est maintenant placé dans une autre machine munie de 
‘toupilles’. Ces outils creusent l’intérieur du sabot et usinent l’emplacement du pied. La 
personne qui creuse l’intérieur du sabot est appelée ‘le creuseur’. 
• Cinquième  opération :  manuellement  et  à  l’aide  d’un  levier  immense  et  tranchant,  le 
sabotier  finit  l’aspect  extérieur  du  sabot.  Il  établit  aussi  la  longueur  finale  du  sabot.  La 
personne  qui  donne  la  forme  au  sabot  est  appelée  ‘le  planeur’.  Les  arêtes  vives  sont 
chanfreinées  et  le  bout  recourbé  prend  naissance  grâce  à  l’utilisation  de  tous  petits 
outils.  
• Sixième opération : les sabots sont fixés à l’aide de ‘coins’ les maintenant dans une sorte 
d’étau  vertical.  En  utilisant  des  outils,  qui  viennent  des  Pays‐Bas,  le  sabotier  peaufine 
l’intérieur du sabot. 
• Septième opération : la fabrication est finie, il faut encore lui donner le teint approprié. 
Pour cela, il doit rester quelques jours dans ‘un fumoir’. 
 
Les  sabots  actuels  viennent  des  Ardennes,  mais  dans  le  temps  c’était  des  sabotiers  locaux 
(de  Binche)  qui  les  fabriquaient.  Les  sabots  qui  arrivent  n’ont  pas  encore  d’ornements  et 
d’accessoires, c’est le cordonnier binchois qui s’en occupe.  
 
42 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

Dans de grandes feuilles de cuir naturel, des talonnettes sont découpées en forme de demi‐
cercle.  Celles‐ci  sont  clouées  contre  le  talon.  La  bride  est  une  simple  lanière  qui  se  glisse 
dans  un  morceau  de  cuir  rectangulaire  et  la  dentelle  qui  permet  de  maintenir  le  sabot  au 
pied pendant la danse.  
             4.3.3 Les chaussons 
Ils sont faits de laine blanche et sont dépourvus de couture (pour ne pas blesser le pied). Il 
est conseille aux Gilles de mettre de talc à la plante du pied avant de mettre les chaussons. 
 
4.3.4 Le ramon 

 
Fabrication 
Chaque année, au début de l’hiver, des branches de bouleau sont soigneusement choisies. 
Le  bouleau  est  utilisé  dans  la  confection  du  ramon  pour  ses  nombreuses  ramifications. 
Quand la cueillette est terminée, le bois sèche pendant un an. Cela étant, il suffit de réunir 
plusieurs  branches  et  de  les  cercler  à  l’aide  d’éclisses  de  bambou.  Cette  deuxième 
composante  du  ramon  est  en  fait  la  première  tranche  de  bois  de  faible  largeur  formée 
lorsqu’on pèle la canne de bambou. Cette éclisse possède donc un côté arrondi et brillant de 
couleur  paille  et  un  côté  plat  à  la  surface  de  couleur  crème.  Le  second  matériel  est  utilisé 
pour  sa  résistance,  sa  maniabilité  et  sa  couleur  harmonieuse.  Trois  cerclages  sont  ensuite 
disposés  à  égale  distance  les  uns  des  autres.  Ensuite  vient  l’opération  finale  qui  consiste  à 
couper le surplus et lui donner finalement sa longueur définitive. 
 
 
Historique 
Son origine provient du balai : certaines théories ont été avancées, celles‐ci disaient que ce 
ramon servait à balayer la mauvaise raison, les mauvais esprits et présages.  
 
Le Gille a son ramon sur lui seulement le Mardi gras au matin, car l’après‐midi, il porte son 
panier. Maintenant, le Gille lance son ramon au passant qu’il désire saluer, il le récupère lui‐
même et embrasse la personne qui l’attend avec le ramon en main. Ce geste symbolique est 
en train de disparaître. Au fil de temps, la ‘tête de balai’ s’est transformée en ramon réduit à 
25 cm. Les Gilles veulent retourner à la tradition et souhaitent que le ramon mesure 45 cm.  

43 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

          4.3.5 Le masque 

 
Fabrication 
Le  fabriquant  des  masques  de  Binche  a  dû  rechercher  et  fabriquer  lui‐même  ses  outils  de 
travail. Les éléments indispensables sont : une presse, un pochoir, un pistolet, de la cire, une 
emporte‐pièce,  un  moule  en  aluminium,  un  pinceau  et  de  la  peinture.  Chaque  masque 
demande environ 45 minutes de travail. L’artisan coupe dans la toile des carrés de coton de 
35x35cm.  Puis  il  tend  chaque  carré  sur  la  partie  convexe  et  détachable  d’un  moule 
d’aluminium.  L’artisan  tend  le  premier  carré  de  toile,  ensuite  il  pose  sur  le  moule  le 
deuxième carré de toile qui est encollé de chaque côté afin de maintenir l’ensemble des trois 
carrés et enfin le dernier morceau de tissu rose qui donnera la teinte de fond du masque. La 
partie convexe du moule revêtue de ses trois carrés de toile est assujettie à la presse. Cette 
partie  convexe  va  s’insérer  dans  la  partie  concave  d’un  moule  préalablement  chauffé. 
L’artisan presse les deux parties l’un contre l’autre, avec les tissus placés entre les deux. Le 
pressage a donné au masque sa forme définitive. Il est légèrement coloré, la toile supérieure 
est  rose.  Après  le  séchage,  un  pistolet  à  peindre  esquisse,  sur  un  pochoir,  favoris  et 
moustaches.  
Historique 
La  première  fois  qu’un  masque  apparaît  à  Binche  est  un  1860.  Au  début  du  20ème  siècle, 
commencent à porter le masque avec le chapeau. La Deuxième Guerre Mondiale a mis fin à 
cette tradition, car le chapeau se développe d’une manière abusive, que le Gille abandonne 
son masque. Il avait des gens qui ne voulaient pas perdre cette tradition et qui l’ont gardée. 
Le Gille porte un masque pour devenir un personnage anonyme car pendant le carnaval les 
classes sociales sont abolies. Le modèle du masque de Gille est protégé et ne peut pas être 
copié, commercialisé ou porte ailleurs qu’à Binche 
 
4.3.6 Le chapeau 
Fabrication 
La plume (d’une hauteur totale de 1m50) est constituée de 3 plumes d’autruche de 50cm. 
Une  douzaine  de  petites  plumes  qui  étofferont  l’ensemble  est  ajoutée.  Le  chapeau  se 
constitue  de  8  à  12  grandes  plumes  réalisées  à  l’aide  de  240  à  290  petites.  Au  départ,  les 
plumes sont d’une ocre brunâtre. Elles passent dans un bain vinaigré pour avoir sa couleur. 
Après  le  séchage,  elles  sont  accolées  les  une  aux  autres  pour  avoir  une  hauteur  de  1m50. 
Ensuite,  chaque  poil  de  la  plume  est  fuselé  à  l’aide  d’un  petit  couteau.  À  partir  de  ce 
moment, la plume est prête pour être montée sur l’armature métallique ; cette dernière est 
recouverte de biais blanc sortant de la buse. Celle‐ci est confectionnée en carton enveloppé 
de toile collée pour donner la rigidité nécessaire. Le chapeau est maintenu par une jugulaire 
en cuir blanc et posé sur la barrette. La barrette est serrée par un mouchoir de cou passant 
44 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

sous le menton. La coiffe est revêtue de blanc et des dizaines de fleurettes blanches y sont 
parsemées. Un épi d’avoine ou de blé en or est situé sur le devant de la coiffe ainsi qu’une 
ou plusieurs étoiles. Le poids du chapeau est d’environ 3 kilos. 
Historique 
Le  chapeau  a  fort  changé  pendant  le  temps.  Après  1830,  il  était  ainsi :  autour  d’une  buse 
ordinaire  de  l’époque,  montait  une  dizaine  de  fils  de  fer  qui  supportait  les  plumes.  La 
hauteur était à 50cm. Au cours du 19ème siècle, le commerce à Binche augmente et la ville 
s’enrichit, grâce à cela le travesti de Gille s’enrichit. Les plumes d’autruche prennent la place 
des  plumes  de  marabout.  Les  bourgeois  ornent  leurs  chapeaux  avec  des  bijoux  familiaux 
mais cette tradition n’existe plus. La durée d’un chapeau est plus ou moins 3 ans. 
 
4.3.7 Le panier 

 
Le  panier  qui  contient  les  oranges  est  en  osier  tressé.  Sa  forme  est  très  particulière.  Son 
origine est un panier à salade que le Gille garnissait des produits de son jardin.  
 
4.3.8 La pèlerine 
De 150 à 200 mètres de ruban plissé sont nécessaires pour la confection de la pèlerine de la 
collerette,  des  manchettes  et  des  parements  des  pantalons.  Ce  ruban  est  plissé  par  une 
machine très. Si le chapeau est de couleur, la collerette sera légèrement teintée sur le bord 
du ruban.  
 
4.3.9 La ceinture 
Elle  est  constituée  de  toile  rembourrée  recouverte  de  laine  jaune  et  rouge.  Sur  cette 
ceinture, est fixée de l’apertintaille. Un vrai grelot, plus gros, orne la poitrine. Le poids de la 
ceinture est plus ou moins 2 kilos.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
45 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

 

4.4 Les autres personnages  
4.4.1 Le Paysan 

 
Son costume se compose de toile aux hautes manchettes et d’un pantalon blanc en coton. 
Comme le Gille, le Paysan porte une barrette et un mouchoir de cou. Deux plumes blanches 
d’autruche  sont  couchées  sur  sa  coiffe.  Ses  souliers  noirs  vernis  son  ornés  de  renoms 
confectionnés en ruban plissé. Le Paysan a une gibecière en cuir et a aussi un ramon d’osier 
blanc.  Le  masque  est  différent  car  il  n’a  pas  de  moustache.  Jusqu’au  1925,  les  adultes  et 
enfant, étaient Paysans, maintenant ce déguisement est uniquement porté par les élèves du 
collège de Binche. 
 
4.4.2 Le Pierrot 

 
Le  costume  est  composé  d’un  pantalon  et  d’une  ample  blouse  aux  couleurs  pastel.  Il  est 
agrémenté  d’une  collerette  blanche  de  dentelle.  Le  chapeau  conique  du  personnage  est 
terminé par des rubans blancs. Les attributs du Pierrot sont le Mirliton et le loup. Le Mirliton 
est brandi le Mardi gras au matin et le loup est posé sur le visage au moment où la société 
est reçue à l’hôtel de ville. La société des Pierrots existe depuis 1937 au sein de l’école des 
Frères. 
 
4.4.3 Les Marins 
C’est la plus ancienne société de fantaisie, mais qui n’existe plus. 
 
4.4.4 L’Arlequin 

 
C’est le valet comique le plus populaire. C’est un personnage de la comédie de l’art et il est 
représenté par les enfants de l’école de l’Athénée Royal de Binche. Son habit est constitué 
d’un  justaucorps  et  d’un  pantalon  fait  de  pièces  et  de  tissus  bariolés.  Le  feutre  est  orné 
d’une queue de renard. Dans la main il tient, une spatule de bois pour mélanger la polenta. Il 
porte un demi masque noir aux traits félins et démoniaques. 
46 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

 
 

4.5 La préparation du carnaval  
4.5.1 Les cagnottes 
À  Binche  c’est  la  tradition  que  dès  qu’un  carnaval  est  fini,  les  familles  commencent  à 
épargner pour le prochain. La plupart des maisons binchoises versent chaque semaine à leur 
cagnotte  une  petite  somme  d’argent.  Cette  épargne  volontaire  est  rendue  aux  épargnants 
dans  la  semaine  de  la  sexagésime  (les  60jours  avant  Pâques).  L’épargnant  donne  ses 
épargnes à sa société. 
 
4.5.2 Les répétitions de batteries 
La première répétition a lieu six semaines avant le Mardi gras. La batterie est composée de 
six tambours, d’un joueur de caisse et d’un porteur. Dans le local de la société, le comité et 
le  secrétaire  se  réunissent  pour  juger  la  virtuosité  et  le  rythme de  la  batterie  sur  lequel  le 
Gille danse.  
 
4.5.3 Soumonces en batterie 
Le  mot  « soumonce »  est  un  terme  du  dialecte  qui  vient  du  mot  latin  « submonere »,  qui 
veut  dire  avertir,  convoquer.  Dans  le  dialecte  binchois  cela  signifie  une  convocation,  une 
invitation  à  fêter  le  carnaval  au  sein  de  telle  ou  telle  société.  Les  participants  portent  un 
travesti  simple.  Les  différentes  sociétés  sortent  dès  l’après‐midi  vers  15  ou  16  heures  au 
départ de leur local respectif. 
 
4.5.4 Soumonces en musique 
La différence avec les soumonces en batterie est qu’un orchestre de cuivres est également 
présent. Les membres de la société vont revêtir leur costume du Dimanche gras de l’année 
précédente. C’est pourquoi les gens appellent ces 2 dimanches des ‘petits carnavals’. Les 26 
airs  traditionnels  de  musique  de  Gilles  résonneront  aux  quatre  coins  de  la  ville.  À  22h,  les 
cuivres arrêtent de jouer et quittent la société qui continuera son périple à travers la cité au 
rythme des tambours seuls. Le matin, le calme s’installe de retour à Binche.  
 
4.5.5 Les bals de gala 
Les  bals  sont  organisés  à  partir  du  4ème  samedi  qui  précède  le  carnaval  par  les  partis 
politiques.  La  majorité  des  gens  qui  y  assistent  sont  déguisés.  Les  bals  se  déroulent  au 
Théâtre Communal et sont animés par des orchestres. À minuit, l’ambiance est la meilleure 
lorsqu’au  fond  de  la  salle  surgissent  tambours  et  cuivres  qui  jouent  des  airs  de  Gilles. 
L’orchestre  arrête  de  jouer,  les  couples  se  défont  et  la  majorité  des  hommes  se  réunit  au 
centre martelant le plancher de la salle comme les pavés de la cité. Les femmes constituent 
une farandole et dansent avec le même enthousiasme. C’est une petite pause qui ne dure 
qu’une demi‐heure. L’orchestre reprendra ses airs à la mode et fera danser les participants 
qui ne se feront pas prier pour rester jusqu’aux petites heures.  
47 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

4.5.6 Trouilles‐de‐nouille 
Le lundi qui précède le Dimanche gras, Binche connaît les Trouilles‐de‐nouille, anciennement 
dénommées ‘Trouilles guenouille’, qui est la nuit la plus folle de l’année. Ce soir là les gens 
portent des masques appelés ‘Trouilles‐de‐nouille’. Ce sont des personnes masquées ayant 
revêtu de vieux vêtements ou un accoutrement très fantaisiste. « Trouille » vient de truie ou 
le dialecte s’trouyie et qui veut dire se vautrer et « nouille » veut dire, dans le dialecte de la 
région, une personne sale, une femme malpropre. Pour se rendre méconnaissables, tous les 
moyens  sont  bons :  les  hommes  se  déguisent  en  femmes,  les  femmes  en  hommes,  ils  se 
grossissent, le moindre bout de peau est caché. Il ne faut donner aucun indice à la personne 
non masquée à qui ils vont raconter des histoires intimes. Les ‘beaux masques’ vont de café 
en  café  à  la  recherche  des  victimes,  pour  payer  un  verre.  Tous  les  Binchois  jouent  le  jeu, 
certains  entre  eux  se  démasque  vers  minuit  et  vont  rechercher  leurs  ‘victimes’.  D’autres 
respectent la tradition, n’enlèvent pas leur masque et laissent la place au doute.  
 
4.5.7 L’avant carnaval 
Après  la  nuit  des  Trouilles‐de‐nouille  la  vie  reprend  son  cours  et  on  s’achement  vers 
l’apothéose des jours gras. En prévision du jet des oranges, les fenêtres se garnissent d’un 
treillis  métallique  protecteur.  L’administration  communale  est  sur  le  pied  de  guerre.  Les 
brasseurs réapprovisionnent et les tonneaux s’accumulent. Les chefs de famille complètent 
la cave et le frigo car ils reçoivent beaucoup de monde et il ne faut pas sous‐estimer l’aspect 
familial. Des quantités d’oranges sont réparties. Il y a environ 1200 participants au cortège 
du  Mardi  gras.  Chaque  participant  reçoit  environ  300  oranges,  ce  qu’il  veut  dire  qu’entre 
250.000 et 300.000 oranges sont offertes ou lancées. Vers la fin de la semaine, le montant 
des  cagnottes  est  redistribué  à  chaque  épargnant  au  prorata  des  sommes  versées.  Les 
participants  de  Mardi  gras  se  rendent  chez  le  louangeur  pour  recevoir  leur  costume.  Ils 
distribuent et vendent des masques de Gilles et de Paysans, ils avertissent de l’horaire des 
départs,  des  itinéraires  des  tambours.  Ils  dressent  la  liste  des  sociétaires  qui  iront  quérir 
dans les maisons le mardi matin.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
48 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

4.6 Les trois jours de carnaval  
4.6.1 Dimanche gras 
Dès 7 heures du matin, nous entendons le premier tambour, les autres tambours suivent. Ils 
vont  chercher  tous  les  participants  au  Dimanche  gras,  qui  sont  les  futurs  Gilles,  Paysans, 
Pierrots et Arlequins de Mardi. Le premier tamboureur passe avec un ou deux travestis qui 
deviennent après trois ou quatre et puis une dizaine. Vers 10 heures, les petits groupes qui 
se sont formés se rassemblent au centre‐ville. Ils vont petit à petit ver la grand‐place et la 
Grand‐Rue. L’après‐midi le cortège se forme dans le quartier de la gare. Sur la musique des 
tambours et des cuivres, tout le monde descend en cortège vers le centre‐ville. Vers 18 h 30, 
le cortège se disloque et les sociétés continue leur périple de café en café.  
 
Ce  jours  les  Binchois  aiment  se  déguiser  en  ‘Mam’zelle’,  ce  sont  des  hommes  déguisés  en 
femme. Ils trouvent leur inspiration dans des personnages de fable, de mythe, de cinéma, de 
théâtre, etc. Il y a pas de limites pour se déguiser sauf certains critères comme bon goût, le 
burlesque, la couleur riante, l’originalité, etc. Les travestis qu’ils soient simples ou luxueux, 
individuels  ou  en  groupe  tombent  rarement  dans  la  banalité  et  la  médiocrité.  Les  Binchois 
essayent  aussi  de  changer  chaque  année  de  costume  et  de  maintenir  la  qualité  de  leurs 
costumes. La danse de ces groupes varie, elle est classique quand les tambours la cadencent 
et elle devient cabriole et fantaisiste quand la viole et l’accordéon s’ajoutent.  
 
4.6.2 Lundi gras 
Le  lundi  est  réservé  à  la  jeunesse.  Il  y  a  que  les  enfants  qui  remettent  leurs  costumes  de 
Dimanche. Les hommes adultes en profitent pour ‘faire danser’ leurs épouses. Le matin, les 
enfants, les travestis et les adultes se retrouvent avec la musique des violes. 
 
Binche  compte  3  groupes  de  jeunes :  les  libéraux,  les  socialistes  et  les  catholiques. 
Normalement, pendant le carnaval, il n’y a pas de classe sociale, ni d’idées politiques, mais le 
Lundi gras fait l’exception, les gens montrent leur couleur politique. Le bouquet de mimosa 
est vendu au profit de chaque groupe politique.  
 
Les bandes, bras dessus, bras dessous, glissent au son aigrelet de la viole portée et actionnée 
par ‘el manniqueu’. La viole est un orgue de Barbarie, un orgue portatif dont le clavier et les 
soufflets sont mis en jeu par un cylindre clouté mû à l’aide d’une manivelle. Les trois fanfares 
locales suivent leur jeunesse. Quand la viole s’arrête, les fanfares jouent des airs à la mode 
et les couples commencent à danser dans la rue. L’ambiance est la meilleure et les batailles 
de confettis commencent. Puis vers 15 heures, les jeunesses se rassemblent dans leur local. 
Comme les grands, ils dansent au rythme des tambours et cuivres et ils s’offrent des oranges 
entre eux. Après, ils retournent vers l’hôtel de ville, où les jeunesses se réunissent pour faire 
le  ‘Rondeau  de  l’Amitié’.  Vers  17  heures,  le  rondeau  est  terminé  et  tous  vont  doucement 
vers  la  place  de  la  Gare  pour  voir  le  feu  d’artifice  à  19  heures  celui‐ci  est  tiré  en  leur 
honneur. Les jeunesses regagnent leur local en dansant, mais elles ne tardent pas à rentrer 
car le lendemain c’est le Mardi gras et de nombreuses enfants feront le Gille, le Paysan, le 
Pierrot ou l’Arlequin. Les adultes doivent se forcer à rentrer pour être en forme le grand jour 
des Gilles, le lendemain.  
 
49 

Syllabus de Calotte

Binchoise – FUNDP

4.6.3 Mardi gras 
Nous pouvons que faire le Gille à Binche le Mardi gras. Cette journée est divisée en plusieurs 
moments importants 
L’habillage du Gille 
Dès  4  heures  du  matin,  les  ‘bourreurs’  officient  et  procèdent  à  l’habillage  du  Gille  dont  ils 
gonflent la blouse avec des torches de paille, qui sont nécessaires pour constituer les bosses. 
Les bosses doivent être régulières et peu tassées pour que le Gille puisse respirer et être à 
l’aise toute la journée. L’épouse ou la mère accomplit les gestes traditionnels en posant ‘la 
collerette’,  en  ajustant  ‘la  barrette’  et  le  ‘mouchoir  de  cou’.  Les  sabots  chaussés, 
‘l’apertintaille’ et le grelot attachés, le ramon à portée de main : le Gille est prêt à sortir.  
Le ramassage 
Dès  5  heures  du  matin,  retentissent  les  premières  mesures  de  ‘l’avant‐diner’,  nous 
entendons les premiers claquements de sabots sur le pavé. Les premiers groupes de Gilles 
apparaissent  dans  la  nuit.  Ils  vont  dansent  de  maison  en  maison,  chercher  les  autres 
membres  de  la  société.  Ils  se  congratulent,  vidant  les  premières  coupes  de  champagne,  la 
boisson traditionnelle du Gille et mangent des biscuits et huîtres. Les différentes sociétés de 
Gilles  et  de  fantaisie  accomplissent,  selon  des  itinéraires  propres,  un  périple  dans  la  cité. 
Gilles  et  Paysans  porteront  au  cours  de  la  matinée,  les  masques  de  toile  traditionnels, 
spécifiques  au  carnaval  binchois.  La  vision  de  ces  Gilles  masqués  dansant  en  une  masse 
anonyme  constitue  un  spectacle  extraordinaire,  c’est  un  moment  clé  de  la  journée  mais 
celui‐ci est court. Les Binchois préfèrent le petit matin à tout autre moment de la journée. 
Les  gestes  rituels  sont  pratiqués  avec  émotion  et  ces  petits  groupes  de  Gilles  dansant    au 
lever  du  jour  et  surgissant  des  quatre  coins  de  la  cité  constituent  un  spectacle  d’une  rare 
intensité.  
 
Vers sept heures, le ramassage se termine. Les petits groupes issus des différents quartiers 
ont gagné leur local respectif. De là, ils vont vers la grand‐place et effectue un rondeau avant 
de  gagner  l’hôtel  de  ville,  avec  le  visage  couvert  du  masque  de  cire  traditionnel.  À  ce 
moment, les autorités communales les accueillent et remettent les médailles aux jubilaires. 
Durant toute la matinée, le Gille ne dans qu’au son cadencé des tambours et de la caisse. In 
ne porte ni chapeau, ni panier d’oranges mais la barrette et le ramon. 
Le cortège de l’après‐midi 
Vers 15 h 30, les Gilles repartent pour le cortège de l’après‐midi. Plus de 800 Gilles coiffés de 
leur magnifique chapeau de plumes d’autruche, plusieurs centaines de Pierrots, Paysans et 
Arlequins  offrent  et  lancent  des  milliers  d’oranges.  Les  Gilles  sont  approvisionnes  par  des 
porteurs  tout  au  long  du  cortège,  ceux‐ci  les  aident  aussi  à  ajuster  leur  chapeau.  Pour  le 
Gille,  cette  orange  est  une  ‘offrande’  et  il  est  inopportun  de  la  lui  renvoyer.  Le  cortège  se 
clôture par un immense rondeau sur la grand‐place. Les batteries et les orchestres de cuivres 
se fondent en un seul ensemble, dirigé par un chef d’orchestre.  
Le cortège du soir 
Vers  19  heures,  un  nouveau  cortège  éclairé  par  des  feux  de  Bengale  qui  dessinent  sur  les 
façades  des  maisons  les  ombres  impressionnantes  des  danseurs  en  action,  constitue  un 
spectacle rare et de toute beauté. Un feu d’artifice clôture le rondeau tandis que la devise de 
50 


Aperçu du document Syllabus de calotte.pdf - page 1/86
 
Syllabus de calotte.pdf - page 3/86
Syllabus de calotte.pdf - page 4/86
Syllabus de calotte.pdf - page 5/86
Syllabus de calotte.pdf - page 6/86
 




Télécharger le fichier (PDF)


Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte




Documents similaires


syllabus de calotte
statuts regionale binchoise de namur
statuts binchois
statuts adf
depliant itineraire1 version definitive
groups brochure 2016

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.011s