P r o l o g u e .pdf


Nom original: P r o l o g u e.pdfAuteur: lisa

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Word Starter 2010, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 21/11/2012 à 21:55, depuis l'adresse IP 82.230.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 695 fois.
Taille du document: 149 Ko (1 page).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Prologue

Des bruits de pas, qui s’égrènent dans un tic-tac léger le long des rues. Une ombre.
Un froissement de tissu éthéré. Puis à nouveau ce tapotement incertain, qui semble hésiter au
travers de la pénombre. Une jeune-femme. Légèrement éméchée, qui titube difficilement
entre les bâtisses de pierres qui se pressent les unes aux autres. Son visage croise un rayon de
lune. Elle cligne des yeux. Deux beaux orbes verts, qui se noient sous l’ombre de la capuche
qu’elle rabat sur son crâne. « Merde. »
Elle hausse le pas, se tord la cheville. Elle se sent suivie, traquée, perdue. Véritables
ennemis ou paranoïa due à l’alcool ? Des bruits se pressent à ses oreilles, aussi ténues que
des chuchotements. Aussi insaisissables que des papillons. Elle lève ses deux prunelles
émeraude, puis esquisse un signe de croix sur son cœur. Une mèche blonde s’échappe de sa
prison de tissu. Elle la remet en un geste vif. Ses doigts tremblent.
Pourtant, il ne fait pas froid.
Mais elle les sent. Elle les sent, tout autour d’elle. Ils la traquent. Ils la suivent. Ils
jouent avec elle. Un bruissement moins contrôlé que les autres percent le silence feutré.
Alors elle s’arrête, et tire un couteau de son porte-jarretelle. Position de combat peu
convaincante, penaude et égarée. Elle oscille, son visage se tord d’angoisse. Ses yeux, eux,
se perdent un peu plus dans l’obscurité ambiante. Elle scrute. Un frisson de peur courre le
long de sa colonne vertébrale, l’envoyant tressaillir. Finalement, elle articule :
« Qui est là ? Montrez-vous ! »
Seul le silence lui répond, pesant et déterminé. Ne reste plus que le bruit - sourd mais
pourtant si envahissant - de son cœur contre sa cage thoracique. Ainsi que sa respiration
saccadée et désordonnée, qui s’envole dans l’atmosphère. Une ombre bouge. Le temps se
fige. La Terre s’arrête de tourner durant une poussière de seconde. Arrêt sur image. Alors
deux yeux d’un vermeil luisant s’ouvrent dans l’ombre d’une ruelle avoisinante.
Elle n’eut pas le temps d’esquisser le moindre bruit. Elle n’eut pas le temps de hurler,
ni de pleurer, ni même de regretter. La forme se jeta littéralement sur son corps trop frêle,
sans d’autre bruit que les griffes qui déchirèrent sa chair. Sans pitié aucune.
Deux giclées de sang écarlates étincelèrent furtivement sous la pâleur de la lune. Alors
le monstre déguerpit sans un bruit. La jeune-femme gisait au sol comme une vulgaire poupée
de chiffon. Désarticulée et sanguinolente. Le ventre déchiqueté. Ses beaux yeux verts tournés
vers la pleine lune, que plus aucune lueur ne faisait à présent briller.
Un matelas carmin achevait de s’étaler sous son corps à présent dénué de la moindre
vie.


Aperçu du document P r o l o g u e.pdf - page 1/1





Télécharger le fichier (PDF)


P r o l o g u e.pdf (PDF, 149 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


p r o l o g u e
nouvelle chance istres
extrait pour neith
onze corbeaux
prologue brEvin
gargouille

Sur le même sujet..