04. Utilisation d'un Oscilloscope .pdf


Nom original: 04. Utilisation d'un Oscilloscope.pdf
Auteur: David

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Version d'évaluation de Microsoft Word 2010, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 22/11/2012 à 18:46, depuis l'adresse IP 193.48.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1500 fois.
Taille du document: 737 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Une plaque métallique fortement chauffée émet des électrons c’est l’effet thermoélectronique. L’élément essentiel est
un tube dans lequel on a fait le vide et qui comporte quatre dispositifs permettant :


La production d’un faisceau électronique par un canon. A la sortie du canon, les électrons ont une trajectoire
rectiligne à électrons.



La déviation du faisceau d’électrons se fait grâce à des plaques. Ces plaques horizontales qui permettent la
déviation verticale des électrons et les plaques verticales qui permettent la déviation horizontale des électrons.



La visualisation d’une tache lumineuse sur l’écran, appelée spot, due à l’impact des électrons sur un écran
fluorescent.

Le balayage du spot : c’est un dispositif interne qui permet d’obtenir le déplacement horizontal du spot de gauche à
droite de l’écran à vitesse constante. On peut régler la vitesse de balayage. Lorsque celle-ci est suffisante la trace sur
l’écran est une droite horizontale.

Si aucune tension n’est appliquée aux bornes de l’oscilloscope le spot est au centre de l’écran.


Observation : on branche la borne positif du générateur à la borne Y et à la borne négative Y-. le spot est divisé
vers le haut. Si l’on inverse les bornes, le point sera en bas.



Mesure des tensions : si on augmente la tension la déviation augmente. On montre que la déviation verticale X
est proportionnelle à la tension.

𝑼 = 𝑺 .𝒀

U : tension ; Y déviation verticales ; S sensibilités verticale

Si aucune tension n’est appliquée aux bornes de l’oscilloscope le spot décrit une ligne droite au centre de l’écran.
L’oscilloscope horizontal est alors l’axe des temps et l’axe vertical (celui des tensions).



Observation : on obtient une ligne horizontale. On en déduit que la tension ne varie pas au cours du temps. Elle
est dite continue.

Observation : on voit un trait vertical. Le segment est au-dessus et au-dessous du centre de l’écran. La tension est
tantôt positive tantôt négative. Elle est dite alternative.

C’est une tension sinusoïdale, elle est variable, elle est alternative, elle est périodique (répond la même valeur à des
intervalles de temps régulier)

La période nommé I est l’intervalle de temps au bout duquel la tension reprend la même valeur en variant dans le même
sens. L’unité de la période est la seconde. 𝑻 = 𝑩 . 𝑿

T période en s ; X période en div ; B base de temps.

La fréquence est l’inverse de la période. L’unité de la fréquence est l’Hertz. On a donc 𝒇 =

𝟏
𝑻

en s.

L’amplitude de la tension est la valeur maximale de la tension. L’unité est le volt. On a donc : 𝑈𝑚 = 𝑆 . 𝑌 Um étant
l’amplitude V ; Y déviation maximale ; S la sensibilité verticale.

On mesure la tension aux bornes d’un générateur de tension sinusoïdale avec un voltmètre en position alternative. Par
définition cette tension est appelé tension efficace on le note U eff. On mesure la tension maximale avec un oscilloscope,
on le note Um. On montre que 𝑼𝒎 = 𝑼𝒆𝒇𝒇 . 𝟐


04. Utilisation d'un Oscilloscope.pdf - page 1/2
04. Utilisation d'un Oscilloscope.pdf - page 2/2

Télécharger le fichier (PDF)










Documents similaires


04 utilisation d un oscilloscope
rc rl rlc libre2
hm307 doc fr
tp 1 electricite
serie d exercices sciences physiques
cours induction

Sur le même sujet..