304. Extrait 1 .pdf


Nom original: 304. Extrait 1.pdf
Auteur: David

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft Office, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 05/12/2012 à 19:23, depuis l'adresse IP 193.48.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1029 fois.
Taille du document: 478 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Contexte, auteur, extrait… Chassé du château, il arrive chez les Bulgares, est enrôlé et planté en pleine guerre. Candide, grand
naïf, ne comprend pas la guerre à laquelle il est engagé.


Comment voltaire utilise-t-il Candide pour dénoncer la guerre ?



Comment Candide sorti du paradis, découvre-t-il l’enfer ?



Que cherche Voltaire dans cet extrait et par quels procédés ?



Quels sont les enjeux de ce texte ?



Sur quels registres joue Voltaire dans cet extrait ?



Comment Voltaire joue de l’apparence trompeuse pour dénoncer la guerre ?



On trouve une accumulation dès le début du chapitre.



Gradation, hyperbole, positif en apparence, et il ne relève que les cris à la fin.



Beaucoup d’harmonie dans l’extrait.



Loi du nombre, quantitatif. Deux grandes armées puissantes (rappel d’un péplum?)



La guerre nettoie, des milliers de morts, des hommes en moins.



Spectacle musical, harmonie sonore et imagé.



Harmonie sonore et très bien ordonné.



« D’abord », « aussi », « ensuite », « enfin»… champs lexical de la musique.



« Les canons… » Accumulation des instruments. Association au chant religieux.



liturgie dans le second paragraphe : auditif, beauté, mais d’autres cries, une autre musique.



Cache des réalités (victimes de la guerre, violence de celle-ci…)



Candide est en retrait, il est pathétique. Silhouette traversant le champ de bataille. Il tremble et se cache. Lâcheté,
contraire de l’héroïsme.



Ce recul est peut être indispensable pour comprendre la guerre.



Passe par-dessus la bataille, il veut l’éviter, ne veut pas la croiser.



Cette silhouette essaye d’être pur en évitant cette bataille.



Il est encore naïf et a peur.



Voltaire est un journaliste. Il utilise un registre réaliste. Il donne des chiffres (précision).



Détail bien réaliste. Champ lexical de la destruction. « Mort », « courant », « en cendre », « criblé de coup »…



Tableau vivant de guerre.



Symétrie et progression dans la précision du détail. Pathétique. Voltaire aiguise les armes de la satire.



Antiphrase tout au long du texte (procédés qui laisse entendre le contraire). « Rien n’était si beau » : tout était
horrible. On est bien en enfer.



L’homme réduit à l’état bestial. Chair à canon.



Le taux d’héroïsme est bas, c’est du Terre-à-terre. Dispositif de l’ironie nombreux.



Voltaire s’oppose à l’idéologie ambiante.



Guerre inutile. Le soldat est un automate. Massacre innocent. Mépris de la vie humaine.



Lexique de l’approximation. La guerre est avilissante.



Les grands responsables sont visés, naturellement. Ils font chanté.



La religion cautionne bien sur, et les âmes sont défendues.



L’optimisme est égratigné par voltaire (dans le meilleur des mondes).

Voltaire, de manière habile, critique la guerre. Même après 1 siècle on parle de lui. Il est un visionnaire, tous ce qu’il a dit a été
vu plus tard. Il parle avec les armes de l’ironie. Il anéantis toutes idées reçues que la guerre est inutile.


304. Extrait 1.pdf - page 1/2
304. Extrait 1.pdf - page 2/2

Télécharger le fichier (PDF)










Documents similaires


304 extrait 1
fed226592ce46e7e438ba0d42c06baa2 fiche lecture candide voltaire
301 etude cursive de candide
candide texte 2 extrait du chapitre iii
candide
mipgnbd

Sur le même sujet..