508. Extrait 5 .pdf


Nom original: 508. Extrait 5.pdfAuteur: David

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Version d'évaluation de Microsoft Word 2010, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 05/12/2012 à 19:24, depuis l'adresse IP 193.48.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 736 fois.
Taille du document: 467 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Contexte, auteur, œuvre. Rajout de la partie 7 alors que la partie 6 aurait pu faire un bon dénouement. La partie coupée en
2 : Paris avec Ferral et Kobe avec Gisors et May après la révolution, dans la maison du peintre musicien Koma. May vient
chercher Gisors pour relancer la révolution Gisors refuse.


Quelles sont les fonctions de ce final rajoutées ?



Qu’a de singulier ce face-à-face entre Gisors et May ?



Comment Malraux utilise t il les ressources du discours rapporté dans cet extrait ?



2 vues : port et nature. Le port : civilisation, travail, prolétariat, main mise de l’homme, paysage urbain, bruit du port,
lexique, activité… vision d’en haut et lointaine depuis la maison : humain : tache. Paysage dans les lignes et passes formes,
grues, paquebot. « Taches humaines » : vision hallucinogène de Gisors qui a fumé. Le port vue par Gisors, mais aussi par
May (les travailleurs).



nature, rêverie poétique du printemps japonais, champ lexical de la nature, lexique politique qui devient poétique,
métamorphose du paysage. « Radieux, éblouissement », idée de lumière. Gisors a une communion avec les éléments. « Il
s’embla à Gisors que ce vent passait à travers lui comme un fleuve ».



2 décors : nature et contemplation du travail.



Gisors n’écoute pas « a peine l’avait il écouté » et continue « oublié… oublié… ». « Il parlait pour lui-même ». Il a fumé,
dans la contemplation, c’est lui qui parle le plus. Soliloque de Gisors. Plein d’indices, thèmes de l’oubli montre qu’il est
ailleurs.



May parle moins en discours direct, essaye de résister au désengagement de Gisors, répliques courtes mais fortes,
contredis Gisors. Pensées entre guillemets transposés au style direct, monologue intérieur de May en style direct,
mémoire de la révolution. « D’autres Katow, D’autres Kyo » fraternité, vision collective.



« May pensait à la lettre de Pei ». Malraux montre les pensées de May et rappelle les souvenir de ceux qui ont souffert
(par rapport à la révolution ?).



Chacun pense à sa manière et à une idée différente de la vie.



songe, maître à penser, l’oracle qui prend sa retraire avec le thème de l’oubli, va dans ses rêves.



se décrit comme un vieillard, un expérimenté qui sait.



parle de contemplation, de mondes ou tout est vain.



essaye de voir le positif, la nature, se réfugie dedans.



pense que le bonheur est ailleurs, dans un monde proche de la mort, du cosmos



perception du temps qui s’écoule en le rapprochant de la mort (> allégorie du temps).



« tout souffre et chacun souffre parce qu’il pense » > je pense donc je souffre (Descartes) « la connaissance de la vie ne
peut être qu’angoisse ». Opium > échappatoire.



May pense que l’on tourne en rond, qu’il faut agir. Gisors (gisant, gisait, gésir) = verticalité, inactivité.



Champ lexical du travail, du combat, de la révolution. Mémoire > parle de ceux qui travaillent et combattent.



Figure de la révolution



Problème de Malraux : préoccupation de Malraux, que doit il faire ? Écrire, méditer, contempler ? Combattre ? L’art est il
un antidestin ? (Citation de Malraux).



Répétition des thèmes de délivrance et de la libération.



Hors extrait : Malraux veut-il sortir du livre pour l’action ? Dé-livre.


508. Extrait 5.pdf - page 1/2


508. Extrait 5.pdf - page 2/2



Télécharger le fichier (PDF)


508. Extrait 5.pdf (PDF, 467 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


508 extrait 5
170615 ci programme de taille
qu est ce que la contemplation pere thomas merton
avisdriee lacdaumesnil
la spectaculaire saga de sai au cachemire
nul n est prophe te