dossier juin light .pdf



Nom original: dossier-juin-light.pdf

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Adobe InDesign CS5 (7.0) / Adobe PDF Library 9.9, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 10/12/2012 à 18:18, depuis l'adresse IP 90.61.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1949 fois.
Taille du document: 1 Ko (25 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


un jour,
St-Tropez

Écriture, mise en scène & vidéo Camille Morin
Écriture & interprétation Stéphane Hausauer
Écriture du texte Dominique Wittorski
Écriture des chansons Yanowski
Interprétation Susanne Schmidt
Arrangements et piano Laurent Marode
Scénographie Delphine Brouard
Lumière & Direction Technique Erik Houllier
Régie & Montage Vidéo Baptiste Evrard
Administration Laure Legrand

Camille Morin //
www.camillemorin.com
camille_m@orange.com
+33 6 7 100 1000

Stéphane Hausauer //
www.stephanehausauer.com
stephanehausauer@gmail.com
+33 6 74 26 45 24

Événement «de Mono à ‘Kini», le
24 octobre 2012, un projet réalisé
en collaboration par la Cie Or not to
be avec la Ville de St-Tropez.

Laure Legrand //
lor.legrand@gmail.com
+33 6 87 22 61 57

Cie

o
Tb

82 rue Pasteur,
94120 Fontenay-sous-bois
contact@ornottobe.fr
www.ornottobe.fr

un jour,
St-Tropez

synopsis
Eddy vient de ligoter son DRH pour lui faire avaler ses fiches de licenciement. À présent il se sent traqué. Il s’enfuit avec sa Gigi dans une magnifique
décapotable vers St-Tropez. Héros d’une génération désenchantée, il est perdu dans un passé idéalisé.
À la suite d’une dispute, un coup de volant fatal leur fait quitter la route.
Gloria les accueille alors dans les «Limbes» où Eddy va revivre son épopée, la déchirure de son couple et entamer un voyage introspectif où se mêlent
trois voix : la sienne, celle de Gloria - musicale - et celle, visuelle, des projections - images du St-Tropez d’hier et d’aujourd’hui et de scènes de films
mythiques des années 50 - 60.
Un Jour, St-Tropez ou l’histoire d’Eddy qui va au bout de son rêve, «tendrement, totalement, tragiquement»

propos
Nous vivons aujourd’hui dans une société qui devient un peu plus inhumaine chaque jour, où les maîtres-mots sont rendement, résultats, apparence,
où la solitude est reine et où il convient de s’oublier un peu plus chaque jour pour correspondre à la nouvelle idée reçue.
Face à une situation inadmissible, il est de notre devoir d’agir, de dire «non», de poursuivre un rêve, aussi désespéré soit-il - puisque finalement, n’estce pas cela qui nous rend simplement vivant ?

un jour,
St-Tropez

note d’intention
Un Jour, St-Tropez est né une nuit d’août 2011, résultat de la confrontation d’un mythe moderne et de sa brutale réalité.
Un Jour, St-Tropez met en lumière, en jeu, en musique et en images deux histoires «d’amour» croisées : celles d’Eddy et de Gigi, et celle d’Eddy et de
la Gloria, deux femmes qui vont jouer un rôle décisif dans son existence.
La relation d’Eddy & Gigi est racontée sous forme de court métrage diffusé durant la pièce. Métaphore d’un retour à la réalité et reprenant la trame du
Mépris, ce film retrace le voyage d’Eddy vers St-tropez et la déchéance de son couple à mesure des kilomètres qui passent. Incarnation de Brigitte Bardot, Gigi va peu à peu redevenir un corps inerte, une simple poupée de silicone, aux yeux d’Eddy.
Dans les Limbes, entre séduction, jalousie et incompréhension, Eddy et Gloria vont quant à eux effectuer un voyage psychologique. Retour nostalgique
sur une vie passée ou prise de conscience, ces deux personnages vont évoluer au gré des images de St-Tropez (images d’archives et contemporaines).
Nouvelle Olympe déchue, le mythe autour de ce petit village de pêcheurs est resté intact mais sa traduction contemporaine exprime notre désenchantement, notre légèreté ébréchée.

un jour,
St-Tropez

les personnages
∞ Eddy
Edouard Bonneuil est technicien conseil dans une société de télé-communication, répondant à des usagers sur une plateforme téléphonique. Edouard a
à peine quarante ans, il vit seul avec Gigi dans une petite maison de banlieue parisienne. Sa vie se partage entre sa femme et sa voiture décapotable. Il
vit au rythme des années soixante et des Yé yé, il collectionne les magazines Salut les Copains et les tubes de cette époque.
Son idole incontestée est Brigitte Bardot, à qui il voue un culte inconditionnel. Depuis vingt ans qu’il travaille dans la même société, il a réussi à économiser pour s’acheter enfin son auto... et Gigi. Edouard s’appelle Edouard le jour, mais il devient Eddy la nuit pour écrire son rêve, sa vie. Il projette minutieusement son voyage vers St Tropez avec sa Gigi.
Eddy est un poète.
∞ Gigi
Gigi est une Real Doll, une poupée ultra-réaliste à taille humaine, réplique parfaite en silicone de la femme absolue : Brigitte Bardot. Elle est jeune, pour
toujours, et partage la vie d’Eddy depuis des années. Parce qu’il l’a créée, elle est la voix de son inconscient. Eddy en est éperdument amoureux. Elle est
sa femme idéale, éternelle.
∞ Gloria
Une femme oubliée depuis une éternité dans ce non-lieu et non-temps que sont les limbes. «Passeuse» et cantatrice, elle est devenue la gardienne des
âmes de passage. Personnage absurde et philosophe, elle va s’attarder, une fois n’est pas coutume, sur le cas d’Eddy et l’accompagner - à sa manière
- dans son voyage psychologique.
∞ Le Pianiste
Il est le partenaire de Gloria, son complice imperturbable, fidèle et malicieux.
∞ Les spectateurs-acteurs
Membres du public ou de l’équipe, passifs, symbolisant d’autres individualités ayant une histoire propre. Ces âmes errantes peuplent les limbes en attendant que le Passeur les appelle à leur tour.

un jour,
St-Tropez

chansons - créations originales
que la vie était belle, de yanowski
Voilà t’es mort t’es trépassé
T’entends sonner le boulanger
T’es sur l’boulevard des allongés
T’as un p’tit jardin sur le ventre
T’es de l’aut’ côté d’la barrière
T’es bien au chaud t’es dans ta bierre
Sur ton front l’est écrit prière
Prière de ne pas déranger

Ce n’est pas le feu des enfers
Et ce n’est pas le purgatoire
Ni le paradis sans histoire
C’est dans ce gourbi éphémère
Qu’on revoit sa vie à l’envers
Qu’on revit sa vie allons voir
Tes vies passées dans un glossaire
Tes souvenirs dans un tiroir

Fais pas celui-là qu’est surpris
Qui veut s’en aller à tout prix
Mais bon Dieu on t l’avait prédit
C’est écrit depuis ta naissance
C’est inscrit depuis ton enfance
Tout être meurt à l’évidence
On est ici qu’à résidence
On ne vit sa vie qu’en sursis

T’as voulu passer l’arbre à gauche
Mais t’es parti les pieds devant
Et tout ça pour un coup d’volant
T’as rejoint les verts pâturages
C’est pas la mort mais c’est dommage
Ça t’aurait fait un beau plumage
De te pavaner sur les plages
Sur les plages de Saint-Tropez

Putain t’en as connu des femmes
Et c’était pas toutes des traînées
Ni des catins j’en suis peiné
Tu les as faites à ton image
Tu les as faites à ton feuillage
Elles t’ont défait au passage
Tu les as cru quel avantage
Mais les as-tu vraiment aimées ?

Tout a défilé comme un rêve
Tes joies tes peines tes désirs
Comme la flamme d’un soupir
Comme la rose du brouillard
Pareille à l’onde qui s’égare
La vie passe comme le soir
On peut la suivre du regard
Mais on ne peut la retenir

Ah mais que la vie était belle avant
Avant que d’y passer
Mes bell’ années ont passé
Vois tous tes souvenirs s’en vont au vent
Au vent des trépassés
Sous les cassis enlacés

Ah mais que la vie était belle avant
Avant que d’y passer
Mes bell’ années ont passé
Vois tous tes souvenirs s’en vont au vent
Au vent des trépassés
Sous les cassis enlacés

Ah mais que la vie était belle avant
Avant que d’y passer
Mes bell’ années ont passé
Vois tous tes souvenirs s’en vont au vent
Au vent des trépassés
Sous les cassis enlacés

un jour,
St-Tropez

chansons - créations originales
la serveuse, de yanowski

Passent les jours les saisons les semaines
Tous ces visages inconnus qui passent
sans passer
Passe le fleuve au son de ma rengaine
Autant de larmes mis’ à nu
De larmes amassées

J’aimerais tant prendre le train
Saisir un navire éphémère
Voir si les rêves qu’on étreint
Brillent toujours sur la mer
Partir pour l’enfance d’un ciel
Aller jusqu’au bout de la route
Puis me dissoudre au matin frêle
Dans l’herbe folle qui se voûte

J’aimerais qu’un jour une main
M’arrache à la vie toute entière
Et m’emporte au bout du chemin
Là où fondent les fougères
Oublier rien qu’un seul instant
La caisse et le temps qui s’égoutte
N’être plus celle qu’on éprend
Mais qu’on laisse au bord de la route

Mais passent les jours les saisons les
semaines
Et moi je reste là en mes bras amassés
D’autres s’en vont et jamais ne reviennent
Sur le cadran des jours cette vie a passé

Mais passent les jours les saisons les
semaines
Et moi je reste là en mes bras amassés
D’autres s’en vont et jamais ne reviennent
Sur le cadran du soir notre vie a passé

un jour,
St-Tropez

images vidéo // portrait d’une génération
l’image du st-tropez contemporain

Je vois la création de ces images comme une recherche anthropologique visuelle qui s’inscrit dans un projet plus large où le même thème est étudié et
exprimé à travers différentes voix - en l’occurrence le texte et la musique.
Par recherche je signifie ma démarche de me lancer à proprement parler dans une expérience artistique, au sens scientifique du terme.
Je pars d’un objet épistémique : notre génération - des hommes, des femmes, d’histoires et de milieux différents, mais partageant un imaginaire collectif,
dans un contexte précis. Mon but est d’observer cette génération. Découvrir qui elle est - au plus proche - par un procédé simple.
Ayant au préalable défini le cadre dans lequel l’observation va avoir lieu, je laisse tourner la caméra. Je visionne ensuite ces rushs en image par image,
puis prends une photo de mon écran quand je reconnais dans une image un sens, un regard, une composition, une dynamique. C’est là la seule limite de
l’expérience «scientifique» à proprement parler - lorsque le regard de l’artiste, sa subjectivité prend possession du protocole.
Leur résultat, purement documentaire, est souvent troublant. Par l’honnêteté sans apprêt d’un regard, le naturel désinvolte et innocent de celui ou celle
qui ne sait pas qu’il est observé. Une image au plus près et au plus «vrai» puisqu’il n’y a aucun jeu de représentation devant un objectif.
Ces images ne sont pas là pour condamner ou pour juger. Au contraire, c’est dans l’observation muette de ces hommes et femmes que l’idée d’Un
Jour St-Tropez m’est venue - celle d’une génération désenchantée prête à se rattacher à n’importe quel rêve aussi futile soit-il uniquement dans le but
d’échapper à une réalité trop lourde de découragement, d’épuisement, d’à quoi bon. Cette génération me touche précisément parce que j’en fais partie
et que je me reconnais en elle. «Je est un autre» et je vois ce travail minutieux de recherche et d’observation laborieuse comme un miroir - l’identité et
le parti pris de l’artiste.
Ce procédé «d’arrêts sur image» résonne étrangement avec le projet Un Jour St-Tropez. Pas seulement dans son propos, mais également visuellement.
En effet, la méthode et les outils numériques utilisés sont ceux de notre génération. La qualité moyenne de ma caméra fait ressortir les pixels - matière
numérique - , le fait de prendre une photo de mon écran - mise en abyme de l’image - fait apparaître la trame de celui-ci.
Ainsi, l’image obtenue produit un «grain numérique», celui de son temps, néanmoins, les caractéristiques visuelles qui en découlent - flous accentués,
couleurs saturées - ne sont pas sans rappeler les instantanés Polaroid ou encore les films Super 8... Des images diffusant une nostalgie dont nous
sommes friands aujourd’hui.
Ce procédé plastique me semblait donc pertinent pour raconter l’histoire d’un homme qui, bien qu’ancré dans notre génération, lui a préféré le réconfort
d’un souvenir, d’une projection affective, celle d’une époque bien révolue.
Camille Morin, metteur en scène & vidéaste

un jour,
St-Tropez

camille morin
Camille Morin - direction artistique - écriture - mise en scène
Après un parcours scolaire classique (lycée international, hypokhâgne, khâgne) j’ai intégré l’ESAG Met de Penninghen. Une étape décisive qui révéla ma
passion pour l’image en formant mon œil sur les préceptes du Bauhaus.
Ma collaboration avec Bob Wilson fut une deuxième étape essentielle dans ma construction en tant qu’artiste. J’ai participé à deux reprises au Watermill Center Summer Program ce qui m’a permis de rencontrer maints artistes qui m’ont grandement influencée (Lucinda Childs, Marina Abramovic) et
d’autres avec lesquels j’ai pu collaboré (Ali Hossaini, producteur de mon court métrage Beethoven’s Toothpaste - New York, et le Shakespeare’s Wild
Sisters Group - Taiwan).
En résidence au Watermill Center, a laboratory for performance, j’ai pu développer mon projet de thèse Over, again. une pièce de théâtre interactive et
visuelle et y ai endossé pour la première fois le rôle de metteur en scène et d’auteur.
J’ai poursuivi mon exploration du médium vidéo avec DANCE Project, un projet d’installation alliant vidéo et images fixes.
J’ai conçu Un Jour, St-Tropez habitée de ces rencontres et expériences. J’ai la chance à nouveau de pouvoir allier une expression plastique rassurante de
précision au spectacle vivant, grisant d’inattendu.

un jour,
St-Tropez

stéphane hausauer
Stéphane Hausauer - direction artistique - écriture - interprétation (Eddy)
Après des études d’économie et un séjour déterminant au Canada, il se lance dans le théâtre à Paris en suivant les cours de Jean-Laurent Cochet et de Jack
Garfein. Il collabore aussi avec Valery Rybakov.
Il fonde la compagnie de théâtre Or Not To Be, participe pendant plusieurs années à la Ligue d’Improvisation de Paris. Il travaille avec les metteurs en scène
Anne Bourgeois, Marie-Charlotte Biais, Jean-Laurent Cochet, Anne Busnel, Olivier Ducray, Mitch Hooper... sur les auteurs classiques et contemporains,
Marivaux, Feydeau, Tchékhov, Dubillard, Pinter, Miller, Confortès, Coyette...
Au cinéma et à la télévision, il tourne avec Manuel Gomez Pereira, Nils Tavernier, Stéphane Vuillet, Catherine Breillat...
La rencontre déterminante avec Anne Bourgeois (La Mouette de A. Tchékhov, La Boîte à outils de R. Dubillard) précisera son envie d’écrire.
En 2007, il commence l’écriture d’un premier spectacle seul en scène avec une autre plume déjantée, Olivier Ducray qui le met en scène : Frankie, créé en
Avignon, puis joué à Paris.
La rencontre avec Camille Morin, collaboratrice artistique sur Frankie en 2011, donnera naissance à Un Jour, St-Tropez poursuivant ainsi son envie d’écrire,
de jouer, de créer.

un jour,
St-Tropez

dominique wittorski
Dominique Wittorski - écriture du texte & scénario
Auteur, metteur en scène, comédien, Dominique Wittorski se partage entre le théâtre et le cinéma.
Sa dernière pièce, Ohme, a été créée en mai 2004 au Théâtre des Deux-Rives à Rouen, puis reprise en tournée avec les ATP (saison 2004-2005).
Autres pièces éditées : Vermeer, beau bleu (éd. L’Acanthe. 2000). Ecrite en résidence à la Chartreuse : Katowice-Eldorado (Lansman, 1995).
Deuxième prix du concours Théâtre du monde de RFI en 1994, bourse d’encouragement à l’écriture du ministère de la Culture, et création radiophonique.
Pour le cinéma, il a réalisé : Lux Fugit (court métrage en 2003-2004), Some explicit polaroîds (création visuelle en 2002), Requiem (with a happy end) a
été écrite en résidence d’auteur à Tadoussac (Québec) et en résidence d’auteur à la Chartreuse en 2003. La pièce a également fait l’objet d’un chantier
d’écriture «Encre Fraîche !» au Théâtre Ephéméride (Val-de-Reuil) avec le collectif A Mots Découverts en 2001.

un jour,
St-Tropez

susanne schmidt
Susanne Schmidt - interprétation (La Cantatrice)
Elle a débuté sa vie devant un piano à queue dans une famille de musiciens à Vienne en Autriche.
A 19 ans, propulsée par un ardent désir d’ailleurs, elle quitte Vienne, Bach et Mozart pour New York, Joni Mitchell et Bob Dylan et fera de l’Amérique du
Nord son pays de choix et d’épanouissement musical.
C’est par amour qu’elle s’installera à Paris en 1980 ou elle débutera la comédie avec Serge Karp, un disciple de Grotowski.
Depuis, toujours oscillant entre musique et théâtre, pièces du répertoire et créations, elle se fait sa place sur la scène parisienne sous la direction de
multiples metteurs en scène comme Rachel Salik, François Bourgeat, Jean-Louis Jacopin, Andres Spinelli...
La création d’un trio vocal (Les Harpies) en 2001 déclenchera son amour pour le Jazz qu’elle pratique depuis, alliant ainsi l’Amérique, le rythme et le chant.

un jour,
St-Tropez

yanowski
Yanowski - écriture des chansons
Yanowski est né dans un monde qu’il n’a pas choisi (comme nous tous). Petit-fils d’un anarchiste espagnol par sa mère, vaguement slave par son père,
cet enfant de la balle grandit dans le milieu de la bohème parisienne entouré des saltimbanques, jongleurs, guitaristes, danseurs de flamenco, bateleurs
et escrocs en tout genre que fréquentent ses parents.
Mis au piano classique à l’âge de six ans, il se passionne très tôt pour la poésie, l’aventure, la boxe. Il quitte le lycée à dix-sept ans pour effectuer de
nombreux voyages psycho-chamaniques (Mexique, Guatemala), puis revient en France et reprend des études de philosophie, qu’il abandonne pour se
lancer dans la chanson.
Sa rencontre avec le pianiste Fred Parker est déterminante. En l’an 2000, ils fondent «Le Cirque des Mirages», un duo de cabaret expressionniste aussi
violent que poétique et provocateur. S’ensuivent de nombreuses scènes parisiennes (Café de la danse, Cigale, Européen, Trianon), festivals (Printemps
de Bourges, festival de Marnes, Chorus des hautes scènes...), albums (En Public, Fumée d’Opium) et Dvd ( Au Trianon).
Poète, il publie en 2010 une antologie de ses textes aux éditions Le Dilettante intitulé «Crimes d’orties blanches». Chanteur, il se perfectionne auprès
de nombreux professeurs de lyric (Lionel Sarrazin). Conteur, il interprétera l’une de ses nouvelles fantastiques cet été au festival d’Avignon (Les contes
du Mirage) et un conte pédagogique avec l’Orchestre National de France (26 Mai 2012 Cirque d’Hiver). Parolier, il prépare actuellement un nouvel album
du «Cirque des Mirages» aux accents rock-jazz (Sortie 2012). Compositeur, il travaille aujourd’hui à un album solo de 18 titres pour orchestre Symphonique (arrangement Richard Dubugnon). Un de ces grands poèmes lyrique (Bardo ou Passage) sera mis en musique pour quatuor à cordes par Guillaume
Connesson à l’occasion du Festival de la Meije 2012.

un jour,
St-Tropez

delphine brouard
Delphine Brouard - scénographie / costumes
° Etudes d’art plastiques (diplôme de Créateur en communication et environnement publicitaire - Paris 1992). Formation de comédienne (auprès de Françoise
Kanel).
° Assistante auprès de peintres scénographes - Lucio Fanti, Roberto Platé, Titina Maselli, Jacques Gabel, Nicki Rieti - et du plasticien Claude Lévêque pour
divers théâtres et maisons d’opéra.
° Depuis 1991, je signe mes propres créations comme scénographe et costumière pour de nombreux spectacles, souvent en collaboration avec de jeunes
metteurs en scène dont Olivier Coulon-Jablonka (depuis 2006), Guillaume Clayssen (depuis 2007).
° Je travaille également de manière régulière au Conservatoire national supérieur d’art dramatique, avec Mario Gonzalez, Daniel Mesguich, Joël Jouanneau,
Gérard Desarthe.
(Quelques scènes nationales et européennes dont j’ai eu le plaisir de servir les productions : Théâtre du Rond-Point des Champs-Elysées, Théâtre de la
Madeleine, Théâtre Antoine, Comédie Française, Théâtre de Gennevilliers, MC 93 Bobigny, Quartz de Brest, Chorégies d’Orange. Opéra de Lyon, Opéra de
Marseille, Opéra Bastille. Théâtre de la Scala de Milan, Théâtre Mariinsky à Saint-Pétersbourg, Festival de Salzbourg, Opéra de Gand, Opéra de Zagreb...).

un jour,
St-Tropez

laurent marode
Laurent Marode - musique - arrangements
Elève au conservatoire d’Orsay pendant 10 ans, Laurent Marode poursuit ses études à la Bill Evans Piano Academy sous l’œil avisé de Samy Abenaîm et
de Bernard Maury. En 2004, il se perfectionne grâce à l’enseignement de Katy Roberts (piano) et Joe Makholm (arrangement et composition).
En 2005, Laurent Marode enregistre un premier album I mean qui offre toute la démonstration de son talent, non seulement comme pianiste et improvisateur, mais également comme leader, compositeur et arrangeur. Aujourd’hui, il multiplie les expériences musicales : il se produit régulièrement en
concert dans diverses formations, compose la musique et dirige des comédies musicales ainsi que des projets théâtre-musique (Bonheur 2003, Novecento 2005, Baudelaire une invitation au voyage 2006, Pygmalion 2008....).
Amoureux du cinéma, compositeur, Laurent monte avec les frères Gherbi «Le TrioInvite». Ce trio travaille sur des accompagnements et des compositions
de films muets tant burlesques (Buster Keaton, Charley Chase, Harold Loyd) que dramatiques (Ozu, Murnau, Griffith). A l’occasion de ciné-concerts ce
trio revisite des thèmes et des standards de jazz qui ont parcouru l’univers et l’histoire du cinéma.
Le TrioInvite a enregistré un Album Grits And Groceries à New York après une tournée américaine. Le disque encensé par la critique a été produit par le
prestigieux Label «Black and Blue».
Laurent Marode a joué entre autres avec David Sauzay, Sophie Alour, Ichiro Onoé, Michael Joussein, Fabien Mary, Bernard Erroue, Wayne Dockery…

un jour,
St-Tropez

compagnie or not to be
Compagnie Or not to be
La Compagnie Or Not To Be rassemble des comédiens, des auteurs et des musiciens qui mettent en œuvre un théâtre musical et contemporain.
Elle a créé sous chapiteau en co-production avec la communauté d’agglomération de Montluçon et avec le soutien du CDN Le Festin en 2002, Le
Marathon de C. Confortès, en 2003 Bonheur ! d’Olivier Coyette, mise en scène de Marie-Charlotte Biais, musique originale de Laurent Marode. Deux
spectacles musicaux sous chapiteaux.
De 2005 à 2007 La Mouette de A. Tchékhov, mise en scène par Anne Bourgeois, musique Oleg Ponomarenko, (théâtre 14, Avignon et tournée), en 2006
Hold on, Please ! une tragi-comédie d’Olivier Ducray, mise en scène par Anne Busnel.
De 2009 à 2011 Frankie, un solo théâtral de Stéphane Hausauer et Olivier Ducray, mis en scène par ce dernier, Avignon et Paris.
En 2012, nous retrouvons à l’écriture Olivier Coyette, Camille Morin et Stéphane Hausauer, Yanowski aux paroles et à la musique, et Laurent Marode
aux arrangements et au piano pour Un jour, St-Tropez, un drame contemporain avec un acteur, une poupée à l’effigie de Brigitte Bardot, un chanteur, un
pianiste et des projections.

un jour,
St-Tropez

laure legrand
Laure Legrand - chef de projet & administratrice
Laure Legrand est née le 30 décembre 1965 à la Ferté-Bernard, dans la Sarthe. Après un baccalauréat de sciences économiques et sociales, elle suit une
formation d’éducatrice spécialisée, sa vocation depuis l’enfance. Après trois années d’exercices auprès de jeunes adultes lourdement handicapés, elle
quitte la profession pour rejoindre sa deuxième vocation : l’écriture.
Premier prix de poésie de l’Unesco à 14 ans, puis auteur de paroles de chansons, notamment pour Liane Foly, elle découvre, à l’occasion d’un téléthon,
l’univers de la télévision et devient assistante de production sur les opérations exceptionnelles du service des sports de France 2 auprès de Gérard Holtz.
Elle y restera deux ans, puis rejoindra le service de la fiction comme première assistante du directeur d’alors : Didier Decoin, écrivain et Prix Goncourt.
C’est à cette occasion qu’elle parfait sa connaissance de la littérature, mais aussi du scénario et des tournages de films et qu’elle décide de se spécialiser
dans le cinéma et notamment dans l’accompagnement des auteurs .
En 1999, le syndicat professionnel des scénaristes français fait appel à elle comme chef de projets . Elle crée le « Prix Jacques Prévert du Scénario » et
le premier marché francophone du scénario. Cette base de données en ligne de scénarios de long-métrages de cinéma, unique en Europe, est au centre
des “journées du scénario”, évènement entièrement dédié aux auteurs sur les plus prestigieux festivals français et internationaux de cinéma
En 2010, elle parfait sa connaissance des secteurs de la Culture et de l’événement, la recherche de fonds publics, privés et de l’Union Européenne par
une formation professionnelle « d’ingénieur culturel européen » et se passionne pour le secteur du « spectacle vivant ». C’est donc tout naturellement
qu’elle rejoint la compagnie « Or Not To Be » fin 2011 comme chef de projets et administrateur de leur nouveau spectacle Un Jour, St-Tropez.

un jour,
St-Tropez

Des vidéos de la soirée de présentation du projet organisée le 8 février 2012 à Paris (Un Jour, St-Tropez // Premier Rendez-vous) sont disponibles sur le
lien suivant :
http://ornottobe.fr/un-jour-st-tropez/des-videos/
Un Jour, St-Tropez a aussi une page Facebook, n’hésitez pas à nous rejoindre et suivre nos actualités.

Nous sommes à votre disposition pour toute question.

Écriture, mise en scène & vidéo Camille Morin
Écriture & interprétation Stéphane Hausauer
Écriture du texte Dominique Wittorski
Écriture des chansons Yanowski
Interprétation Susanne Schmidt
Arrangements et piano Laurent Marode
Scénographie Delphine Brouard
Lumière & Direction Technique Erik Houllier
Régie & Montage Vidéo Baptiste Evrard
Administration Laure Legrand

Camille Morin //
www.camillemorin.com
camille_m@orange.com
+33 6 7 100 1000

Stéphane Hausauer //
www.stephanehausauer.com
stephanehausauer@gmail.com
+33 6 74 26 45 24

Événement «de Mono à ‘Kini», le
24 octobre 2012, un projet réalisé
en collaboration par la Cie Or not to
be avec la Ville de St-Tropez.

Laure Legrand //
lor.legrand@gmail.com
+33 6 87 22 61 57

Cie

o
Tb

82 rue Pasteur,
94120 Fontenay-sous-bois
contact@ornottobe.fr
www.ornottobe.fr



Télécharger le fichier (PDF)









Documents similaires


dossier juin light
martini21
post image 30 ans
dossier adversaire sept 2016
o28n9a1
guide technique

Sur le même sujet..