Sueurs froides .pdf



Nom original: Sueurs froides.pdfTitre: Microsoft Word - Document1Auteur: Quentin Bachelet

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.6 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 12/12/2012 à 12:52, depuis l'adresse IP 162.38.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1040 fois.
Taille du document: 58 Ko (5 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Sueurs  froides  
 
 
 
Je   courais.   Vêtu   d'une   simple   blouse   crasseuse.   A   mes   trousses,   on   aurait   dit  
une   dizaine   d'humanoïdes   particulièrement   difformes.   Ils   hurlaient,   grognaient,  
émettaient   des   sons   aigus   abominables   et   grattaient   le   sol   comme   des   animaux  
enragés.  A  ce  stade,  on  peut  appeler  ça  des  animaux,  bien  que  ça  serait  une  insulte  
faite   aux     bêtes   que   de   les   comparer   à   de   telles   créatures.   Toujours   est-­‐il   que   ces  
choses  étaient  bien  réelles,  et  ma  vie  plus  que  jamais  en  danger.  
 
 
Vous   vous   demandez   sûrement   comment   j'ai   pu   en   réchapper.   Mais   je   tiens  
d'abord  à  évoquer  comment  j'en  suis  arrivé  là.  
 
 
Il  y  a  maintenant  bien  des  d'années,  j'étais  un  physiologiste  assez  réputé  dans  
mon   domaine,   et   mes   recherches   étaient   citées   dans   le   monde   entier.   Avec   ma  
femme   et   nos   deux   enfants,   nous   avons   même   décidé   de   déménager   à   Paris,   où   le  
ESA  (L'Agence  spatiale  Européenne)  m'a  proposé  un  excellent  contrat.  Curieux  pour  
un  biologiste  me  diriez-­‐vous,  mais  la  nature  de  mes  recherches  y  est  pour  beaucoup.  
Comprenez   bien,   je   n'ai   pas   d'affection   particulière   pour   les   astres   et   les   fous   qui  
traversent  l'espace  dans  des  poubelles  volantes.  Cette  affectation  était  due  à  l'intérêt  
croissant   de   la   recherche   spatiale   pour   la   cryogénie.   En   effet,   j'étais   alors   le   seul  
chercheur   à   parvenir   à   "ramener   à   la   vie"   des   insectes   après   un   séjour   au  
congélateur,   grâce   à   des   mélanges   enzymatiques   (décrits   en   détail   dans   mes  
publications  de  2007  à  2031)  
 
 
Je  ne  compte  pas  vous  détailler  les  procédés  en  question,  car  seule  une  poignée  
de  spécialistes  parviendrait  à  suivre  ce  discours  sans  difficultés,  et  ce  n'est  pas  le  but  
de  ce  compte-­‐rendu.  Retenez  simplement  que  je  faisais  l'usage  de  protéines  antigel  
et   de   certaines   radiations   considérées   comme   dangereuses.   En   tout   cas,   les   fonds  
débloqués   pour   nos   recherches   étaient   —   littéralement,   pour   une   fois   —  
astronomiques.  Avec  les  moyens  à  ma  disposition,  je  parvins,  après  quelques  années  
de   tâtonnements   et   plusieurs   tonnes   de   rongeurs   sacrifiés,   à   ramener   à   la   vie   le  
premier   mammifère   cryogénisé   de   l'histoire.   Je   reçus   pour   cette   occasion   le   prix  
Nobel   de   physiologie   en   2041,   et   le   grand   public   se   prit   de   curiosité   pour   nos  
recherches.  
 
 
A  partir  de  là,  la  méthode  ne  cessa  de  progresser,  si  bien  que  le  travail  devint  
quasiment   mon   seul   moteur   de   vie.   Les   garçons   grandissaient   aussi   vite   que   des    
bambous  en  pleine  saison,  et  leur  mère  n'avait  de  cesse  de  me  harceler  pour  que  je  
contribue  un  peu  plus  à  leur  éducation.  Durant  cette  période,  il  n'y  avait  que  parmi  
les  éprouvettes  et  les  rongeurs  apeurés  que  je  me  sentais  chez  moi,  alors  son  avis  ne  
pesait  pas  bien  lourd.  Cependant,  elle  en  avait  quand  même  un,  et  elle  le  prouva  en  
décidant  de  retourner  dans  le  Languedoc  avec  nos  fils.  Bon,  il  est  vrai  que  la  solitude  
est  assez  désagréable  quand  on  a  été  marié  durant  vingt  ans,  mais  une  maison  sans  
enfants,  c'est  quand  même  drôlement  plus  calme!  
 

 
Débarrassé   des   attaches   qui   freinaient   mes   travaux,   je   pus   enfin   consacrer   le  
temps  qu'il  fallait  à  mon  travail.  Cependant,  bien  que  mes  recherches  étaient  sur  le  
point     d'aboutir,   les   ressources   financières   redevinrent   problématiques.   En   effet,  
l'Union   Européenne   ne   soutenait   plus   la   recherche   avec   autant   de   vigueur  
qu'autrefois,   suite   à   divers   krachs   financiers   et   autres   broutilles   d'économie  
mondiale.   Le   pire,   c'est   que   j'en   étais   à   la   phase   finale   de   mon   travail:  
l'expérimentation   sur   l'être   humain.   Mon   directeur   de   recherches,   d'une  
monumentale   mauvaise   foi,   prétexta   des   questions   d'éthique   pour   ne   pas   nous  
fournir  en  cobayes.  Nous  nous  étions  mis  d'accord  auparavant  pour  que  ça  ne  soit  
pas  un  problème,  mais  il  a  préféré  retourner  sa  veste.  Soit.  
 
 
C'est   l'avantage   de   vivre   détaché   de   ses   lambeaux   de   famille:   les   seules  
personnes   qui   m'ont   déconseillé   de   faire   cette   connerie   ne   m'étaient   pas   assez  
proches  pour  oser  m'en  empêcher.  Mon  intention  était  de  faire  l'expérience  sur  moi-­‐
même.   Pourtant   le   risque   était   presque   négligeable.   Le   protocole   était   sûr   à   environ  
95%   sur   les   porcs   testés,   ce   qui   est   relativement   concluant.   Je   connaissais   mes  
recettes  sur  le  bout  des  doigts,  j'avais  pris  le  temps  de  recalculer  tous  les  paramètres  
biologiques   qui   entraient   en   compte,   ainsi   que   ceux   qui   pouvaient   interférer   avec   la  
bonne   conservation   de   ma   carcasse.   Tous   les   membres   de   l'équipe   connaissaient  
leur   part   du   procédé   au   moins   aussi   bien   que   moi.   Ç'aurait   été   certainement   plus  
drôle   si   le   projet   n'était   pas   secret,   je   suis   sûr   que   les   journalistes   auraient   adoré  
cette  histoire.  
 
 
J'étais   prêt.   J'avais   pleinement   confiance   en   mon   équipe,   qui   m'accompagnait  
depuis   quelques   années.   Les   séances   d'irradiation   se   passèrent   assez   bien.   C'est  
pourtant   étrange   de   subir   des   manipulations   qu'on   a   fait   subir   à   des   animaux  
pendant   toute   une   vie.   Les   injections   successives   me   faisaient   tourner   de   l'œil.   Le  
froid   commençait   à   m'envahir.   Je   me   sentais   partir   et   je   ne   pouvais   rien   faire.   J'étais  
assez  serein,  comme  avant  une  anesthésie  générale,  sauf  que  celle  là  allait  durer  six  
mois   et   se   ferait   dans   un   énorme   congélateur.   Je   regardais   benoîtement   mon   sang  
circuler  dans  la  pompe  refroidissante  avant  de  m'être  réinjecté.  Carole  me  demanda  
de  compter  jusqu'à  dix,  je  crois  que  je  suis  arrivé  à  trois.  
 
 
 
 
C'est  dur  de  se  réveiller  de  ce  genre  de  "nuit".  Une  douleur  atroce  et  lancinante  
dans  tout  le  corps.  Un  froid  incroyable,  mortel  même.  Des  muscles  raides  et  qui  ne  
répondent   presque   plus,   des   articulations   rigides,   un   ventre   sens   dessus   dessous,   et  
la   tête   sur   le   point   d'éclater.   “L'enfer   existe“,   me   dis-­‐je.   Mais   je   n'avais   encore   rien  
vu.  
 
 
Je   fus   ensuite   surpris   de   ne   voir   personne   de   l'équipe   pour   ramasser   ma  
viande   dégelée.   Me   lever   par   moi-­‐même,   après   avoir   retiré   le   tuyau   qui   occupait   ma  
trachée,  était  une  véritable  torture.  Ensuite,  ce  fut  l'état  de  la  chambre  froide  qui  me  
surprit.  Une  fine  épaisseur  d'eau  noirâtre  inondait  le  sol.  La  porte,  bien  que  toujours  
grossièrement   fermée,   était   dans   un   état   pitoyable.   La   machinerie   de  

refroidissement   était   entièrement   noircie   et   semblait   tirer   la   tête   des   vieux   moteurs  
qui   rendent   l'âme.   Dans   l'état   où   j'étais,   prendre   pleinement   conscience   de   la  
situation   ne   fut   pas   facile.   Je   me   suis   donc   levé   avec   difficulté,   toujours   dans   le   fol  
espoir  de  retrouver  mon  équipe,  puis  un  lit  chaud.  Mes  pieds  nus  clapotaient  dans  
l'eau  froide.  Ma  respiration  difficile  résonnait  entre  les  murs  de  fer.  
 
 
Le   réveil   dans   un   tel   état   fut   une   expérience   si   pénible   qu'elle   m'occupa   tout  
l'esprit.   A   ce   moment-­‐là,   je   ne   pensais   pas   à   grand-­‐chose.   Je   ne   savourais   pas   la  
gloire   d'être   le   premier   homme   à   être   cryogénisé,   et   je   ne   prêtais   pas   non   plus  
attention   à   l'éventualité   d'avoir   été   victime   d'un   incident   technique.   Sorti   de   la  
chambre  froide,  la  perspective  de  l'accident  prit  forme  dans  mon  esprit  comme  un  
monstre   s'animant   dans   une   terre   fangeuse.   En   sciences,   le   mot   "accident"   peut  
avoir  de  nombreux  sens  
 
Ici,  il  n'avait  rien  de  positif.  
 
 
Tout  était  noirci.  Ca  peut  presque  sembler  anodin,  mais  dans  un  petit  monde  
où   tout   les   décors,   ou   presque,   sont   blancs,   le   noir   jure   atrocement   aux   yeux   d'un  
habitué  des  laboratoires  proprets.  De  minces  rais  de  lumière  éclairaient  le  couloir,  
provenant   des   fenêtres   détruites   et   de   l'encadrement   de   la   porte,   ouverte   vers   la  
clarté  extérieure.  Les  dégâts  ressemblaient  à  un  incendie  survenu  il  y  a  des  lustres,  
suivi  d'une  longue  période  d'abandon.  Peu  à  peu,  je  me  réveillais  pour  de  bon  et  les  
espoirs   cédèrent   la   place   à   une   réalité   difficile.   L'odeur,   que   je   parvenais  
progressivement  à  saisir,  était  un  étrange  cocktail  nauséabond  que  mon  nez  n'avait  
jamais   connu.   Plusieurs   années   avaient   du   s'écouler   depuis   que   le   complexe   avait  
été   déserté   par   mes   assistants.   Ceux-­‐ci   m'avaient   apparemment   abandonné   dans  
cette  chambre  froide.  La  pile  nucléaire  à  peut  être  tenu  un  an,  ou  peut-­‐être  trente.  
J'étais  perdu.  
 
 
Je   n'osais   pas   sortir   à   l'air   libre.   Plus   je   me   posais   de   questions   sur   les  
événements  récents,  plus  la  perspective  du  monde  dehors  m'effrayait.  Je  parvins  à  
trouver   cette   blouse   trop   ample   et   m'en   vêtis.   Je   suis   parti   alors   à   la   recherche   de   la  
base  de  données  du  complexe,  en  espérant  y  trouver  des  réponses  à  mes  questions  
avant  de  me  risquer  à  l'extérieur.  
J'implorais   de   l'aide,   d'une   voix   frêle   et   enrouée,   mais   en   vain.   Au   fur   et   à   mesure  
que  je  marchais   dans   les   couloirs  délabrés,  mon  désir  de  connaissance  laissa  place   à  
celui,  plus  instinctif,  de  rencontrer  une  personne  vivante  pour  me  répondre.  Mes  pas  
résonnaient  entre  les  murs  craquelés  et  le  désespoir  m'envahit.  
 
 
Avant   de   parvenir   aux   bureaux   où   fut   autrefois   stocké   le   journal   de   bord   de  
l'équipe,  je  perçus  des  réponses  à  mes  appels.  Moins  que  des  réponses,  il  s'agissait  
plutôt  de  petits  éboulements,  grincements  et  grognements  qui  me  glacèrent  d'effroi.  
Il  paraissait  impossible  que  ces  sons  bestiaux  et  discordants  puissent  annoncer  quoi  
que   ce   soit   de   bon.   Mon   cœur   sur   le   point   de   rompre   d'angoisse   inondait   mes  
tempes  d'un  rythme  assourdissant.  J'avais  crié  à  l'aide,  trop  tard  pour  se  cacher.  Je  
rebroussais  chemin  de  toutes  mes  forces.  

 
 
Les  couloirs  semblaient  interminables,  et  les  bruits  qui  m'horrifiaient  de  plus  
en   plus   proches.   Je   me   ruais   vers   l'extérieur,   quand   la   brutale   et   aveuglante   lumière  
du   jour   me   fit,   malgré   le   danger,   ralentir   un   bref   instant.   La   lumière   était  
douloureuse  pour  mes  yeux  fragiles,  presque  autant  que  mon  corps  qui  me  tiraillant  
entièrement.  Non,  la  douleur  venait  de  ce  que  je  voyais:  Une  vaste  étendue  de  ruines  
et   d'arbres   morts,   tous   noircis   par   un   mal   puissant.   Le   ciel   était   gris-­‐rougeâtre,  
comme  à  l'aube  avant  un  puissant  orage.  Ce  qui  était  à  mon  souvenir  un  lieu  riche  en  
végétation   était   devenu   désert,   cauchemar   carbonisé.   L'instant,   pourtant  
infinitésimal,   où   j'ai   observé   avec   effroi   ce   décor   a   suffi   à   mes   assaillants   pour   sortir  
à  leur  tour.  Je  les  ai  vus.  Ils  étaient  aussi  noirs  et  sans  âme  que  les  terres  alentours.  
Difformes,   asymétriques,   claudicants,   tarés.   Je   peinais   à   croire   qu'une   telle  
abomination  puisse  fouler  la  terre.  Mais  le  pire  de  tout  étaient  ces  sons  abominables  
qu'ils  émettaient.  Ils  ne  pouvait  pas  faire  partie  d'un  système  de  communication,  Il  
s'agissait   de   borborygmes   atroces,   discordants,   parfois   incroyablement   aigus,   qui  
vrillaient  mes  tympans  et  martelaient  mon  crâne  endolori.  
 
 
 
 
Voilà  la  situation  dans  laquelle  je  m'étais  retrouvé,  sans  pouvoir  l'anticiper  le  
moins   du   monde.   Le   corps   tout   juste   dégelé   et   totalement   engourdi,   à   peine   vêtu,  
pieds  nus  sur  la  rocaille  sèche  et  le  bois  mort,  je  courais.  La  situation  ne  pouvait  être  
pire  car  mes  membres  engourdis  répondaient  avec  difficulté,  et  les  bêtes  gagnaient  
rapidement   du   terrain.   Les   monstres   étaient   rapides   et   j'étais   faible.   Pas  
d'opportunité   de   se   cacher,   pas   de   vestige   d'arbre   assez   solide   pour   y   grimper,   je   ne  
pouvais   que   mourir     maintenant.   Mais   cette   horreur   que   je   vivais   n'était   rien  
comparée  à  celle  qui  m'attendait  au  tournant,  comme  un  piège  tendu  à  l'intégrité  de  
mon  esprit  déjà  vacillant.  
 
 
Certain   de   voir   venir   ma   fin,   c'est   mon   caractère   scientifique   qui   a   repris   le  
dessus.   Contre   tous   mes   instincts,   la   curiosité   a   guidé   mes   sens,   et   j'ai   tourné   la   tête  
pour   voir   une   dernière   fois   les   êtres   innommables   qui   hurlaient   à   ma   mort.   C'est  
alors   que   l'horreur   se   matérialisa   littéralement   dans   mon   corps,   irradiant   mes  
organes  palpitants  par  mes  veines  glacées,  inondant  mon  esprit.  Voyant  ces  êtres  de  
plus   près,   j'ai   perçu   la   profondeur   de   leur   inhumanité,   j'ai   perçu   à   quel   point   la  
nature   ne   devrait   pas   les   laisser   grouiller.   C'est   cependant   des   détails,   et   non   leur  
apparence   générale   qui   a   réduit   à   néant   les   dernières   miettes   de   raison   dans   mon  
esprit.   Certains   de   leurs   crânes   difformes,   en   plus   de   lambeaux   de   peau   et  
d'excroissances  innommables,  portaient  ce  que  je  reconnus  comme  des  vestiges  de  
bonnets   de   laboratoire.   L'un   d'eux,   dont   la   silhouette   semblait   vaguement   plus  
mince,   portait   sur   son   visage   une   paire   de   lunettes   qui   m'étaient   étrangement  
familières.   Aucun   doute   possible,   c'était   celles   de   Carole,   mon   assistante  
anesthésiste.  Je  sentis  sa  main  griffue  et  immonde  me  saisir  le  bras.  
 
 
 

 
"Félicitations,   chef,   c'est   un   franc   succès",   disait-­‐elle,   surplombant   ma   carcasse  
et   arborant   un   horrifiant   rictus.   Leurs   visages,   penchés   sur   moi,   reprenaient   leur  
forme   humaine.   Ce   n'était   pas   un   monstre,   c'était   elle.   Mon   délire   s'achevait  
lentement.  J'étais  à  moitié  réveillé,  terrifié.  Les  abominations  laissaient  place  à  mon  
équipe,   le   ciel   rouge   laissa   place   aux   murs   blancs.   Leurs   expressions   étaient   à   la   fois  
soucieuses  et  réjouies  de  me  savoir  vivant.  
 
 
Cette   sueur   froide   au   réveil.   Je   n'ai   jamais   connu   pire   sensation,   et   je   ne   le  
souhaite  à  personne.  Jamais.  
 
 
 
 
 
 


Aperçu du document Sueurs froides.pdf - page 1/5

Aperçu du document Sueurs froides.pdf - page 2/5

Aperçu du document Sueurs froides.pdf - page 3/5

Aperçu du document Sueurs froides.pdf - page 4/5

Aperçu du document Sueurs froides.pdf - page 5/5




Télécharger le fichier (PDF)


Sueurs froides.pdf (PDF, 58 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte



Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.01s