Journal 2012 décembre .pdf



Nom original: Journal 2012 décembre.pdfAuteur: helene.journeaux

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft® Publisher 2010 / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 21/12/2012 à 17:58, depuis l'adresse IP 92.157.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1181 fois.
Taille du document: 2.9 Mo (22 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Année2, n°1

Journal des lycéens
de la Cité Scolaire

Internationale

de

Lyon

Année2, n°1

/H FRXUDQW G¶DLU  

Journal des lycéens
de la Cité Scolaire

Internationale

de

Lyon

Décembre 2012

Décembre 2012

/H FRXUDQW G¶DLU  
Prix : 0,50 euro

Passeport pour l'inconnu
Cette  année  encore,    des  
voyages  ont  lieu  à  la  CSI  :  
certains  par  correspondance  
,  d'autres  en  groupe  de  
classe.    
En  exclusivité  pour  la  ren-­‐
trée  2012,  l'orga-­‐
nisme  Comenius  intervient  
pour  proposer  des  voyages  
en  terres  inconnues...    
Je  pars  moi  même  pour  une  
durée  de  3  mois  et  demi  à  
Madrid,  où  règne  une  am-­‐
biance  festive  enivrante.  J'ai  
la  chance  de  partager  cette  
expérience  avec  une  corres-­‐
pondante  espagnole  de  qua-­‐
lité.    
Cela  apporte  beaucoup,  tant  
sur  le  plan  humain  que  sur  
celui  des  connaissances.    
D'autre  part,  il  existe  le  pro-­‐

gramme    Sauzay  qui  permet  
de  partir  en  Allemagne.    
Il  ne  s'agit  pas  de  partir  en  
vacances  mais  de  découvrir  
un  autre  pays,  d'autres  cou-­‐
tumes,  une  autre  manière  de  
travailler.    
Vivre  dans  une  autre  famille,  
apprendre  à  s'adapter,  telles  
sont  les  enseignements  qui  
vous  enrichiront  tout  au  long  
de  ces  voyages.    
Ces  expériences  sont  rares  et  
précieuses.  Il  n'est  pas  don-­‐
né  à  tout  le  monde  de  partir  ;  
la  CSI  est  particulièrement  
riche  en  projets  de  voyages,  
alors  profitons  en  !    
   
Paloma  Dupont  De  Dinechin,  
2nde8    

SOMMAIRE    
International  :  
Pages1  à  7  
Fêtes  et  traditions  :  
Pages  8  à  11  
Arts  et  Culture  :  
Pages  12  à  17  
De  plume  en  plume  :  
Pages  18-­‐19  
Insolite  :  Pages  20-­‐21  

Une semaine interculturelle riche en émotions
Dans  le  cadre  d'un  projet  
Unesco  qui  s'est  déroulé  à  
Berlin,  Quentin  Delavenne  
et  moi  même  avons  eu  la  
chance  de  découvrir  des  
quartiers  et  des  monu-­‐
ments  inscrits  au  Patri-­‐
moine  Mondial.  En  effet,  
cette  semaine  du  Di-­‐
manche  11  Novembre  au  
vendredi  16  nous  a  permise  
de  mesurer  l'importance  
des  nombreux  héritages  
naturels  et  culturels  de  
nombreux  pays.  Ce  voyage  
ƒ— …à—” †‡ Žƒ …ƒ’‹–ƒŽ‡ ŽŽ‡Ǧ
mande  fut  une  grande  ex-­‐
périence  avec  un  pro-­‐
gramme  riche  proposant  

des  activités  et  des  visites  
diverses.  Ne  vous  détrom-­‐
pez  pas,  apprendre  en  
s'amusant  est  bien  possible  !  
Une  seule  recette  est  à  
suivre  :  envolez-­‐vous  pour  
intégrer  un  projet  intercultu-­‐
rel  où  un  groupe  de  25  
élèves  d'origines  et  de  cul-­‐
tures  différentes  vous  at-­‐
tend.  Ouvrez-­‐vous  aux  
autres  et  participez  active-­‐
ment  aux  débats  et  travaux  
en  anglais,  langue  commune  
à  tous.  
Ce  voyage  nous  a  également  
permis  de  nous  ouvrir  socia-­‐
lement,  nous  dormions  dans  
une  des  nombreuses  au-­‐
berges  de  jeunesse  berli-­‐

noises  où  de  vrais  liens  et  
amitiés  ont  vu  le  jour.  La  con-­‐
fiance  et  le  savoir  vivre  furent  
durant  toute  la  semaine  au  
rendez-­‐vous.  Nous  avions  
une  grande  liberté  et  pou-­‐
vions  par  exemple  sortir  seuls  
de  16h  à  19h  dans  la  ville  
avant  de  nous  retrouver  pour  
partager  de  très  bon  repas  
qui  étaient  chaque  soir  des  
plus  variés.  
Pour  résumer,  au  retour  je  
n'espérais  qu'une  seule  
chose  :  que  l'avion  ne  décolle  
pas  pour  ne  pas  avoir  à  partir.  
 
Allgaier  Clara  1ere  ES1  

Page 2

International
Lampenfieber
Et   si   on   vous  
proposait   un   voyage  
à   Cologne,   vous   ac-­‐
cepteriez  ?   Et   si   ce  
voyage,   en   plus  
†ǯ²–”‡ –‘—• ˆ”ƒ‹•
payés,     vous   permet-­‐
tait  de  rencontrer  des  
gens   du   monde   en-­‐
–‹‡”ǡ ’ƒ”Žƒ– –‘—• ŽǯƒŽǦ
lemand,   vous   seriez  
’ƒ”–ƒ– ’‘—” Žǯƒ˜‡Ǧ
ture  ?  Non  ?  
 
Et   bien   4  
±Ž°˜‡• †‡ Žƒ ǯ‘–
pas  hésité.  Ils  y  ont  vu  
Žǯ‘……ƒ•‹‘ †ǯƒ±Ž‹‘”‡”
leur  allemand  tout  en  
†±…‘—˜”ƒ– †ǯƒ—–”‡•
cultures.   En   effet,   ce  
voyage   était   organisé  
dans   le   cadre   du   DSD  
(Deutsches   Sprach-­‐
diplom),   examen   qui  
atteste   un   niveau  
†ǯƒŽŽ‡ƒ† ͖Ȁ ͕ ‘—
B2/C1.   Jusque-­‐là   rien  

†ǯ‡š…‡’–‹‘‡Žǡ ƒ‹•
•‹ Žǯ‘ ˜‘—• †‹– ƒ‹Ǧ
tenant   que   tout   était  
filmé  dans   un   studio  ?  
Entouré   de   caméras  
et   de   projecteur   on  
sent   le   trac   monté  
mais  le  regard  du  jury  
nous   rassure.   Tout  
†ǯ— …‘—’ ‘ ‡–‡†
«  Es  läuft  (ça  tourne)  !  
Uuuuund   bitte   schö-­‐
ne  »  et  là  tout  va  très  
vite  ǣ ‘ ǯƒ ’ƒ• Ž‡
temps   de   réfléchir   et  
Žǯ‡šƒ‡ …‘‡…‡
‡– •ǯƒ””²–‡ •‡—Ž‡‡–
“—ƒ† Žǯ±Ž°˜‡ •‘”– †—
champ   de   la   camera  
ou  trébuche  sur  un  fil.  
Alors  on  refait  le  pas-­‐
•ƒ‰‡ ‡– Žǯ‡šƒ‡ …‘Ǧ
tinue   comme   si   de  
”‹‡ ǯ±–ƒ‹–Ǥ ‹ƒŽ‡Ǧ
ment   en   quelques  
heures   tout   est   dans  
la   boîte   et   on   peut  

enfin   souffler.   On  
rentre   tranquillement  
 Žǯƒ—„‡”‰‡ †‡ Œ‡—‡•Ǧ
se   et   on   partage   not-­‐
”‡ ‡š’±”‹‡…‡ †ǯƒ…Ǧ
teur   débutant   avec  
les   autres   partici-­‐
pants   venant   de   Chi-­‐
‡ǡ †ǯ ˆ”‹“—‡ †— —†ǡ
du  Brésil  de  Russie  ou  
encore  de  Pologne.  
 
—‹• ŽǯŠ‡—”‡ †—
départ   arrive,   on  
échange  
quelques  
adresses  
électro-­‐
niques  en  se  donnant  
rendez-­‐vous  sur  Face-­‐
book   et   on   prend   le  
train   direction   Lyon,  
la  routine  et  le  lycée.  
 
ZUCCHETTA  Claire  
TS1  

Séjour à Cologne
Dans  le  cadre  du  DSD  
(Deutsches  Sprachdi-­‐
plom  -­‐  diplôme  de  
langue  allemande),  
nous  avons  été  invi-­‐
tés  à  Cologne  pour  5  
jours.  L'épreuve  a  été  
filmée  et  sera  utilisée  
à  titre  d'exemple  
pour  le  vrai  DSD.  
͘ ±Ž°˜‡• †‡ Žƒ •‡…–‹‘
euro-­‐allemand  à  la  
CSI  sont  donc  partis  
en  ayant  préparé  un  
exposé  et  devant  ré-­‐

pondre  à  des  ques-­‐
tions  posées  par  le  
jury.  
Durant  ce  voyage,  
nous  avons  rencontré  
des  personnes  venant  
de  l'international  :  
Chine;  Brésil,  Russie,  
Slovaquie;  Hongrie...  
Tous  ces  jeunes  réu-­‐
nis  pour  une  épreuve  
commune  autour  
d'une  langue  :  l'alle-­‐
mand.  
Un  programme  de  

visite  explosif  avec  
Sven,  une  équipe  de  
cameramen  dyna-­‐
mique,  des  profes-­‐
seurs  surentrainés  et  
des  élèves  motivés  
pour  un  voyage  super  
agréable.  
Das  laüft...  Und  
Bitteschön  !  
 
 
William  Freylinger  2°8  

International

Page 3

Concours littéraire
en Première Euro-Allemand

 

Comme  chaque  an-­‐
née,  la  section  euro-­‐
allemande  s'investit  
dans  des  projets  fran-­‐
co-­‐allemands.  Ainsi,  
c'est  en  tant  
qu'élèves  de  la  classe  
de  première  euro-­‐
allemand  que  nous  
avons  participé  à  un  
concours  de  théâtre  
en  langue  allemande  
à  l'échelle  nationale.  
Il  s'est  déroulé  à  Paris  
le  jeudi  22  novembre  
2012.  Nous  avions  lu  
au  préalable  les  vingt-­‐
cinq  premières  pages  
du  roman  Nichts  de  
Janne  Teller  (édité  en  
France  sous  le  titre  
:  RienȌǤ ’”°• …‡Žƒǡ
nous  avons  rédigé  un  

dialogue  entre  les  
deux  protagonistes  
du  roman.  Il  s'agit  
d'un  lycéen  qui  af-­‐
firme  que  la  vie  n'a  
aucune  valeur  et  
d'une  camarade  qui  
cherche  à  le  con-­‐
vaincre  en  soutenant  
le  point  de  vie  ad-­‐
verse  :  la  vie  a  un  sens  
et  vaut  la  peine  d'être  
vécue.  Nous  avons  
ensuite  mis  en  scène  
ce  dialogue  avec  
l'aide  de  M.  Cornelis-­‐
sen  pour  en  faire  un  
véritable  sketch.  
Nous  sommes  allés  à  
Paris  où  nous  avons  
pu  nous  confronter  à  
nos  adversaires.  
C'était  un  véritable  

défi  pour  nous,  d'au-­‐
tant  plus  que  le  ni-­‐
veau  de  langue  était  
plutôt  hétérogène  
sur  la  globalité  des  
candidats.  A  l'issue  de  
ce  concours,  nous  
sommes  arrivés  sur  la  
troisième  marche  du  
podium  !  Nous  tenons  
à  remercier  M.  Corne-­‐
lissen  pour  son  sou-­‐
tien  tout  au  long  de  
notre  préparation  à  
ce  concours.  Nous  en  
gardons  un  excellent  
souvenir  et  encoura-­‐
geons  vivement  les  
prochaines  classes  à  y  
participer  !  
 
Sanaa  Maarif  
Guillaume  favre,    
͕°”‡ ͖  

Page 4

International
Fêter la science en jouant !
   Lors   de   la   journée   du   8  
octobre   2012,   un   événe-­‐
ment   de   haute   importance  
a   eu   lieu   dans   notre   Cité.    
En   effet,   le   laboratoire  
†‡ Žǯ2…‘Ž‡ ‘”ƒŽ‡
Supérieure   et   l'Association  
des   Petits   Débrouillards  
ont   fait   participer   notre  
établissement  dans  un  pro-­‐
jet   qui   reliait   les   jeunes  
élèves   à   la   science   de   ma-­‐
nière  ludique,  mais  qui  per-­‐
mettait   aussi   de   s'inscrire  
dans   un   contexte   encore  
plus  large  puisqu'il  est  relié  
au   «   Franco-­‐American  
Science   Festival   »   (le   festi-­‐
val   des   sciences   franco-­‐
américain)  !  Ce  projet  a  pris  
la   forme   d'un   jeu   coopéra-­‐
tif   «intergalactique»   avec  
nos   jeunes   scientifiques   en  
herbe   de   CM2   dans   le   rôle  
de  
chercheurs.  
 
Le   jeu   en   lui-­‐même   était  
assez   simple.   Chaque  
classe   (d'une   trentaine  
d'élèves)   se   divisait   en   3  
planètes   d'une   même   ga-­‐
laxie,   chacune   ayant   des  
peuples   qui   différaient   par  
leurs   us   et   coutumes   (ex:  
grogner  
en  
saluant,  
s'asseoir   pour   parler,   dire  
une   certaine   parole   pour  
saluer   l'autre   personne...).  
Les  
"chercheurs"  
de  
chaque   planète   étaient  
mandatés   par   le   gouverne-­‐
ment   interplanétaire   pour  
résoudre   une   mystérieuse  
énigme.   En   effet,   un   vais-­‐
•‡ƒ— ±–”ƒ‰‡” •ǯ±–ƒ‹–
échoué   dans   leur   galaxie,  
envoyant  des  morceaux  de  
ce   qui   semblait   être   un  
’‹‡””‡ …‘—˜‡”–‡ †ǯ±…”‹–—”‡•
aux  formes  et  aux  couleurs  
étranges   chez   les   diffé-­‐
rents  
peuples.  
 

Malheureusement,  
ce  
grand   puzzle   ne   pouvait  
être   reconstruit   qu'en  
rassemblant   les   frag-­‐
ments   afin   de   les   déchif-­‐
frer.   Des   échanges   sem-­‐
blaient  être  le  seul  moyen  
pour   obtenir   les   mor-­‐
ceaux   manquants   pour  
chaque   peuple,   car   tous  
avaient   une   écriture  
propre   (bleue,   orange   ou  
noire).    
Comment   procéder   a   ces  
échanges   lorsque   l'on  
vient   de   la   planète   Gôjet,  
où   l'on   ne   parle   pas   sans  
s'asseoir   d'abord,   pour  
recevoir   les   gens   de   la  
planète   Pavoso   qui   ne  
vous   regardent   jamais  
dans   les   yeux   ?   Et   quoi  
faire  avec  ces  Tsimbet  qui  
n'arrêtent   pas   de   hurler,  
rigoler   et   de   toucher  
Žǯ±’ƒ—Ž‡ †‡ Ž‡—”• ‹–‡”Ž‘…—Ǧ
teurs   tout   le   temps   ?   Et  
bien,   cela   commence   par  
regarder   l'autre   et   ap-­‐
prendre  ses  coutumes.    
Les   échanges   allaient  
†‘… •ǯƒ˜±”‡” ²–”‡ ’Ž—•
difficiles   que   prévu,   du  
fait   des   différences   de  
coutumes.   Il   s'agissait   de  
ne   pas   offenser   le   peuple  
d'en  face  sous  peine  de  se  
˜‘‹” ”‡ˆ—•‡” Žǯ±…Šƒ‰‡ †—
précieux  fragment  !  
 
Ce   projet,   en   apparence  
un   simple   jeu,   avait   pour-­‐
tant   des   objectifs   particu-­‐
liers.   En   effet,   nos   rap-­‐
ports   avec   d'autres,   qui  
ne   partagent   pas   néces-­‐
sairement   nos   coutumes  
et  nos  sensibilités,  deman-­‐
dent   à   ce   que   l'on   sache  
tolérer   la   différence   et  
apprendre   à   communi-­‐
quer.    

Pour   gagner   le   jeu,  
chaque   élevé   a   dû   ap-­‐
prendre   a   observer   la  
complexité   des   interac-­‐
tions   interculturelles   et  
développer   ces   compé-­‐
tences   pour   s'affranchir  
des  difficultés.    
 
      ‹•‹ …‘‡­ƒ Ž̵ƒ‹ƒǦ
tion   au   sein   de   chaque  
classe  :   après   avoir   expli-­‐
qué  le  projet  aux  enfants,  
chaque   groupe   de   dix  
élèves  s'est  dirigé  vers  un  
animateur,   sacré   «  guide  
de   la   planète  »   pour   l'oc-­‐
casion.   Les   enfants   de-­‐
vaient   alors   prendre   con-­‐
naissance   des   règles   du  
jeu,   et   surtout   de   leurs  
coutumes  
respectives.  
Venait   ensuite   l'heure   du  
défi,   qui   permettrait   aux  
élèves   d'obtenir   un   pre-­‐
mier   fragment   de   leur  
Pierre  de  Rosette  Interga-­‐
lactique.   Ces   défis   consis-­‐
taient   à   trouver   une   solu-­‐
tion   à   des   problèmes   tels  
que   «  comment   gonfler  
un   ballon   sans   souffler  
dedans  ?   »,   «  comment  
faire   monter   un   ballon   le  
long   d'un   fil   sans   le   tou-­‐
cher  ?   »   ou   «  comment  
fabriquer   un   engin   vo-­‐
lant  ?  ».    
      ƒ Ǽ  promotion   2012-­‐
2013  ǽ ±–ƒ– –”°• †‘—±‡ǡ
c'est   sans   grande   difficul-­‐
té  que  nos  petits  débrouil-­‐
lards   en   herbe   ont   gagné  
leur   récompense.   Les   mé-­‐
diations  pour  échanger  les  
fragments   pouvaient   en-­‐
fin  commencer.    
      ƒ‹• …̵±–ƒ‹– •ƒ• …‘’Ǧ
ter   sur   le   caractère   mali-­‐
cieux   de   nos   chers   petits  
élèves  qui,  ni  une  ni  deux,  
ont   proposé   le   vol   (que  
nous   avions   décidé   de   ne  

International
pas   sanctionner)   comme  
solution   alternative   aux  
pourparlers   pacifiques.   Il  
fallait  les  voir  courir  en  tous  
sens,   rouler   sur   le   sol   et  
protéger  
farouchement  
leur   précieux   butin  !   Résul-­‐
tat  :   en   moins   de   cinq   mi-­‐
nutes,   certains   groupes  
avaient   déjà   récupéré   la  
totalité  de  leurs  fragments.  
Malheureusement  
pour  
eux,   une   «  tempête   inter-­‐
galactique  »   a   permis   de  
rétablir   l'égalité   en   répar-­‐
tissant  de  nouveau  les  frag-­‐
ments,  tandis  que  le  vol  se  
voyait  à  présent  puni  par  la  
«  police  intergalactique  ».    
     Dans   une   ambiance   un  
peu   plus   calme,   chaque  
élève   a   pu   choisir   son   rôle  
ȋ ±†‹ƒ–‡—”ǡ
2…Šƒ‰‡—”ǡ
Rédacteur   ou   Protecteur)  
afin  
d'effectuer  
les  
échanges.   Une   fois   les   six  
fragments   de   chaque  
peuple   assemblés,   les   trois  
parties   de   la   (demi)   Pierre  
de   Rosette   Intergalactique  
ont   été   réunies   au   centre  
de   la   classe   pour   découvrir  
un   message   inscrit   au   ver-­‐
so  :  Comment  faire  décoller  
une   fusée  ?   La   réponse   en  
«  live  »,   avec   le   décollage  
d'une  fusée  au  bicarbonate  
de   sodium   qui   a   eu   lieu  
dans  la  cour,  sous  les  accla-­‐
mations   de   nos   apprentis  
savants.  
     Puis  retour  en  classe  pour  
un   débriefing   avec   les  
élèves,   où   chacun   pouvait  
s'exprimer   ou   poser   des  
questions.   Les   enfants   se  
sont   montrés   ravis   et   très  
emballés   par   l'activité,   qui  
leur   a   permis   d'apprendre  
en   s'amusant.   Plusieurs  
nous   ont   même   demandé  
s'il   nous   était   possible   de  
revenir  un  autre  jour  !  
      ˆ‹ǡ
Ž̵ƒ’”°•-­‐midi,  
mêmes   activités   pour   les  
deux   autres   classes   de  
CM2,   mais   avec   des   élèves  

beaucoup  plus  tranquilles,  
car   déjà   fatigués   après  
une   longue   matinée,  
grâce   à   quoi   nous,   anima-­‐
teurs,   avons   pu   souffler  
— ’‡—ǥ  
«   ‡ Œ‡— •ǯ‡•– †±”‘—Ž± †ƒ•
une   ambiance   chaleu-­‐
reuse  »   indique   Laura   Nic-­‐
colai,   elle   ajoute   :   «   ǯ‡•–
un   projet   valorisant,   une  
expérience  sympa  et  enri-­‐
chissante,   basée   sur   le  
–”ƒ˜ƒ‹Ž †ǯ±“—‹’‡Ǥ ‘’Š‹‡
Petot-­‐Rosa   renchérit   :  
«  Cela   nous   a   permis   de  
vivre   une   nouvelle   expé-­‐
rience,   de   pouvoir   appré-­‐
Š‡†‡” Ž‡ ‘†‡ †‡ Žǯƒ‹Ǧ
mation  ».   Yasmine   Lund-­‐
Ricard   explique   :   «   ǯ±–ƒ‹–
génial  de  stimuler  la  curio-­‐
sité   des   élèves,   de   voir  
…‘‡– ‹Ž• •ǯƒ†ƒ’–‡– 
leur   nouveau   langage   et  
franchissent   les   obstacles  
qui   surviennent   au   long  
du   jeu  ».   Les   guides   inter-­‐
galactiques,   Xavier   Muril-­‐
lon,   Sophie,   Laura   et   Yas-­‐
mine   ont   tous   apprécié  
encadrer   cette   journée  
dans  le  cadre  de  la  fête  de  
la  science.  
La   conférence,   étape   fi-­‐
nale   du   jeu   collaboratif,  
•ǯ‡•– †±”‘—Ž±‡ Ž‡ ͖͝ ‘…Ǧ
tobre   en   visioconférence  
avec   Chicago.   Jamy   Gour-­‐
ƒ—† ȋ†‡ Žǯ±‹••‹‘
«   ǯ‡•– ’ƒ• •‘”…‹‡”  »)   et  
Gerry  Niccolai  (chercheur)  
retraçaient   le   déroule-­‐
ment   du   jeu   en   anglais  
–ƒ†‹• “—ǯ —†”‡› ƒœ—”-­‐
Palandre   (chercheur)   tra-­‐
duisait   pour   les   élèves   de  
la   CSI,   et   vice   versa.   Ce  
…‘‰”°• ±–ƒ‹– ƒ—••‹ Žǯ‘……ƒǦ
sion   pour   les   élèves   de  
•ǯ‡š’”‹‡” •—” Ž‡ ”‡••‡–‹
de  leurs  interactions  inter-­‐
culturelles  en  présence  de  
M.   Graham   PAUL,   Consul  
de  France  à  Chicago  et  M.  
Mark   Shapiro,   Consul   des  
Etats-­‐ ‹• †ǯ ±”‹“—‡ 

Page 5

Lyon.   Ce   dernier   déclara  
que   les   enfants   étaient  
prêts   à   prendre   le   pouvoir  
•ƒ…Šƒ– “—ǯ‹Ž• ±–ƒ‹‡– ’Ž—•
douer   à   démêler   des   situa-­‐
tions   interculturelles   que  
les   diplomates   actuels   :  
“—ǯ‹Ž• •‡”ƒ‹‡– †‡ ˆ—–—”•
diplomates.  
Cela  va  sans  dire  que  toute  
Žǯ‡š’±”‹‡…‡ ƒ ”‡­— — •—…Ǧ
cès  phénoménal.  Des  ques-­‐
–‹‘• ‘– ‰‡”± †ƒ• Žǯ‡•Ǧ
prit   des   élèves   comme   des  
animateurs   (et   parfois  
même   des   professeurs),   et  
tous   sont   à   présent   fins  
prêts   pour   explorer   le  
‘†‡ ƒ˜‡… ‡ –²–‡ Žǯ‹†±‡
“—ǯ‹Ž ‡•– –‘—Œ‘—”• ’‘••‹„Ž‡
de   surmonter   les   diffé-­‐
rences   culturelles   et   de   se  
faire   comprendre.   Toute  
Žǯ±“—‹’‡ †ǯƒ‹ƒ–‹‘ –‹‡– 
”‡‡”…‹‡” –‘—– †ǯƒ„‘”†
Žǯƒ••‘…‹ƒ–‹‘ †‡• ‡–‹–• ±Ǧ
brouillards,   qui   a   organisé  
Žǯ‡š’±”‹‡…‡  Žƒ ‡– Žƒ
visioconférence   du   côté  
lyonnais,   M.Ferrari   qui   a  
bien  voulu  laisser  participer  
les   quatre   élèves   de   pre-­‐
mière,   ainsi   que   le   consul  
des   Etats-­‐ ‹• †ǯ ±”‹“—‡
à   Lyon,   M.   Mark   Shapiro.  
Nous   recommandons   à  
tous,   aux   petits   comme  
aux   grands,   de   participer   à  
une   expérience   telle   que  
celle-­‐ci  dans  le  futur  car  elle  
en   a   été   des   plus   enrichis-­‐
santes.  
 
 
 
 
Laura   Niccolai,   Yasmine  
Lund-­‐Ricard,   Sophie   Petot-­‐
Rosa,  1ère  S4  
et  
Xavier  Murillon.  1ère  S3  

 
 
 
   

International

Page 6

/D )XWXUH VFKRRO G·$XURYLOOH
Auroville  est  une  
ville   expérimentale   si-­‐
tuée  dans  l'état  de  Tamil  
Nadu   au   sud   de   l'Inde.  
Elle   a   été   créée   en   1968  
suivant   les   idées   du   phi-­‐
losophe   indien   Sri   Auro-­‐
bindo   (1872   -­‐   1950).   Sa  
compagne,  une  française  
surnommée   la   Mère,  
aurait  rêvé  en  1954  “—ǯ«il  
devrait   y   avoir   quelque  
part   sur   la   terre   un   lieu  
dont   aucune   nation   n'au-­‐
rait   le   droit   de   dire   :   «il  
est   a   moi»   ;   où   tout  
homme  de  bonne  volonté  
ayant   une   aspiration   sin-­‐
cère   pourrait   vivre   libre-­‐
ment   comme   un   citoyen  
du  monde  et  n'obéir  qu'à  
une   seule   autorité,   celle  
de   la   Suprême   Vérité  
ȏǤǤǤȐǽ  
De   là   est   né   le   principe  
ˆ‘†ƒ‡–ƒŽ
†ǯ —”‘Ǧ
ville  :  
«  Auroville  n'appartient  à  
personne   en   particulier,  
Auroville   appartient   à  
toute   l'humanité   dans  
son  ensemble.  »  
Dans   cette   ville   où   vien-­‐
nent  des  gens  du  monde  
‡–‹‡”ǡ Žǯƒ”‰‡– ǯƒ ’ƒ•
cours   :   chacun   prend   ce  
dont   il   a   besoin,   et   tra-­‐
vaille   uniquement   dans  
Žǯ‡•’”‹– †‡ …”±‡” —‡ ˜‹ŽŽ‡
meilleure.  
 
Le   système   scolaire  
†ǯ —”‘˜‹ŽŽ‡ ‡•– Ž—‹ ƒ—••‹
un   peu   particulier,   tout  
en   élevant   les   étudiants  
à   un   très   haut   niveau  
(beaucoup   partent   en-­‐
suite   faire   des   études  
supérieures   dans   de  
grandes   universités   un  
peu   partout   dans   le  
monde.)  
 

Isa,  élève  en  terminale  à  la  
«Future   School»,   a   accep-­‐
té   de   répondre   par   mail   à  
quelques   questions   con-­‐
cernant  son  établissement  
scolaire   et   le   système  
†ǯ±–—†‡• ƒ—”‘˜‹ŽŽ‹‡ ‡
général.  
 
Quelles   matières   étudiez-­‐
vous  à  la  Future  School  ?  
-­‐   Il   y   a   beaucoup   de   ma-­‐
tières   proposées   à   la   Fu-­‐
ture   School  :   Anglais,  
maths,   économie,   Fran-­‐
çais,   Italien,   biologie,   phy-­‐
sique,   géographie,   et  
beaucoup   d'autres  ;   cha-­‐
cune  offre  la  possibilité  de  
passer   des   examens   (A-­‐
level   et   O-­‐level   anglais).   Il  
y   a   aussi   des   matières  
pour   lesquelles   on   ne  
passe   pas   d'examen,  
comme   la   photographie,  
l'art   plastique,   la   philoso-­‐
phie,   et   puis   d'autres   ma-­‐
tières   basées   sur   les   pro-­‐
grammes  académiques.  Je  
suis   contente   de   pouvoir  
dire   que,   si   une   matière  
qui   n'est   pas   proposée  
intéresse   un   élève,   l'admi-­‐
nistration,   nos   profs   et  
nos   tuteurs   vont   s'impli-­‐
quer  
personnellement  
pour   trouver   un   prof   afin  
que   l'on   puisse   étudier   ce  
qui  nous  intéresse.  
 
Avez-­‐vous  un  ou  plusieurs  
profs  ?  
-­‐   Nous   avons   plusieurs  
profs,   il   y   en   a   environ   30  
dans   l'école,   je   crois  ;   et   il  
y   a   à   peu   près   60   étu-­‐
diants...   Nous   avons   un  
prof  pour  chaque  matière,  
bien   que   certains   doivent  
multiplier  les  matières,  par  
exemple  économie  et  phy-­‐
sique...   Bien   qu'il   semble  

que   notre   ratio   prof/élève  
de  1  prof  pour  2  élèves  soit  
fantastique,   nous   man-­‐
quons  d'enseignants  quali-­‐
fiés   pour   les   différentes  
matières.  
 
A   quelle   heure   commen-­‐
cent   vos   cours   et   à  quelle  
heure  finissent-­‐ils  ?  
-­‐   La   journée   commence   à  
͜Š͔͗ ‡– ˆ‹‹–  ͕͙Š͔͗Ǥ ‡Ǧ
pendant,   les   heures   de  
cours   changent   selon  
notre   emploi   du   temps,  
par  exemple  les  premières  
années  ont  beaucoup  plus  
d'heures   que   les   termi-­‐
nales  ;   personnellement  
j'ai   seulement   14   heures  
de   cours  !   Il   y   a   beaucoup  
plus   d'heures   de   re-­‐
cherche  personnelle  :)  
 
Des   recherches   person-­‐
nelles,  oui,  mais  avez-­‐vous  
des  devoirs  ?  
-­‐   Oui,  nous  avons  les  deux,  
mais  tout  dépend  de  com-­‐
ment   l'enseignant   en-­‐
seigne   et   de   comment   les  
élèves   de   la   classe   étu-­‐
dient  ;   ça   dépend   des   ma-­‐
tières...   dans   certains  
cours   je   ne   fais   presque  
que   des   recherches   per-­‐
sonnelles   comme   en   géo-­‐
graphie,  
tandis  
que  
d'autres   sont   plus   basés  
sur   les   devoirs   comme   les  
maths  ou  l'économie.  
 
Avez-­‐vous  des  vacances  ?  
-­‐   Nous  avons  beaucoup  de  
vacances   dues   aux   nom-­‐
breux   dieux   et   déesses  
indiens  :)  Il  y  a  des  fêtes  et  
des   célébrations   toute  
l'année...  Mais  nous  avons  
quand   même   plus   d'école  
que   la   plupart   des   gens  
que   je   connais   parce   que  

International
International
nos  examens  sont  pendant  
les   vacances   d'été,   ce   qui  
signifie   que   nous   n'avons  
généralement   pas   de   va-­‐
cances   d'été   et   que   nous  
sommes  scotchés  en  classe  
dans   la   chaleur   indienne   à  
réviser  pour  nos  examens...  
c'est   du   au   fait   que   nous  
passons   les   examens   en  
même   temps   que   les   an-­‐
glais,   et   leurs   vacances   ne  
commencent  pas  en  même  
temps  que  les  nôtres.  
 

plupart   des   élèves   de   la  
Future   School,   est   la  
Transition   School.   On   y  
étudie  de  7  à  14  ans,  puis  
de   14  à   18   ans,   on   étudie  
à   la   Future   School.   Ce-­‐
pendant,  il  y  a  à  la  Future  
School   des   étudiants  
beaucoup   plus   âgés   de  
͕͝ǡ ͖͔ǡ ‡– ²‡ ͖͘ ƒ•ǡ
et   une   dame   d'une  
soixantaine   d'années   est  
venue   à   nos   cours,   et  
même   à   ceux   qui   prépa-­‐
rent  à  un  examen...  

La Future School (merci à Stav pour avoir fourni la photo)

Avez-­‐vous   un   journal   à   la  
Future  School  ?  
-­‐   Notre   journal   était   popu-­‐
laire   et   marchait   bien   l'an-­‐
née   dernière  ;   cette   année  
il   n'y   en   a   plus   car   il   n'y   a  
pas   assez   d'élèves   intéres-­‐
sés   par   l'écriture...   Notre  
école   est   tellement   petite  
qu'elle   s'adapte  facilement  
aux   centres   d'intérêt   des  
élèves  ;  par   exemple,  cette  
année,   il   y   a   plus   d'élèves  
intéressés  par  les  arts  donc  
il   y   a   plus   de   théâtre   et   de  
musique  à  l'école...  
Comment   fonctionne   le  
système   scolaire   d'Auro-­‐
ville  ?   Y   a-­‐t-­‐il   un   école   pri-­‐
maire,  un  collège  etc...  ?  
-­‐   Il   y   a   différentes   écoles   à  
Auroville,   mais   la   plus  
grande,   dont   viennent   la  

 
Ce   système   scolaire  
existe-­‐t-­‐il   ailleurs   qu'à  
Auroville  ?  
-­‐   Je   ne   suis   pas   sure   que  
ce   système   scolaire   soit  
vraiment   particulier...   Il  
n'est   probablement   pas  
unique  ;   c'est   juste   que  
notre   façon   de   vivre   à  
Auroville,  Inde  du  Sud,  le  
rend  
assez  
«  expérimental  »,   ou   ap-­‐
pelle  ça  comme  tu  veux  :)  
J'ai   entendu   parler  
d'autres  écoles  où  le  sys-­‐
tème   scolaire   est   simi-­‐
laire,   comme   la   park   day  
schoolǡ Ž̵±…‘Ž‡ ‘î Œ‡ •—‹•
allée  en  Amérique  pour  le  
first   grade   ȋŽ̵±“—‹˜ƒŽ‡–
du   CP),   mais   c'était   très  
très   très   cher   donc   je   ne  

Page 7

suis   pas   vraiment   sure  
qu'on  puisse  comparer...  
 
Faites-­‐vous   des   échanges  
ou   des   voyages   à   l'étran-­‐
ger,  parfois  ?  
-­‐   Des   étudiants   viennent  
de   différents   pays   pour  
peu   de   temps,   quelques  
mois...   Mais   je   ne   suis   pas  
sure   que   des   Aurovilliens  
soient   allés   où   que   ce  
soit...   Il   n'y   a   pas   de   pro-­‐
grammes   prédéfinis   pour  
autant  que  je  sache...  
Nous   faisons   des   voyages  
scolaires   chaque   année,  
mais   seulement   pour   la  
journée,   et   il   y   a   eu   des  
programmes   il   y   a   long-­‐
temps,  une  classe  est  allée  
au  Mexique  pour  quelques  
semaines   et   ma   classe   de  
géographie   veut   partir  
pour   une   semaine   à   Kera-­‐
la,  un  autre  état  du  sud  de  
l'Inde...   La   Future   School  
n'est   pas   très   impliquée  
dans   les   programmes  
d'échanges  ;  
Auroville  
donne   déjà   une   impres-­‐
sion  assez  internationale  :)  
 
‘™ǡ ˜‘–”‡ ±…‘Ž‡ ƒ Žǯƒ‹”
super  !  
-­‐   ‡ †‘‹• †‹”‡ “—‡ Œǯƒ‹‡
˜”ƒ‹‡– Žǯ±…‘Ž‡ǡ ƒ‹• –‘—–
le   monde   ne   partage   pas  
mon  opinion  ;  entre  autre,  
certains   élèves   qui   ont  
„‡•‘‹ †ǯ²–”‡ ’Ž—• ’‘—••±•
‡– †ǯƒ˜‘‹” †‡• ’”‘ˆ• ’Ž—•
stricts   pour   se   mettre   au  
travail...   Donc   tu   vois,   ce  
système  ne  fonctionne  pas  
pour  tout  le  monde...  
 
 
Lea  Guigou,  2nde9  

Fêtes
Fêtes
etet
traditions
traditions

Page 8

Traditions et repas de Noël dans
le monde

 

Outre  le  
Outre  le  PPère-­‐
ère-­‐NNoël,  la  
oël,  la  m
messe  de  minuit  et  le  
esse  de  minuit  et  le  ssapin,  chaque  pays  possède  des  
apin,  chaque  pays  possède  des  ttradi-­‐
radi-­‐
tions  spécifiques  pour  fêter  la  naissance  du  petit  
tions  spécifiques  pour  fêter  la  naissance  du  petit  JJésus.  Tour  d'horizon  de  quelques  
ésus.  Tour  d'horizon  de  quelques  
pays  où  Noël  est  une  fête  familiale  incontournable...  
pays  où  Noël  est  une  fête  familiale  incontournable...  
   
 En  Italie  
 En  Italie  
Partons  en  Italie  où  les  
 
traditions  diffèrent  selon  les  régions.  Dans  le  nord,  c'est  le  
Père  Noël  "Babbo  
Partons  en  Italie  où  les  
Natale"  ‘— Ž‡ ’‡–‹– ±•—•  "Gesu  Bambino"  qui  distribue  les  cadeaux  
traditions  diffèrent  selon  les  régions.  Dans  le  nord,  c'est  le  
le  jour  de  Noël.  Ailleurs,  c'est  Sainte  Lucie  
Père  Noël  "Babbo  Natale"  ‘— Ž‡ ’‡–‹– ±•—•  "Gesu  Bambino"  qui  distribue  les  ca-­‐
"Santa  Lucia"  Ž‡ ͕͗ †±…‡„”‡ ‘— ‡…‘”‡ Žƒ
sorcière  "Befana"  le  
deaux  le  jour  de  Noël.  Ailleurs,  c'est  Sainte  Lucie  
6  janvier.  Chaque  famille  possède  
"Santa  Lucia"  Ž‡ ͕͗ †±…‡„”‡ ‘—
une  crèche  qu'elle  prépare  9  
jours  avant  Noël.  
encore  la  sorcière  "Befana"  le  6  janvier.  Chaque  famille  possède  une  crèche  qu'elle  
Les  traditions  culinaires  varient  elles  aussi,  d'une  région  à  l'autre.  Au  sud,  on  se  réu-­‐
prépare  9  jours  avant  Noël.  
nit  le  
Les  traditions  culinaires  varient  elles  aussi,  d'une  région  à  l'autre.  Au  sud,  on  se  réu-­‐
24  décembre  autour  d'un  plat  léger  à  base  de  morue  ou  d'anguille  avec  des  
légumes,    tandis  
nit  le  24  décembre  autour  d'un  plat  léger  à  base  de  
qu'  au  nord,  les  antipasti  suivis  des  primi  patti  (une  entrée  à  
morue  ou  d'anguille  avec  des  
base  de  
pâtes  
légumes,    tandis  
farcies)  et  le  fameux  
qu'  au  nord,  les  antipasti  suivis  des  primi  patti  (une  entrée  à  
pot  au  feu  sont  servis  le  25.  En  dessert,  on  peut  déguster  
base  
le  "Panettone  "ou  
de  pâtes  farcies)  et  le  fameux  pot  au  
encore  le  "Panforte".  
feu  sont  servis  le  25.  En  dessert,  on  peut  dé-­‐
  guster  le  "Panettone  "ou  encore  le  "Panforte".  
 En  Angleterre  
 
Chez  nos  voisins  d'outre-­‐
 En  Angleterre  
manche,  c'est  "Father  Christmas"  qui  apporte  les  cadeaux  et  
les  dépose  dans  les  chaussettes  que  les  enfants  ont  accrochés  au  pied  de  leur  lit  ou  à  
 
la  cheminée.  Chaque  
Chez  nos  voisins  d'outre-­‐
famille  décore  également  
manche,  c'est  "Father  Christmas"  qui  apporte  les  
un  sapin.  
cadeaux  
Ici  aussi,  on  se  réuni  autour  
et  les  dépose  dans  les  chaussettes  
d'un  copieux  repas  dont  le  
que  les  enfants  ont  palat  principal  est  une  dinde  
ccrochés  au  pied  de  leur  lit  
rôtie  et  l'on  déguste  le  
ou  à  la  cheminée.  Chaque  famille  décore  également  un  sapin.  
traditionnel  dessert  anglais  :  le  "Christmas  Pudding".  
Tout  
Ici  aussi,  on  se  réuni  autour  
un  rituel  accompagne  la  fabrication  du  Pudding  qui  commence  cinq  semaines  
d'un  copieux  repas  dont  le  plat  principal  est  une  dinde  
avant  Noël.   Ž ˆƒ—– ”‡—‡” ƒ˜‡… —‡ …—‹ŽŽ°”‡ ‡ „‘‹• ȋ‡ Š‘ƒ‰‡  Žƒ …”°…Š‡ ‘î ‡•–
rôtie  et  l'on  déguste  le  traditionnel  dessert  anglais  :  le  "Christmas  Pudding".  
né  Jésus),  dans  le  
Tout  un  rituel  accompagne  
sens  des  aliguilles  d'une  montre  
a  fabrication  du  Pudding  qui  commence  cinq  semaines  
(correspondant  au  voyage  des  
Rois  mages,  d'est  en  
avant  Noël.   Ž ˆƒ—– ”‡—‡” ƒ˜‡… —‡ …—‹ŽŽ°”‡ ‡ „‘‹• ȋ‡ Š‘ƒ‰‡  Žƒ …”°…Š‡ ‘î ‡•–
ouest),  tous  les  membres  de  la  famille  doivent  y  participer,  et  
les  yeux  fermés.  
né  Jésus),  dans  le  sens  des  aiguilles  d'une  montre  (correspondant  au  voyage  des  
Šƒ…— †‘‹– ˆƒ‹”‡ ͕͖ ˜à—š ȋ— ’‘—” …Šƒ“—‡ ‘‹• †‡ Ž̵ƒ±‡ȌǤ •—‹–‡ ‘ ƒŒ‘—–‡  Žƒ
Rois  mages,  d'est  en  ouest),  tous  les  membres  de  la  famille  doivent  y  participer,  et  
préparation  des  objets  :  une  bague  (elle  annonce  la  personne  qui  
les  yeux  fermés.  
se  marie  dans  l'an-­‐
née),  une  pièce  de  10£  (qui  
Šƒ…— †‘‹– ˆƒ‹”‡ ͕͖ ˜à—š ȋ— ’‘—” …Šƒ“—‡ ‘‹• †‡ Ž̵ƒ±‡ȌǤ •—‹–‡ ‘ ƒŒ‘—–‡  Žƒ
prédit  la  fortune),  un  bouton  en  argent  (destiné  à  un  céli-­‐
bataire),    un  dé  à  
préparation  des  objets  :  une  bague  (elle  annonce  la  personne  qui  
coudre  (destiné  à  une  vielle  fille)  et  un  petit  cochon  (qui  désigne  
se  marie  dans   le  
gourmand).(qui  
l'année),  une  pièce  de  10£  (qui  prédit  la  fortune),  un  bouton  en  argent  (destiné  à  un  
                 
célibataire),    un  dé  à  coudre  (destiné  à  une  vielle  fille)  et  un  petit  cochon  (qui  dé-­‐
 En  Espagne  
signe  le  gourmand).(qui  
De  mi-­‐
                  décembre  au  6  janvier,  les  espagnols  sont  en  fête.  Chez  eux,  pas  de  Père  Noël;  
ce  sont  les  Rois  Mages  qui  
 En  Espagne  
distribuent  les  cadeaux  aux  enfants.  
Avant  Noël,  on  
 
prépare  de  petits  biscuits  sucrés  :  les  "Mantecados"    (aux  noisettes),  
les  "Roscos"    (biscuits  au  vin),  ou  encore  des  "Polvorones"    
De  mi-­‐décembre  au  6  janvier,  les  espagnols  sont  en  fête.  Chez  eux,  pas  de  Père  
ȋ„‹•…—‹–•  Žƒ …ƒ‡ŽŽ‡ȌǤ
Durant  la  Nochebuena  (le  
Noël;  ce  sont  les  Rois  Mages  qui  distribuent  les  cadeaux  aux  enfants.  
24  décembre  au  soir),  le  repas  se  compose  généralement  
d'agneau  rôti,  de  dinde,  et  
Avant  Noël,  on  prépare  de  dpe  fruits  de  
etits  biscuits  sucrés  :  les  
mer.  Le  repas  se  termine  souvent  avant  mi-­‐
"Mantecados"    (aux  noisettes),  
nuit,  
les  "Roscos"    (biscuits  au  vin),  ou  encore  des  "Polvorones"    
car  assister  à  la  messe  de  minuit  est  une  des  principales  traditions  d  'Espagne.  
ȋ„‹•…—‹–•  Žƒ …ƒ‡ŽŽ‡ȌǤ
Des  
Durant  la  Nochebuena  (le  
confiseries  telles  que  le  "Turron"  
24  décembre  au  soir),  le  repas  se  compose  généralement  
 (nougat)  sont  incontournables  durant  les  
fêtes.  
d'agneau  rôti,  de  dinde,  et  de  fruits  de  mer.  Le  repas  se  termine  souvent  avant  mi-­‐
Les  raisins  sont  très  convoités  durant  la  période  de  Noël,  car  il  est  d'usage  de  penser  
nuit,  car  assister  à  la  messe  de  minuit  est  une  des  principales  traditions  d  'Espagne.  
qu'ils  portent  chance  
Des  confiseries  telles  que  le  "Turron"  
pour  l'année  qui  vient.  En  effet,  lors  du  repas  
 (nougat)  sont  incontournables  durant  les  
chaque  convive  
dispose  d'une  grappe  de  raisins,  dont  il  doit  manger  un  
fêtes.  
grain  à  chacun  des  douze  
coups  de  
Les  raisins  sont  très  convoités  durant  la  période  de  Noël,  car  il  est  d'usage  de  pen-­‐
minuit.  
  ser  qu'ils  portent  chance  pour  l'année  qui  vient.  En  effet,  lors  du  repas  chaque  con-­‐
vive  dispose  d'une  grappe  de  raisins,(  ?)  dont  il  doit  manger  un  grain  à  chacun  des  
douze  coups  de  minuit.  
Au  Portugal  

Fêtes et traditions

 

Page 9

Au  Portugal    
Au  Portugal,  selon  la  tradition,  les  cadeaux  ne  sont  pas  apportés  par  le  Père  Noël,  
mais  par  le  Petit  Jésus.  On  les  ouvre  après  la  messe  de  minuit,  lorsque  l'on  com-­‐
mence  à  manger  les  desserts.  
Au  niveau  gastronomique,  le  réveillon  portugais  n'est  pas  nécessairement  fas-­‐
tueux.  Plus  que  des  mets  ou  produits  luxueux,  Noël  est  avant  tout  l'occasion  de  
déguster  des  plats  simples  mais  savoureux.  Le  fameux  "Bacalhau  cozido  "  (morue  
cuite  avec  des  pommes  de  terre  et  du  chou  arrosés  à  l'huile  d'olive)  est  le  plat  de  
Noël  portugais  par  excellence.  Une  place  très  importante  est  cependant  réservée  
aux  desserts,  puisque  une  table  entière  leur  est  dédiée.  Ils  sont  présentés  au  
nombre  de  13.  Parmi  ces  douceurs,  on  trouve  des  fruits  (des  oranges  en  particu-­‐
lier),  mais  surtout  des  classiques  de  la  pâtisserie  portugaise  :  du  riz  au  lait,  des  
"Filhós"  ȋ„‡‹‰‡–•  Ž̵‡ƒ— †‡ ˜‹‡ ‡–  Ž̵‘”ƒ‰‡Ȍǡ ‘— ‡…‘”‡ — ‰Ÿ–‡ƒ— †‡• ”‘‹• •‹‹Ǧ
laire  à  celui  des  espagnols.  
Le  lendemain,  le  25  décembre,  les  convives  se  réunissent  à  nouveau,  cette  fois  
pour  manger  du  chevreau  rôti  au  four  servi  avec  des  grelots,  des  pousses  de  navet.  
Ces  dernières  sont  très  appréciées  lorsqu'elles  sont  cuites  à  l'eau.  
                 
 En  Pologne  
Partons  maintenant  pour  l'est  de  l'Europe,  en  Pologne,  où  le  réveillon  ne  com-­‐
porte  habituellement  pas  de  viande.  En  revanche,  il  est  très  copieux  puisque  pas  
moins  de  12  plats  sont  servis,  associant  produits  des  champs,  des  vergers,  des  fo-­‐
rêts  et  des  eaux.  
Le  menu  de  Noël  polonais  comprend  des  céréales,  de  la  soupe  aux  champignons  
des  bois,  de  la  soupe  aux  betteraves  (le  Barszcz),  des  "Pierozki"    ȋ’Ÿ–‡• ˆƒ”…‹‡•Ȍǡ
mais  les  plats  traditionnels  s'appellent  "Borsch"    ȋ†‹ˆˆ±”‡–• ’‘‹••‘• „‘—‹ŽŽ‹•ǡ ˆ—Ǧ
més  et  en  gelée)  et  "l'Oplatek"    (pain  azyme  :  pain  cuit  sans  levain).  
Dès  le  25,  la  viande  est  à  nouveau  consommée.  Et  en  dessert?  On  cuisine  le  
"Makowieck"  ȋ‰Ÿ–‡ƒ— ƒ—š ‰”ƒ‹‡• †‡ ’ƒ˜‘–Ȍǡ ƒ‹• ƒ—••‹ — ‘’‘– ȋŒ—• ‘„–‡— 
partir  de  fruits  macérés)  de  douze  fruits  en  l'honneur  des  Apôtres.  
Une  fois  le  repas  terminé,  on  distribue  les  cadeaux  apportés  par  le  Père  Noël,  ap-­‐
pelé  en  Pologne  "Swiety  Mikolaj  ̶ ȋ ƒ‹– ‹…‘Žƒ•Ȍǡ ‡– ‘ …‘–‹—‡ Žƒ •‘‹”±‡ ‡ …ŠƒǦ
tant  des  chansons  de  Noël.  
 
 Au  Japon  
En  Occident,  Noël  est  probablement  la  fête  la  plus  attendue  de  l'année.  En  Asie,  et  
plus  particulièrement  au  Japon,  il  en  est  tout  autrement.  Là-­‐bas,  pas  de  bûche,  pas  
de  calendrier  de  l'Avent,  ni  de  messe  de  minuit...  Le  25  décembre  au  Japon,  est  un  
jour  comme  les  autres  :  les  enfants  vont  à  l'école  et  les  adultes  travaillent.  Le  24,  
on  en  profite  pour  déguster  le  fameux  "Christmas  cake"Ǥ ‡…‹ †‹–ǡ ‘´Ž ”‡•–‡ ƒŽǦ
‰”± –‘—– „‹‡ ’”±•‡– †ƒ• Ž‡ …à—” †‡• Šƒ„‹–ƒ–• ‹’’‘•ǡ ƒ‹• …̵‡•– ’Ž—–Ø– Ž‡ ‘Ǧ
ment  de  passer  du  bon  temps  avec  son  ou  sa  chéri(e),  ses  ami(e)s...  Noël  s'appa-­‐
renterait    à  une  deuxième  St  Valentin.  
Rassurez-­‐vous  tout  de  même,  le  Père  Noël  appelé  "Santa  Claus"    est  bien  de  la  par-­‐
tie.  Mais  le  24  au  soir,  ce  sont  les  parents  qui  viennent  tout  simplement    déposer  
un  petit  cadeau  sur  le  lit  des  enfants.  
Sur  l'archipel  japonais,  Noël  est  donc  véritablement  une  fête  que  les  habitants  ont  
réussi  à  s'approprier  à  leur  manière.  Loin,  très  loin  des  traditions  occidentales,  
Noël  au  Japon  est  avant  tout  synonyme  de  cadeaux  et  d'amour.  
 
 
 Mathilde  RIOU,  2nde8  

Page 10

Fêtes
Fêtes
et et
traditions
traditions
Lumières sur Lyon
 
Entre   le   cy-­‐
clisme   pour   illuminer  
le   socle   de   la   statue  
de   Louis   XIV   sur   la  
place   Bellecour,   les  
animaux  
sauvages  
dans   les   ascenseurs  
du  métro  et  les  illumi-­‐
nations   magnifiques  
de  la  Cathédrale  Saint
-­‐Jean   ou   de   la   Place  

Depuis   1989,   la   fête  
des  lumières  telle  que  
nous   la   connaissons  
ƒ—Œ‘—”†ǯŠ—‹ ‹˜‡•–‹–
toute   la   ville   de   Lyon  
le   temps   de   trois   à  
quatre  jours.  En  2010,  
environ   3   millions   de  
personnes   se   sont  
déplacées   pour   admi-­‐
rer   les   illuminations.  

 

Les  chrysalides  de  Saint-­‐Jean  

des   Terreaux,   la   Fête  
des   Lumières   a   été  
riche   en   surprises.  
Cette   célébration   tra-­‐
ditionnelle   de   Lyon  
attire   chaque   année  
plusieurs   millions   de  
personnes,  
mais  
quelles   sont   ses   ori-­‐
gines?  
 

De  nos  jours,  de  nom-­‐
breux   artistes   propo-­‐
sent   des   projets   am-­‐
bitieux   et   extrava-­‐
gants   à   la   ville   de  
Lyon  qui  se  charge  de  
répartir   et   de   choisir  
les   différentes   illumi-­‐
nations.  
Alors  que  nous  déam-­‐
bulons   dans   les   rues  
illuminées,  on  ne  peut  

s'empêcher  de  remar-­‐
quer   les   bougies   allu-­‐
mées   sur   le   bords   de  
quelques   fenêtres.  
Peu   de   personnes   sa-­‐
vent   que   ce   sont   ces  
simples  bougies  sur  le  
bord  des  fenêtres  qui  
•‘–  Žǯ‘”‹‰‹‡ †‡•
illuminations  
que  
nous   connaissons   au-­‐
Œ‘—”†ǯŠ—‹Ǥ  
En   réalité,  
la   fête   des  
lumière  fut  
avant   tout  
une   fête  
religieuse  
dédiée   a  
Marie,   vé-­‐
nérée   par  
les   lyon-­‐
nais   de-­‐
puis  
le  
Moyen  
Âge!  
 
Marie,   initiatrice   de  
la   Fête   des   Lu-­‐
mières...  
Quand   le   sud   de   la  
France   fut   touchée  
par   la   peste   en   1643,  
lyonnais   firent   voeu  
de   rendre   hommage  
à   la   vierge   Marie  
chaque  année  si  l'épi-­‐
démie   cessait.   Dès  

Fêtes
Fêtes et
et traditions
traditions
lors,   un   cortège   solen-­‐ là.   Il   fut   donc   décidé  
nel  
municipal   se   ren-­‐ que   la   cérémonie   serait  
7LWUH GH O·DUWLFOH LQWpULHXU
dait   à   la   basilique   remise  au  8  décembre.  
Notre-­‐Dame   de   Four-­‐ Cependant,   le   8   dé-­‐
vière   †‡’—‹• Žƒ ƒ–Š±Ǧ cembre   au   matin,   un  
drale  
Saint-­‐Jean   violent  orage  s'est  abat-­‐
chaque   8   septembre   tit   sur   Lyon...   Le   maître  
ȋ‡– ‘ Ž‡ ͜ †±Ǧ des   cérémonies   décida  
cembre),  pour  lui  offrir   de   reporter   les   réjouis-­‐
cierges  et  écus  d'or.  
sances   nocturnes   au  
Pour   l'inauguration   de   dimanche   suivant!   Mais  

Page 11

tue   et   la   chapelle   de  
Notre-­‐Dame-­‐de-­‐
Fourvière.  
Depuis   six   siècles,   les  
lyonnais  allument  des  
bougies,  les  tradition-­‐
‡Ž• DzŽ—‹‹‘•dzǡ ƒ—š
rebords   de   leurs   fe-­‐
nêtres   le   soir   du   8  
décembre,   alors   que  
la   ville   est   illuminée  

Highlights,  le  film  lumière,  place  des  Terreaux  

la   statue   de   la   vierge  
Marie   en   haut   le   la  
chapelle   de   Fourvière,  
une  grande  cérémonie  
était  prévu  dans  la  ville  
le  jour  du  8  septembre  
1852,   mais   en   raison  
†ǯ—‡ …”—‡ †‡ Žƒ
Saône,   elle   ne   fut   pas  
prête   pour   cette   date  

finalement,   le   ciel   se  
dégagea,   et   la   popula-­‐
tion  lyonnaise,  qui  avait  
tant  attendu  cette  céré-­‐
monie,   illumina   sponta-­‐
nément   ses   fenêtres,  
descendit   dans   les   rues  
et   quelques   feux   de  
bengale   allumés   à   la  
hâte   éclairèrent   la   sta-­‐

par  
les  
artistes  
“—ǯ—‡ ˆ‘—Ž‡ ƒ†‹”ƒǦ
tive   déambule   dans  
les  rues.  
– ˜‘—• ǫ —ǯƒ˜‡œ
vous   préféré   cette  
année?  
 
Estelle  Grand-­‐Clément,    
2nde8    

Lecture

Page 12

4X·HVW-ce que le prix Goncourt
des lycéens ?
Tout  comme  les  membres  de  
Žǯ …ƒ†±‹‡
‘…‘—”– †±…‡”Ǧ
nent   le   fameux   prix   à   un  
roman,  les  lycéens  accordent  
le  prix  Goncourt  des  lycéens.  
Cette   récompense   est   orga-­‐
nisée   par   la   Fnac   et   le   Minis-­‐
–°”‡ †‡ Žǯ †—Ǧ
cation   Natio-­‐
nale,   en   coo-­‐
pération   avec  
Žǯ …ƒ†±‹‡
Goncourt.   Elle  
a   été   attri-­‐
buée   pour   la  
première   fois  
par   des   ly-­‐
céens   rennais  
en   1988   à   Erik  
Orsenna   pour  
ǯ š’‘•‹–‹‘
coloniale.   De-­‐
puis,   ce   sont  
environ  
52  
classes  
qui  
décernent   le  
’”‹š  Žǯƒ—–‡—”
†ǯ— ”‘ƒ †‡
la  
rentrée  
littéraire   par-­‐
mi   les   douze  
sélectionnés.  
ǯ‹’‘”–‡
quelle   classe  
est  
concer-­‐
née  :   2nde,   1ère,  
Terminale,  
†ƒ•
ǯ‹Ǧ
porte   quel   lycée  :   général,  
technologique,   profession-­‐
nel.  
  ‹•‹ǡ  ’ƒ”–‹” †‡ •‡’–‡„”‡
et   durant   deux   mois,   les  
élèves  lisent  et  étudient  avec  
leurs   professeurs   de   français  
les  romans  proposés.  Ils  par-­‐
ticipent   également   à   des  
débats   et   des   rencontres  
avec   les   auteurs.   Puis,   il   y   a  
un  premier  tour  de  vote  pour  
lequel   chaque   région   choisit  
trois   livres   et   ses   ambassa-­‐
deurs.   Un   second   tour   a   lieu  
à   Rennes   où   chaque   ambas-­‐
•ƒ†‡—” ‡•– ’”±•‡–Ǥ Žǯ‹••—‡

de   cette   «  finale  »,   on   vote  
pour  le  lauréat.  
 
Ce   prix   Goncourt   récom-­‐
pense   des   livres   appréciés  
des   lycéens   en   général.   Je  
˜‘—• …‘•‡‹ŽŽ‡ †‘… †ǯ‡

essayer   quelques-­‐uns   parmi  
Parle-­‐leur  de  batailles,   de  rois  
‡– †ǯ±Ž±’Šƒ–•   de   Mathias  
Enard,   Le   Club   des   Incorri-­‐
gibles   Optimistes   de   Jean-­‐
Michel   Guenassia,   entre  
autre.   A   noter   que   cette   an-­‐
née,   le   prix   Goncourt   des  
lycéens   a   été   attribué   à   Joël  
Dicker   pour   ƒ ˜±”‹–± •—” ŽǯƒˆǦ
faire  Harry  Québert.  
‡ ’Ž—•ǡ Œǯƒ‹ ‘‹-­‐même   parti-­‐
culièrement   aimé   le   lauréat  
de  2008,  Un  brillant  avenir  de  
Catherine  Cusset.  
 
Un   brillant   avenir  ǣ †ǯ Ž‡ƒ 

‡Ž‡ǡ Ž‡ †‡•–‹ †ǯ—‡
femme   qui   prend   sa   vie   en  
main  
 
ǯŠ‹•–‘‹”‡ ”ƒ…‘–‡ ‡ ’ƒ”ƒŽǦ
Ž°Ž‡ Žǯ‡ˆƒ…‡ ‡– Žǯƒ†‘Ž‡•Ǧ
…‡…‡ †ǯ Ž‡ƒ ‡ ‘—ƒ‹‡
‡– Žƒ ˜‹‡‹ŽŽ‡••‡ †ǯ ‡Ž‡
aux  Etats-­‐Unis.  Partant  
des  deux  extrémités  de  
la  vie  de  cette  femme,  
le  récit  va  petit  à  petit  
faire  le  lien  entre  la  
jeune  roumaine  des  
années  1950  et  la  vieille  
américaine  de  1990-­‐
2000.  Comment  elle  a  
fui  la  dictature  de  
Žǯ ƒ˜‡… •‘ ƒ‘—”ǡ
Jacob.  Comment,  des  
années  plus  tard,  elle  a  
accueilli  Marie,  cette  
ˆ”ƒ­ƒ‹•‡ “—ǯ‡ŽŽ‡ –”‘—˜‡
égoïste  et  qui  a  pour-­‐
tant  épousé  son  fils  
chéri.  Passant  de  fille  à  
amante,  épouse  et  
mère,  et  enfin  veuve,  on  
•—‹– Žǯ±˜‘Ž—–‹‘ †‡ …‡––‡
femme  courageuse  qui  
…”‘‹– ‡ Žǯƒ˜‡‹”Ǥ
Ce  roman  original  par  sa  
forme  et  très  agréable  à  
lire  est  destiné  à  tout  
’—„Ž‹… ’—‹•“—ǯ‹Ž ”ƒ…‘–‡
une  vie  presque  entière.  
ǯƒ‹ ‡ ’ƒ”–‹…—Ž‹‡” ƒ‹±
Ž‡• ”ƒ’’‘”–• †‡ ŽǯŠ±Ǧ
roïne  avec  les  autres  person-­‐
nages  qui  sont  riches  et  sans  
cesse  évoluent.  Si  certains  
passages  sont  plus  appréciés  
“—‡ †ǯƒ—–”‡•ǡ Žǯ‡•‡„Ž‡
”‡•–‡ ’”‡ƒ–ǡ –ƒ†‹• “—ǯƒ—
fil  de  la  lecture,  les  pièces  du  
’—œœŽ‡ •ǯƒ••‡„Ž‡– ’‘—”
former  un  roman  atypique  et  
très  complet.    
 
 
Claire  Camus,  2nde  
 

Arts
La  sélection  artis-­‐
tique  de  Louis  Bou-­‐
ret,  T  S3  

Page 13

Auto Fire
—–‘ ‹”‡ ‡•– Ž‡ ‘ †ǯ—‡ •±”‹‡ †‡ ’Š‘–‘• ”±ƒŽ‹•±‡• ’ƒ” ƒ™‡Ž ƒ„Œƒ•‹
“—‹ ±˜‘“—‡ †‡• •—Œ‡–• –‡Ž• “—‡ Žǯ‹†±…‹•‹‘ǡ Ž‡• Šƒ„‹–—†‡• ‘— Žƒ …‘Ž°”‡Ǥ  
Pawel  Fabjanski  ,  photographe  polonais  né  en  1980,  a  participé  en  2012  à  
Circulation(s),  le  festival  de  la  jeune  photographie  européenne,  où  il  a  
été  sélectionné.  Il  a  été  par  ailleurs  primé  lors  de  nombreux  festivals  po-­‐
lonais.  

Musique
Musique
Cinéma

Page 14

Vibrez du tympan
La  rubrique  Vibrez  du  tympan  vous  propose  une  sélection  de  morceaux  
peu  connus  qui  valent  le  coup  d'être  écoutés.  On  aime  ou  on  n'aime  pas,  
chacun  ses  goûts.  Mais  un  peu  de  curiosité  ne  fait  pas  de  mal.  
 
Louis  Bouret,  T  S3  
Lily  Ȃ  One  In  A  Googolplex  
 
Ces  petits  allemands  de  Cologne  nous  em-­‐
mènent  dans  leur  galaxies  sur  leurs  synthé-­‐
tiseurs  astronomiques,  leurs  guitares  ryth-­‐
mées  et  une  voix  douce  et  énergique.  Ils  en  
sont  à  leur  4ème  album,  et  sont  tous  aussi  
bien  les  uns  que  les  autres.  Parfois  ils  re-­‐
prennent  et  modifie  leur  morceaux  d'un  
disque  à  l'autre.  Par  exemple  je  vous  conseil  
d'écouté  la  reprise  de  Lily  qui  s  'appel  Lilly  (dans  l'album  «Win  Win»).  

«  De  la  musique  avant  
toute  chose  »  

Endors  Toi  Ȃ  Tame  Impala  
 
Pour  leur  deuxième  album,  les  australiens  
frappent  fort  :  Encore  plus  psychédélique  
que  le  précédent,  on  flotte  dans  les  air  en  
l'écoutant.  Flanger  et  bottleneck  à  gogo,  en  
ajoutant  un  synthétiseurs  et  le  tour  est  joué.  
Avec  eux  on  comprend  ce  que  le  terme  
«High»  veut  dire.    
Un  petit  plus  :  cet  album  à  été  enregistré  à  
Paris,  et  ce  groupe  voue  un  culte  à  la  France.  
Early  Morning  Ȃ  Isaac  Delusion  
 
Ils  sont  les  précurseurs  d'un  style  qui  sera  
sans  doute  l'avenir  de  la  pop  française  :  
l'électro-­‐folk.  Une  ambiance  calme  mais  
toute  fois  rythmée,  des  voix  envoutantes  
ȋŽƒ ˆ‘ŽȌ ƒ’’—›± •—” —‡ „‘—…Ž‡ †‡
sample  et  une  boite  à  rythme  bien  élec-­‐
tronique  (électro).  Certains  crieront  
«C'est  du  downtempo  !»  ou  d'autres  
«c'est  de  l'ambiant».    
Pensez  ce  que  vous  voulez,  je  n'ai  rien  inventé.  

Musique
Musique

Page 15

Vibrez du tympan (suite)
Ah!Ah!Ah!Ah!  -­‐  The  Bewitched  Hands  
 
Bim,  bam,  boum  !  Ces  Rémois  qui  ont  une  
pêche  monstrueuse  se  ramènent  avec  un  al-­‐
bum  encore  plus  fou  que  le  premier.  En  étant  
͚ •—” •…°‡ ȋ•ƒ• …‘’–‡” Ž‡• …à—”•Ȍǡ Ž‡• …‘Ǧ
certs  ressemblent  plus  à  une  fête  bien  joviale,  
la  franche  camaraderie,  la  grosse  poilade.  Ils  
sont  potes  avec  Yuksek  et  The  Shoes  (ils  sont  
tous  de  reims  en  plus),  et  à  eux  3  forment  la  
nouvelle  vague  d'artistes  français  dans  le  vent.  
Autopilot  Ȃ  Miaoux  Miaoux  
 
L'écosse  est  au  rendez-­‐vous.  Cet  artiste  de  
Glasgow  fait  de  l'  «indie  dance  pop».  Une  
musique  joyeuse  et  colorée  qui  vous  font  
bouger  la  tête  et  taper  du  pied.  La  voix  mélo-­‐
dique  et  assez  répétitive  vous  rentre  facile-­‐
ment  dans  la  tête.  Bref  un  truc  à  chanter  
sous  la  douche  ou  meumeumer  dans  le  mé-­‐
tro.  

«  De  la  musique  avant  
toute  chose  »  

Moves  Ȃ  The  New  Pornographers  
 
Du  rock  canadien  on  connait  bien.  Neil  Young,  
Arcade  Fire  etc.  Mais  du  rock  canadien  joué  
avec  des  américains,  c'est  pas  commun.  Ces  6  
musiciens  virtuoses  font  un  rock  bien  rythmé  
qui  vous  secoue  les  puces.  Cependant  l'em-­‐
preinte  «Arcade  Fire»  reste  un  peu  trop  pré-­‐
sente  parfois.  Cela  n'empêche  pas  que  ça  soit  
de  la  bonne  musique,  et  c'est  super  !  
The  Gohst  Ȃ  Efterklang  
 
Les  danois  sont  des  mecs  cool.  D'ailleur  ils  
ont  un  très  bon  groupe  de  post-­‐rock  :  Efter-­‐
klang.  Ce  groupe  plutot  mysterieux,  mé-­‐
lange  des  cuivres,  une  basse  qui  suit  une  
batterie  un  peu  timide,  accompagné  de  per-­‐
cussion  et  xylophones  qui  font  donne  une  
ambiance  «  savane  ».  La  magnifique  voix  
‡•– ƒ……‘’ƒ‰± †‡ ’‡–‹– …à—” “—‹ ˜‘—•
mettent  sur  un  petit  nuage.  Bon  voyage.  

Page 16

La  sélection  de    
Pauline  Soulier,  TES3.  

LeLecahier
cahier
Sport
du
ducinéma
cinéma
Du silence et des ombres
Du  silence  et  des  ombres  (To  killamockingbird)  Ȃ  
Réalisé  par  Robert  Mulligan  Ȃ  1963  Ȃ  Avec  Gregory  
Peck  Ȃ  4.5/5  
 
•…ƒ”‹•± ͗ ˆ‘‹• ‡– –‹”± †— ”‘ƒ †ǯ ƒ”’‡” ‡‡ †—
même  nom,  ce  film  met  en  scène  AtticusFinch,  un  
avocat   et   veuf   avec   deux   enfants   à   sa   charge   dé-­‐
fendant   un   homme   noir   accusé   à   tort   de   viol   en  
cette  période  de  Grande  Dépression.  Mais  le  thème  
’”‹…‹’ƒŽ †‡ …‡ ˆ‹Ž ”‡•–‡ ±ƒ‘‹• Žǯ‡ˆƒ…‡Ǥ 
ˆƒ‹–ǡ †—”ƒ– Ž‡• ͖Š ȋ“—‹ ’ƒ••‡– †ǯƒ‹ŽŽ‡—”•  —‡ ˜‹–‡••‡ ˆ‘ŽŽ‡Ȍ Ž‡ •’‡…–ƒ–‡—”
„ƒ•…—Ž‡ †ƒ• Žǯ—‹˜‡”• ‡ˆƒ–‹ †‡ …‘—– ‡– ‡ǡ Ž‡• †‡—š ’‡–‹–• ‹…Š ‡–
†±…‘—˜”‡ ŽǯŠ‹•–‘‹”‡ †‡ Ž‡—” ’‘‹– †‡ ˜—‡ ƒÃˆ ‡– …—”‹‡—šǤ —ŽŽ‹‰ƒ ”±—••‹– 
‘—• ˆƒ‹”‡ ˆ”‹••‘‡” ƒ˜‡… •ƒ ƒ‹°”‡ †ǯ‘•…‹ŽŽ‡” ‡–”‡ †‡• •…°‡• †ǯƒ—Ǧ
sement   et   des   scènes   bien   plus   sombres   où   les   enfants   tentent   entre  
autre   de   découvrir   qui   est   le   mystérieux   habitant   de   la   maison   voisine  
“—ǯ‹Ž• ’‡•‡– Šƒ–±‡ǥ  

&HUWDLQV O·DLPHQW FKDXG
‡”–ƒ‹• Žǯƒ‹‡– …Šƒ—† (Somelikeit  hot)  Ȃ  
Réalisé  par  Billy  Wilder  Ȃ  1959  Ȃ  Avec  Mari-­‐
lyn  Monroe,  Tony  Curtis,  Jack  Lemmon  Ȃ  
4/5  
 
ƒŽ‰”± Ž‡• ͚͗ ƒ• “—‹ ‘—• •±’ƒ”‡–ǡ Œǯƒ‹
regardé   ce   film   avec   le   sourire   aux   lèvres  
–‘—– †— Ž‘‰Ǥ  ‡ˆˆ‡–ǡ ŽǯŠ—‘—” “—‹ Šƒ„‹–‡
‡”–ƒ‹• Žǯƒ‹‡– …Šƒ—†   ǯƒ ’ƒ• ˜‹‡‹ŽŽ‹ǡ
comme  si  le  script  avait  été  écrit  il  y  a  une  
˜‹‰–ƒ‹‡ †ǯƒ±‡ •‡—Ž‡‡–ǡ •‹ „‹‡ “—‡
le   film   a   été   classé   dans   la   liste   des   films  
américains   les   plus   drôles   du   XXe   siècle  
ȋ†‡˜ƒ– ‘‘–•‹‡ȌǤ ‡ ”±•—± ‡ †‹– Ž‘‰
sur  ce  qui  nous  attend,  le  film  met  en  scène  deux  musiciens  de  jazz,  qui,  
pour  échapper  à  une  histoire  de  gangsters  dans  laquelle  ils  sont  injuste-­‐
ment   mêlés,   se   travestissent   et   intègrent   un   orchestre   féminin   dans   le-­‐
“—‡Ž ‹Ž• –‘„‡– –‘—– †‡—š ƒ‘—”‡—š †ǯ—‡ ”ƒ˜‹••ƒ–‡ Œ‡—‡ ˆ‡‡Ǥ
Žǯ±’‘“—‡ǡ …‡ ˆ‹Ž –”ƒ•‰”‡••ƒ‹– Ž‡• Ž‘‹• ‘”ƒŽ‡• ƒ‹• ƒ—Œ‘—”†ǯŠ—‹ ‹ŽŽ› ‹ŽǦ
der  nous  offre  une  comédie  devenue  culte  et  élégante.  

Le
Lecahier
cahierdu
ducinéma
cinéma

Page 17

$OLFH Q·HVW SOXV LFL
Ž‹…‡ ǯ‡•– ’Ž—• ‹…‹ ȋ Ž‹…‡ †‘‡•ǯ– Ž‹˜‡ Š‡”‡ƒ›‘”‡Ȍ Ȃ  
Réalisé   par   Martin   Scorsese   Ȃ   1974   Ȃ   Avec   Ellen  
Burstyn,  Kris  Kristofferson  Ȃ  5/5  
 †‡ ‡• ˆ‹Ž• ’”±ˆ±”±•ǡ ’ƒ” Žǯ— †‡ ‡• ”±ƒŽ‹•ƒ–‡—”•
préféré,   Ž‹…‡ ǯ‡•– ’Ž—• ‹…‹   ‡•– †‘… Ž‡ †‡—š‹°‡ Ž‘‰
±–”ƒ‰‡ †‡ …‘”•‡•‡ǡ ‘ •—‹– ŽǯŠ‹•–‘‹”‡ †ǯ Ž‹…‡ †‘– Ž‡
’Ž—• ‰”ƒ† ”²˜‡ ƒ –‘—Œ‘—”• ±–± †ǯ²–”‡ …Šƒ–‡—•‡ǡ ”²˜‡
“—ǯ‡ŽŽ‡ ‡••ƒ›‡ †‡ ”±ƒŽ‹•‡” ƒ’”°• Žƒ ‘”– †‡ •‘ ƒ”‹ǡ
son   insupportable   fils   de   13   ans   sous   son   aile.   Le   film  
•ǯ‘—˜”‡ •—” —‡ ±–”ƒ‰‡ •…°‡ ƒ—š ƒ‹”• †— Magicien  
†ǯ œǡ ƒ˜‡… —‡ Ž‹…‡ ‡ˆƒ– “—‹ …Šƒ–‘‡ ƒÃ˜‡‡–
–‘—– ‡ …‘—”ƒ– †ƒ• Ž‡• …Šƒ’•Ǥ – …ǯ‡•– ͖͛ ƒ• ’Ž—• –ƒ”† “—ǯ‘ Žƒ ”‡–”‘—˜‡ǡ
°”‡ ƒ— ˆ‘›‡”ǡ ƒƒ †ǯ— ‰ƒ”­‘ǡ •…°‡ ƒ……‘’ƒ‰±‡ †ǯ— •—’‡”„‡ ‘”Ǧ
ceau  de  Mott  The  Hoople  par  ailleurs.  Ah  oui,  car  comme  il  le  fait  souvent,  Mar-­‐
tin  Scorsese  nous  offre  une  bande-­‐originale  extraordinaire  qui  mélange  grands  
classiques  de  Broadway  («  I'veGot  a  Crush  on  You  »,  «  Cuddle  Up  a  LittleCloser,  
Lovey  Mine  ǽǥȌ ƒ˜‡… Ž‡• …Žƒ••‹“—‡ †— ”‘… †‡• ͔͛•ǡ ȋ ‘–– Š‡ ‘‘’Ž‡ǡ Ǥ ‡šǡ
Ž–‘ ‘ŠȌǤ  ’‡—– ƒ—••‹ †±…‘—˜”‹” Žƒ –‘—–‡ Œ‡—‡ ‘†‹‡ ‘•–‡”ǡ  ŽǯŸ‰‡ †‡ ͕͖
ans  dans  ce  film  qui  lui  promet  un  avenir  radieux.  En  fait,   Ž‹…‡ ǯ‡•– ’Ž—• ‹…‹  plai-­‐
”ƒ •ƒ• ƒ—…— †‘—–‡  –‘—• …‡—š “—‹ǡ …‘‡ ‘‹ǡ ”²˜‡– †ǯƒ˜‘‹” …‘— Ž‡• ƒǦ
±‡• ͔͛ǡ ‡– Žǯ ±”‹“—‡ ’”‘ˆ‘†‡ †‡• ƒ±‡• ͔͛ •—”–‘—– ƒ‹• ƒ—••‹ ’‘—” –‘—•
les  autres  car  à  mon  goût,  ce  deuxième  long-­‐métrage  de  Scorsese,  un  peu  mis  
†‡ …Ø–± ƒ’”°• Žƒ •‘”–‹‡ †‡ ƒš‹ ”‹˜‡” †‡—š ƒ• ƒ’”°•ǡ ±”‹–‡ †ǯ²–”‡ ȋ’”‡•“—‡Ȍ
aussi  culte  que  celui-­‐ci.  

Margin call
Margin  Call  Ȃ   ±ƒŽ‹•± ’ƒ” Ǥ Ǥ Šƒ†‘” Ȃ  2012  Ȃ  Avec  
Kevin   Spacey,   Jeremy   Irons,   Zachary   Quinto,   Penn  
Badgley  Ȃ  3.5/5  
Pour  un  premier  long-­‐métrage,  Chandor  nous  offre  
— –Š”‹ŽŽ‡” ŠƒŽ‡–ƒ– ƒ……‘’ƒ‰± †ǯ— …ƒ•–‹‰ †ǯ‡šǦ
…‡’–‹‘ ‡ ‘—• ‡‡ƒ– ƒ— …à—” †ǯ—‡ ±“—‹’‡
de   traders   qui,   pour   survivre   au   krach   boursier,  
ǯ‘– “—ǯ—‡ •‘Ž—–‹‘  :  ruiner  les  autres.  Pour  réali-­‐
ser  Margin  Callǡ Šƒ†‘” ƒ †±…‹†± †‡ ”‡•’‡…–‡” —‡
unité   de   temps   et   une   unité   de   lieu  :   le   film   se   dé-­‐
roule   la   nuit   avant   la   crise   financière   dans   Wall  
Street,   unités   qui   donnent   au   film   une   dimension   tout   à   fait   réaliste.   Il  
déclare   «   ǯ‡•– ’Ž—• — ƒ˜‡”–‹••‡‡–ǡ — ‡••ƒ‰‡ †ǯƒŽ‡”–‡ǡ “—‡ Œǯ‡•’°”‡
plus   efficace   que   toutes   les   leçons   de   morale  »  ;   Margin   Call   aide   à   com-­‐
prendre  les  causes,  effets  et  mécanismes  de  la  crise  financière  et  nous  em-­‐
°‡ •—”–‘—– †ƒ• Žǯ‡˜‡”• †— †±…‘”ǡ ‹Ž …‘ŽŽ‡ –‘—–  ˆƒ‹– ƒ— ’”‘‰”ƒ‡
†ǯ †‡ ’”‡‹°”‡ ‡– –‡”‹ƒŽ‡Ǥ ƒŽ‰”± — ”›–Š‡ ƒ••‡œ ”ƒ’‹†‡ ’‘—” ‡š’Ž‹Ǧ
“—‡” — •—Œ‡– ƒ—••‹ …‘’Ž‡š‡ǡ …ǯ‡•– — ˆ‹Ž “—‡ Œ‡ …‘•‡‹ŽŽ‡ •—”–‘—– ƒ—š
mais  aussi  aux  autres,  évidemment  !  

De
De
'H SOXPH HQ SOXPH«
plume
plume en
en plume
plume !

Page 18

Apologie de la chaussette
La  chaussette,  
probablement  le  plus  
trivial  des  tissus  à  re-­‐
˜²–‹”ǡ ’—‹•“—ǯƒ••‘…‹±‡
 Žǯ‡š–”±‹–± Žƒ ‘‹•
attrayante  de  nos  
corps  sveltes  et  har-­‐

ǯ› ƒ ’ƒ• †‡ –”‘— †ƒ•
tes  chaussettes,  tu  ne  
peux  pas  les  mettre  ».  
 
Effectivement,  
la  chaussette  est  avant  
tout  un  objet  banal,  et  

vient  maladif.  Rempla-­‐
çons  la  socquette  par  le  
mi-­‐„ƒ•ǡ ’ƒ”…‡ “—ǯ— ”‡Ǧ
tour  aux  origines  ne  
ferait  pas  de  mal.  Parce  
“—‡ Žǯ±’‘“—‡ †‡ ƒ””›

monieux,  reste  néan-­‐
moins  un  objet  des  
plus  intéressants,  au-­‐
tant  par  sa  diversité  
de  forme  que  par  sa  
présence,  jadis  et  
dans  notre  monde  
contemporain.  Seul  
point  commun  entre  
toutes  les  chaus-­‐
settes  :  le  trou.  On  a  
tous  déjà  surpris  
notre  gros  orteil  en  
train  de  se  faire  la  
malle  discrètement.  
Et  comme  le  disait  
Pierre  Legaré,  «  •ǯ‹Ž

sa  fonction  dérisoire  se  
retrouve  dans  certaines  
expressions  françaises,  
toujours  négatives  :  du  
jus  de  chaussette  pour  
un  café,  disons,  imbu-­‐
vable,  ou  alors  on  parle  
de  morale  dans  les  
chaussettes  lorsque,  
disons,  rien  ne  va  plus.  
 
Et  pourtant,  cer-­‐
–ƒ‹• •ǯ‘ˆˆ—•“—‡– †‡
cette  réputation  pour  
le  moins  négative  :  ar-­‐
”²–‘• †ǯƒ˜‘‹” Š‘–‡ †‡
la  chaussette,  ça  en  de-­‐

Lyndon  est  un  idéal  
ȋ”±‰Ž‡” Ž‡• …‘ˆŽ‹–• ƒ—
’‹•–‘Ž‡–ǡ …ǯ‡•– Ž‡ ’‹‡†ȌǤ
Et  parce  que  les  foo-­‐
teux  ne  peuvent  pas  
être  les  seuls  à  en  profi-­‐
ter.  Alors,  le  change-­‐
‡–ǡ …ǯ‡•– ƒ‹–‡Ǧ
nant.  
 
 
 
Cet  engoue-­‐
ment  pour  la  chaus-­‐
sette  Ȃcar  oui,  engoue-­‐
ment  il  y  aȂ    se  re-­‐
trouve  par  ailleurs  dans  
le  milieu  culturel  :  en  

«  La  chaussette  est  
avant  tout  un  objet  
banal  »  

De
'H SOXPH HQ SOXPH«
De
plume
plume
en plume
en plume
!

«  Les  chaussettes  de  
l'archi-­‐duchesse,  sont
-­‐elles  sèches  ou  archi-­‐
sèches  ?    »

1892,  le  naturaliste  
‹Ž‡ ‘Žƒ …‹–ƒ‹– †ǯ‘”‡•
et  déjà  la  chaussette  
dans  La  Débâcle,  certes  
dans  une  posture  
quelque  peu  inférieure  
’—‹•“—ǯ‡ŽŽ‡ •‡ ˆƒ‹– …‘—Ǧ
per  par  un  infirmier,  
pour  laisser  entrevoir  
un  trou  béant  au  ni-­‐
veau  de  la  cheville  de  
ŽǯŠ‘‡ „Ž‡••±ǡ Ž‡ …ƒǦ
’‹–ƒ‹‡ ‡ƒ—†‘‹Ǥ ǯ‡•–
†ǯƒ‹ŽŽ‡—”• Ž‡ ²‡ ’‡”Ǧ
sonnage  qui,  au  début  
du  roman,  se  désole  
†ǯƒ˜‘‹” ’‡”†— •‡• „ƒǦ
gages  :  «  et  plus  rien,  
pas  un  mouchoir,  pas  
une  paire  de  chaus-­‐
settes  !  ».  
 
En  chanson,  le  
thème  de  la  chaus-­‐
sette  est  repris  par  
quelques  artistes  Ȃbon  
…‡ ǯ‡•– ’ƒ• Žƒ –”‘—Ǧ
vaille  du  quinquennat,  
ǯ‡ˆ‹ǣ Mes  chaus-­‐
settes  Bleues  (Patricia),  
Les  chaussettes  rouges  
et  jaunes  à  petits  pois  
ȋ ‘”‘–Š±‡Ȍ ‘— ‡…‘”‡
le  groupe  de  rock  fran-­‐
çais  des  années  1960  
Les  Chaussettes  
Noires.  Plus  communé-­‐
ment,  on  repense  au  

fameux  virelangue  :  «  Les  
chaussettes  de  l'archi-­‐
duchesse,  sont-­‐elles  
sèches  ou  archi-­‐
sèches  ?  ».  
 
 
Ž ǯ‡ ”‡•–‡ ’ƒ•
‘‹• “—‡ Žǯƒ•’‡…– Ž‡
plus  fascinant  de  la  
chaussette  est    ce  phé-­‐
nomène  paranormal  qui  
décime  lignées  entières  :  
le  syndrome  de  la  chaus-­‐
sette  orpheline.  Véri-­‐
table  fléau  domestique  
ƒ’’ƒ”—– ƒ˜‡… Žǯ‹˜‡–‹‘
de  la  machine  à  laver.  
Tout  semble  provenir  de  
Žǡ †— …à—” ²‡ †‡ …‡
substitut  au  lavoir,  du  
tambour.  Parvenir  à  sur-­‐
vivre  à  la  noyade  avant  
†‡ •ǯ‡ˆ—‹” ’ƒ” Žƒ ’‘”–‡
verrouillée,  cela  relève  
†‡ Žǯ‡š’Ž‘‹–Ǥ ‘‹• “—ǯ‹Ž
ǯ‡š‹•–‡ — ‘†‡ ’ƒ”ƒŽǦ
lèle  peuplé  de  Lepre-­‐
chauns  chargés  de  régu-­‐
ler  le  nombre  de  chaus-­‐
settes  par  foyer,  dont  le  
tambour  serait  un  accès  
secret,  à  la  manière  de  la  
voie  neuf-­‐trois-­‐quarts  de  
‹‰ǯ• ”‘•• –ƒ–‹‘Ǥ
‘—” ‡ ƒ˜‘‹” Ž‡ …à—”
net,  la  caméra  dans  la  
machine  devient  une  né-­‐
cessité  pour  chaque  vic-­‐

Page 19

time  de  ce  syn-­‐
drome.  
 
Toujours  est-­‐il  
que  cela  fait  les  af-­‐
faires  de  tout  le  
monde  :  le  Lepre-­‐
chaun  apporte  une  
belle  diversité  
†ǯƒ••‘…‹ƒ–‹‘ †ƒ•
nos  tiroirs  (un  pré-­‐
texte  pour  mélanger  
un  motif  à  poids  
jaune  avec  des  
rayures  bordeaux),  
tout  en  permettant  à  
des  associations  cari-­‐
tives  de  recycler  ces  
tissus  en  deuil.  
     
 
 
«  Les  scandales  sont  
comme  les  trous  aux  
chaussettes.  On  ne  
s'en  inquiète  pas  
tant  qu'on  est  le  seul  
à  en  connaitre  l'exis-­‐
tence.  »  [Bernard  
Haller]  cf    Mort  
d'Haller  :  merde  
alors  !  »  
 
 
Hailaire  
alias  
Loïc  Renaudier,  T  S1
 

Plusieurs  élèves  de  la  CSI  en  classe  de  2nde,  1ère  et  Terminale  ont  participé  pendant  
deux  semaines  au   ‡•–‹˜ƒŽ †‡• ‹†±‡• ‘†‡ †ǯ‡’Ž‘‹ organisé  par  la  Villa  Gillet.  
— ͖͔ ‘˜‡„”‡ ƒ— ͖ †±…‡„”‡ ͖͔͕͖ǡ ‹Ž• ‘– ‡— Ž‡ ’”‹˜‹Ž°‰‡ †ǯƒ••‹•–‡”  †‡• …‘ˆ±Ǧ
rences  et  débats  traitant  principalement  des  sciences  humaines  et  sociales  et  de  phi-­‐
losophie.  Suite  à  ces  rendez-­‐vous  culturels  et  intellectuels,  chaque  lycéen-­‐reporter  a  
rédigé  un  ou  plusieurs  article(s)  publié(s)  sur  un  blog  accessible  à  tous.  Pour  consul-­‐
ter  les  écrits  de  ces  journalistes  en  herbe,  rendez-­‐vous  sur  :    
 
http://csimodedemploi2012.overblog.com/  
Olga  Levesque,  TL  

'H SOXPH HQ SOXPH«
Insolite
Insolite

Page 20

ONLY ANTOINE MOYROUD
Nous  avons  rencon-­‐
tré  Antoine  Moyroud,  
élève  de  17  ans  à  la  
Cité  Scolaire  Interna-­‐
tionale  ayant  produit  

quel  but  ?»  
Antoine  Moyroud  :  
«J'ai  fait  cette  vidéo  en  
me  lançant  ce  défi  à  
moi-­‐même,  dans  le  but  

une  vidéo  pour  le  
concours:  
 
 «Only  Lyon»  qui  vise  
à  promouvoir  la  ville  
de  Lyon  à  l'internatio-­‐
nal.  
La  vidéo  circule  de-­‐
puis  plus  de  3  mois  
sur  internet  et  a  déjà  
atteint  les  10  000  
vues  sur  Youtube.  
 
‘—”ƒ– †ǯƒ‹” ǣ
«Pourquoi  as-­‐tu  fais  
cette  vidéo,  dans  

de  montrer  qu'un  étu-­‐
diant  est  capable  de  
produire  une  vidéo  de  
qualité.»  
 
†ǯƒ ǣ Ǽ ‘„‹‡ †‡
temps  as-­‐tu  mis  pour  
réaliser  cette  vidéo?»  
A.M.  ǣ Ǽ ̹ƒ‹ ‹• ‡˜‹”‘
3  jours  pour  arpenter  
Lyon  et  prendre  des  
photos  symboliques  qui  
représentent  vraiment  
Lyon,  puis  à  peu  près  
une  semaine  pour  réali-­‐
ser  le  montage  vidéo.»  

«J'ai  mis  environ  3  jours  
pour  arpenter  Lyon  et  
prendre  des  photos  
symboliques  qui  
représentent  vraiment  
Lyon,  puis  à  peu  près  une  
semaine  pour  réaliser  le  
montage  vidéo  »

 
†ǯƒ ǣ  «Pourquoi  ce  
concours  et  pas  un  
autre?»  
A.M  :  «Aucune  idée,  à  
la  base,  je  n'avais  pas  
vraiment  pour  but  de  
créer  une  vidéo  puis  je  
suis  tombé  sur  ce  con-­‐
cours  sur  le  Grand  
Lyon  par  hasard,  et  je  
me  suis  lancé.»  
 
†ǯƒ ǣǼ •–-­‐ce  une  pas-­‐
sion  pour  toi?»  
A.M.  :  «J'espère  un  
jour  travailler  dans  
l'audiovisuel  et  peut  
être  faire  connaître  
mon  travail  grâce  à  ce  
genre  de  vidéo.»  
 
Le  comptage  des  
votes  sur  Facebook  
et  des  vues  sur  You-­‐
tube  prendront  fin  le  
͕͛ †±…‡„”‡  ͕͖Š
donc  n'hésitez  pas  à  
continuer  à  partager  
la  vidéo  !  
 
 
 
 
Cécile  LAHHAM,  
 Joana  REBELO,  
 Malik  ZEKRI,    
2nde8  
 

Insolite
Insolite

Page 21

Être jeune et gagner de l'argent,
c'est possible ?
Beaucoup  de  gens  pen-­‐
•‡– “—‡ Ž‘”•“—ǯ‘ ‡•–
jeune  on  ne  peut  pas  
gagner  de  l'argent,  
mais  est-­‐ce  vrai?  La  ré-­‐
ponse  est  non  !    
 
Etant  étudiant,  il  est  
toujours  possible  de  
‰ƒ‰‡” †‡ Žǯƒ”‰‡–ǡ ƒ—Ǧ
–”‡‡– “—ǯ‡ ”‡…‡˜ƒ–
†‡ Žǯƒ”‰‡– †‡ ’‘…Š‡
des  parents.  En  effet,    il  
y  a  des  solutions    pour  
gagner  de  l'argent  sans  
l'aide  des  parents.  
Certes,  ce  n'est  pas  as-­‐
sez  pour  en  vivre,  mais  
cet  argent  peut  déjà  
être  un  début  de  l'auto-­‐
nomie.  
 Par  exemple,  on  peut  
devenir  musicien  et  
créer  un  groupe,  qui,  
•ǯ‹Ž †‡˜‹‡– ƒ••‡œ …‘Ǧ
nu,  peut  vous  faire  ga-­‐
gner  déjà  un  peu  d'ar-­‐
gent  pour  se  payer  des  
nouveaux  instruments.    
ǯ‡•– Ž‡ …ƒ• †— ‰”‘—’‡
Ƿ Š‡ ‘™DzǤ ‡•

amis  qui  jouent  tous  un  
instrument  depuis  
quelques  années  et  qui  
se  sont  réunis  pour  for-­‐
mer  ce  groupe.  Officiel-­‐
lement  fondé  en  2009,  
après  3  ans  de  concert  
à  l'école,  ce  groupe  a  
pu  continuer  son  aven-­‐
ture  et  a  enregistré  un  
album  en  mars  2012.  
Actuellement,  il  parti-­‐
cipe  à  des  concerts  
payants  ou  à  des  con-­‐
certs  dans  des  bars  où  
ils  arrivent  à  gagner  
environ  100  euros  par  
concert.  Ce  chiffre  peut  
varier  cependant.  
Même  si  cette  source  
de  revenu  n'est  pas  
•–ƒ„Ž‡ǡ …ǯ‡•– †±Œ —
début.  Et  le  meilleur  
moyen  de  gagner  de  
l'argent  est  toujours  le  
moyen  qui  permet  de  
s'amuser  le  plus  !  
 Mais  ce  n'est  pas  le  
seul  exemple,  il  en  
existe  bien  d'autres,  
souvent  plus  acces-­‐

sibles  qu'on  ne  le  
pense.  
  ‘—” ”±•—‡”ǡ †‹•‘•
“—ǯƒ˜‡… — ’‡— †ǯ‹ƒ‰‹Ǧ
ƒ–‹‘ǡ Ž‡ ˆƒ‹– †ǯ²–”‡
±–—†‹ƒ–ǡ ǯ‡’²…Š‡
’ƒ• †ǯƒ˜‘‹” —‡ •‘—”…‡
de  revenus  permettant  
éventuellement  de  fi-­‐
nancer  un  Hobby.  Et  
’‘—” …‡—š “—‹ ǯƒ‹‡–
pas  rechercher  une  idée  
originale,  il  reste  tou-­‐
jours    la  solution  de  
faire  la  vaisselle  dans  un  
restaurant  ǨǤǤDz  
Je  remercie  les  
membres  de  groupe  
Ƿ Š‡ ‘™Dz ’‘—”
Žǯ‹–‡”˜‹‡™ “—ǯ‹Ž• ‘–
„‹‡ ˜‘—Ž— ǯƒ……‘”†‡”
et  je  les  encourage  
pour  la  suite  de  leur  
aventure,  Ils  sont  un  
bon  exemple  de  ce  qu'il  
est  possible  de  faire  de  
notre  jeunesse.  
 
Joedy  Pisarsky,  2nde7  
 

'H O·RUDQJH SOHLQ OHV \HX[
Épatant!  Un  professeur  
de  la  CSI  vient  tous  les  
jours  au  lycée  habillé  
†ǯ—‡ …Š‡‹•‡ ‘”ƒ‰‡ǥ
‘—• ƒ˜‘• ‡± Žǯ‡Ǧ
quête  pour  vous  faire  
découvrir  une  histoire  
pour  le  moins  insolite.  
 
ǯ‘”ƒ‰‡ǡ …‘—Ǧ
leur  chaude  de  cet  hiver,  
est  à  la  fois  dynamisante  

et  source  de  bien-­‐être  et  
†ǯ±“—‹Ž‹„”‡Ǥ ̵‡•– ƒ—••‹ Žƒ
couleur  préférée  de  l'un  de  
‘• ’”‘ˆ‡••‡—”•ǣ Ǽ ǯ‡•– —‡
…‘—Ž‡—” “—‡ Œǯƒ‹‡ „‹‡ǽǡ
affirme-­‐t-­‐il.  En  effet,  voilà  
’Ž—• †‡ †‹š ƒ• “—ǯ‹Ž •ǯŠƒǦ
bille  en  orange  tous  les  
jours,  ou  presque:  il  se  per-­‐
mettrait  de  ne  pas  en  por-­‐
ter  une  à  deux  fois  par  an,  

pour  «des  exceptions».  
Tout  en  lui  parlant,  je  re-­‐
marque  aussi  qu'il  arbore  
au  poignet  une  montre  
orange  flashy...    
 
Voilà  de  quoi  
‘—• ‡––”‡ †‡ Žǯ‘”ƒ‰‡
plein  les  yeux.  
 
C.harlotte  Delfosse,    
Augustin  Penicaud,    
2nde8  

JOURNAL DES LYCÉENS
DE LA CITÉ SCOLAIRE
INTERNATIONALE DE LYON

Ont  collaboré  à  la  rédaction  de  ce  numéro  :  

ALLGAIER  Clara,  1ère  ES1  
BOURET  Louis,  T  S3  
CAMUS  Claire,  2nde9  
CEROSKY  Lara,  T  L  
3ODFH GH 0RQWUpDO
69361 Lyon Cedex 07
DELFOSSE  Charlotte,  2nde8  
DUPONT  DE  DINECHIN  Paloma,  2nde8    
Téléphone :04 78 69 60 14 (CDI)
Cité Scolaire
Messagerie :
FAVRE  Guillaume,  1ère  S2  
Internationale de Lyon
clubjournalcsi@gmail.com
LAHHAM  Cécile,  2nde8  
LEVESQUE  Olga,  TL  
LUND-­‐RICARD  Yasmine,  1ère  S4  
MAARI  Sanaa,  1ère  S2  
MARET  Rebecca,  TL  
MURILLON  Xavier,  1ère  S3  
NICCOLAI  Laura,  1ère  S4  
PENICAULT  Augustin,  2nde8  
PETOT-­‐ROSA  Sophie,  1ère  S4  
PISARSKY  Joedy,  2nde7  
ǯ±“—‹’‡ †— Œ‘—”ƒŽ –‹‡– ’ƒ”–‹…—Ž‹°”‡Ǧ
RENAUDIER  Loïc,  T  S1  
ment  à  remercier  Monsieur  Ferrari,  
RIOU  Mathilde,  2nde8  
Proviseur  de  la  Cité  Scolaire  Internatio-­‐
ǯ±“—‹’‡ †— Œ‘—”ƒŽ –‹‡–  ”‡‡”…‹‡” ‘•‹‡—” ‡””ƒ”‹ǡ
SADURA  Aleksandra  (Ola),  1ère  S4  
nale  de  Lyon,  pour  son  soutien  et  son  
Proviseur  de  la  Cité  Scolaire  internationale  de  
Lyon,  pour  
SOULIER  Pauline,  TES3  
aide  à  la  bonne  réalisation  de  ce  projet.  
son  soutien  et  son  aide  à  
la  bonne  réalisation  de  ce  
projet.  
VERNAY  
Caroline,  2nde8  
ZEKRI  Malik,  2nde8  
ZUCCHETTA  Claire,  T  S1  

CLUB
JOURNAL

Repas de famille
Repas de famille
vacances   main   de   son   bac.   Son   arri-­‐

Rédacteurs en chef :
Hélène Journeaux
Marine Lauzel

Mise  en  page:    
Hélène  Journeaux  

Les  
Les  
vacances  
sont   bientôt   là,  
alors  
sont  bientôt  là,  alors  voi-­‐
voici   une   idée   de   vidéo,  
ci  une  idée  de  vidéo,  une  
une  idée  de  livre,  et  une  
idée  de  livre,  et  une  idée  
idée   de   musique   dont  
de  
musique  
dont  
vous  
vous  
pourrez  
profiter  
pourrez  profiter  pendant  
pendant   les   longues  
les  
longues  
de  
journées  
de  journées  
froid   et   qui  
froid  
qui   vous   rappel-­‐
vous  et  
rappelleront  
peut-­‐
leront  
peut-­‐
ê
tre  
de  
être   de   mémorables  mé-­‐
re-­‐
morables  
repas  
en  
fa-­‐
’ƒ• ‡ ˆƒ‹ŽŽ‡•ǥ  
‹ŽŽ‡•ǥ      
   Un   livre:   Un   re-­‐
livre:  de  
Un  Ade-­‐
re-­‐
pas   de  Un  
famille,  
pas  de  famille,  de  Adeline  
line  Izac.    
Izac.     Eva   la   fille   ca-­‐
ca-­‐
dette   Eva  
de   la  
la   fille  
famille  
dette  de  la  famille  Nègre,  
Nègre,  fait  brusquement  
fait  
brusquement  
sa   ré-­‐
•ƒ ”±ƒ’’ƒ”‹–‹‘
 Žǯ‘……ƒǦ
ƒ’’ƒ”‹–‹‘  Žǯ‘……ƒ•‹‘ †‡
sion   de   la   fête   tradition-­‐
la  
fête  du  
traditionnelle  
du  
nelle  
12   juillet.   Elle  
12  
juillet.  
Elle  
avait  
brus-­‐
avait   brusquement   quit-­‐
quement  quitté  la  maison  
té   la   maison   au   lende-­‐

Une  
vidéo:  
au  
lendemain  
de  
son  
yeux  
rouges  
qui  
restent  
vée  à  la  propriété  après  16   ”‡ˆ Œǯƒ‹ ˆƒ‹– — ”‡’ƒ•
bac.  †ǯƒ„•‡…‡
Son   arrivée  
à   †‘…
la   dans  des  albums  vieillis.  
de   famille   de   Kyan  
ƒ•
ǯ‡•–
propriété  
après  
ans       Khojandi   et   Bruno  
pas  
anodine  
et  16  semble  
†ǯƒ„•‡…‡
Une   vidéo:   Bref  
bien  
être   le  ǯ‡•–
signe  †‘…
de   re-­‐ Muschio.  
pas   anodine   et  
semble   Œǯƒ‹ ˆƒ‹– — Kyan,  
”‡’ƒ• le  
†‡ per-­‐
ˆƒǦ
trouvailles  
mouvemen-­‐
bien   être   le   signe   de   mille  
de   Kyan  
Khojandi  
sonnage  
principal  
est  
tées.  Ce  roman  broché  est  
retrouvailles  
mouve-­‐
et  Bruno  
M
uschio.  
paru   cet   octobre   et   coùte   invité   à   un   repas   de  
mentées.   Ce   roman  
Kyan,  
le   person-­‐
famille  
avec  
ses   pa-­‐
͕͚̾Ǥ  
Broché     est   paru   cet   nage  
principal   est   invité  
rents  qui  se  détestent,  
un   repas  
de   famille  
oncle   vulgaire,  
sa  
   ‘…–‘„”‡ ‡– …‘î–‡ ͕͚̾Ǥ  
Une   chanson:   Les  à   son  
 
avec  
ses   parents   qui   se  
tante  honteuse  et  son  
épices  du  souk  du  Caire  de  
   
Une   chanson:   détestent,  
son   oncle  
frère  complice.  
Bénabar.  
Les   épices  
souk  de  
du  fa-­‐vulgaire,  
sa   tante  
hon-­‐
ǯƒ„‹ƒ…‡
’ƒ”–‹…—Ǧ
Les   du  
repas  
Caire  
†
‡ ±ƒ„ƒ”Ǥ  
teuse  
et  
son  
frère  
com-­‐
mille   riment   souvent   avec   lière   se   transforme  
repas   de  
Ž‘”•“—ǯ—‡ ƒ‘…‡
photos   Les  
de   famille.  
Dans  plice.  
famille  
riment  
souvent  
ǯƒ„‹ƒ…‡
cette   chanson   Bénabar   ‡•– ˆƒ‹–‡ǥ  ’ƒ”–‹…—Ž‹°”‡
avec  photos  de  famille.   se     transforme   lors-­‐
parle  des  photos  de  bébés  
Dans  
cette   chanson  
ƒ‘…‡
‡•–
VERNAY,  
et  
de   couples,  
des   souve-­‐“—ǯ—‡ Caroline  
Bénabar  parle  des  pho-­‐
2nde8  
nirs  
de   vacances   et   des  ˆƒ‹–‡ǥ  
tos   de  
bébés  
de    
 
yeux  
rouges  
qui  et  restent  
couples,  
des  
souvenirs  
Caroline  
V
ernay,     2nde8    
dans  des  albums  vieillis.  
 
   de   vacances   et   des  


Journal 2012 décembre.pdf - page 1/22
 
Journal 2012 décembre.pdf - page 2/22
Journal 2012 décembre.pdf - page 3/22
Journal 2012 décembre.pdf - page 4/22
Journal 2012 décembre.pdf - page 5/22
Journal 2012 décembre.pdf - page 6/22
 




Télécharger le fichier (PDF)


Journal 2012 décembre.pdf (PDF, 2.9 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


du cote de st seb numero03 avril2014
du cote de st seb numero03 avril2014 pdf
journal 2012 decembre
fiche intendance 2019 2020
dossier inscription 2017 2018 sv
reunion information parents

Sur le même sujet..