rapport BCT 2011 .pdf



Nom original: rapport BCT 2011.pdfTitre: Microsoft Word - BROCHURE DETTE 2010-CLR.docAuteur: 2357W

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PScript5.dll Version 5.2.2 / Acrobat Distiller 5.0.5 (Windows), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 21/01/2013 à 23:27, depuis l'adresse IP 197.0.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1260 fois.
Taille du document: 5 Mo (98 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


‫ﺍﻟﺒﻨﻚ ﺍﻟﻤﺮﻛﺰﻱ ﺍﻟﺘﻮﻧﺴﻲ‬

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE

DETTE EXTERIEURE
DE LA TUNISIE
2011

DECEMBRE 2012

DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE
2011

DECEMBRE 2012

SOMMAIRE

Pages

_______________________________________________________________

Introduction….………………………………………………….. 5
Endettement extérieur de la Tunisie ….……………………….. 13
I – Flux d’emprunt à moyen et long termes …….……………..….……..

15

A – Mobilisation des ressources extérieures ……….......…… 15
B – Service de la dette extérieure à MLT …………….....…. 18
C – Transferts nets de capitaux d’emprunt à MLT ...…......… 21
II – Encours de la dette extérieure …………………………..………...…. 22

A – Encours de la dette extérieure à MLT ……………......... 22
1 – Encours de la dette par type de coopération…………......... 22
2 – Encours de la dette par catégorie d’agents bénéficiaires…… 24
3 – Structure de la dette par devise ………………...…….……. 25
4 – Conditions d’endettement ………………....……………..... 26

B – Encours de la dette extérieure totale …………….........

27

Annexes
Données globales sur l’endettement extérieur à MLT ………... 33
Dette extérieure à MLT par pays et organisme prêteurs ……. 47
Situation globale …………..………………………........…………… 49
Coopération bilatérale ……………………………........……………

51

Coopération multilatérale …………….……………....…...……..….. 83
Marchés de capitaux …………………….…………....…...……..….. 93

INTRODUCTION

CONJONCTURE ECONOMIQUE INTERNATIONALE ET NATIONALE
L’économie mondiale a enregistré, en 2011, un ralentissement avec un taux de croissance qui
s’est situé à 3,8% contre 5,1% en 2010. La reprise économique entamée en 2010 ne s’est pas, en effet,
poursuivie en 2011 en raison, essentiellement, de l’aggravation de la crise de la dette souveraine dans les
pays de la Zone euro, outre les perturbations politiques et sociales survenues dans la région MENA.
Dans les pays développés, la croissance économique est revenue, d’une année à l’autre, de 3% à
1,6% à cause, notamment, des mesures d’austérité budgétaires prises dans plusieurs pays, la hausse
de l’inflation et les difficultés des systèmes bancaire et financier. En particulier, dans la Zone Euro, le PIB
n’a progressé que de 1,4% (contre 2% en 2010) en raison du ralentissement de la demande intérieure.
Aux Etats-Unis d’Amérique, la croissance économique s’est limitée à 1,8% (contre 2,4% en 2010),
ralentissement imputable à la baisse de la consommation des ménages, l’accélération de l’inflation et la
baisse des valeurs des actifs.
S’agissant des pays émergents et en développement, le rythme de la croissance économique
s’est également inscrit en baisse en 2011 pour se situer à 5,7% contre 7,5% en 2010 sous l’effet,
notamment, du resserrement des politiques monétaires et de l’affaiblissement de la demande des pays
développés. Les pays en développement d’Asie ont, toutefois, connu un rythme de croissance assez
soutenu dû à une demande intérieure ferme et d’importantes entrées de capitaux extérieurs.
Dans ce contexte, les politiques monétaires adoptées par les principales banques centrales, au
cours de 2011, ont été accommodantes afin de relancer l’activité économique avec le maintien des taux
d’intérêt directeurs à des niveaux faibles. Le taux directeur de la Réserve Fédérale s’est, ainsi, situé entre
0 et 0,25%, ceux de la BCE et de la Banque du Japon ont été ramenés à 1% et à 0,1%, respectivement.
Parallèlement, le volume des échanges mondiaux de biens n’a progressé que de 6,3% en 2011 contre
14,1% en 2010 sous l’effet du ralentissement de la demande internationale émanant surtout des pays
développés, du niveau élevé du chômage et de la décélération de la demande d’importation de la Chine.

4.65

en%

Evolution des taux de rendement à long terme sur les
principaux marchés obligataires internationaux
4.80
4.00

3.35

3.20

2.70

2.40

2.05

1.60

1.40

0.80

0.75

0.00

Taux US à 10 ans

Taux EUR à 10 ans

ja
m nv 0
‐ ars 8
‐ ma 08
i
‐ju 08
se‐ i l 0
pt 8
‐no 08
j‐a v 0
m nv 08
‐ ars 9
‐ mai 09
‐ju 09
se‐ i l 0
pt 9
‐nov 09
j‐a 09
m nv 1
‐ ars 0
‐ mai 10
‐ju 10
se‐ i l 1
pt 0
‐no 10
j‐a v 1
m nv 10
‐ ars 1
‐ ma 11
i
‐ju 11
se‐ i l 1
pt 1
‐nov 11
‐ 11

ja
m nv 0
‐ ars 8
‐ ma 08
i
‐ju 08
se‐ i l 0
pt 8
‐nov 08
j‐a 0
m nv 08
‐ ars 9
‐ ma 09
i
‐ju 09
se‐ i l 0
pt 9
‐nov 09
j‐a 0
m nv 19
‐ ars 0
‐ ma 10
i
‐ju 10
se‐ i l 1
pt 0
‐nov 10
j‐a 1
m nv 10
‐ ars 1
‐ ma 11
i
‐ju 11
se‐ i l 1
pt 1
‐nov 11
‐ 11

4.00

en%

Evolution des taux de rendement à court terme sur
les principaux marchés obligataires internationaux

Taux JAP à 10 ans

Taux US à 2 ans

Taux EUR à 2 ans

Taux JAP à 2 ans

Au niveau des marchés internationaux de capitaux, les marchés obligataires européens ont débuté
l’année par des signes positifs grâce, notamment, aux émissions du Fonds Européen de Stabilité
7

Financière (FESF) sur le marché primaire et des adjudications réussies au Portugal et en Espagne, qui ont
amélioré les rendements à 10 ans sur les marchés allemand et français à près de 3,50% et 3,78%,
respectivement, en avril. Néanmoins, ces mêmes rendements sont tombés à 1,67% et 2,48%,
respectivement, en septembre suite, essentiellement, à la mise en place des plans d’austérité budgétaire
en Grèce et au Portugal. Concernant le marché obligataire américain, il a pleinement profité, en 2011, de
son statut de marché refuge face à la crise de la dette souveraine en Europe tirant profit, par ailleurs, des
mesures accommodantes de la politique monétaire de la FED ainsi que d’une forte demande émanant de
plusieurs banques centrales de pays émergents disposant de liquidités importantes en dollar.
TAUX INTERBANCAIRES OFFERTS A LONDRES SUR DEPOTS EN DOLLAR E.U (LIBOR)
(En %)
Durée

Année

1 mois

3 mois

6 mois

2007

5,25

5,30

5,25

2008

2,67

2,91

3,05

2009

0,33

0,69

1,12

2010

0,27

0,34

0,52

2011

0,23

0,34

0,51

Source : FMI

Evolutions du Libor et de l’Euribor
(moyennes mensuelles)
Libor

Euribor

En%

En%

6.1

6.2

5.1

5.2

4.1

4.2

3.1

3.2

2.1

2.2

1.1

1.2

0.1

0.2
6
7
0
9
7
8
0
9
1
6
8
1
v 0 il 0 v 0 il 0 v 0 il 0
v 0 il 0 v 1 il 1
v 1 il 1
jan - ju - jan - ju - jan - ju - jan - ju - jan - ju - jan - ju -

6
6
7
8
7
9
9
8
0
0
1
1
v 0 il 0
v 0 il 0
v 0 il 0
v 0 il 0
v 1 il 1
v 1 il 1
jan - ju - jan - ju - jan - ju - jan - ju - jan - ju - jan - ju -

à un mois

à trois mois

à un mois

à six mois

à trois mois

à six mois

Sources : FMI et BCE
En ce qui concerne les marchés boursiers, les principales places boursières mondiales ont affiché
globalement un fléchissement reflété par le repli de 7,4% de l’indice MSCI World. Les places boursières
européennes ont, en particulier, accusé des baisses significatives affectées par la crise de la dette
souveraine (DAX -14,7%, CAC40 -17,9%, IBEX -13,1%, FTSE MIB -25,2%), sachant que les interventions
de la BCE pour offrir la liquidité ont permis d’éviter une chute plus accentuée de ces places financières. En
revanche, les marchés d’actions américains ont évolué positivement soutenus par les résultats probants
8

des entreprises. Le Dow Jones a, ainsi, clôturé l’année avec une hausse de 5,6%. Quant aux bourses des
pays émergents, elles ont chuté de 20% à cause de leur sensibilité au ralentissement de l’économie
mondiale, au risque géopolitique et aux pressions inflationnistes.
S’agissant des marchés internationaux de change, ils ont été caractérisés, au cours de 2011, par
une forte volatilité. Au début de l’année, le dollar s’est déprécié contre l’euro suite, notamment à la
détérioration des perspectives de croissance économique aux Etats Unis et à la décision de la Fed de
maintenir une politique monétaire accommodante pendant une période prolongée. Un changement de
tendance de la parité euro/dollar a été, par la suite, observé en raison des anticipations négatives ayant
concerné l’euro liées à la crise de l’endettement en Europe. De son coté, le yen japonais a pleinement
profité de cette situation en tant que valeur refuge. Sur l’ensemble de l’année, l’euro s’est déprécié de 3,2%
et 8,3%, respectivement, vis-à-vis du dollar et du yen japonais.
Pour sa part, le cours de l’or a poursuivi sa tendance haussière atteignant un sommet sans
précédent, le 6 septembre à 1.920 dollar l’once contre 1.419 dollar l’once au début de l’année, jouant ainsi
le rôle de valeur refuge pour les investisseurs et ce, compte tenu des répercussions des événements
politiques en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, le tsunami au Japon et la multiplication des craintes
quant aux difficultés de l’endettement en Europe.
Concernant l’année 2012, les anticipations de croissance sont plutôt pessimistes surtout dans la
Zone Euro où la crise de la dette souveraine continue à affecter profondément le rythme de l’activité
économique. La croissance économique mondiale pour 2012 reviendrait à 3,3% selon les estimations
récentes du FMI (-0,4% dans la Zone Euro contre 1,4% en 2011) malgré une amélioration prévue pour les
Etats-Unis (2,2% contre 1,8%) et le Japon (2,2% contre -0,8%).
Au niveau national, l’année 2011 a été marquée par une conjoncture très difficile en raison des
événements qu’a connus le pays après la Révolution ainsi que les retombées de la guerre en Libye et le
ralentissement de la demande extérieure en provenance de l’Union européenne sous l’effet de la crise de
la dette souveraine.
Dans ce contexte, l’économie tunisienne a enregistré un taux de croissance négatif de 2%, en
termes réels, attribuable essentiellement à la récession des secteurs des industries (-7,1 %) et du
tourisme (-21,3%).
Néanmoins, la reprise du secteur de l’agriculture et de la pêche (+9,5% contre -9,3% en
2010) a permis d’atténuer le fléchissement enregistré par les autres secteurs.
Sur un autre plan, l’épargne nationale a baissé de 20,4% en 2011, sous l’effet du repli de l’activité
économique, et n’a permis de contribuer qu’à concurrence de 78,2% dans le financement des
investissements contre 89% une année auparavant.
En conséquence, le taux d’épargne a régressé de 4,9 points de pourcentage pour représenter
16,8% du RNDB contre une moyenne de 22% pour les trois dernières années. Ce repli a contribué à
l’aggravation du déficit courant qui a représenté 7,3% du PIB et une détérioration de la situation du
secteur extérieur reflétée par le solde négatif de la balance générale des paiements de 2.391 MDT. Les
9

avoirs nets en devises, ont dans ce contexte, accusé une baisse pour représenter 113 jours
d’importation à la fin de 2011 contre 147 jours au terme de l’année précédente.
Les entrées nettes de capitaux sous forme d’investissements étrangers et d’emprunts à MLT
n’ont, en effet permis de couvrir qu’à peine 32% du déficit courant et ce, malgré l’intensification des
tirages destinés à soutenir la relance économique et à atténuer les pressions sur le secteur extérieur.
Dans ce contexte, le taux d’endettement total, englobant la dette extérieure et la dette intérieure, a
évolué au même rythme que l’année précédente, soit près de 13%. En effet, l’intensification des tirages
sur les capitaux d’emprunts extérieurs à MLT, en 2011 s’est accompagnée par des remboursements à
ce même titre avec, notamment l’arrivée à échéance de deux emprunts obligataires d’une valeur globale
de l’ordre de 1.200 MDT.
ENDETTEMENT TOTAL
Désignation
Endettement total (ET)
(en % du PIB)
Etat

(En MDT sauf indication contraire)
2009

2010

2011

64.513

72.753

82.380

(109,6)

(114,5)

(126,0)

25.032

25.500

28.779

(en % du PIB)
Autres agents économiques non
financiers
(en % du PIB)

(42,5)

(40,1)

(44,0)

39.481

47.253

53.601

(67,1)

(74,4)

(82,0)

Endettement intérieur (EI)

44.415

50.906

58.612

(75,4)

(80,1)

(89,7)

10.316

9.949

12.078

(17,5)

(15,6)

(18,5)

34.099

40.957

46.534

(57,9)
20.098

(64,5)
21.847

(71,2)
23.768

34,2

34,4

36,3

14.716

15.551

16.701

(en % du PIB)
Etat
(en % du PIB)
Autres agents économiques non
financiers
(en % du PIB)
Endettement extérieur1 (EE)
(en % du PIB)
Etat
(en % du PIB)
Autres agents économiques non
financiers
(en % du PIB)

(25,0)

(24,5)

(25,5)

5.382

6.296

7.067

(9,2)

(9,9)

(10,8)

PIB aux prix courants

58.883

63.522

65.370

Variation en %
2010/09 2011/10

Structure en %
2010
2011

12,8

13,2

100,0

100,0

1,9

12,9

35,1

34,9

19,7

13,4

64,9

65,1

14,6

15,1

70,0

71,1

-3,6

21,4

13,7

14,6

20,1

13,6

56,3

56,5

8,7

8,8

30,0

28,9

5,7

7,4

21,4

20,3

17,0

12,2

8,6

8,6

7,9

2,9

-

-

Sources : BCT, CMF et MPCI

Concernant le financement mobilisé par l’Etat, aussi bien intérieur qu’extérieur, il a évolué à un
rythme soutenu, progression imputable au creusement du déficit budgétaire (hors privatisation) qui a
représenté 3,5% du PIB en 2011. Le taux d’endettement total de l’Etat s’est, ainsi, inscrit en hausse
de 3,9 points de pourcentage pour se situer à 44%.
De même, l’endettement des autres agents économiques non financiers s’est accru pour
passer, d’une année à l’autre, de 74,4% à 82% du PIB.
1

Compte non tenu des agents économiques financiers.

10

Pour l’année 2012, une reprise économique est attendue avec un taux de croissance économique
prévisionnel de 3,5%, grâce à la reprise des secteurs les plus affectés par la crise en 2011, notamment le
phosphate et dérivés, l’énergie et le tourisme.
Le déficit courant devrait, cependant, s’élargir pour représenter en 2012 environ de 8% du PIB, sous
l’effet de l’accroissement du déficit commercial suite au rebond des importations et à la faible demande
émanant des pays de l’UE, principaux partenaires commerciaux de la Tunisie.
Cette situation devrait accroître le recours aux emprunts à MLT pour réduire les pressions sur les
avoirs de réserves, dans un contexte d’une reprise qui devrait se maintenir à un niveau légèrement en
deçà de celui de 2010.
Ainsi, le taux d’endettement augmenterait de 2,3 points de pourcentage pour se situer à 41,1% du
RNDB suite à l’augmentation de l’ordre de 53% des tirages sur les capitaux d’emprunts à MLT.

11

ENDETTEMENT EXTERIEUR
DE LA TUNISIE

I – FLUX D’EMPRUNT A MOYEN ET LONG TERMES
A – MOBILISATION DES RESSOURCES EXTERIEURES
Les tirages sur les capitaux d’emprunt extérieurs à MLT se sont accrus de 44,3% en 2011 portant la
marque de l’intensification des mobilisations effectuées par l’Administration destinées à financer le double
déficit budgétaire et de paiements courants.
Les fonds mobilisés par l’Etat ont représenté près des deux tiers du total des tirages réalisés en
2011, soit une enveloppe de 2.503 MDT, dont l’essentiel a été contracté dans le cadre de la coopération
multilatérale. En particulier, les ressources mobilisées auprès de la Banque africaine de développement
et de la Banque mondiale se sont fortement accrus pour s’élever à 903 MDT et 796 MDT, respectivement,
ayant servi principalement au financement du programme d’«Aide à la gouvernance» (1.335 MDT). En
revanche, les fonds mobilisés auprès de la BEI et du FADES se sont inscrits en baisse revenant, d’une
année à l’autre, de 132 MDT et 63 MDT à 97 MDT et 39 MDT, respectivement.
TIRAGES SUR CREDITS A MOYEN ET LONG TERMES PAR BENEFICIAIRE
Administration

Année

En MDT

Entreprises

En % du total

En MDT

En % du total

Total
en MDT

2007

1.230

57,0

927

43,0

2.157

2008

833

47,7

912

52,3

1.745

2009

1.227

45,0

1.499

55,0

2.726

2010

1.142

43,2

1.499

56,8

2.641

2011

2.503

65,7

1.308

34,3

3.811

S’agissant des fonds mobilisés par l’Etat dans le cadre bilatéral, ils ont considérablement
progressé (+80,6%), évolution qui a porté la marque de l’intensification des tirages obtenus auprès de
la France (163 MDT) et de l’Algérie (56 MDT) pour soutenir la relance de l’économie tunisienne.

Tirages des entreprises au cours de 2011
répartis par secteur bénéficaire
Secte ur du
transport
24,5%

Se cte ur de
l'é ne rgie
28,3%

Autre s se cte urs
10,4%
Se cte ur de s
té lécom.
30,2%

Se cte ur financie r
6,6%

15

Au niveau des entreprises, la plus grande part des tirages réalisés a été destinée au secteur
des télécommunications avec une enveloppe de 395 MDT. Les secteurs de l’énergie et du transport
ont bénéficié de 370 MDT et 321 MDT, respectivement, en 2011.
Les flux d’origine multilatérale destinés aux entreprises ont, considérablement, diminué en 2011
suite, notamment, au recul des tirages auprès de la BEI et de la BAD dont les concours sont revenus,
d’une année à l’autre, de 519 et 242 MDT à 317 MDT et 28 MDT, respectivement.
VENTILATION DES TIRAGES PAR TYPE DE COOPERATION
2010
Désignation

Administration

Montant
(en MDT)

2011
Part
(en %)

Montant
(en MDT)

Part
(en %)

1.142

100,0

2.503

100,0

Coopération bilatérale

361

31,6

652

26,0

Coopération multilatérale

781

68,4

1.851

74,0

-

-

-

-

1.499

100,0

1.308

100,0

332

22,1

522

39,9

1.167

77,9

466

35,6

-

-

320

24,5

2.641

100,0

3.811

100,0

693

26,2

1.174

30,8

1.948

73,8

2.317

60,8

-

-

320

8,4

Marchés financiers
Entreprises
Coopération bilatérale
Coopération multilatérale
Marchés financiers
Total
Coopération bilatérale
Coopération multilatérale
Marchés financiers

Les financements bilatéraux accordés aux entreprises se sont, en revanche, inscrits en hausse
pour s’établir à 522 MDT, contre 332 MDT en 2010. Cette augmentation s’explique, essentiellement,
par l’intensification des tirages effectués auprès de la France, avec des flux qui sont passés, d’une
année à l’autre, de 84 MDT à 304 MDT dont 226 MDT au profit de la CTN pour financer l’acquisition
d’un nouveau navire.
D’autres part, la révision à la baisse par les agences de notation du risque souverain de la Tunisie,
au cours de 2011, n’a, en effet, pas incité l’Administration à recourir à ces marchés, en raison du
renchérissement du coût de la dette. Pour l’année 2012, l’agence Moody’s a maintenu son évaluation du
risque souverain de la Tunisie alors que les autres agences ont encore révisé à la baisse leurs notations.
Quant aux entreprises, les flux levés sur ces marchés ont concerné un crédit syndiqué mobilisé au début
de 2011 pour un montant total de 320 MDT ayant servi à l’acquisition par la société Zitouna Télécom de
25% du capital de la société « ORASCOM TELECOM TUNISIE ».
16

EVOLUTION DE LA NOTATION DE LA TUNISIE
Agence
Année
R&I

Fitch

Moody’s

Standard & Poor’s

2007

APerspective Stable
30 Mars 2007

BBB
Perspective Stable

Baa2
Perspective Stable

BBB
Perspective Stable

2008

APerspective Stable

BBB
Perspective Stable

Baa2
Perspective Stable

BBB
Perspective Stable

2009

APerspective Stable

BBB
Perspective Stable

Baa2
Perspective Stable

BBB
Perspective Stable

2010

APerspective Stable

BBB
Perspective Stable

Baa2
Perspective Stable

BBB
Perspective Stable

BBB
Sous surveillance
Perspective négative
17 janvier 2011

BBB
Sous surveillance
Perspective négative
14 Janvier 2011

BBB
Perspective négative
31 Aout 2011

BBBPerspective négative
2 Mars 2011

Baa3
Perspective négative
19 Janvier 2011

BBB
Sous surveillance
Perspective négative
18 janvier 2011
BBBPerspective stable
16 Mars 2011
BBBPerspective négative
28 Juillet 2011

BBBPerspective stable
25 Octobre 2012

BBBPerspective négative
27 Février 2012
BB+
Perspective négative
11 Décembre 2012

Baa3
Perspective négative

BB
Perspective stable
23 Mai 2012

2011

2012

La ventilation des tirages avec paiements ou sous forme d’engagements commerciaux, fait
ressortir un doublement des flux financiers perçus à ce titre pour s’élever à 3.064 MDT soit 80,4% du
total des tirages. Les engagements sans rapatriement de devises se sont, en revanche, contractés
de 30,2% pour se situer à 747 MDT en relation avec le ralentissement enregistré au niveau des
importations, notamment, les biens d’équipements.
EVOLUTION DES
FINANCEMENT

TAUX

D’UTILISATION

Désignation

POUR

LES

PRINCIPALES

SOURCES

DE

(En %)
2007

2008

2009

2010

2011

Pays et Organismes de l’U.E.

81,2

78,6

75,8

75,3

75,6

Groupe de la Banque Mondiale

88,6

88,8

85,4

87,9

88,1

Banque Africaine de Développement

82,7

80,0

81,1

81,8

81,1

Pays de l’Amérique du Nord

99,8

99,8

99,9

100,0

100,0

Pays et Organismes Arabes

69,4

75,8

77,2

79,4

77,7

Pays d’Asie non Arabes
Autres Pays et Organismes
I t
ti
Total sans Marchés Financiers

69,8

70,8

70,2

66,2

72,4

71,9

68,3

79,5

70,8

76,2

80,5

79,1

78,0

77,4

78,3

Marchés financiers

99,3

95,7

99,2

99,2

99,8

Total avec Marchés Financiers

84,0

82,4

81,6

80,8

81,1

Concernant le taux d’utilisation des emprunts extérieurs à moyen et long termes accordés à la
Tunisie, il a augmenté de 0,3 point de pourcentage par rapport à 2010 pour se situer à 81,1%.
17

B – SERVICE DE LA DETTE EXTERIEURE A MLT
Le service de la dette extérieure à moyen et long termes a progressé de 14,3% en 2011 pour
s’élever à 3.737 MDT dont près de 1.200 MDT correspondant au remboursement du principal des
deux emprunts obligataires émis, respectivement, en 2004 (450 MEUR) et en 1996 (15 Mds JPY). Le
ratio du service de la dette calculé par rapport aux recettes courantes s’est, ainsi, inscrit en hausse de
1,3 point de pourcentage par rapport à 2010 pour se situer à 10,6%.
L’amortissement du principal qui a porté sur une enveloppe de 2.893 MDT s’est accru de 18,9%
ou 459 MDT pour représenter 77,4% du total, niveau le plus élevé depuis 2006, contre 74,5% en 2010.
EVOLUTION DU SERVICE DE LA DETTE A MOYEN ET LONG TERMES
Principal

Intérêts

Année
En MDT

En % du total

En MDT

En % du total

Total
en MDT

2007

2.447

73,4

887

26,6

3.334

2008

1.757

67,0

864

33,0

2.621

2009

2.313

72,6

871

27,4

3.184

2010

2.434

74,5

835

25,5

3.269

2011

2.893

77,4

844

22,6

3.737

En MDT
3900
3250
2600
1950
1300
650
0

06
20

09
20

08
20

07
20

Total

Principal

10
20

11
20

Intérêts

De leur côté, les intérêts de la dette à MLT n’ont que légèrement augmenté (1,1%) pour
s’établir à 844 MDT, préservant la même part enregistrée en 2010 par rapport aux recettes courantes,
soit 2,4%, et représentant environ 25,4% des dépenses au titre des revenus du capital nets des
intérêts sur prêts à court terme.
18

EVOLUTION DES INTERETS DE LA DETTE A MOYEN ET LONG TERMES
(En MDT sauf indication contraire)
Désignation

2007

Intérêts de la dette à MLT
Recettes courantes
Revenus du capital nets des intérêts sur prêts à CT (dépenses)
Intérêts / Recettes courantes (en %)
Intérêts / Revenus de capital – intérêts sur prêts à CT (en %)

2008

2009

2010

2011

887

864

871

835

844

28.551

34.089

29.994

35.268

35.200

2.909

3.366

3.082

3.291

3.328

3,1

2,5

2,9

2,4

2,4

30,5

25,7

28,3

25,4

25,4

Concernant les dépenses au titre du service de la dette à MLT effectué par l’Administration, elles se
sont inscrites en hausse de 26,5% pour se situer à 2.571 MDT, augmentation attribuable, essentiellement,
au paiement intégral du principal des deux emprunts obligataires de 450 MEUR (886 MDT) et SAMURAI V
pour une enveloppe de 15 milliards de yens (278 MDT). En conséquence, le ratio du service de la dette
extérieure de l’Etat, calculé par rapport à ses recettes propres, s’est accru de 1,8 point de pourcentage par
rapport à celui enregistré en 2010 pour atteindre 15,5%.
EVOLUTION DU SERVICE DE LA DETTE DE L’ADMINISTRATION PAR RAPPORT AUX
RECETTES PROPRES DE L’ETAT
(En MDT sauf indication contraire)
Désignation

2007

2008

2009

2010

2011

11.444

13.714

13.762

14.823

16.620

Principal remboursé par l’Etat

1.454

844

1.190

1.456

1.997

Intérêts remboursés par l’Etat

595

577

611

577

574

2.049

1.421

1.801

2.033

2.571

17,9

10,4

13,1

13,7

15,5

Recettes propres de l’Etat

Service de la dette extérieure de l’Etat
En % des recettes propres

Pour la deuxième année consécutive, le service de la dette des entreprises s’est inscrit en baisse
(-5,7%) pour se situer à 1.166 MDT portant la marque du repli du règlement du principal de (-8,4%),
alors que les intérêts se sont, en revanche, inscrits en hausse de 4,7%.
La structure du service de la dette par type de coopération, fait apparaître que les
remboursements effectués au profit des marchés financiers ont représenté 42,3% du total, en relation,
avec le remboursement au cours du mois d’avril et de septembre 2011 du principal de deux emprunts
obligataires (450 MEUR et SAMURAI V). Quant aux flux destinés aux organismes multilatéraux et aux
pays partenaires, ils ont porté sur des enveloppes respectives de 1.235 MDT et 921 MDT et ont,
nettement, baissé pour ne représenter que 33% et 24,7%, respectivement, du total réglé contre 36,8%
et 32,2% une année auparavant.
19

EVOLUTION DU SERVICE DE LA DETTE A MLT PAR TYPE DE COOPERATION
2009
Désignation

2010

En MDT

En %
du total

1.024

32,2

France

464

Allemagne

103

Etats-Unis

73

Coopération bilatérale

Japon
Italie
Autres pays
Coopération multilatérale

2011

En %
du total

En MDT

En %
du total

1.054

32,2

921

24,7

14,6

459

14,0

456

12,2

3,2

98

3,0

92

2,5

2,3

135

4,1

49

1,3

190

6,0

190

5,8

156

4,2

31

1,0

27

0,8

22

0,6

163

5,1

145

4,5

146

3,9

En MDT

1.115

35,0

1.203

36,8

1.235

33,0

Groupe de la Banque Mondiale

301

9,4

307

9,4

280

7,5

BAD

308

9,7

328

10,0

379

10,1

FADES

133

4,2

152

4,7

160

4,3

BEI

256

8,0

276

8,4

325

8,7

-

-

-

-

-

-

FMA
Autres organismes
Marchés financiers
Total

117

3,7

140

4,3

91

2,4

1.045

32,8

1.012

31,0

1.581

42,3

3.184

100,0

3.269

100,0

3.737

100,0

La ventilation du service de la dette par devise, montre une consolidation de la part de la
monnaie européenne dans le total des remboursements qui est passée, d’une année à l’autre, de
50,9% à 71,1%, évolution qui s’explique par le remboursement de l’emprunt obligataire de 450 MEUR.
En revanche, les parts du dollar américain et du yen japonais ont baissé, revenant, respectivement,
de 15,2% et 26,9% en 2010 à 9,8% et 13,9% en 2011.
EVOLUTION DU SERVICE DE LA DETTE EXTERIEURE A MLT PAR DEVISE
Désignation
Dollar E.U
Euro
Yen japonais
Dinar Koweïtien
Autres devises
Total

2007

2008

2009

(En%)
2010

2011

30,3
57,7
6,7
3,6
1,7

21,1
63,9
8,6
4,9
1,5

13,8
71,2
8,9
4,5
1,6

15,2
50,9
26,9
4,8
2,2

9,8
71,1
13,9
4,3
0,9

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

L’effet-change sur le service de la dette montre une perte de l’ordre de 57 MDT attribuable,
essentiellement, à la dépréciation du dinar vis-à-vis de l’euro et du yen japonais de 3,1% et 7,2%,
respectivement, en termes de moyenne annuelle. En revanche l’appréciation moyenne de 1,8%, du dinar
par rapport au dollar a entraîné un gain de change d’environ 8 MDT contre une perte de 37 MDT en 2010.
EVOLUTION DE L’EFFET-CHANGE SUR LE SERVICE DE LA DETTE
Désignation
Dollar E.U
Euro
Yen japonais
Autres devises
Total

(En MDT)

2007
-28
37
-1
-1

2008
11
24
29
12

2009
12
34
1
-2

2010
37
-1
116
16

2011
-8
51
16
-2

7

75

45

168

57

20

C – TRANSFERTS NETS DE CAPITAUX D’EMPRUNT A MLT
Les transferts nets de capitaux d’emprunt dégagés en 2011 font apparaître, pour la première
fois depuis 2004, un solde positif de l’ordre de 74 MDT contre des transferts nets négatifs de 628 MDT
en 2010.
Ce résultat s’explique, essentiellement, par l’accroissement des tirages à un rythme plus soutenu
que celui du service de la dette, notamment ceux accordés par les organismes multilatéraux et les pays
partenaires. En revanche, le solde négatif des transferts nets avec les marchés financiers est attribuable
au remboursement du principal des deux emprunts obligataires pour un montant de 1.165 MDT qui s’est
conjugué à un niveau assez faible des concours accordés dans le cadre de ces marchés.
EVOLUTION DES TRANSFERTS NETS DE CAPITAUX D’EMPRUNT A MLT PAR TYPE DE
COOPERATION (ENSEMBLE DES FLUX)
(En MDT)
Désignation

2007

2008

2009

2010

2011

Coopération bilatérale

-418

-287

-192

-361

253

France

-136

-33

-16

-215

244

Allemagne

-24

-82

-80

-78

-72

Etats-Unis

-115

-76

-73

-135

-49

Japon

-77

-30

-87

-69

-18

Italie

-14

-32

-4

5

-12

Autres pays

-52

-34

68

131

160

-353

-287

688

745

1082

-92

-219

6

23

544

-318

-158

209

246

552

FADES

-43

4

-6

64

-109

BEI

105

59

229

375

89

-5

27

250

37

6

Marchés financiers

-406

-302

-954

-1012

-1261

Total

-1.177

-876

-458

-628

74

Coopération multilatérale
Groupe de la Banque Mondiale
BAD

Autres organismes

Par ailleurs, le solde négatif des flux financiers d’endettement à MLT s’est nettement contracté
pour se situer à 673 MDT contre 1.698 MDT une année auparavant, une situation découlant de
l’importance des tirages financiers versés en comparaison avec les remboursements honorés.
Les transferts de capitaux d’emprunt à MLT libellés en euro ont dégagé un solde négatif de
1.483 MDT contre 840 MDT en 2010, suite, notamment, au remboursement de l’emprunt obligataire de
450 MEUR. Ceux libellés en yen japonais se sont soldés par des transferts nets négatifs de 384 MDT
contre 765 MDT en 2010. En revanche les flux exprimés en dollar américain ont dégagé un solde positif
de 1.322 MDT contre, uniquement, 30 MDT en 2010, en relation avec l’accroissement des tirages,
surtout, ceux mobilisés auprès de la BAD et de la Banque mondiale ainsi que le repli des
remboursements libellés en cette devise.
21

EVOLUTION DES TRANSFERTS NETS DE CAPITAUX D’EMPRUNT A MLT PAR DEVISE (FLUX
(En MDT)
FINANCIERS)
2010

2011

Désignation
Recettes

Dépenses

Dollar E.U

528

498

Euro

822

Yen japonais
Autres devises
Total

Solde

Recettes

Dépenses

Solde

30

1.688

366

1.322

1.662

-840

1.175

2.658

-1.483

113

878

-765

135

519

-384

108

231

-123

66

194

-128

1.571

3.269

-1.698

3.064

3.737

-673

II – ENCOURS DE LA DETTE EXTERIEURE
A – ENCOURS DE LA DETTE EXTERIEURE A MOYEN ET LONG TERMES
Au terme de l’année 2011, l’encours de la dette extérieure à MLT s’est élevé à 25.348 MDT, en
hausse de 7,5% ou 1.766 MDT par rapport à celui enregistré à la fin de 2010. Cet accroissement
s’explique à concurrence de 45,2% par l’effet-change, faisant suite à la dépréciation du dinar tunisien
par rapport aux différentes monnaies d’endettement, et par l’intensification des tirages sur les capitaux
d’emprunt à MLT réalisés au cours de cette année. Le taux d’endettement calculé par rapport au
RNDB a, par conséquent, augmenté de 1,9 point de pourcentage pour se situer à 38,8% contre 36,9%
à la fin de 2010.

1 – ENCOURS DE LA DETTE A MLT PAR TYPE DE COOPERATION
Par type de coopération, la structure de la dette fait apparaître une consolidation de l’encours
avec les organismes multilatéraux et à un degré moindre avec les pays partenaires. Quant à l’encours
vis-à-vis des marchés financiers, il s’est, en revanche, inscrit en baisse faisant suite aux
remboursements importants effectués, en 2011, en faveur de ces prêteurs.
ENCOURS DE LA DETTE EXTERIEURE A MLT AUPRES DES MARCHES FINANCIERS
2009
Désignation

2010

2011

En MDT

En %
du total

En MDT

En %
du total

En MDT

En %
du total

Marché financier international

4.080,3

66,9

4.222,2

69,5

3.715,5

68,3

Marché domestique japonais

1.822,1

29,9

1.635,7

26,9

1.500,7

27,6

197,5

3,2

215,7

3,6

225,2

4,1

-

-

-

-

-

-

6.099,9

100,0

6.073,6

100,0

5.441,4

100,0

Marché américain
Marché financier européen
Total

22

S’agissant de l’encours de la dette contractée dans le cadre de la coopération multilatérale, il a
progressé de 15,9% ou 1.746 MDT pour atteindre 12.704 MDT, hausse attribuable à l’importance des
tirages mobilisés dans ce cadre qui s’est conjuguée à un effet-change positif dégagé sur les principales
monnaies d’endettement. La part de l’encours de cette catégorie de prêteurs dans l’encours total est
passée, d’une année à l’autre, de 46,4% à 50,1%.
En particulier, l’encours de la dette vis-à-vis de la Banque européenne d’investissement a
enregistré une augmentation de 8% pour se situer à 3.552 MDT en 2011 représentant 14% de
l’encours total. Premier organisme créancier de la Tunisie jusqu’à la fin de 2010, la BEI s’est, ainsi,
reléguée à la seconde place en raison de l’importance des tirages effectués, en 2011, auprès d’autres
organismes multilatéraux en l’occurrence la BAD et la Banque mondiale.
Avec la BAD, les engagements sous forme de dette à MLT se sont, en effet, accrus de 24,1% ou
720 MDT pour atteindre 3.709 MDT, faisant suite à l’accélération des tirages mobilisés auprès de cet
organisme avec, notamment, l’octroi d’une enveloppe de 500 MUSD dans le cadre du « Programme de
développement pour la gouvernance et les opportunités ». Sa part dans l’encours total de la dette a, par
conséquent, augmenté de 1,9 point de pourcentage pour atteindre 14,6% contre 12,7% une année
auparavant.
S’agissant de l’encours avec la Banque Mondiale, il s’est également nettement consolidé
enregistrant une hausse de 29,7% ou 668 MDT pour atteindre 2.917 MDT à la fin de 2011, augmentation
imputable à l’importance des flux de capitaux d’emprunts contractés, particulièrement, dans le cadre
du programme d’appui à la gouvernance pour des enveloppes respectives de 250 MUSD et 168 MEUR.
La part de cet organisme dans l’ensemble de l’encours a été, ainsi, portée de 9,5% à 11,5%.
Concernant l’encours de la dette à MLT contractée auprès du Fonds arabe de développement
économique et social (FADES), il s’est maintenu à un niveau proche de celui de 2010 pour s’établir à
1.363 MDT en 2011, résultat attribuable au quasi-équilibre des flux nets.
Quant aux engagements sous forme de dettes extérieures à MLT avec les pays partenaires, ils ont
augmenté de 10% pour s’élever à 7.203 MDT soit 28,4% de l’encours total. Cette hausse est attribuable,
essentiellement, à l’accroissement important des entrées nettes de capitaux d’emprunt allouées par la
France, qui consolide ainsi sa position en tant que premier pays pourvoyeur de fonds à la Tunisie.
L’encours de la dette avec la France s’est, en effet, considérablement accru (+12,5% ou +376 MDT)
pour s’élever à 3.394 MDT, augmentation liée à l’importance des enveloppes allouées par ce pays à
l’Administration et aux entreprises outre l’effet-change positif généré par l’appréciation de l’euro. La part
de ce pays dans le total de l’encours s’est, ainsi, consolidée pour s’établir à 13,4%.
Avec le Japon, l’encours de la dette s’est accru d’environ 155 MDT pour atteindre 1.609 MDT,
accroissement lié, surtout, à l’appréciation du yen japonais vis-à-vis du dinar. La part de ce pays dans la
totalité des engagements sous forme de dettes extérieures à MLT n’a presque pas changé, s’établissant
à 6,3% du total.
Egalement, les engagements de la Tunisie à l’égard de l’Espagne ont enregistré une hausse
16,9% ou 100 MDT pour se situer à 693 MDT à la fin de 2011. Cette augmentation est due à un effetchange positif en raison de l’appréciation de l’euro vis-à-vis du dinar alors que les tirages mobilisés
23

auprès de ce pays ont quasi-stagné. La part de l’Espagne dans l’encours total, s’est, par conséquent,
légèrement consolidée passant, d’une fin d’année à l’autre, de 2,5% à 2,7%.
L’encours de la dette avec l’Allemagne a, de son côté, poursuivi sa tendance baissière entamée
depuis 2005 pour s’établir, au terme de l’année 2011, à 350 MDT, soit une régression de 12,5% qui a
ramené la part de ce pays dans l’encours total à 1,4% contre 1,7% à la fin de 2010, sachant que
l’appréciation de l’euro vis-à-vis du dinar a permis d’éviter une baisse encore plus importante de
l’encours dû à ce pays.
En ce qui concerne les autres principaux pays prêteurs en l’occurrence l’Italie, la Belgique, le
Canada et les Etats-Unis, l’encours de la dette au terme de 2011 s’est élevé à 352 MDT, 81 MDT, 79 MDT
et 71 MDT respectivement.
De son coté, l’encours de la dette vis-à-vis des marchés financiers s’est replié de 633 MDT ou
10,4% pour se situer à 5.441 MDT, contraction due, principalement, au remboursement du principal des
deux emprunts obligataires SAMURAI V et 450 MEUR. Parallèlement, sa part dans l’encours total a
diminué de 4,3 points de pourcentage pour être ramenée à 21,5%.
La structure de l’encours, par origine, montre une hausse de celui d’origine publique de 14,1%,
alors que les engagements d’origine privée ont baissé de 6,6%. Cette évolution est attribuable,
essentiellement, à l’accroissement de l’encours dû aux organismes multilatéraux et à la régression de la
dette due aux marchés financiers. La part de l’encours d’origine publique a, ainsi, évolué de 4,2 points
pour atteindre 72,2% de l’encours global de la dette extérieure à MLT à la fin de 2011.

2 – ENCOURS DE LA DETTE PAR CATEGORIE D’AGENTS BENEFICIAIRES
Les engagements de l’Administration ont enregistré une nette augmentation qui a atteint 7,4%
au terme de 2011 pour se situer à 16.701 MDT, conservant sa part dans le total au même niveau que
l’année dernière, soit 65,9%.
L’encours de la dette des entreprises a, de son côté, progressé de 7,7% pour s’élever à 8.647 MDT;
sa part dans l’encours total s’est stabilisée, d’une année à l’autre, à 34,1%. L’affermissement de l’encours a
concerné, principalement, les entreprises privées avec un taux de croissance de 17,7% pour atteindre
2.450 MDT ou 28,3% du total relatif aux entreprises. Quant à la dette des entreprises publiques, elle a
progressé de 4,2% pour s’élever à 6.197 MDT et représenter 71,7% de l’encours total des entreprises.
EVOLUTION DE L’ENCOURS DE LA DETTE EXTERIEURE REPARTI PAR CATEGORIE
D’AGENTS BENEFICIAIRES
2009
Désignation

2010

2011

En MDT

En %
du total

En MDT

En %
du total

En MDT

En %
du total

14.715,7

67,0

15.551,2

65,9

16.701,4

65,9

7.261,3

33,0

8.030,8

34,1

8.646,6

34,1

Entreprises publiques

5.125,9

23,3

5.949,1

25,2

6.197,1

24,4

Entreprises privées

2.135,4

9,7

2.081,7

8,9

2.449,5

9,7

21.977,0

100,0

23.582,0

100,0

25.348,0

100,0

Administration
Entreprises

Total

24

3 – STRUCTURE DE LA DETTE PAR DEVISE
La structure de la dette extérieure par devise montre un changement au terme de 2011 avec le
recul de la part de l’euro, principale monnaie d’endettement, et de la part du yen japonais en faveur de
celle du dollar américain.

Evolution des principales monnaies d’endettement
(cours moyens en compte et au comptant exprimés en dinar)

1,9000

1,3430

1,8450

1,2770

1,7900

1,2110

1,7350

1,1450

1,6800

11
20

13,1000

4,6350

11,6000

4,4650

10,1000

4,2950

9

20
0

1
20
1

20
1

20
0

20
0

1

4,8050

20
1

14,6000

20
1

4,9750

8

5,1450

16,1000

0

17,6000

9

5,3150

8

19,1000

0

1 DINAR KOWEITIEN

20
0

20

20

20

1000 YENS JAPONAIS

20
11

1,4090

20
08

1,9550

10

1,4750

09

2,0100

08

1,5410

20
10

1 EURO

20
09

1 DOLLAR E.U

Ainsi, la part de l’euro a reculé de 4,5 points de pourcentage pour se situer à 56,8% du total
suite à l’accélération des sorties nettes de capitaux libellés en cette monnaie.
ENCOURS DE LA DETTE EXTERIEURE PAR DEVISE
Désignation

2007

(En %)

2008

2009

2010

2011

Dollar E.U

13,8

11,7

12,8

14,3

20,1

Euro

64,4

62,8

63,1

61,3

56,8

Yen japonais

14,2

17,5

16,4

16,1

15,3

Dinar Koweïtien

5,1

5,3

5,1

5,9

5,6

Autres devises

2,5

2,7

2,6

2,4

2,2

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

Total

Quant à la part du yen japonais, elle a baissé de 0,8 point de pourcentage suite, principalement,
au remboursement de l’emprunt obligataire Samurai V. En revanche, la part du dollar américain a
fortement progressé pour atteindre 20% du total, notamment, à cause de l’accélération des tirages,
auprès d’organismes multilatéraux, libellés en cette monnaie.
25

EVOLUTION DE L’EFFET-CHANGE ET DE L’EFFET-VOLUME
Désignation

2007

Variation de l’encours

2008

(En MDT)
2009

2010

2011

45

1.573

676

1.605

1.766

-762

-245

335

561

1.705

Euro

580

683

489

578

-41

Yen japonais

262

935

-128

194

85

Dinar koweïtien

-24

114

-6

259

30

Autres devises

-11

86

-14

13

-13

Effet-change

388

1.604

172

1.370

799

-183

176

-2

285

215

Euro

595

408

280

166

155

Yen japonais

-15

939

-79

729

337

Dinar koweïtien

-8

67

-43

141

72

Autres devises

-1

14

16

49

20

Effet-volume

-343

-31

504

235

967

Dollar E.U.

-579

-421

337

276

1.490

Euro

-15

275

209

412

-196

Yen japonais

277

-4

-49

-535

-252

Dinar koweïtien

-16

47

37

118

-42

Autres devises

-10

72

-30

-36

-33

Dollar E.U.

Dollar E.U.

La variation de l’encours, d’une année à l’autre, résulte, essentiellement, de l’effet-volume qui
explique 54,8% de l’accroissement global. Quant à l’effet change, il s’est élevé à 799 MDT, sous l'effet,
essentiellement, de l’appréciation du yen et, dans un moindre degré, du dollar et de l’euro.

4 – CONDITIONS D’ENDETTEMENT
La ventilation de l’encours, par tranche de taux d’intérêt, montre un recul de la part de la dette à taux
fixes dû, notamment, au remboursement des deux emprunts obligataires (Samurai V et 450 MEUR).
ENCOURS DE LA DETTE EXTERIEURE PAR TRANCHE DE TAUX D’INTERET
Désignation

2007

2008

2009

(En %)

2010

2011

Taux fixes

76,7

77,8

79,2

77,9

75,0

0%

1,1

1,1

0,9

0,9

0,8

] 0%,5% ]

56,0

58,5

62,1

62,2

60,5

] 5%,7% ]

11,6

10,5

10,7

9,7

8,8

] 7%,10% ]

7,9

7,6

5,4

5,1

4,9

Plus de 10%

0,1

0,1

0,1

-

-

Taux variables

23,3

22,2

20,8

22,1

25,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

Total

26

L’essentiel de l’encours de la dette à taux fixes reste concentré autour de l’intervalle de taux
d’intérêt compris entre 0% et 5%. Les engagements aux taux supérieurs à 5% n’ont représenté que
13,7% du total de l’encours contre 14,8% à la fin de 2010.
La répartition de l’encours, par durée de remboursement, fait apparaître que la plus grande part
reste celle revenant à l’intervalle compris entre 10 et 15 ans.
ENCOURS DE LA DETTE EXTERIEURE PAR DUREE DE REMBOURSEMENT
Désignation

(En %)

2007

2008

2009

2010

2011

4,2

3,2

3,0

3,3

3,9

] 5,10 ans ]

27,3

26,2

22,5

18,7

13,8

] 10,15 ans ]

43,1

40,3

41,1

40,7

42,4

] 15,20 ans ]

16,5

20,2

22,6

24,8

24,4

8,9

10,1

10,8

12,5

15,5

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

] 1, 5 ans ]

Plus de 20 ans
Total

Quant à la durée moyenne des emprunts à moyen et long termes, elle s’est située à un niveau
proche de 14 ans au terme de 2011.

B – ENCOURS DE LA DETTE EXTERIEURE TOTALE
La dette extérieure totale de la Tunisie a progressé de 7,4% ou 2.277 MDT pour atteindre
33.007 MDT, au terme de 2011. Cette évolution s’explique à hauteur de 77,6% par l’accroissement de
la dette extérieure à moyen et long termes.
EVOLUTION DE LA DETTE EXTERIEURE TOTALE REPARTIE PAR TERME
2009
Désignation
En MDT
Dette à moyen et long termes

2010

En%
Du total

En MDT

2011

En%
Du total

En MDT

En%
du total

21.977

77,5

23.582

76,7

25.348

76,8

Dette à court terme

6.369

22,5

7.148

23,3

7.659

23,2

Engagements financiers

4.630

16,4

5.009

16,3

5.148

15,6

Engagements commerciaux

1.739

6,1

2.139

7,0

2.511

7,6

28.346

100,0

30.730

100,0

33.007

100,0

Total

Les engagements à court terme ont progressé de 7,1% pour s’établir à 7.659 MDT, au terme de
2011. Cet accroissement a concerné aussi bien les engagements financiers que commerciaux.
27

EVOLUTION DE L’ENCOURS DES ENGAGEMENTS A COURT TERME DE LA TUNISIE
(En MDT sauf indication contraire)
Désignation

2008

2009

2010

2011

Engagements à court terme

-5.668

-6.369

-7.148

-7.659

* Financiers

-3.821

-4.630

-5.009

-5.148

-3.127

-3.402

-3.751

-4.005

-645

-1.173

-1.239

-1.058

* Commerciaux

-1.847

-1.739

-2.139

-2.511

Avoirs à court terme

3.084

3.102

3.446

3.492

* Financiers

1.611

1.910

2.035

1.330

* Commerciaux

1.473

1.192

1.411

2.162

Engagements nets

-2.584

-3.267

-3.702

-4.167

Engagements nets / avoirs de réserve (en%)

22,0

23,4

27,1

36,9

Engagements à court terme / avoirs de réserve (en%)

48,3

45,7

52,3

67,9

Engagements financiers / avoirs de réserve (en%)

32,6

33,2

36,6

45,6

Engagements commerciaux / avoirs de réserve (en%)

15,7

12,5

15,6

22,3

11.742

13.946

13.673

11.282

Dont : Dépôts de non-résidents
Correspondants banquiers hors de Tunisie

Avoirs de réserve

L’accroissement de l’encours de la dette extérieure totale, d’une part, et la diminution des avoirs
extérieurs bruts, d’autre part, a conduit à une dilatation de la dette extérieure nette qui a progressé de
36,7%, en comparaison avec 2010. Le taux d’endettement net s’est ainsi inscrit en hausse passant,
d’une année à l’autre, de 23,2% à 30,8% du PIB.
EVOLUTION DE L’ENDETTEMENT EXTERIEUR NET DE LA TUNISIE
(En MDT sauf indication contraire)
Désignation

2007

2008

2009

2010

2011

Dette extérieure totale (brute)

24.591

26.969

28.346

30.730

33.007

Avoirs extérieurs bruts

11.685

13.497

16.106

15.991

12.859

Réserves internationales

9.689

11.742

13.946

13.673

11.282

Avoirs extérieurs des banques de dépôts

1.996

1.755

2.160

2.318

1.577

12.906

13.472

12.240

14.739

20.148

24,4

20,8

23,2

30,8

Dette extérieure nette
Dette extérieure nette / PIB (en%)

25,9

Quant à la Position de la Dette Extérieure Brute (PDEB), elle s’est accrue de 7,5% ou 2.377 MDT,
par rapport à 2010, représentant 51,9% du RNDB contre 49,4% à la fin de 2010.
28

POSITION DE LA DETTE EXTERIEURE BRUTE2
Catégorie de données
Administration

(En MDT)
2008

2009

2010

2011

14.753,5

14.898,5

15.734,2

16.867,7

-

-

-

-

-

-

-

-

Emprunts

-

-

-

-

Autres engagements sous forme de dettes

-

-

-

-

16.867,7

Court terme
Instruments du marché monétaire

Long terme

14.753,5

14.898,5

15.734,2

Obligations et titres

6.112,5

5.680,8

5.717,5

4.803,8

Emprunts

8.641,0

9.217,7

10.016,7

12.063,9

Autres engagements sous forme de dettes
Autorités monétaires

-

-

-

131,7

615,7

613,0

48,3

55,0

8,6

Court terme
Instruments du marché monétaire

-

Emprunts

6,3

Monnaie fiduciaire et dépôts
Autres engagements sous forme de dettes

83,4

6,8

42,0
-

Long terme

782,5

85,0
-

4,0

48,2

0,3

4,6

84,7

-

-

-

560,7

604,4

697,5

Obligations et titres

-

-

-

-

Emprunts

-

-

-

-

Crédits du FMI et du FMA

-

-

-

-

-

-

74,7-

604,4

622,8

Monnaie fiduciaire et dépôts

13,6

Autres engagements sous forme de dettes

69,8

560,7

Secteur financier

5.864,8

6.476,3

6.739,5

6.659,1

Court terme

3.772,7

4.575,2

4.986,1

5.063,2

Instruments du marché monétaire
Emprunts

1,0
-

Monnaie fiduciaire et dépôts
Autres engagements sous forme de dettes

Long terme

3.771,7
-

2.092,1

Obligations et titres
Emprunts

1,0
4.574,2
-

1.901,1

1,0
4.985,1
-

1.753,4

1,0
5.062,2
-

1.595,9

146,4

143,3

177,3

194,1

1.945,7

1.757,8

1.576,1

1.401,8

Monnaie fiduciaire et dépôts

-

-

-

Autres engagements sous forme de dettes

-

-

-

-

Autres secteurs

6.577,7

7.176,4

8.485,1

9.640,0

Court terme

1.846,5

1.739,3

2.138,8

2.510,8

Instruments du marché monétaire

-

-

-

Emprunts

-

-

-

-

Monnaie fiduciaire et dépôts

-

-

-

-

Autres engagements sous forme de dettes

Long terme
Obligations

-

1.846,5

1.739,3

2.138,8

2.510,8

4.731,2

5.437,1

6.346,3

7.129,2

-

Emprunts

4.731,2

5.437,1

6.346,3

7.129,2

Monnaie fiduciaire et dépôts

-

-

-

Autres engagements sous forme de dettes

-

-

-

-

-

-

-

-

Engagements envers les entreprises affiliées

-

-

-

-

Engagements envers les investisseurs directs

-

-

-

-

Investissements directs

Total

2

-

-

Tenant compte des intérêts courus et non encore échus.
29

27.327,7

29.166,9

31.571,8

-

33.949,3

Ventilée par durée, la structure de la PDEB montre une stabilité de la part des engagements à
long terme qui a été maintenue à 77,4 du total.
Ventilée par secteur, la PDEB montre une structure semblable à celle de 2011 avec près de
50% du total des engagements revenant à l’Administration, près de 20% revenant au secteur financier
et 30% revenant aux autres secteurs et aux autorités monétaires.
Les engagements des autorités monétaires, ont enregistré un taux de croissance de 27,7%
pour s’établir à 782 MDT, à la fin de 2011, suite à l’affermissement des engagements sous forme de
monnaie fiduciaire et dépôts.
Les engagements de l’Administration, se sont accrus que de 7,2% pour atteindre 16.868 MDT, à
la fin de 2011, dont 16.701 MDT de dettes en principal.
En revanche, les engagements du secteur financier ont enregistré un léger repli, soit 1,2% et ce,
en raison de la régression des dettes à long terme de 9%. Les engagements à court terme ont, par
contre, évolué de 1,5%.
Quant aux engagements des autres secteurs, ils ont progressé de 10,6%, résultant de
l’accroissement des engagements à long terme et des engagements à court terme, respectivement,
de 12,3% et 17,4%.

30

ANNEXES

DONNEES GLOBALES SUR
L’ENDETTEMENT EXTERIEUR A MLT

EVOLUTION DES PRINCIPAUX PARAMETRES
DE LA DETTE EXTERIEURE A MLT
Désignation

2007

2008

2009

2010

2011

19 728

21 301

21 977

23 582

25 348

TAUX D'ENDETTEMENT
(en % du RNDB)

39,7

38,9

37,3

36,9

38,8

SERVICE DE LA DETTE
(en millions de dinars)

3 334

2 621

3 184

3 269

3 737

COEFFICIENT DU SERVICE DE LA DETTE
(en % des recettes courantes)

11,7

7,7

10,6

9,3

10,6

ENCOURS DE LA DETTE EXTERIEURE
(en millions de dinars)

EVOLUTION DU TAUX D'ENDETTEMENT A MLT
(en % du RNDB)
40,0
39,3
38,6
37,9
37,2
36,5
2007

2008

2009

2010

2011

EVOLUTION DU COEFFICIENT DU SERVICE DE LA DETTE A MLT

(en % des recettes courantes)
12,0
11,1
50 0
10,2
9,3
8,4
7,5
2007

2008

2009

34

2010

2011

TIRAGES SUR LES CREDITS A M&LT PAR BENEFICIAIRE ET PAR ORIGINE
(en millions de dinars)
ANNEE

TIRAGES DE L'ADMINISTRATION

TIRAGES DES ENTREPRISES

TOTAL

Origine
publique

Origine
privée

Total

Origine
publique

Origine
privée

Total

Origine
publique

Origine
privée

Total

2007

832

398

1 230

595

332

927

1 427

730

2 157

2008

728

105

833

549

363

912

1 277

468

1 745

2009

1 142

85

1 227

1 265

234

1 499

2 407

319

2 726

2010

1 116

26

1 142

1 392

107

1 499

2 508

133

2 641

2011

2 465

38

2 503

592

716

1 308

3 057

754

3 811

35
EVOLUTION DES TIRAGES PAR BENEFICIAIRE

EVOLUTION DES TIRAGES PAR ORIGINE

En MDT
En MDT
3 000

3 300

2 500

2 750

2 000

2 200

1 500

1 650

1 000

1 100

500

550
0

0
2007

2008

2009

Administration

2010
Entreprises

2011

2007

2008

2009

Origine publique

2010
Origine privée

2011

TIRAGES SUR LES CREDITS A M&LT PAR ORIGINE ET PAR TYPE DE COOPERATION
(en millions de dinars)

Origine publique

ANNEE

Origine privée

TOTAL

Coopération
multilatérale

Coopération
bilatérale

Total

Coopération
multilatérale

Coopération
bilatérale

Marchés
financiers

Total

Coopération
multilatérale

Coopération
bilatérale

Marchés
financiers

Total

2007

1 061

366

1 427

-

222

508

730

1 061

588

508

2 157

2008

911

366

1 277

-

276

192

468

911

642

192

1 745

2009

1 803

604

2 407

-

228

91

319

1 803

832

91

2 726

2010

1 948

560

2 508

-

133

0

133

1 948

693

0

2 641

2011

2 317

740

3 057

-

434

320

754

2 317

1 174

320

3 811

36

TIRAGES SUR LES CREDITS A M&LT PAR TYPE DE COOPERATION

2011

2010
Coopération
Bilatérale
26,2%

Coopération
Multilatérale
73,8%

Coopération
Bilatérale
30,8%

Coopération
Multilatérale
60,8%

Marchés
Financiers
8,4%

SITUATION DES CREDITS EXTERIEURS POUR LES PRINCIPALES
SOURCES DE FINANCEMENT AU 31/12/2011
(en millions de dinars sauf indication contraire)
Désignation

Engagements

Utilisations

Reliquats

Taux d'utilisation (en%)

Pays et organismes de L'U.E

16 888

12 765

4 123

75,6

Groupe de la Banque Mondiale

4 658

4 104

554

88,1

Banque Africaine de Développement

6 278

5 093

1 185

81,1

Pays d'Amérique du Nord

577

577

0

100,0

Pays et organismes arabes

3 416

2 654

762

77,7

Pays d'Asie non arabes

3 814

2 763

1 051

72,4

Marchés financiers

5 672

5 663

9

99,8

Autres pays et organismes internationaux

2 291

1 746

545

76,2

43 594

35 365

8 229

81,1

37

TOTAL

En MDT

16 000

CREDITS EXTERIEURS A MLT: ENGAGEMENTS ET UTILISATIONS
REPARTIS PAR SOURCE DE FINANCEMENT AU 31/12/2011

14 000

Engagements
Utilisations

12 000
10 000
8 000
6 000
4 000
2 000
0
Pays et organismes
de L'U.E

Groupe de la
Banque Mondiale

Banque Africaine
de Développement

Pays d'Amérique
du Nord

Pays et organismes
arabes

Pays d'Asie
non arabes

Marchés
financiers

Autres pays
et organismes
internationaux

VENTILATION DES TRANSFERTS NETS DE CAPITAUX D' EMPRUNT A MLT
PAR SOURCE DE FINANCEMENT AU TITRE DE 2011
(en millions de dinars)
Principal

Intérêts

Service
de la dette

Tirages

Transferts nets

753

168

921

1 174

253

France

360

96

456

700

244

Japon

126

30

156

138

-18

Etats-Unis

43

6

49

0

-49

Allemagne

75

17

92

20

-72

Italie

20

2

22

10

-12

Autres pays

129

17

146

306

160

858

377

1 235

2 317

1 082

Groupe de la Banque Mondiale

222

58

280

824

544

BAD

283

96

379

931

552

FADES

101

59

160

51

-109

BEI

192

133

325

414

89

Autres organismes

60

31

91

97

6

Marchés financiers

1 282

299

1 581

320

-1 261

TOTAL

2 893

844

3 737

3 811

74

Désignation
Pays

38

Organismes

VENTILATION DU SERVICE DE LA DETTE, DES TIRAGES
ET DES TRANSFERTS NETS A MLT PAR SOURCE DE FINANCEMENT
En MDT

1 800
1 500
1 200
900
600
300
0

39

-300
-600
-900
-1 200
-1 500
-1 800
ce
an
Fr

Ja

po

n

nis
-U
s
t
Eta

a
em
All

e
gn

lie
Ita
A

es
utr

pa

ys

B

Service de la dette

di a
on
M
e
qu
an

Tirages

le

D
BA

S
DE
FA

Transferts nets

I
BE
s
tre
Au

org

es
ism
n
a

és
rch
Ma

cie
an
n
i
f

rs

ENCOURS DE LA DETTE EXTERIEURE A MLT
PAR FORME DE COOPERATION
(en millions de dinars)
2007

2008

2009

2010

2011

Variations
2011/2010
(en %)

Coopération bilatérale

5 882

6 264

6 374

6 550

7 203

10,0

dont:
France
Japon
Etats-Unis d'Amérique
Allemagne
Italie
Koweït
Arabie Saoudite

2 820
978
310
546
352
41
16

2 964
1 296
272
510
337
33
17

3 144
1 214
217
459
343
25
19

3 018
1 454
111
400
358
35
24

3 394
1 609
71
350
352
47
34

12,5
10,7
-36,0
-12,5
-1,7
34,3
41,7

Coopération multilatérale

7 948

8 331

9 503

10 958

12 704

15,9

dont:
Groupe Banque Mondiale
BAD
BEI
FADES

2 016
2 218
2 118
972

1 962
2 236
2 357
1 094

2 090
2 593
2 748
1 096

2 249
2 989
3 288
1 345

2 917
3 709
3 552
1 363

29,7
24,1
8,0
1,3

Marchés financiers

5 898

6 706

6 100

6 074

5 441

-10,4

19 728

21 301

21 977

23 582

25 348

7,5

Désignation

Total

En MDT
13 200
12 000
10 800
9 600
8 400
7 200
6 000
4 800
3 600
2 400
1 200
0
2007
Coopération bilatérale

2008

2009
Coopération multilatérale

40

2010

2011
Marchés financiers

ENCOURS DE LA DETTE EXTERIEURE A MLT
PAR SOURCE DE FINANCEMENT AU 31/12/2011
(en millions de dinars sauf indication contraire)
Désignation
PAYS
France
Japon
Etats-Unis
Allemagne
Italie
Autres pays
ORGANISMES INTERNATIONAUX
Groupe de la Banque Mondiale
BAD
BEI
FADES
Autres organismes
MARCHES FINANCIERS
TOTAL

Groupe de la Banque
Mondiale
11,5%

Origine
Publique

Origine
Privée

Total

Part du total
( en % )

5 600

1 603

7 203

28,4

2 209
1 606
5
343
352
1 085

1 185
3
66
7
0
342

3 394
1 609
71
350
352
1 427

13,4
6,3
0,3
1,4
1,4
5,6

12 704

-

12 704

50,1

2 917
3 709
3 552
1 363
1 163

-

2 917
3 709
3 552
1 363
1 163

11,5
14,6
14,0
5,4
4,6

-

5 441

5 441

21,5

18 304

7 044

25 348

100,0

BAD
14,6%
BEI
14,0%

Autres pays
5,6%
FADES
5,4%

Italie
1,4%
Allemagne
1,4%
Etats-Unis
0,3%

Autres
organismes
4,6%

Japon
6,3%
France
13,4%

Marchés financiers
21,5%

41

ENCOURS DE LA DETTE EXTERIEURE A MLT PAR GROUPE DE PAYS
ET ORGANISME PRETEURS AU 31/12/2011
Montant
en MDT

Part du total
en %

Part
cumulée
en %

Pays et organismes de l'U.E

8 571

33,8

33,8

Groupe de la Banque Mondiale

2 917

11,5

45,3

Banque Africaine de Développement

3 709

14,6

59,9

Pays d'Amérique du Nord (ALENA)

151

0,6

60,5

Pays et organismes arabes

1 680

6,6

67,1

Pays d'Asie non arabes

1 694

6,7

73,8

Autres pays et organismes

1 185

4,7

78,5

Marchés financiers

5 441

21,5

100,0

25 348

100,0

Désignation

TOTAL

Groupe de la Banque
Mondiale
11,5%

Banque Africaine
de Développement
14,6%

Pays d'Amérique
du Nord
0,6%
Pays et organismes
arabes
6,6%
Pays d'Asie
non arabes
6,7%

Autres pays
et organismes
4,7%

Pays et organismes
de l'U.E
33,8%

Marchés
financiers
21,5%

42

ENCOURS DE LA DETTE EXTERIEURE A MLT PAR DEVISE
AU 31/12/2011
(en millions d'unités)

Montant
en devise

Contre-valeur
en dinar

Part du total
en %

Part cumulée
en %

Dollar E.U

3 385

5 082

20,1

20,1

Euro

7 415

14 407

56,8

76,9

200 634

3 885

15,3

92,2

262

1 410

5,6

97,8

-

564

2,2

100,0

-

25 348

100,0

-

Désignation

Yen Japonais
Dinar Koweïtien
Autres Devises
TOTAL

Autres Devises
2,2%
Dinar Koweïtien
5,6%

Dollar E.U
20,1%

Yen Japonais
15,3%

Euro
56,8%

43

ENCOURS DE LA DETTE EXTERIEURE A MLT
PAR TRANCHE DE TAUX D'INTERET AU 31/12/2011
Taux
d'intérêt

Montant
en MDT

Part du total
en %

Part cumulée
en %

19 016

75,0

-

196

0,8

0,8

] 0% , 5% ]

15 348

60,5

61,3

] 5% , 7% ]

2 223

8,8

70,1

] 7% , 10% ]

1 248

4,9

75,0

Plus de 10%

1

0,0

75,0

6 332

25,0

100,0

25 348

100,0

Taux fixes
0%

Taux variables
TOTAL

0,8%
25,0%

0,0%
4,9%
60,5%
8,8%

0%

] 0% , 5% ]

] 7% , 10% ]

Plus de 10%

44

] 5% , 7% ]
Taux variables

ENCOURS DE LA DETTE EXTERIEURE PAR DUREE MOYENNE
DE REMBOURSEMENT AU 31/12/2011
Montant
en MDT

Part du total
en%

Part cumulée
en %

1 000

3,9

3,9

] 5 , 10 ans ]

3 511

13,8

17,7

] 10 , 15 ans ]

10 737

42,4

60,1

] 15 , 20 ans ]

6 183

24,4

84,5

> 20 ans

3 917

15,5

100,0

TOTAL

25 348

100,0

Durée
] 1

, 5 ans ]

3,9%

15,5%

13,8%

24,4%

42,4%

] 1

, 5 ans ]

] 15 , 20 ans ]

] 5 , 10 ans ]
> 20 ans

45

] 10 , 15 ans ]

ENCOURS DE LA DETTE EXTERIEURE PAR MATURITE RESTANTE
DE REMBOURSEMENT AU 31/12/2011
Durée

Montant
en MDT

Part du total
en%

Part cumulée
en %

≤ 5 ans

3 944

15,6

15,6

] 5 , 10 ans ]

5 804

22,9

38,5

] 10 , 15 ans ]

5 535

21,8

60,3

] 15 , 20 ans ]

4 680

18,5

78,8

> 20 ans

5 385

21,2

100,0

TOTAL

25 348

100,0

15,6%

21,2%

22,9%
18,5%

21,8%

≤ 5 ans

] 5 , 10 ans ]

] 10 , 15 ans ]

46

] 15 , 20 ans ]

> 20 ans

DETTE EXTERIEURE A MLT
PAR PAYS ET ORGANISME PRETEURS

SITUATION GLOBALE
COOPERATION BILATERALE
PAYS DE L'UNION EUROPEENNE
ALLEMAGNE
AUTRICHE
BELGIQUE
ESPAGNE
FRANCE
IRLANDE
ITALIE
LUXEMBOURG
PAYS-BAS
REPUBLIQUE TCHEQUE
ROYAUME-UNI
SUEDE
PAYS ARABES
ALGERIE
ARABIE SAOUDITE
EMIRATS ARABES UNIS
KOWEIT
LIBYE
MAROC
AUTRES PAYS
CANADA
CHINE
COREE DU SUD
ETATS-UNIS D'AMERIQUE
JAPON
NORVEGE
RUSSIE
SUISSE

COOPERATION MULTILATERALE
BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BAD)
BANQUE EUROPEENNE D’INVESTISSEMENT (BEI)
BANQUE ISLAMIQUE DE DEVELOPPEMENT (BID)
GROUPE DE LA BANQUE MONDIALE (BIRD, AID & SFI)
ORGANISMES ARABES
FONDS INTERNATIONAL POUR LE DEVELOPPEMENT AGRICOLE (FIDA)
FONDS DE L'OPEP
ORGANISMES SCANDINAVES (FND & BNI)

MARCHES DE CAPITAUX
MARCHES FINANCIERS INTERNATIONAUX
MARCHE DOMESTIQUE JAPONAIS
MARCHE DOMESTIQUE AMERICAIN


Aperçu du document rapport BCT 2011.pdf - page 1/98
 
rapport BCT 2011.pdf - page 3/98
rapport BCT 2011.pdf - page 4/98
rapport BCT 2011.pdf - page 5/98
rapport BCT 2011.pdf - page 6/98
 




Télécharger le fichier (PDF)


rapport BCT 2011.pdf (PDF, 5 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


rapport bct 2011
lassalle
c0807 f2
projet fusion dm dsquad
plan des comptes selon le scf
loto sportif match 20 juillet

Sur le même sujet..