Vin et santé 4 raisons pour consommer serein .pdf


Nom original: Vin et santé 4 raisons pour consommer serein.pdfTitre: Vin et santé 4 raisons pour consommer sereinAuteur: Christelle

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PDFCreator Version 1.0.1 / GPL Ghostscript 8.71, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 24/01/2013 à 16:01, depuis l'adresse IP 92.145.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 803 fois.
Taille du document: 51 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Édition du lundi 1 novembre 2010

Vin et santé 4

raisons pour consommer serein

DR

Consommation modérée d’alcool et cancer
Boire du vin n’amplifie pas les risques de cancer, surtout quand il s’agit d’une consommation modérée. De nombreux médecins se
sont exprimés à ce sujet, dont le cardiologue Christian Cabrol, les cancérologues Henri Pujol et David Kayat : « Le premier verre
n’est pas dangereux, l’excès oui ! » Et comme le souligne l’association “Vin et société” toujours dans le cadre d’une consommation
modérée, les polyphénols contenus dans le vin préservent des maladies cardio-vasculaires. « Aucune étude, en tout cas, n’est
venue dire le contraire », indique Jean-Charles Tastavy, vigneron, membre du conseil de la modération et de la prévention.

Le degré d’alcool du vin n’entache pas
sa qualité
Il est vrai que les degrés d’alcool des vins ont augmenté. Le raisin, récolté à maturité, bénéficie d’un ensoleillement plus long et de
rendements plus faibles. Les consommateurs préfèrent les vins de 12 degrés. Question de goût et de méfiance. « Or quand vous
effectuez des tests à l’aveugle, ils ne font pas de différence entre 12 ou 14° », remarque Jean-Louis Escudier de l’unité
expérimentale Pech Rouge de l’Inra, à Gruissan (Aude). « On peut enlever, par des méthodes physiques et non pas chimiques,
jusqu’à deux degrés d’alcool aux vins pour les ramener à des teneurs en alcool classiques tout en préservant leur qualité », précise
Michel Bourzeix, directeur de recherche honoraire à l’Inra.

Degré et dépendance, une idée reçue
Il est vrai que l’exposition à l’alcool crée chez certaines personnes une addiction. Cependant, il est inexact de dire que le taux
d’alcool rend les gens dépendants. Le sujet est bien plus complexe, d’autant plus que le degré du vin varie peu comparé à d’autres
boissons alcoolisées. Le risque de dépendance est lié à la notion de vulnérabilité d’une personne (génétiques, pathologiques,
sociaux, etc.). L’organisation mondiale de la santé recommande pour se préserver des risques d’abus de ne pas dépasser deux
verres (de 10 cl) par jour pour une femme, trois pour un homme.

Le vin n’est pas une boisson chimique

Jean Clavel, historien viticole héraultais et secrétaire de l’association “Honneur du vin” rappelle que « la chaptalisation est interdite
depuis 1907 en Languedoc-Roussillon ». Dans d’autres régions, comme en Bordelais, elle est soumise aux conditions climatiques.
L’organisation internationale de la vigne et du vin définit le vin comme une boisson issue de la fermentation du jus de raisin et non
pas de la chimie. De ce fait, tout produit de cette espèce est prohibé. « Seuls les sulfites, qui protègent des bactéries, sont
autorisés », ajoute le professeur Michel Bourzeix.

En conclusion, le vin ne doit pas être consommé dans la psychose mais avec modération.


Aperçu du document Vin et santé 4 raisons pour consommer serein.pdf - page 1/2

Aperçu du document Vin et santé 4 raisons pour consommer serein.pdf - page 2/2




Télécharger le fichier (PDF)





Documents similaires


vin et sante 4 raisons pour consommer serein
saviez vous bien boire alcool
alcool alcoolisme
activitephysiqueetcancer
catalogue produit 1
brochure fete et buvette pdasr 2014 1

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.01s