Lammens mots francais derives de l arabe.pdf


Aperçu du fichier PDF lammens-mots-francais-derives-de-l-arabe.pdf - page 19/380

Page 1...17 18 192021380



Aperçu texte


.

Xllf.

Au commencement du mot,
par

g (doux)

:

cette lettre

genette, gerboise; j

:

(i)

est

rendue

jambette, jarre, javari,

jonque; iy: djérid, djinn. Cette dernière transcription a
lieu surtout

dans

les

mots, qui ont passé en français sans

Comparez encore:

modification sensible.
l

zédoaire, zinzolin, zerda

:

la

croisade

le

nom de

Dans

(2).

de Gebail

la ville

hadji, redjeb;

les historiens
C

jJ?-

)

de

devient

Zebaris, Zebari, Zebar»

Le

r.

médial

devient

g

(doux):

almargen,

bougie,

dame-jeanne; ^(dur): narghilé, degré; ^: azamoglan.
(

V. ce mot.

)

arzel (3); ^ dans

mosquée.

On sait que le ^ gim est prononcé ghim au Caire et dans la BasseAu rapport de Moqaddasi, à Aden (ù'at) on faisait du ^ un ^J kâf:
«jô çWj v^ ^r^J ûM:j6ir^l ù>U?ci^» (p. 66. 1. 13). Un autre manuscrit dit j qàf, au lieu de
Ù paraîtrait que le Prophète lui-même aurait quelquefois donné au ^ la valem* du iî ( Ibid. ).
(2) ^ et j 2 permutent dans le vulgaire encore plus que dans l'arabe
écrit. Dans sa remarquable Etude sur le dialecte de Damas, Mgr. David
(1)

Egypte.

:iJ

.

.

donne plusieurs exemples de ce changement. ( V. p. 12 ).
(3) Comp. encore azar nom que les alchimistes donnaient à
_^s^

hagar, pierre. Item azazeze de

^L>j3l

la pierre;

de