Guide des pratiques partagés V FINALE.pdf


Aperçu du fichier PDF guide-des-pratiques-partages-v-finale.pdf

Page 1...3 4 567181




Aperçu texte


Qu'est-ce qui se joue collectivement pour que nous acceptions d'en laisser tellement sur le bord des
trottoirs et des chemins, isolées dans des chambres insalubres aux volets clos, malgré tant et tant de
rapports, de lois de mobilisation pour le logement et de luttes contre l'exclusion, de refondation de
l'hébergement, de stratégie nationale pour un service public de l'hébergement et de l'accès au logement,
d'amplification de la refondation, de plans départementaux de l'habitat, d'expérimentations « Housing
first », de plans qui s'emboîtent ou pas, de projets pilotes et autres pôles d'orientation... sans parler du
récent Plan Psychiatrie et Santé mentale 2011-2015 qui consacre une page à la question du logement. Nous
sommes vraiment inquiets lorsque l'évaluation du Haut Conseil de la Santé Publique indique sans
ambages que « La question du logement a été un point noir du volet social du Plan Psychiatrie et santé
mentale 2005-2008, Plan tombé en déshérence dès 2007...
Mais à côté de toutes ces préconisations qui n'ont pas donné lieu à concrétisation, de ces incantations qui
ne trouvent pas de moyens financiers, il faut que vous sachiez qu'il y a dans notre pays de magnifiques
réalisations qui ont pour nom : lieux de vie, appartements associatifs, résidences accueil, familles
gouvernantes, Services d'aide à domicile, logement accompagné, logement de transition ou d'évaluation...
Il y a dans ces concepts, des consonances de dignité, de liens sociaux, d'entraide, de « vivre ensemble ».
Ces réussites, qui ont émergé un peu partout sur le territoire, souvent initiées par des familles ou des
militants associatifs, sont nées de partenariats tissés avec des bouts de ficelles, des opérations aux
montages complexes, parfois acrobatiques, et au final d'un coût relativement modeste pour des services
souples, vraiment adaptés aux besoins des personnes.
Tout le monde y gagne, à cette insertion des plus fragiles dans la cité !
Ces initiatives ont beaucoup de choses à nous apprendre et peuvent servir à d'autres publics vulnérables.
On constate que ce sont souvent les familles, parfois des soignants, qui ont réussi, avec une infinie patience
et beaucoup de détermination, à convaincre les élus, les bailleurs, les responsables de la cité, pour que
dans la proximité des territoires, s'échafaude peu à peu la palette des réponses en matière de logement
des personnes atteintes dans leur santé mentale.
« Le logement accompagné constitue en quelque sorte la synthèse volontairement résumée à l'essentiel des
réponses à prévoir pour les personnes souffrant de troubles psychiques sévères vivant dans la cité ».
Jean Canneva
En guise d'introduction
Cette recherche-action a mobilisé plus de 300 personnes sur l'ensemble du territoire national.
Une formidable dynamique a été créée autour de cette question récurrente du logement des personnes en
situation de handicap d'origine psychique.
Les acteurs des six « familles » ont appris à se connaître et à réfléchir ensemble au sein de focus groups qui
avaient des airs de forum, tant les grands débats de société rejoignaient les réalités plus triviales du
quotidien des usagers. N'est-ce pas là une véritable expérimentation de ce qu'on appelle « démocratie
sanitaire participative » ?
Cette exploration multidimensionnelle, avec tous ces regards croisés et ces expertises de terrain a donné
une analyse très fouillée, minutieuse, toute en finesse des attentes et des observations des uns et des
autres, passée au crible de 140 « items » concernant les très nombreuses ruptures itératives intervenant
dans le domaine du logement, pour ce public spécifique.
Des liens se sont tissés entre les acteurs et la parole des usagers a compté autant que celle des
professionnels ou des proches...
5