CR stage BARREY suisse.pdf


Aperçu du fichier PDF cr-stage-barrey-suisse.pdf - page 1/10

Page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10



Aperçu texte


Compte-rendu du stage

Le poulain – Apprentissages, débourrage
et travail du jeune cheval
Approche éthologique

animé par Monsieur Jean-Claude BARREY, enseignant et chercheur en éthologie,
dirigeant la station de recherche pluridisciplinaire de Saint-Sauveur en Puisaye
Ce compte-rendu est établi à partir de notes personnelles.
Le notions éthologiques de base sont considérées comme acquises, seuls quelques rappels peuvent
apparaître mais j’invite fortement le lecteur novice à prendre préalablement connaissance du
précédent compte-rendu sur l’éthologie équine disponible sur ce même site.

Notions générales : rappels et compléments…en vrac !
Le cheval a notion du passé et du présent mais n’a pas de compétence à se projeter dans l’avenir.
L’attachement
au
groupe
est
prioritaire. Le cheval ne rentre pas à
l’écurie mais revient au groupe. Le
déplacement géographique ne lui
pose pas de problème s’il conserve
ses compagnons. Les relations
sociales restent un élément essentiel
à son équilibre. La pire des choses
pour lui est l’isolement.
Parmi les comportements du cheval
2 sont totalement innés et trouvent
leur origine dans le cerveau
reptilien : la fuite/lutte et la
consommation.
La fuite et la lutte sont des réactions
normales chez le cheval, inscrites
dans
son
programme
comportemental. Il ne s’agit pas
d’adaptation.
Le système émotif est prédominant dans la structure cérébrale du cheval, c’est le centre de ses
décisions. Cette partie du cerveau, appelée amygdale temporale, est impliquée dans les émotions,
l’apprentissage émotionnel et la mémoire.
Le cheval est capable d’appliquer à ses mâchoires une pression de près de 50kg par cm2. Il faut
garder cela à l’esprit lorsqu’il s’appuie sur son mors. Il ne craint pas la traction, la résistance, il craint
les accoups.
Parmi les éléments d’expressivité, Monsieur Barrey explique que le grincement de dent est sans
aucun doute une manifestation de stress. Il faut distinguer les oreilles fixées vers l’arrière qui révèlent
une écoute intérieure et les oreilles plaquées qui expriment l’agressivité. Par le jeu constant de sa
bouche le cheval évacue ses tensions. L’homme occupe ses mains, le cheval occupe sa bouche…
Dans un rond de longe fermé, type round pen, le cheval n’a pas un sentiment de fuite assouvissant.
Le cheval a besoin d’un environnement asymétrique et l’absence de repère provoque le stress. Il est
préférable d’effectuer le débourrage dans un manège ou une carrière mais si l’on ne dispose que d’un