Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



mourir en mai .pdf



Nom original: mourir en mai.pdf
Titre: Microsoft Word - mourir en mai.doc
Auteur: Marceline

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft Word - mourir en mai.doc / Nuance PDF Create 8, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 12/02/2013 à 11:32, depuis l'adresse IP 109.215.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1113 fois.
Taille du document: 416 Ko (128 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d
i
y
ye
r
iyt
t
y
y
r
e
d
d
n
e
t
r
r
i
Gilles
e
n Valoteau int
i
t
e
te
t
t
i
t
itn
p
ie
e
p
i
o
p
e
o
p
i
C
o
C
o
C
e
op
C
e
t
i
e
it
e
d
t
t
d
i
y
ye
r
i
t
y
r
d
e
d
n
e
t
r
i
r
e
n en maiint
Mourir
i
t
e
te
t
i
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
p
e
o
p
i
C
o
C
o
C
op
C roman ite
e
e
t
e
t
i
d
i
t
d
i
r
y
ye
dy
t
r
y
d
e
r
n
e
t
r
i
e
t
e
n
i
n
t
e
tnt
t
t
i
i
t
itn
p
ie
e
p
i
o
p
e
o
p
i
C
o
C
o
C
e
op
C
e
t
e
i
e
it
d
it
t
e
d
i
y
y
r
d
t
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e
i
t
e
n
i
n
t
e
tnt
i
i
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
p
e
o
p
i
C
o
C
o
C
e
op
C
e
t
e
i
t
e
t
i
d
i
t
e
d
i
r
dy
t
y
r
d
e
r
n
e
t
r
e
i
t
e
n
i
n
t
e
tnt
i
i
in
p
ie
e
p
i
o
p
e
o
p
i
C
o
C
o
C
e
op
C
e
t
e
i
e
it
d
it
t
e
d
i
y
r
d
t
r
d
e
r
n
e
t
e
i
t
er
n
i
n
t
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
1
p
o
i
C
o
o
C
C
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d
i
y
ye
r
iyt
t
y
y
r
e
d
d
n
e
t
r
r
i
t
e
n
i
n
t
e
te
t
t
i
i
t
itn
p
ie
e
p
i
o
p
e
o
p
i
C
o
C
o
C
e
op
C
e
t
i
e
it
e
d
t
t
d
i
y
ye
r
i
t
y
r
d
e
d
n
e
t
r
i
r
t
e
n
i
n
t
e
te
t
i
i
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
p
e
o
p
i
C
o
C
o
C
e
op
C
e
t
e
i
t
e
t
i
d
i
t
d
i
r
y
ye
dy
t
r
y
d
e
r
n
e
t
r
i
e
t
e
n
i
n
t
e
tnt
t
t
i
i
t
itn
p
ie
e
p
i
o
p
e
o
p
i
C
o
C
o
C
e
op
C
e
t
e
i
e
it
d
it
t
e
d
i
y
y
r
d
t
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e
i
t
e
n
i
n
t
e
tnt
i
i
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
p
e
o
p
i
C
o
C
o
C
e
op
C
e
t
e
i
t
e
t
i
d
i
t
e
d
i
r
dy
t
y
r
d
e
r
n
e
t
r
e
i
t
e
n
i
n
t
e
tnt
i
i
in
p
ie
e
p
i
o
p
e
o
p
i
C
o
C
o
C
e
op
C
e
t
e
i
e
it
d
it
t
e
d
i
y
r
d
t
r
d
e
r
n
e
t
e
i
t
er
n
i
n
t
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
2
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d pur et ntye
irideaux soulevés,ejey
rremarquai,euny
les
ciel
iyt À traversrd
y
r
d
t
r
sans e
nuages qui enveloppait
les monts enneigés
t scintillantte i
n
i
n
t
te
t
i
i
au
soleil.
Deux
teintes
immaculées
se
côtoyaient
en un
tn
t
e
i
p
i
e
i
jour parfait. Ce
p n’était paspla beauté pure deCceso deux Cop
e
i
o
o
couleursC
vierges que la perspective
m'offrait
ce jour-là et
e
op
C
e
t
i
que j'admirais. e
L’esprit rationnel,
pratique deit
mon
e
d
t
d
iexcluait toute forme
ye
rpoétique oueromantique.
iyt tempérament
t
y
r
d
e
d
n
t
r
r
t des couleurste i
La pureté,
la perfection du
paysage, la rareté
e
n
i
n
t
te
i
i
offertes de ce panorama
qu'un poète aurait la joie de
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
contempler
et
de
louer
m’étaient
hors
d'atteinte.
De
ce
p
e
o
p
i
C
o
C
o
paysageC
qui proposaitC
les couleurs parfaites
à celui qui
ele temps
op
e
t
e
i
t
voulait
bien
le
voir,
je
n'en
observais
que
clair.
e
t
i
d
i
t
d
i
r journée.
y
ye
dy Un temps
annonciateur
d'une
bonne
J'abaissai
t
r
y
d
e
r
n
e
t
r
i
e rapidement
e les rideauxtietnme retournaii:nt
t
e
tnt
t
i
— Super temps,iannonçai-je
à mes
t amis, la neige
e
itn
psera
e
p
i
o
p
bonne
cette
fois.
e
o
p
i
C
o
C
o faire une oute
— Ouais,
deux noires.
Cdit José, on pourra
op
C
e
e
i
Trop dur pour
je préfère les rouges.
emoi, répliqua Éric,
it
d
it—
t
e
d
i
y
y
r
d
t

On
va
se
régaler
ajouta
Bertrand
qui
se
leva
en
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e direction
i
t
e de la fenêtre pour
nvérifier mesindires.
i
t
e
tnt
ila
tn
Je me servis un i
petit
noir avant de m'asseoir. Dehors,
e
i
p
e
p
i
o
p Les premiers
station s'animait.
skieurs commençaient
à
e
o
p
i
C
o
C
o
faire laC queue auxC remontées. Les
e commerçants
op
e
t
e
i
t
préparaient leurs
boutiques et l'odeur
du café envahissait
e
t
i
d
i
t
e
d
ibondées. er
dy les sallesrdéjà
t
y
r
d
r
n
e
t
e Bertrand
i
e ouvrit le réfrigérateur
n : int
i
t
e
tnt
i
— Dis donc, on n’a
pour aujourd'hui.
epas fait de courses
in
pce
i
e
p
i
o
p
e
— Pas grave,
on
mangera
au
restaurant
d'altitude.
Avec
o
p
i
C
o
C
os'installer en tterrasse.
Csera l'idéal pour
temps, ce
e
op
C
e
e
i
e
Bonne idée,trépondirent
en cœurd
les trois amis. it
it—
e
d au
i
y
r
d
t
— Et ce d
soir, continuai-je, e
je propose une rfondue
r
n
e
t
e « Cheval
i
t
erblanc ». in
n
t
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
3
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d des ntye
i petite troupeeney
rse préoccupait
notre
guère
iyt En réalité,
y
y
r
d
d
e
t
r
r
i
courses.
Le « Cheval blanc
nous tenait tlieu de cantine.
e nous
n »fléchettes,
i
n
t
e
te
t
t
i
i
Le
soir,
y
jouions
aux
au
Yam's
s
ou
à
la
tdes concours de cartes
e parfois
itn
p
iorganisait
e
p
i
belote.
Le
patron
o
p
e
o
p
i
C
o
C
o aimions ytparticiper.
destinésC
aux habitués et nous
e
op
C
e
i
t
les commissions
et la vaisselle
ne nous procurait
e Nous
inotre
eFaire
d
t
t
d
i
y
ye
r
i
aucun enthousiasme.
préférions
savourer
t
y
r
d
e
d
n
e
t
r
i
r
amitié
autour d'une tablen
de restaurant. t
e
i
n
t
e
te
t
i
i
Tous les quatre avions
notre parcours professionnel.
tn
e réussid'une
i
p
i
e
p
i
o
José
comme
directeur
importante
concession
p
e
o
p
i
C
o
C
o
automobile,
comme chef cuisinier
de renom et
C Bertrand C
e international.
op
e
t
e
i
t
moi
comme
Directeur
marketing
d'un
groupe
e
t
i
d
i
t
d à son ntye
i photographe deemétier,
r il s'installa
y
dy Quant àrÉric,
r
y
d
r
e
t
e compte.
tmoi un besointe i
e Aboutir danstilanvie était pour
n
t
tnt
i
i
impérieux qui m'animait
constamment
à p
l'aise
tn
t : être o
e
i
i
e
p
i
ppouvoir o
financièrement,
se p
faire plaisir à tout
moment,
e
o
i
C
o
sans contrainte.
Je C
détestais l’échec e
quelque soit le C
C
op
e
t
e
i
domaine et je faisais
toujours face aux
difficultés. it
e
t
d
i
t
e
d
i
y
r
dy
t
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e Bienteque l’envie de skier
tempressement,e i
n stimulait inotre
i
n
tnt
i
nous déjeunâmesitranquillement.
Cet instant faisait partie
tn
e
i
p
e
p
i
o
p communauté,
du rituel de notre
nous donnantC
l’occasion
e
o
p
i
o
C
o
C de notre C
du partage
amitié. Puis, une e
fois habillés et
op
e
t
e
i
t
l’appartement trangé
et nettoyé,dnous prîmes inotre
e
t
i
e
r à l'assautedesrd
dy équipement
t
y
eti nous nous élançâmes
pistes.
d
e
r
n
t
r
e Nous
t dans cettee i
ensemble
equatre, venions irégulièrement
n
n
t
tnt
i
iet
n
station. Chaque iannée,
nous abandonnions
femmes
e
i
p
e
p
i
o
pnous offriroune
e
enfants pour
tournée en célibataires.
o
p
i
C
o
C
Depuis C
notre adolescence,
nous savourions
e alorstdes
op
C
e
t
e
i
e Le mariage, ret d
de plaisir.
il en était convenui ainsi
itmoments
t
e
d
i
y
d
t
depuis toujours,
ne devait êtree
un obstacle à nosrhabitudes.
d
r
n
e
t
r sortions souvent
e Aussi,
tou au bowling,e i
enous
n au restaurant
i
n
t
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
4
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d une ntye
i de notre jeunesse,
y
r pour eritualiser
iyt comme raudytemps
y
r
e
d
t
r
i
amitié
qui nous semblait n
éternelle.
t
eobjectif
i
n
t
e
te
t
t
i
i
Mon
était
donc
atteint
:
je
jouissais
d’une
tma vie et voulaisp la
itn
ie Je maîtrisais
e
p
i
existence
confortable.
o
p
e
o
p
i
C
o
o qui se laisse
guider, C
à l'encontre du poisson
porter au gré C
e
op
C
eje
t
i
t
du courant. Pour
profiter pleinement
de cette vie,
e
i
e
d
t
ià mes amis touselesrplaisirs qui merd
ye
iyt pouvaisroffrir
passaient
t
y
d
d
n
e
t
r
t pas et pourte i
par la
tête. Avoir de l'argent
ne suffisait
e
n
i
n
t
te
i
i
savourer ces e
moments, mes amis devenaient
tn
i
p
i
e
p
i
o
indispensables.
Une
nécessaire
amitié
profonde
devait
p
e
o
p
i
C
o
C
o
compenser
aussi superficielle
que
C une existence
el'adolescence
op
C
eet
t
e
i
t
matérielle.
Nous
nous
connaissions
depuis
e
t
i
d
i
t
d qu'un ntye
iensemble touteselesy
r étapes deelarvie
dy avions rvécu
y
d
r
t
i
e homme
L'argent entretnous ne devait
e pouvait connaître.
n
i
n
t
e
tnt
t
t
i
i
pas être un tabou,ie
ni un devoir et encore
t moins uneorègle.
itn
p
e
p
i
p
Il
ne
servait
de
support
qu'au
plaisir
d'être réunis.
Aussi
e
o
p
i
C
o
o longues minutes
nous passions
à la terrasse C
C parfois deCtrès
e
op
e
t
e
i
t
d'un café sanstparler.
Être rassemblés
dans notre amitié,
e
t
i
d
i
d de nte
i inutile, formant,ey
ralors, l'entité
dy sans unrmot
unique
y
r
d
r
e
t
e l'entente
i
t
e parfaite. in
n
t
e
tnt
i
i
tn
Le patron du restaurant
d'altitude nous connaissait p
bien
e
i
i
e
p
i
o
p clients etpnous proposait, maintenant,
pour être de
bons
e
o
i
C
o
C
o
des platsCnon inscrits C
sur la carte pour notre
e plus grande
op
e
t
e
i
t
joie. Ce jour-là,
le serveur nous trouva
une place dans
une
e
t
i
d
i
t
d nous nte
i que favorisaitecer jour idéal. rNous
dy terrasserbondée
y
d
r
e
t
e installâmes
tmanger. Quande i
e et prîmes inotre
n temps pour
n
t
tnt
i
i
n
nous fûmes au dessert,
la terrassee
s'était vidée de la plupart
e
i
p
i
p
i
p de retourner
e
des skieurs,o
pressés
sur les pistes.C
Leopatron
o
p
i
C
oparla un moment.
C le café et nous
nous offrit
e Le restaurant
op
C
e
t
e
i
erapidement. Presque
désemplissait
plus personne
it ne
d
itses'attardait.
t
e
d
i
y
r
d
t
r
Un homme, pourtant,
non loin,
semblait
d
e
r
n
e
t
e apprécier
t avec intérête i
er l'instant convivial
n et nous regardait
i
n
t
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
5
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
dgorgée ntye
ireposa sa tasse ayant
y
ravalé la dernière
iyt certain. rJosé
y
y
r
e
d
d
e
t
r
i
et ordonna
t
e les :gars ! On ytvain?
n
t
e
te
t
i
i

Bon
t
itn
p
ie Bertrand.
e
p
i

C'est
parti
!
Répliqua
o
p
e
o
p
i
C
o
C
Sur ce, ilC
se leva, suivi deo
nous tous.
e
op
C
e
t
i
À demain e
et bonnes descentes,
nous lança
it le
e—
d
t
t
d
i
y
ye
r
i
propriétaire
tout
en
débarrassant
la
table.
t
y
r
d
e
d
n
e
t
r
r
t la tête. De sate i
Le patron
rassembla quelques
tasses et leva
e
n
i
n
t
te
i
i
terrasse, il aperçut e
toute la vallée que le temps clair et pur
tn
i
p
i
e
p
i
o
lui
permettait
de
voir.
Rarement,
une
telle
vue
s'offrait
à
p
e
o
p
i
C
o
C
o
lui de son
qui en
Crestaurant. IlCdistinguait la route
elesinueuse,
op
e
t
e
i
t
lacets
désordonnés,
se
laissait
guider
par
torrent
qu'elle
e
t
i
d
i
t
ise perdait dans laevallée.
r Au pied
y
ye
dy suivait etrqui
ded
celle-ci,
t
r
y
d
r
n
e
t
i
e il observait
nettement iles
toits d'ardoise t
du petit village
e
n
n
t
e
tnt
t
t
i
i
niché dans un creux
près, en
t contrebas, laostation
eet,Il sepluspermit
itn
p
ivie.
e
p
i
p
bouillonnante
de
quelques
secondes pour
e
o
p
i
C
o
od'une journée
contempler
exceptionnelle, C
C ce panorama
e
op
C
e
t
e
i
t
comme l'ultime
moment avant l'inéluctable
dégradation,
e
t
i
d
i
t
davant de nte
i montrant seseplusy
r beaux atours
dy comme rlady
fleur
r
r
e
t
e fanertelentement dans son
t bien comptee i
rendit
nvase. Il sein
i
tnt
ile
alors du privilègeie
que la nature lui offrait et qui dure
tn
i
p
e
p
i
o
p celui quep l'on découvre avant
temps d'un présent,
de le
e
o
i
C
o
C
o
C l'oublier. Devant
poser pour
lui, il vit une
homme qui, dos
op
C
e
t
e
i
t
tourné au paysage,
ne se souciait pas
du spectacle et i
buvait
e
t
d
i
t
dpatron nte
i
rgroupe partir.
dy son café,rendyobservant
notre petit
Le
r
e
r
e
t
e fulminait
i
t
ferait
e en silence, ipensant
n que icenparticulier
t
e
tnt
i
mieux de regarder
paysage plutôt
que braquer des p
yeux
in
iele Mais,
e
p
i
o
p
e
les
gens
ou
les
filles.
pressé
par
le
travail,
il
retourna
o
p
i
C
o
C
o de ce bouquet
Cet détourna C
à sa tâche
le regard
e de couleurs
op
e
t
e
i
equ'un Dieu a rbiend voulu offrirdauitplus
et fraîches
itpures
t
e
i
y
d
t
r
commun des
mortels.
d
e
r
n
e
t
e
i
t
er
n
i
n
t
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
6
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
dnous en ntye
y
r et emoiy
dei là, José, Éric,eBertrand
iyt Non loinrdy
r
d
t
r
donnions
à cœur joie. Etn
comme le commun
t des mortels,te i
ene nous
i
n
t
te
t
i
i
nous
préoccupions
pas
non
plus
du
cadeau divin.
tn
t
e
i
p
i
e
p
i
Grisés par la vitesse
nous nous lancions
o
p et la compétition,
e
o
p
i
C
o
des défis.
le meilleur, prouver
que l'on a C
C Vaincre, êtreCo
e
op
e
t
i
t
réussi en tout point,
en toute occasion.
Le ski en était
une
e
i
e
d
t
dtestions
i Et entre nous,eparrjeux, nous nous
ye
iyt parmi d'autres.
t
y
r
d
d
n
e
t
r
i
r
et nous
nous éprouvions.n
Nous y prenionstplaisir. Chaque
e
i
n
t
e
te
t
i
i
fin de piste se e
terminait en franche rigolade et en
tn
i
p
i
e
p
i
o
nouveaux
défis.
Chaque
descente
annulait
la
précédente.
p
e
o
p
i
C
o
C
o
Et les C
parcours changeaient
ou revenaient
on les
ejeux, lessi courses
op
C
e
t
e
i
t
délaissait
trop
souvent.
Sous
la
forme
de
e
t
i
d
i
t
ddanger ntye
i
r Et chaque
y
dy étaient rfréquemment
chronométrées.
r
y
d
e
r
e
t
i
e frôlé,
chaque prise de risque
redoublaient t
nos émotions et
e
n
i
n
t
e
tnt
t
t
i
i
notre joie de se prouver
notre courage
à
t ou notre capacité
e animosité
itn
p
iSans
e
p
i
o
p
être
un
homme.
entre
nous,
mais
dans
e
o
p
i
C
o
oà notre prosaïque
l'amitié,C
nous nous livrions
virilité. Nous C
e
op
C
e
t
e
i
t
n'avions rien tàegagner à part d
nous démontrer inotre
t
i
e
d
i le final, perdants
y
r et gagnants
dy aptitude.rEtdypour
t
montaient
r
e
r
n
e
t
e ensemble
t autour d'une i
e sur le mêmeinpodium de il'amitié,
n
t
tnt
i
verre pour célébrer
notre victoire, comme si nous avions
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
p Hydres et Cerbères.
vaincu ensemble,
e
o
p
i
C
o
C
o
Après cinq
chaque jour, e
en un rituel bien
C heures, comme
op
C
e
t
e
i
t
établi, nous rentrions
pour jouer aux
cartes. Puis un
peu
e
t
i
d
i
t
d» pour nte
i nous descendions
rau « Chevaleblanc
dy avant lerdiner,
y
r
d
e
r
t
e faireteune partie de fléchettes
t avant dee i
l'apéritif
n et prendre
i
n
tnt
i
i
n
nous mettre à table.
e
i
p
i
e
i
o de op
p descendîmes
e
Ce soir-là, o
nous
dans la rue en direction
p
i
C
C
ohabituel. Latechaussée encore
C de rendez-vous
notre lieu
op
C
e
e
i
e chutes rdedneige ne permettaient
destrécentes
it
itrecouverte
e
d
i
y
d
t
pas une marche
aisée. En zigzaguant
entre r
les plaques
d
e
r
n
e
t
e compactes
tdes réverbères,e i
sous l'éclat jaune
er qui luisaientin
n
t
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
7
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d Dans ntye
i remontait laeruey
r vers le restaurant.
troupe
iyt notre petite
y
y
r
d
d
e
t
r
r
i
la nuit,
desn
rues sombres et t
vides contrastait
ela l'atmosphère
i
n
t
e
te
t
t
i
i
avec
vie
grouillante
de
la
journée.
Pas
un
bruit,
pas
un
t Personne ne disait
e la nuitinoire.
itn
p
iégayer
e
p
rire
ne
venaient
o
p
e
o
p
i
C
o
o silencieusement
mot et tous
avec la hâte C
C quatre avancions
e
op
C
een
t
i
t
de rejoindre le e
« Cheval blanc ».dNous parcourions
i
e
t
d à un
i quand, non loinerdevant nous, adossé
ye
iyt silence rla drue,
t
y
r
d
n
e
t
i
r
t
réverbère,
nous vîmes unn
homme qui s'y accrochait.
Dans
e
i
n
t
e
te
t
i
i
cet endroit déserteet silencieux, nous le remarquâmes
tn
i
p
i
e
p
i
o
aussitôt.
L'homme
lâcha
le
poteau
avec
hésitation
et
tenta
p
e
o
p
i
C
o
C
o
de s'y éloigner.
et chaque pas se
avec
C Il titubait
enégociait
op
C
edu
t
e
i
t
un
long
temps
de
réflexion.
Bertrand
s'arrêta.
Il
désigna
e
t
i
d
i
t
d faire ntye
i de l'autre côté deelay
rrue qui, enevoulant
dy doigt l'homme
r
y
d
r
t
r
i
e un tpas,
perdit l'équilibre
et tomba sur let trottoir. Notre
e
n
i
n
e
tnt
t
t
i
i
groupe suspendit sa
un moment
t pour observer
emarche
itn
punce
ipas
e
p
i
o
p
phénomène.
Non
pour
rire
de
lui,
mais
surpris
par
e
o
p
i
C
o
o intervenirtepour l’aider àese C
spectacle
Csingulier. JoséCvoulut
op
e
i lentement,itavec
relever. Mais tl'homme,
se redéployant
e
t
d
i
d sans nte
i
y
y
r
d moult difficultés
pour tenir e
l’équilibre, se redressa
y
r
d
r
e
t
r
e aide.teAu bout de ses efforts,
talors contre une i
n il s'appuya
i
n
tnt
i
i
mur.
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
pdans les voiles,
— Il y a du vent
gloussa José. C
e
o
p
i
o
C
o
— Je neC
sais pas où ilC
va, mais il n'est pas
près d'arriver,
e
op
e
t
e
i
t
répliqua Bertrand.
e
t
i
d
i
t
d voir, nte
i en face, l'homme,
r surpris e
dy À cet instant,
de rnous
y
d
e
r
t
r
e comme
i
t
brusquement,
nous
e si nous venions
nde surgirin
i
t
e
tnt
i
regarda un moment.
tête instable
sur ses épaules p
gîtait
in
ieLaà droite,
e
p
i
o
p
e
lentement
de
gauche
se
redressait
puis
retombait
o
p
i
C
o
C de revenirCenoarrière. Et id'un
un peu avant
il C
epas incertain,
op
e
t
e
la rue t
ene
évitant la chute àd
chaque enjambée.it
Puis,
ittraversa
e
d
i
y
r
d
t
r
au milieu d
de la chaussée, il s'arrêta,
mit un moment
avant
e
r
n
e
t
e
i
t
er
n
i
n
t
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
8
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
dAlors, il ntye
i et regarda le e
y
r près deelui.y
groupe
iyt de se stabiliser
y
r
d
d
t
r
r
i
me considéra
lentement
vers
t Moi :
e et levapas.....
n le doigtin
i
t
e
te
t
t
i

F..F..Faut..Faut
itn
pavec op
ie il fitiunetgeste de négation
N'arrivant
pas
à
s'exprimer,
o
p
e
p
i
C de ses C
oexagérément.oIl me fixait intensément
tout sonC
bras,
e
op
C
eet
t
i
t
yeux brouillés par
l'alcool. Mais soudain,
il se pencha
e
i
e
d
t
d
i de la rue. er
ye
iyt vomit aurmilieu
t
y
r
d
d
n
e
t
i
r
t
Éric poussa
un cri de dégoût.
e
n
i
n
t
e
te
t
i
i
— Bon, ça suffit, on
vu, partons !
tn
een a assez
i
p
i
e
p
i
o

T'as
raison,
laissons-le,
on
ne
peut
rien
pour
lui.
p
e
o
p
i
C
o
C
o
Je regardais
un moment, puis nous
continuâmes
C l'ivrogne C
edavantage
op
ede
t
e
i
t
notre
route
sans
nous
préoccuper
e
t
i
d
i
t
d en ntye
iJe me demandaiey
rcomment onerpouvait
dy l'alcoolique.
y
d
r
t
r
e arriver
t pouvoir sete i
là. Boire d'accord,
mais à ne plus
e
n
i
n
t
tnt
t
i
i
contrôler, voilà quieme choquait autplus profond de p
moi.
tn
i
i
e
i
oloque, op
pce qui pour
Et en observant
moi n'était plus qu'une
e
p
i
C
o
j’exprimai
pas avoir C
Cune grimaceCdeodégoût. Je inetpouvais
e
op
e
e
t
de la pitié pour
lui. Il ne la méritait
pas. Un homme
qui
e
t
i
d
i
t
e
d
i de lui même
y
rn’était digne
dy n'est plusrdymaitre
t
d’aucune
r
e
r
n
e
t
e compassion.
t prenait fin làe i
e Pour moi,ilenplaisir de l'alcool
n
t
tnt
i
i
ou l'ivresse commençait.
La maitrise de soi, être maître
de
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
ses émotionspfaisait la différence
avec l'animal.
Je
e
o
p
i
C
o
C
o
Ctous les gensCqui perdaientitleecontrôle dete
méprisais
soi
op
e
bref soit cette
e perte. rd
i
itaussi
t
e
d
i
y
d
t
Après
ce
triste
spectacle,
nous
arrivâmes
soulagés
de
y
r
d
e
r
n
e
t
r
e pénétrer
tet animée due i
e dans l'atmosphère
n chaleureuse
i
n
t
tnt
i
i
n
restaurant.
e
i
p
i
e
i
o la op
p ! Dit le opatron
e
— Salut lesogars
en nous voyant
passer
p
i
C
C
porte. C
e
op
C
e
t
e
i
t
een nous installant
répondîmes
au bar sur deihauts
d
itNous
t
e
d
i
y
r
d
t
r
tabourets. d
e
r
n
e
t
e — tQu'est-ce
i
t ?
sers, comme d'habitude
er que je vousin
n
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
9
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
dpuis se ntye
i tour à tour d'un
y
rair interrogateur,
regarda
iyt José nousrd
y
y
r
e
d
e
t
r
i
retourna
le patron. n
t
e vers
i
n
t
e
te
t
t
i
i

Allez
!
Comme
d'habitude
Olivier.
itn
p
ie Olivier.iet
p

Ça
marche,
répliqua
o
p
e
o
p
i
C
o
PendantC
qu’afféré au bar,o
il nous préparait
l’apéritif, je lui C
e
op
C
e
t
i
t
demandais :
e
i
e
d
t
d
i on a vu un gars
ye
rcomplètement
iyt — Dansrladyrue,
bourré, il
t
r
e
d
n
e
t
i
r
t
viente
de chez toi ?
n
i
n
t
e
te
t
i
i
— Quel gars ? Demanda
patron.
tn
eest là,le sur
i
p
i
e
p
i
o

Je
ne
sais
pas,
il
le
trottoir,
à
deux
pas
et
il
p
e
o
p
i
C
o
C
o
est dansCun sale état.CJe désignais du e
bras l’entrée du
op
e
t
e
i
t
restaurant.
e
t
i
d
i
t
dvers la ntye
r et se dirigea
y
dy Olivier rfitdyleitour de son comptoir
r
e
r
e
t
i
e porte.
la pénombre t
de la rue. Puis il
eIl l'entrouvrit ettscruta
n
i
n
t
e
tnt
t
i
i
revint au bar en annonçant
:
t
itn
p
iepas d'ici,
e
p
i
p

Non,
il
ne
vient
mais
je le connais, o
c'est un
e
o
p
i
C
o
C
o qu'il vienne,
ancien client.
il boit trop.
C Je ne veuxCplus
e
op
e
t
e
i
Je ne l'ai jamais
evu, dis-je. y
it
d
it—
t
e
d
i
y
r
d
t

Non,
je
l'ai
chassé
avant
votre
arrivée.
C'était
un
bon
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e client
emême que je connaissais
n bien.inCelat fait plusieursie i
i
t
tnt
années qu'il fréquente
mon bar. Il ne buvait pas autant,
tn
e
i
i
ie un mois ouCdeux
opqu'il op
juste un verre p
ou deux. C'estp
depuis
e
i
o
C
o
s'est misC
à boire.
e
op
C
e
t
i
t
—e
Comme ça ?tDemandai-je.
e
t
i
d
i
e
d
i
y
r
d — Comme
t
y
r
ça, tout d'un coup,erépondit le patron.
Je crois
d
r
n
e
t
r
e qu'ilte
i
a eu de graves ennuis
àtboire comme si
net il s'est mis
i
n
e
tnt
i
i
ça pouvait l’aiderie
à surmonter ses
problèmes. Mais ça
in
pn'a
e
p
i
o
p
e
rien
arrangé,
bien
au
contraire.
o
p
i
C
o
C
o ? Demandai-je.
C eu commeC
— Qu'a-t-il
ennui
e
op
e
t
e
i
een a eu pas mal.
Je crois qu'il
Des affaires avec
it sa
d
it—
t
e
d
i
y
r
d
t
r
femme et d
son boulot je crois.e
À moins que ses
soucis de
r
n
e
t
r entraîné desinproblèmes avec
e boulot
tsa femme. Maise i
eaient
n
t
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
10
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d
iconnu, il était ebien.
y
ye
r Maintenant,
l'ai
c'est une
iyt quand jerd
t
y
y
r
d
n
e
t
r
vraiee
larve. Son épouse est
avec amant
t et enfants. te i
npartie
i
n
t
te
t
i
i

Il
a
essayé
de
nous
parler,
dis-je,
mais
il n'a même pas
tn
t
e
i
p
i
e
p
i
réussi à prononcer
o
p un mot. p
e
o
i
C
o
— Oui C
dit José, mais il ao
tenté de te parler,
comme s'il te C
e
op
C
e
t
i
t
connaissait.
e
i
e
d
t
davant de
ye
iyt Je haussai
lesi épaules et but e
unrpeu de Martini
t
y
r
d
d
n
e
t
r
i
r
t
répliquer
:
e
n
i
n
t
e
te
t
i
i
— Quoi qu'il advienne,
beuverie n'est pas une solution
tn
equi l'alaamené
i
p
i
e
p
i
o
et
c'est
la
faiblesse
à
boire.
C'est
peut-être
à
p
e
o
p
i
C
o
C
o
cause deCsa faiblesse C
qu'il a perdu son e
travail et pas su
op
e
t
e
i
t
retenir
sa
femme.
e
t
i
d
i
t
d
icomme si c'était e
rsa faute, diteBertrand.
ye
dy — Tu parles
de y
t
r
y
d
r
n
t
r
e Je tneerépondis pas, maisinoui, pour moi,nonta que ce qu'one i
tnt
t en ses e
it
mérite. Éric, lui, discret
opinions,
tn
ti préféraoécouter
e
i
p
i
p
i
p que d'imposer
les autres plutôt
une idée qui pourrait
e
o
p
i
C
o
C
froisser C
les mentalités.Co
e
op
e
t
e
i
t
Bon, faut pas
de faire uneipartie
eque ça nous empêche
d
it—
t
e
d
i
y
y
r
d
t
de
fléchettes,
coupa
José
qui
ne
voulait
pas
que
le
moral
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e redescende.
i
t
e
n
i
n
t
e
tnt
i
— Ah oui, tu as raison,
répondit Bertrand, allons-y. pi
tn
e
i
i
p
o
ples fléchettespetie
Olivier distribua
je commençai C
le premier.
e
o
i
o
C
o
PendantC
que je jouaisCquelques personnes
qui venaient
e
op
e
t
e
i
t
d'entrer, nous regardaient
faire.
e
t
i
d
i
t
dcauses nte
i rapidementel'alcoolique
r
dy Nous oubliâmes
y
et r
les
d
r
e
t
r
e possibles
t sur notree i
e de sa déchéance
npour nousiconcentrer
i
n
t
tnt
i
n
partie et notre plaisir
d'être ensemble.
La soirée se passa
e
i
p
i
e
p
i
pet quandop
e
tranquillement
nous retournâmesCàonotre
o
i
o
C
C nous ne C
appartement,
pensâmes même plus
e à cet homme
op
e
t
e
i
e dans cette ruervide.
it
d
itque nous croisâmes
t
e
d
i
y
d
t
r
d
e
r
n
e
t
e
i
t
er
n
i
n
t
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
11
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d pour ntye
i matin, j'ouvriselesy
rrideaux avec
hâte
iyt Le lendemain
y
y
r
d
d
e
t
r
r
savoir
si le temps de la n
veille s’était maintenu.
t Quelqueste i
evoilaient
i
n
t
te
t
i
cirrus
quelque
peu
le
ciel,
pourtant
si pur de ila
tn
t
e
i
pn'en op
i
e
i
veille. Cependant,
les conditions
pour skier
o
p
e
p
i
C
o également
souffriraient
remarquai
que la ligne C
Copas. Je C
e
op
e
t
i
t
dentelée des cimes
qui découpait l'horizon
n'était pasiaussi
e
e
d
t
d les
i Mais peu e
ye
r pour moi,
iyt nette querd
layveille.
importe
seules
t
r
d
n
e
t
r
t élaboréte i
conditions
pour le ski importaient.
Le programme,
e
n
i
n
t
te
i
i
pour la journée, ressemblait
donc à celui de la veille.
tn
e de matinée,
i
p
i
e
p
i
o
Cependant,
en
milieu
le
vent
se
leva
et
à
midi,
p
e
o
p
i
C
o
C
o
nous neCmangeâmesC
pas à la terrasse
restaurant
enotredu temps
op
e
t
e
i
t
d'altitude,
mais
à
l'intérieur.
Nous
prîmes
pour
e
t
i
d
i
t
d deux ntye
r et c'est
y
dy déjeunerrd
etyi
discuter avec lee
patron,
vers
r
r
e
t
i
e heures,
une fois la salle
bien vidée, t
que nous nous
e
n
i
n
t
e
tnt
t
t
i
i
décidâmes à skier. e
t
itn
pses
iou bleu ? Demanda
e
p
i
o
p

Bien
!
Rouge
Éric en chaussant
e
o
p
i
C
o
C
o
skis. C
e
op
C
e
t
e
i
Rouges, décidai-je,
maintenant.
e les bleus m'ennuient
it
d
it—
t
e
d
i
y
y
r
d
t
Nous
filâmes
tous,
me
suivant
vers
la
piste
rouge
la
plus
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e proche.
t à traverse i
e La neige était ibonne
n et nousislalomions
n
t
tnt
i
les bosses avec aisance.
Tout à coup, je me sentis emporté
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
p dans la p
sur le côté et tombai
neige. Aussi, je levai
les yeux
e
o
i
C
o
C
o
pour comprendre
s'était passé et j'aperçus
un skieur
C ce qu'il
e
op
C
e
t
e
i
t
à côté de moi,tallongé,
prêt à se d
relever. Celui-ci enleva
e
t
i
i
iet son bonnet. Jeevis
r alors nonerpasdce que nte
dy ses lunettes
y
d
r
t
r
e j’avais
t cheveux d'ore i
aux
ecru être un homme,
nmais une fille
i
n
t
tnt
i
i
n
qui me considérait
l'air consterné.e
e
i
p
i
p
i
p dit-elle,
e
— Oh excusez-moi,
j'ai loupé la bosse C
au o
moment
o
p
i
o
C
o rien, j'espère.
ou vousC
arriviez. VousC
n'avez
e
op
e
t
e
i
ela beauté de lard
fus saisi par
jeune femme. Elle
itme
itJeregardait
t
e
d
i
y
d
t
r
avec des yeux vert
clair et perçants
dont
d
e
r
n
e
t
e l'expression
i
t
sincère empathie.
er reflétait unein
n
t
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
12
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d
i avant de répondre
y
ye
r:
temps
iyt Je mis unrd
t
y
y
r
e
d
n
e
t
r
i
— Non,
jen
n'ai rien. Mais vous-même
?
t
e mademoiselle,
i
n
t
e
te
t
t
i
i

Vraiment,
non
je
n'ai
rien.
t son anorak pafin
e debout etiefrotta
itn
imit
p
Sur
ce,
elle
se
o
p
e
o
p
i
C
o
C
o collait. Jetlaeregardais faire
d'enleverCla neige qui s'y
op
C
e
i
Je neeme souvenais pas
de n’avoir jamais
itses
esubjugué.
d
t
t
d
i
y
ye
r
i
rencontré d
une
femme
aussi
belle.
Je
devinais
à
travers
t
y
r
e
d
n
e
t
r
i
r
vêtements
de longues jambes
bien faites.tJ'observais aux
e
n
i
n
t
e
te
t
i
i
mains des articulations
fines et délicates. Son visage
tn
e et sympathie.
i
p
i
e
p
i
o
m'inspirait
intelligence
p
e
o
p
i
C
o
C
o
— He C
bien, si tout C
est ok, je continue
e alors. Bonne
op
e
t
e
i
t
descente.
e
t
i
d
i
t
dla pente ntye
i se lança avec
rrapidité dans
y
dy Et sur rce,dyelle
r
e
r
e
t
e neigeuse.
t Je la regardaite i
Elle me laissain
pantois un moment.
e
n
t
tnt
t
i
iet
s’éloigner. Un sentiment
ineffable me
tn
t troublait l’esprit
e
i
p
i
e
p
i
p confus avant
j’attendis un peu
de m’engager sur lao
piste à
e
o
p
i
C
o
o Bertrandte
mon tour,
et José. Quand C
C rejoindre CÉric,
op
e
e
i
t
j’arrivais en bas,
mes amis m’attendaient
avec une i
pointe
e
t
d
i
t
e
d
i
y
r
dy d’impatience.
t
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e — tT'aseeu des soucis ? iDemanda
i
n José.int
e
tnt
— Oui, répondis-je,
une fille m'est rentrée dedans. pi
tn
e
i
i
ie pas pour Ccacher
o ta op
— Mouais, p
que n'inventerais-tu
e
p
i
o
C
o
C
maladresse
au ski, répliqua
José en riant. e
op
C
e
t
i ? DemandaitÉric
—e
Et elle étaittcomment,
cette maladroite
e
t
d
i
e
d
i
y
r
d d'un air rmalicieux.
t
y
r
d
e
r
n
e
t
e — tBlonde,
i
e répondis-je,ietnjolie avec ça.int
e
tnt
i
— Et tu lui as donné
pour lui offrir à boire
in
punce
ieterendez-vous
e
p
i
o
p
e
soir
au
bar,
pour
faire
pardonner,
dit
José
avec
o
p
i
C
o
C
Ccoin. Co
sourire en
e
op
e
t
e
i
t
Ben non, t
jee
n'ai guère eu led
temps. Elle est ipartie
it—
e
d
i
y
r
d
t
r
comme elle
est venue. En coup
de vent.
d
e
r
n
e
t
e
i
t
er
n
i
n
t
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
13
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
drigolant, ntye
i mon gars, edity
r Bertrandeeny
iyt — Tu rvieillis
y
r
d
d
t
r
i
maintenant,
!n
t
e ! Fitcontinuons
i
n
t
e
te
t
t
i
i

Pfft
Éric
en
souriant,
pour
me
faire
comprendre
itn
p
ieà mon histoireiedetchute.
p
qu'il
ne
croyait
pas
o
p
e
o
p
i
C
o
C
oignorant Éricte
— Continuons
.
C ! Répétai-je,
op
C
e
i
sur ce, nous
poussâmes surdnos bâtons etit
nous
e par
eEtlaissâmes
t
t
d
i
y
ye
r
i
emporter
la
pente
raide.
t
y
r
d
e
d
n
e
t
r
r
t se terminate i
Nouse
n'eûmes plus aucunn
incident et la journée
i
n
t
te
i
i
comme d'habitude,e
au « Cheval blanc ».
tn
i
p
i
e
p
i
o

Salut
les
gars
!
Dit
Olivier
en
nous
voyant
entrer.
p
e
o
p
i
C
o
C
o
Installez-vous,
sers vos apéros. e
C je vousC
op
e
e
it
t
Nous
prîmes
place
au
comptoir.
e
t
i
d
i
t
dêtes tout ntye
ique le temps esteauy
rbeau fixe,evous
dy — Il estrclair
r
y
d
r
t
i
e bronzés.
t
servant.
e Dit Olivier entinous
n
n
t
e
tnt
t
i
i
— Formidable, leie
temps est bien meilleur
semaine
t que la o
itn
p
e
p
i
p
dernière,
espérons
que
ça
va
continuer,
dis-je.
e
o
p
i
C
o
C
o Olivier, ilstnee présagent rien
— Je neC
crois pas, répondit
op
C
e
e
i
à la météo.
e
it
d
itdeJe bon
t
e
d
i
y
y
r
d
t
haussai
les
épaules
en
me
disant
que
la
météo
était
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e souvent
i
t
e bien aussi incertaine
n que le temps.
i
n
t
e
tnt
i
ila
— En tout cas, annonça
Bertrand, la neige a fondu dans
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
rue et on a pupvenir sans slalomer
sur les trottoirs
pour
e
o
p
i
C
o
C
o
éviter lesC
plaques de glace.
e de l'ivrogne
op
C vous souvenez-vous
e
t
e
i
t

Au
fait,
dit
le
patron,
e
t
i
d
i
t
e
d
i vu hier soir ? er
dy que vousraviez
t
y
r
d
r
n
e
t
e — tEneeffet, dit José. in
i
t
n
e
tnt
i
i
— Hé bien, il est ivenu
après-midi.
e au bar cetie
in
p
p
o
p
e

Te
réclamer
un
verre
?
Demanda
Bertrand.
o
p
i
C
o
C
oquand il estteentré ici, je dois
— Non,C
pas du tout. C
Mais
op
e
e
i
en'a fait qu'un rtour,
que mon sang
car non seulement
it je
d
itdire
t
e
d
i
y
d
t
ne voulaisd
pas de lui au bar, mais
en plus je nersavais pas
e
r
n
e
t
e comment
i
t
er j'allais gérerinun homme icomplètement
ivre,
n
t
e
tnt
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
14
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
davait-il ntye
y
r Mais àepeine
verre.
iyt capablerdedytouti pour avoir son
y
r
e
d
t
r
i
fait quelques
que jen
lui trouvai un airtdifférent. Il ne
e pas et pas
i
n
t
e
te
t
t
i
i
titubait
il
vint
tout
droit
vers
moi.
Il
me
salua
avec
t et même intriguépde
e plutôt étonné
itn
iJ'étais
e
p
i
un
grand
sourire.
o
p
e
o
p
i
C
o
o à son salut.
le voir aussi
répondis
Alors, il s'assit C
C serein. JeC
e
op
esa
t
i
t
tranquillement au
bar et m'annonça
son retour avec
e
i
e
d
t
d de
i plutôt dubitatiferpar un retournement
ye
iyt femme. rJ'étais
t
y
r
d
d
n
e
t
r
t mentait pas. Ilte i
situation
aussi rapide. Cependant,
son air ne
e
n
i
n
t
te
i
i
m'annonça également
juste d'être contacté pour
tn
e qu'il«venait
i
p
i
e
p
i
o
un
travail
très
intéressant.
Le
grand
bonheur
»,
lui
dis-je.
p
e
o
p
i
C
o
C
o
« En effet,
comme avant e
et même mieux
C tout revient
op
C
e
t
e
i
t
qu'avant,
je
suis
en
pleine
forme
et
tout
roule
comme
sur
e
t
i
d
i
t
i» me dit -il aveceuny
rsourire plein
ye
dy des roulettes
ded
joie. En
t
r
y
d
r
n
e
t
r
e effet,teje le dévisageai.in
t yeux vitreuxte i
Il avait perdu ses
n
tnt
t
i
i
injectés de sang. Son
teint était frais,
tn
t il respirait laopleine
e
i
p
i
e
p
i
santé. Je n'en p
revenais pas. Je
lui demandai ce qu'il s'était
e
o
p
i
C
o
C
oil me quittateen disant qu'il
passé précisément,
mais
C
op
C
e
e
i
en t
ville
et ses enfants
e chercher sa femme
ità la
d
itdescendait
e
d
i
y
y
r
d
t
gare.
Cette
transformation
tellement
soudaine
me
laissa
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e pantois
t c'est parcee i
en parle,
e un long moment.inEt si je vousin
t
tnt
i
que vous l'avez iégalement
vu hier, aussi minable qu'un
tn
e
i
p
e
p
i
o
p vous ne p
déchet. Aujourd'hui
le reconnaîtriez pas.C
e
o
i
o
C
o
— On C
peut en effetC
s'étonner d'un changement
aussi
e
op
e?
t
e
i
t
radical. Es-tute
sûr que c'est ledmême bonhomme
t
i
i
e
d
i
r
dy Demandard
t
Éric.
y
r
e
r
n
e
t
e — tAucun
tde nombreusese i
e doute, je leinconnais depuis
n
tnt
i
iet
n
années. Il avait...ie
il a une femme
merveilleuse belle
i
p
e
p
i
p adorables
e
gentille, des
enfants
et un boulot enC
or.oC'était
o
p
i
o
o aimable.te
un vrai C
gentleman. Toujours
Il a viré depuis C
op
C
eje
e
i
t
quelques moistete
je n'ai jamais compris
pourquoi. Mais
t
i
d
i
e
d
i petit à petit,elentement
r maisesûrement.
dy l'ai vu serdégrader
t
r
d
r
n
t
e
i
t
e
n
i
n
t
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
15
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
dheureux ntye
i mieux, si toutey
rrevient, j'enesuis
tant
iyt — Et bien
y
y
r
d
d
t
r
r
i
pour e
lui, dis-je.
t
n
i
n
t
e
te
t
t
i
i

Oui,
dit
Olivier,
il
a
bien
mérité
ce
bonheur,
car
c'est
t
e
itn
p
itype.
e
p
i
vraiment
un
chic
o
p
e
o
p
i
C
o
— Mais,Cajouta Bertrand,o
quand on est sous
l'emprise de C
e
op
C
e
t
i
t
l'alcool, il est trèse
difficile d'en sortir
même par une cure.
i
e
d
t
djamais
i Olivier, mais e
ye
iyt — En effet,
dit
là,r
il semblait n'avoir
t
y
r
d
d
n
e
t
r
i
r
t
bu. e
n
i
n
t
e
te
t
i
i
— Bah ! Tu verrase
bien, dis-je, car il reviendra maintenant
tn
i
p
i
e
p
i
o
chez
toi
et
tu
sauras
ce
qu'il
en
retourne.
Peut-être
sera-t-il
p
e
o
p
i
C
o
C
o
là cetteC
semaine. Nous
partons dimanche
e prochain.teIl
op
C
t
e
i
viendra
sûrement
dans
ton
restaurant.
e
i
d
it— Nous verrons,
t
d
i
r
y
y
ye
d
dit
Olivier.
t
r
y
d
e
r
n
e
t
r
e Nous
t à table. Cete i
avant de passer
ejouâmes aux fléchettes
n
i
n
t
tnt
t
i
i
soir, le « chevalie
blanc » était peu
et p
nous
tn
t fréquenté o
i
e
p
i
mangeâmes enp
prenant notrep
temps et vers 10 heures,
nous
e
o
i
C
o
C
o
rentrâmes.
C
e
op
C
e
t
e
i
quelques jours
tranquillement et
e passèrent ainsi,
itsans
d
itLes
t
e
d
i
y
y
r
d
t
contrainte.
Le
ciel
se
dégradait
de
plus
en
plus
et,
samedi
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e matin,
tje découvris une i
ele dernier jour, àitravers
n les rideaux,
n
t
tnt
i
i
temps gris et nuageux.
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
— Oh là, les p
gars !, aujourd'hui,
le soleil est parti,
il fait
e
o
p
i
C
o
C
o
gris. C
e Bertrand.
op
Csur les pistes ?iDemanda
e
t
e
t

Il
y
a
de
la
visibilité
e
t
i
d
i
t
e
imais il va peut-être
rneiger. erd
dy — Oui çard
t
y
va,
e
r
n
t
e — tOheécoutez, moi, ditinJosé, je propose
tque l'on n’aillee i
n
tnt
i
i
n
pas skier aujourd'hui
et qu'on ene
profite pour préparer
les
e
i
p
i
i
o on op
p tranquillement
e
bagages eto
rester
ici. Cet après-midi
p
i
C
C
o
pourraitC
aller au « cheval
blanc ».
e
op
C
e
t
e
i
ele monde trouvarl'idée
tout
excellente. Quinze
it
d
itFinalement,
t
e
d
i
y
d
t
jours de ski
suffisaient largement
et il était r
possible de
d
e
r
n
e
t
e sacrifier
i
de t
remords. Alors,
erla dernière journée
n sans tropin
i
t
e
tnt
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
16
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d
i à rester unepeu
y
ye
r au lit etesey
détendre.
iyt on prit rsondytemps,
t
r
d
n
t
r
i
Dehors,
bouillonnait
entre lest départs et les
e laDestation
n je regardais
i
n
t
e
te
t
t
i
i
arrivées.
la
fenêtre,
la
queue
aux
t de ne pas avoir
itn
p à op
ie
e
i
remontées
et
me
trouvais
bien
aise
o
p
e
p
i
Cmon petit C
attendre.CJeorabaissai lesorideaux et terminai
e
op
C
e
t
i
t
déjeuner. Dans la
matinée, nous préparâmes
nos bagages
e
i
e
d
t
d le
il'appartement. Puis
ye
rvers midi,ejerproposai
iyt et nettoyâmes
t
y
d
e
d
n
t
r
r
t de faire deste i
choixede manger au « n
Cheval blanc » ou
i
n
t
te
i
i
commissions. Josée
suggéra que faire des courses signifiait
tn
i
p
i
e
p
i
o
que
la
vaisselle
devait
être
faite
et
que
le
ménage
serait
à
p
e
o
p
i
C
o
C
o
refaire. C
Devant cette nécessité
inexorable,e
nous décidâmes
op
C
ela
t
e
i
t
rapidement
d'aller
au
restaurant.
Nous
remontâmes
alors
e
t
i
d
i
t
d Les ntye
i le soir et si eanimée
r cetteefois-ci.
y
dy rue si rtriste
r
y
d
r
t
e commerçants
t les caféste i
exhibaient
leurs marchandises,
e
n
i
n
t
tnt
t
i
i
s'étalaient sur les trottoirs,
les gens t
se faufilaient entre
les
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
p
chaises, contournaient
les pprésentoirs et empiétaient
e
o
i
C
o
C
o que lestevoitures fassent
allègrement
C sur la rue,Cexigeant
op
e
e
i
d'indulgence.
de ce joyeux
e Nous profitâmes
it
d
itpreuve
t
e
d
i
y
y
r
d
t
désordre
pour
nous
attarder
devant
les
vitrines
en
imitant
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e le tgros
t quelquese i
e de la foule. iNous
n pensionsinramener
tnt
i
souvenirs à nos épouses
respectives. Nous aperçûmesp
pour
tn
e
i
i
e
i
o
p la terrassepouverte de notreCrestaurant Cop
la première fois
e
i
o
odans une salle
favori etC
nous pénétrâmes
bondée. Malgré
e
op
C
e
t
e
i
t
le monde, un serveur
nous trouva d
une place pour manger.
e
t
i
i
t
dde notre nte
i nous nous posâmes
r la question
dy Pendantrledyrepas,
r
e
r
e
t
e emploi
t n'ayant pluse i
Personne
edu temps pour il'après-midi.
n
n
t
tnt
i
i
n
envie de descendre
les pistes, nous
décidâmes d'aller
en
e
i
p
i
e
i
o le op
p notreopdéjeuner, quand, COlivier
e
ville. Nousofinîmes
i
C
C posa un journal
patron, nous
en même temps
e que le café.
op
C
e
t
e
i
een pointant durdoigt
Regardez, dit-il
un article. it
d
it—
t
e
d soit
i
y
d
t
r
Il avait préparé
le journal poure
que le texte en question
d
r
n
e
t
e visible.
i
t:
erMais il préféra icommenter
n l'article
n
t
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
17
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d jour. ntye
i le type dont
y
ron parlaitel'autre
savez
iyt — Vousrdy
y
r
e
d
t
r
i
Regardez
Il a eu un accident
de voiture, iltest mort.
ela !vache
n José,
i
n
t
e
te
t
t
i
i

Oh
!
S'exclama
c'est
fou
!
Que
s’est-il
t
itn
p
ie
e
p
i
passé
?
o
p
e
o
p
i
C
o
o le patron,
— D'après
il avait pris la C
C sa femme,Ccontinua
e
op
e
t
i
voiture pour se rendre
à son nouveau
travail, et c'estit
dans
e
e
d
t
dIl s'est
i a perdu le contrôle
ye
r de sa voiture.
iyt un viragerdqu'il
t
y
r
e
d
n
e
t
i
r
t
écrasé
contre un arbre. n
e
i
n
t
e
te
t
i
i
encore ivre, suggéra Bertrand qui
tn— Peut-être était-il
edans
i
p
i
e
p
i
o
n'était
pas
intervenu
la
conversation.
p
e
o
p
i
C
o
C
o
— Possible,
on est alcoolique,
C dis-je, quand
ece n'est pastedu
op
C
t
e
i
jour
au
lendemain
qu'on
s'en
sort.
e
i
d
it— Il était saoul
t
d
i
r
y
y
ye
d
?
Demandai-je.
t
r
y
d
e
r
n
e
t
r
i
e — tNon,
non. Dit Olivier. t
e d'après la police
n
i
n
e
tnt
t
t
i
i
— Ce n'est vraiment
chance,
t dit Bertrand,oçaplui
itn
ieoupastoutderevenait
e
p
i
p
arrive
au
moment
comme avant.
C'est
e
o
p
i
C
o
C
o
terrible.C
e
op
C
e
t
e
i
C'est triste,tdit
venu
pourtant hierit
pour
eOlivier, il esty
d
it—
e
d
i
y
r
d
t
me
parler.
Il
était
radieux,
son
épouse
était
avec
lui.
Une
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e femme
eresplendissante.iIlsnavaient l'airindetvivre le parfaitie i
t
tnt
amour.
tn
i
iedit Bertrand.ie
p
op
p

C'était
le
destin,
e
o
p
i
C
o
C
o
— Je neCcrois pas auC
destin, répondit José,
même si on
e
op
e
t
e
i
t
pourrait croiretàe
une dure fatalité dans
cette histoire.
Non
t
i
d
i
e
d
ià pas de chance. er
dy c'est la faute
t
y
r
d
r
n
e
t
r
e — tEnetout cas continuain
tpas d'arbres aue i
José, s'il n'y avait
n
tnt
i
i
n
bord de la route, ça
ne serait pas arrivé.
e
i
p
i
e
i
opoint op
p
e
Je maugréai,
je n'avais jamais
été d'accord sur
ce
p
i
C
o
C
o
C:
avec José
e
op
C
e
t
e
i
Ça n'a rien t
àe
voir, il aurait peut-être
trouvé la mort
itplus
d
it—
e
d
i
y
r
d
t
loin. On ne
va pas raser tous e
les platanes de larterre parce
d
r
n
e
t
e
i
t
er
n
i
n
t
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
18
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d l'arbre ntye
i voiture. S'il y aeaccident,
y
r ce n'est
en
pas
iyt qu'on roule
y
y
r
d
d
e
t
r
r
i
qui ae
fait un croc en jambe,
la faute autconducteur.
nc'est
i
n
t
e
te
t
t
i
i

N'empêche,
insista
José,
il
aurait
mieux
valu
qu'il
fonce
t
itn
p
ieque dans uniearbre.
p
dans
le
champ
plutôt
o
p
e
o
p
i
C
o
Je haussai
et refusai de e
répondre. C'était C
C les épaulesCo
op
e
t
i
t
inutile, jamais jee
ne m'entendrais avec
lui sur ce sujet.
i
e
d
t
d qui
i « et ce n'est e
ye
iyt Je n'ajoutai
pas
pasrla coupe desrarbres
t
y
d
d
n
e
t
r
r
t pour éviterte i
résoudra
le problème n
», et je me tus
e
i
n
t
te
i
i
d'envenimer la conversation.
tn
e mal, répliqua
i
p
i
e
p
i
o

Tu
conduis
tellement
Éric,
que
tu
serais
p
e
o
p
i
C
o
C
o
même capable
C de louperCles arbres. ite
op
e
e

Vous
m'énervez,
conclus-je, pendant
que les troisit
amis
e
t
d
i
t
d
i
r
y
ye
dy rigolaient.
t
r
y
d
e
r
n
e
t
r
i
e Joséte
s'empara du journal
et lut l'article. Iltn'apprit rien de
n
i
n
e
tnt
t
t
i
i
plus que les dire de
et me passa
après
sa
t le papier o
itn
p
ieOlivier
e
p
i
p
lecture.
Nous
restâmes
silencieux
en
buvant
notre
café,
e
o
p
i
C
o
chacun C
méditant surC
ceofait divers. e
Ce drame nous C
op
e
t
e
i
t
provoquait un t
certain
malaise, card
un sentiment ineffable
e
t
i
i
e
d
i de comprendre
y
rcette suiteed'évènements
dy nous empêchait
t
y
r
e
d
r
n
t
r
e déterminants
i
t
e aussi rapprochés.
n
i
n
t
e
tnt
i
i
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
p
e
o
p
i
C
o
C
o
C
e
op
C
e
t
e
i
t
e
t
i
d
i
t
e
d
i
r
dy
t
y
r
d
e
r
n
e
t
r
e
i
t
e
n
i
n
t
e
tnt
i
i
in
p
ie
e
p
i
o
p
e
o
p
i
C
o
C
o
C
e
op
C
e
t
e
i
e
it
d
it
t
e
d
i
y
r
d
t
r
d
e
r
n
e
t
e
i
t
er
n
i
n
t
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
19
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d
id’une traite le e
y
ye
r du retour.
voyage
Le trajet
iyt Nous fîmes
t
y
y
r
d
d
n
e
t
r
r
Piau-Angaly
les
t landes en unete i
ejournée.– Royantseinfaisait à travers
n
t
te
i
i
bonne
tn
t
e
i
p
i
e
i
Nous arrivâmes
pen début depsoirée à Royan etCje odéposai Cop
e
i
o
o eux avanttede rentrer à ela
José, Éric
C et BertrandCchez
op
i la voiture idet sa
maison. Joëlle, e
mon épouse, entendit
e
d
t
t
d
i
y
ye
r
i cuisine.rdy
t
r
e
d
n
e
t
r
t avant d’allerte i
— Voilà
papa, lança-t-elle
aux enfants,
e
n
i
n
t
te
i
i
dehors.
tn
e que ilese petits se disputaient
i
p
i
p
o
Je
l'embrassai
pendant
p
e
o
p
i
C
o
C
o
l'honneur
Cde déchargerCla voiture. ite
op
e
e
t

On
t'a
appeléedu travail plusieurs
fois dès le premier
t
i
d
i
t
d
i annonça e
r
y
ye
dy jour de tes
vacances,
Joëlle.
t
r
y
d
r
n
e
t
r
i
e — tÇaene m'étonne pas,in
c'est bien pour çatque je ne veux
n
e
tnt
t
t
i
i
pas de téléphone i
portable
t
e Joëllepersonnel.
itn
pen
e
p
i
o
p
Pendant
les
congés,
avait
emmené
les C
enfants
e
o
p
i
o
o
BretagneCchez les grands-parents.
Ellee
était rentrée la C
op
C
e
t
e
i
t
veille pour préparer
la maison ainsi
que la rentrée
des
e
t
i
d
i
t
e
d
y
r
dy classes. rdyi
t
r
e
r
n
e
t
e Unete
t le canapé due i
fois les valises rangées,
sur
n je m’assis
i
n
tnt
i
i
tn
salon pour me reposer.
Elle m'apporta un verre de pineau
e
i
p
i
e
p
i
o
pavec ma femme.
rouge et jeo
bus
Nous nous C
racontâmes
e
o
p
i
C
o
C réciproques,
nos vacances
pendant que lesepetits, à tour de
op
C
e
e
it les gâteaux
t
rôle, grimpaient
sur mes genoux oudpicoraient
e
t
i
i
t
e
iJoëlle avait posésesurr la petite tablerd
dy apéritifsrque
t
y
du salon.
d
r
n
e
t
e Après
t et nous nouse i
ele repas, nous couchâmes
n les ienfants
i
n
t
tnt
i
n
retrouvâmes dansie
notre chambree
pour y passer la soirée.
i
p
i
orupture op
p tousolesp ans en une " une
e
Nous nouso
séparions
i
C
C comme j'aimais
bénéfique",
le souligner.
les C
ePour moi,te
op
C
t
e
i
e étaient lerd
ponctuels
gage de l'équilibre
i d'un
itéloignements
t
e
d
i
y
d
t
r
couple. Éviter
l'aliénation àel'autre et augmenter
les
d
r
n
e
t
e querelles
t les vacancese i
er dues à la proximité
n continuelle,
i
n
t
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
20
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d des ntye
ide retrouver sonemoi
y
r et de e
se y
libérer
iyt permettaient
y
r
d
d
t
r
r
contraintes
en
couple. Débarrassée
t des ticste i
e dela viela àvietdeux
npouvait
i
n
t
te
i
i
parasitaires,
reprendre
sereinement.
tn
t
e
i
p
i
e
i
Joëlle et moi p
n'avions peut-être
pas besoin de ces
o traits op
e
p
i
C
o
o
d'union Cque j'avais imposés.
Nous enous aimions C
op
C
e
tde notre rencontre
i
t
profondément depuis
le premier jour
e
i
e
d
t
i étions adolescents.
ye
r Joëlle, belle
iyt alors querd
nous
etd
élégante
t
y
r
e
d
n
e
t
i
r
t
possédait
les qualités émotionnelles
et intellectuelles
que
e
n
i
n
t
e
te
t
i
i
je recherchais chez
une femme. Quand je la vis, j'avais
tn
evingt
i
p
i
e
p
i
o
alors
un
peu
plus
de
ans.
p
e
o
p
i
C
o
C
o
Elle marchait
près de sa sœur.
C le longCdu front de merite
op
eje
e
t
Nous
étions
entre
copains
et,
quand
nous
les croisâmes,
e
t
i
d
i
t
dsourire ntye
rde vie eteson
y
dy remarquairdysesi yeux pétillants
r
e
r
t
i
e malicieux
Renforcétpar la présence
e qui déjà m’attiraient.
n
i
n
t
e
tnt
t
t
i
i
de mes amis, je il’abordais.
Nous t
fîmes connaissance
ene nous quittâmes
itn
p et
e
p
i
o
p
depuis
ce
jour,
nous
plus.
Et
le
mariage,
e
o
p
i
C
o
onotre union,te
pour lier
survint quelques C
Cdéfinitivement
op
C
e
e
i
t
années après. t
Une
fois ses étudesd
de dentiste terminées,
e
t
i
i
e
d
i
y
rvieille maison
dy nous nous
t
installâmes
dans une
charentaise
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e quetnous
i
t
e venions juste id'acheter
n et deirénover.
n
e
tnt
i
tn
Nous attendîmes ique
les enfants s'endormissent pour p
faire
e
i
e
p
i
o
ppour officialiser
l'amour comme
nos retrouvailles.
e
o
p
i
C
o
C
o
Je reprisC
le travail dès C
le lendemain. Mes e
vacances avaient
op
e
t
e
i
t
perturbé le cours
de mes habitudesd
et le soir je travaillais
e
t
i
i
t
e
d
irattraper le retardedûr à mon absence.
dy plus tardrpour
t
y
r
d
r
n
e
t
e Je tpréférai
tle matin à mone i
e donc passerinde bonne heure
n
tnt
i
i
n
bureau pour lire mon
courrier et prendre
mes rendez-vous.
e
i
p
i
e
i
oet les op
p enveloppait
e
L'hiver, la o
nuit
la nature silencieuse
p
i
C
C
o
C de fantomatiques
phares balayaient
paysages
e que la brume
op
C
e
t
e
i
t
àte
couvrir. Je roulais
vite sur les iroutes
d
itcommençait
e
d
i
y
r
d
t
r
désertées d
par les voitures, ne
craignant ni accident,
ni
e
r
n
e
t
e policiers.
t venait àe i
er Et si un renard
n ou autreinanimal
i
t
tnt
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
21
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d
i lourds pare-chocs
y
ye
r et money
mes
pare-bluffe
iyt traverser,rdy
t
r
e
d
n
t
r
auraient
sans
que mon 4X4 en
tsouffrît. Aprèste i
e raison dedeluitrajet,
nj'arrivai
i
n
t
te
t
i
i
une
demi-heure
au
travail
vers 8 heures
tn
t
e
i
p
i
e
p
i
sur un parkingp
presque vide,p
que seule, l’auto de lao
femme
e
o
i
C
o
de ménage
la saluai et me C
C occupait.CEnorentrant, ijete
op
e
t
précipita vers mon
bureau. Je triaid
par ordre d'importance
e
i
e
t
d tard,
i et lut mon courrier.
ye
r Une heure
iyt mes messages
plus
t
y
r
d
e
d
n
e
t
r
r
t me salua ette i
Jean-Paul,
le Directeur,n
frappa à ma porte
e
i
n
t
te
i
i
m’invita à prendree
un café. Nous parlâmes de tout et de
tn
i
p
i
e
p
i
o
rien
et
surtout
de
la
météo,
introduction
rituellement
p
e
o
p
i
C
o
C
o
nécessaire
glissa
Cet préalableCà toute discussion.
eJean-Paul,
op
e
t
e
i
t
une
pièce
dans
la
machine,
composa
le
numéro
du
«
café
e
t
i
d
i
t
d me ntye
rsecondes ed’attente,
y
dy court sucré
»i et après quelques
r
y
d
e
r
t
r
e tendit
t le contenu dete i
ma tasse. Pendantin
que nous dégustions
e
n
t
tnt
t
i
i
notre gobelet, l'entreprise
se remplissait
qui
tn
t des employés
e
i
p
i
e
p
i
pleurs horaires
arrivaient selon
d’embauche. Des o
groupes
e
o
p
i
C
o
oautour de latmachine
de personnes
à café et C
C se formaient
e
op
C
e
e
i
t
les brouhahas t
des
paroles échangées
redonnaient vie
à ce
e
t
i
d
i
d les nte
i personnalité. eLesy
r murs deercrépis,
dy bâtimentrdsans
y
r
t
e moquettes
t communse i
e grises et cesinfaux plafondsinblancs,
t
tnt
i
dans toutes les entreprises,
chassant toute distinction
ou
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
p s’il fallait
tempérament comme
en avoir honte.C
Jean-Paul,
e
o
p
i
o
C
o
après avoir
C discuté deCvacances, meitpritepar le brasteet
op
e
de latmachine,
e commerpour
i que
d une confidence
itm'éloigna
e
d
i
y
d
t
les
autres
qui
venaient
se
servir
ne
devaient
pas
entendre
:
y
r
d
e
r
n
e
t
r
e — tDis-moi,
tdu projet avante i
e commença-t-il,
n tu te souviens
i
n
tnt
i
i
n
ton départ au ski i
?e
i
p
e
p
i
o
p
e
— Oui
o
p
i
C
o
o répondretefavorablementeà C
— Bon,C
le client va C
peut-être
op
e
i préparé la réponse
e
l'appel d'offre.tComme
c'est toi qui
as
t
it
d
i
e
d
i
y
r
d
t
r
au cahier des
charges, j'aimerais
que tu reprennes
la main.
d
e
r
n
e
t
e — tMais
i
tsurpris.
erFranck s'en charge
n !? Répliquai-je
i
n
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
22
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d C'est ntye
ije veux juste que
y
rtu l'épauleseuny
peu.
iyt — C'estrvrai,
y
r
e
d
d
t
r
i
un gros
et je ne voudrais
pas que t
cette vente nous
esousprojet
nj'aimerais
i
n
t
e
te
t
t
i
i
passe
le
nez.
Écoute,
que
tu
organises
une
t dîner d'affaires.p
e
itn
iprésentation
e
p
i
réunion
avec
une
lors
d'un
o
p
e
o
p
i
C
o
o pas le tfaire,
— Pourquoi
j'ai du travail C
C Olivier neCpourrait
e
op
e
i
t
en retard et tu peux
lui faire confiance.
e
i
e
d
t
ivrai, mais avecetoirà ses côtés jerd
ye
iyt — Oui,rc'est
suis plus
t
y
d
d
n
e
t
r
t pour nous. Tute i
tranquille.
Vraiment, cette
vente est capitale
e
n
i
n
t
te
i
i
es dix fois plus expérimenté
Franck. Ne t'inquiète pas,
tn
eJe lui que
i
p
i
e
p
i
o
il
est
au
courant.
ai
parlé
de
ton
éventuelle
p
e
o
p
i
C
o
C
o
collaboration
Si tu es d'accord,
C et il a accepté.
e nous irons
op
C
e
t
e
i
t
le
voir
dès
son
arrivée.
e
t
i
d
i
t
d était ntye
i un peu. Il savait
r que laevente
y
dy Je réfléchis
r
y
d
e
r
t
r
e d'importance.
t le bénéficete i
Je m'étonnai
que Franck partage
e
n
i
n
t
tnt
t
i
i
de la vente, mais je
demandai à letvoir avant de prendre
tn
e
i
p
i
e
i
o que op
pla boite remportait
ma décision. Si
le marché, il savait
e
p
i
C
o
C
o
les honneurs
C lui reviendraient.
e
op
C
e
t
e
i
travaillais dans
depuis
plusieurs années.
e cette sociétéy
it
d
itJeArrivé
t
e
d
i
y
r
d
t
comme
responsable
commercial,
mes
succès
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e m'avaient
i
t
commercial
puis
e rapporté le poste
n de Directeur
i
n
t
e
tnt
i
i
directeur marketing,
chapeautant ainsi, plusieurs services.
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
p j'entrai dans
Dans la journée,
le bureau de C
Franck qui
e
o
p
i
o
C
o
occupaitC
le poste de C
responsable commercial,
prétextant
e
op
e
t
e
i
t
l'envoi d'une invitation.
Dès les premiers
mots, je perçus
e
t
i
d
i
t
dappels à nte
rMalgré quelques
dy nettementrdlayifraicheur du salut.
r
e
r
e
t
e la tdiscussion,
t me retirer. Jee i
je n'insistai
e
n pas et préférai
i
n
tnt
i
i
n
pouvais comprendre
les enjeux,emais là, le Directeur
e
i
p
i
i
oJean- op
e
n'avait pas o
agip
comme il aurait
dû. Je retournaiC
voir
p
i
C
o de cettetaffaire,
Paul en C
tentant de meC
dégager
e maistrien
op
e
e
i
e l'entretien que
fit. Et pendant
nous eûmes tous
i les
d
itn’y
t
e
d
i
y
r
d
t
trois, Franck
abdiqua devant son
Directeur et jern'osai non
d
e
r
n
e
t
r
e pluste
tde la décision àe i
intervenir, laissantin
la responsabilité
n
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
23
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
i était conclue,
y
ye
r je prenaisey
L'affaire
end
main le
iyt Jean-Paul.
t
y
r
e
d
d
n
t
r
r
processus
Pour
l'occasion
t de prouverte i
e de laet vente.
nd'uneFranck,
i
n
t
te
t
i
i
ses
capacités
l'espoir
éventuelle
promotion était
tn
t
e
i
p
i
e
p
i
réduite à néant.
qu'aux yeux du Directeur
o
pFranck ne serait
e
o
p
i
C
o
o
qu'un subalterne.
Sans possibilité
d'initiative,
il figeait C
C
e
op
C
e
t
i
t
ainsi l'avenir de Franck.
e
i
e
d
t
d
i de l'affaire à e
ye
r
iyt Le soir,rjedparlai
Joëlle.
t
y
r
d
n
e
t
i
r
— As-tu
parlé à Franck ?n
Demanda-t-elle t
e
i
n
t
e
te
t
i
— Non, il m'a reçu
Il n'était pas prêt ià
tn
e froidement.
i
p
i
e
p
i
o
discuter.
p
e
o
p
i
C
o
C
o
— Tu ne
contre la décision
Jean-Paul,
Cpeux rien faire
eladevente.
op
C
e
t
e
i
t
mais
tu
pourras
l'associer
dans
le
succès
de
e
t
i
d
i
t
d
i
r
y
ye
dy — Tu asrraison.
t
r
y
d
e
r
n
e
t
i
e Lestejours suivants, ijenpréparai lesnréunions
t
et les
e
tnt
t
t
i
i
invitations. Franck,ependant tout cet temps, s’acharnait
itn
pà laà
iLes discussions
e
p
i
o
p
saboter
le
projet.
allaient
bon
train
e
o
p
i
C
o
odistillait sa haine
machineC
à café et Franck
grandissante à C
e
op
C
e
t
e
i
t
qui voulait bien
l'entendre. J’essayais
à moult reprises
e
t
i
d
i
t
e
d
i au travail, emaisy
r celui-ci e
dy d’associerrdy
t
Franck
ne r
comprenait
r
n
t
e pastmon
i
t
d’explications,
il
e objectif. Malgré
nmes tentatives
i
n
e
tnt
i
i
se fermait à tout idialogue
et n’acceptait pas ma démarche
tn
e
i
p
e
p
i
o
d’association. p
Il considérait mon
ingérence dansC
son projet
e
o
p
i
o
C
o
comme C
une intrusionCmalveillante de e
ma part. Il me
op
e
t
e
i
t
prenait pour un
hypocrite vaniteux,
un loup aux idents
e
t
d
i
t
e
d
r
dy longues.rdyi
t
r
e
r
n
e
t
e Toutteen préparant les iréunions,
t pas de vuee i
perdais
n je nein
tnt
i
n
mes autres occupations.
Je mee
déplaçais souvent p
pour
e
i
i
i
odonné op
p
e
rencontrer de
nombreux clients.
L'un d'eux m’avait
p
i
C
o
C
C l'après-midiCàoRoyan. J’enitprofitai
rendez-vous
e pour partir
op
e
e
e
avance afintd'effectuer
quelquesd
achats. Je pris donc
it la
itendirection
e
d
i
y
r
d
t
r
du
centre-ville et stationnai
près du front
de mer.
d
e
r
n
e
t
e Je tlongeai
t le vent, pare i
dont
er la plage désertée
n des touristes
i
n
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
24
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d
i avec lui leey
ye
rsable fin. e
Lesy
mouettes
iyt rafale, rentrainait
t
y
r
d
d
n
t
r
jouaient
avec la crête desn
vagues en les frôlant.
t La couleurte i
emenaçant
i
n
t
te
t
i
i
du
ciel
contrastait
avec
la
teinte
bleue de la mer.
tn
t
e
i
p
i
e
i
Je savais alorspque le temps
grisâtre serait passager.
o La op
e
p
i
C
o
o par l’apparence
prévision
facilitée
de la mer. C
Cmétéo était C
e
op
ele
t
i
t
Elle prenait la e
couleur du temps
qu’il allait faire
i
e
d
t
d le
i eau marron àel’aspect
ye
r boueuxeannonçait
iyt lendemain.
Une
t
y
r
d
d
n
t
r
i
r
t
mauvais
temps et une eaun
bleue, un ciel clair.
e
i
n
t
e
te
t
i
i
J’atteignis le porte
qui jouxtait la plage, après quelques
tn
i
p
i
e
p
i
o
minutes
de
marche.
Les
bateaux,
serrés
les
uns
contre
les
p
e
o
p
i
C
o
C
o
autres, semblaient
vouloir
se protéger du e
vent glacé qui se
C
op
C
e
t
e
i
t
faufilait
à
travers
la
mâture.
Et
le
bruit
des haubans
e
t
i
d
i
t
d faisait ntye
i les mâts métalliques
r des bateaux
y
dy claquantrd
sur
r
y
e
r
e
t
i
e remonter
en moi l’évocation
lointaine de t
l'enfance. Le cri
e
n
i
n
t
e
tnt
t
t
i
i
des oiseaux et l'odeur
mer me t
berçaient à chaquep
fois
itn
ie de Jela humais
e
p
i
o
p
dans
de
doux
souvenirs.
ainsi
les
parfums
de
ma
e
o
p
i
C
o
jeunesseC
ou je passais C
ceso
vacances à l'îlee
de Ré, chez mon C
op
e
t
e
i
t
grand-père. Latfamille
se réunissait
alors pour la période
e
t
i
d
i
e
i de toutes les régions
y
r et prenant
dy estivalervenant
t
led
bac pour
y
r
e
d
r
n
e
t
e un tpèlerinage
t les cousinese i
oncles,
e annuel. Les
ncousins, lesin
i
tnt
i
et les tantes s'entassaient
dans cette maison qui s'ouvrait
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
sur le port de p
Saint Martin. p
Cet air que j'inspirais
à plein
e
o
i
C
o
C
o
poumonC
; c'était le même
où pendant mes
vacances, je
e
op
C
e
t
e
i
t
plongeais du haut
des remparts quid
délimitaient l'entrée
du
e
t
i
i
t
e
d
i
y
r
d
t
port.
La
nuit,
toutes
les
chambres
étaient
prises
par
la
y
r
d
e
r
n
e
t
r
e famille
t dormaiente i
enfants
e en villégiature,
nalors les in
i
t
tnt
ila
n
ensemble dans leie
grenier. Le souvenir
de l'odeur de
i
p
e
p
i
p
e
poussière, du
bois humide, revenait
réveillant C
en o
moi, les
o
p
i
o
o dans tleenoir, avant ede C
images C
du passé. Je C
percevais,
op
e
i
e
m'endormir, le
cri strident desdmultiples
hirondelles
t
it
i
t
e
d
i
y
r
d
t
r
virevoltantddans l'air tiède ete
le claquement des
haubans
r
n
e
t
r Tout cela,in
e surtlesemats.
td'été, embaumée i
la douce chaleur
n
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
25
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
douvert ntye
i venait me l'apporter
y
r par le fenestron
iyt par l'airrmarin,
y
y
r
e
d
d
e
t
r
de ces
je passais
la nuit avec mes
t cousins. te i
ecomblesleoù long
n
i
n
t
te
t
i
i
Je
marchais
des
bateaux
perdus
dans mes
tn
t
e
i
p
i
e
i
souvenirs, ne prenant
oquand, op
p attentionpà rien ni à personne,
e
i
C
o
soudain,C
quelqu'un que jeo
n'avais pas vu passa
devant moi. C
e
op
C
e
t
i
t
Je la bousculai e
et mes images d
du passé s'évanouirent
i
e
t
d
ye
r
iyt aussitôt.rdyi
t
r
e
d
n
e
t
r
t la personnete i
— Oh
pardon ! Dis-je enn
essayant de rattraper
e
i
n
t
te
i
i
qui perdait l'équilibre.
tn
ela vision revint
i
p
i
e
p
i
o
Mais
à
ce
moment,
avec
la
disparition
de
p
e
o
p
i
C
o
C
o
ses pensées,
C et j'aperçusCcelui que je retenais.
epeu ovale tdont
op
e
t
e
i
Mes
yeux
découvrirent
une
jolie
figure
un
e
t
i
d
i
t
dcheveux ntye
i lèvres rouge meesouriait.
r De e
y
dy la boucherdaux
longs
r
y
r
t
i
e blonds
et bouclés pendaient
avec douceurtle long de ses
e
n
i
n
t
e
tnt
t
t
i
i
omoplates. Un regard
et perçant
t me dévisageait.
itn
pJela
ie vert
e
p
i
o
p
restai
un
court
instant
sans
dire
un
mot,
subjugué
par
e
o
p
i
C
o
C
beauté qui
Cse tenait faceCdeomoi. ite
op
e
e
Je ne vous ai
pas fait mal au moins,
commençai-je.
e
it
d
it—
t
e
d
i
y
y
r
d
t
Mais
pendant
que
je
parlais,
il
me
semblait
que
ce
visage
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e ne tm'était
i
t
e pas inconnu. in
n
e
tnt
i
i
— Oh non rassurez-vous,
je n'ai rien.
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
ptintait doucement
La voix aimable
à mes oreilles.
e
o
p
i
C
o
C
o
Cdésolé, je devais
— Je suis
regarder ailleurs
et je ne vous
e
op
C
e
t
e
i
ai pas vu, continuai-je
toujours d
impressionné parit
cette
e
t
i
t
e
d
r
dy femme. rdyi
t
r
e
r
n
e
t
e Maintenant,
t des yeux,e i
e je la voyaisintout entière.iJensuivais
t
tnt
i
n
son coup long et
délicat. J'apercevais
ses doigts p
fins.
e
i
i
e
i
oque je op
p
e
J'admirais ses
jambes graciles.
Je me rendis compte
p
i
C
o
C
C encore àCelleopar le bras.itJeela lâchai, gêné.
m’accrochais
op
e
e
t ne
ecurieuse sensation,
une
comme navré ide
d
itCependant,
t
e
d
i
y
r
d
t
plus pouvoir
la tenir m'envahit.
Je restaisr quelques
d
e
r
n
e
t
e secondes,
er troublé, sans isavoir
n quoi dire,inpuist je me lançaii:e i
t
tnt
n
i
ie
ie
op26 op
p
e
p
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d
i j'ai l'impression
y
ye
rde vous connaître.
iyt — C'estrétrange,
t
y
y
r
e
d
d
n
e
t
r
Je regrettai
soudainement
J'eus
t honte de cete i
e d'imagination
ncesd'unparoles.
i
n
t
te
t
i
i
manque
digne
maladroit.
Pourtant, elle
tn
t
e
i
p
i
e
p
i
ne se moqua nip
s'offusqua dep
ma remarque.
o
e
o
i
C
o
C
ocette impression.
— En effet,
C j'ai également
e
op
C
e
t
i
fus immédiatement
de sa
réponse. J'eus peur
epoursoulagé
it un
eJemoment
d
t
t
d
i
y
ye
r
i
de
passer
un
vulgaire
dragueur.
Cependant,
t
y
r
d
e
d
n
e
t
r
r
t cette femme.te i
je mee
demandai bien où n
j'avais pu rencontrer
i
n
t
te
i
i
La rencontre d’une
aussi belle ne s'oublie pas
tn
ecréature
i
p
i
e
p
i
o
facilement.
Et
j'avais
beau
chercher
dans
la
mémoire
de
p
e
o
p
i
C
o
C
o
mes réunions
que
C de travail,Cdans mes diverses
erencontres
op
e
t
e
i
t
j'avais
pu
faire
lors
de
mes
sorties,
je
n'arrivai
pas
à
mettre,
e
t
i
d
i
t
d
rvisage qui meertroublait.
ye
dy ni un nom,
niiun souvenir sur e
ce y
t
y
d
r
n
t
r
i
e — tC'est
je n'arrivetpas à savoir où
e étrange, dit tlaifemme,
n
n
e
tnt
t
i
i
je vous ai vu.
t
e vous diraiquelque
itn
p
inom
e
p
p

Peut-être
mon
chose,C
et o
je le lui
e
o
p
i
o
C
o
dis.
C
e
op
C
e
t
e
i
Non ça ne me
edit rien non plus.y
it
d
it—
t
e
d
i
y
r
d
t

Peut-être
pourriez-vous
dire
le
vôtre,
ceci
m'évoquera
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e quelque
i
t
e chose.
n
i
n
t
e
tnt
i
i
tn
— Je m'appelle Maud.
e
i
p
i
e
p
i
o
p
Je me mis ào
rire.
e
o
p
i
C
C
o
— VoilàC
bien une curieuse
façon de faire e
connaissance.
op
C
e
t
e
i
t
Mais cette étrange
rencontre, par d
association d'idées,
me
e
t
i
i
t
e
d
dy remémorardunyisouvenir récent.ter
t
r
r
n
e
e — tN'étiez-vous
t dernière ? e i
pas à Piau-Angaly
la semaine
e
n
i
n
tnt
i
i
n
— Mais oui, vousiaussi
?
e
i
p
e
i
o sur op
p que c'est
e
— Oui et je
crois
vous qui m'avez renversé
p
i
C
o
C
o
une pisteC
rouge.
e
op
C
e
t
e
i
e je me lerd
Oui ! En teffet,
rappelle, dit-elleit
avec
it—
e
d
i
y
d
t
r
enthousiasme.
d
e
r
n
e
t
e
i
t
er
n
i
n
t
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
27
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d
y
ye
r
!iVoilà de drôles de
manières
de sey
rencontrer.
iyt — Ca alors
t
y
r
e
d
d
n
e
t
r
r
i
Vouse
habitez Royan ? Demandais-je.
t
n
i
n
t
e
te
t
t
i
i
Nous
discourûmes
un
moment,
jusqu'à
ce
que
je
me
t mes obligations.p
itn
ie des temps)de
e
p
i
souvinsse
(concordance
o
p
e
o
p
i
C
o
C
omais si voustleedésirez, je vous
— Écoutez,
C je dois partir,
op
C
e
i
de continuer
notre conversation
ce soir.
e18 heures
it
epropose
d
t
t
d
i
y
ye
r
i
— D'accord,
vers
ce
soir,
ici
même
?
t
y
r
d
e
d
n
e
t
r
i
r
t
— D'accord,
à ce soir. n
e
i
n
t
e
te
t
i
i
d'être en retard à mon
tnJe partis en vitesse.
equeJejerisquais
i
p
i
e
p
i
o
entrevue.
Pendant
marchais,
je
me
rendis
compte
p
e
o
p
i
C
o
C
o
que je venais
femme que je
C de donnerCrendez-vous iàtune
earrière-pensée.
op
e
e
t
connaissais
à
peine.
Pourtant,
je
le
fis
sans
e
t
i
d
i
t
d si elle ntye
rJe me demandais
y
dy De plus,rjedylai trouvais très tbelle.
r
e
r
e
e étaittemariée. Sûrement,inpensai-je, sinonntelle n'aurait pase i
tnt
t Puis, e
it
arrivé
tnaccepté ce rendez-vous.
ti chez monoclient,
e
i
p
i
i
p Maisodepretour au travail,Cplus tard Cop
j'oubliai cet épisode.
e
i
o
dans l’après-midi,
jeCm’aperçus que e
je regardais ma
C
op
e
t
e
i
t
montre
régulièrement.
e
t
i
d
i
t
dPartagé nte
i six heures, je equittai
y
r mon bureau.
dy Un peuravant
y
r
d
r
e
t
e entre
t et le devoire i
ele désir de connaitre
n cette femme
i
n
t
tnt
i
i
je rangeai
tnfamilial, j’hésitais.iePourtant, inconsciemment,
i
p
e
p
i
o
mes affaires, p
pris mon pardessus
et quittai la société
à sa
e
o
p
i
C
o
C
o
C
rencontre.
e en me voyant
op
CDemanda Jean-Paul
e
t
e
i
t

T'as
rendez-vous
?
e
t
i
d
i
t
e
d
r
dy partir. rdyi
t
r
e
r
n
e
t
e — tOui,
i
t
e répondis-je laconiquement.
n
i
n
e
tnt
i
i
Je grimpai dans mon
en direction du port.p
in
ie4X4 et roula
e
i
oenvie. op
p
e

Ouai
et
quel
rendez-vous,
pensai-je,
elle meC
fait
p
i
o
oUn bon coupteneperspective. e C
Elle est C
super bien foutue.
op
C
e
i La morale
e
Sa beauté m’attirait
et je la désirais.
t
it le
d
i
t
e
d
i
y
r
d
t
r
réprouvait,d
mais mon désir la e
supplantait.
r
n
e
t
e
i
t
er
n
i
n
t
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
28
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d
i place sur le port.
y
ye
rJe m’approchai
des quais
iyt Je trouvairdune
t
y
y
r
e
d
n
e
t
r
en observant
les bateauxn
un moment. Attiré
t par je ne saiste i
e
i
n
t
te
t
i
quel
appel
inconscient,
je
mis
les
pieds
tout
près du bord iet
tn
t
e
i
p
i
e
p
i
regardai en dessous
de moi.pJe ne voyais pas leo
fond à
p
e
o
i
C
o
travers l'eau
dedans. À C
C opaque etCjeom'imaginaisittomber
e
op
e
t
cette période, la e
température ne devait
pas dépasser iles
15
e
d
t
t
d
i
y
ye
r
i
degrés. Pouvait-on
supporter
une
eau
si
froide
?
J'oubliai
t
y
r
d
e
d
n
e
t
r
i
r
cettee
idée saugrenue et regardai
de droite t
et de gauche. Je
n
i
n
t
e
te
t
i
la vis alors sur le quai.
Elle souriait en venant vers moi. i
tn
epensai-je.
i
p
i
e
p
i
o

Vraiment
canon,
p
e
o
p
i
C
o
C
o
Je lui lançai
concupiscent. Ellee
me salua et nous
C un regardC
op
eet
t
e
i
t
discourûmes
un
moment
sur
le
quai.
Le
froid
me gênait
e
t
i
d
i
t
d Sur ntye
i de prendre unecafé,
r ce qu'elleeaccepta.
y
dy je lui proposai
r
y
d
r
t
r
i
e le tport,
t
entre les imagasins
de souvenir
et les
e
n
n
e
tnt
t
t
i
i
shipchandlers, quelques
aux
t intérieurs ocossus
e cafés
itn
p
iclientèle
e
p
i
p
attiraient
une
aisée.
Parmi ceux-ci, « le
e
o
p
i
C
o
o des tambiances
gentleman
« pub », C
C» appâtait lesCamoureux
e
op
e
e
i
t
qui appréciaient
les atmosphères feutrées
et le jazz.iNous
e
t
d
i
t
d rouge nte
i dans desefauteuils
y
r
dy nous installâmes
capiteux
y
r
d
r
e
t
r
e bordeaux.
i
sur sontséjour au ski et
e J'entraînai laidiscussion
n
n
t
e
tnt
i
i
la fis parler sur ses
habitudes dans l’objectif de connaitre
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
p
sa situation amoureuse.
Le p
barman s’approchaC
et déposa
e
o
i
o
C
o
sur la table
pour moi. Je
C basse un Ccoca-cola et unitcafé
e
op
e
e
t
m'intéressai à t
ses
goûts et ses activités,
et de les retenir
e
t
i
d
i
e
i m'en servir. Enveloppés
r par e
dy afin de pouvoir
t
unr
airdde jazz,
y
d
e
r
n
t
r
e noustediscourûmes pendant
i
t
filaient
n que lesinminutes
i
e
tnt
i
agréablement. Jeie
ne me forçaisepas pour entretenir
in
pd'unla
p
i
o
p
e
conversation.
Elle
s'écoulait
d'elle-même.
Au
bout
o
p
i
C
o
C
moment,C
je jetai un œilC
surol’heure.
e
op
e
t
e
i
eannonçai-je. rd
Je dois partir,
it
it—
t
e
d
i
y
d
t
r
— Votre femme
vous attend, dit-elle.
d
e
r
n
e
t
e
i
t
er
n
i
n
t
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
29
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d dans ntye
isurpris par cetteeréponse.
y
r Je laeregardai
iyt Je fus comme
y
y
r
d
d
t
r
r
les yeux.
Non, je ne détectai
tmais un regardte i
eet clair.
n aucune ironie,
i
n
t
te
t
i
i
franc
tn
t
e
i
p
i
e
i
— En effet, je
pourrions-nous
o nous op
pfile, mais peut-être
e
p
i
C
o
revoir, C
lançai-je aussi o
franchement. J'ai
trouvé notre C
e
op
C
e
t
i
t
conversation trèse
agréable.
i
e
d
t
d fut la
i pas et je le savais,
ye
rcar notre rencontre
iyt Elle ne rrefusa
t
y
r
d
e
d
n
e
t
r
t rendez-vouste i
plus e
cordiale possible. Nous
nous donnâmes
n
i
n
t
te
i
i
dans ce café pour laesemaine suivante.
tn
i
p
i
e
p
i
o
En
roulant,
je
repensai
à
la
discussion.
J'étais
content
de
p
e
o
p
i
C
o
C
o
moi. « Vraiment,
C ça vaCêtre un bon coup.
eQuelque chose
op
e
t
e
i
t
me
dit
qu'elle
va
passer
à
la
casserole
».
e
t
i
d
i
t
r d'habitude.eJerdme garai ntye
y
dy J'arrivairàdlayimaison plus tard
que
e
r
t
i
e devant,
t
remontait l’allée
jusqu’à la porte-fenêtre.
De
e
n
i
n
t
e
tnt
t
t
i
i
l’extérieur, je vis mes
danstle salon et ma femme
e enfants Aucun
itn
p
ioccupations.
e son ne me parvenait
p
i
o
p
qui
vaquait
à
ses
e
o
p
i
C
o
ocomme ontvisionne
et j’observais
un film C
C cette scène
e
op
C
e
e
i
t
muet. Une scène
d’une vie paisibledet heureuse. Je i
restais
e
t
i
t
d cette nte
i avant d’ouvrirelay
rporte et deerbriser
dy là un moment
y
d
r
t
r
e image
t à entrer. e i
ed’Épinal du bonheur.
n Puis, je meindécidais
i
t
tnt
— Bonjour tout leie
monde, lançai-je à la cantonade. pi
tn
i
p
ie
o
p viens manger.
— Tu es en retard,
e
o
p
i
C
o
C
o
C je travailleCsur ce fameuxitdossier.
— En effet,
Le patron
e
op
eau
e
t
tient absolument
à cette vente et jed
ne dois rien laisser
e
t
i
i
t
dIl est à nte
i continuai-je
ren m'asseyant.
dy hasard. rD'ailleurs,
y
r
d
e
r
e
t
e prévoir
t temps. e i
eque je rentre plusintard pendantiquelque
n
t
tnt
ile
n
— Oui, dit Joëlle,
fait ce qu'ilefaut pour emporter
e
i
p
i
i
odéçu. op
ploupais, jeocrois
e
marché. Si o
tu le
que Jean-Paul serait
p
i
C
— DéçuC
n'est peut-êtreC
pas le mot. Ce serait
epire que ça.te C
op
t
e
i
e en toi et turasdl'expérience,djei suis
J'ai confiance
it—
t
e
i
y
d
t
r
tranquille.d
e
r
n
e
t
r
e Joëlle
i
t
et se pencha
es'approcha
n pour m'embrasser.
i
n
t
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
30
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
dsentais ntye
i Joëlle était bienveillante
y
r
d'aise.
et jey
me
iyt Je souriais
y
r
e
d
d
e
t
r
r
heureux
de pouvoir compter
tAprès manger,te i
e que
n sur elle.
i
n
t
te
t
i
i
pendant
les
enfants
s’occupaient
dans
leurs chambres,
tn
t
e
i
p
i
e
i
nous entreprîmes
ojouions op
p une partiepde Scrabble. Nous
e
i
C
o
ensemble
ses instants C
Cpresque tousClesosoirs. Nousiaimions
e
op
e
t
t
devenus une habitude.
Parfois, d
un des enfants ivenait
e
e
t
d mon
i ce petit momenterintime où j'oubliais
ye
iyt s'insérerrdans
t
y
r
d
d
n
e
t
r
t j'avais oubliéte i
travail
et Joëlle ses clients.
Et ce soir-là,
e
n
i
n
t
te
i
i
Maud.
tn
e soudainement,
i
p
i
e
p
i
o

Au
fait,
dit
Joëlle
Éric
nous
a
appelé
p
e
o
p
i
C
o
C
o
pour nous
samedi soir. e
Cinviter à manger
op
C
e
e
it
t

Pour
quelle
occasion
?
e
t
i
d
i
t
d de ntye
i qui nous invite
r pour nouseremercier
y
dy — C'estrsadyfemme
r
e
r
t
i
e l'avoir
t
amené au ski. in
e
n
t
e
tnt
t
t
i
i
— Ah ! très bien, nous
tde prévu, je crois.
itn
p
ie n'avons rien
e
p
i
o
p

Non
en
effet.
e
o
p
i
C
o
C
Nous reprîmes
C le coursCdeonotre partieitetela soirée passa
op
e
e
e
it
d
ittranquillement.
t
e
d
i
y
y
r
d
t
La
semaine
qui
suivit
se
déroulait
sans
anicroche.
Moi
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e travaillant
t de ménagere i
e sur mon dossier,
n tout enitentant
i
n
t
tnt

Franck qui refusait
de me parler. Sa haine grandissait
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
p en jour. p
vue d'œil de jour
e
o
i
C
o
C
o
Ccroisais Jean-Paul,
Quand je
je l'exhortai e
à lui parler, mais
op
C
ele
t
e
i
t
mon patron trouvait
toujours uned
excuse pour éluder
e
t
i
i
t
e
d
i
r de faire
dy problème.rdyEmbarrassé,
t
r
j'essayais
participer
e
r
n
e
t
e Franck,
t collaborer.e i
e mais celui-ciinne voulaitinplus
t
tnt
i
n
L'animosité des ragots
amplifiait e
devant la machine à p
café.
e
i
i
p
i
o
pla vente, disait
e
— Si tu réussis
Joëlle, laissera-tu
l'honneur
o
p
i
C
o
C
o le fairet?e
Cà Franck ? Pourras-tu
de celle-ci
op
C
e
e
i
esaura qu'il n'a rien
Tout le monde
fait.
it
d
it—
t
e
d
i
y
r
d
t
— C'est lui
qui a initié le projet,
répliqua Joëlle.r
d
e
r
n
e
t
e — tTueasrraison, je trouverai
i
t
répondis-je.
n un moyen,in
i
e
tnt
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
31
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d
i
y
ye
r
iyt
t
y
y
r
e
d
d
n
e
t
r
r
Le samedi
arriva, et comme
nous nous
t rendîmes tàe i
e d'Éric.
n unprévu,
i
n
t
te
t
i
i
la
soirée
Il
habitait
appartement
non loin du
tn
t
e
i
p
i
e
p
i
casino de Pontaillac.
o
p Il n'avaitppas d'enfants et neCressentait
e
o
i
o
o maison. De
pas le besoin
sa terrasse qui C
C d'acheterCune
e
op
ese
t
i
t
donnait sur la mer,
on pouvait voir
la lune, la nuit,
e
i
e
d
t
dAu loin,
i ondulants surelarsurface de l'eau.
ye
iyt refléter rendy
éclats
t
r
d
n
e
t
r
t régulier seste i
le phare
de Cordouan n
lançait à intervalle
e
i
n
t
te
i
i
signaux dans la pénombre.
lueur des lampadaires
tn
ela pointeLa dufaible
i
p
i
e
p
i
o
à
l'horizon
signalait
Verdon.
La
terrasse
était
p
e
o
p
i
C
o
C
o
suffisamment
y mettre une table.
C grande pour
e Et, à la tbelle
op
C
e
t
e
i
saison,
il
était
agréable
de
s'y
tenir
dans
l'atmosphère
tiède
e
t
i
d
i
t
d des ntye
rdiscutant à e
y
dy du soir.rOndyyiobservait les gens
la r
terrasse
e
r
t
e glaciers
t La rumeur dete i
ou se promenant
sur le front de mer.
e
n
i
n
t
tnt
t
i
i
la rue, emportée par
la douceur destsoirs d'été, remontait
tn
e
i
p
i
e
i
o ils op
p estivale ojusqu'au
cette ambiance
balcon, où assis,
e
p
i
C
o
prenaient
Je me garaiesur le parking C
Csouvent l'apéritif.
op
C
ede
e
it laissaient
t
devant le casino.
L'hiver, les ruesddésertes
e
t
i
i
t
e
d
i pour se ranger.
y
r
dy nombreuses
t
places
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e Cathy,
tfit entrer. Puis,e i
ela femme d'Éricinous
n ouvrit etinous
n
t
tnt
ila
après les salutations,
entraîna aussitôt Joëlle dans
tn
e
i
p
i
e
i
o
p laissantples hommes dansCle salon. Cop
cuisine pour discuter,
e
i
o
Nous parlions
de choses
eto
d'autres, de travail
et de photos,
C
e
op
C
e
t
e
i
t
sujets de prédilection
de mon ami. d
e
t
i
i
t
ile port ? Demanda
rÉric. Ils fonterdesdtravaux nte
dy — Tu asrd
vu
y
e
r
t
e d'agrandissement.
t sur la plage.e i
Ils mangent
e
n énormément
i
n
t
tnt
i
ise
n
Avec les touristes
de plus en plus
nombreux, on va
e
i
p
i
e
i
o des op
p à Saint-Tropez,
e
retrouver comme
aussi serré
que
p
i
C
o
C
o
sardinesC
en boite.
e
op
C
e
t
e
i
t
e! Pourtant, le port
Oui dit donc
est bien assez igrand
d
it—
t
e
d
i
y
r
d
t
r
comme ça,d
répondis-je.
e
r
n
e
t
r non, dit-il. in
e — tAepriori,
i
t
n
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
32
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
dchose à ntye
i sur le port e
rfit venir quelque
mey
iyt Puis la discussion
y
y
r
d
d
e
t
r
r
i
l'esprit.
t
efait, te souviens-tu
nde notre séjour
i
n
t
e
te
t
t
i
i

Au
au
ski,
quand
j'ai
t
itn
p
i?e
e
p
i
bousculé
une
fille
o
p
e
o
p
i
C
o
o toi ? Répondit
— Tu bouscules
les filles,
Éric d'un air C
C
e
op
C
e
t
i
t
malicieux.
e
i
e
d
t
dpiste et
iinsistai-je, vouseétiez
ye
r déjà en bas
iyt — Maisroui,
de
t
y
r
d
d
n
e
t
i
r
t
vouse
m'attendiez.
n
i
n
t
e
te
t
i
i
— Ah oui, en effet.e
Et alors ?
tn
i
p
i
e
p
i
o

Et
bien,
figure-toi
que
je
l'ai
revu
à
Royan,
sur
le
port
p
e
o
p
i
C
o
C
o
justement.
C
op
C Éric ite
e
e
t

Non
!
Incroyable
!
Répondit
e
t
i
d
i
t
d la ntye
i toi que je luiey
rai donné rendez-vous
dy — Si etrd
figure
r
y
r
e
t
i
e semaine
t
e prochaine. tin
n
t
e
tnt
t
i
i
Je racontai ma rencontre.
t aiguisée,obuvait
itn
p
ie Éric, laiecuriosité
p
p
mes
paroles.
e
o
p
i
C
o
C
o faire ? te
— Bon,C
dit-il, et que comptes-tu
op
C
e
e
i
Hé bien, j'espère
e conclure. y
it
d
it—
t
e
d
i
y
r
d
t

Dis
donc,
tu
as
déjà
trompé
Joëlle
?
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e — tTrompé,
i
e trompé, tu ivasnun peu fort.int
e
tnt

— Appelle ça comme
tu veux, répliqua Éric qui aimait
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
me provoquer,p
ça ne change p
rien.
e
o
i
C
o
C
o
C pas amour
— Ne confonds
et désir. J'aime
Joëlle, mais
e
op
C
e
t
e
i
t
l'autre est vraiment
trop canon.
e
t
i
d
i
t
d Nous nte
i une petite emoue
r significative.
dy Éric butrdyavec
r
r
e
t
e entamions
tle plaisir et lee i
e une discussion
n sur l'adultère,
i
n
t
tnt
i
i
n
désir. La conversation
dévia sur e
les Suédoises, les brunes
e
i
p
i
p
i
o
pet s'arrêta o
e
et les harems
quand
Joëlle et Cathy
entrèrent
o
p
i
C
o
C
C
dans le salon.
e
op
C
e
t
e
i
e d'apéritif àrJoëlle
servit un tverre
puis à sa femme,
it
d
itÉric
e
d
i
y
d
t
r
avant de me
remplir un verre. e
d
r
n
e
t
e
i
t
er
n
i
n
t
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
33
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
dsauf au ntye
i et je ne pensaiey
rplus à rien d'autre,
iyt Nous trinquâmes
y
y
r
d
d
e
t
r
r
i
bonheur
e partagé.
n Cathy.int
i
t
e
te
t
t
i

Crois-tu
au
destin
?
Demanda
t tracée à l'issue
itn
p
ieà une vieietoute
p

Tu
veux
dire
o
p
e
o
p
i
C
o
C
o
inéluctable
C ? Demandai-je.
e
op
C
e
t
i
Oui.
epense que chacun
iautfur
e—
d
t
t
d
i
y
ye
r
i
— Pas du d
tout,
je
créé
son
chemin
t
y
r
e
d
n
e
t
r
r
t la foi quete i
et à e
mesure qu'il avance.
Annonçai-je avec
n
i
n
t
te
i
i
procure la certitude.
tn
eun destin toutietracé, dit Joëlle, o
i
p
i
p

Je
ne
crois
pas
à
mais
de
p
e
o
p
i
C
o
C
o
temps en
Ctemps je meCpose des questions
edevant certains
op
e
t
e
i
t
événements.
e
t
i
d
i
t
d
i ? Demanda Éric.
r
y
ye
dy — Par exemple
t
r
y
d
e
r
n
e
t
r
i
e — tEtebien, vois-tu, quand
à la télévision t
ils annoncent un
n
i
n
e
tnt
t
t
i
i
accident catastrophique,
comme le t
concorde par exemple
itn
pJ'ai
ieemportant
e
p
i
o
p
qui
s’était
écrasé
plusieurs
victimes.
e
o
p
i
C
o
l'impression,
queole destin les e
a appelés. C'est C
C parfois, C
op
eau
t
e
i
t
comme s'ils s'étaient
donné rendez-vous
pour mourir
e
t
i
d
i
t
e
d
i
y
r
dy même moment.
t
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e — tJeete comprends, reprit
t à tout ça, lee i
nCathy, carijencrois
i
tnt
i
destin pour moi existe
et chaque geste ne peut rien contre
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
p
la fatalité.
e
o
p
i
C
o
C
o
C dire, demanda
— Tu veux
Éric, que si une
gars se tue dans
op
C
e
t
e
i
un accident dete
voiture, c'est qu'ildne pouvait rienit
faire
t
i
e
d
r
dy d'autre que
t
y
r
deimourir ?
d
e
r
n
e
t
r
e — tExactement.
i
t
e
n
i
n
e
tnt
i
i
— Mais, dis-je, isieje prends ma
voiture et que je p
bois
in
e
p
i
o
p
e
beaucoup
avant,
c'est
vrai
que
j'ai
plus
de
chance
d'avoir
o
p
i
C
o
C
o le choixtdee ne pas boire
C Mais jeCgarde
un accident.
op
e
e
i
e ne choisitrpasdpour moi mesdactes.
et le
destin
it
itauparavant
t
e
i
y
d
t
— Si tu ned
bois pas avant, et que
ton heure est r
venue, il se
e
r
n
e
t
e passera
ts'accomplisse. e i
erquelque chose pour
n que ton destin
i
n
t
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
34
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d
i comme argument.
y
ye
rDis-je . ey
iyt — Troprfacile
t
y
r
e
d
d
n
t
r
— J'hésite
me resservir
dit Éric
t en souriant,te i
e àà table
n à boire,
i
n
t
te
t
i
i
arriverai-je
sans
trébucher
en
un
coup
fatal ?
tn
t
e
i
p
i
e
p
i
— Oui, dit Cathy,
o
p allons manger.
e
o
p
i
C
o
Elle se leva
sujet inspira Éric C
C entraînantClesoautres. Là,ilete
op
qui commença à e
raconter quelques d
histoires drôles. ite
e
t
d tard
ye
r moi les e
iyt La soiréerdseyitermina et Joëlle
et
quittâmes
t
r
e
d
n
t
i
r
dans e
la nuit. Dehors un
vent léger ett froid balayait
n
i
n
t
e
te
t
i
i
quelques papiers. La
au signal d’ouverture de ma
tn
e voiture,
i
p
i
e
p
i
o
clef,
émit
un
bruit
aigu
qui
résonna
dans
le
noir
du
parking
p
e
o
p
i
C
o
C
o
désert. Le
en hiver avait
Cseul café duCfront de mer ouvert
e
op
e
t
e
i
t
fermé
ses
portes
depuis
bien
longtemps.
Nous
grimpâmes
e
t
i
d
i
t
d
i
r
y
ye
dy dans le 4X4
glacé.
t
r
y
d
e
r
n
e
t
r
i
e — tMets
vite le chauffage,
demanda Joëlle.t
e
n
i
n
e
tnt
t
t
i
i
— Attends que la voiture
un peu.
t
itn
p la
ie lesroule
e
p
i
o
p
Nous
roulions
à
travers
rues
vides
de l'hiver, fendant
e
o
p
i
C
o
o de leurstlumières
nuit silencieuse.
blafardes C
C Les réverbères
e
op
C
ese
e
i
t
éclairaient ceste
couloirs sans vie,
dont le bitume
t
i
d
i
e
i le noir. Jeetrouvais
y
r l'hiver
dy confondait
t
avec
àdRoyan,
y
r
d
r
n
e
t
r
e cafardeux.
i
t
Je me
e J’aurais préférais
n habiter iLanRochelle.
i
t
e
tnt
i
souvenais de cette
ville beaucoup plus vivante et parfois,
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
je regrettais dep
l'avoir quitté quand
j'étais plus jeune.
e
o
p
i
C
o
C
o
C que le destin
— Crois-tu
puisse exister ?e
Demanda Joëlle
op
C
e
t
e
i
t
brisant le silence
et le cours de mesd
pensées vagabondes.
e
t
i
i
t
e
d
i pas.
r
dy — Non rvraiment
t
y
r
d
e
r
n
e
t
e Je n'avais
t me gagnaite i
de discuter. Lan
fatigue
e pas trop enviein
t
tnt
i
i
n
et les discussionsiphilosophiques
ne m'intéressaient plus.
e
i
p
e
p
i
o
pce qu'a ditoCathy
e
— C'est étrange,
au sujet des accidents.
o
p
i
C
o
C
C?
— Pourquoi
e
op
C
e
t
e
i
e
J'ai de temps
en temps cette impression
que parfois,
it les
d
it—
t
e
d
i
y
r
d
t
gens se sont
rassemblés pour se
donner la mort r
ensemble.
d
e
r
n
e
t
e — tDans
i
?t
erun accident d'avion
n par exemple
i
n
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
35
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d
i
y
ye
r
oui.
iyt — Parfois
t
y
y
r
e
d
d
n
e
t
r
r
i
Je haussai
Pourquoi se t
payer un billet
e pourlesallerépaules.
n«quelque
i
n
t
e
te
t
t
i
i
d'avion
mourir
part
».
Je
ne
répondis
itn
p
ipaseenvie. iet
p
pas.
Je
n'en
avais
o
p
e
o
p
i
C
o
o J'arrêtai latvoiture
Nous arrivâmes
nous.
devant la C
C chez C
e
op
e
i
t
maison et nousedescendîmes sans
bruit. Les enfants
i
e
d
t
i depuis bien longtemps.
ye
r Joëlle
iyt devaientrdormir
medprit pas
t
y
r
d
e
d
n
e
t
i
r
le bras
et me désigna le n
ciel. Je levai les t
yeux un instant.
e
i
n
t
e
te
t
i
i
Les étoiles scintillaient
millier, donnant l'impression
tn
etouteparproche.
i
p
i
e
p
i
o
d'une
voûte
céleste
Je
voulus
rentrer,
mais
p
e
o
p
i
C
o
C
o
Joëlle me
Cretint. C
eest beau. te
op
t
e
i

Attends
un
peu,
regarde
comme
le
ciel
e
t
i
d je rentre.
i— Tu as raison,
t
d
i
r
y
y
ye
d
mais
moi
je
suis
fatigué,
t
r
y
d
e
r
n
e
t
r
i
e Et tjeel'entraînai à l'intérieur.
t
n
i
n
e
tnt
t
t
i
i
La semaine suivante,
mon
t travail, sansooublier
itn
p
ie je reprisavec
e
p
i
p
cependant
mon
rendez-vous
Maud. Sa date, mardi
e
o
p
i
C
o
o mon emploi
soir, m'obligeait
du temps. Je C
C à raccourcir
e
op
C
ele
t
e
i
t
délaissai quelques
dossiers, pourdme consacrer i
sur
e
t
i
t
e
d
i travaillait noney
rloin de Saintes
dy principal.rdJoëlle
t
et si elle
y
r
r
n
e
t
e terminait
t me voir aue i
passât
e plus tôt, il iarrivait
n qu'ellein
t
tnt
i
travail avant de rentrer
à la maison, ce qu’elle fit ce p
jourtn
e
i
i
e
p
i
o
p
là.
e
o
p
i
C
o
C
o
C dit-elle souriante
— Bonsoir,
en passant laetête par la porte
op
C
e
e
it
t
de mon bureau.te
t
i
d
i
dmal de nte
irépondis-je en e
dy — Bonsoir,
merlevant, j'ai pas
y
r
d
r
e
t
r
e travail,
t heure. e i
une
eva à la maison, ij'ennai encore pour
n
t
tnt
i
i
n
— D'accord, maisie
ne tarde pas, les
enfants aiment lorsque
i
p
e
p
i
o
pensemble.op
e
nous mangeons
o
i
C
o
C et je retournai
Elle repartit
à mon occupation.
e Pourtant,teen C
op
C
t
e
i
e que pour rledlendemain, jeddevrais
jetpensai
i
itm'asseyant,
e
i
y
d
t
trouver und
mensonge pour éviter
qu'elle viennerau bureau.
e
r
n
e
t
e Et tleesoirr même, je prévins
trendez-vous ete i
n Joëlle, deimon
i
n
tnt
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
36
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d fait ntye
i qu'elle passeeà l'entreprise.
y
r
inutile
Ley
simple
iyt qu'il étaitrd
y
r
d
e
t
r
i
d'annoncer
rendez-vous
autret précision me
e deunpenser
nje nesansmentais
i
n
t
e
te
t
t
i
i
permettait
que
pas
tout
à
fait.
tpuisque pour elle,p il
itn
iede questions,
e
p
i
Joëlle
ne
posa
pas
o
p
e
o
p
i
C
o
C
s'agissaitC
d'un rendez-vouso
d'affaires.
e
op
C
e
t
i
le lendemain e
soir, comme prévu,
je pris la voitureit
pour
eEtRoyan.
d
t
t
d
i
y
ye
r
i
Jed
me
garai
non
loin
de
la
plage,
descendis
à
pied
t
y
r
e
d
n
e
t
r
r
t les caféste i
jusqu'au
port en longeantn
le front de mer. L'hiver,
e
i
n
t
te
i
i
fermés qui le bordaient
cette sensation de
tn
e un ouaccentuaient
i
p
i
e
p
i
o
ville
fantôme.
Seuls
deux
magasins
persistaient
à
p
e
o
p
i
C
o
C
o
rester ouverts
je
C en dehorsCde la saison d'été.
eEnJemarchant,
op
e
t
e
i
t
me
demandai
si
Maud
allait
vraiment
venir.
ne
pensais
e
iaussi
dun rendez-vous
itpas qu'uneyfemme
t
d
i
r
y
y
ye
d
puisse
accepter
t
r
d
e
r
n
e
t
r
i
e incongru.
Ces réflexions
de pure forme netm’empêchaient
e
n
i
n
t
e
tnt
t
t
i
i
pas de me remémorai
la liste des t
hôtels ouverts à p
cette
itn
ie était
e
p
i
o
p
époque.
Mon
objectif
simple
:
la
fréquenter
un
mois
e
o
p
i
C
o
osi la relationts'éternisait.
maximum
« Une C
Cet s'en séparer
e
op
C
e»,
e
i
t
fille comme t
celle-là
valait biendune petite entorse
e
t
i
i
e
d
y
r
dy pensai-je.rdyi
t
r
e
r
n
e
t
e Danstela rue déserte, ijencroisais un n
t errant avante i
chien
tnt
i
i
d’arriver au port. iCelui-ci
me regarda un instant, surprit
de
tn
e
i
p
e
p
i
o
voir quelqu’unpd’autre se promener
et continua
sa route
e
o
p
i
C
o
C
o
nonchalamment.
les quais autour
de moi. Je ne
C Je scrutai
e
op
C
e
t
e
i
t
vis personne. t
Jeejetai un œil surdma montre pour
me
t
i
i
i exactitude. Alors,
r j'observaiserlesdbateaux nte
dy rassurerrdedymon
e
r
t
e de tplaisance
t port. Pourtant,e i
du
e immobilesisur
n l'eau apaisée
n
tnt
i
i
n
la petite bise hivernale
qui faisaiteclaquer les haubans
sur
e
i
p
i
p
i
o
p sa musique
e
les mâts, jouant
nostalgique, me
rappelait
o
p
i
C
o
C
oêtre agitée. tJeeresserrai mon
C l'eau devait
qu'en mer,
op
C
e
e
i
epour empêcherrd
au coup,
le vent de me glacer
it la
itmanteau
t
e
d
i
y
d
t
r
peau tout en
me demandant quel
serait mon bateau
préféré
d
e
r
n
e
t
e — tBonjour
i
t
er !
n
i
n
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
37
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d en ntye
i surpris. Je visey
rMaud qui me
souriait
iyt Je me retournai
y
y
r
d
d
e
t
r
r
i
penchant
la tête.
t
e légèrement
n
i
n
t
e
te
t
t
i
i

Bonjour,
dis-je,
je
ne
vous
ai
pas
vu
arriver.
tle port.
itn
p
iepas en regardant
e
p
i

Vous
ne
pouviez
o
p
e
o
p
i
C
o
o pas là, j'ai tfroid.
— En effet,
Voulez-vous C
C mais ne restons
e
op
C
ela
i
t
prendre un verre
au chaud, au d
même endroit que
e
i
e
t
d
i Nous seronsemieux
ye
r pour parler.
iyt semainerdernière.
t
y
r
d
d
n
e
t
i
r
t
— D'accord,
dit-elle. n
e
i
n
t
e
te
t
i
Nous marchâmes le
long du quai vers le « Gentleman i».
tn
eaussi
i
p
i
e
p
i
o
Maud
craignait
elle
le
froid,
car
comme
moi,
de la
p
e
o
p
i
C
o
C
o
main, elle
fermé. Je
C tenait sonC manteau davantage
e avec
op
e
t
e
i
remarquais
sa
chevelure
d'or
qui
se
soulevait
lait
bise.
e
t
d
i
t
d Une ntye
i les escaliersequiy
r menaienteaurcafé.
dy Nous montâmes
y
d
r
t
r
e douce
t pénétrâmes tàe i
chaleur nous enveloppa
quand nous
e
n
i
n
t
tnt
t
i
l’intérieur. Nos doigts
se décrispèrent
tn
t des cols.oJepluii
e
i
i
e
p
i
p Il était
proposai de s'asseoir.
encore tôt pour venir dans ce
e
o
p
i
C
o
o les seuls clients.
type d’endroit
étions
La clientèle C
C et nousC
e
op
ele
t
e
i
t
arrivait petit àtpetit
vers les 9 heures.
À peine assis,
e
t
i
d
i
e
d
i vers nous.ey
r
dy barman rsedprécipita
t
y
r
r
n
e
t
e — tVous
i
t
e avez choisi ? in
n
e
tnt
i
i
— Non pas encore,
répondis-je à moitié énervé.
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
Nous n'avionsp
même pas eup
le temps de prendre
la carte
e
o
i
C
o
C
o
présenteC
sur la table basse.
e
op
C
e
t
e
i
t
Maud
intervint
aussitôt.
e
t
i
d
i
t
e
d
r dernière.
dy — Moi rsi,djeyiprendrai commete
t
r
la semaine
r
n
e
e Je tmeesouvins de ce qu'elle
n avait buinettcommandai lesie i
i
tnt
mêmes boissons au
qui commençait
à repartir.p
in
ieonbarman
e
i
oavions op
p
e
Pendant
qu'au
bar
préparait
des
cocktails,
nous
p
i
C
o
C
o sur le ttemps
engagé C
la conversation
e en guise
op
C
e
e
i
e en discutant,rdje la dévisageais.
Tout
itSes
itd'introduction.
t
e
d
i
y
d
t
r
sourcils blonds
et fins, un petitenez bien droit n'était
pas ce
d
r
n
e
t
r en elle.inJe regardais plus
e quetjeepréférais
tprécisément sae i
n
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
38
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d pas ntye
i fine, ni tropey
répaisse. Elleey
n'était
iyt bouche,rnidytrop
r
d
t
r
maquillée.
« Elle n'en avait
pas besoin
t », pensai-te i
e cheveux
n vraiment
i
n
t
te
t
i
i
je.
Ses
ondulés,
fins
et
soyeux
se posaient
tn
t
e
i
p
i
e
i
délicatement p
sur ses épaules.
Je remarquai aussi
o ses op
e
p
i
C
o
habits : C
elle était vêtue deorouge, commee
son manteau. Il C
op
C
e
t
i
t
me semblait queela dernière fois,d
ses vêtements étaient
i
e
t
d Le
i Elle devaiteraimer cette couleur.
ye
iyt rouges régalement.
t
y
r
d
d
n
e
t
r
t la table, d'unte i
serveur
s'approcha et posa
les boissons sur
e
n
i
n
t
te
i
i
air absent. Il s'éloigna
sans avoir mis la note près de
tn
e non
i
p
i
e
p
i
o
moi.
Elle
leva
son
verre
et
me
regarda
dans
les
yeux.
p
e
o
p
i
C
o
C
o
— A votre
C santé, dit-elleC
e son verretnon
op
e
t
e
i
J'admirai
son
sourire
chaleureux
et
je
levai
e
t
i
d
i
t
d
i Elle était e
r et ceci
y
ye
dy sans arrière-pensée.
célibataire
m'étonnait
t
r
y
d
r
n
e
t
r
i
e qu'àte
moitié. « Une femme
aussi belle net pouvait rester
n
i
n
e
tnt
t
t
i
i
sans mari, sauf après
pensai-je.
t Elle avait
e divorce.et »,iconnaissait
itn
pjeté
ialliance
e
p
o
p
un
œil
à
mon
ma
situation.
e
o
p
i
C
o
oinnocemment
D'ailleurs,
combien j’avais C
Celle me demanda
e
op
C
e
t
e
i
t
d'enfants. Je netcachai
rien et ça n'avait
pas d'importance,
e
t
i
d
i
e
i sûrement deepure
y
r forme. Jeeluird
dy la question
t
étant
proposai,
y
d
r
n
t
r
e au tbout
e de notre conversation,
n de faireinunttour sur le portie i
i
tnt
afin de prendre ileefrais. Elle accepta, je payai et p
nous
tn
i
e
i
o
p le quaip désert, éclairéCpar les Cop
sortîmes. Dehors,
e
i
o
o
lampadaires,
constituait
pour terminer e
l'action de mon
C
op
C
ele
t
e
i
t
plan, une bonne
idée. Nous marchions
tous les deux
e
t
i
d
i
t
i en directionerde la plage. Jerdm'arrêtai nte
dy long desrd
bateaux
y
r
e qu'elle me i
t
e alors,
t
je la complimentai
et lui fit comprendre
e
n
t
i
n
t
tn
inégative. Elle était
iàe
n
plaisait. Maud n'eut
aucune réaction
e
i
p
i
e
i et l'embrassai.CLeo désir op
prapprochaiod'elle
e
point. Je me
p
i
o
C
C
monta rapidement.
e
op
C
e
t
e
i
e me souffla-t-elle.
J'ai envie dettoi,
it
d
it—
e
d
i
y
r
d
t
r
Je l'entraînai
alors vers ma voiture.
Entre deux
vacances
d
e
r
n
e
t
e scolaires,
tles hôtels nee i
er les chambres
n libres dans
i
n
t
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
39
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d
i Je payai uneechambre
y
ye
r et nous
pas.
montâmes
iyt manquaient
t
y
y
r
d
d
n
e
t
r
r
en vitesse,
poussé par n
le désir de l'autre.
t Nous nouste i
e tomber
i
n
t
te
t
i
laissâmes
sur
le
lit
et
en
gestes
fougueux, je ila
tn
t
e
i
p
i
e
p
i
déshabillais enpembrassant p
chaque partie du corps
ainsi
o
e
o
i
C
o
C
o
découvert.
C
e
op
C
e
t
i
doigts glissaient
sur
sa peau de satin.
e delentement
it LaJe
eMes
d
t
t
d
i
y
ye
r
i
suivais les
formes
son
corps
ferme
et
doux.
t
y
r
d
e
d
n
e
t
r
i
r
découverte
de ses hanches,
sa taille t
ou ses jambes
e
n
i
n
t
e
te
t
i
i
augmentait mon désir.
mes lèvres avides
tn
e Je promenais
i
p
i
e
p
i
o
pendant
qu’elle
m'entourait
des
bras
et
de
ses
jambes.
Un
p
e
o
p
i
C
o
C
o
drap soyeux
m'enveloppait.
me
C et parfumé
e Ma tête
op
C
e
t
e
i
t
tournait
comme
enivré
de
ce
corps
qui
frémissait
exaltant
e
t
i
d
i
t
d et ntye
rétrange meepénétrait
y
dy le plaisirrdetyicomme une force
r
e
r
t
e tourbillonnaient
t désir qui sete i
en moi,
entraîné par son
e
n
i
n
t
tnt
t
i
iet
mêlait au mien. Elle
s'accrochait tà moi transportée
tn
e
i
p
i
e
i
o le op
perdu dans cep
torrent. Je sentais
près de mon oreille
e
p
i
C
o
C
o
souffle rauque
C de sa volupté.
e
op
C
e
t
e
i
enivré tplaisir,
sur le dos etit
posa
e elle me coucha
d
itEncore
e
d
i
y
y
r
d
t
tendrement
la
tête
sur
mon
torse.
J’aurais
bien
voulu
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e éterniser
i
t
mais une inconsciente
pensée
e cet instant,in
n
t
e
tnt
i
i
m’obligea à regarder
l'heure. Me lever et m'habiller
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
m’arrachaient p
presque le cœur.
e
o
p
i
C
o
C
o
— Je dois
Cpartir maintenant.
e sur lete
op
Cun doux sourire,itétendue
e
Elle
me
regardait
avec
lit,
e
t
d en reliefrdsesiseins
idont le drapyléger,
t
e
i
y
r
d
t
posé
sur
elle,
mettait
d
e
r
n
e
t
r
e bombés
i
t
e et fermes. in
n
t
e
tnt
i
i
— Je te raccompagne
in
ie chezpas,toi je?iDemandai-je
e pas besoin. op
p
p
e

Non,
ne
t'inquiète
n'ai
o
p
i
C
o
C
o nous ? Demanda-t-elle.
C nous reverrons
— Quand
e
op
C
e
t
e
i
e
question me
prit au dépourvu. d
Je n'avais rien prévu
it en
itLa
t
e
d
i
y
r
d
t
r
ce sens. d
e
r
n
e
t
e
i
t
er
n
i
n
t
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
40
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d en ntye
i
y
r beaucoupedey
demain.e
J'ai
travail
iyt — Je tertéléphonerai
y
r
d
d
t
r
i
ce moment,
dois vérifier
emploi duttemps.
e monjepantalon.
nmon
i
n
t
e
te
t
t
i
i
J'enfilai
Elle
voulait
me
revoir.
Pour
elle,
la
tElle se leva, laissant
itn
p
iepas être unique.
e
p
i
rencontre
ne
devait
o
p
e
o
p
i
C
o
od'une vertutfallacieuse
glisser le
et me C
Cdrap protecteur
e
op
C
e
i
serra contre elle.
Je la sentis : d
son corps et sesit
sens
e
e
t
d
i le ressentis et e
ye
r fou deerecommencer
iyt renouvelés.
Je
le désir
t
y
r
d
d
n
t
r
i
r
faillite
briser ma résolution.
Maitre de mestactes, il n’était
n
i
n
t
e
te
t
i
pas question de m’éterniser
J’avais eu ce que ije
tn
e devait seici.
i
p
i
e
p
i
o
voulais
et
la
parenthèse
terminer.
p
e
o
p
i
C
o
C
o
— Je dois
Cpartir maintenant.
e maitre detma
op
Ccomme pour irester
e
t
e
Je
quittai
vite
l'hôtel,
e
t
i
d
i
t
d de ntye
i il faisait e
r et je m'empressai
y
dy volonté.rDehors,
nuit
r
y
d
r
e
t
e grimper
t je repensai tàe i
dans mon 4X4.iSur
la route blafarde,
e
n
n
t
tnt
t
i
cette rencontre et j'étais
satisfait de mon
tn
t coup. opi
e
i
i
e
p
i
pà la maison,
Quand j'arrivai
Joëlle s'inquiétait de mon
e
o
p
i
C
o
retard. Je
éternisée avec C
Clui expliquaiCqueola réunion is'était
e
op
e
t
e
un apéritif. tEn
voulant l'embrasser,
j'eus it
peur
e
t
d
i
e
iqu'elle sente l'odeur
y
rde Maud.erd
dy soudainement
t
y
e
d
r
n
t
r
e — tJeefile prendre uneindouche. Dis-je
tabruptement, ile i
n
tnt
i
i
faisait chaud dansie
cette petite pièce où nous étions et
j'ai
tn
i
p
e
p
i
o
p
beaucoup transpiré.
e
o
p
i
C
o
C
o
C vers laCsalle de bain.iJoëlle
Je me précipitai
ne dit rien ou
e
op
e
t
e
ne voulut rien t
dire.
La douche revivifiante
me lava idetma
e
t
d
i
e
d
r
dy rencontre.rdyi
t
r
e
r
n
e
t
e Joëlle
t Les enfantse i
dîner.
ependant ce temps,inréchauffa mon
n
t
tnt
i
i
n
regardaient la télévision
pendant e
que je mangeais. Et après
e
i
p
i
p
i
p pas. o
e
le film, je n'attendis
Je p
couchai Joëlle sur C
le o
lit et lui
o
i
o
C
C comme siCma rencontreiavait
fit l'amour
e décuplé tmon
op
e
t
e
e
i
dbureau pourrddéjeuner
itdésir.
t
e
i
y
r
d
t
Le lendemain,
José m'appela
au
d
e
r
n
e
t
e ensemble.
tà sa concession.e i
j'allai le chercher
er Et vers midi,in
n
t
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
41
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d
i le parking et j'entrai
y
ye
r dans le e
sur
hall.
Je venais
iyt Je me garai
t
y
y
r
e
d
d
n
t
r
r
souvent
le personnel n
me connaissait. Un
t des vendeurste i
e etet me
i
n
t
te
t
i
i
me
vit
fit
un
signe
pour
me
signaler
qu'il allait
tn
t
e
i
p
i
e
p
i
prévenir son directeur.
enfin.
o
p José apparut
e
o
p
i
C
o
C
o
— SalutC
! Me cria-t-il de loin.
e
op
C
e
t
i
ete
me serra la main.d
it
eIl—seJerapprocha
t
t
d
i
y
ye
r
i
t'emmène
?
Demanda-t-il.
t
y
r
d
e
d
n
e
t
r
r
t pas tout à faitte i
Je répondis
par un simple
« Ok ». Ce n'était
e
n
i
n
t
te
i
i
une question. Il m'invita
et choisit son plus gros
tn
e à le suivre
i
p
i
e
p
i
o
4X4.
p
e
o
p
i
C
o
C
o
— Viens,
Con prend celui-ci.
e la tzone
op
C et nous parcourûmes
e
t
e
i
Nous
montâmes
à
bord
e
t
i
d
i
t
d
r
y
ye
dy industrielle
eni direction de Royan.
t
r
y
d
e
r
n
e
t
r
i
e — tOùeva-t-on ? Demanda-t-il.
t
n
i
n
e
tnt
t
t
i
i
— Au Tiki, répondis-je.
t
e et boite
itn
p
icafétéria
e
p
i
p
Il
s'agissait
de
la
de nuit de la o
ville, la
e
o
p
i
C
o
C
seule cafétéria
C de RoyanCetodes environs.
e
op
e
t
e
i
Ça marchet! e
Ça tombe bien, jedn'ai pas beaucoup
it de
it—
e
d
i
y
y
r
d
t
temps
aujourd'hui.
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e Je tneerépondis rien, ilin'avait
i
le t
temps. Il aimait
n jamaisin
e
tnt
i
souvent à dire qu'il
était « surbooké ». Agir en homme
tn
e
i
p
i
e
i
o
p devait avoirpde la valeur pourClui. Peut- Cop
pressé et affairé
e
i
o
o Pendanttele trajet, nous
C
être une
question deCmode.
op
e
e de travail
i quotidiens.iNous
t
parlâmes
et des petits tracas
e
t
d
i
t
d trop nte
iprès de la plage.eIlrn'y avait pas rencore
dy nous garâmes
y
d
r
e
t
r
e de tmonde
i
t
e et nous nous imîmes
n à table irapidement.
n
e
tnt
i
— Je fais une expo
ce week-end, p
tu es
in
ie à l'île d'Oléron
e
p
i
o
p
e
libre
?
o
p
i
C
o
C
oses voiturestlors
Csouvent d'exposer
Il arrivait
e des multiples
op
C
e
e
i
e Les amis servaient
de la région.
de main-d’œuvre
it
d
itfoires
t
e
d
i
y
r
d
t
r
pour les d
acheminer. Nous étions
les premiers
recrutés.
e
r
n
e
t
e J'acceptai
t sur mone i
er non sans avoir
nréfléchi auinpréalable
i
t
tnt
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
42
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d
i ce qui me fitepenser
y
ye
r que j'avais
oublié de
iyt emploi durdtemps,
t
y
y
r
d
n
e
t
r
i
téléphoner
à Maud. Cenconvoi était l'occasion
de se
t
e ensemble
i
n
t
e
te
t
t
i
i
retrouver
au
restaurant
payé
par
José
en
guise
de
t
itn
p
ie
e
p
i
remerciement.
o
p
e
o
p
i
C
o
— AlorsC
que racontes-tu,o
depuis les vacances
? Demanda- C
e
op
C
e
t
i
t
t-il.
e
i
e
d
t
d
i été chez Éric, dis-je.
ye
r
iyt — Nousravons
t
y
r
d
e
d
n
e
t
i
r
t
— Ceeweek-end ?
n
i
n
t
e
te
t
i
i
Je répondis par l'affirmative.
tn
eil m'est arrivé
i
p
i
e
p
i
o

Au
fait,
dis-je,
une
drôle
d'aventure,
p
e
o
p
i
C
o
C
o
continuai-je.
C
e la curiosité.te
op
C l'œil luisantitpar
e

Quoi
donc
?
Répondit-il,
e
t
ij'avais
dsouviens-turque
i— Quand nous
t
d
i
r
y
y
ye
d
étions
à
la
neige,
te
t
y
d
e
r
n
e
t
r
i
e renversé
t
e une fille ? tin
n
t
e
tnt
t
i
i
— Ah oui et alors.
t
itn
p
ijeel'ai revu à Royan
e
p
i
o
p

Figure-toi
que
l'autre jour.
e
o
p
i
C
o
C
oun début prometteur.
— Non C
! S'exclama-t-ilC
par
e
op
e
t
e
i
t
lui racontai t
par
nos
rendez-vous etinotre
ele menu détaily
d
itJeexploit
e
d
i
y
r
d
t
amoureux
à
l'hôtel.
Loin
de
vouloir
me
vanter,
le
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e hasard
t à lui seule i
ede cette rencontre
nimpromptueinsuscitait
i
t
tnt
i
l'intérêt d'en parler.
Depuis toujours, nous avions
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
p les différentes
l'habitude de relater
étapes amoureuses
de
e
o
p
i
C
o
C
o
C
nos conquêtes.
op
C la présenter.ite
e
e
t

J'espère
que
tu
vas
me
e
t
i
d
i
t
denvie de nte
ipas encore. Étrangement,
r je n'aiepas
dy — Je nersais
y
r
d
e
r
t
e continuer
i
t
e cette liaison dis-je
n
i
n
t
e
tnt
i
i
— Et pourquoi pas
in
p
iene? effet. Comment
e dire, je suisopartagé
p
i
p
e

Pourquoi
pas
o
p
i
C
o
C
oQuelque chose
C et autre chose.
entre l'envie
ed'ineffabletqui
op
C
e
t
e
i
e cette liaison.rd
pousse à stopper
itme
t
e
di
i
y
d
t
r
— À caused
de Joëlle ? Demanda-t-il.
e
r
n
e
t
e
i
t
er
n
i
n
t
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
43
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
djamais, ntye
i Joëlle, je l'aime
y
ret ne la quitterai
pas.
iyt — Mêmerdy
y
r
e
d
e
t
r
même
tNon c'est autrete i
epour la plus tbelle
n des femmes.
i
n
t
te
i
i
chose.
tn
t
e
i
p
i
e
p
i
— Tu as raison.
il ne faut pas seolaisser
p Quelque part,
e
o
p
i
C
o
C
bouffer C
par les femmes. o
e
op
C
e
t
i
était-ce
que je ressentais,
sans pouvoir
ecelaje n'en
it
ePeut-être
d
t
t
d
i
y
ye
r
i
l'exprimer.d
Pourtant,
étais
pas
tout
à
fait
convaincu
t
y
r
e
d
n
e
t
r
i
r
t
moi-même.
e
n
i
n
t
e
te
t
i
Nous terminâmes e
notre repas et il me raccompagna à ila
tn
i
pau op
i
e
i
o
concession.
En
reprenant
ma
voiture
avant
de
filer
p
e
i travail, C
C
o
opJe lui avais
je repensai à C
Maud.
promis de la C
e
op
e
e J'hésitai
it mon portable.
t
rappeler.
cependant à prendre
e
t
i
d
i
t
dmoi.
i
r presque malgré
y
ye
dy Pourtant,rjedycomposais
son numéro
t
r
e
r
n
e
t
e — tJeeme demandais siitunallais m'appeler,
t entendis-je aute i
n
tnt
t
i
téléphone, je me morfondais
en attendant
tn
t ton appel.opi
e
i
i
e
i
p maisoleptravail m'a occupéC toute la Cop
— Oui, excuse-moi,
e
i
o
matinée.C
eDemanda-t-elle
op
C
e
t
e
i
t

Quand
nous
reverrons
nous
?
e
t
i
d
i
t
e
d
i
y
r
dy abruptement.
t
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e — tJeen'ai pas encore consulté
t Je te rappellee i
n mon agenda.
i
n
tnt
i
i
tout à l'heure. ie
tn
i
p
e
p
i
o
p et attristée.
Je la sentis déçue
Elle me proposa
de la
e
o
p
i
C
o
C
o
Cdès ce soir. C
rencontrer
e aussitôttele
op
t
e
i

Surtout
pas
!
M'exclamai-je.
Je
modérai
e
t
i
dsouvent aurtravail.
itimbre de mayivoix.
t
e
d
y
r
d
t
Ma
femme
passe
d
e
r
n
e
t
r
e Inutile
t comprit ete i
Elle
e de donner plusind'explication.
n
t
tnt
i
i
n
n'insista pas, mais
elle renouvelaeses efforts pour obtenir
e
i
p
i
p
i
o
p
e
un rendez-vous.
o
p
i
C
o
oavec toi, comme
C refaire l'amour
— J'aimerai
e hier. te C
op
C
t
e
i
e les sentiments.rd
me prenaittpar
i
itElle
e
i
y
d
t
— Écouted
! Dis-je, veux-tu mee
voir samedi ? rd
r
n
e
t
e — tOheouir ! S'exclama-t-elle
i
t
n enthousiaste.
i
n
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
44
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
dà l’île ntye
i alors que e
rpourrai l'amener
je y
iyt Je lui rexpliquai
y
y
r
d
d
e
t
r
i
d'Oléron
de l'exposition.
t
e àà l'occasion
n samedi.inDis-je.
i
t
e
te
t
t
i

Viens
midi
à
la
concession
t Il allait falloirp là
itn
iede ce rendez-vous.
e
p
i
Je
regrettai
aussitôt
o
p
e
o
p
i
C
o
C
ocomme monteamante, puisque
présenter
Cà tout le monde
op
C
e
i
t
était au courant.
situation
plutôt embarrassante
e Cette
iamis.
eJosé
d
t
t
d
i
y
ye
r
i
m'obligea d
à
compter
sur
la
discrétion
de
mes
t
y
r
e
d
n
e
t
r
r
t de la revoirte i
Cependant,
je voulais qu’elle
vienne, le désir
e
n
i
n
t
te
i
i
était plus fort que
Un besoin aussi discret
tn
ela raison.
i
p
i
e
p
i
o
qu’impérieux
commandait
à
la
volonté
raisonnable
qui
p
e
o
p
i
C
o
C
o
m’exhortait
une
C pourtant àCen finir tout deitsuite.
eet meÉtait-ce
op

e
t
forme
de
faiblesse
qui
brisa
ma
volonté
poussa
e
t
i
d
i
t
d
i qu’il en soit, j’avais
r prévu deelarfréquenter
y
ye
dy l’inviterr?d
Quoi
t
y
e
r
n
t
e pendant
t résolution. te i
un mois et je nein
changerai rien à cette
e
n
t
tnt
t
i
i
Les quelques jourse
passèrent dans latpréparation au travail
tn
i
p
i
e
p
i
de ma réponsepà l'appel d'offre
pour la société «o
TECHe
o
p
i
C
o
o en fin tdeesemaine. Etele C
X », queCje terminaisC
presque
op
e
i
samedi vint rapidement.
e
t
it
d
i
t
e
d
i
y
y
r
d
t
J'arrivai
le
premier
à
la
concession

José
m'accueillit.
Je
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e luitexpliquai
i
e que Maudiallait
n venir. int
e
tnt
i
— Tu pourras la voir.
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
Il me sourit etp
m'envoya unep
tape sur l'épaule. Et
quelques
e
o
i
C
o
C
o
minutesC
plus tard, uneC
voiture se gara sure
le parking. José
op
ela
t
e
i
t
et moi allâmeste
à sa rencontre. Elle
descendit et nous
t
i
d
i
e
d
i tailleur rougeebordeaux.
r
dy vîmes vêtue
t
d'un
y
r
d
r
n
e
t
r
e — tNon,
i
e c'est elle ! S'exclama
n José. int
i
e
tnt
i
— Oui, confirmai-je.
in
p
ie
e
p
i
o
p
e

Elle
est
d'enfer.
o
p
i
C
o
C
o Maud quiteme cherchait des
C rien et rejoignis
Je ne répondis
op
C
e
e
i
e elle courutrvers
En me voyant,
moi et m'embrassa.
it
d
ityeux.
t
e
d
i
y
d
t
r
José, à ma
suite, se présentae
promptement. Puis
chacun
d
r
n
e
t
r à tour et iliyneut autant denprésentations
e arriva
i
t
que
etour
t
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
45
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d et ni ntye
i et Bertrand neefirent
y
r aucune e
Éric
remarque
iyt d'arrivées.
y
y
r
d
d
t
r
r
de clins
tsurpris par cettete i
e d'œil déplacés,timais
n je les savais
n
t
te
i
i
situation.
tn
t
e
i
p
i
e
i
Après les salutations,
José
distribua les voitures
o à op
p
e
p
i
C
o
C
o Maud dansteun 4X4 et nous
emmener.
CJe montaisCavec
op
e
i
t
le reste
du convoi vers
l'île d'Oléron. iDans
equelque
esuivîmes
d
t
t
d
i
y
ye
r
i
l'après-midi,
j'eus
temps
de
libre
ou
je
l'emmenai
t
y
r
d
e
d
n
e
t
r
r
t clair et sanste i
se promener
sur la plage.
Malgré le ciel
e
n
i
n
t
te
i
i
nuages, le temps e
sec et froid nous interdisait de nous
tn
i
p
i
e
p
i
o
étendre
sur
le
sable.
p
e
o
p
i
C
o
C
o
Puis vint
prévu, nouse
allâmes manger
Cle soir, où, comme
op
C
ede
t
e
i
t
au
restaurant.
Bien
sûr,
il
s'agissait
pour
mes amis
e
t
i
d
i
t
d Ils ntye
i d’en savoireplus
r sur notreerelation.
y
dy manièrerdiscrète
r
y
d
r
t
e firent
t sur sa viete i
donc connaissance
avec elle, l'interrogeant
e
n
i
n
t
tnt
t
i
i
et son métier. Ellee
répondait aimablement
petit,
tn
t et petitoà p
i
i
e
i
pauditoireoparpsa discrétion et sesCmanières Cop
elle séduisit son
e
i
o
courtoises.
mes côtés sans
et
C Elle se tenait
e ostentation
op
Csa àbeauté
e
t
e
i
t
finalement,
plus
que
qui
m'avait
séduit
tout
e
t
i
d ainsi querdpar les
e
it ses manières,
y
r
dyid'abord,rd
t
j'appréciai
y
e
r
n
e
t
e connaissances
t on abordaite i
dont ellein
faisait preuve quand
e
n
t
tnt
i
i
certains sujets. ie
tn
i
p
e
p
i
o
Le retour se fitptard dans la p
nuit et dans la voiture,
elle se
e
o
i
C
o
C
o
reposaitC
la tête appuyée
sur mon épauleependant que je
op
C
e
e
it sur mon itravail
t
conduisais. Elle
m'avait posé des questions
e
t
d
i
t
d à nte
i Je n'avais rieneàrcacher et je rrépondis
dy et ma famille.
y
d
r
e
t
r
e toutes
i
t
eses interrogations.in
n
t
e
tnt
i
i
Je ne la vis ni ceidimanche,
ni lae
semaine suivante. Nous
e
in
p
p
i
o
p
e
ne
nous
étions
pas
donné
rendez-vous.
Pendant
la
journée,
o
p
i
C
o
C
C s’évadait enCo
mon esprit
repensant à cette
esoirée d’hôtel.
op
e
t
e
i
t
e un ange bienfaiteur,
le soir, comme
Joëlle me ifaisait
d
itMais
t
e
d
i
y
r
d
t
dissiper toutes
pensées concernant
Maud et jerretrouvais
d
e
r
n
e
t
e matfamille.
i
t
er
n
i
n
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
46
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d le ntye
y
r terminéeeety
àil'appel d'offre enfin
envoyé,
iyt La réponse
y
r
e
d
d
t
r
r
travail
moins chargé men
permettait de rentrer
t plus tôt lete i
eFranck
i
n
t
te
t
i
i
soir.
ne
me
parlait
plus.
L'ambiance
à la société
tn
t
e
i
p
i
e
p
i
c'était de fait dégradé.
o
p
e
o
p
i
C
o
C
o
C
e
op
C
e
t
i
e
it
e
d
t
t
d
i
y
ye
r
i
t
y
r
d
e
d
n
e
t
r
i
r
t
e
n
i
n
t
e
te
t
i
i
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
p
e
o
p
i
C
o
C
o
C
e
op
C
e
t
e
i
t
e
t
i
d
i
t
d
i
r
y
ye
dy
t
r
y
d
e
r
n
e
t
r
i
e
t
e
n
i
n
t
e
tnt
t
t
i
i
t
itn
p
ie
e
p
i
o
p
e
o
p
i
C
o
C
o
C
e
op
C
e
t
e
i
e
it
d
it
t
e
d
i
y
y
r
d
t
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e
i
t
e
n
i
n
t
e
tnt
i
i
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
p
e
o
p
i
C
o
C
o
C
e
op
C
e
t
e
i
t
e
t
i
d
i
t
e
d
i
r
dy
t
y
r
d
e
r
n
e
t
r
e
i
t
e
n
i
n
t
e
tnt
i
i
in
p
ie
e
p
i
o
p
e
o
p
i
C
o
C
o
C
e
op
C
e
t
e
i
e
it
d
it
t
e
d
i
y
r
d
t
r
d
e
r
n
e
t
e
i
t
er
n
i
n
t
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
47
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d
i
y
ye
r
iyt
t
y
y
r
e
d
d
n
e
t
r
r
Maud,
parmi unen
majorité d'hommes
t autour d'unete i
eetassise
i
n
t
te
t
i
i
large
grande
table
disposée
en
ovale,
écoutait son
tn
t
e
i
p
i
e
p
i
directeur parlerp:
o
e
o
p
i
C
o
o trois réponses
— Bien,Cnous avons reçu
à notre appel C
e
op
C
e
t
i
t
d'offres. La réunion
d'aujourd'huidconsiste à faire
une
e
i
e
t
d
i
ye
r Dans eunrdeuxième
iyt premièrerd
évaluation
des réponses.
t
y
e
d
n
t
r
t précise leste i
temps,
nous étudieronsnde manière plus
e
i
n
t
te
i
i
réponses. Je dois e
vous signaler que je porte déjà une
tn
i
p
i
e
p
i
o
préférence
pour
ce
dossier.
p
e
o
p
i
C
o
C
o
Il présenta
Cle dossier enCquestion et le iposa
edevant lui.tPuis
op
e
t
e
il
continua
:
e
t
i
d
i
t
ila société qui laeréalisé,
r il s'agitederd
y
ye
dy — Je connais
la société
t
y
d
r
n
t
r
i
e « TOKMA
». J'ai auparavant
travaillé t
avec elle et je
e
n
i
n
t
e
tnt
t
t
i
i
connais leur sérieux.
t
itn
p
ie
e
p
i
o
p
Maud
intervint
alors.
e
o
p
i
C
o
osociété. L'équipe
— Je connais
dirigeante a C
C aussi cette
e
op
C
e
t
e
i
changé depuiste
quelque temps. d
La qualité que it
vous
t
i
daffirmer nte
iplus la même depuis.
y
r Je peux même
dy évoquezrn'est
y
r
e
d
r
e
t
e quetj'aieeu des déboiresiavec
i
n eux. int
e
tnt
i
Le directeur la regarda
surpris.
tn
e
i
p
i
e
p
i
o
p nous vous
— Madame Natas,
avons embauché
comme
e
o
p
i
C
o
C
o
C auprès deCnotre société etitj'espère
consultante
que votre
e
op
e
e
t
avis est celui d'un
expert.
e
t
i
d
i
t
d l'avez nte
i
r commeervous
dy — Malheureusement
oui. Cependant,
y
d
e
r
t
r
e signalé,
t Nous devonse i
e il ne s'agit queid'un
n avis consultatif.
n
t
tnt
i
i
n
maintenant étudier
plus en détail e
le contenu.
e
i
p
i
p
i
o
e
— En effet,o
etp
ceci fait parti de
votre rôle.
o
p
i
C
C
oà Maud. te
Sur ce, ilC
tendit les dossiers
op
C
e
e
i
e
it
d
it
t
e
d
i
y
r
d
t
r
d
e
r
n
e
t
e
i
t
er
n
i
n
t
e
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
48
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in

i
t
ite
e
tnt
t
e
i
i
p
i
p
p
o
p
o
o
ie
C
o
C
C
p
C
e
o
e
t
i
t
e
i
e
d
t
d
i
y
ye
r
iyt
t
y
y
r
e
d
d
n
e
t
r
r
Le lundi
alors que
roulais vers
t ma société, jete i
e quesuivant,
nvujeMaud
i
n
t
te
t
i
i
pensais
je
n'avais
pas
depuis
plusieurs jours.
tn
t
e
i
p
i
e
i
« Je l'appellerai
garai
osur le op
paujourd'hui »,ppensai-je. Je me C
e
i
o
parking.C
Je constatai queo
des nouveaux panneaux
avaient C
e
op
C
eIls
t
i
t
été posés à l’attention
des visiteurs
ou du personnel.
e
i
e
d
t
i
ye
r « TOKMA
iyt étaient rauxdycouleurs
de la société
»,dbleu et
t
r
e
d
n
e
t
i
r
t
rouge.
e
n
i
n
t
e
te
t
i
i
Dans la journée, j'appelai
Maud et lui donnai rendez-vous
tn
eEn raccrochant,
i
p
i
e
p
i
o
pour
le
soir
même.
je
me
demandai
au
p
e
o
p
i
C
o
C
o
fond de C
moi-même quel
était ce sentiment
qui me
eétrange
op
C
e
t
e
i
t
poussait
à
la
voir.
J'aimais
trop
Joëlle
pour
tomber
e
t
i
d
i
t
i aventure, aussiebelle
r soit-elle.eEtrdpourtant, ntye
y
dy amoureuxrdd'une
y
r
t
e je late
t Nous allâmeste i
retrouvai devant leicasino
de Pontaillac.
n
n
tnt
t
i
ila
d'abord au café avant
de marcher tun peu le long de
tn
e
i
p
i
e
p
i
plage. Elle mep
prit par la taille
et me serra contreoelle et
e
o
p
i
C
o
C
me susurra
C à l'oreille. Co
e
op
e
t
e
i
Je t'aime. te
it
d
it—
e
d
i
y
y
r
d
t
Mon
cœur
se
mit
à
battre.
Je
me
rendis
compte
y
r
e
d
r
n
e
t
r
e soudainement
i
t
que je il'aimais
je me
e
n aussi.inJusqu'ici,
t
e
tnt
i
cachais la vérité. iLe
simple désir de son corps ne justifiait
tn
e
i
p
e
p
i
o
pas ce besoinpde la rencontrer
souvent. UnC
sentiment
e
o
p
i
o
C
o
diffus enC
moi, à peine C
perceptible m'avaise
poussé vers elle.
op
ece
t
e
i
t
Et maintenant tqu'elle
m'avouait son
amour, voilà que
e
t
i
d
i
dl'attente nte
i aussi fort e
r se terraitedans
dy sentimentrdrejaillit
qu'il
y
r
r
t
e soudaine
t là contre see i
e de la vérité. Ma
nraison luttaitinjusque
i
t
tnt
i
n
sentiment inavouable
et que je refoulais.
Je la pris dans
les
e
i
p
i
e
p
i
o
p
e
bras et l'embrassai.
o
p
i
C
o
C
o en unettendre
C ? Demanda-t-elle
— M'aimes-tu
e supplique.
op
C
e
e
i
eun amour impossible
avouer
? Comment résister
it
d
itComment
t
e
d
i
y
r
d
t
r
à cet assaut
du cœur ? Tiraillé
entre deux sentiments
tout
d
e
r
n
e
t
r l'un que in
e aussiteforts
t réponse, jee i
l'autre, pour n
toute
tnt
i
i
n
e
i
p
i
e
i
p
o
p
e
49
p
o
i
C
o
o
C
C – Mourir
Gilles Valoteau
en mai
e
op
C
e
t
e
i
t
e
i
d
it
t
i
d
r
y
ye
d
t
r
y
y
d
e
r
e
n
t
r
i
t
e
te
in


Documents similaires


Fichier PDF lucie l inaccessible naeve
Fichier PDF extrait nouvelles vie volume 1
Fichier PDF theoucafe1
Fichier PDF je ne suis pas mon travail
Fichier PDF premier brouillon
Fichier PDF wq2j23t


Sur le même sujet..