AIR IFSI 2012 .pdf



Nom original: AIR IFSI 2012.pdfTitre: AIR IFSI 2010Auteur: 6329

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PDFCreator Version 0.9.5 / GPL Ghostscript 8.61, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 27/02/2013 à 17:46, depuis l'adresse IP 82.230.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1209 fois.
Taille du document: 670 Ko (24 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


L’HYGIENE DE
L’ENVIRONNEMENT
(prévention – surveillance)
L’air à l’hôpital

EOH-PSL-NDomont-2012

L’AIR À L’HOPITAL
o

o

L’air transporte de nombreuses bactéries
saprophytes ou pathogènes, des virus mais la
plupart des microorganismes pathogènes ne
survivent pas dans l’environnement.
A l’hôpital, l’air intervient surtout comme
transporteur de bactéries et non comme
source de bactéries.

EOH-PSL-NDomont-2012

La flore microbienne de l’air


La flore de base, saprophytes extérieure:




Bactéries(staphylocoques), champignons
microscopiques (Aspergillus)

La flore « accidentelle »:
D’origine humaine (staphylococcus..)
D’origine environnementale (Legionella, Aspergillus)
Flore bactérienne, durée de vie assez courte dans l’air
ambiant, sauf milieux humides.


EOH-PSL-NDomont-2012

Les transporteurs microbiens


Les micro organismes sont véhiculés par:

Particules de poussière
Gouttelettes bactérienne:
Gouttelettes de Flügge
Noyaux de condensation :


Droplet nuclei
(ce sont des gouttelettes asséchées ou des
poussières contenant des microorganismes. De petites tailles, restent +
en suspension)


Squames cutanées
EOH-PSL-NDomont-2012

Conséquences
de l’aéro-contamination






Contamination bactérienne (Incidence des
infection post opératoire – Etudes en chirurgie
orthopédique/implants)
Contamination fongique chez des patients à
risque, immunodéprimé (pneumopathie –
aspergillose invasive) lors de travaux de
bâtiment.
Risques infections pulmonaires à Legionella
pneumophila par système de climatisation.
EOH-PSL-NDomont-2012

Le traitement de l’air à l’hôpital
La protection des patients fragiles vis-à-vis de la
bio-contamination aérienne est liée à la capacité
d’épuration du système de traitement d’air:
Selon 4 critères:


Le renouvellement d’air
Le mode de diffusion de l’air
La surpression du local (la hiérarchie des pressions
d’air évite la contamination du local à protéger)
La filtration de l’air


EOH-PSL-NDomont-2012

Le traitement de l’air à l’hôpital


Le traitement de l’air sera effectué en fonction
de:
la pathologie des patients( brûlés, tuberculose,
aplasie…)
des gestes accomplis (bloc opératoire,
Stérilisation…)
Des classes d’empoussièrement
Des zones à risques
EOH-PSL-NDomont-2012

Classes d’empoussièrement
Classes ISO

Par volume d’air unitaire
Pied cube

Mètre cube

ISO 3

1 particule(≥0,5µm)

35

ISO 4

10

352

ISO 5

100

3520

ISO 6

1 000

35200

ISO 7

10 000

352000

ISO 8

EOH-PSL-NDomont-2012

100 000

3520000

(BO aseptique, Oncohémato)

Traitement d’air des zones protégées
Zone 4
Très haut risque
Classe ISO 5
Exemples: Onco-hémato, BO aseptiques (flux laminaire)
Zone 3
Haut risque
Classe ISO 7
Ex: Hématologie, chimiothérapie, BO conventionnels
Zone 2
Risque modéré
Classe ISO 8
Zone 1

Risque faible

EOH-PSL-NDomont-2012

Tt d’air des zones protégées


Barrières de pression

Protection du patient
ou du procédé

Protection de
l’environnement

0 Pa

0 Pa



+ 15 Pa
BO Flux

- 15Pa
Tuberculose
EOH-PSL-NDomont-2012

Protection du patient
ou du procédé ou de
l’environnement

0 Pa
▲ + 30 Pa▼
Pa
+15Pa
Chambre stérile

Le traitement de l’air à l’hôpital
(Suite)


Ventilation: Entraîne vers l’extérieur, les particules en
suspension





Flux d’air homogène, sans turbulence
Taux renouvellement air
Chambre: 6 volumes/heure
Bloc Opératoire: 25 à 30 volumes/heure (Risque 3, ISO 7)
Salle à flux laminaire: 200 à 600 volumes/heure

Climatisation:


T° (21°) et hygrométrie ajusté (entre 40 et 60°)
EOH-PSL-NDomont-2012

Le traitement de l’air à l’hôpital
Suite
Filtration:
Pré-filtre
Filtre placé après le ventilateur
Filtre « finisseur » à très haute efficacité
(99,9995%)
NB:
Flux laminaire: composé de filtres absolus, un
écoulement d’air unidirectionnel, et une
laminarité qui se reforme après un obstacle


EOH-PSL-NDomont-2012

Maintenance des installations



Exigences réglementaires
Quand?
Réception des installations
Après travaux et changements filtres
Intervalles périodiques


EOH-PSL-NDomont-2012

Surveillance de
l’aérobiocontamination


A établir pour les zones sensibles

Bloc opératoire
Unités accueillant patients immunodéprimés
Contrôle techniques (surpression, t°, humidité relative,
renouvellement des filtres, vitesse et renouvellement d’air,
maintien en propreté du réseau d’air..)
Analyse Particulaire (comptage de particules)




Analyse bactériologique (biocollecteur et prélèvement de
surfaces)



Traçabilité
EOH-PSL-NDomont-2012

SURVEILLANCE DE L’AIR
Dans les secteurs où l’air est traité
o
o

1 fois par trimestre
Il s’agit de mesurer une dégradation
d’aérobiocontamination

+
o
o

1 fois par an (minimum)
Il s’agit de qualification de la qualité de l’air
(comptage particulaire) après les travaux

EOH-PSL-NDomont-2012

Maladies liées à l’air





Incidents allergiques: rhinites, asthmes
Légionellose (Rechercher la bactérie en cause dans
réseau d’eau chaudes, douches, système
d’humidification, conditionnement d’air, et
équipement médicaux utilisant de l’eau (aérosols, )
Pneumopathie à Aspergillus:
Aspergillus fumigatus est une moisissure normalement présente
en petite quantité dans l’air extérieur, dans les habitations et à
l’hôpital
L’augmentation importante des spores d’aspergillus, à l’hôpital
est souvent due à la réalisation de travaux


EOH-PSL-NDomont-2012

Maladies liées à l ’air


Pneumopathie à Aspergillus: suite
L’augmentation des cas d’aspergillose invasive
nosocomiale est due aux nouvelles thérapeutiques
immunosuppresseurs et au développement des
actes invasifs ( greffes d’organe, de moelle).
Ces patients doivent donc bénéficier d’un
environnement comportant un traitement d’air
adéquat.
Des mesures préventives doivent être mises en
place avant toute réalisation de travaux.


EOH-PSL-NDomont-2012

PREVENTION DE LA CONTAMINATION
DE L’AIR
Contexte particulier
Extérieur : en cas de travaux à fort dégagement de
poussières (Aspergillus)

Services de greffés, cancérologie: malades
particulièrement fragiles …
Mesures de protection zone de chantier ( bâche de
protection, conditionnement des gravats, nettoyage
quotidien de la zone de travaux..)
Etablissement d’un plan de circulation
Condamner toutes les ouvertures face aux travaux
(portes, fenêtres)
o

EOH-PSL-NDomont-2012

PREVENTION DE LA CONTAMINATION
DE L’AIR (suite)


Suite Travaux:







Limiter les déplacements extérieurs au service,
pour les personnels et patient
Si déplacement du patient: port d’un masque
chirurgical
Bio-nettoyage ++du service et des abords
Contrôle comptage particulaire et
prélèvement mycologique
EOH-PSL-NDomont-2012

PREVENTION DE LA CONTAMINATION
DE L’AIR
o

Pathologies particulières
Grippe :
port du masque de soins pour le personnel
dans la chambre
le malade à l’extérieur (contamination par
gouttelettes), port d’un masque.

EOH-PSL-NDomont-2012

PREVENTION DE LA CONTAMINATION
DE L’AIR (1)


Tuberculose :
porte fermée
port du masque FFP1 pour le personnel
soignant dans la chambre du patient,
Port d’un masque de soins pour les patients
lors de ses sorties (restreintes).
Aération fréquente de la chambre

EOH-PSL-NDomont-2012

PREVENTION DE LA
CONTAMINATION DE L’AIR
Secteur particulier de l’hôpital
Prévention de la contamination lors de leur activité :

Blocs opératoires

Stérilisation (zone de conditionnement)

Cuisine (zone de préparation froide…)
Par la mise en place de système de filtration d’air
adéquat (filtres absolus)
Règles d’habillage particulières
Limiter les déplacements et les ouvertures de portes
o

EOH-PSL-NDomont-2012

Conclusion





L’air est un des vecteurs potentiels de
transmission d’infection nosocomiale.
Les patients à risque doivent être recensés afin
de mettre en place des mesures préventives.
Une maintenance et des contrôles doivent être
programmés
Les zones de travaux doivent être isolées
EOH-PSL-NDomont-2012

CONCLUSION

o

A l’hôpital, la maîtrise de
l’environnement passe par TOUS les
acteurs.

EOH-PSL-NDomont-2012


Aperçu du document AIR IFSI 2012.pdf - page 1/24
 
AIR IFSI 2012.pdf - page 3/24
AIR IFSI 2012.pdf - page 4/24
AIR IFSI 2012.pdf - page 5/24
AIR IFSI 2012.pdf - page 6/24
 




Télécharger le fichier (PDF)


AIR IFSI 2012.pdf (PDF, 670 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


air ifsi 2012
doc news n 51 30 juin 2017
agent infectieux aspergillose et affections dues aux autres moisissures opportunistes 04 04
sf2h re utilisation surblouse 05042020
la prevention des aes0001
la pevention des aes0001

Sur le même sujet..