Boubou Aldiouma SY. Erosion sur le littoral de Saly CAREDE.pdf


Aperçu du fichier PDF boubou-aldiouma-sy-erosion-sur-le-littoral-de-saly-carede.pdf - page 5/149

Page 1...3 4 567149



Aperçu texte


Editorial
Depuis qu’il a été postulé au temps de l’Antiquité grecque, l’idéal démocratique a toujours
été confronté au défi plus pratique de l’organisation et de l’institutionnalisation du pouvoir.
Une question essentielle et incontournable pour tout philosophe du politique, d’Aristote à
Rancière, à Rawls ou à Habermas, a été de concilier l’impératif de la participation et celui de
l’efficience et de l’efficacité de la prise des décisions. La longue histoire des passages par
une diversité de systèmes démocratiques, semi-démocratiques, absolutistes, autoritaires ou
totalitaires témoigne de l’omniprésence de ce problème dans la pensée et dans la pratique
politique.
En théorie, la gouvernance renvoie à un nouveau modèle d’exercice du pouvoir en société.
Elle implique une visée de participation publique et une vision décentrée du pouvoir, celui-ci
n’étant plus la prérogative du seul État de droit1. On y attache cinq principaux critères à savoir : le compte rendu ou la transparence (l'action et les décisions de l’administration publique doivent être ouvertes à l'examen des autres secteurs de l'administration, du parlement, de
la société civile et parfois des institutions extérieures), l'efficience, la réceptivité, la prospective et la primauté du droit.
Ainsi, la gouvernance revêt deux dimensions essentielles : la dimension gestion des affaires
publiques et la dimension politique et institutionnelle qui contient le mode de transmission
du pouvoir, le jeu des contre-pouvoirs et l'état du respect des libertés. Dès lors, démocratie et
gouvernance sont indissociables. Le renforcement de la gouvernance implique la consolidation de la démocratie, la promotion d'une administration de développement, efficace et efficiente, le développement d'une culture de la transparence dans la gestion des affaires publiques et le renforcement de l'unité nationale, tant du point de vue régional que social.
La gouvernance démocratique apparaît donc comme un terme pléonastique qui renvoie tout
simplement à la notion de bonne gouvernance. La gouvernance est l’ensemble des dispositions et comportements qui permettent ou empêchent de bien gouverner. Elle est souvent
considérée comme l’exercice de l’autorité économique, politique et administrative en vue de
gérer les affaires d’un pays à tous les niveaux. Pour ce faire, elle englobe (i) les mécanismes,
(ii) le processus et (iii) les institutions par le biais desquels les citoyens et les groupes d’individus ou d’associations expriment leurs intérêts, exercent leurs droits juridiques, assument
leurs obligations.