Approche sensorimotrice des TED .pdf


À propos / Télécharger Aperçu
Nom original: Approche sensorimotrice des TED.pdf
Titre: 1Cairn.info
Auteur: 2Cairn.info

Ce document au format PDF 1.4 a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 06/03/2013 à 20:31, depuis l'adresse IP 41.137.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 2714 fois.
Taille du document: 169 Ko (16 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


APPROCHE SENSORIMOTRICE DES TROUBLES ENVAHISSANTS DU
DÉVELOPPEMENT
André Bullinger
ERES | Contraste
2006/2 - N° 25
pages 125 à 139

ISSN 1254-7689

Article disponible en ligne à l'adresse:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-contraste-2006-2-page-125.htm

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :
Bullinger André, « Approche sensorimotrice des troubles envahissants du développement »,
Contraste, 2006/2 N° 25, p. 125-139. DOI : 10.3917/cont.025.0125

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour ERES.
© ERES. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des
conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre
établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que
ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en
France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Approche sensorimotrice des
troubles envahissants du
développement

André BULLINGER1

André BULLINGER1

Au travers des interactions entre cet organisme et le reste du milieu, un
ensemble de représentations se construisent. Elles portent sur l’organisme, les objets rencontrés et l’espace qui les contient. Lors de cette
interaction les flux sensoriels sont un des matériaux privilégié qui alimente l’activité psychique.
Un flux est constitué par une source qui émet de manière continue et
orientée un agent susceptible d’irriter une surface : le capteur sensoriel.
Notre organisme est sensible à divers flux.

– Le flux gravitaire est constitué par l’accélération créée par les forces de
la pesanteur et par les accélérations suscitées lors de mouvements actifs
ou passifs de l’organisme. Ce flux est capté par l’oreille interne, il est
également perçu par les tensions, les écrasements que subit l’organisme
lorsqu’il est dans le milieu aérien. Il est essentiel que des ressources

1. Professeur émérite à l’Université de Genève. Adresse contact : origan@bluewin.ch

125

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

D

ans une perspective de psychologie du développement, un des
objets de connaissance sur lequel porte l’activité psychique du
nourrisson est l’organisme, un objet matériel du milieu.

D

ans une perspective de psychologie du développement, un des
objets de connaissance sur lequel porte l’activité psychique du
nourrisson est l’organisme, un objet matériel du milieu.

Au travers des interactions entre cet organisme et le reste du milieu, un
ensemble de représentations se construisent. Elles portent sur l’organisme, les objets rencontrés et l’espace qui les contient. Lors de cette
interaction les flux sensoriels sont un des matériaux privilégié qui alimente l’activité psychique.
Un flux est constitué par une source qui émet de manière continue et
orientée un agent susceptible d’irriter une surface : le capteur sensoriel.
Notre organisme est sensible à divers flux.

– Le flux gravitaire est constitué par l’accélération créée par les forces de
la pesanteur et par les accélérations suscitées lors de mouvements actifs
ou passifs de l’organisme. Ce flux est capté par l’oreille interne, il est
également perçu par les tensions, les écrasements que subit l’organisme
lorsqu’il est dans le milieu aérien. Il est essentiel que des ressources

1. Professeur émérite à l’Université de Genève. Adresse contact : origan@bluewin.ch

125

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

Approche sensorimotrice des
troubles envahissants du
développement

toniques et posturales soient présentes pour composer avec ce flux. Si
les moyens toniques et posturaux qui permettent d’organiser une mise
en forme du corps font défaut, alors des impotences graves peuvent
s’installer.

toniques et posturales soient présentes pour composer avec ce flux. Si
les moyens toniques et posturaux qui permettent d’organiser une mise
en forme du corps font défaut, alors des impotences graves peuvent
s’installer.

– Le flux tactile est créé par un gaz ou un liquide s’écoulant sur la peau. Il
peut être également suscité par le frottement d’objets sur la surface du
corps. Le capteur est donc l’ensemble de l’enveloppe corporelle.

– Le flux tactile est créé par un gaz ou un liquide s’écoulant sur la peau. Il
peut être également suscité par le frottement d’objets sur la surface du
corps. Le capteur est donc l’ensemble de l’enveloppe corporelle.

– Les flux olfactifs sont perçus dès la vie utérine et donnent lieu à des
habituations et des discriminations qui sont observées dès la naissance
(les flux gustatifs sont souvent étroitement liés à l’olfaction).

– Les flux olfactifs sont perçus dès la vie utérine et donnent lieu à des
habituations et des discriminations qui sont observées dès la naissance
(les flux gustatifs sont souvent étroitement liés à l’olfaction).

Les odeurs ont valeur de contenant. Par exemple chez le bébé, une odeur
connue, si elle est présente lors de soins intrusifs, permet le retour à un
état stable plus rapidement. De même des personnes polyhandicapées
recherchent souvent une odeur familière. Lors de la perte de cette odeur
les désorganisations tonico-émotionnelles sont fréquentes.

Les odeurs ont valeur de contenant. Par exemple chez le bébé, une odeur
connue, si elle est présente lors de soins intrusifs, permet le retour à un
état stable plus rapidement. De même des personnes polyhandicapées
recherchent souvent une odeur familière. Lors de la perte de cette odeur
les désorganisations tonico-émotionnelles sont fréquentes.

– Les flux sonores de notre milieu sont perçus principalement par le système auditif. Une variation brusque de ce flux entraîne des réactions
d’alerte et d’orientation qui suscitent des mobilisations toniques et posturales importantes.
Les aspects vibratoires, dans des fréquences basses, mobilisent également
le système tactile. Cette covariation intermodale est souvent utilisée en
situation de pédagogie spécialisée.
– Les flux visuels sont constitués par le glissement d’un spectacle sur les
rétines. C’est essentiellement le système visuel périphérique qui est sollicité. Les réponses de l’organisme à ces stimulations sont toniques et posturales, elles sont observables dès la naissance.
La modulation des flux sensoriels en lien avec la sensibilité profonde permet leur intégration. C’est la coordination entre la sensibilité profonde

126

– Les flux sonores de notre milieu sont perçus principalement par le système auditif. Une variation brusque de ce flux entraîne des réactions
d’alerte et d’orientation qui suscitent des mobilisations toniques et posturales importantes.
Les aspects vibratoires, dans des fréquences basses, mobilisent également
le système tactile. Cette covariation intermodale est souvent utilisée en
situation de pédagogie spécialisée.
– Les flux visuels sont constitués par le glissement d’un spectacle sur les
rétines. C’est essentiellement le système visuel périphérique qui est sollicité. Les réponses de l’organisme à ces stimulations sont toniques et posturales, elles sont observables dès la naissance.
La modulation des flux sensoriels en lien avec la sensibilité profonde permet leur intégration. C’est la coordination entre la sensibilité profonde

126

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

André BULLINGER

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

André BULLINGER

et les signaux issus des flux sensoriels qui va permettre de constituer la
fonction proprioceptive. La proprioception n’est pas un fait biologique,
c’est une coordination susceptible de se modifier en fonction des interactions entre l’organisme et son milieu (pour plus de détails voir Bullinger
2004).

et les signaux issus des flux sensoriels qui va permettre de constituer la
fonction proprioceptive. La proprioception n’est pas un fait biologique,
c’est une coordination susceptible de se modifier en fonction des interactions entre l’organisme et son milieu (pour plus de détails voir Bullinger
2004).

Ce travail représentatif occupe une grande partie de l’activité psychique
du bébé durant la période sensorimotrice. Ces représentations sensorimotrices (des protoreprésentations) permettent d’organiser, de perfectionner les échanges du bébé avec ses différents milieux.

Ce travail représentatif occupe une grande partie de l’activité psychique
du bébé durant la période sensorimotrice. Ces représentations sensorimotrices (des protoreprésentations) permettent d’organiser, de perfectionner les échanges du bébé avec ses différents milieux.

On peut faire l’hypothèse que les particularités des conduites de l’enfant
autiste trouvent une partie de leurs racines dans les premières étapes du
développement : pour eux le traitement des signaux sensoriels privilégie
la composante archaïque des effets du signal sur l’organisme, ce qui
freine les progrès des conduites instrumentales et le traitement spatial
qui est associé.

On peut faire l’hypothèse que les particularités des conduites de l’enfant
autiste trouvent une partie de leurs racines dans les premières étapes du
développement : pour eux le traitement des signaux sensoriels privilégie
la composante archaïque des effets du signal sur l’organisme, ce qui
freine les progrès des conduites instrumentales et le traitement spatial
qui est associé.

Dans cette perspective, la description du développement de l’enfant à
risque va se centrer sur les modes particuliers de traitement des interactions sensorimotrices, sur les élaborations représentatives de l’organisme
et les espaces concernés.
Dans le tableau ci-après figure les principales étapes du développement
sensorimoteur (Bullinger, in press). Il s’agit d’une description du développement en termes d’espaces successifs que l’enfant maîtrise dans le développement typique. Rappelons que le terme «espace» est relatif aux
coordinations entre des modalités sensorimotrices qui le font exister, il
est un langage commun entre ces différentes modalités.
À chacune de ces étapes on relèvera les particularités des élaborations
représentatives des enfants à risque.

127

Dans cette perspective, la description du développement de l’enfant à
risque va se centrer sur les modes particuliers de traitement des interactions sensorimotrices, sur les élaborations représentatives de l’organisme
et les espaces concernés.
Dans le tableau ci-après figure les principales étapes du développement
sensorimoteur (Bullinger, in press). Il s’agit d’une description du développement en termes d’espaces successifs que l’enfant maîtrise dans le développement typique. Rappelons que le terme «espace» est relatif aux
coordinations entre des modalités sensorimotrices qui le font exister, il
est un langage commun entre ces différentes modalités.
À chacune de ces étapes on relèvera les particularités des élaborations
représentatives des enfants à risque.

127

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

Approche sensorimotrice des troubles envahissants du développement

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

Approche sensorimotrice des troubles envahissants du développement

André BULLINGER

André BULLINGER

Axe de développement

Maîtrise
du buste

Maîtrise
du torse

Maîtrise
du corps

Coordination
capture/exploration

Coordination
arrière/avant

Coordination
gauche/oral/droite

Coordination
haut/bas

Alimentation
fractionnée

Équilibre
Flexion/extension

Relais oral
Espace de
préhension

Corps articulé
Espace des
déplacements

Création d’une
contenance

Création d’un
arrière-fond

Création de
l’axe corporel

Création du
corps véhicule

Perte de l’enveloppe
utérine et de
l’alimentation en
continu. Déplisser
ses poumons et
respirer

Élaboration
instrumentale
de la bouche

Élaboration
instrumentale
de la vision

Élaboration
instrumentale
du torse et des
mains

Élaboration
instrumentale
du bassin et
des jambes

Les troubles :

Clivage
capture/exploration

Clivage
arrière/avant

Clivage
gauche/droite

Clivage
haut/bas

Expression praxique Troubles praxiques
de la zone orale
des troubles :

Troubles des
praxies
oculomotrices
tonus
pneumatique

Troubles praxiques
Troubles
concernant les
membres
praxiques
supérieurs, l’axe concernant l’espace
corporel et l’espace du corps et des
de préhension
déplacements

Espace utérin
Avant la naissance, le fœtus dans sa cavité utérine est en interaction avec
son enceinte. Les variations brusques des flux sensoriels qui l’assaillent
entraînent des réponses d’extension qui sont contenues par la paroi utérine. Les réactions motrices de l’enceinte sont immédiates et prennent
progressivement sens pour la mère et le fœtus. C’est un des premiers
modes de dialogue entre le fœtus et sa mère.

128

Maîtrise
de l’espace oral

Maîtrise
du buste

Maîtrise
du torse

Maîtrise
du corps

Coordination
capture/exploration

Coordination
arrière/avant

Coordination
gauche/oral/droite

Coordination
haut/bas

Alimentation
fractionnée

Équilibre
Flexion/extension

Relais oral
Espace de
préhension

Corps articulé
Espace des
déplacements

Création d’une
contenance

Création d’un
arrière-fond

Création de
l’axe corporel

Création du
corps véhicule

Perte de l’enveloppe
utérine et de
l’alimentation en
continu. Déplisser
ses poumons et
respirer

Élaboration
instrumentale
de la bouche

Élaboration
instrumentale
de la vision

Élaboration
instrumentale
du torse et des
mains

Élaboration
instrumentale
du bassin et
des jambes

Les troubles :

Clivage
capture/exploration

Clivage
arrière/avant

Clivage
gauche/droite

Clivage
haut/bas

N
a
i
s
s
a
n
c
e
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

Maîtrise
de l’espace oral

N
a
i
s
s
a
n
c
e

Expression praxique Troubles praxiques
de la zone orale
des troubles :

Troubles des
praxies
oculomotrices
tonus
pneumatique

Troubles praxiques
Troubles
concernant les
membres
praxiques
supérieurs, l’axe concernant l’espace
corporel et l’espace du corps et des
de préhension
déplacements

Espace utérin
Avant la naissance, le fœtus dans sa cavité utérine est en interaction avec
son enceinte. Les variations brusques des flux sensoriels qui l’assaillent
entraînent des réponses d’extension qui sont contenues par la paroi utérine. Les réactions motrices de l’enceinte sont immédiates et prennent
progressivement sens pour la mère et le fœtus. C’est un des premiers
modes de dialogue entre le fœtus et sa mère.

128

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

Axe de développement

Dans cet espace, l’alimentation du fœtus est assurée en continu et il n’a
pas à assurer sa respiration.

Dans cet espace, l’alimentation du fœtus est assurée en continu et il n’a
pas à assurer sa respiration.

Le moment de la naissance entraîne dans ces trois domaines des changements fondamentaux :

Le moment de la naissance entraîne dans ces trois domaines des changements fondamentaux :

– la paroi utérine n’étant plus présente, le bébé va devoir reconstruire un
équilibre entre flexion et extension du buste ;

– la paroi utérine n’étant plus présente, le bébé va devoir reconstruire un
équilibre entre flexion et extension du buste ;

– l’alimentation, mettant en jeu l’activité orale, va passer de la perfusion
à une alimentation active et fractionnée avec des moments de faim et de
réplétion ;

– l’alimentation, mettant en jeu l’activité orale, va passer de la perfusion
à une alimentation active et fractionnée avec des moments de faim et de
réplétion ;

– déplisser ses poumons, respirer, émettre des sons donnent un sens nouveau au tractus respiratoire.

– déplisser ses poumons, respirer, émettre des sons donnent un sens nouveau au tractus respiratoire.

Maîtrise de l’espace oral
L’activité alimentaire suppose la coordination entre une conduite de capture et d’exploration. La capture peut se définir comme un mouvement
synergique, souvent violent, amenant le buste, la tête et la bouche vers le
sein. La forme de ce mouvement et son déclenchement font partie de
conduites qui sont biologiquement déterminées.
Le contact des lèvres et de la face créé par le mouvement de capture sollicite le système tactile qui va piloter l’exploration et la succion.
Rappelons que la sensibilité tactile est dotée de deux systèmes de traitement :
– un système archaïque traitant des aspects qualitatifs des stimulations
et entraînant, lorsqu’il est fortement sollicité, des réponses toniques qui
s’expriment chez le nouveau-né par une extension du buste ;
– le système tactile récent, quant à lui, permet l’ajustement spatial des
lèvres et de la langue aux propriétés de l’objet rencontré.

129

Maîtrise de l’espace oral
L’activité alimentaire suppose la coordination entre une conduite de capture et d’exploration. La capture peut se définir comme un mouvement
synergique, souvent violent, amenant le buste, la tête et la bouche vers le
sein. La forme de ce mouvement et son déclenchement font partie de
conduites qui sont biologiquement déterminées.
Le contact des lèvres et de la face créé par le mouvement de capture sollicite le système tactile qui va piloter l’exploration et la succion.
Rappelons que la sensibilité tactile est dotée de deux systèmes de traitement :
– un système archaïque traitant des aspects qualitatifs des stimulations
et entraînant, lorsqu’il est fortement sollicité, des réponses toniques qui
s’expriment chez le nouveau-né par une extension du buste ;
– le système tactile récent, quant à lui, permet l’ajustement spatial des
lèvres et de la langue aux propriétés de l’objet rencontré.

129

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

Approche sensorimotrice des troubles envahissants du développement

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

Approche sensorimotrice des troubles envahissants du développement

Un premier ajustement doit s’opérer entre ces deux systèmes pour
qu’une conduite d’exploration et de succion puisse s’engager. D’une part
le système archaïque doit offrir un recrutement tonique adapté rendant
possible un contact tactile, d’autre part le système tactile récent doit
pouvoir guider les mouvements de la face et des lèvres permettant la
prise de nourriture.

Un premier ajustement doit s’opérer entre ces deux systèmes pour
qu’une conduite d’exploration et de succion puisse s’engager. D’une part
le système archaïque doit offrir un recrutement tonique adapté rendant
possible un contact tactile, d’autre part le système tactile récent doit
pouvoir guider les mouvements de la face et des lèvres permettant la
prise de nourriture.

La satiété qui découle de la prise de nourriture ne peut prendre sens pour
le bébé que si l’aspect narratif du repas est respecté : il y a mise en forme
du corps, capture, exploration, succion, déglutition, et finalement la
satiété est atteinte avec sa dimension hédonique. C’est une première
contenance confortée par la personne qui offre le repas («tu as bien
mangé…, j’attends ton rot…»).

La satiété qui découle de la prise de nourriture ne peut prendre sens pour
le bébé que si l’aspect narratif du repas est respecté : il y a mise en forme
du corps, capture, exploration, succion, déglutition, et finalement la
satiété est atteinte avec sa dimension hédonique. C’est une première
contenance confortée par la personne qui offre le repas («tu as bien
mangé…, j’attends ton rot…»).

C’est la cohérence de la chaîne d’événements et la quittance sociale qui
permettent une élaboration représentative de cette séquence, le repas.
Parallèlement, les conduites d’exploration n’ayant pas de finalité alimentaire vont élargir les expériences sensorimotrices. La bouche devient un
moyen privilégié d’exploration de l’environnement.
Chez l’enfant à risque, plusieurs possibilités de désorganisation peuvent
s’observer :
– un déséquilibre tonique entre la musculature d’extension et celle assurant l’enroulement du buste ne permet pas de réaliser activement une
capture. Généralement, c’est la conduite d’extension qui domine.
L’appui qui était assuré par la paroi utérine a de la peine à être relayé par
le milieu humain. Ce déséquilibre tonique au profit de l’extension se
répercute au niveau des lèvres : le tonus de la lèvre inférieure est plus
faible, rendant difficile la sphinctérisation des lèvres sur le sein ou le
biberon ;
– si le système archaïque est exacerbé, les sensations tactiles vont entretenir l’extension du buste, ce qui rend difficile un contact actif avec l’ob-

130

C’est la cohérence de la chaîne d’événements et la quittance sociale qui
permettent une élaboration représentative de cette séquence, le repas.
Parallèlement, les conduites d’exploration n’ayant pas de finalité alimentaire vont élargir les expériences sensorimotrices. La bouche devient un
moyen privilégié d’exploration de l’environnement.
Chez l’enfant à risque, plusieurs possibilités de désorganisation peuvent
s’observer :
– un déséquilibre tonique entre la musculature d’extension et celle assurant l’enroulement du buste ne permet pas de réaliser activement une
capture. Généralement, c’est la conduite d’extension qui domine.
L’appui qui était assuré par la paroi utérine a de la peine à être relayé par
le milieu humain. Ce déséquilibre tonique au profit de l’extension se
répercute au niveau des lèvres : le tonus de la lèvre inférieure est plus
faible, rendant difficile la sphinctérisation des lèvres sur le sein ou le
biberon ;
– si le système archaïque est exacerbé, les sensations tactiles vont entretenir l’extension du buste, ce qui rend difficile un contact actif avec l’ob-

130

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

André BULLINGER

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

André BULLINGER

jet. Dès le contact établi, les irritations tactiles sont telles que la réponse
d’extension apparaît et la tête est rejetée en arrière ;

jet. Dès le contact établi, les irritations tactiles sont telles que la réponse
d’extension apparaît et la tête est rejetée en arrière ;

– si, pour le système tactile récent, les coordinations spatiales ont peine à
se mettre en place, les lèvres et la langue vont se centrer sur des mouvements fins qui maximisent les sensations tactiles. Les contacts avec l’objet exploré créent un ensemble de sensations sans qu’un traitement de
type spatial ou alimentaire soit engagé. L’activité qui se poursuit peut se
sophistiquer et créer des sensations bien calibrées. C’est une forme de
stéréotypie qui maintient un niveau d’éveil à travers l’état tonique créé.
La fonction instrumentale de la bouche est déviée de ses finalités usuelles ;

– si, pour le système tactile récent, les coordinations spatiales ont peine à
se mettre en place, les lèvres et la langue vont se centrer sur des mouvements fins qui maximisent les sensations tactiles. Les contacts avec l’objet exploré créent un ensemble de sensations sans qu’un traitement de
type spatial ou alimentaire soit engagé. L’activité qui se poursuit peut se
sophistiquer et créer des sensations bien calibrées. C’est une forme de
stéréotypie qui maintient un niveau d’éveil à travers l’état tonique créé.
La fonction instrumentale de la bouche est déviée de ses finalités usuelles ;

– les difficultés de traitement des dimensions spatiales des signaux issus
de l’activité orale peuvent amener à une accentuation des mouvements
de la langue et des lèvres. Les coordinations stabilisant une représentation de la cavité orale ne sont pas réalisées et les mouvements répétés
tentent de maintenir présent cet espace.

– les difficultés de traitement des dimensions spatiales des signaux issus
de l’activité orale peuvent amener à une accentuation des mouvements
de la langue et des lèvres. Les coordinations stabilisant une représentation de la cavité orale ne sont pas réalisées et les mouvements répétés
tentent de maintenir présent cet espace.

Plus tard dans le développement, la quantité de ces mouvements de la
langue et des lèvres est modulée par la sollicitation indirecte de l’espace
oral, comme c’est le cas lorsqu’il s’agit d’activités bimanuelles fines mal
maîtrisées.
Il faut un équilibre entre ces diverses composantes pour permettre une
activité orale instrumentée :
– si la composante de capture est trop puissante, l’exploration ne peut se
déployer. L’objet rentre profondément dans la bouche qui reste grande
ouverte. Cet agrippement oral ne permet pas d’engager une activité
d’exploration. Cet agrippement par la bouche compense probablement
un déficit de l’arrière-fond. Plus tard dans le développement, ce sont
souvent des objets durs et de la taille de la bouche grande ouverte qui
sont capturés avec avidité. Il n’y a pas d’activité d’exploration, le tri de
l’objet acceptable est réalisé par la main ainsi que par le premier contact

131

Plus tard dans le développement, la quantité de ces mouvements de la
langue et des lèvres est modulée par la sollicitation indirecte de l’espace
oral, comme c’est le cas lorsqu’il s’agit d’activités bimanuelles fines mal
maîtrisées.
Il faut un équilibre entre ces diverses composantes pour permettre une
activité orale instrumentée :
– si la composante de capture est trop puissante, l’exploration ne peut se
déployer. L’objet rentre profondément dans la bouche qui reste grande
ouverte. Cet agrippement oral ne permet pas d’engager une activité
d’exploration. Cet agrippement par la bouche compense probablement
un déficit de l’arrière-fond. Plus tard dans le développement, ce sont
souvent des objets durs et de la taille de la bouche grande ouverte qui
sont capturés avec avidité. Il n’y a pas d’activité d’exploration, le tri de
l’objet acceptable est réalisé par la main ainsi que par le premier contact

131

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

Approche sensorimotrice des troubles envahissants du développement

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

Approche sensorimotrice des troubles envahissants du développement

avec la bouche qui incorpore ou rejette l’objet. Ces conduites s’estompent lorsque l’enfant trouve un appui dans le dos ou lorsque la coordination entre les parties gauche et droite du corps progresse ;

avec la bouche qui incorpore ou rejette l’objet. Ces conduites s’estompent lorsque l’enfant trouve un appui dans le dos ou lorsque la coordination entre les parties gauche et droite du corps progresse ;

– la prévalence du système tactile archaïque amène à percevoir les sensations tactiles comme irritatives, entraînant un recrutement tonique et un
retrait. Cette conduite limite fortement les contacts de la face avec le
sein et ne permet pas que s’engagent des mouvements orientés par un
gradient de sensibilité. Par exemple entre le lobe de l’oreille et le coin
des lèvres un mouvement de tête permet d’approcher ou d’éloigner une
stimulation de la zone orale. Ce gradient tactile module des mouvements latéraux de la tête. Si la stimulation est offerte directement sur la
bouche, la seule conduite de refus possible est un retrait en extension qui
désorganise la mise en forme du corps. Par contre, si la stimulation est
présentée près de l’oreille, le bébé peut exprimer un choix par un détournement ou un mouvement qui approche le stimulus près de la bouche
permettant d’engager une activité alimentaire ;

– la prévalence du système tactile archaïque amène à percevoir les sensations tactiles comme irritatives, entraînant un recrutement tonique et un
retrait. Cette conduite limite fortement les contacts de la face avec le
sein et ne permet pas que s’engagent des mouvements orientés par un
gradient de sensibilité. Par exemple entre le lobe de l’oreille et le coin
des lèvres un mouvement de tête permet d’approcher ou d’éloigner une
stimulation de la zone orale. Ce gradient tactile module des mouvements latéraux de la tête. Si la stimulation est offerte directement sur la
bouche, la seule conduite de refus possible est un retrait en extension qui
désorganise la mise en forme du corps. Par contre, si la stimulation est
présentée près de l’oreille, le bébé peut exprimer un choix par un détournement ou un mouvement qui approche le stimulus près de la bouche
permettant d’engager une activité alimentaire ;

– si le système tactile récent est dominant, les mouvements fins d’exploration visent à maximiser les sensations sans détruire l’objet exploré, la
coordination avec la déglutition ne se réalise que difficilement. C’est
l’éréthisme de la stimulation qui domine. La finalité spatiale de l’activité
est diluée, ce sont les sensations elles-mêmes qui sont recherchées pour
stabiliser un état tonique fragile.

Maîtrise du buste
La maîtrise du buste passe par la constitution d’un équilibre entre musculature de flexion et d’extension permettant un progressif redressement. Cette coordination arrière/avant crée un arrière-fond.
Dans la constitution de cet arrière-fond le milieu humain a un rôle
important à jouer. Le nouveau-né n’a pas les moyens moteurs de com-

132

– si le système tactile récent est dominant, les mouvements fins d’exploration visent à maximiser les sensations sans détruire l’objet exploré, la
coordination avec la déglutition ne se réalise que difficilement. C’est
l’éréthisme de la stimulation qui domine. La finalité spatiale de l’activité
est diluée, ce sont les sensations elles-mêmes qui sont recherchées pour
stabiliser un état tonique fragile.

Maîtrise du buste
La maîtrise du buste passe par la constitution d’un équilibre entre musculature de flexion et d’extension permettant un progressif redressement. Cette coordination arrière/avant crée un arrière-fond.
Dans la constitution de cet arrière-fond le milieu humain a un rôle
important à jouer. Le nouveau-né n’a pas les moyens moteurs de com-

132

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

André BULLINGER

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

André BULLINGER

penser le déséquilibre postural créé par la naissance (l’enveloppe utérine
assurait la flexion). C’est le milieu humain qui va devoir offrir ces appuis
jusqu’au moment où le nourrisson aura conquis la station assise et intériorisé l’enroulement. Ce recours au milieu humain enracine le bébé dans
son milieu. Il faut relever comme le faisait Wallon (1942) que c’est l’impéritie motrice qui rend le recours au milieu humain indispensable.

penser le déséquilibre postural créé par la naissance (l’enveloppe utérine
assurait la flexion). C’est le milieu humain qui va devoir offrir ces appuis
jusqu’au moment où le nourrisson aura conquis la station assise et intériorisé l’enroulement. Ce recours au milieu humain enracine le bébé dans
son milieu. Il faut relever comme le faisait Wallon (1942) que c’est l’impéritie motrice qui rend le recours au milieu humain indispensable.

Cet arrière-fond n’a pas que des composantes physiques d’appui. La présence humaine, le portage psychique sont essentiels. On comprend
mieux alors le lien entre cet équilibre postural du buste et la constitution du système visuel comme moyen d’exploration. La coordination
entre fonction focale et périphérique qui s’opère normalement entre dixdouze semaines de vie est modulée par les appuis offerts. À cet âge on
peut voir fluctuer le fonctionnement oculomoteur entre un accrochage à
un objet saillant lorsque l’arrière-fond fait défaut et une activité d’exploration bien organisée lorsque ce dernier est présent. Cette fluctuation est
normale au moment où s’intériorise l’arrière-fond ; la persistance de la
fluctuation, le recours privilégié à l’agrippement visuel indiquent la fragilité de cette conquête du développement.

Cet arrière-fond n’a pas que des composantes physiques d’appui. La présence humaine, le portage psychique sont essentiels. On comprend
mieux alors le lien entre cet équilibre postural du buste et la constitution du système visuel comme moyen d’exploration. La coordination
entre fonction focale et périphérique qui s’opère normalement entre dixdouze semaines de vie est modulée par les appuis offerts. À cet âge on
peut voir fluctuer le fonctionnement oculomoteur entre un accrochage à
un objet saillant lorsque l’arrière-fond fait défaut et une activité d’exploration bien organisée lorsque ce dernier est présent. Cette fluctuation est
normale au moment où s’intériorise l’arrière-fond ; la persistance de la
fluctuation, le recours privilégié à l’agrippement visuel indiquent la fragilité de cette conquête du développement.

Pour compenser le manque de tenue du buste, on peut observer une
conduite qui consiste à bloquer la respiration. Ce «tonus pneumatique»,
s’il s’installe au détriment de l’équilibre entre musculature de flexion et
d’extension, entraîne des complications orthopédiques, limite les interactions avec autrui à la durée de l’apnée et ne permettra pas des coordinations entre les espaces gauche et droit du corps.
Cette étape du développement est cruciale. La difficulté de constitution
d’un arrière-fond qui crée un clivage entre l’arrière et l’avant du buste va
perturber de manière durable la suite du développement. Évaluer l’équilibre tonique du buste en comparant les résultats entre les manœuvres
du tiré-assis et de la suspension ventrale est un moyen d’alerte simple. Le

133

Pour compenser le manque de tenue du buste, on peut observer une
conduite qui consiste à bloquer la respiration. Ce «tonus pneumatique»,
s’il s’installe au détriment de l’équilibre entre musculature de flexion et
d’extension, entraîne des complications orthopédiques, limite les interactions avec autrui à la durée de l’apnée et ne permettra pas des coordinations entre les espaces gauche et droit du corps.
Cette étape du développement est cruciale. La difficulté de constitution
d’un arrière-fond qui crée un clivage entre l’arrière et l’avant du buste va
perturber de manière durable la suite du développement. Évaluer l’équilibre tonique du buste en comparant les résultats entre les manœuvres
du tiré-assis et de la suspension ventrale est un moyen d’alerte simple. Le

133

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

Approche sensorimotrice des troubles envahissants du développement

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

Approche sensorimotrice des troubles envahissants du développement

niveau de mobilisation tonique observé lors du tiré-assis doit être homogène avec celui observé lors de la suspension ventrale. La dysharmonie
entre les deux manœuvres est un signe plus important qu’un tonus un
peu faible mais homogène. Cette observation devrait être revalorisée et
faire partie de l’examen de base de tout enfant.

niveau de mobilisation tonique observé lors du tiré-assis doit être homogène avec celui observé lors de la suspension ventrale. La dysharmonie
entre les deux manœuvres est un signe plus important qu’un tonus un
peu faible mais homogène. Cette observation devrait être revalorisée et
faire partie de l’examen de base de tout enfant.

Maîtrise du torse

Maîtrise du torse

Cette étape est caractérisée par la coordination des hémi-espaces gauche
et droit permettant la constitution d’un espace de préhension unifié
organisé autour de l’axe corporel. Dans cette coordination, sont sollicités
des groupes musculaires assurant la torsion du buste (Vasseur, 2000). La
dissociation des ceintures scapulaire et pelvienne amène une répartition
tonique différente entre les deux côtés du corps, facilitant un rôle dissocié des deux mains. Cette dissociation rend possible une activité de
manipulation des objets qui relaie l’exploration orale. L’unification de
l’espace de préhension sollicite fortement la zone orale. Au moment où
se construit cette coordination, le relais oral est nécessaire pour passer les
objets d’un hémi-espace à l’autre.

Cette étape est caractérisée par la coordination des hémi-espaces gauche
et droit permettant la constitution d’un espace de préhension unifié
organisé autour de l’axe corporel. Dans cette coordination, sont sollicités
des groupes musculaires assurant la torsion du buste (Vasseur, 2000). La
dissociation des ceintures scapulaire et pelvienne amène une répartition
tonique différente entre les deux côtés du corps, facilitant un rôle dissocié des deux mains. Cette dissociation rend possible une activité de
manipulation des objets qui relaie l’exploration orale. L’unification de
l’espace de préhension sollicite fortement la zone orale. Au moment où
se construit cette coordination, le relais oral est nécessaire pour passer les
objets d’un hémi-espace à l’autre.

Les désorganisations caractéristiques de cette étape tiennent à des composantes motrices et à des difficultés d’investissement de l’espace oral.
Concernant les aspects moteurs, il faut un redressement suffisant du
buste pour que les groupes musculaires responsables de la torsion puissent être activés. L’arrière-fond se transforme alors en axe corporel, point
d’appui biomécanique et psychique. Concernant le rôle de la sphère
orale, si cette zone est sensible aux aspects irritatifs des stimulations, l’espace de la bouche ne pourra être le lieu où les mains se rencontrent. C’est
la conjonction de ces deux difficultés posturale et sensorielle qui rend
difficile la constitution d’un espace unifié dans lequel les mains peuvent
coopérer.

134

Les désorganisations caractéristiques de cette étape tiennent à des composantes motrices et à des difficultés d’investissement de l’espace oral.
Concernant les aspects moteurs, il faut un redressement suffisant du
buste pour que les groupes musculaires responsables de la torsion puissent être activés. L’arrière-fond se transforme alors en axe corporel, point
d’appui biomécanique et psychique. Concernant le rôle de la sphère
orale, si cette zone est sensible aux aspects irritatifs des stimulations, l’espace de la bouche ne pourra être le lieu où les mains se rencontrent. C’est
la conjonction de ces deux difficultés posturale et sensorielle qui rend
difficile la constitution d’un espace unifié dans lequel les mains peuvent
coopérer.

134

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

André BULLINGER

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

André BULLINGER

Les difficultés praxiques des membres supérieurs, observables plus tard
dans le développement, sont liées à cette carence représentative. La
répartition de la tâche entre les deux mains se fait mal ou est instable.
Par exemple, tenir l’objet d’une main et utiliser l’autre main pour des
mouvements fins sur l’objet ne peut se réaliser : le mouvement devient
compulsif et on a l’impression que les mains se disputent. L’organisation
spatiale des mouvements est elle aussi perturbée. L’assemblage d’objets,
la maîtrise des relations spatiales dans le dessin sont obscures pour ces
enfants.

Les difficultés praxiques des membres supérieurs, observables plus tard
dans le développement, sont liées à cette carence représentative. La
répartition de la tâche entre les deux mains se fait mal ou est instable.
Par exemple, tenir l’objet d’une main et utiliser l’autre main pour des
mouvements fins sur l’objet ne peut se réaliser : le mouvement devient
compulsif et on a l’impression que les mains se disputent. L’organisation
spatiale des mouvements est elle aussi perturbée. L’assemblage d’objets,
la maîtrise des relations spatiales dans le dessin sont obscures pour ces
enfants.

Ces difficultés ont un retentissement important sur la zone orale qui
reste très mobilisée bien que n’offrant pas le relais nécessaire. La salivation est augmentée, la sphinctérisation est difficile et les mouvements de
la langue avec des protrusions sont fréquents.

Ces difficultés ont un retentissement important sur la zone orale qui
reste très mobilisée bien que n’offrant pas le relais nécessaire. La salivation est augmentée, la sphinctérisation est difficile et les mouvements de
la langue avec des protrusions sont fréquents.

Dans des situations de motricité globale, ce clivage entre les espaces
gauche et droit du corps s’observe au niveau de la répartition tonique.
Un des hémicorps est plus tonique sans que l’on puisse objectiver de
base neurologique à cette différence. Normalement, c’est la coordination
qui, progressivement, harmonise l’état tonique des deux hémicorps. Sans
elle, les deux parties du corps ont une existence quasi indépendante : lors
de la marche un des bras peut être en chandelier alors que l’autre a un
balan normal. Si l’on impose à l’enfant de marcher sur des cibles placées
au sol, on peut observer qu’un seul pied prend en compte la spatialité de
la tâche, l’autre jambe maintient l’équilibre et ne se place pas en avant
de l’autre. Tout se passe comme si un hémicorps était abandonné relativement à ses implications spatiales.
Dans d’autres tâches comme la marche à quatre pattes, ce clivage ne
s’observe pas, cette activité motrice sollicitant des montages sensorimoteurs antérieurs à la maîtrise du torse et à la station debout.

135

Dans des situations de motricité globale, ce clivage entre les espaces
gauche et droit du corps s’observe au niveau de la répartition tonique.
Un des hémicorps est plus tonique sans que l’on puisse objectiver de
base neurologique à cette différence. Normalement, c’est la coordination
qui, progressivement, harmonise l’état tonique des deux hémicorps. Sans
elle, les deux parties du corps ont une existence quasi indépendante : lors
de la marche un des bras peut être en chandelier alors que l’autre a un
balan normal. Si l’on impose à l’enfant de marcher sur des cibles placées
au sol, on peut observer qu’un seul pied prend en compte la spatialité de
la tâche, l’autre jambe maintient l’équilibre et ne se place pas en avant
de l’autre. Tout se passe comme si un hémicorps était abandonné relativement à ses implications spatiales.
Dans d’autres tâches comme la marche à quatre pattes, ce clivage ne
s’observe pas, cette activité motrice sollicitant des montages sensorimoteurs antérieurs à la maîtrise du torse et à la station debout.

135

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

Approche sensorimotrice des troubles envahissants du développement

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

Approche sensorimotrice des troubles envahissants du développement

Maîtrise du corps

Maîtrise du corps

À cette étape, ce sont les coordinations entre le haut et le bas du corps
qui sont en jeu. Les capacités de redressement et de rotation qui se sont
mises en place permettent l’investissement du bassin. Son enroulement
par un schéma de flexion (qui atteint son maximum entre six et dix mois)
permet une mobilisation des membres inférieurs dans leurs fonctions
d’exploration et de portage du corps, ce qui requiert une coordination et
des ajustements toniques complexes. Avec cette nouvelle coordination, on
arrive à une première représentation sensorimotrice de l’organisme dans
son entier. Cette «représentation en action» donne la possibilité à l’enfant
de comprendre son corps comme articulé et mobile dans un espace aux
dimensions aussi bien physiques que sociales.

À cette étape, ce sont les coordinations entre le haut et le bas du corps
qui sont en jeu. Les capacités de redressement et de rotation qui se sont
mises en place permettent l’investissement du bassin. Son enroulement
par un schéma de flexion (qui atteint son maximum entre six et dix mois)
permet une mobilisation des membres inférieurs dans leurs fonctions
d’exploration et de portage du corps, ce qui requiert une coordination et
des ajustements toniques complexes. Avec cette nouvelle coordination, on
arrive à une première représentation sensorimotrice de l’organisme dans
son entier. Cette «représentation en action» donne la possibilité à l’enfant
de comprendre son corps comme articulé et mobile dans un espace aux
dimensions aussi bien physiques que sociales.

Chez l’enfant à risque, le défaut d’investissement du bassin, un clivage
entre le haut et le bas du corps, ne permet pas aux membres inférieurs de
jouer complètement leurs rôles d’exploration et de portage.
Concernant l’exploration, les pieds ne parviennent pas à s’adapter spatialement ni à doser la force relativement aux objets rencontrés. La régulation tonique se fait par tout ou rien et n’est pratiquement pas modulée
par les sensations tactiles. Dans leur rôle de portage, lors de la station
debout, le tonus des jambes est faible, les genoux sont le plus souvent en
recurvatum. La laxité de l’articulation de la hanche est très grande, sans
flexion du genou, le pied peut être amené au niveau de l’oreille.
Lors de la marche, il n’y a pas de déroulement du pas et il existe une
absence d’ajustement aux propriétés du terrain. Tout se passe comme si
les signaux issus des membres inférieurs étaient ignorés, rendant impossible un ajustement tonique, postural et praxique du bas du corps. Le
défaut d’investissement du bassin rend également difficile le contrôle
sphinctérien. La propreté apparaît le plus souvent au moment où le tonus
des membres inférieurs peut être modulé par les événements rencontrés.

136

Chez l’enfant à risque, le défaut d’investissement du bassin, un clivage
entre le haut et le bas du corps, ne permet pas aux membres inférieurs de
jouer complètement leurs rôles d’exploration et de portage.
Concernant l’exploration, les pieds ne parviennent pas à s’adapter spatialement ni à doser la force relativement aux objets rencontrés. La régulation tonique se fait par tout ou rien et n’est pratiquement pas modulée
par les sensations tactiles. Dans leur rôle de portage, lors de la station
debout, le tonus des jambes est faible, les genoux sont le plus souvent en
recurvatum. La laxité de l’articulation de la hanche est très grande, sans
flexion du genou, le pied peut être amené au niveau de l’oreille.
Lors de la marche, il n’y a pas de déroulement du pas et il existe une
absence d’ajustement aux propriétés du terrain. Tout se passe comme si
les signaux issus des membres inférieurs étaient ignorés, rendant impossible un ajustement tonique, postural et praxique du bas du corps. Le
défaut d’investissement du bassin rend également difficile le contrôle
sphinctérien. La propreté apparaît le plus souvent au moment où le tonus
des membres inférieurs peut être modulé par les événements rencontrés.

136

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

André BULLINGER

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

André BULLINGER

Parallèlement aux progrès du contrôle sphinctérien, on observe souvent
que les colères sont mieux orientées et les oppositions plus marquées.

Parallèlement aux progrès du contrôle sphinctérien, on observe souvent
que les colères sont mieux orientées et les oppositions plus marquées.

Les représentations de l’organisme évaluées par des épreuves simples
sont le plus souvent très pauvres. Les relations de voisinage entre les différentes parties du corps sont mal maîtrisées. Ce déficit dans les représentations de l’organisme entraîne des difficultés à concevoir son corps
comme un mobile articulé susceptible de se déplacer de manière organisée dans l’espace.

Les représentations de l’organisme évaluées par des épreuves simples
sont le plus souvent très pauvres. Les relations de voisinage entre les différentes parties du corps sont mal maîtrisées. Ce déficit dans les représentations de l’organisme entraîne des difficultés à concevoir son corps
comme un mobile articulé susceptible de se déplacer de manière organisée dans l’espace.

Aspects tonico-émotionnels

Aspects tonico-émotionnels

La dimension tonico-émotionnelle est particulière chez ces enfants. Dans
le développement typique, l’équilibre entre les aspects archaïques et
récents des signaux sensorimoteurs se transforme. Par exemple, dans le
domaine tactile, l’aspect archaïque domine chez le nouveau-né et
entraîne des réponses toniques qui peuvent être contenues et signifiées
par la personne en interaction avec le bébé. Avec les progrès des activités
instrumentales, le système tactile récent prend du poids et les actions
peuvent être spatialement orientées dans un projet, les fonctions
archaïques jouent alors un rôle de support tonique.
Chez l’enfant à risque le recrutement tonique est investi différemment :
la mobilisation globale que suscite le recrutement permet, sur le
moment, un ressenti global de l’organisme qui se substitue aux fonctions représentatives. Les aspects émotionnels sont reliés à ces ressentis
corporels plutôt qu’utilisés comme moyens de partage avec le milieu.
Cet investissement différent de la composante émotionnelle va rendre
difficile le partage émotionnel, prémisses à l’attention partagée qui, elle,
inscrit l’enfant dans le savoir humain.
C’est peut-être cette particularité qui va amener, au-delà de la période
sensorimotrice, les difficultés de communication que l’on connaît chez
ces enfants.

La dimension tonico-émotionnelle est particulière chez ces enfants. Dans
le développement typique, l’équilibre entre les aspects archaïques et
récents des signaux sensorimoteurs se transforme. Par exemple, dans le
domaine tactile, l’aspect archaïque domine chez le nouveau-né et
entraîne des réponses toniques qui peuvent être contenues et signifiées
par la personne en interaction avec le bébé. Avec les progrès des activités
instrumentales, le système tactile récent prend du poids et les actions
peuvent être spatialement orientées dans un projet, les fonctions
archaïques jouent alors un rôle de support tonique.
Chez l’enfant à risque le recrutement tonique est investi différemment :
la mobilisation globale que suscite le recrutement permet, sur le
moment, un ressenti global de l’organisme qui se substitue aux fonctions représentatives. Les aspects émotionnels sont reliés à ces ressentis
corporels plutôt qu’utilisés comme moyens de partage avec le milieu.
Cet investissement différent de la composante émotionnelle va rendre
difficile le partage émotionnel, prémisses à l’attention partagée qui, elle,
inscrit l’enfant dans le savoir humain.
C’est peut-être cette particularité qui va amener, au-delà de la période
sensorimotrice, les difficultés de communication que l’on connaît chez
ces enfants.

137

137

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

Approche sensorimotrice des troubles envahissants du développement

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

Approche sensorimotrice des troubles envahissants du développement

Conclusion

Conclusion

La perspective offerte, en suivant l’axe de développement, permet de
dégager une suite d’espaces qui obéissent à des niveaux de géométrie différents. L’espace oral va privilégier la dimension topologique dedans/
dehors. La constitution de cette frontière crée la contenance. Les difficultés
dans cette constitution se répercutent tout au long du développement.
On peut observer des enfants plus âgés qui, au moment de franchir une
frontière (le bord d’un tapis, un seuil), non seulement hésitent mais réactivent très fortement la zone orale, comme pour vérifier que le passage
de cette frontière n’entraînerait pas une perte de contenance.

La perspective offerte, en suivant l’axe de développement, permet de
dégager une suite d’espaces qui obéissent à des niveaux de géométrie différents. L’espace oral va privilégier la dimension topologique dedans/
dehors. La constitution de cette frontière crée la contenance. Les difficultés
dans cette constitution se répercutent tout au long du développement.
On peut observer des enfants plus âgés qui, au moment de franchir une
frontière (le bord d’un tapis, un seuil), non seulement hésitent mais réactivent très fortement la zone orale, comme pour vérifier que le passage
de cette frontière n’entraînerait pas une perte de contenance.

La maîtrise du buste crée une «épaisseur», un arrière-fond. Sans cet équilibre entre extension et enroulement, les agrippements à autrui, associés
à un effondrement tonique, sont les solutions observées fréquemment
chez l’enfant à risque. Le tonus du buste est réglé par tout ou rien.
L’absence de gradient tonique ne permet pas de créer une épaisseur et
une distance interpersonnelle.

La maîtrise du buste crée une «épaisseur», un arrière-fond. Sans cet équilibre entre extension et enroulement, les agrippements à autrui, associés
à un effondrement tonique, sont les solutions observées fréquemment
chez l’enfant à risque. Le tonus du buste est réglé par tout ou rien.
L’absence de gradient tonique ne permet pas de créer une épaisseur et
une distance interpersonnelle.

La maîtrise du torse, la constitution de l’axe corporel, cette géométrie
polaire crée une liaison entre les espaces gauche et droit, c’est l’espace de
préhension au sein duquel la zone orale a sa place et où les mains sont
susceptibles de coopérer pour des actions finalisées. Le défaut de coordination se manifeste par une sollicitation forte de la zone orale, par un
déséquilibre tonique entre les hémicorps, c’est un clivage gauche/droite
auquel sont associées des difficultés dans la réalisation de tâches spatialement orientées.
La maîtrise du corps suppose l’investissement du bassin. Son défaut se
caractérise par un clivage entre le haut et le bas du corps qui rend difficile
l’investissement des membres inférieurs et la compréhension du corps
comme articulé et mobile.
La fragilité des différents espaces, les clivages et les particularités de l’in-

138

La maîtrise du torse, la constitution de l’axe corporel, cette géométrie
polaire crée une liaison entre les espaces gauche et droit, c’est l’espace de
préhension au sein duquel la zone orale a sa place et où les mains sont
susceptibles de coopérer pour des actions finalisées. Le défaut de coordination se manifeste par une sollicitation forte de la zone orale, par un
déséquilibre tonique entre les hémicorps, c’est un clivage gauche/droite
auquel sont associées des difficultés dans la réalisation de tâches spatialement orientées.
La maîtrise du corps suppose l’investissement du bassin. Son défaut se
caractérise par un clivage entre le haut et le bas du corps qui rend difficile
l’investissement des membres inférieurs et la compréhension du corps
comme articulé et mobile.
La fragilité des différents espaces, les clivages et les particularités de l’in-

138

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

André BULLINGER

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

André BULLINGER

Approche sensorimotrice des troubles envahissants du développement

vestissement tonico-émotionnel caractérisent l’enfant à risque.
Cependant, avec le développement, l’expression des troubles se transforme. De ce fait, les moyens thérapeutiques doivent évoluer et offrir les
points d’appui adaptés. Il est alors essentiel de réaliser des observations
qui permettent de faire des propositions de soins qui ne relèvent pas
d’un a priori normatif. ■

vestissement tonico-émotionnel caractérisent l’enfant à risque.
Cependant, avec le développement, l’expression des troubles se transforme. De ce fait, les moyens thérapeutiques doivent évoluer et offrir les
points d’appui adaptés. Il est alors essentiel de réaliser des observations
qui permettent de faire des propositions de soins qui ne relèvent pas
d’un a priori normatif. ■

Bibliographie

Bibliographie

139

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

1. Bullinger A. (2004), le Développement sensorimoteur de l’enfant et ses avatars, RamonvilleSaint-Agne, Érès.
2. Bullinger A. (in press), «Le développement psychomoteur», in Traité européen de
psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, Paris, Flammarion.
3. Vasseur R. (2000), «Importance des aspects biomécaniques et des points d’appui
posturaux dans la genèse de l’axe corporel», Enfance, 3 : 221-233.
4. Wallon H. (1942), De l’acte à la pensée, Paris, Flammarion.

1. Bullinger A. (2004), le Développement sensorimoteur de l’enfant et ses avatars, RamonvilleSaint-Agne, Érès.
2. Bullinger A. (in press), «Le développement psychomoteur», in Traité européen de
psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, Paris, Flammarion.
3. Vasseur R. (2000), «Importance des aspects biomécaniques et des points d’appui
posturaux dans la genèse de l’axe corporel», Enfance, 3 : 221-233.
4. Wallon H. (1942), De l’acte à la pensée, Paris, Flammarion.

139

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.149 - 06/03/2013 16h09. © ERES

Approche sensorimotrice des troubles envahissants du développement


Aperçu du document Approche sensorimotrice des TED.pdf - page 1/16

 
Approche sensorimotrice des TED.pdf - page 2/16
Approche sensorimotrice des TED.pdf - page 3/16
Approche sensorimotrice des TED.pdf - page 4/16
Approche sensorimotrice des TED.pdf - page 5/16
Approche sensorimotrice des TED.pdf - page 6/16
 




Télécharger le fichier (PDF)




Sur le même sujet..





Ce fichier a été mis en ligne par un utilisateur du site. Identifiant unique du document: 00160178.
⚠️  Signaler un contenu illicite
Pour plus d'informations sur notre politique de lutte contre la diffusion illicite de contenus protégés par droit d'auteur, consultez notre page dédiée.