Economie de la Presse française mars 2013 .pdf



Nom original: Economie de la Presse française - mars 2013.pdf
Titre: Diapositive 1
Auteur: Thomas

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® PowerPoint® 2013, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 09/03/2013 à 18:25, depuis l'adresse IP 78.122.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1774 fois.
Taille du document: 2.1 Mo (48 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

Plan du Cours
1.

Séance Introductive
Panorama Synthétique de l’Industrie des
Médias

2.

Le Marché Français des Médias
Trend - Economie - Acteurs - Enjeux

3. Économie de la Presse
4. Économie de l’Audiovisuel

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

I - Le Marché la Presse Française - Aperçu Synthétique
1– Diffusion de la presse française
La Presse Payante Française représente 4,1 Mrd exemplaires en 2011,
avec 858 titres contrôlés par l’OJD (Office de Justification de la
Diffusion) Une évolution de -2.3% vs 2010
Presse française payante

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

I- Le Marché la Presse Française - Aperçu Synthétique
- Evolution par catégorie de presse -

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

I- Le Marché la Presse Française - Aperçu Synthétique
2 – Diffusion de la Presse Quotidienne
La Presse Quotidienne
payante représente
6.241.000 quotidiens diffusés
(-2% vs 2010)
La Presse Quotidienne
Gratuite représente
2.771.000 quotidiens gratuits
d'information
PQR: 53% des exemplaires avec 53 titres
PQN: 18% des exemplaires avec 16 titres
PQG: 21% des exemplaires avec 35 éditions
PQ 7è jour: 8% des exemplaires avec 42 titres

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

Evolution de longue période

Alors qu'entre 1945 et 2005, 16 quotidiens nationaux ferment leurs portes
et que le tirage globale de la PQN recule de 59%, cette chute semble
ralentir nettement ces six dernières années, qui sont pourtant celles de
l'explosion du web, de l'information en ligne et des réseaux

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

I- Le Marché la Presse Française - Aperçu Synthétique
Presse Quotidienne Nationale payante

1,71 millions
d’exemplaires distribués
chaque jour en France à
travers 16 titres
+1,4% vs 2010

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

I- Le Marché la Presse Française - Aperçu Synthétique
Presse Quotidienne Gratuite d’information

2,71 millions
d’exemplaires distribués
chaque jour en France à
travers 35 éditions
+9,1% vs 2010

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

I- Le Marché la Presse Française - Aperçu Synthétique
Presse Quotidienne Régionale

4,86 millions
d’exemplaires distribués
chaque jour en France à
travers 53 titres
-2,3% vs 2010

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

I- Le Marché la Presse Française - Aperçu Synthétique
- Evolution de la diffusion des gratuits -

- Evolution de la diffusion
de la PQN et de la PQR -

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

I- Le Marché la Presse Française - Aperçu Synthétique
Presse Quotidienne du 7ème jour

4,25 millions
d’exemplaires distribués
chaque semaine en
France à travers 42 titres
-1,8% vs 2010

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

I- Le Marché la Presse Française - Aperçu Synthétique
2 – Diffusion de la Presse Magazine
La Presse Magazine
représente 1,67Mrd
d’exemplaires sur 407 titres
contrôlés par l’OJD
(-3,1% vs 2010)
Dont 17% suppléments TV,
11% supplément féminins

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

I- Le Marché la Presse Française - Aperçu Synthétique
2 – Diffusion de la Presse Magazine

Progression régulière des féminins au détriment de la Presse Loisirs

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

I- Le Marché la Presse Française - Aperçu Synthétique
3. Mode de diffusion de la presse payante française

Le poids de la vente au numéro individuelle baisse régulièrement
au profit du portage à domicile et de la diffusion par tiers.

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Octobre 2010

I- Le Marché la Presse Française - Aperçu Synthétique
Modes de diffusion par familles de presse

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

I- Le Marché la Presse Française - Aperçu Synthétique
4 – Evolution de la demande
La presse demeure une valeur de référence en matière d’information

Evolution [1987-2010] du sondage annuel TNS – SOFRES:
Selon vous, les choses se sont passées réellement ou à peu près
comme le décrivent les journaux, la radio, la télévision ou Internet

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

I- Le Marché la Presse Française - Aperçu Synthétique
Recul du livre et de la presse dans le budget des ménages

Depuis le début des années 1990, la presse et le livre reculent dans le
budget des ménages.
Le recul de la presse est lié aux comportements des nouvelles générations
qui y consacrent une part de leur budget de plus en plus faible. Quant au
livre, sa part diminue dans le budget des ménages, quelle que soit la
génération.
Ces évolutions n’ont pas modifié les écarts entre catégories
socioprofessionnelles. La part du budget consacrée à la presse est la
même dans toutes les catégories sociales alors que celle consacrée au
livre est très variable. Ainsi, un ménage cadre dépense 70% de plus que la
moyenne en livres et un ménage ouvrier 30% de moins.
En 2006, les ménages vivant en France ont dépensé 6,9 milliards d’euros
en journaux et revues et 3,5 milliards d’euros en livres. Ces deux secteurs
évoluent de la même manière : progression jusqu’au début des années
1990 et stagnation depuis (graphique).

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

I- Le Marché la Presse Française - Aperçu Synthétique
- Dépenses des ménages en livres et presse -

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

I- Le Marché la Presse Française - Aperçu Synthétique
Mais lorsqu’on considère la part de ces achats dans l’ensemble de la
consommation des ménages, il en va tout autrement.
Les ménages consacrent, en 2006, moins de 1% de leur budget à l’achat de
journaux et de magazines et moins de 0,5% au livre.
Le recul a été particulièrement net au début des années 1990 après deux
décennies de stabilité : la part budgétaire consacrée au livre et à la presse a
diminué d’un tiers depuis 1970 (graphique).

- Part de la presse et du livre dans le budget des ménages -

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

II- Le modèle économique de la presse française
1. Le modèle d’affaires global

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Le modèle d’affaires global

Novembre 2012

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

2. Structure des revenus des entreprises de presse
Evolution du chiffre d’affaires de la presse française

Répartition du chiffre d'affaires de la
presse par type de recettes
En 2011, plus de la moitié des recettes
proviennent des ventes.

Novembre 2012

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

Évolution tendancielle des recettes de la presse française : 1990 – 2005

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Evolution et répartition du chiffre
d’affaires de la presse payante
par type de recettes

Répartition du chiffre d'affaires
par catégorie de presse

Novembre 2012

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Evolution du chiffre d'affaires par catégorie de presse
(En millions d'euros courants)

Novembre 2012

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

Répartition du chiffre d'affaires par catégorie de presse et par type
de recettes

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

3. Structure des coûts des entreprises de presse
Composition des Coûts

Les Aides à la presse

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

4. Evolution des performances économiques de la presse
Evolution du résultat net et de la rentabilité opérationnelle du secteur de la
presse quotidienne (1996-2005)

Excédent Brut d’Exploitation (EBE): correspond au bénéfice brut de l’entreprise

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

Evolution du résultat net et de la rentabilité opérationnelle du secteur de la
presse magazine (1996-2005)

Excédent Brut d’Exploitation (EBE): correspond au bénéfice brut de l’entreprise

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Novembre 2012

Comparaison internationale des marges opérationnelles
des magazines et des quotidiens

La marge opérationnelle (MOP) ou marge d'exploitation correspond au rapport entre le
résultat d'exploitation et le chiffre d'affaires

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

4. Evolutions de la Presse
4.1. Presse quotidienne

PQR:
Course à l’effet de taille
2002 :
une logique de
groupes petits et
moyens

Février 2012

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

2008 :
la constitution de très
grands ensembles

Février 2012

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Février 2012

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Audience des sites Internet de la PQR en France

Février 2012

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Taux de pénétration réel des titres de PQR français

Le tableau met en exergue
la pénétration de chaque
titre de PQR dans sa zone
de diffusion. L’indice TPR
(taux de pénétration réel)
calculé tient compte de
l’ensemble de la population
des départements
concernés.

Février 2012

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Taux de pénétration réel des titres de PQR français

Le tableau met en exergue
la pénétration de chaque
titre de PQR dans sa zone
de diffusion. L’indice TPR
(taux de pénétration réel)
calculé tient compte de
l’ensemble de la population
des départements
concernés.

Février 2012

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

La PQN en France

Février 2012

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Février 2012

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

4.2. Evolution des métiers de la presse

Février 2012

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Février 2012

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Février 2012

5. Quels nouveaux modèles?
5.1. Les faits: crise généralisée de l’imprimé
Fermeture de titres, basculement vers le numérique, plans sociaux à répétition :
2012 aura été une année noire pour les journaux papier dans tout le monde
occidental.
Vendredi 7 décembre, le Financial Times Deutschland a publié son dernier
numéro. Faute de rentabilité, le quotidien économique allemand disparaît,
laissant 350 journalistes sur le carreau.

La veille, l'hebdomadaire américain Newsweek préparait ses salariés à des
coupes féroces dans les effectifs. Lâché par la moitié de ses lecteurs en vingt
ans, le journal cessera d'être imprimé fin 2012 pour ne plus exister que sur
Internet.
En France aussi, les journalistes de La Tribune ont annoncé, le 6 décembre,
l'ouverture, en janvier 2013, d'un nouveau guichet de départ. Une dizaine de
rédacteurs, sur 26, devrait quitter la rédaction d'un titre qui a déserté les
kiosques début 2012 pour passer sur le Web.

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Février 2012

En Espagne, des restructurations brutales ébranlent les plus grands quotidiens.
Après El Mundo, c'est l'emblématique journal du centre gauche El Pais qui vient
d'annoncer un plan de licenciement touchant près du tiers de ses effectifs.
Même l'Allemagne, pourtant longtemps le pays roi de la presse écrite, n'est donc
plus épargnée. Avant le FTD, le quotidien de centre gaucheFrankfurter
Rundschau a déposé le bilan mi-novembre.
La crise de la presse fait aussi des ravages aux Etats-Unis. Pas un mois ne
passe sans qu'un journal n'y annonce son passage au tout numérique, souvent
dernière étape avant la disparition. Un site Internet, Newspapers Death Watch,
recense les fermetures...

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Février 2012

5.2. Des bouleversements structurels
La crise n'est pas cyclique, elle est structurelle. Les journaux des pays
développés ne retrouveront jamais les niveaux de lectorat et de publicité
d'autrefois, et l’on prédit une année 2013 encore bien pire.
Les causes sont connues mais gagnent en puissance depuis plusieurs mois. La
concurrence d'Internet, la démultiplication de l'offre d'information gratuite, ont
profondément modifié les habitudes des lecteurs. Aujourd'hui, 46,6 % des
Français sont équipés d'un smartphone. Plus d'un milliard de téléphones
intelligents et de tablettes devraient être vendus dans le monde en 2013.
Cette révolution numérique bouleverse le modèle économique de la presse
traditionnelle, dont les revenus publicitaires s'effondrent au profit d'Internet.
En France, au premier semestre 2012, les recettes publicitaires des journaux ont
baissé de 8,1 %, bien plus que pour les autres médias, d'après l'Institut de
recherches et d'études publicitaires (IREP). Pour se défendre, les éditeurs de
presse en France, en Allemagne, en Italie, en Suisse, réclament une taxe
Google. Leur objectif : faire payer les moteurs de recherche - en première ligne,
le géant américain - pour la reprise de leurs contenus.

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Février 2012

La fin du papier comme média de masse ?
Le journal imprimé est-il donc voué à disparaître ? La plupart des spécialistes
continuent de lui voir un avenir mais dans un cadre profondément renouvelé.

Le papier passera de média de masse à média de niche.
Seule une poignée de journaux pourront s'en sortir. Une presse quotidienne
élitiste vendue, d'ici cinq ans, à 3-4 euros l'exemplaire, ciblant un lectorat haut
de gamme lui permettant d'attirer les annonceurs.
Pour autant, la presse papier n'est pas condamnée à mourir, à condition de
développer une vraie stratégie multi-écrans et de se diversifier.

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Février 2012

Les ventes numériques commencent à compenser la chute du print
Les ventes d'exemplaires numériques ont commencé à décoller pour les
quotidiens. Pour certains, comme Libération, Le Figaro ou Le Soir, elles
compensent même les baisses de diffusion du papier en 2012.
Comme la plupart des titres de presse quotidienne, les ventes papier
du Soir souffrent : -4,63% en 2012 (74 607 exemplaires contre 78 226 en 2011).
Mais dans le même temps, sa diffusion digitale a fait un bond de près de 400%,
passant de 1 178 exemplaires quotidiens à 4 517.
Pour 3 619 ventes papier perdues en 2012, Le Soir a gagné 3 339 exemplaires
numériques. Les ventes numériques compensent quasiment les pertes du
papier, et vu la marge de progression du côté du digital, on peut penser que les
courbes se croiseront en 2013.
En 2011, Libération vendait en moyenne 4 597 exemplaires numériques par jour.
En 2012, le chiffre a quasiment doublé pour atteindre 8 899 exemplaires, soit un
gain de 4 302 ex/jour. Dans le même temps, les ventes des exemplaires papier
(diffusion payée France + étranger) baissaient de 4 445 exemplaires. Là aussi,
la hausse du numérique compense quasiment la baisse du papier.

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Février 2012

Même progression au Figaro qui a vu ses ventes d'exemplaires numériques
bondir de plus de 127% en un an pour atteindre 7 273 exemplaires/jour (gain de
4 076 exemplaires).
Grâce à ses ventes numériques, Le Figaro a été l'un des seuls quotidiens
nationaux à terminer l'année 2012 positivement. S'il n’avait compté que sur ses
ventes papier, le journal aurait terminé l'année en très léger recul (323 170
exemplaires vendus chaque jour contre 326 170 en 2011).
Avec la progression des ventes numériques, ce léger recul devient une légère
hausse.
Le phénomène est encore plus prononcé pour Le Monde. Ses ventes
numériques représentent déjà 8,2% de sa diffusion payées totale (25 820
ex/jour). Au Figaro, elles ne représentent que 2,2% et 7,2% pour Libération.
Pour autant, les 8 957 exemplaires numériques vendus en plus chaque jour de
2012 par rapport à 2011 ne suffisent pas à compenser les 15 996 exemplaires
papiers disparus. Le Monde a beau être le premier vendeur de quotidiens
nationaux numériques, il fait aussi partie de ceux qui perdent le plus de ventes
papiers.

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Février 2012

La progression des ventes numériques des autres quotidiens nationaux est
également remaquable:
- Les Echos : 9 757 ex/ jour (+50,4%)
- La Croix : 2 885 ex/jour (+ 327%)
- L'Equipe : 3 017 ex/jour (+28%)
Seuls L'Humanité et plus étonnamment Aujourd'hui en France, semblent avoir
raté le train des ventes numériques, avec 4 exemplaires numériques vendus
seulement chaque jour pour le premier et 58 pour le second.
L'année 2013 devrait donc être décisive en la matière. S'ils réussissent à freiner
la chute de leurs ventes papiers et continuent de faire progresser fortement leurs
ventes numériques, ce que les chiffres laissent présager, la plupart des
quotidiens nationaux devraient assez nettement compenser les pertes de ventes
print par le numérique

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Février 2012

5.3. Un modèle à bâtir sur le web
A la recherche d'un nouveau modèle pour exister sur la Toile, les journaux n'ont
pas trouvé la bonne formule.
Les revenus d'un journal sont encore essentiellement tirés du papier. La
stratégie 100 % numérique reste un pari hasardeux, comme en témoignent les
déboires de La Tribune. Le titre, fondé au milieu des années 1980, n'a
quasiment jamais gagné d'argent, et le passage en ligne n'a pas inversé cette
tendance.
Avant d'en arriver à cette extrémité, les journaux testent des solutions mixtes.
Le Guardian, au Royaume-Uni, publie ses informations en libre accès sur son
site avant d'en livrer une version plus détaillée sur le papier. Mais s'il touche une
large audience, le journal ne parvient pas à la monétiser et perd de l'argent.
Le New York Times essaie la formule "au compteur" : le lecteur peut consulter
gratuitement une dizaine d'articles sur son site, au-delà, il doit s'abonner. Le
système remporte un certain succès mais ne permet pas encore de compenser
le manque à gagner publicitaire.
En France, le quotidien Les Echos a lancé un modèle similaire.

L2 Info-Com Université de Nice – Sophia Antipolis

Février 2012

Une diversification indispensable
Les groupes de presse qui se sont le mieux adaptés sont allés chercher de
nouveaux revenus dans des activités purement Internet.
l'allemand Axel Springer (Bild, Die Welt) et le norvégien Schibsted (20 minutes)
qui ont mis la main sur des sites Web de petites annonces réalisent une bonne
part de leur chiffre d'affaires hors presse.
Dans cette logique, de plus en plus de journaux se diversifient en nouant des
partenariats dans des activités en ligne avec leur "ADN". Le Figaro a son club de
vin, le Times et le Sunday Times, outre-Manche, leur "club de whisky" avec, au
menu, dégustations et e-commerce.

Cas pratiques



Documents similaires


economie de la presse francaise mars 2013
economie de la television francaise
synthese 2012 2013
these page de titre 1 1 1
creation seminaire
mediations therapeutiques par l art


Sur le même sujet..