osteoporose sage femme .pdf



Nom original: osteoporose sage femme.pdfTitre: osteoporose sage femmeAuteur: Carole

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par soffice / Mac OS X 10.6.6 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/03/2013 à 13:43, depuis l'adresse IP 193.54.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 990 fois.
Taille du document: 77.2 Mo (65 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Définition de l’ostéoporose

Ostéoporose2

“L’Ostéoporose est une maladie caractérisée par une
diminution de la masse osseuse et une diminution de la
quantité de l’os qui altèrent la résistance osseuse et
augmentent le risque de fractures” 1

Normal2

1. Consenses Development Conference, JAMA 2001; 285: 785-95; 2. Dempster DW et al, J Bone Miner Res. 1986; 1: 15-21

! Définition :

ostéoporose

!diminution de la masse osseuse (= déficit quantitatif de
tissu osseux)
!≠ ostéomalacie (« os mou ») liée à une carence en
vitamine D : mauvaise fixation du calcium sur l’os
!charge en calcium conservée
!amincissement des travées osseuses
!Jusqu’à la rupture

Le remodelage
osseux

Les 2 groupes
d’acteurs du
remodelage
osseux

1. Cellules
formatrices :
OSTEOBLASTES

2. Cellules de la
résorption :
OSTEOCLASTES

 L’os = un tissu
vivant en
perpétuel
remodelage

Phase de repos

Début

Phase de régénération

(durée du processus :
~ 2 semaines)

Ostéoclaste

Résorption

Le processus de
remodelage osseux
Remodelage
terminé

Ostéoblastes

Ostéoformation

Phase de repos

Début

!

Phase de régénération

(durée du processus :
~ 2 semaines)

Ostéoclaste

Résorption

En cas d’ostéoporose :
↑ du remodelage
osseux

Remodelage
terminé

!
ostéoblastes

Ostéoformation

L’os normal est formé de
travées

+1 an

Détérioration de la micro-architecture
osseuse chez des femmes ménopausées

Inclusion

Dufresne et al, J Bone Min Res 2002, 17 (Suppl 1): SU340

Rôle du remodelage osseux sur la qualité de
l’os

Réparation inadéquate
des micro-lésions osseuses

Ostéoporose = hyper-remodelage osseux
Déséquilibre : Résorption > formation

Minéralisation
insuffisante

Architecture osseuse altérée

Risque de fracture

Meunier, L’ostéoporose, Masson, Paris, 2002 P.13
Bartl, Ostéoporose, Ed. Maloine, 2003 p.6-7

Processus de rupture des travées

Mosekilde, Bone Miner 1990, 10: 13-35

Enjeu de l’ostéoporose :

fréquent

! un problème de santé publique :


coûteux





grave

augmente avec le vieillissement de la
population




mise en jeu du pronostic vital par ses
complications fracturaires

L’ostéoporose post-ménopausique :
Un enjeu de santé publique

Les fractures ostéoporotiques
sont :

 fréquentes :
plus d'1 femme sur 3 après 50 ans,
aura une fracture ostéoporotique
(1)

 associées à une augmentation de
la mortalité (2)

(1) Melton L.J. III, JBMR, 1992
(2) J.D Cauley Osteoporosis Int.
2000

… A la ménopause

En France, plus de 3 millions de femmes de plus de 50 ans
auraient au moins un facteur de risque d’ostéoporose.(1)

En France, 25 % des femmes de 65 ans et 50 % des femmes de plus
de 80 ans présenteraient une ostéoporose.(2)

Après 50 ans, le risque de fracture du col du fémur double tous les 5 à
7 ans.(3)

Environ 40% des femmes de 50 ans, souffriront avant la fin de leur vie
d’une ou plusieurs fractures.(3)

(1) Amamra N et al. Estimation du nombre de femmes françaises à risque d’ostéoporose... susceptibles de bénéficier d’une ostéodensitométrie
Revue du rhumatisme 2004;71:790-800..
(2) DGS/ GTNDO. Ostéoporosose. Version du 27/03/03.
(3) AFSSAPS. Traitement de l’ostéoporose post-ménopausique argumentaire janvier 2006 p3

(1) Baudoin. Lettre du rhumato Mars 98
(2) Ribot C. Rev. Rhum. 1993
(3) Expertise collective INSERM. Ed. INSERM 1996,
Paris

67 ans 2

81 ans 3

40 à 60 ans 1

Signes radiologiques
! Amincissement des corticales : liseré fin
(= « liseré de deuil »)
! Déminéralisation osseuse diffuse
!Attention : ne permet pas de faire le
diagnostic !
! Tassements vertébraux
!en coin
!en galette
!biconcaves
!respectent le rachis cervical et dorsal
haut (jamais au-dessus de D6)

Les principales manifestations cliniques :

La fracture de l’extrémité supérieure du fémur

En France, on estime qu’il survient plus de 50 000 fractures du
col du
fémur (hanche) par an. (1)

Diaphyse
fémorale

Grand
trochanter

Tête fémorale

Région
intertrochantérienne

50% des femmes gardent un handicap, plus ou moins sévère,
conduisant
fréquemment à l’institutionnalisation. (2)

Col fémoral
Petit
trochanter

1) DGS/ GTNDO. Ostéoporosose. Version du 27/03/03.
2) Meunier PJ, et al. L’ostéoporose un problème majeur de santé publique. L’ostéoporose. Masson éditeur (Paris) 2005:3-9

(1)

.

(2)

Les principales manifestations cliniques
La fracture du poignet

 Fait suite à une chute sur la main tendue

Radius

Cubitus

Fracture prédictive d’autres fractures par fragilité

Déplacement du radius

1) GRIO (Groupe de Recherche et d’Information sur les Ostéoporoses). Ostéoporoses, 2ème édition p98-99 Doin Editeurs, Paris, 2005.
2) Meunier PJ, et al. L’ostéoporose un problème majeur de santé publique. L’ostéoporose. Masson éditeur (Paris) 2005:3-9

.

Les conséquences :
Fractures vertébrales
• Douleurs dorsales fréquentes
• Perte de mobilité modérée
• Cyphose
• Retentissement respiratoire
Fractures de l’extrémité supérieure du fémur

• Impotence fonctionnelle importante avec perte
d’autonomie

Les conséquences :
Sur la mortalité

! Fracture de la hanche :

20 à 30% des victimes d’une fracture de l’extrémité supérieure
du fémur décèdent dans la première année.(1)

! Fractures vertébrales :
Augmentation de 32 % du risque de mortalité

(par rapport à une population de femmes ne développant pas de fracture
vertébrale lors d’un suivi de 8 ans).(2)

1) Meunier PJ, et al. L’ostéoporose un problème majeur de santé publique. L’ostéoporose. Masson éditeur (Paris) 2005:3-9
2) Kado 2003, p589. Kado DM, Duong T, Stone KL, et al. Incident vertebral fractures and mortality in older women: a prospective study. Osteoporos Int.
2003;14:589-594.

Les conséquences :
La cascade fracturaire *

* Cascade fracturaire = antécédent de fractures et risque de nouvelle fracture

(1)

La notion de cascade fracturaire souligne la nécessité d’un dépistage
le plus précoce possible des femmes à risque de fracture (1)

1) Klotzbuecher CM, et al. Patients with prior fractures have an increased risk of future fractures : A summary of the literature and statistical synthesis.
J Bone Min Res 2000;15:721-39
2) Segal 2005, pp507-509. Segal E, Zinnman C, Raz B, et al. Second hip fracture in elderly hip fracture patients: cost and effectiveness of fracture
prevention treatment. Age Ageing. 2005;34:507-510.

Les conséquences :
Sur le coût économique

• En France, coûts annuels dus aux fractures ostéoporotiques : 806
millions €(1)
• Une maladie entraînant des COÛTS MÉDICAUX (2)

Estimation du coût des fractures ostéoporotiques non vertébrales réalisée à partir des pratiques observées lors de 2 études
cliniques, dans 5 pays européens dont la France. À ces pratiques ont été appliqués les coûts de ces fractures selon la CNAM
et le PMSI. Cette étude publiée en 2006 a porté sur 533 femmes atteintes d’ostéoporose post-ménopausique, prises en
charge pour au moins une fracture liée à leur ostéoporose.

1) ANAES / Service évaluation ds pratiques / Juillet 2004 : Diagnostic de l’ostéoporose chez les femmes ménopausées.
2) Bouee S et al. Estimation of direct unit costs associated with non-vertebral osteoporotic fractures in five european countries. Rheumatol Int 2006;26:1063-72

Objectifs de la prise en charge
de l’ostéoporose

Les recommandations de l’AFSSAPS 2006 proposent une
stratégie de décision en fonction de l’ensemble des facteurs
de risque de fracture.

D’après ces recommandations, « l’objectif du traitement
est de prévenir la survenue de fracture dans les 5 à 10
ans (1) ».

L’objectif de santé publique « est de réduire de 10 %
l’incidence des fractures de l’extrémité supérieure du
fémur (2) »

1) AFSSAPS. Traitement médicamenteux de l’ostéoporose post-ménopausique. Actualisation janvier 2006.
2) DGS/ GTNDO. Ostéoporosose. Version du 27/03/03.

LE DIAGNOSTIC

Biologie NORMALE
! Bilan biologique phosphocalcique normal :
!calcémie normale
!phosphorémie normale
!régulation efficace

! Pas de syndrome inflammatoire biologique (VS et CRP
normales)

Faible indice de masse corporelle (< 19
kg/m²)

Antécédents familiaux de fracture
ostéoporotique

Alimentation (carence vitamine D et



Alcool ou tabac

Faible activité physique

calcium)



Risque de chute (déficit visuel, maladie







Identifier les facteurs de risque de
masse osseuse basse
 Age
 Sexe féminin
 Race caucasienne ou asiatique
 Ménopause précoce ou
chirurgicale
 Absence de THS
 Corticoïdes



neurologique ou musculaire ...)

Ostéoporose primitive commune

! Pas de maladie associée
! La plus fréquente
= Ostéoporose post ménopausique

Ostéoporoses secondaires

! Corticoïdes
! Hyperthyroïdie
! Hypogonadisme
! Hémochromatose
! Troubles digestifs
d ’absorption

La démarche diagnostique

Mesure de la Densité Minérale Osseuse

La résistance osseuse, donc le risque de
fracture, est évaluée en fonction, notamment,
du contenu minéral osseux ou de la densité
minérale osseuse (DMO), mesurée par
densitométrie osseuse.(1)

1) HAS. Comment prévenir les fractures dues à l’ostéoporose - fiche de synthèse - Mai 2007 p1

La démarche diagnostique
 Un examen clinique et un interrogatoire
 Une mesure de la Densité Minérale Osseuse (DMO)
comparée à une population témoin

Densitométrie osseuse
! Absorptiométrie bi-photonique par rayons X
! Peu irradiant (≈1j d’irradiation naturelle)

! Seul examen qui affirme le diagnostic d’ostéoporose
! Valeur corrélée au risque fracturaire

Mesure de la Densité Minérale Osseuse
Ostéodensitométrie

P r i n c i p e : m e s u r e d e
l’atténuation de deux
rayonnements X à travers le
corps humain.(1)
Unité en gramme/cm2.
Plus le tissu est dense, plus le
rayon X est atténué.
On mesure la densité sur 2
sites : le rachis lombaire et
l’extrémité supérieure du fémur.
(1)
1) HAS rapport ostéodensitométrie [absorptiométrie osseuse] sur 2 sites, par méthode biphotonique - Juin 2006 pages 24-25

Densitométrie osseuse :
mesures au rachis lombaire et au col fémoral

Mesure de la Densité Minérale Osseuse
Ostéodensitométrie : interprétation

Son résultat est exprimé par le T-score, écart entre la
densité osseuse mesurée et la densité osseuse
théorique de l’adulte jeune de même sexe, au même
site osseux (rachis lombaire, extrémité supérieure du
fémur ou poignet).

1) HAS. Comment prévenir les fractures dues à l’ostéoporose - fiche de synthèse - Mai 2007 p1

OSTÉOPOROSE
LES TRAITEMENTS

Assurer une ration alimentaire
équilibrée en calcium

équilibrée

Assurer une ration

Saumon

Hareng

Anguille

Emmental

Oeuf

Beurre

Teneur pour 100 g d’aliments

300

650

900

5000

100

200

40

Vitamine D (UI)

800 Unités/j

en Vitamine D

Sardines

Hygiène de vie

Avec le kinésithérapeute: travail musculaire,
amélioration de l’équilibre.

Diminution du risque fracturaire
par l’activité physique
et la prévention des chutes


Aperçu du document osteoporose sage femme.pdf - page 1/65
 
osteoporose sage femme.pdf - page 3/65
osteoporose sage femme.pdf - page 4/65
osteoporose sage femme.pdf - page 5/65
osteoporose sage femme.pdf - page 6/65
 




Télécharger le fichier (PDF)


Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte




Documents similaires


incidence des fractures vertebrales chez les enfants traites par glucocorticoides
09 04 18 osteoporose deprez1
cours ifsi vieillissement osseux s1 2 2 2010 orcel
vfa
insuffisance en vitamine d chez les adultes
effets osseux de la contraception orale

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.034s