Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils Recherche Aide Contact



GREOUX iti 2 T .pdf



Nom original: GREOUX iti 2 T.pdf
Auteur: User

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Office Word 2007, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 12/03/2013 à 17:12, depuis l'adresse IP 109.130.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 709 fois.
Taille du document: 6.1 Mo (27 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


DECOUVERTE DES ALPES DE HAUTE PROVENCE EN 2009
Gréoux-les-Bains – itinéraire 2 – 102 km
OT
Place des Héros de la Résistance
04210 VALENSOLE
Tel: 04 92 74 90 02
ot.valensole@wanadoo.fr

http://www.ot-valensole.com/index.php?i=5
mairie.valensole@wanadoo.fr;
http://www.valensole.fr/sections.php?op=viewarticle&artid=144

A. Gréoux les Bains
B. Valensole
C. Riez
D. Allemagne en Provence
E. Saint Martin de Brômes
F. Esparron de Verdon
G. Quinson
H. Saint-Julien le Montaignier
I. Gréoux les Bains

A. Gréoux les Bains
OT
7, Place de l'Hôtel de Ville
04800 Gréoux les bains
Tel : 04.92.78.01.08

http://www.greoux-les-bains.com/accueil.php?type=1&lang=fr
tourisme@greoux-les-bains.com

B. Valensole
OT
Place des Héros de la Résistance
04210 VALENSOLE
Tel: 04 92 74 90 02
ot.valensole@wanadoo.fr

http://www.ot-valensole.com/index.php?i=5
mairie.valensole@wanadoo.fr;
http://www.valensole.fr/sections.php?op=viewarticle&artid=144

Rue Albert Richaud

Rue des Remparts

Place du Marché ; rue des Ancres ; cour du Doyenné
L’église paroissiale Saint-Blaise, ancien prieuré de l’abbaye de Cluny fondé par saint Maïeul, domine le
village. Elle possédait un cloître, qui a disparu mais dont on retrouve les traces dans les maisons avoisinantes.
L’ensemble du bâtiment est inscrit avec la cour qui avoisine depuis le 24 janvier 1994. Elle possède, dans son
mobilier, 48 stalles du 16e siècle ; la clôture des fonts baptismaux, qui est l’ancien jubé, haut de 2,4 m, datent
des environs de 1600, et a été classé monument historique au titre objet.

Cour de l'église

Place Thiers

Rue St Mayeul
La chapelle de 1682-1734 construite en 1743, est
plafonnée. La tour du clocher est construite sur la
façade occidentale.

Rue Jules Ferry

C. Riez la Romaine
Mairie de Riez
Allée Louis Gardiol
04500 - Riez
Tél. : 04 92 77 99 00
mairie.riez@wanadoo.fr

http://www.ville-riez.fr
tourisme.riez@wanadoo.fr

Fondée au 1er s. c'est la plus antique cité des Alpes de Haute Provence, on l'appelle Riez la Romaine.

Ci-dessous, voici comment nous avons visité ce village

Place du Quinconce = Parking

Place Emile Bouteuil
L'église

Le lavoir

La porte Saint-Sols

Rue de l'Horloge
La tour de l'horloge

La chapelle Sainte-Maxime

Jour de marché

Grand-Rue
Vous vous retrouverez dans une atmosphère médiévale en vous baladant dans la grand rue du centre de Riez
avec ses petites ruelles très étroites...on imagine très bien l'ambiance de jadis où se pressaient les
boutiquiers.
jalonnée de splendides demeures: maisons a encorbellement au n° 1 ; au n° 12 1'hôtel de Mazan du 16e s qui
abrite de superbes décors de gypseries dans l'escalier; 1a façade du n° 25 est percée de fenêtres gothiques a
baies géminées et, au n° 27, les fenêtres sont bordées de frises en gypserie.

L'hôtel de Ferrier s'est effondré en octobre 2012

Place Neuve

Rue des Quatre coins

Place des Ormeaux

La porte Aiguière du 14e s

Place Saint-Antoine
un cadran solaire date de 1806

Allée Louis Gardiol

Chemin des colonnes
Les colonnes romaines
Les quatre colonnes d'un temple du 1 er siècle probablement dédié à Apollon témoignent de cette grandeur
passée...elles sont incontournables et font figure d'emblème pour Riez.

Rue Frédéric Mistral
Le Baptistère
Ne négligez pas ce petit bâtiment carré à l'air fort simple, car c'est l'un des rares édifices du 5e s. encore
debout en France. Un musée lapidaire présente quelques vestiges: autels, inscriptions romaines,
sarcophages, mosaïques Surtout, l'intérieur recèle une belle colonnade circulaire à chapiteaux corinthiens,
ainsi qu'une superbe coupole, qu'on ne devine pas de l'extérieur et qui est presque moderne: elle ne date
"que" du 12e s...
De l'autre côté de la route ont été dégagés des vestiges de la ville gallo-romaine et d'une cathédrale
paléochrétienne qui remonterait aussi au 5e s. , quand fut fondé l'évêché.

D. Allemagne en Provence
Château
À l'intérieur, de belles salles aux plafonds à la française et surtout, dans la vaste salle d'apparat, la cheminée
monumentale ornée de gypseries et encadrée de statues en pied d'Hercule et de Minerve. Un superbe
escalier à vis de 100 marches relie l'ai1e médiévale à l'aile Renaissance.

E. Saint Martin de Brômes
Saint Martin est un vieux village typique de Haute Provence qu'il faut visiter à pied en flânant le long de ses
ruelles étroites pour découvrir des maisons anciennes restaurées avec charme (14 e et 15e s.).
Le village est dominé par son église romane et sa tour qui abrite un musée archéologique.

Mont Saint-Maxime N43°46.244 E5°56.682
2 km au Nord-Est par la rue du Faubourg-St-Sébastien
Au sommet de cette colline de 636 m, la chapelle St-Maxime étonne par son mélange des genres: six belles
colonnes antiques voisinent avec un décor du 18e s.
De la terrasse ombragée de pins, panorama sur Riez, le plateau de Valensole, les Préalpes de Castellane, le
haut Var, le Luberon et la montagne de Lure.

F. Esparron de Verdon
Le village d'Esparron est perché à l'entrée des basses gorges du Verdon.

G. Quinson
Blotti au creux d'un fossé synclinal, entouré de falaises de calcaire et ouvert sur le Verdon, Quinson présente
tous les particularités d'un village de Haute Provence avec son centre médiéval ceinturé de remparts, son
campanile, ses chapelles, son Cours datant du 19e siècle et ses huit fontaines de la même époque, un luxe dans
les contrées arides du Verdon.

Rue Saint Esprit

L'office du Tourisme
est dans l'ancienne chapelle du Saint-Esprit

Place de la Paix

Rue du four

Rue des 2 portails

Rue du Collet

Place de l'Eglise

Le village préhistorique
N43°41.931 E6°02.850

H. Saint-Julien le Montagnier

1. Le Cours
Cette aire fut pendant des siècles un lieu de
promenade, en soirée, « après dina », pour
apprécier les couchers de soleil, prendre le frais,
observer les quelques lumières des villages
lointains…. Le seul nom de « Cours » atteste d’une
volonté de vie urbaine de la part d’une population
pour partie embourgeoisée à partir du 17e siècle.
Au-dessus de cette aire, on peut observer les
vestiges des premiers remparts (les barris vieux) qui
furent progressivement remplacés par les nouveaux
(les barris neufs) à partir du XII° siècle.
Ces nouveaux remparts sont encore visibles plus
loin dans le circuit de visite.
Autrefois, un quartier construit se trouvait audessus de cette aire : La Terrasse. Aujourd’hui il ne
reste que des jardins

2. Chemin du Paradis des Anes

Ce chemin permet de gagner la plaine en quelques minutes mais il faut éviter de l’utiliser pour remonter
aux heures chaudes… à moins de faire au moins un arrêt, à l’ombre et au frais, comme les ânes l’exigent !
Plusieurs siècles avant le poète, les Saint-Juliénois avaient inventé le "Paradis des Anes".
Parmi les cultures pratiquées sur les lopins de terres de ce versant, dénommé "sous la roche d’Abraham ",
au plus bas la vigne puis, en remontant, les oliviers, les amandiers, les pistachiers et dans les enclos
fertiles des safranières. Tout était cultivé et tous les chemins étaient parfaitement entretenus.

3. Chemin du Baou

Dénommée « Chemin de Gréoux » cette voie fut longtemps le principal accès charretier de Saint-Julien.
Au début du siècle dernier, ce chemin était encore utilisé par les femmes qui descendaient à la Fontaine faire
leurs lessives : l’eau courante n’est parvenue au village qu’en 1965.
L’observation des limites des champs laisse deviner l’ancien cadastrage romain : les propriétés d’un tiers de
centurie, soit 17 hectares par vétéran. Certaines anciennes villas romaines sont devenues des bastides ou des
hameaux, d’autres sont en ruine sous un à deux mètres de terre.
Regardez ces vieux oliviers : plantés avec de la terre rapportée quelquefois dans des anfractuosités de
rochers. Ce sont les Figons, familles courageuses venues de l’arrière-pays Génois, qui ont constitué ces
vergers.

4. Le château

Au XII° siècle, l’accès au bourg entièrement fortifié se faisait
par la porte du château dont on peut voir quelques restes un
peu plus loin, à droite. Observer les importants travaux de
génie civil qui avaient été réalisés pour aménager ce dernier
virage et qui se sont effondrés.
Attelages et équipages
importants pouvaient tourner en sécurité.
Le premier
seigneur connu de nous était une femme, belle et célèbre,
Laure de Saint-Julien qui devint la première Dame de
Provence : elle épousa Guillaume le Gros, fils de Cécile
d’Aurons, et devint Vicomtesse de Marseille. Elle a peu
résidé ici, préférant le château de Marseille. Quant à sa fille ;
Mabile de Marseille elle préférait vivre à Grignan. C’est un
troubadour (et futur évêque), Foulque de Marseille, qui
chanta la beauté de Laure…

.

5. La croix

6. Gourdane

7. Les "barris vieux"

Le petit bourg de Gourdane s'élevait sur les vestiges
d'un oppidum celto-ligure. Les moulins ont été
restaurés il y a 5 ou 6 ans par les Compagnons du
Tour de France. Sur cette aire se déroulent parfois
des spectacles : Léo Ferré y est venu chanter, et
plus récemment, s'y est jouée la tragédie
d'Andromaque. Et puis en août, on vient y admirer
les étoiles filantes..."

8. Sous barris
L’ouverture dans les remparts située à droite était une porte secondaire : le Portail Saint-Martin : début du
chemin vers Saint-Martin des Pallières à travers les vergers et potagers de ce quartier dénommé sous-ville.
Jusqu’au début du XX° siècle, toutes les terres étaient cultivées. Principalement, dans la plaine, les céréales ;
au bas des coteaux, les vignes ; sur les hauteurs, vergers d’oliviers et amandiers.
Dans les vergers, on cultivait aussi des légumes peu exigeants comme les pois chiches. Les potagers étaient
principalement au plus près des
habitations, sous les remparts mais aussi sur les remparts, au-dessus des maisons en ruine qui tardaient à être
reconstruites. D’autres potagers spécialisés (melons, salades…) étaient près des cours d’eau et fontaines.

9. Porte d'Empérié
Le portail (ou la porte) d’Empérié est devenue
progressivement l’entrée principale. Il en reste de très
grosses pierres taillées incluses maintenant dans les
maisons environnantes et leurs abords. Cette appellation
de « Porte Impériale » peut renvoyer à un Empereur.
Durant les épidémies, cette porte était le seul accès. Pour
entrer, il fallait prouver sa bonne santé et montrer sa foi en
Saint-Roch ! La garde était probablement située à
l’intérieur de la maison située, à droite, dans le
renfoncement.

10. Charité

Cet établissement gérait les services aux personnes
seules, malades, nécessiteuses ou en fin de vie. Des
bénévoles assuraient le portage de la nourriture, les soins
et les aides à domicile. La confrérie des Pénitents Blancs
organisait les obsèques des plus pauvres… mais aussi
des plus riches qui payaient, eux, pour bénéficier d’une
aussi belle cérémonie à leur décès ! Les recteurs de cet
hôpital avaient des budgets suffisants pour faire des
prêts… avec intérêts.

11. Place Maurice Janetti

Ici se trouve le centre du bourg depuis le XVI° siècle.
À l’extérieur, les encadrements de portes, les mascarons
(il reste une de ces
figures grotesques destinées à éloigner les mauvais
esprits !), à l’intérieur, les escaliers renaissance, les stucs
et les peintures témoignent du passage de ces
professionnels talentueux.

12. Le Belvédère
Construit à l’emplacement de la basse-cour du château, une table d’orientation. Pour les Saint-Juliénois, cet
équipement réalisé à la fin des années soixante fut très apprécié : il amenait, enfin, l’eau courante dans toutes
les maisons du vieux village.
La vue s’étend sur sept départements : - au Nord, les Hautes Alpes et les Alpes de Haute Provence (au fond :
Les Ecrins)
- à l’Est, les Alpes Maritimes (au fond : les sommets frontière avec l’Italie)
- au Sud le Var et les Bouches du Rhône ( au fond : les monts côtiers, le Mont Aurélien et la Sainte Victoire)
- à l’Ouest, le Vaucluse et une partie de la Drôme (au fond : le Mont Ventoux et le Vercors)

13. Place de l'Eglise

Cette place, proche de l’église et du château, était le centre du bourg médiéval.
Ces maisons sont les plus anciennes. Elles ont conservé des éléments d’architecture (dimensions des
ouvertures, hauteurs sous plafond, poutraisons, escaliers…) qui permettent de les dater du Moyen Age.
En regardant cette église, 5 époques différentes :
- la plaque de chancel (clôture de chœur d’église paléochrétienne) est du V°;
- la nef de l’église est de la fin du XI° ;
- le premier agrandissement, latéral droit, construit au XIII°;
- le second agrandissement, latéral gauche, construit au XVI°;
- le clocher reconstruit au XVIII°.

14. La Chapelle de la Trinité

I. Gréoux les Bains


Documents similaires


Fichier PDF greoux iti 2 t
Fichier PDF greoux iti 1 la ville t
Fichier PDF greoux les bains iti 3 t
Fichier PDF location vacances provence callas tourettes saint paul en foret l 1 1
Fichier PDF nous avons visite dans les alpes de haute provence
Fichier PDF location vacances seillans 1


Sur le même sujet..