Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



Interview kamel beji .pdf


Nom original: Interview kamel beji.pdf

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Adobe InDesign CS5 (7.0.3) / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 26/03/2013 à 16:16, depuis l'adresse IP 197.0.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1836 fois.
Taille du document: 492 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Economie/Social

Kamel Béji, professeur agrégé en politiques publiques

« J’invite nos décideurs à réfléchir
et à consulter avant de signer l’accord avec le FMI »
Avant d’évaluer le bilan de la Troïka face à la situation
économique du pays, Kamel Béji, professeur agrégé en
politiques publiques, à l’Université Laval au Canada et
expert en économie du travail, estime que « le gouvernement de Béji Caïd Essebsi n’a pas fait de diagnostic clair et
détaillé de la situation économique. »
Est-ce un retour à l’origine du problème? Notre interlocuteur est aussi catégorique quand il s’agit de signer l’accord
avec le FMI, puisque, dit-il : « La signature d’une telle
entente risquerait, à mon avis, de peser encore davantage
sur la classe moyenne et d’approfondir la dépendance de
la Tunisie envers les bailleurs de fonds ». Interview.
X Quel diagnostic faites-vous de la
situation économique du pays ?
La Tunisie vit inévitablement une
profonde crise qui n’est pas due seulement à des enjeux économiques
j QVST v NBJT BV S»TVMUBU EF M FąFSWFTcence politique et sociale que vit le pays
en général et dans les régions en particulier. Les indicateurs macroéconomiques
sont alarmants : un taux de croissance
EF DFSUFT QPTJUJG NBJT JOTVăTBOU
pour couvrir les dettes contractées et
assurer une redistribution équitable des
richesses. Aussi, ce taux de croissance
repose-t-il davantage sur une embellie en
2012 du secteur touristique et des récoltes
généreuses dans certaines cultures agricoles, mais il « cache » la dégringolade
de plusieurs secteurs donnant jadis une
plus-value, comme le secteur industriel
ou celui de l’extraction des ressources
naturelles. L’exemple du phosphate est
très pertinent pour montrer le manque
à gagner qu’a enregistré ce dernier, au
cours des deux dernières années.
4

Mais nous ne pouvons pas parler de
crise économique, sans évoquer son
impact direct sur le pouvoir d’achat du
citoyen.
"WFD VO UBVY E JOÏBUJPO j PăDJFM v EF
6%, il faut s’attendre à une baisse sensible
de la consommation de la classe moyenne
et, à moyen terme, à des répercussions
négatives sur la croissance économique.
Il est d’abord intéressant de se demander sur quelle base a été calculé ce taux,
car les habitudes de consommation des
Tunisiens ont bel et bien changé après
MB S»WPMVUJPO TVJUF · EFT NPEJÎDBUJPOT
majeures au niveau des biens et services désormais disponibles. Ensuite,
plus d’un économiste remet en cause ce
UBVY E JOÏBUJPO EF DBS MB DIFSU» EF
MB WJF TFNCMF NPOUSFS VOF JOÏBUJPO QMVT
importante, estimée à plus de 10% selon
certaines études. Par ailleurs, ceux qui
remettent en cause les augmentations
salariales récentes, doivent considérer le
fait que ces augmentations n’atteignent
N¼NF QBT MF UBVY E JOÏBUJPO MF DPÊU EF

Du 20 mars au 3 avril 2013 I www.leconomistemaghrebin.com

la vie) de sorte que les salaires réels, de
la classe moyenne notamment, sont en
baisse.
X Le gouvernement de la troïka a-t-il
fait un bon diagnostic?
Précisons d’abord que le gouvernement de M. Caïd Essebsi n’a pas fait de
diagnostic clair et détaillé de la situation
économique. Cela s’explique peut-être, du
moins en partie, par le fait que les informations réelles relatives à l’économie,
longuement voilées par des diagnostics
NBOJQVM»T »UBJFOU EJăDJMFNFOU JOUFSprétables. Ce gouvernement s’était alors
préoccupé de restructurer et d’assainir les
institutions en charge de donner « l’heure
juste » sur la situation économique. Il
aurait fallu, après, établir un diagnostic
responsable et courageux, précisant
clairement quelles sont les forces et les
faiblesses de l’économie nationale et
JEFOUJÎFS TPO QPUFOUJFM · DPVSU NPZFO
et long termes. À mon humble avis, pour
des raisons purement politiciennes, ce

Economie/Social
diagnostic n’a pas été fait. En témoignent
les orientations budgétaires de 2012 et de
2013 qui sont davantage des réponses à
des tractations politiciennes, voire à des
programmes pré-électoraux irréalistes,
qu’à une construction saine de balises
pour asseoir une économie compétitive
et qui réponde à la priorité des priorités
de la révolution: réduire les écarts entre
les régions et créer des emplois décents
dans les secteurs productifs.
X Quelles sont les répercussions de
la dégradation de la note souveraine ?
La Tunisie a fait le choix, depuis le
début des années 1980, d’ouvrir son économie à la globalisation des échanges et
de miser sur les investissements directs
étrangers. En assumant ce choix, elle doit
accepter de s’insérer dans un système
où les risques d’investissement pour les
bailleurs de fonds sont évalués par des
agences de notation comme Moody’s et
Standard & Poors, dont la crédibilité n’est
plus à démontrer.
Du coup, ces baisses répétées de la
note souveraine se traduisent par une
QMVT HSBOEF N»ÎBODF EF M JOWFTUJTTFVS
étranger, soucieux de minimiser le risque
de ses investissements, surtout que le
contexte politique et social du pays est
loin d’être stable. Le même raisonnement
s’applique à l’accord prévu avec le FMI.
Cet accord nous obligerait à suivre des
SFDPNNBOEBUJPOT ÎOBODJ¾SFT TUSJDUFT
S»GPSNFT EF M ¡UBU QSJWBUJTBUJPO EJTQBrition du régime de compensation dans
un délai maximal de trois ans), sans tenir
forcément compte des attentes sociales
des Tunisiennes et des Tunisiens. La
signature d’une telle entente risquerait,
à mon avis, de peser encore davantage
sur la classe moyenne et d’approfondir
la dépendance du pays des bailleurs de
GPOET + JOWJUF OPT E»DJEFVST · S»Ï»DIJS
et consulter, avant de prendre une telle
orientation et opter pour des remèdes trop
« court-termistes ». Paradoxalement, je
QFOTF RVF DFT PCTUBDMFT EF ÎOBODFNFOU
QFVWFOU ¼USF VOF PDDBTJPO EF S»Ï»DIJS
à une orientation économique qui se

départirait progressivement de cette
dépendance des investissements et des
évaluations des agences de notation.
Et si, en Tunisie, la révolution économique passait pas la mise en place d’une
économie sociale et solidaire, reposant
sur la démocratisation de l’accès au
crédit et notamment dans les régions
qui dynamisent les secteurs clés de notre
économie !
X Comment arrêter le phénomène de
la fuite des hommes d’affaires?
Il n’y a pas de secret à cela. Pour stopper
ce phénomène ou du moins le ralentir, il
GBVU EPOOFS BVY IPNNFT E BąBJSFT EFT
signaux de stabilité politique et sociale.
"VKPVSE IVJ MB DPOÎBODF FTU BV DVS
du problème économique. Mais paradoxalement, elle peut également être au
DFOUSF EF MB TPMVUJPO -B DPOÎBODF FTU MB
responsabilité de tout un chacun. Les
décideurs, quel que soit leur parfum politique, doivent assurer un assainissement
EFT JOTUJUVUJPOT DPNNFSDJBMFT ÎTDBMFT
et administratives et surtout donner
l’exemple, car nous ne pouvons pas «
être plus royalistes que le roi ! ». Les instances syndicales doivent, certes, prendre
en considération les attentes de leurs
salariés, mais sans handicaper l’activité
économique. Les usagers doivent payer
leurs impôts, améliorer leur productivité,
quelle que soit la tâche qu’ils exercent, et
stopper toutes les activités de « recherche
de rente » qui caractérisent les économies
informelles. Nous devons savoir que si
nous échouons à rétablir rapidement
MB DPOÎBODF OPT DPNQ»UJUFVST TPOU ·
nos portes pour amadouer les hommes
E BąBJSFT UVOJTJFOT PV »USBOHFST  UJUSF
d’exemple, il semblerait que le Maroc
dispose d’un bureau, dans son consulat
à Tunis, dont le seul objectif serait de
SFDIFSDIFS MFT IPNNFT E BąBJSFT RVJ
NBOJGFTUFOU VOF BWFSTJPO BV SJTRVF BÎO
de les convaincre d’investir au Maroc.
X Votre avis sur l’augmentation des
prix des carburants ?
Auparavant, quand le baril augmen-

tait, le prix à la pompe ne suivait pas
forcément, pour des raisons populistes
bien évidemment, car l’ancien régime
subventionnait les biens de première
nécessité et le prix du pétrole, dans un
objectif de paix sociale. Nous ne pouvons
pas aujourd’hui déterminer le prix «
équitable » à la pompe, si l’opacité qui
concerne le prix des hydrocarbures et
du secteur pétrolier en Tunisie demeure.
Dans tous les cas, les augmentations
récentes n’ont aucun fondement économique, dans la mesure où le prix du
pétrole n’a pas augmenté. En revanche,
ces augmentations hasardeuses en vue
d’un « bricolage budgétaire arbitraire »
peuvent être lourdes de conséquences,
encore une fois, sur la classe moyenne, qui
est le poumon de l’économie tunisienne.
X Comment sortir de la crise ?
Dans l’immédiat, il faut d’abord contrôMFS MFT QSJY BÎO RVF MF QPVWPJS E BDIBU
ne se dégrade pas plus. Concrètement,
contrôler les prix suppose trois choses:
fermeté à l’égard des contrebandiers,
annulation de la dernière augmentation
des prix des carburants et application
de toutes les mesures nécessaires pour
RVF MF UBVY E JOÏBUJPO OF E»QBTTF QBT MFT
3%. Ensuite, il faut rétablir les liens de
DPOÎBODF BWFD OPT JOTUJUVUJPOT QMVT EF
transparence dans la politique gouvernementale, les augmentations salariales,
les prix des hydrocarbures,…
Il est nécessaire, également, de préparer une feuille de route économique qui
ÎYF MFT QSJPSJU»T · DPVSU NPZFO FU MPOH
termes. Ce n’est un secret pour personne,
MF CVEHFU B »U» CµUJ TVS EFT DIJąSFT
douteux et sans aucune orientation claire.
&OÎO JM GBVU TF E»QBSUJS QSPHSFTTJWFNFOU
de notre dépendance des bailleurs de
fonds et engager courageusement un
vrai débat sur l’importance de l’économie sociale et solidaire dans notre pays,
quelle que soit l’idéologie du prochain
gouvernement. Sans cela, la révolution
économique n’aura pas lieu ! e
Propos recueillis
par Hamza Marzouk

Du 20 mars au 3 avril 2013 I www.leconomistemaghrebin.com

5


Interview kamel beji.pdf - page 1/2
Interview kamel beji.pdf - page 2/2

Documents similaires


interview kamel beji
une lecture critique de la nouvelle politique budgetaire pdf
avant projet 3
un gouvernement paralyse une opposition qui s egare un peuple qui perd patience
tunisie economic report 2014
dix grandes ideees 2012 2016 commentaire du pr chedly ayari


Sur le même sujet..