Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



Mica de Bourg.pdf


Aperçu du fichier PDF mica-de-bourg.pdf

Page 1 2 34557

Aperçu texte


Elle était pas en Afrique, elle était à Bourg-en-Bresse, elle toisait des yeux les
oiseaux, les éléphants, les petits yeux des éléphants, les yeux des enfants, dans un
jardin elle stoppait sa marche pour des pleurs, un tirage de cheveux, elle stoppait ses
belles jambes, on réconfortait, on riait, on repartait, hardi, jeune, chacun de son côté,
simple, heureux, rare.
Elle aimait aussi, elle aimait tout, soit, mais elle aimait aussi les bonimenteurs,
ceux qui gardent la valise longtemps fermée, un pied sur le verrou, les mains sur les
hanches, le menton relevé, Mica aimait ces gars-là, s'en méfiait pourtant, partait,
marchait de traviole, le cou tordu.
Mica aimait la ville de Bourg-en-Bresse, Mica disait que la ville de Bourg-enBresse c'était une belle ville moche, sans plus d'explication, Mica habitait au 22 de la
place du Marché, ce n'était plus un marché mais un parking, Mica arpentait le parking
régulièrement cherchant la plaque d'immatriculation d'un amoureux perdu de vue,
Mica n'en souffrait nullement mais sa bagnole était belle, la place du Marché était
grise, vaste, un trou dans la ville, Mica disait qu'on y voyait le ciel mieux qu'à aucun
autre endroit de la ville, les gens disaient : « la place est moche, la fille est belle ».
À Bourg-en-Bresse Mica aimait le Monoprix à prix mono, Mica y achetait ses
crèmes de soin, la nourriture, ses outils, ses robes, l'éclairage y était jaune, les murs y
étaient jaunes, la figure des gens y étaient jaune, les vieux, les jeunes, les enfants, les
nounours, tout y était jaune, Mica y prenait un léger accent asiatique.
Mica aimait la place de la Mairie, particulièrement le samedi, jour de mariage,
Mica aimait l'arrosage de riz à la sortie des Heureux entre une haie de braillards,
Mica aimait le sourire de la mariée, Mica s'invitait dans le cortège, le lendemain elle
était dans les journaux, on disait : « c'est qui cette jeune femme ? », les hommes
menaient l'enquête, c'était un joli moment régulier puisqu'on se mariait tous les
samedis.
Mica n'était pas folle, Mica aimait secourir le héron, consoler l'enfant éloigné
de Maman, Mica aimait arpenter la rue de la Pisse, Mica n'y pissait pas, les buveurs y
pissaient la nuit, les jours de soûleries, les chiens y prenaient aussi du plaisir, les jours
de pluie ça avait une odeur particulière, Mica aimait caresser les bagnoles, porter le
sac d'un plus faible à Monoprix, se reconnaître dans les journaux le lundi, ce n'est pas
ça être cinoque, être cinoque c'est plus douloureux, et Mica n'avait pas ce mal.

3