Portugal 2005 .pdf



Nom original: Portugal 2005.pdf
Auteur: Utilisateur

Ce document au format PDF 1.7 a été généré par PDF Architect, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 02/04/2013 à 20:01, depuis l'adresse IP 109.94.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 907 fois.
Taille du document: 9.9 Mo (40 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Poitevin86

8 au 24 Avril 2005
Equipage : Roseline, Sylvie, Alain.

~2~
Nous quittons Mairé le 8 à 15h et roulons jusqu’à 21h, avant de nous poser dans les Landes,
près de Onesse et Laharie.
On passe la frontière espagnole le lendemain vers midi, sous la pluie et on déjeune au resto
près de Hernani. On trouve de la neige dans le col d’Etxegarate, mais les chasse-neige sont
passés. On fait des courses à Vitoria et on file sur Burgos, Palencia, on dort près de
Frandovinez ; il fait froid, la nuit il gèle, on avait éteint le chauffage pour économiser le gaz,
le matin, il fait 7°C dans la k’bane ! Heureusement il fait un grand soleil.
On va à Banos de Cerrato pour visiter la basilique visighotique, construite en 661.

C’est le plus vieil édifice religieux d’Espagne.

~3~

Après Zamora, le plateau est couvert de gros rochers qui affleurent.
Pour gagner du terrain, les anciens les ont arrachés, les utilisant comme clôture.

Vers 18h on passe la frontière portugaise et on se dirige vers Bragance où on visite la
citadelle médiévale.

~4~

Les remparts, en parfait état ont perdu leur caractère guerrier mais trouvent une seconde
utilisation.

On visite la Domus municipalis, construite au XV ième siècle.

~5~

~6~
Le lundi 11 avril, à 10h, il fait 7°C, pas chaud donc mais grand beau soleil.
On prend la route pour Vila Nova de Foz Côa, première véritable étape de notre voyage.
En chemin on déjeune sous de magnifiques châtaigniers encore dans leur tenue hivernale.

Nous voilà sur les bords du Sabor, un affluent du Douro, tous les champs sont cultivés en
terrasses bien entretenues.

On passe la nuit à Freixo de Numao, où on profite d’une borne pour CC qui fut la première de
la péninsule ibérique. Elle porte le nom d’un français, J.P.Rossi, qui est à l’origine de sa
construction.

~7~

Les sites d'art rupestre préhistorique de la vallée de Côa (Portugal) et de Siega Verde (Espagne) se trouvent sur les
berges escarpées des rivières Côa et Agueda, deux affluents du Douro, documentant une occupation humaine
continue depuis la fin du Paléolithique. Des centaines de parois ont été gravées de milliers de figures animales par
l'homme durant plusieurs millénaires (5 000 à Côa, environ 440 à Siega Verde) représentant l'ensemble d'art
paléolithique en plein air le plus remarquable de la Péninsule Ibérique.
Un barrage en projet menace d’engloutir à jamais les magnifiques représentations d’animaux de l’époque glaciaire,
les aurochs, les chevaux, les chèvres, les chamois et bouquetins. Naît alors le mouvement anti-barrage, première
grande mobilisation civique du Portugal.
Des jeunes installent leurs tentes sur les pelouses du monastère des Jeronimos à Lisbonne en signe de protestation,
les intellectuels se mobilisent et les politiques entrent en jeu. Le président de la République de l’époque, le
charismatique Mario Soares, reprend à son compte le thème d’un rap célèbre et lance un :
« Les gravures ne savent pas nager », qui met un terme au projet du barrage.
En 1998, les gravures de Foz Côa sont inscrites au patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO.

http://www.academia.edu/313353/Les_gravures_paleolithiques_de_la_vallee_du_Coa

~8~

~9~
Nous quittons la haute vallée du Douro et longeant le fleuve, nous descendons vers la mer et
la ria de Aveiro où nos yeux se régalent en admirant les « moliceiros ».

Ces longs bateaux effilés sont peints de figures allégoriques.
Ca va de l’image pieuse,

~ 10 ~
A la grivoise,

En passant par celle à la gloire d’une personnalité.

~ 11 ~
Au marché couvert de Murtosa où les bardeaux translucides donnent aux victuailles et aux
marchandes un aspect irréel, nous achetons une belle anguille

et des tronçons d’un mélange de poissons préparés pour la « caldeirada ». Nous la ferons
cuire et la dégusterons sur le port de Bico.

~ 12 ~
Les maisons de la région sont couvertes de carreaux de faïences.

Il y en a pour tous les goûts,

~ 13 ~
Mêmes les églises n’y échappent pas !

~ 14 ~
Mais les plus belles faïences au Portugal, se nomment « azuleros ».
Et les plus réputés sont ceux de la gare d’Aveiro.

Scènes de la vie quotidienne, paysages, personnages, tout est peint en bleu et blanc !

~ 15 ~

Retenez bien celui-ci, nous en reparlerons tout à l’heure.

~ 16 ~
La tradition se perpétue, mais les nouveaux sont plus colorés.

Même les trottoirs de la ville sont couverts de mosaïques.

~ 17 ~
Malgré toutes ces beautés, il nous faut continuer la route, en longeant la côte vers le sud.
Prochaine étape, Costa Nova, et oui, celle des Azuleros de la gare.
C’est une petite ville balnéaire où les maisons sont peintes de bandes très colorées du plus bel
effet. Dommage, les travaux en cours gâchent un peu notre plaisir.

~ 18 ~
Toute la côte d’Aveiro à Nazaré est bordée de dunes, qui sont plantées de pins et
d’eucalyptus et parsemées de mimosas. Beaucoup des pins sont gemmés, rappelant les landes
de Gascogne à la belle époque des résiniers.

~ 19 ~

~ 20 ~
Et voilà Nazaré, haut lieu touristique du Portugal, on y venait pour voir les bateaux arriver
sur la grève et se faire tirer par les bœufs, c’est fini tout ça, restent trois bateaux sur la
plage, pour les touristes et les images anciennes du charroi !

~ 21 ~
Par contre les sècheries de poissons sont toujours là,

Et les femmes qui les préparent aussi :

~ 22 ~

Nous quitterons Nazaré après avoir dégusté le plat traditionnel, de langouste et coquillages,
la « cataplana de marisco », cuite à l’étouffée dans un plat en cuivre.

~ 23 ~
De Nazaré, on file directement à Péniche, port réputé. On retrouve une côte rocheuse très
découpée. On passera la nuit au « Cabo Carvoeiro » qui est la seconde pointe la plus à l’ouest
de l’Europe.

~ 24 ~
Le lendemain, nous allons visiter la ville médiévale de Obidos.

~ 25 ~
Nous quittons la côte et nous dirigeons vers Evora, traversant des plantations de chênes
lièges, qui ponctuent les prairies.

Certains servent d’appuis aux nids de cigognes.

~ 26 ~
Nous sommes un lundi, la grotte de l’Escoural et le centre d’interprétation de Santiago do
Escoural sont fermés, nous nous consolerons avec la sympathique chapelle de Sao Brissos.

Spéciale, parce que construite grâce à un dolmen !

Hélas, elle est fermée et nous n’appellerons pas aux N° inscrits ; pas facile de téléphoner
quand on ne parle pas portugais !

~ 27 ~
Puis à Anta de Zambujero, près de Valverde, nous découvrons un imposant dolmen ;
bizarrement protégé des intempéries ! ! !

Et consolidé de façon pas très académique !

~ 28 ~
A Guadalupe, on rencontre le menhir dos Almendrès.

Puis le cromeleque dos almendrès .

Sur les 95 pierres formant un ovale de 95m x 60m, quelques-unes sont gravées.

~ 29 ~
Evora est la plus belle ville du Portugal, mais on la trouve un peu délabrée !

Un étudiant en architecture parlant français nous fait visiter son université et se plaint du
manque de moyens donnés à la conservation du patrimoine.

~ 30 ~
Les salles de cours sont rikiki ! Mais on retrouve des azuleros.

~ 31 ~
La cathédrale est hélas fermée quand on sort de l’université.

~ 32 ~
Le temple romain est bien en vue au milieu d’une place.

Entouré d’une exposition de sculptures d’artistes locaux.

Puis on traine un peu dans les rues.

~ 33 ~
C’est à Alter de Chao que se trouve le Haras de Alter Réal, centre d’élevage des chevaux
éponymes. Ce haras a la particularité d’abriter une jumenterie en plus des étalons.

~ 34 ~
On y trouve aussi un musée tourné vers le cheval et l’archerie.

Un élevage d’oiseaux de fauconnerie.

Et aussi un restaurant où nous ferons une pause.

~ 35 ~
Notre dernière étape sera dans le plus beau village portugais, près de la frontière espagnole.

Village fortifié qui domine la plaine d’où viendrait un éventuel envahisseur ! Et pourtant, ce
n’est pas le désert des Tartares !

Dans la forteresse on peut visiter le musée militaire pour la somme astronomique de un euro.
Ce prix est le même pour la visite du musée municipal, dans une église, qui montre des
collections allant de la préhistoire à la culture populaire du XXe siècle.

~ 36 ~
Flânons dans la forteresse et les rues du village.

~ 37 ~
Et ce sera la remontée vers l’Espagne avec quelques bivouacs spéciaux, comme ici sur
l’aérodrome de Castello Branco (P)

Ou cet autre près de Camporedondo (E), dans un bosquet de pins parasols ; le propriétaire
viendra gentiment nous demander le matin de ne rien laisser trainer, ce qui coule de source.

~ 38 ~
A Cascante (E) on achète de l’huile d’olive au moulin.

Le soir on dort sur le parking du monastère de la Oliva au nord des Bardenas. Nous le visitons
le lendemain, et achetons le vin des moines.

~ 39 ~
Et on continue notre remontée, les averses deviennent de plus en plus fréquentes.

A Pampelune, comme d’habitude, on fait le plein de jambons et de tapas.
On dort à Roncevaux, dans le brouillard.
Le samedi, on arrive chez Céline à Saint Caprais de Bordeaux où on passe la nuit avant de
repartir le dimanche après déjeuner.

~ 40 ~




Télécharger le fichier (PDF)

Portugal 2005.pdf (PDF, 9.9 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP







Documents similaires


14 au 17 juin 2018
foz do arelho itineraire 2 t
porto itineraire 3 t
programme portugal 2017
portugal h2
vente juin 2019 fra